Le Best of 2018

Samarian et Chicky Poo nous invitent, dans le cadre du challenge Il était six fois Noël, à partager le best of de l’année 2018.

Après avoir réfléchi à quelle forme donner à ce best of j’ai décidé de choisir une chronique par mois. Difficile de ne choisir que 12 articles ! C’est parti pour une année sur Ma petite Médiathèque

Janvier

Les Saisons – Vivaldi Piazzolla

Février

Aaron Douglas

Mars

Prezzemolina – conte de mon enfance

Avril

Chère Ijeawele, ou le manifeste pour une éducation féministe

Mai

Mazzeru – Jules Stromboni

Juin

Parler Plusieurs langues – François Grosjean

Juillet

La Reine-garçon

Août

Y, Le dernier Homme

Septembre

Sauveur & fils – saison 1 – Marie-Aude Murail

Octobre

Manga bingo, mes choix

Novembre

Insoumises – Conceiçao Evaristo

Décembre

Ma petite Médiathèque a 7 ans !

Share

Marion – tome 1 [manga]

Marion est une jeune fille de la campagne. Orpheline, elle travaille dans un café pour gagner son indépendance. Elle rêve de chanter. Un jour un homme lui propose de l’amener à Paris pour la faire chanter dans un cabaret, la jeune fille naïve le suit, mais ce n’est pas du tout pour chanter que l’homme l’a fait venir à Paris. Sauvée par le gong (où plutôt par une descente de la police) Marion parvient à s’enfuir et devient un enfant des rues ayant la phobie des hommes.

Quelque temps plus tard, un homme mieux intentionné l’entends chanter et lui propose un vrai rôle dans un cabaret renommé. Mais elle se méfie. Si Aaron ne cache pas de mauvaise intention quant à la vertu de Marion, il cache tout de même quelque chose.

Nous sommes à Paris en 1940. La guerre n’a pas encore touché la ville, mais cela ne va pas tarder. C’est dans ce contexte que la jeune fille, sur le point de devenir une belle femme, tente de devenir chanteuse.

Ce n’est pas un manga historique ni un manga sur la chanson française des années 40. C’est un Paris très cliché et un manga tranche de vie que nous propose Yuu Hikasa. Il met en scène une jeune fille tout ce qu’il y a de plus classique pour un manga, belle et rebelle, farouche à l’exagération, tenace et persévérante, prête à se donner à fond pour réaliser ses rêves.

On suit la jeune fille d’abord dans les rues, puis dans son entrainement pour devenir chanteuse. On voit surtout sa relation avec Aaron évoluer. On dirait que ce dernier tente d’apprivoiser un chat de gouttière. Elle est d’abord très farouche, méfiante, mais se laisse petit à petit aller à plus de confiance. A-t-elle raison de faire confiance à Aaron ? Que cache-t-il ? Et comment les événements historiques à venir vont-ils influencer la vie de Marion ? Voilà ce qu’il nous reste à découvrir.

Ce premier tome prend le temps de présenter son personnage avec flash-back à l’appui. Marion est une jeune fille pleine de vitalité, très charmante, mais qui manque un peu d’originalité. Quand à l’histoire elle pourrait tout aussi bien se passer ailleurs à une autre époque, pour le moment le contexte historique ne joue pas vraiment un rôle important. Sans doute celui-ci se fera plus présent avec l’occupation allemande dans les tomes à venir.

Le premier tome de Marion n’en reste pas moins une lecture agréable. Mais avec des personnages très classiques, ce premier tome ne m’a pas particulièrement marqué.

Marion, de Yuu Hikasa est une série en 2 tomes, dont le premier est sorti chez Komikku en septembre dernier. Le second est prévu pour février.

→ à lire aussi l’avis de Tachan

⇒ sur Amazon

Share

Contes d’un autre genre – Gaël Aymon

Voilà un très bel album de contes. En reprenant les codes et les formes des contres de fées traditionnels, Gaël Aymon nous propose 3 jolies histoires qui brisent les stéréotypes de genre. Les princesses n’ont pas toujours besoin d’être sauvées, alors que certains princes en rêvent.

Des contes à la fois classiques et très modernes. Il y a des rois et des reines, des princes et des princesses, des ogresses et des châteaux enchantés, mais les héros et héroïnes n’ont pas l’intention de se laisser dicter leur conduite et jouer le rôle qu’on attend d’eux.

Contes d'un autre genre

Le premier conte, La Belle éveillée, est, vous l’aurez compris, une réécriture de La Belle au dois dormant où la princesse se libère toute seule et gagne sa propre main.

Ce conte est illustré par François Bourgeon. (couverture)

Rouge-crinière fait penser à Barbe bleue avec une femme en position de force, mais la fin est bien plus jolie et poétique.

Ce conte est illustré par Sylvie Serprix.

Enfin Perce-Neiges et les trois ogresses, rappelle l’histoire de Blanche Neige, mais c’est le prince, beau et délicat, qui s’endort pour être réveillé par une princesse qui parcourt le monde déguisé en homme.

Ce conte est illustré par Peggy Nille.

J’ai beaucoup aimé cet album où l’on retrouve vraiment l’ambiance des contes, mais offre une perspective bien plus moderne sur la place des hommes et des femmes dans la société.

J’ai aimé l’écriture, très agréable. J’ai aussi aimé découvrir un nouvel illustrateur à chaque histoire. Les trois styles graphiques sont très différents les uns des autres, je les ai tous trouvé agréables. Finalement je n’ai qu’un seul regrat : qu’il n’y ait que 3 histoires !

sur le site de Talents hauts (ce n’est pas la même édition, la troisième histoire est différente)

⇒ sur Amazon

Dans le même genre je vous conseille aussi Drôle de Princesse.


 

Share

La trêve de Noël – Michael Morpurgo et Michael Foreman [album jeunesse]

Un très joli album sur un événement particulièrement émouvant : la trêve de Noël de 1914.

Un homme achète un vieux bureau et la veille de Noël décide de se lancer dans sa restauration. Il y découvre un tiroir secret avec à l’intérieur une lettre datée du 26 décembre 1914.

Jim, un officier de l’armée anglaise écrit à son épouse depuis les tranchées pour lui raconter l’extraordinaire événement de la veille : le matin de Noël depuis leur position, les soldats anglais voient les Allemands agiter des drapeaux blancs.

Un premier soldat allemand sort de la tranchée, désarmé, une bouteille de schnaps à la main, suivi bientôt par d’autres. Les Anglais sortent à leur tour et, l’espace d’une journée, aucun coup de feu n’est tiré. Allemands et Anglais parlent et rient ensemble, partagent un repas et une partie de football avant de regagner chacun sa tranchée. Chacun espérant en finir vite avec cette guerre.

Ce que l’histoire ne dit pas, c’est que Jim n’est probablement jamais revenu de la guerre. Ce que nous savons, mais que Jim ignore lorsqu’il écrit sa lettre c’est que la guerre durera encore longtemps après cette trêve.

Le texte est simple et les illustrations douces, je n’ai pourtant pas pu retenir mes larmes. Un très joli album.

sur le site de Gallimard Jeunesse

⇒ sur Amazon


 challenge WWI

  

Share

Jeu-concours : Ma petite Médiathèque a 7 ans !

Voici comme promis un petit jeu-concours pour gagner un album.

Je vous propose de remporter un exemplaire du très joli album de Noël : le renard et le lutin paru en novembre dernier aux éditions l’école des loisirs, dans la collection Pastel. (il s’agit de mon exemplaire, ce n’est donc pas un livre neuf).

Renard et le lutin (Le)

Pour participer c’est très simple : il vous suffit de laisser un commentaire  en répondant aux 2 questions suivantes :

  1. que vient faire le renard près de la ferme ? (la réponse dans ma chronique)
  2. citez un livre de la collection Pastel que vous aimez ou que vous aimeriez découvrir : le catalogue en ligne est ici

Je me réserve le droit de ne pas prendre en compte toutes les participation qui ne respecterais pas un minimum de politesse.

chances supplémentaires :

+1 si vous aimez la page facebook du blog (laissez votre pseudo en commentaire)

+1 si vous me suivez sur twitter (laissez le pseudo en commentaire)

+1 si vous vous abonné sur instagram (laissez encore une fois votre pseudo en commentaire)

Bonne chance à tous et joyeux Noël

Vous avez jusqu’au 5 janvier minuit pour participer, n’hésitez pas à partager et à inviter vos amis.

Les résultats seront apportés par la Befana le 6 janvier.

Share

Ma petite Médiathèque a 7 ans !

Il y a 7 ans, jour pour jour, je publiai ma toute première chronique. Les raisons qui m’ont poussé à créer ce blog je les ai déjà maintes fois racontées (notamment ici), je ne vais pas recommencer. Mais pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire, je vais tout de même préciser que tout à commencé par des échanges avec ma grande fille Yomu-chan.

le logo a été dessiné par Yomu-chan il y 7 ans

C’est en quelques sortes elle qui est à l’origine du blog que j’ai baptisé Ma petite Médiathèque par manque d’imagination et aussi parce que j’avais envie d’y parler d’un peu de tout, à l’instar des rayons d’une médiathèque où l’on peut trouver de tout. Petite, parce que c’est la mienne. Mes lectures, les films que j’ai vus, les images que j’ai aimées, mes bricolages, mes petits plats… Pas seulement les miens puisque mes filles participent également à la vie du blog, au grès de leurs envies. Puisque les chiens ne font pas des chats, tout comme moi, elles adorent les livres et les dessins animés (il n’y a qu’au jardin que je me sens un peu seule, cette passion-là n’a pas été contagieuse XD, mais je suis en train de passer le virus à Chéri…).

Ma petite Médiathèque est par essence un blog très subjectif qui parle de tout ce qui me passe par la tête, avec une grande place faite à la littérature jeunesse.

On me demande souvent si je suis bibliothécaire, instit ou toute autre profession ayant un lien avec la littérature jeunesse, mais non. Ce n’est absolument pas mon métier. Et si je lis beaucoup avec mes filles, mon intérêt pour la littérature de jeunesse ne se borne pas au livre que je lis avec elle ou que je voudrais leur faire lire. C’est un plaisir égoïste. J’aime la littérature de jeunesse, que ce soit les albums illustrés ou les romans. Un plaisir presque coupable parce que dans mon entourage on m’en a fait souvent le reproche. (enfin, je dis « on » et « souvent », mais je pense surtout à 2 personnes bien précises dont le reproche, ou l’incompréhension est si constante et récurrente qu’elles comptent pour 10 !). Combien de fois ai-je entendu : « mais pourquoi ne lis-tu pas de la VRAIE littérature ? »  Que répondre à cela  (en restant poli…) ? J’ai bien peur de ne jamais arriver à trouver des arguments assez solides pour les convaincre, mais cela m’a tout de même poussé à me poser la question. Pourquoi je lis autant de littérature jeunesse ? Pourquoi dédier tant de temps et d’énergie, à lire, mais aussi à décortiquer, à rechercher, à assembler, à comparer, à s’interroger… Je n’ai pas trouvé de véritable réponse, mais il me semble que ma dyslexie en est une des causes. J’ai toujours eu une immense admiration pour les livres. Faut dire que dans la famille il y en avait partout. Et c’était un peu comme le Graal pour moi. Les livres renfermaient tant d’histoires, tant de savoir et moi j’avais tant de mal à lire, c’était un univers inaccessible ou presque. Devenue adulte, et en passant par le truchement de la parentalité, je suis revenue aux livres pour enfants. Les premières lectures à voix hautes étaient une torture tellement c’était difficile, mais le plaisir de retrouver ces livres, de découvrir enfin les histoires qu’ils renferment et le plaisir de les partager, d’abord avec mes enfants, ensuite avec d’autres passionnés de littérature de jeunesse à travers les blogs m’ont donné un goût particulier pour la littérature jeunesse, j’ai envie de découvrir tous ces livres que j’aurais pu lire enfant, et aussi tous ceux qui ont été écrits depuis. C’est un peu un retour en enfance, avec le recul de l’adulte qui ouvre d’autres portes sur la littérature jeunesse. J’aime m’interroger sur le travail de l’auteur autant que j’aime simplement m’immerger dans les histoires.

Cela ne m’empêche pas d’apprécier la littérature pour adultes. Mais la littérature jeunesse a pris une place prépondérante sur ce blog et par conséquent sur la vie de lecteur (à moins que ce ne soit l’inverse !). Le blog influence beaucoup mes lectures, il m’arrive parfois d’être tellement absorbée par le blog que je finis par lire pour le blog plus que pour moi-même.

petit dessin de Mimiko spécial anniversaire

Mais même si ça demande beaucoup de temps j’avoue aimer toujours autant m’occuper de Ma petite Médiathèque. Au cours des 7 dernières années, il y a eu des moments où j’ai eu besoin de faire une pause, de ralentir le rythme, d’arrêter de lire aussi. Mais jamais encore l’idée d’arrêter le blog ne m’a effleurée.

Si au début j’écrivais avec beaucoup de désinvolture, le blog étant très confidentiel, ces derniers temps je me suis rendu compte que le blog prenait de plus en plus de visibilité et cela me remplit de sentiments contradictoires. D’un côté de je suis très fière, d’un autre je me sens un peu angoissée par le fait qu’autant de gens lisent ce que je raconte. Enfin, il n’y en a pas tant que ça non plus, n’exagérons rien, mais tout de même, la fréquentation a doublé en un an et ça fait tout drôle. Je suis encore à de milliers de visiteurs de faire le buzz (et j’espère bien le rester), mais tout de même, ça fait tout drôle ! On se dit qu’il ne faut pas écrire des conneries ! Heu… au fait non, je vais continuer à raconter ce qui me passe par la tête. 😀 parce que c’est ça qui m’amuse et j’espère que c’est ce qui plait aux lecteurs qui reviennent par ici régulièrement.

En voilà une trèèèèèèèèèèès longue introduction pour un billet anniversaire !!! C’est quand que tu sors le champagne et les petits-fours !?

Champagne !

Ma petite Médiathèque et moi fêtons nos noces de laine !

Après cette très (trop !) longue introduction, je vais vous faire grâce du bilan 2018. C’était une très belle année. J’ai beaucoup lu, beaucoup écrit, je me suis beaucoup amusée. Toujours plus de challenges, toujours plus de rendez-vous. Toujours plein d’idées, pas toujours le temps d’aller jusqu’au bout, des tas de chroniques et articles avortés, plein d’idées pour l’année à venir.

Un nouveau look pour le blog. Et une restructuration des rubriques (ça va sans doute encore évoluer).

Des projets pour 2019 ?

Je vais revoir la proposition de challenge. Je ne parle ici que des challenges que j’organise moi-même, pas ceux auxquels je participe.

J’ai envie de développer le challenge Contes & Légende pour en faire un challenge annuel avec des thématiques, des jeux, son mois à thème (septembre)… Je suis encore en pleine réflexion. N’hésitez pas à me laisser vos suggestions, vos envies. J’aime beaucoup ce challenge et j’ai très envie de le voir grandir.

Un autre challenge me tient beaucoup a cœur : Des livres en cuisine. C’est une idée que j’aime beaucoup et il y a de très jolies participations, mais cela mérite d’être mieux structuré, mieux explicité (et surtout mieux partagé ! on n’est pas assez nombreux !). Là encore si vous avez des envies ou des suggestions à faire, lâchez-vous !

En revanche après avoir beaucoup réfléchi et beaucoup hésité, j’ai décidé de mettre fin au challenge Amérique Latine (si quelqu’un a envie de reprendre le flambeau, j’y participerais avec plaisir). Je n’ai pas assez de temps pour m’en occuper et le faire vivre. Les participations sont rares à commencer par les miennes.

En revanche, j’ai bien envie de proposer un nouveau challenge qui nous fasse voyager autour du monde. Les idées ne sont pas encore très précises, mais comme à mon habitude il s’agirait de mêler lectures, cuisine, cinéma, voyage… Mais voyager dans le monde entier sans se restreindre à une seule zone géographique.  Est-ce que cette idée vous plait ? auriez-vous envie de partir en voyage en ma compagnie ? Si vous participez déjà à un challenge de ce genre, laissez-moi le lien en commentaire.

Ne partez pas encore

Je ne vais plus vous retenir longtemps ! Je vous annonce seulement qu’à l’occasion du septième anniversaire du blog, je vais organiser un petit concours qui vous permettront de gagner un album. Rendez-vous demain. 😉

Share

Pain d’épice sans gluten

C’est en lisant cette recette que j’ai eu envie de faire moi aussi un pain d’épice. Je me suis donc inspiré pour créer ma propre recette et tester un pain d’épice sans gluten. Je cherche en effet à réduire ma consommation de farine de blé que je tolère assez mal.

(ici il devait y avoir une photo… mais on a tout mangé avant d’y penser)

Voici donc ma recette :

  • Pour remplacer les 250g de farine de la recette initiale, j’ai préparé un mélange de 100g de faine de sarrasin, 100 g de farine de maïs et 50g de maïzena.
  • La recette initiale préconise 250 g de miel, moi j’ai fini le pot et ça faisait environ 180 g.
  • J’ai eu la main un peu lourde sur le lait et j’ai mis un tout petit peu plus de 200 ml préconisés.
  • 1 œuf
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 cuillère à café d’épices pour pain d’épice (j’achète mon mélange tout prêt)
  • 3 petites pommes épluchées et coupées en petits bouts (dans la recette initiale, c’est 2 poires)

J’ai tamisé les farines, la levure, la maïzena et les épices dans un saladier.

Dans une casserole j’ai chauffé le lait pour y faire fondre le miel.

J’ai d’abord ajouté l’œuf à la farine, puis le lait miel et mélangé jusqu’à ostension d’une pâte homogène (c’est assez liquide comme consistance par rapport aux pâtes à gâteau dont j’ai l’habitude).

J’ai ajouté les pommes et mélangé, avant de verser la pâte dans un moule à cake beurré.

Dans un four préalablement chauffé, je l’ai fait cuire 35 minutes à 180°C.

Verdict :

J’ai trouvé ça très bon. Le sarrasin a un goût très prononcé et ne plaira pas forcément à tout le monde. J’en ai apprécié son goût torréfié, mais j’ai aussi envie de tester la recette avec une farine au goût plus neutre comme la farine de riz. La texture est beaucoup plus granuleuse qu’avec de la farine de blé, mais il était bien moelleux quand même.

La prochaine fois, je mettrai peut-être un peu plus d’épices. En revanche, niveau sucrosité c’était parfait pour moi. Je préfère les gâteaux pas trop sucré.

En tout cas, j’étais très agréablement surprise, tout le monde a aimé. Et le pain d’épice est parti en un rien de temps.


L’image contient peut-être : texte

  

Share

La légende de Saint Nicolas ou la terrible histoire du grand saloir [album jeunesse]

C’est à la bibliothèque que j’ai découvert ce joli album écrit par Philippe Lechermeier et illustré par Aurélie Guillerey, publié par Gallimard Jeunesse.

La légende de Saint Nicolas est assez dure. Un boucher tue trois enfants et cache leur cadavre dans un saloir. Nicolas, alertée par un oiseau vient à leur secoure et ramène les enfants à la vie (on ne sait pas comment).

L’humour de Lechermeier et la douceur des dessins d’Aurélie Guillerey viennent adoucir cette noirceur. Il n’est reste pas moins que cette légende fait froid dans le dos ! Comme souvent avec les vieilles légendes, soit dit en passant.

Une histoire plutôt glauque, mais un très joli album dont j’ai apprécié à la fois le ton et les illustrations.

sur le site de Galimard jeunesse

⇒ sur Amazon

Pour en savoir plus sur Saint Nicolas, je vous invite à lire aussi l’article de Sorbet-Kiwi


 

 

Share

Le village [audiolivre jeunesse]

C’est grâce à audible que j’ai découvert le livre audio. Je n’avais jamais songé avant à en écouter et je dois avouer que si au début j’étais très sceptique, j’ai vite été conquise par cette activité. Depuis j’aime écouter des livres comme d’autres écouteraient la radio ou de la musique. Pendant que je travaille ou que je cuisine, dans le train, en voiture…

Et comme le hasard fait bien les choses,alors que depuis peu nous avons, Mimiko et moi-même, supprimé la télévision de notre routine du soir, Audible me propose une nouveauté jeunesse : Le Village de  Karl Olsberg, un roman se déroulant dans le monde Minecraft. Ni une ni deux, je le propose à Mimiko qui est fan de Minecraft.

Couverture de Le village - Série complète

Le premier soir j’ai du argumenter :  » non ! pas de télé ! mais si tu veux je peux mettre le livre audio ». Bon ben… puisqu’il y a pas de télé possible, allons-y.

Les soirs suivants, je n’ai pas eu à dire quoi que ce soit, j’avais à peine le temps de poser mon sac qu’elle me lançait « on met le livre audio ! »

Cette première expérience est un succès ! Avant de vous parler plus en avant du roman, je laisse la place à Mimiko pour qu’elle vous laisse un mot :

Le mot de Mimiko :

C’était trop trop bien !!!! J’aimerais trop trop la suite !!!! C’était très drôle et amusant.

Comme vous pouvez le constater, elle a vraiment aimé cette lecture/écoute. Ce roman, mais aussi le fait d’écouter des romans plutôt que de regarder la télé. Une expérience que nous allons renouveller !

Mais revenons un peu sur livre. Le village raconte l’histoire de deux jeunes villageois (dans Minecraft les joueurs incarnent les aventuriers, tandis que les villageois sont des PNJ, personnages non-joueurs). Primo, l’un des deux jeunes villageois rêve de partir à l’aventure comme les aventuriers, mais les villageois ne font jamais ça ! De gaffe en quiproquo Primo et son meilleur ami Kolle se retrouvent à vivre des véritables aventures dignes des aventuriers venus d’un autre monde. Zombi, golem, sorcières… des tas de surprises et d’aventures attentent notre duo dans le monde de cubes. Au cours de leurs aventures, ils se feront des amis et rencontreront même l’amour.

Tout y est : aventure, amitié, amour. Le tout servi par une bonne dose d’humour. On ne se prend pas au sérieux, c’est fait pour être drôle.

Le texte me fait penser au ligt-novel : beaucoup, beaucoup de dialogues et un niveau de langue très simple (voir un peu simpliste), mais c’est efficace. Il y a des rebondissements, c’est léger et amusant, parfait pour les enfants. Mimiko qui connait bien l’univers Minecraft s’est vraiment beaucoup amusée et a été prise par l’aventure, elle voulait connaitre la suite.

Moi je n’ai pas trouvé ça particulièrement intéressant, c’est une histoire simple écrite simplement, mais je n’ai pas trouvé ça désagréable à écouter. Ce qui fait que Mimiko pouvait l’écouter dans le salon en notre compagnie. J’avoue pour ma part avoir écouté assez distraitement et avoir loupé quelques passages, mais dans l’ensemble j’ai trouvé ça amusant et c’était très agréable de la voir rire et réagir en écoutant l’histoire.

La série complète faisant plus de 8 heures je pensais au départ que cela prendrait un bon moment de tout écouter. En une semaine c’était bâché et Mimiko était très déçue que ce soit déjà fini.

En conclusion, je dirais que La village rempli parfaitement ses ambitions, un divertissement drôle et léger pour jeunes lecteurs geek.

Et puisque c’est en audiolivre que nous l’avons savouré, un mot sur la performance : c’est très théâtralisé, chaque personnage étant interprété par un narrateur différent. Cela rend l’ensemble très vivant. Mimiko a adoré (sauf une voie féminine), moi j’avoue avoir trouvé cela très très surjoué et pas toujours de façon juste (surtout les personnages principaux qui manquait automaticité), mais ce n’est pas à moi que le livre s’adresse. 😉

Une très jolie alternative à la télévision, pour des soirées légères et animées. Que nous avons complété par des ateliers dessin et autres activités manuelles.

sur audible

EDIT :

Les personnages principaux sont interprété par deux youtubeurs (que je ne connaissais pas mais Mimiko oui) : Frigiel et Siphano et ils nous dévoilent ici un peu l’envers du décours sur l’enregistrement (une première pour eux) :


chut les enfants lisent 

Share

Quelques idées de livres à glisser sous le sapin

Si vous êtes organisé, vous avez sans doute déjà tous vos cadeaux de prêts, ou du moins vous savez déjà ce que vous allez acheter. Moi, je n’ai encore rien (ou presque) acheté et je suis encore en pleine recherche d’idées.

En flânant çà et là j’ai trouvé quelques jolies idées que je partage avec vous. (je ne suis sans doute pas la seule à m’y prendre à la dernière minute).

Voici quelques livres qui vous donneront peut-être des idées :

Un livre de recettes pour geeks gourmands. Les photos font envie et les recettes ont l’air sympas. À offrir à quelqu’un avec qui vous avez prévu de passer le prochain Halloween. 😉

 

Un très beau livre à offrir aux vrais fans du Seigneur des annaux (celui de Tolkien, pas celui d’Hollywood!). De très belles illustrations.

Hayao Miyazaki, nuances d'une oeuvre

Pour les amoureux de Miyazaki. Il livre qui fait des promesses alléchantes. J’ignore si elles sont tenues, en tout cas ça fait envie. (Qoui ? On me souffle à l’oreillette que je ne suis pas en train de faire une lettre au père Noël. Oui, oui, mais bon, si je l’offre à quelqu’un … il/elle pourra me le prêter 😀 non ? )

Les Gouttes de Dieu, le guide des vins, 500 vins de légende

Si les livres précédents ne sont pas pour lutins fauchés, celui-ci c’est carrément pour le lutin qui a les moyens et… bon je sais à qui j’aimerais l’offrir, mais… ben, il n’y aurait plus rien pour les autres ^^. Un gros et beau livre avec 500 vins à découvrir pour seulement 45€


  

Share