Archives du mot-clé Tamura Kotaro

Noragami


Noragami

ノラガミ

2014

12 épisodes

Studio Bones

réalisateur : Tamura Kotaro

site officiel

anime non licencié en France

 

L’anime est tiré du shônen manga éponyme de Adachi Toka, commencé en 2010. Il compte 10 tomes et est toujours en cours de publication (non licencié en France maintenant si, voire mon avis sur le tome 1).

Synopsis :

Yato, dieu mineur de la guerre, rêve de devenir un jour un grand dieu populaire, adoré de tous. Mais pour cela il faut de l’argent ! Alors, à l’aide de son arme spirituelle, il exauce tous les vœux pour seulement 500 yen. Mais fatiguée par cette vie de vagabonds son arme spirituelle le quitte et il se retrouve à devoir recherché un chat perdu pour gagner de quoi manger. En recherchant ce chat, il manque de se faire renverser. Hiyori, une jeune lycéenne, le remarque et vient à son secours en se faisant renverser à sa place. Mais voilà, dans l’accident son âme se détache de son corps. Dès lors, son âme, devenue mi-ayakashi, quittera son corps aux moments les plus inopportuns, laissant son corps profondément endormi gésir au coin de la rue. Elle demandera alors à Yato de l’aider à retrouver sa forme normale, souhait que Yato s’empresse d’accepter. Petit problème : il n’a aucune idée de comment faire ! C’est ainsi que Hiyori va se trouver mêlée aux aventures de cet étrange dieu.

Au menu aventure et action, combats contre ayakashi en tout genre, beaucoup d’humour, mais aussi du sentiment et un soupçon de tragédie.

Mon avis :

Ce que m’a tout de suite séduit dans les premiers épisodes de l’anime c’est son humour et le personnage de Yato, dieu clochard porté sur l’alcool aux rêves irréalisables. Il est très drôle, décalé et attendrissant. Le personnages de Hiyori est intéressant aussi. On n’a pas à faire à l’habituelle godiche qu’il faut sans cesse sauver et qui ne sait que chialer. Bon… Hiyori aussi il faut la sauver, et puis elle est innocente, gentille, naïve, pleine de bonne volonté… bref c’est une héroïne de manga ! Mais elle a quelque chose de plus, une personnalité forte, sans être une des héroïnes gueulardes qui tapent d’abord et réfléchissent après. Elle est pleine de tendresse et naïve, surtout quand il est question de sentiment amoureux, mais elle a une réflexion mature et son courage se manifeste surtout dans les décisions qu’elle prends plus que dans les risques ou la bagarre. Ce n’est encore qu’une jeune fille, mais on sent qu’elle peut devenir une femme forte, pas une midinette. Elle est aussi attachante et bien moins caricaturale que de nombreuses héroïnes d’anime tout en restant très classique comme personnage.

Le personnage de Yukine, nouvelle arme spirituelle que Yato prends à son service après quelques épisodes aurait pu être touchant lui aussi, mais ce n’est pas si bien réussi. Yukine est un adolescent dont le sort fut tragique, mais ses réactions, bien que compréhensibles et plutôt réaliste pour un ado, le rendent plus agaçant que touchant. Hiyori se montre bien plus mature que lui.

Au fils des épisodes, le côté humoristique laisse place à plus d’action, puis plus de tragédie. Les larmes commencent à couler et c’est Hiyori qui devient d’abord le héros qui sauve, puis la jouvencelle qu’il faut sauver. cette dernière partie et sans conteste la moins intéressante de toute l’anime. Tout d’abord pour son manque d’originalité : le méchant super-fort-boss final qui menace la belle au cœur pur et sans défense. Le héros beau et fort qui est prêt à mourir pour la sauver… sortez les violons, les cymbales et toutes l’orchestre, c’est du lourd. Oui, un peu trop lourd justement. Alors que l’anime se distinguais par des héros sortant un peu de l’ordinaire, on retombe dans du très classique où tout les personnages ont perdu leur attrait premier. Mais heureusement pour nous cette phase n’est pas trop longue et l’anime se termine avant de nous avoir assommé de banalité.

En conclusion une anime très sympa, court et dynamique, avec de bons personnages qui savent sortir de l’ordinaire tout en restant classique. C’est pas inoubliable mais j’ai pris beaucoup de plaisir à le regarder.

Opening:

Hello Sleepwalkers

Ending :

Tia

-_-_-_-_-

Le coin des curieux

Ayakashi, ça va faire mal !

Nous avons déjà vu apparaitre les ayakashi avec l’anime Mononoke (si vous ne l’avez pas encore vu, remédiez immédiatement à cet impaire !) et Tenpô Ibun Ayakashi Ayashi.

Dans Noragami, les ayakashi sont des esprits malveillants nés des émotions négatives des êtres humains. Ces émotions négatives se condensent et prennent vie. L’ayakashi ainsi né va à son tour influencer les humains et laisser ses émotions négatives l’envahir et lui faire perdre le contrôle, le faire passer de l’autre côté de la barrière. Leur forme varie, mais leurs intentions sont toujours mauvaises.

téléchargement (1) téléchargement

Plus généralement, le mot ayakashi, désigne les yokai (esprit divers et varié appartenant au folklore japonais) qui apparaissent au bord de l’eau. Les ayakashi sont aussi appellé mononoke. Je n’ai pas vraiment réussi à saisir la différence exacte entre un mononoke, un ayakashi, un yokai ou encore un youi (voir Tenpô Ibun Ayakashi Ayashi). J’ai le sentiments que plusieurs nom peuvent désigner une même sorte d’esprit et qu’inversement divers types d’esprit peuvent se regrouper sous un même nom. C’est un peu confus, va falloir que j’approfondisse.

Caché ce dieu que je ne serais voir

Ce qui est amusant aussi, dans cet anime, c’est de côtoyer quelques uns des dieux du panthéon japonais.

Tenjin

TenjinTenjin (天神) est le dieu shinto des lettre et des études. Ce dieu est assimilé à Sugawara no Michizane, lettré et poète de l’ère Heian, mort de désespoir après avoir été accusé de trahison contre l’empereur. Juste après sa mort, la capitale fut frappé par de violents orages. On attribua alors ces événement à l’esprit de Michizane en colère. L’empereur, pour apaiser son esprit, rétablit son nom et fit construire un temple afin qu’il y soit vénéré sous le nom de Tenjin, dieu du ciel. D’abord considéré comme un dieu des catastrophes naturelles, on le considérera comme patron des érudits durant la période Edo puisque, de son vivant, Michizane était connu pour son talent de poète. Il est coutume, de nos jours, d’aller prier au temple de Tenjin avant les résultats d’examens.

On associe à Tenjin le prunier (ume) et le taureau.

Le Tenjin de l’anime reste très proche de son modèle.

Sugawara no Michizane par Kikuchi Yôsai

(sources : Kami)

Bishamon

BishamonBishamon (毘沙門) est une divinité bouddhique appelé Vaiśravaṇa en sanskrit. Bishamon est une des 4 divinité des horizons, dieux protecteurs de la loi bouddhique. Il est le roi protecteur du nord. Au Japon il est considéré comme le dieu des guerriers et est assimilé à l’un des trois kami shinto de la guerre, il est aussi appelé Tamon.

Bishamon fait partie des 7 divinités du Bonheur (七福神). Celle-ci arrivent à la nouvelle année pour distribuer des présents aux personnes méritantes. Les sept divinités du bonheur sont souvent représentées sur Takarabune , le navire aux trésors.

Contrairement à Tenjin, ici Bishamon n’a presque plus rien de son modèle si ce n’est qu’elle (parce que dans l’anime Bishamon devient une femme, super sexy en plus) est une grande guerrière.

Bishamon au temple de Tôdai-ji

(source : Vaiśravaṇa)

Ebisu :

KofukoEbisu est le dieu des pêcheurs, des marchands et de la prospérité. C’est aussi un des sept dieux du bonheur.

Dans l’anime Kofuko, déesse de la pauvreté, se fait passer pour lui, mais n’attire que la disgrâce atours d’elle.

statue de Ebisu à Kensen-numa

anime manga aggregator sama Sama It!