Archives mensuelles : août 2017

L’arc-en-ciel de la rivière

Aujourd’hui je vais vous présenter un joli album, plein de poésie et de douceur : L’arc-en-ciel de la rivière de Roxane Turcotte (texte) et Amélie Clavier (illustrations), publié aux éditions Plumes Solidaires.

Antonin aime observer les poissons dans la rivière, et tout particulièrement « la plus énorme truite du monde ».

-Elle s’appelle Morgane.

-Comment le sais-tu ? a demandé Antonin.

-Il y a si longtemps que des pêcheurs tentent de la capturer ! J’ai souvent essayé, et ton grand-père avant moi. Les mulets, tout juste bons pour les chats, mordent à l’appât. Jamais Morgane, la truite. Ne mérite-t-elle pas de porter le nom d’une fée ?

-Et puis, avait ajouté son père, Morgane recèle un ou deux secrets.

-Lesquels ?

-Pour connaître un secret, il faut le mériter.

Depuis, Antonin n’a qu’une envie : réussir l’impossible. Attraper Morgane. Et, du coup, découvrir ce qu’elle cache.

Avec Morgane, Antonin va apprendre la patience et l’art de l’observation. Chaque jour il va à la rivière au moment où les rayons de soleil lui permettent d’observer le poisson. Il l’étudie, prend des notes pour enfin découvrir ses secrets.

Un joli album, qui apporte par son dessin et ses couleurs beaucoup de douceur. L’histoire est courte et simple mais elle invite à la contemplation dans la nature. Après l’avoir lu on a envie de découvrir nous aussi quelques secrets caché dans la nature, d’observer dans le silence, carnet à la main quelques créatures mystérieuses. Un joli conte qui met à l’honneur la nature et son respect. Parfait pour la lecture du soir : pas trop long, un texte facile à lire à haute voix, de belles illustrations et un certains apaisement qui se dégage de l’ensemble.

Merci aux éditions Plumes Solidaires pour cette découverte.

⇒ à lire aussi l’avis de Yannick De ProseCafé


Share

Nouveautés manga – la rentrée 2017

Aujourd’hui je vous propose une sélection particulière, spéciale challenge 1% et rentrée littéraire.

challenge rentrée littéraire 2017

Parmi les manga prévu entre le mi-août et fin octobre, voici ceux qui me séduisent à priori


Ma vie dans les bois, de Shin Morimura, prévu chez Akata le 24/08/2017.

Résumé :  Shin Morimura est mangaka, et il s’approche de la quarantaine. Tandis qu’il vient de mettre un point final à sa dernière série, son éditeur lui demander de trouver une nouvelle idée originale pour son prochain titre. D’abord en manque d’inspiration, le dessinateur va finalement avoir une idée « un peu » folle : partir vivre dans la montagne, sans eau courante ni électricité, et raconter son nouveau quotidien en manga ! Sa femme le suivra volontiers, malgré quelques appréhensions. De la construction de leur maison passive en bois jusqu’au difficile apprentissage de l’autonomie alimentaire, suivez l’incroyable vie de ce couple plus tout à fait comme les autres ! (source : Manga Sanctuary)

Pourquoi : le thème de l’autosuffisance et la vie dans la nature m’attire beaucoup. J’avais beaucoup aimé le premier tome de Je ne suis pas mort qui aborde le même sujet mais sous un angle de vue plus fictif. Ici c’est une expérience personnelle et vraie qui nous est conté, cela doit être d’autant plus intéressant.


L’île errante de Kenji Tsuruta, prévu chez Ki-oon pour le 7 /09/2017.

Résumé : Entre ciel et mer, à la poursuite de l’impossible… (source : Manga Sacturary)

Pourquoi ? Parce que c’est Kenji Tsuruta et que j’ai adoré son Forget me not. J’avais hâte de découvrir un nouveau manga de cet auteur. Nouveau n’étant pas tellement le mots, la sortie au Japon de l’île errante date de 2011… En revanche, le résumé ne nous dit pas grand chose. Peu importe, j’aime beaucoup sa façon de dessiner et la façon de traitter les personnages. J’espère ne pas être déçue par celui-ci.


Tokyo, amour et libertés, de Kan Takahama, prévu chez Glénat pour le 20/09/2017.

Résumé : Tokyo, 1926. Shinjuku est connu pour son quartier des plaisirs, Hanazono. Ishin, journaliste pour une revue érotique y rencontre Aki, une jeune métisse qui exerce le métier de modèle artistique. Dans une société aux mœurs libérées, leur relation sera pourtant empreinte d’une grande innocence. Cependant, l’ombre de la guerre vient menacer leur idylle… S’inspirant de l’histoire de ses aïeuls, Kan Takahama nous livre un beau récit où s’entremêlent un érotisme subtil et une sensibilité que nous lui connaissons déjà grâce au Dernier Envol du papillon. (source : Glénat Manga)

Pourquoi ? La encore c’est l’auteur (et la couverture) qui m’ont attiré. J’avais bien aimé son manga 2 expressos, j’ai envie de redécouvrir cet auteur.


La légende du héros chasseur d’aigles de Jin Yong et Li Zhiqing, prévu pour le 22/09/2017 chez Urban China.

Résumé : Yong, né en 1924, est considéré comme le maître incontesté du wuxia, roman d’arts martiaux lu avec passion en Chine. La Légende du héros chasseur d’aigles fait partie de ses plus grands chefs-d’œuvre. (source : Manga Sanctuary)

Pourquoi ? Parce j’aime la couverture et les art martiaux, parfois il en faut pas plus 😉


Mon chat, ma cuisine et moi de Han Hye Jeon, prévu pour le 6/10/2017 chez Kana.

Résumé : Jeanne est une jeune femme moderne qui vit seule avec ses trois chats.
Elle vient d’être licenciée mais refuse de se laisser abattre. Jeanne affronte le quotidien à l’aide de ses chats et avec les douceurs qu’elle prépare tranquillement dans sa cuisine.
À chaque événement, un dessert est associé. Un jour, elle s’inscrit à une formation pour devenir pâtissière. Un nouvel horizon s’ouvre devant la jeune femme… (source : Kana)

Pourquoi ? Mimiko adore les manga de chat (ici c’est un manhwa mais on aime aussi) et moi ce de cuisine. Avec ce titre on devrait être heureuses toutes les deux 🙂 Et pui ce titre me semble parfait pour le challenge Des livres en cuisine.


La fillette au drapeau blanc de Saya Miyauchi d’après la vie de Tomiko Higa, prévu pour le 12/10/2017 chez  Akata.

Résumé : Avril 1945, Okinawa. Tandis que le Japon est rentré en guerre depuis quelque temps déjà, la petite île tropicale nippone semble encore épargnée par les conflits. C’est là-bas que vit la petite Tomiko, dans la joie et la bonne humeur, malgré l’absence de sa mère. Pourtant, quand les bombardements commencent et que son père doit partir sur le front, son quotidien bascule et … Désormais, il lui faudra survivre … Survivre, envers et contre tout !! (source : Manga Sanctuary)

Pourquoi ? Je ne suis pas vraiment convaincue par la couverture, mais le sujet à l’air très intéressant, d’autant plus qu’il s’agit de faits réels.


Château Narumi de Totomi Sato, prévu pour le 14/09/2017 chez Komikku.

Résumé : Pour sauver l’héritage de ses parents, elle va devoir produire le meilleur des vins !! Héritière à 23 ans des rêves de son père, Mako devient PDG de sa propre exploitation vinicole. Mais cette parfaite débutante dans le domaine était loin de se douter à quoi pouvait bien ressembler la réalité de ce monde ! La passion et la motivation de Mako seront-elles plus fortes que tout ? (source : Manga News)

Pourquoi ? Après les Gouttes de Dieu et Somelier, un nouveau manga tombe à point pour le challenge Des livres en cuisine 2017 !


Tue-moi plutôt sous un cerisier de Hina Sakurada, prévu pour le 14/09/2017 chez Akata.

résumé : «Fuis !» Voilà l’étrange SMS reçu au réveil par Yukino, jeune lycéenne, de la part de Saho, sa meilleure amie. Sans en comprendre le sens, elle se rend au lycée, comme tous les jours. Mais elle constate alors avec horreur que Saho s’est suicidée, pendant la nuit… laissant pour seul testament un tweet nébuleux : «Yukino est cruelle». Dès lors, l’engrenage est lancé, et Yukino est accusée d’être responsable de la mort de sa propre amie. Tandis qu’une enquête s’ouvre pour éclaircir les circonstances du décès de Saho, Yukino doit faire face à un nouveau quotidien d’exclusion. Elle pourra heureusement compter sur le soutien de Tatewaki, le petit ami de Saho. (source : Manga News)

pourquoi ? Un shojo ultra mélodramatique, ça fait longtemps ! Et comme c’est un one-shot et que la couverture est superbe… j’ai envie d’essayer 🙂


Je ne suis pas d’ici de Yunbo, prévu pour le 20/09/2017 chez Warum.

résumé : Une jeune Coréenne arrive en France. Déboussolée, elle tente de s’orienter et de s’intégrer au sein d’une petite ville, Angoulême. Pour ne rien arranger, son apparence change du jour au lendemain : elle se retrouve avec une tête de chien à la place du visage, ce qu’elle seule semble remarquer. Au gré des rencontres et de son immersion dans la vie française, trouvera-t-elle son équilibre et, surtout, son apparence humaine ? (source : Manga News)

pourquoi ? comment résister à cette couverture ! Et puis le thème du choc culturel me plait beaucoup. Et puis comme je ne connais ni l’auteur, ni la maison d’édition, je suis d’autant plus curieuse.


La grande invasion mongole de Shintaro Kago, prévu pour le 21/09/2017 chez Imho.

résumé : Maître du manga horrifico-comique, Shintaro Kago s’attelle ici à l’Histoire avec un grand « H », ou plus précisément à une figure méconnue qui joua néanmoins un rôle crucial à travers les siècles : le cheval de Mongolie. Des victoires légendaires de Gengis Khan à la révolution industrielle en passant par les voyages de Marco Polo, La Grande invasion mongole fait la lumière sur cette créature sans tête que les braves guerriers de Temudjin capturaient en tranchant tout simplement les mains des géants des steppes. Découvrez comment sa force herculéenne a donné naissance à l’industrie de l’automobile, et tremblez en voyant ses hordes assoiffées de sang semer la terreur dans les tranchées lors de la bataille de la Somme !

pourquoi ? la couverture est très belle et le sujet intéressant, surtout le fait de revoir l’histoire à travers le cheval. Une idée cadeau pour Tenger.


Le petit vagabond de Crystal Kung, prévu pour le 06/09/2017 chez Emmanuel Proust éditions.

résumé : L’errance est une activité ancienne. Du mythe à l’histoire, des Saints aux mortels, de l’Est à l’Ouest, cette pratique a toujours tenté les jeunes gens et les passionnés, de génération en génération. Parfois pour trouver un sens à la vie, parfois pour l’accomplissement de soi, ou simplement pour prendre le temps de méditer, de s’arrêter, de se transformer. Au fil du temps, l’errance est devenu un acte romantique, et ce depuis l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui. Crystal Kung pose son jeune regard sur toutes les villes et les lieux qu’elle a visités, où des étrangers vont et viennent pour des raisons diverses et variées. Leurs histoires sont comme des spectacles de mimes qui nous invitent silencieusement à observer l’errance. L’enfant qui apparaît à plusieurs reprises dans les six récits semble rappeler à ces vagabonds toutes les belles choses qu’ils possèdent. Dans l’ordre, les six lieux sont : le Tibet, New York, Xi’an, Xinjiang, Shanghai et Taipei. (source : BD Sanctuary)

pourquoi ? Crystal Kung édité en France ?! J’allais pas manquer ça !!! J’ai déjà eu l’occasion de voir son travail au Festival d’Angoulême et j’adore.


Pour la rentrée des classes

Manga et cours de japonais réuni pour un cour élémentaire reédité en onctobre 2017. Cette nouvelle édition regroupe le premier volume des cours et le premier cahier d’excercices. Moi j’ai déjà la première édition mais cette nouvelle édition propose une si jolie couverture que j’avais envie de vous la montrer 🙂


Parce qu’il n’y apas que les manga dans la vie ! Il y a les BD  aussi

 Mulo de Cédric Le Bihan et Olivier Pog, prévu le 18/08/2017 chez Dargaud.

résumé:  Mulo reçoit une lettre anonyme lui expliquant qu’il trouvera des réponses à propos d’une tragédie qui s’est déroulée, il y a des années, sur une île perdue, au large des côtes bretonnes. D’un naturel taiseux mais curieux, Mulo décide de faire le voyage. Il découvre vite la vérité à propos du terrible drame : il s’agit de l’assassinat pur et simple de ses parents alors qu’il n’était qu’un enfant… Sous le choc de cette révélation, Mulo part à la recherche des responsables de ce double meurtre afin de se venger… Un polar solide aux ambiances océaniques : une très belle découverte qui révèle le talent de deux jeunes auteurs ultra-prometteurs ! (source : BD Sanctuary)

pourquoi ? J’ai été frappé par la couverture, que je trouve très expressive. En lisant le résumé je n’ai que plus envie de découvrir ce titre. Je n’ai pas lu de BD-polar depuis un bon moment.


La carte du ciel de Laurent Richard et Arnaud Le Gouëfflec, prévu pour le 23/08/2017 chez Glénat.

Résumé : Vallièvre, petite commune de campagne. Il ne s’y passe jamais rien, ou presque. Mais voilà qu’on prétend y avoir vu passer des OVNI ! Si tout le monde a l’air de prendre ça à la rigolade, ce n’est pas le cas de Claire, Wouki et Jules, trois potes qui se sont récemment pris de passion pour le sujet. Alors qu’ils enquêtent sur le phénomène et que l’arrivée d’une nouvelle prof fait sensation au lycée, les trois inséparables découvrent que les événements étranges se multiplient…

pourquoi ? J’ai été charmée par la couverture et ses air nostalgiques. Le résumé semble prometteur.


Petite maman de Halim, prévu pour le 29/09/2017 chez Dargaud.

résumé : Lorsque Brenda vient au monde, sa mère, Stéphanie, a 15 ans, et son père s’est déjà éclipsé. Négligée, Brenda grandit pourtant vite et apprend à se débrouiller seule. Malgré les brimades et les punitions injustes dont elle est victime, elle souhaite voir sa mère heureuse et s’occupe d’elle du mieux qu’elle le peut, à tel point que les rôles s’en trouvent inversés, Brenda devenant la « petite maman » de sa mère. (source : BD Sanctuary)

pourquoi ? Disons que cela me parle, pour diverses raisons 🙂 Je suis curieuse et la couverture, encore une fois, est très belle.


Et voilà, il y a sans doute d’autres titres intéressants que je n’ai pas vu. N’hésitez pas à me laissez vos suggestions.

Share

Challenge 1% – rentrée littéraire 2017

challenge rentrée littéraire 2017

C’est la rentrée littéraire et comme chaque années depuis quelques années, je participe au challenge lancé par Herisson sur Délivrer des Livres.

Le challenge 1% nous invite à lire 6 (ou plus) livres parus pour la rentrée littéraire (soit entre la mi-août et fin octobre et à les chroniquer avant le 31 janvier 2018 (pour cette session 2017 le délais pour chroniquer est beaucoup plus court !). Toutes sortes de livres sont admis.

Pour participer c’est ICI, pour échanger c’est ICI

Ma pré-sélection

La rentrées littéraire côté manga

⇒ La rentrée littéraire en jeunesse (à venir)

⇒ La rentrée littéraire côté roman (à venir)

 

Share

Quelques illustrateurs à suivre

Je partage régulièrement des illustrations que je découvre au fil de mes vagabondages sur le net. Illustrateurs connus ou inconnus, j’aime partager ici leur travail. J’avais envie de tous les regrouper sur un seul article afin de les retrouver plus facilement et pouvoir ainsi suivre leur actualité en quelques clics. Vous retrouverez ces illustrateurs dans la rubrique images pour le plaisir des yeux.

Je tiendrais cet article régulièrement à jour, il n’y a aucune hiérarchie dans la liste qui suit. J’ajoute mes découvertes au fur et à mesure. N’hésitez pas à me laisser en commentaire les coordonnées d’artistes que vous aimez.


Obsedian


Evui


Crystal Kong


Ajubel


Heather Theurer

Blue Ribbon


Cowpea

tomato festival by Cowpea

Share

Mon jardin #1 – pommes de terre en colonne

ça fait un petit moment que j’y pense, ça y est je me lance. J’avais envie de partager ici mon goût pour le jardinage chaotique et amateur. J’ai la chance d’avoir un petit bout de terre. Je l’ai défriché et petit à petit j’essaye de l’améliorer en expérimentant divers choses. Parfois ça marche, souvent ça ne marche pas. Un seul mot d’ordre : respecter la nature et la biodiversité. Pas de produits chimiques, insecticides ou herbicides chez nous ! 🙂

Pourquoi partager ici des photos de mon jardin alors que j’inonde déjà mon compte instagram ? Pour faire un petit retour d’expérience, tenir une sorte de journal de bord et qui sais, peut-être échanger avec vous quelques bonnes idées.

Le premier retour d’expérience que j’aimerais partager ici c’est la colonne de pomme de terre. Cette soit disant super technique permettant de produire beaucoup de pomme de terre en très peu de place à pas mal circulé sur internet. L’idée était alléchante. Faire pousser les pommes de terre en érigeant une colonne au fur et à mesure que le plan de pomme de terre croit de façon à ce qu’il développe des tubercules sur toute la hauteur. Certains promettaient une rentabilité exceptionnelle avec cette méthode. Pensez-vous, j’ai tout de suite eu envie d’essayer.

Quelques exemples ici et ici  ou ici

N’ayant qu’un seul vieux pneu de récup j’ai opté pour l’option grillage à poule, carton de récup et terreau du commerce.

première colonne :

Colonne de pomme de terre, première tentative #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

J’en ai fait deux autres, une sur le même principe mais beaucoup plus haute et une troisième avec un pneu et du grillage par dessus. Enfin, j’ai aussi planté quelques pommes de terres en juin dans une sorte de lasagne que j’ai préparé en superposant les couches de gazon et de feuilles mortes au fur et à mesure que je les ai collecté.

Il était temps de récolter la première colonne. Malheureusement la récolte a été très décevante. La terre était extrêmement sèche et les pommes de terres minuscules et très rares. Pour cette première tentative, on ne peux pas dire que ce soit une réussite.

Cueillette de la première colonne de pomme de terre. Très décevant.🙁 #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Après avoir fait toutes me colonnes j’ai fait quelques rechercher et… je suis pas vraiment surprise du résultat. Et je n’attends pas mieux des deux autres.

J’ai tout de même envie de retenter l’expérience mais pas avec du terreau. C’est beaucoup trop sec.

Avez-vous déjà testé cette méthode ? Avez-vous obtenu de bon résultats ?

L’année prochaine je tente la culture de pommes de terres sur gazon 🙂

Share

Auteur à l’honneur #2 – Haruki Murakami

Bienvenu pour un nouvel épisode d’auteur à l’honneur, rendez-vous mensuel lancé par Nina.

Sa chronique sur Kafka sur le rivage m’a donné envie de vous parler de Haruki Murakami, un auteur qui, étagement, me touche avec des histoires qui ne me touchent pas.

Murakami et moi

La ballade de l'impossibleJe m’explique : les personnages que Murakami met en scène dans certains de ses romans (je suis loin d’avoir tout lu, trèèès loin de là ! il en a écrit beaucoup) ne me touchent pas, ils ont des préoccupations que je ne comprends pas, des problèmes
au sud de la frontière à l'ouest du soleil auxquels je reste insensible (le mal d’amour, quoi), souvent même je les trouve antipathiques et pourtant ! Une fois le livre commencé  je suis happé dans son univers, pris au piège par les tournures de ses phrases et j’enchaîne les pages sans pouvoir m’arrêter. Et ce, quand bien même, je n’éprouverais aucune empathie pour ses personnages (souvent pommé, en quête de soi… et d’amour). c’est exactement ce que j’ai ressenti en lisant La ballade de l’impossible ou encore Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil.

1Q84.jpgCette particularité m’interpelle. Cependant je n’éprouve pas ce sentiment à chacune de mes rencontres avec ses romans. Le premier roman que j’ai voulu lire de lui (un cadeau qu’on m’avait fait), m’a plutôt inspiré le sentiment contraire : Je trouvais l’histoire intéressante, intrigante même, les personnages m’interpellaient pas leur particularité et pourtant je n’ai jamais réussi à finir le premier tome de sa trilogie 19Q4. Je n’arrivais pas à entrer dans les mots. Je me sentais pas prise dans l’histoire. Je refermais le livre après avoir lu à peine quelques pages.

Enfin, le dernier roman que j’ai lu de lui a réussi à la fois à me captiver par son style et me toucher avec ses personnages.

J’ai beaucoup aimé l’L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage dans lequel j’ai trouvé un personnage en phase avec mes propres préoccupations. Je le comprenais et il m’aidait à me comprendre.

J’ai encore deux, trois romans de Murakami dans ma PAL (dont un en anglais récupéré je ne sais plus où). Je suis très curieuse de savoir quel effet ils me feront, même si leur lecture n’est pas prévue pour tout de suite.

Avez-vous déjà lu des œuvres de Murakami ? qu’en avez-vous pensé ?

Haruki Murakami, auteur à succès

Haruki Murakami est né à  Kyoto en 1949. Il a fait ses études à l’Université de Waseda. Il tient à bar de jazz à Tokyo pendant 8 ans et publie son premier roman en 1979 (Ecoute le chant du vent, publié en France en 2016).

Il a vécu quelques années à l’étranger avant de revenir en 1995 au Japon. Ses voyages nourririons ses écrits.

Il est également connu (et reconnu) comme traducteur de l’anglais au japonais.

L’influence occidentale est palpable dans son oeuvre, ses références culturelles sont mondiale ce qui font de lui un auteur international à succès. Ses romans sont traduit dans une cinquantaine de langues.

Ses récit sont souvent teinté de fantastique et de surréalisme. Il a reçu de nombreux prix pour son travail d’auteur.

Pour aller plus loin :


Auteur

Share

images pour le plaisir des yeux #20 Cowpea

Cela fait très, trop longtemps que je n’avais pas pris le temps de proposer des images pour le plaisir des yeux (note à moi-même : une par mois ça se serait bien !)

Aujourd’hui j’ai envie de vous proposer cette image au goût estival de Cowpea. Vous prendrez bien une salade de tomates 😀

tomato festival by Cowpea

Suivez cette illustratrice vietnamienne sur DeviantArt et facebook

 

Share

Manga, yôkai et douceur

Manga de démons, fantômes et yôkai… à cette annonce on ne pense pas vraiment à la douceur, à la poésie, à la contemplation… et pourtant !

Démons, fantômes et yôkai ne riment pas toujours avec horreur. Dans les manga que je vais vous présenter on rencontre toutes sorte de démons mais il y ai aussi question d’amitié, poésie, et douceur de vivre.

Commençons par un titre dont j’ai parlé déjà plusieurs fois : Le pacte des Yôkai de Midorikawa Yuki (Delcourt). Dans ce manga (aussi adapté en anime) on suit le quotidien de Natsume, un lycéen solitaire et orphelin qui a le pouvoir de voir les yôkai. En liant un pacte avec un drôle de chat, Natsume s’ouvre non seulement au monde des yôkai, qu’il apprend à connaître, mais aussi à la vie. Il sort petit à petit de sa coquille, apprends à prendre du recul vis à vis des blessures de l’enfance, se fait des amis… Il apprends à aimer la vie et à comprendre ce qu’elle a de beau. Au rythme plutôt lent, Le pacte de yôkai est une véritable tranche de vie, mettant en scène un jeune homme qui se cherche… au milieu des créatures folkloriques. Il y a dans le manga, comme dans l’anime, beaucoup de douceur, et un ton très mélancolique. Une sorte de nostalgie d’une harmonie perdue, surtout chez les yôkai qui peuvent être ici comme des représentations d’un autre temps, un temps où la spiritualité occupait une place plus importante, une époque qui peu à peu s’efface. Les yôkai perdent de leur magnificence, leur consistance, mais quand il faut partir ils n’ont plus de regrets. Lire le pacte des yôkai c’est comme faire un deuil. Est-ce le deuil de l’enfance, ce monde où tout est possible, même voir de drôles de créatures invisibles à tous ? Est-ce le deuil d’une époque où l’homme était plus proche de la nature et des ses esprits ? Je ne serais analyser ce manga, mais l’animé, comme les quelques tomes de cette longue série que j’ai lu m’ont fait éprouver une douce mélancolie qui rend à la fois triste et heureux.

à lire aussi l’avis de Carolus

-_-_-

Je poursuit ce voyage avec un autre manga au rythme plutôt lent : Le cortèges des cent démons de Ichiko Ima. Cependant ici les yôkai sont peut-être plus effrayant et moins touchant que ceux de Natsume. Il y est encore question d’un jeune homme capable de les voir et de les maîtriser. Un don qu’y a rendu le jeune homme solitaire et distant. Il est touchant dans sa solitude. Ici aussi il y a une certaine tristesse, et peut-être aussi de la mélancolie. Il y a quelques drames qui ponctuent l’histoire mais on ne s’y attarde pas vraiment. Encore une fois le quotidien est mis en avant. On voit le jeune exorciste exécuter ses missions, vivre en famille et… les choses semblent se compliquer mais… je ne serais jamais la fin ! La série a été malheureusement interrompue en France T_T C’est un très joli manga, au trait fin. Il se dégage beaucoup de douceur du dessin alors même que ce qui est raconté est bien moins doux. Un titre intéressant que j’aurais eu plaisir à poursuivre.

à lire aussi l’avis de Bobo et Plumy

-_-_-

Toujours dans un esprit jeunes gens sensibles, yôkai et tranche de vie, je vous conseille également Mokke de Kumakura Takatoshi (Pika éditions). Ici ce ne sont pas des garçons qui tiennent l’affiche, mais deux sœurs ayant elle aussi la capacité de voir ou attirer les yôkai. L’aînée peut les voir tandis que la cadette se fait posséder à chaque mauvaise rencontre. Pour faire face à ces dons particuliers, à cette grande sensibilité, elles sont envoyée vivre chez leur grand-père à la campagne. Le vieil homme est un exorciste un peu bourru mais plein d’affection pour ses petites filles. Outre l’aspect tranche de vie, le manga a un côté très pédagogique. Le grand-père prends toujours le temps de donner de nombreuses explications sur les créatures que les jeunes filles rencontrent, issues du véritable folklore japonais.

à lire aussi l’avis de Choco

Image associée

-_-_-

On remonte dans le temps et on part à l’époque Heian, pour des histoires de yôkai pleines de poésie et d’humour. Le manga Onmyôji-celui qui parle aux démons de Yumemakura Baku (scénario) et Okano Reiko (dessin) s’inspire de contes et légendes traditionnels pour nous présenter une jolie fresque de l’époque Heian et des coutumes de la haute société. Le personnage principal est d’ailleurs autant un personnage historique qu’une légende : Abe-no-Seimei est un des onmyôji (qui pratique la voie du yin et du yang, cosmologie ésotérique traditionnelle japonaise)  le plus connus de l’histoire nippone. On a encore ici beaucoup de lenteur, de la contemplation, un sens de l’humour très particulier et un récit plus centré sur les jutes verbales de deux amis que sur les monstres inquiétants. Un beau manga, autant pour son dessin, que pour son ambiance très particulière, légèrement soporifique.

à lire aussi les avis croisé d’OliV, Lunch et Badelel sur K.BD (liens vers leur chroniques respectives dans l’article)

-_-_-

Enfin je vous amène ailleurs, dans un ailleurs incertain où il n’est pas vraiment question de yôkai mais d’autres créature qui pourrait s’y apparenter. Mushishi de Urushibara Yuki (éditions Kana) est un manga contemplatif, offrant de magnifiques paysage, un herboriste nonchalant irrésistible, et des créatures fantastiques prenant vie de façon inopportune. J’aime ce titre pour son ambiance particulière et son dessin original. Le rythme est aussi très lent. Si les étranges créatures sont au centre de l’intrigue, c’est encore une fois la tranche de vie qui prévaut sur le fantastique. A la recherche de ces étranges apparition qu’il veut étudier, l’herboriste fait surtout de belles rencontres humaines. Ici encore on retrouve un ton nostalgique.


Les couvertures des premiers tomes

 Manga - Cortège des cent démons (le)  Manga - Mokke Manga - Onmyoji - Celui qui parle aux demons


Voilà pour ne partager que quelques titres mêlant yôkai et douceur. N’hésitez pas à laisser vos suggestions lectures

⇒ à lire aussi mes articles 


Share