Le Juge Bao & le phoenix de jade

J’ai acheté ce premier tome il y a 2 ans au salon du livre. Puis je l’ai posé là et je l’ai oublié… C’est au moment de préparer nos lectures communes avec l’équipe de K.BD que le titre est remonté à la surface de mon interminable PAL. Je m’étais dit que je pourrais lire quelques autres tomes avant de me lancer dans la rédaction de ce petit billet, mais finalement non ! Non pas que je ne souhaite pas lire la suite mais… mon billet risque de ne pas voir le jour avant 2 ans.

Trêve de bavardage, entrons dans le vif du sujet ! Qu’ai-je pensé de ce “global manhua” franco-chinois ?

 

Le juge Bao est un personnage mythique ayant réellement existé au XI siècle. Sa réputation d’homme de lois à la vertu irréprochable fit de lui un mythe inspirant de nombreuses adaptations. Patrick Marty (scénario) et Chongrui Nie (dessin) nous livrent ici là leur sous forme de manhua au graphisme et au format traditionnel, parue aux Editions Fei.

 

Dans la Chine du XI siècle, sous le règne de la des Song du Nord (960-1126), le juge Bao arpente les différentes provinces de l’empire pour lutter contre la corruption des notables. Son impartialité en fait un juge impitoyable. Les coupables, riches ou pauvres, influents ou non, seront châtiés avec la même sévérité.

Le juge Bao est aidé dans sa tache par son escorte : Zhan Zhao, son garde du corps, Bao Xing, son page, Gongsun Ce son assistant et une petite troupe d’une vingtaine de soldats. Une belle brochette de personnages avec lesquels on commence à faire connaissance dans ce premier tome. La personnalité très forte du juge, sa droiture le rendent intéressant sans pour autant effacer les personnages secondaires qui sont savamment mis en valeur par un scénario bien équilibré où la stratégie et la ruse laissent aussi un peu de place à l’action notamment par l’intermédiaire de Zhan Zhao, le garde du corps au grand cœur. Le juge lui-même n’hésite pas à se mettre dans des situations difficiles pour découvrir la vérité.

Un scénario digne d’un bon roman policier, qui tiens la route, avec pas beaucoup de suspens mais une intrigue relativement complexe.

Qu’en est-il du dessin ? Le dessin est la première chose qui m’aie attiré vers de titre. Les grands kakemono qui décoraient le stand de l’éditeurs m’avaient attiré de loin. Le style rappelant les vieilles gravures s’accorde très bien avec l’ambiance médiévale du récit. Cependant il y a quelque chose qui m’a beaucoup gêné à la lecture : le dessin est très figé, il ne rends pas du tout le mouvement. Les personnages sont comme cueillis le geste resté en suspend, bloqué dans l’immobilité de la planche. Si en regardant planche par planche la chose ne m’avait pas sauté aux yeux, en lisant l’histoire j’ai éprouvé une étrange sensation, comme un décalage entre l’image et le dialogue. Je ne sais pas si j’arrive à bien explique mon ressenti. Un dessin, par définition est toujours figé. Mais certains illustrateurs arrivent à donner une impression de mouvement à leurs dessins. Ici c’est tout le contraire, le personnages sont comme photographié les bras en l’air et leur geste est arrêté net. Cela donne une drôle d’impression. Cela casse le rythme de la lecture.

En dehors de cet aspect figé, je trouve le dessin très beau. On dirait que la matière est enlevée comme quand on sculpte un bois pour la gravure, plutôt que la feuille blanche noircie par le pinceau. C’est très original.

 

En conclusion ce premier tome m’a plu par son intrigue et ses personnages. J’ai été impressionnée par le dessin beau et original, même s’il manque de fluidité. La série fait 6 tomes, je me laisserais tenter à l’occasion par la suite.

A lire aussi les avis de Mo’ et Yvan

Share

11 réflexions au sujet de « Le Juge Bao & le phoenix de jade »

  1. C’est une série que je souhaite absolument faire ! J’ai décidé d’acheter le sixième et dernier tome pour commencer cette série (oui je sais c’est débile) mais du coup je me sens obligé d’acheter le reste pour compléter la collection. Au passage mon tome est dédicacé par les auteurs et la qualité du dessin de Chongrui Nie est exceptionnelle, même sur les dédicaces.

    1. j’ai failli m’acheter la suite et la faire dédicacer au Festival d’Angoulême, mais comme j’avais toujours pas lu le tome 1 je me suis dit que ça serait pour une prochaine fois. J’espère que l’occasion se représentera ^^

  2. Les dessins ont tout de suite attiré mon regard. Rien que pour eux, j’avais envie de découvrir cette BD. Le scénario m’a l’air bien sympa aussi. Je note le titre.

  3. La dernière histoire, en deux tomes, est hautement passionnante. Surtout, lis les volumes 5 et 6 dans l’ordre et d’affilée pour supporter le cliffhanger ^^

  4. Cela faisait longtemps que je n’avais pas pris autant de plaisir à la lecture d’un « manga », même s’il se situe plutôt entre la Chine/Inde et la France (et je ne parle pas de Manhua où je n’ai jamais trouvé chaussure à mon pied).

    Le dessin figé ne m’a pas gêné, au contraire, car il assoit vraiment le propos dans l’histoire et cela même dans le côté « vieillot » des illustrations. Ça rend presque l’œuvre patrimoniale, ce qui m’a vraiment plu !

    1. le côté « vieillot » comme tu dit ne me gène pas et va très bien avec l’histoire, mais j’ai eu quelques difficulté à trouver mon rythme de lecture à cause du côté figé de l’image qui casse le rythme justement.
      Et justement ce côté fixé est très loin de l’univers manga. Non seulement ce titre n’en est pas un mais il ne lui ressemble même pas de loin ^^(est-ce la raison pour laquelle tu as pris de plaisir à le lire ?)
      Je ne connais pas grand chose au manhua donc je ne peux pas trop comparer avec d’autres titres. Pour le peu que je connais, le dessin me fait plus penser à des gravures qu’à d’autres bande dessinée chinoises. En revanche on retrouve dans une moindre mesure le côté théâtralisé de la pose dans Une vie chinoise. Mais le dessin y est beaucoup plus fluide et ça ne donne pas du tout le même rythme.

      1. Je te taquine avec le mot manga, je serai bien mal aisé de définir un genre pour cette BD qui pour moi se situe entre la France et la Chine tout en ayant des apports évidents des deux cultures, avec en plus de ça un résultat qui corresponde à quelque chose de contemporain et de daté à la fois.

        On penche en effet très fortement côté dessin sur les gravures, certes d’une époque passée, qui m’ont néanmoins subjuguées.
        J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette enquête et d’autant plus son dénouement où la tension est bien plus palpable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *