Tsugaru Shamisen

En présentant un groupe japonais que j’aime beaucoup, les Yoshida Brothers, j’ai eu envie d’en savoir plus sur le Tsugaru shamisen. C’est quoi au juste? Et quel est la différence avec le shamisen classique? C’est ainsi que j’ai découvert que les autres joueurs de shamisen contemporains que j’apprécie, pratiquent également le tsugaru shamisen.
Je vais donc faire une petite présentation de ce style musical et puis vous parler de quelques uns des artistes connus avec vidéos à l’appui (^_^) J’espère que ça vous intéressera

Le tsugaru shamisen :

Le tsugaru shamisen (津軽三味線) est un style de musique traditionnelle japonaise assez récent. Il peut être joué sur plusieurs types de shamisen qui diffèrent entre eux par la taille de leur manche : le futozao (太棹), le chûzao (中棹) et le hosozao (細棹). Bien que traditionnellement il n’y ai pas eu de préférence entre ces trois types d’instrument dans la pratique du Tsugaru shamisen, aujourd’hui on n’utilise plus que le futozao, instrument avec le plus long manche. Le terme tsugaru shamisen est aujourd’hui communément utilisé pour parler de cet instrument.
shamisen.jpg
Ce style est originaire de la région de Tsugaru, actuelle préfecture de Aomori (青森県), au nord de Honshû, île principale du Japon. Le Tsugaru shamisen est plus rythmé que le shamisen classique, utilisé par exemple dans le théâtre kabuki.
A l’origine, ce style était joué par des mendiant aveugles qui faisait du porte à porte en jouant devant les demeures jusqu’à recevoir un peu d’argent ou de la nourriture. On appelle cette pratique le kadotsuke (門付け). La légende veux que ce style aie été inventé par un mendiant du nom de  Nitaboh (仁太坊), originaire de la ville de Kanagi, dans le région de Tsugaru. Nitaboh, de son vrai nom Akimoto Nitarô, a vécu de 1857 à 1928. Un film d’animation à été réalisé par Akio Nishizawa en 2004, adaptation de la biographie de Nitaboh écrite par Daijo Kazuo.
Voici un magnifique solo tiré du film. Je ne connais pas le nom de l’interprète :

 

Les pièces traditionnelles de tsugaru shamisen sont composé d’une partie fixe et d’une partie variable improvisé par le musicien, ce qui en fait un style propice aux improvisation, laissant une grande liberté d’expression à l’interprète. Aujourd’hui, le tsugaru shamisen est le style de shamisen le plus populaire au Japon.
Parmi des artistes reconnu pour leur talent, on peut citer Takahashi Chikuzan (高橋竹山) (1910-1998). Chikuzan, né Takahashi Sadazô à Kiminato dans la préfecture d’Aomori, devient aveugle à l’âge de 2 ans. Il sera envoyé chez Toda Jûjirô, musicien de Tsugaru shamisen, afin de devenir son apprenti. Avant la guerre il gagne sa vie en pratiquant le kabotsuke (porte à porte musical). Il se fera remarquer après la guerre et accompagnera le chanteur de musique traditionnel Narita Uchiku. Celui-ci lui donnera son nom d’artiste : Chikuzan. A la suite il jouera en solo, notamment dans un lieu appelé « jan-jan » dans le quartier de Shibuya, à Tokyo. Parmi ses disciples les plus connu, une femme ayant prix le nom de Takahashi Chikuzan II interprété encore aujourd’hui son répertoire. Au côté de Takahashi on peut citer d’autres musiciens tel que Kida Rinshôei (木田林松栄) (1911 – 1979), Shirakawa Gunpachirô (川軍八郎) (1909-1962) ou encore Fukushi Masakatsu (福士政勝) (1913 – 1969). Plus récemment des musiciens comme Yamada Chisato (山田千里) (1931 – 2003) ont contribué à la popularité du Tsugaru shamisen au Japon.

 

C’est avec Takahashi Chikuzan que commence le boom du tsugaru shamisen, ouvrant la vois à de nombreux artistes contemporains. Cette nouvelle vague d’artistes mêle allègrement les rythmes traditionnels du Tsugaru shamisen à la musique contemporaine et électroniques, à l’instar des Yoshida Brothers dont j’ai parlé dans un précédent article.


Quelques musiciens contemporains :
Yoshida Brothers
Yoshida-bro.jpg
groupe formé par les frères Ryoichiro et Kenichi. Pour voir leur vidéo et avoir plus d’infos, voir l’article Yoshida Brothers
                                                 —————————————————————-
Hiromitsu Agatsuma
Agatsuma.jpg
Né à Ibaraki en 1973, il commence à étudier le tsugaru shamisen à 6 ans et reçoit son premier prix à l’âge de 14 ans. Depuis il a collaboré avec des artistes internationaux tel que Herbie Hancock, Marcus Miller…
Avec le pianiste Satoru Shionaya il forme le groupe Aga-Shio, fusion entre tsugaru shamisen et jazz.
sa page facebook : link
site officiel (en japonais) : link
sa page Myspace : link
page Myspace du groupe Aga-Shio : link
                                             ————————————————————–
Shinichi Kinoshita:
Shinichi-Kinoshita.jpg
Né dans la préfecture de Wakayama en 1965 de parents musiciens. Il grandi en écoutant le Min’yo, musique traditionnelle japonaise. A l’âge de 10 ans il commence à étudier le shamisen avec son père, lui-même musicien professionnel. Ce n’est que plus tard, qu’il prendra des distances avec l’enseignement de son père pour s’intéresser au Tsugaru shamisen, dont les rythmes plus soutenus l’attirent. Il élaborera son propre style en collaborant avec des musiciens de divers horizons tel que le guitariste jazz Kazumi Watanabe ou le percussionniste wadaiko Eitetsu Hayashi. En 1993 il fonde un groupe de rock, le Kinoshita Group.
    Au taiko c’est Hiroshi Motofuji
                                       ————————————————————-
Keisho Ohno:
keisho-Ohno.jpg
Né dans la préfecture de Niigata, il devient à 6 ans l’apprenti de Takahashi Chikuzei, dissiple direct de Takahashi Chikuzan. Il recevra la reconnaissance de ses maître avant de s’installer à Osaka en 2000. En 2004 il fonde « Keisho Ohno with Tsugaru shamisen Soul », groupe unissant le tsugaru shamisen au synthétiseur, trombone et batterie. Keisho Ohno se produits régulièrement en France avec son groupe.
sa page Facebook : link
sa page Myspace : link
site officiel : link

2 réflexions au sujet de « Tsugaru Shamisen »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *