Vinland saga

3 septembre 2014 8 Par Bidib

C’est peu après que mon ‘tit frère nous ai fait découvrir la série TV Vikings, que Yomu-chan m’a fait découvrir Vinland Saga. Un été sous le signe du guerrier nordique ! Après la version US, voici la version nippone du guerrier norrois.

Vinland Saga est un seinen de Makoto Yukimura publié par Kurokawa. La série, commencée en 2006, est toujours en cours au Japon. 12 tomes sur les 14 parus au Japon sont disponibles en français. Moi j’en ai lu 11.

Alors, que’est-ce que ça donne ?

 

L’histoire :

Tout commence avec un petit islandais, Torfinn… Non, là je vais trop vite ! Tout commence avec une bataille, dans l’empire franc, leurs petits seigneurs locaux se livrent bataille. Les vikings, mené par Askeladd arrivent sur les entre-faits et proposent au seigneur envahisseur d’unir leur force pour attaquer le village fortifié. Dans cette bataille, on découvre un jeune guerrier extraordinaire Thorfinn. Petit, se battant à l’aide de ses deux poignards, il saute en plein milieu du conflit pour aller chercher la tête du général. Même pas peur ! Les Vikings ne font qu’une bouchée du village, repartent avec le pactole et s’en vont. Voici comment se déroulent les deux premiers chapitres bien riches en action et en exagération. Puis au troisième chapitre, on retrouve Thorfinn enfant. On découvre son histoire et les circonstances tragiques qui feront de lui un guerrier impitoyable, sans pitié et sans peur, mais non sans honneur.

À travers la vie de Thorfinn, personnage principal et fil conducteur de cette saga, on découvre l’histoire des Vikings de la fin du X / début XI siècle. Leur invasion de l’Angleterre, les conflits de la cour danoise, luttes de pouvoir, guerres, mais aussi mode de vie…

Mon avis :

Dès le premier chapitre on a droit à quelques scènes tellement typées manga qu’on peut avoir quelques appréhensions : le méchant général franc super defomed, les vikings remontant une colline leur drakkar sur l’épaule (oui, oui, sur l’épaule !) Bref c’est too much et on se dit que tout va être sur ce ton, un bon shônen qui tâche, exit la saga historique…

Et ben non, figurez vous que si on est bien dans un manga classique quant à sa structure et au traitement des personnages, avec toute l’exagération qu’il se doit, la suite nous propose aussi des faits historiques. À travers la bande de Vikings hyper dopés d’Askeladd, on découvre l’invasion des Vikings dans l’Angleterre du début du X siècle. Jusqu’à quel point l’auteur respecte les faits historiques ? Je ne serais pas vous le dire, je n’y connais rien en histoire viking. Mais en tout cas j’ai trouvé l’ensemble plutôt intéressant (sinon je n’aurais pas lu 11 tomes ^^).

Les combats sanglants raviront les amateurs de manga baston, il y a du sang et mêmes des boyaux qui giclent (à ne pas mettre dans touts les mains, âme sensible s’abstenir). Mais il y a pas que des combats ! La partie que j’ai préférée c’est au moment ou les combats armés se calment pour céder la place au combat d’influence, les manipulations de cours. Dommage que cela ne dure pas plus longtemps, on retombe vite dans la brutalité sanglante…

Le personnage de Thorfinn m’a fait penser à Leiv du roman Le garçon qui voulait devenir un être humain dont le personnage principal est également un Viking islandais voulant venger son père. Si la même haine les anime au départ du récit, les deux histoires n’ont rien à voir l’une avec l’autre, mais cette ressemble de départ à rendu Thorfinn réaliste à mes yeux, je me suis donc attaché à lui, même s’il n’est pas particulièrement attachant…

En revanche, j’ai eu beaucoup de mal avec le prince Knut. À son arrivée le personnage est tellement insignifiant qu’on se demande pourquoi en nous en embarrasse. Puis, après avoir subi un choc, le prince change. Mais son changement est tellement radical qu’on a du mal à y croire. S’il est vrai qu’une personne peut changer profondément après un grand choc psychologique, cette transition est traitée de façon grossière pas l’auteur. Cela manque de subtilité, de finesse. Knut devient idéaliste à la façon de Light (Deth note) ou peut-être de Lelouch (Code Geass), bref, un personnage typique du manga mais pas franchement réaliste d’un point de vue historique. Mais bon, comme j’ai dit, je n’y connais rien en histoire viking, si ça se trouve le prince Knut était vraiment un illuminé… Mais moi j’ai du mal avec ce genre de personnages. Une chose est sûre, je n’ai pas envie de les voir gagner. Ce qui est étrange puisqu’il s’agit d’un des personnages centraux et que j’ai eu le sentiment que l’auteur fait tout son possible pour que  nous éprouvions de l’empathie pour lui. Raté ! Moi, je ne l’aime pas.

Mais revenons un peu à la trame de la série. Les premiers tomes se résument à des combats, des guerres, des pillages, des combats… Puis arrivé au tome 5 et on passe à un niveau supérieur avec une intrigue plus complexe : on entre dans l’univers de la cour, ses intrigues, ses manipulations et jeux d’influences. Au tome 8 le décor change, on quitte l’espace de quelques tomes l’Angleterre et le prince Knut pour aller au Danemark. À partir de là, le rythme change et si certains pourront être déçus par la tournure que prend le récit, moi je n’ai pas trouvé ces tomes désagréables et au contraire le changement me semblait nécessaire pour ne pas tomber dans l’ennui et la redondance.

Vinland saga est un manga sympa, rythmé, pas mal dessiné et offrant un scénario assez riche et dépaysant. Classique, agréable, sans pour autant être particulièrement marquant.

 

Share