Clairs ou obscurs – Jean-Claude Ceccarelli

29 novembre 2019 1 Par Bidib

Couverture Clairs ou obscures

Voici un livre très étrange. Très différent de ce que j’ai l’habitude de lire. Je m’attendais à un roman mettant en scène les peintres de la renaissance italienne, mais le mot « roman » ne me semble pas du tout convenir à ce livre. Il n’y a pas d’histoire, en tout cas pas une histoire construite suivant une logique. Non. Jean-Claude Ceccarelli nous livre tout un tas d’histoires, ou plutôt de bribes d’histoires, des anecdotes, des instants des vies des célèbres peintres italiens de la renaissance, mais aussi des peintres moins célèbres ou oubliés. Le tout dans un texte qui semble n’avoir ni queue ni tête. Pas de chapitre, pratiquement pas de paragraphe. La lecture de ce livre est très troublante, surtout au début. On passe sans cesse du coq-à-l’âne, d’un peintre à un autre, d’une époque à une autre, on change de pays, de cadre, dans une succession qui ne semble pas obéir à une logique ou plutôt qui suit une multitude de logiques. Certains peintres sont rapprochés parce qu’ils se sont connus ou fréquentés, mais d’autres seulement parce qu’ils portent le même prénom ou parce que l’un est mort à la même période ou l’autre est né, parce qu’ils ont vécu dans la même ville, ont travaillé pour le même mécène… Bref, les liens entre les informations qu’on nous livre sont parfois évidents et parfois très fantaisistes.

Ce livre me donne l’impression d’un grand capharnaüm dans lequel se cachent de précieuses informations. Il m’a fallu du temps pour lire ce fouillis. Je ne lisais pas plus que quelques pages à la fois, comme on picore un biscuit avec son thé, prenant le temps en suite d’assimiler la montagne d’information que j’avais reçue en seulement quelques pages. Souvent, j’ai eu envie après une page ou deux de prendre le temps de vagabonder sur internet pour découvrir les toiles d’un tel ou tel autre peintre cité. Ce temps de digestion me parait essentiel pour apprécier à sa juste valeur ce livre. Car je dois dire que si la façon dont c’est écrit m’a beaucoup effrayé au début, j’ai finalement appris beaucoup de choses sur les peintres de cette époque. Et il se trouve que j’adore la peinture de la renaissance. Retrouver les informations que je connaissais déjà et les lier avec les anecdotes qui m’étaient inconnues, découvrir de nouveaux noms, rapprocher des peintres qui se sont influencés, etc. était intéressant et stimulant.

Alors si vous aimez la renaissance et sa peinture, je vous conseille ce livre. Mais je vous conseille d’y picorer quelques pages de temps en temps et de prendre le temps d’ensuite profiter. En le lisant d’un trait on risquerait de passer à côté d’une bonne moitié des informations qu’il délivre, même si le livre ne fait que 105 pages.

 les premières lignes 

Le livre s’ouvre sur Giotto et se referme en compagnie de la célébrissime Joconde. Entre les deux on parcourt plusieurs siècles de peintures, en allant et venant à travers les temps et l’espace.

Saint Etienne par Giotto di Bonone (1320-1325)

La Joconde – Léonard De Vinci (1503-1506)

Clairs ou obscurs sur le site des éditions Sydney Laurent

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


Share