Le clan des Tengu

Aujourd’hui je vais vous parler d’un manga hors du commun : le clan des Tengu de Iô Kuroda.

Résumé :

Shinobu, ressemble à n’importe quelle fille de 20 ans, pourtant elle est une Tengu. Recueillie par le Maître alors qu’elle n’était encore qu’une petite fille, elle est devenue apprentie Tengu. Avec le Maître elle vagabonde dans les rue de Tokyo, cherchant sa nourriture dans les poubelles. La gloire des Tengu est bien loin…

– Il fut un temps où les Tengu qui vivaient dans les montagnes étaient redoutés et respectés par les hommes d’ici-bas et il n’y avait rien qu’il ne pouvait obtenir.

– oui… autrefois.

Alors que l’immeuble où elle passait la nuit prend feu, Shinobu se retrouve chez elle. Elle frappe à la porte, appelle son frère, mais découvre, horrifié qu’une poupée de boue à pris sa place.

Tu n’es plus chez toi dans ta maison… et nous ne somme plus chez nous dans cette ville. Mais ce ciel est à nous… et désormais il est à toi aussi. Tu es devenue un membre à part entière de notre clan.

C’est ainsi que commence cette série. Pendant les 4 tomes, nous suivons Shinobu qui cherche où est sa place, le Maître, qui veut crée un pays des Tengu pour leur redonner la gloire d’an-temps et d’autres Tengu qui croiseront leur chemin.

Mon avis :

Le dessin aux traits sombres est à la fois stylisé et très expressif. Si au premier abord les planches semblent trop chargé, on s’habitue très vite. A mesure que j’avancé dans ma lecture, je trouvais le dessin de Iô Kuroda de plus en plus beau. Très loin du dessins stéréotypé du manga. On a là quelque chose de très original.

Le scénario est aussi original. L’histoire commence autour d’un cercle réduit de Tengu. Des tengu bien loin de l’image légendaires. Ici, ils ressemblent plus a une bande de marginaux qui vivent au jour le jour, fouillant même les poubelles pour trouver de quoi manger. Ce qui les distingue des simples humains c’est leur capacité à léviter, sortir de leur corps et prendre la forme d’un corbeau et ne jamais vieillir.

Le Maître rêve de la gloire passée et, avec l’aide de ses camarade, il réveille un grand Tengu au grand pouvoir dans l’espoir de faire du Japon le pays des Tengu. Mais le pays qu’il obtient est-ce vraiment ce qu’il désirait ? Est-ce cela être Tengu ?

Shinobu aussi cherche son chemin, sa place. Parmi les humain ou parmi les hommes, qui est-elle vraiment ?

Sous couvert d’une histoire fantastique l’auteur nous fait réfléchir à la société à ses dérive, à notre place, à notre identité, à tous ces personnes qui ne se reconnaissent plus dans les modèles que la société leur propose. Le clan des Tengu c’est une histoire aussi agréable qu’intelligente. On prend vraiment plaisir à lire se manga, une fois entré dans son univers assez singulier. Les personnages sont intéressant. Certains se montrent touchant, d’autres pathétique et le Maître… absolument insupportable. Ils forment une mosaïque très humaine.

   

vous pouvez lire aussi mon avis sur le tome 2 et le tome 4 sur Babelio :

tous les livres sur Babelio.com
tous les livres sur Babelio.com

Une réflexion au sujet de « Le clan des Tengu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *