Snow Illusion [manga]

15 avril 2020 35 Par Bidib

Couverture Snow Illusion

C’est un jour de neige hors saison que le jeune homme fait la rencontre avec Yuki, belle et douce. Yuki a tout de la femme parfaite. Ils se marient et elle est l’épouse parfaite, mais le doute le ronge. Elle est trop parfaite. Il doute et c’est la fin. Elle disparait par un jour de neige hors saison.

On retrouve Yuki, ailleurs, toujours aussi douce et dévouée, elle a rencontré un autre homme, encore elle n’aspire qu’à être aimée jusqu’à sa mort. Encore, elle devient une épouse parfaite, mais encore l’homme doute, cède et trahir. Yuki va partir.

Ce qui vient mettre le doute dans le cœur de ses hommes c’est la présente d’un autre qui l’espionne. Qui est-il et pourquoi la cherche-t-il ?

Yuki, cette femme parfaite qui cherche l’amour sans jamais y parvenir est une Yuki-onna. Une femme de neige. Elle est froide, si froide qu’elle pourrait tuer les hommes qui l’ont trahie. Seul un amour réciproque peut la réchauffer. Mais dès que le doute s’immisce dans le couple elle redevient mortellement froide.

Planche supplémentaire © 2014 Icori Ando

© 2014 Icori Ando

Le titre japonais du manga ne laisse aucun doute quant à l’inspiration de l’auteur : Yukionna gensô – michiyuki-hen (雪女幻想 みちゆき篇). Le lecteur français non connaisseur de contes et légendes japonaises découvrira, quant à lui, le lien entre cette histoire fantastique et la légende de Yuki-onna qu’à la toute fin de l’ouvrage, puisque celui-ci se termine par un petit mot de l’auteur qui nous explique sa source d’inspiration. D’ailleurs je dis « la » légende, mais je devrais plutôt dire « les légendes », comme le fait remarquer Icori Ando dans sa postface. En effet il n’existe pas une seule histoire traditionnelle avec ce personnage, mais plusieurs variantes. Ici l’auteur reprend ce principe en nous laissant croiser une autre Yuki-onna dans le dernier chapitre.

S’inspirant des légendes traditionnelles, Icori Ando nous offre une romance fantastique moderne. Yuki cherche une sorte de perfection dans l’amour qu’il lui est impossible d’atteindre. Elle est l’épouse parfaite, trop parfaite : douce, dévouée, soumise, obéissante… Jamais elle n’exprime ses émotions si ce n’est pour dire « ce que je veux c’est être aimé jusqu’à ma mort ». Le désir d’être aimé et finalement la seule chose qui l’anime, bien plus que l’amour qu’elle ressent pour ses partenaires. Il y a en effet quelque chose qui sonne faut dans ses relations. Yuki vit dans le fantasme de l’amour qu’elle veut parfait et inconditionnel. Elle est dans l’illusion, elle est une illusion. Épouse trop parfaite pour être vraie. Mais les idylles qu’elle vit sont-elles aussi parfaites que ça, avant même que le doute s’immisce ? De mon point de vue dès le départ les relations qu’elle vit m’ont paru malsaines, mais je me suis demandé si l’auteur partage mon point de vue. Yuki semble vivre ses histoires comme des idylles jusqu’à la trahison finale. Or moi je trouve que ses couples sont déséquilibrés dès le départ puisqu’elle est trop dévouée. Le premier mari qu’on rencontre, par exemple, c’est un con. En le voyant dire : « Bah, une épouse, c’est normal qu’elle travaille… » je ne peux qu’avoir envie de lui foutre son saké tiède la où je pense alors que Yuki pense « Susumu est gentil, je peux compter sur lui ». Est-ce que l’auteur cherche à nous montrer que Yuki vit dans l’illusion ou est-ce qu’un con pareil est vraiment considéré comme un bon mari ?

Image supplémentaire © 2014 Icori Ando

© 2014 Icori Ando

Cet aspect du récit m’a laissé perplexe, je ne suis pas sûre de comprendre les intentions de l’auteur, mais en dehors de cela j’ai aimé ce manga autant pour son graphisme et pour sa narration. Je trouve que l’histoire est bien menée. Je ne partage pas les aspirations de Yuki, mais je l’ai trouvé touchante et attachante. Et j’ai trouvé intéressant ce cycle sans fin dans lequel elle s’emprisonne elle-même. Elle se présente comme victime des hommes qui la tarissent, mais finalement elle crée cette situation en étant trop extrême dans ses attentes, trop parfaite dans son comportement et trop secrète quant à son passé. Elle attend l’amour éternel, mais elle manque elle-même de sincérité dans ses sentiments. Elle confond amour et dévouement. C’est du moins ainsi que je l’ai interprété.

J’ai trouvé la fin un peu décevante, car elle apporte des réponses un peu trop faciles et surtout pas vraiment de remise en question pour Yuki.

La lecture est agréable et servie par un beau dessin au trait fin, bien plus beau que ne le laisse supposer la couverture que je n’apprécie pas vraiment.

C’est un one-shot, alors si vous voulez vous lancer dans la découverte du manga c’est un titre à essayer. Une histoire adulte, un beau dessin et un seul volume, vous ne prendrez pas trop de risques 😉


C’est ma proposition pour la BD de la semaine. Retrouvez toutes les autres propositions chez Noukette


avec cette lecture je participe au challenge Contes & Légendes et son thème d’avril : Voyage en Extrême Orient

Je participe également aux challenges :

(cliquez sur les logo pour en savoir plus)

Share