Archives du mot-clé Masayuki Kusumi

Mes petits plats facile by Hana – tome 1

A la sortie de ce titre j’avais été tentée, mais j’étais loin d’être convaincue par la preview. La critique négative de Jérome a fini par me dissuader. Finalement, comme je préparé un menu manga, je suis revenue vers se titre dans l’espoir d’y dénicher quelques idées (chose que j’ai fait).

Hana, jeune mariée, vie seule tandis que son époux et parti travailler à Tokyo. Pourquoi pas le suivre ? Ben, non, apparemment la question se pose même pas. C’est tellement mieux de rester toute seule chez soit à pleurer sur l’absence de son mari adoré… Heureusement qu’il y a la bouffe pour la consoler ! Oui, je parle bien de “bouffe” car les petits plats faciles d’Hana ne méritent guère une autre appellation. Si je n’ai rien contre les petits plats faciles bricolé en 5 minutes j’avoue que ça façon de mange en mode “goret” me laisse dubitative.

 2015-04-20 20.39.37

Je n’ai guère pu faire un résumé neutre et mon avis y est franchement visible. Je suis pas convaincue. J’aime l’idée des petits plats facile qu’on peut se préparer tout les jours et que n’importe qui (même les moins talentueux cuisiniers) peuvent préparer. En revanche je n’ai pas du tout aimé la personnalité de Hana qui à un côté très rétrograde avec ses fantasmes de parfaite épouse au foyer préparant de petits plats pour son chéris (franchement c’est pas un fantasme ça ! c’est un cauchemar !). Mais que c’est fantasme soient vieux jeu me dérange moins que son côté porc vivant dans une porcherie. Je suis moi-même loin d’être une fée du logis et le ménage… c’est pas ma passion. Mais de là à tout balancer par terre ? Comment peut-on prétendre aimer la nourriture quand on vit dans une crasse pareil ! L’odeur des ordures doit quelque peu interférer avec celle de ses petits plats, non ?

Sur le même principe je trouve que Etsuko Mizusawa en fait trop sur le côté sensuel de la nourriture. La voir à la limite de l’orgasme pour une tartine à la mayonnaise est un peu ridicule mais bon, dans un manga c’est pas spécialement étonnant. L’influence du kabuki sans doute, il faut toujours qu’il en fassent trop… Mais la sauce qui dégouline sur les doigts et le menton je dit non !

2015-04-20 20.40.58

Là je m’imagine une vraie femme la bouche ouverte pleine de ragout à la sauce blanche, avec de la sauce dégoulinant comme ça… moi je trouve l’image plus ragoutante que sensuelle ! C’est moi qui suis bizarre ?

Sinon, abstraction faite de la personnalité de son personnage principal, j’ai trouvé le dessin de Etsuko Mizusawa très joli, et toutes ses rondeurs ça nous change un peu de ses jeunes filles et beaux gosses filiformes. Je trouve le trait très tendre et je pourrais facilement m’attendrir pour Hana si elle n’était pas aussi sale.

Quand au recette, très simple (voir simplistes) elle sont parfaites pour les soirs ou en rentre crevé et qu’on a trop la flemme de mettre les petits plats dans les grands. Plus adapté à la vie de célibataire qu’à ma condition de mère de famille, quoi que avec Mimiko on est des adeptes du bol de riz arrangé (faut pas déconner ! Je vais pas mettre les petits plats dans les grands rien que pour nous deux ! J’ai peut-être un petit côté Hana finalement 😀 la sensualité en moins).

Mais tout de même, c’est un peu comme si moi je faisais un bouquin pour partager mes recettes faciles et que je m’extasié « ahh! c’est troop bon! » devant mon bol de maccheroni à l’emmental, paillette de levure de bière et huile d’olive ! Ok, c’est exactement ce que je fait (je vous ai dit que j’ai un côté Hana) mais j’en fait pas un bouquin. Avec Hana, on n’apprends pas vraiment à cuisiner.

Je ne sais pas si je craquerais pour le tome 2.

Share