Archives par mot-clé : minedition

Barbe Bleue – d’après Perrault

Barbe-Bleu est un conte très classique immortalisé par Perrault en 1697 . Ce conte a été maintes fois réinterprété par de nombreux auteurs/illustrateurs. Ici je vais partager quelques une de nos (re)découvertes de ce conte au travers de quelques albums illustrés.

Le conte traditionnel :

Alessandra Cimatoribus

J’ai beaucoup aimé cet album qui reprends la forme classique du compte avec ses phrases typiques. Ici ce n’est tellement le texte qui nous émerveille, on le connais déjà, mais les illustrations que je trouve vraiment très belle. Je ne connaissais pas cette illustratrice avent de tomber par hasard sur cet album. J’ai tout de suite pensé à Blandine de Vivrelivre, mais avant de lui envoyer, on a pris le temps de le lire avec Mimiko. Fallait bien vérifier que c’était un bon cadeau 😀

Alessandra Cimatoribus est une illustratrice italienne, originaire du Frioul, dans le nord de l’Italie. Elle a déjà publié une quarantaine de livres qui ont été traduit dans de nombreuses langues. Elle a également illustré des jeux.

Alessandra Cimatoribus, le site

minedition

Le conte détourné

Jean-Pierre Kerloc’h et Sébastien Mourrais

Ici c’est une adaptation qui se veut original avec un Barbe-Bleue en voiture qui pétrifie ses femmes, qui a des serviteurs invisibles et autres sorcelleries mais…. Malgré l’originalité et l’ambiance plus moderne, nous n’avons pas du tout aimé cet album. Le texte est trop long et pas vraiment amusant, même quand il cherche à l’être. Le texte n’es pas agréable à lire à haute voix. La qualité du dessin n’a pas suffit à nous ravis. Une petite déception.

sur le site de l’éditeur

Chiara Carrer

Résultat de recherche d'images pour "barbe-bleu chiara carrer"

C’est encore une adaptation libre, très libre même, tant le texte reprends les idée clé du compte mais les déstructure complètement en phrases très courtes. Sans lien, sans ensemble. Des images, des flash et des heures qui se suivent. C’est confus et franchement pas transparent si on ne connais pas déjà très bien le conte et ses diverses versions. La couverture séduit pour son clin d’œil à Picasso mais finalement on ne retrouve pas vraiment ce clin d’œil à l’intérieur. Encore une fois déception. On est toutes les deux restées très perplexes face à cet album.

sur le site de l’éditeur

Joël Cimarron et La Luciole Masquée

Barbe bleue et Compè Lapin par La Luciole Masquée

Joël Ciramrrón (illustrations) et La Luciole Masquée (texte) nous proposent un conte mixé, un personnage tiré des contes traditionnels européens, Barbe-Bleue, et un personnage tiré des contes créoles, Compè Lapin.

J’ai aimé les illustration de cet album, alors qu’elle ont plutôt rebuté Mimiko, je ne sais pas trop pourquoi. Elle n’a même pas eu envie de le lire. quant à moi, si j’avais été très séduite par la couverture et intrigué par cette association improbable, je suis restée assez perplexe. L’album est agréable. Mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser tout du long que fout Barbe-Bleu ici. Mis à part sa barbe, il y a pas grand chose du conte de Perrault dans cette réinterprétation. D’ailleurs quelques petite explication en fin d’album nous disent que c’est le conte Anansi et la Mort qui est ici revisité.

lire un extrait

site de l’illustrateur


à lire aussi

Conte : La Barbe-Bleue sur Vivrelivre


  chut les enfants lisent

Share

Les oiseaux de l’espoir

Judith Loske, illustratrice allemande, reprend dans cet album magnifiquement illustré la tragique histoire de Sadako Sasaki, une fillette qui mourut en 1955 à cause des radiation de la bombe atomique qui toucha Hiroshima en 1945. Ce n’est que 10 après l’explosion que la fillette tombe malade. Durant sa maladie la petite fille entreprit de plier 1000 grues de papier afin de voir son souhait se réaliser : rester en vie. Elle mourut avant d’avoir plié le 1000 grues. Les enfants de sa classe choqué par son décès recueillir des dons pour ériger une sculpture en son nom. Elle est aujourd’hui devenue avec ses grues en papier un symbole de paix.

Un bien triste histoire pour un album jeunesse. L’histoire est extrêmement triste, mais elle est vraie et en tant que telle il est intéressant de la raconter à nos enfants. Le fameux devoir de mémoire…

Ici c’est le chat de la petite fille qui nous raconte son histoire, c’est émouvant mais cela reste très subtil et peut être entendu même par les jeunes enfants qu’il faudra cependant accompagner dans cette lecture. Les illustrations très douces et le chat qui lui survit aident à mieux accepter le triste destin de la fillette. Le texte est même parfois un peu trop édulcoré à mon goût. Sur la fin le chat en rajoute trois tonne sur le fait que la fillette vie toujours à travers les souvenir qu’elle a laissé.

Ce livre nous est proposé par minedition et peut être feuilleté ICI

14/20

Avec l’histoire de Sadako Sasaki, la grue en papier est devenue symbole de la paix. Aujourd’hui encore les enfants du monde entier plient des grues et les envoient à Hiroshima ou il sont disposé autour de la statue.

Comment faire votre grue en papier :

L’oiseau bonheur

Toujours pour les enfants, cette histoire est aussi raconté dans un court métrage d’animation : L’oiseau bonheur de Seiji Arihara (1994).

Personnellement j’ai trouvé ce court métrage (28 min) très touchant et instructif mais… j’ai pas osé le montrer à ma fille, pas encore.

Share