L’ile Louvre

Le musée du Louvre est devenu île, sous les crayons de couleurs de Florent Chavouet. Muni d’un pass délivré par les autorités du musée, il se rend sur ce territoire insulaire à la rencontre de ses habitants (ceux qui travaillent dans cette institution), de ses visiteurs (les touristes du monde entier) et de ses paysages (l’ensemble des salles et des œuvres exposées). Carnet de voyage en main, l’auteur s’amuse à nous décrire cette île-musée et ses traditions. Au fur et à mesure de ses déambulations, il nous plonge ainsi dans la vie quotidienne du Louvre, restituant avec un sens du détail digne des plus grands enlumineurs, les lieux les plus courus comme d’autres bien moins connus ! Les édition du Louvre et Futuropolis, poursuivent avec Florent Chavouet, leurs parutions où carte blanche est donnée aux artistes.

(sources : Futuropolis)

J’ai connu Florent Chavouet à travers son carnet de voyage Tokyo Sanpo sorti chez Philippe Picquier en mars 2009. Depuis Chavouet a sorti un deuxième carnet de voyage Manabé Shima (2010) et une bd atypique Petites coupures à Shioguni (2014).

Avec L’île Louvre l’auteur renoue avec son thème de prédilection : le carnet de voyage et pour l’occasion il transforme le musée en une île avec ses autorité, ses habitants et ses nombreux touristes. A travers des scène capturé de ci de là au détour de sa visite, il nous restitue l’ambiance particulière de ce grand musée. Il croque avec beaucoup humour les touristes parfois perdu dans ce grand temple de l’art. On y découvre aussi les guides, leurs habitudes et leurs anecdotes. On voit le musée sous un autre œil. Si Chavouet fait la part belle à l’architecture du musée et aux œuvres d’art exposée, ce qui l’intéresse se sont avant tout les hommes et les femmes qui s’y trouvent, que ce soit pour le plaisir ou pour le travail. Des scènes qu’il décrit avec ce sens du détail très particulier.

Une façon très originale de découvrir ou redécouvrir le Louvre. Une lecture très agréable et légère, beaucoup d’humour et un très joli coup de crayon de couleur immédiatement reconnaissable. De quoi donner envie de retourner au Louvre pour peut-être ne pas regarder que les œuvres d’arts mais aussi accorder quelques instants d’observation aux foules qui déambules dans ses couloirs. En tout cas moi ça me donne envie d’aller au musée 🙂

à lire :  l’avis de Mo’, Lunch

Merci au éditions Futuropolis qui m’ont permit de découvrir cette BD sélectionnée pour le prix 2016 K.BD

lien vers la fiche éditeur

Dans la collection du Louvre des éditions Futuropolis vous trouverez 11 autres bd, parmi lesquels il y a même un titre de Jiro Taniguchi et de Hirohiko Araki. Si cette collection vous intéresse vous pouvez aller faire un tour sur la page facebook dédié.

Share

3 réflexions au sujet de « L’ile Louvre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *