Spice Up Your English #2 – lire en anglais

Dans un précédent billet je vous ai présenté le MOOC Spice Up Your English et de la façon où j’avais envie d’appliquer le conseil d’écouter de l’anglais en suivant quelques booktubers anglophones. Je suis encore en train de chercher quelques chaînes à partager (si vous en connaissez, laissez moi les lien).

Aujourd’hui je vais vous parler d’une autre façon d’améliorer son niveau d’anglais : lire ! C’est une évidence même, mais ça mérite d’en parler, ne serait-ce que pour partager mon expérience et les erreurs à ne pas faire (et que j’ai évidemment fait !)

Moi j’ai toujours été nulle en anglais, j’ai commencé en 6ème et j’ai tout de suite détesté. Je sais pas pourquoi, mais j’avais le cours d’anglais en aversion. Alors qu’en français (que j’apprenais à l’époque comme une langue étrangère) j’étais très à l’aise, l’anglais me semblait très compliqué. Et depuis ça n’a pas vraiment changé. On a beau me dire que l’anglais c’est très simple, moi je trouve ça compliqué. Toutes les langues latines que j’ai étudié me semblent plus faciles parce que si leur grammaire est complexe, c’est un peu près la même d’une langue à l’autre. On a toujours les conjugaisons, les masculins/féminins, les accords de temps et que sais-je encore. La grammaire anglaise est moins complexe mais tellement différente que je n’arrive pas à la retenir. Et un autre point noir de l’anglais c’est son orthographe. Pour moi retenir l’orthographe d’un mot anglais est impossible. J’ai beau faire des efforts, je n’y arrive pas. Du coup les cours d’anglais étaient source de stress, de frustration et d’humiliation, pas vraiment de quoi faire aimer cette langue pourtant si pratique.

Heureusement cela a un peu changé depuis que j’ai arrêté les études. Plus besoin de me stresser pour les mauvaises notes ! J’ai pris l’habitude de regarder des séries en VO et ça m’a beaucoup aidé à me réconcilier avec l’anglais et aussi à progresser. Et ça m’a donné envie de lire en anglais. Mais j’avais un peu peur, mes premières tentative à l’époque de la fac avaient été catastrophiques. Une sinécure ! Mon erreur : chercher dans le dictionnaire tous les mots que je ne connaissais pas ! Du coup j’ai passé plus de temps le nez dans le dico que dans le roman. J’avais choisi quelques chose de court : The Old Man and the Sea de Hemingway.

Couverture Le vieil homme et la mer

Où comment détester un classique…

Non seulement j’étais tout le temps fourrée dans le dico mais en plus c’est un livre où il ne se passe pas grand chose, du coup il y a peu de tension et… je m’ennuyait à mourir !

Si je dois tirer des leçons de mes premiers expériences ratées c’est les suivantes :

  1. choisir un livre qui vous intéresse vraiment (littérature jeunesse, young-adult, fantasy, comics… choisissez un style que vous avez l’habitude de lire et qui vous procure du plaisir, pour les « classiques » on verra plus tard)
  2. ne cherchez les mots dans le dictionnaire que si c’est vraiment essentiel à la compréhension de l’histoire. Si le mots que vous ne connaissez pas ne vous empêche pas de comprendre l’intrigue, ou le sens général du texte, n’interrompez surtout pas votre lecture. Cela va casser votre rythme de lecture et se sera d’autant plus difficile de rester concentré. Le contexte suffit dans le plupart des cas à nous faire comprendre de quoi il s’agit et si vraiment vous voulez une définition exacte, notez les mots qui vous intriguent dans un carnet et allez les chercher plus tard.
  3. Ne traduisez pas ! Eviter autant que faire se peu de traduire en français ce que vous lisez en anglais. Il faut mettre le cerveau en mode anglais. Le fait de traduire dans sa tête toutes les phrases, va rendre la lecture plus pénible, moins dynamique et surtout ce sera complètement inefficace si votre but est d’améliorer votre anglais.
  4. Soyez patient et indulgent avec vous-même. Si dans les premières pages vous avez l’impression de ne rien comprendre, ne vous affolez pas et continuez à lire sans vous formaliser sur les détails que vous n’avez pas compris. Peu à peu on se familiarise avec l’univers, les mots reviennent dans un autre contexte et leur signification nous parait de plus en plus claire et on se surprend à avoir drôlement bien compris la fin alors que on doutez vraiment d’être capable d’en venir à bout.

Voilà pour ce qui est de mes conseils personnels. J’ai mis en application en lisant des BD, romans fantasy et un policier et ça c’est plutôt bien passé. Les premiers chapitres sont toujours un peu plus difficiles parce que le cerveaux est en mode français, il faut lui laisser le temps de switcher et après ça va tout seul. On se met même à penser en anglais.

Et maintenant, histoire de s’entraîner un peu, voici quelques vidéo en anglais sur le sujet :

Lisez-vous en anglais ? Quel livres auriez-vous envie de découvrir dans leur version originale ?

Share

4 réflexions au sujet de « Spice Up Your English #2 – lire en anglais »

  1. Moi aussi je détestais les cours d’anglais. On dirait que ça ne voulais pas rentrer.

    Le déclic pour moi à été en 2010. Pourquoi je m’en souviens? C’est parce que c’est cette année là que j’ai commencé à écouter des animes. En 2010, j’ai découvert Terra-e et il était alors plus facile de le trouver en sous-titré anglais. Depuis j’écoute mes animés en sous-titré anglais. J’écoute même quelques youtoubeur et à chaque fois qu’un épisode sort j’ai hâte de l écouter.

    J’ai également commencé depuis quelques années à apprendre l’anglais et l’allemand avec Duolingo.

    Je lis à chaque mois les pré publications des séries de mangas que je suis.

    J’aurais envie de découvrir en version originale : Harry Potter.

    1. Je serait pas me souvenir de la date exacte mais, moi aussi je dois ça au manga 😀 Avant de lire des romans, j’ai commencé par des scan de manga que je ne trouvais qu’en anglais ^^. Du coup je me suis mise à lire en anglais et à lire du manga (en format papier légalement acheté, j’entends) 😀 Comme quoi la piraterie ça a aussi du bon XD
      Niveau livre en VO j’aimerais relire le Seigneur des anneaux. Il parait que c’est beaucoup moins chiant en version originale XD

  2. J’adore l’anglais, et j’adore lire en anglais ! En même temps, ce n’est pas pour rien que je suis venue m’installer en Ecosse 😉 Alors forcément, une bibliothèque avec que des livres anglais, ça aide pour s’y mettre (et puis ça laisse pas trop le choix de toute façon), mais même quand j’étais en France, j’essayais de lire en VO de temps en temps.

    J’ai toujours adoré l’anglais (ma mère me lisait puis traduisait des albums de Dr Seuss quand j’étais jeune, je pense que ça a aidé!), mais j’ai toujours détesté les cours d’anglais. Je pense que la France a un vrai problème de ce côté là, avec des cours de langue « vivante » qui sont ennuyeux à mourir et où on passe notre temps à apprendre des verbes irréguliers par cœur (sérieusement, tout le monde s’en fiche en Ecosse si vous vous gourez dans votre conjugaison de temps en temps, ils comprennent bien ce que vous voulez dire… il m’arrive même d’entendre des britanniques dire par erreur « He don’t… », alors bon ^^) et à décrypter et analyser des textes inintéressants au possible au lieu de parler, d’écouter de l’anglais, et de découvrir des choses qui donnent envie de lire de l’anglais. (En tout cas c’était comme ça quand j’ai quitté le lycée il y a 8 ans, ça s’est peut-être arrangé depuis).

    « The old man and the sea » était effectivement un challenge de taille pour une première lecture en VO ^^ ! Personnellement, quand j’ai commencé à lire en anglais par moi même, j’avais 14 ans, et je lisais des romans pour les 8 ans, pas plus. Je suis resté vers ce choix de livre jusqu’à mes 18 ans à peu près (pour la lecture en anglais, j’entends ^^) Un niveau plus élevé m’aurait démoralisé avant même d’être lancée, à mon avis. Pour ceux qui ont vraiment peur de ne pas y arriver, pourquoi ne pas commencer avec des albums jeunesse ? Mais se les lire à sois même plutôt que pour ses enfants, pour ne pas avoir à traduire.

    Quoi qu’il en soit je plussois tous les conseils donnés ici, notamment celui de ne pas chercher les mots dans le dictionnaire, il y aurait de quoi être démoraliser par une tâche aussi fastidieuse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *