Petit panier de BD #16

Petit panier de BD #16

10 novembre 2021 13 Par Bidib

Coucou tout le monde. Me voici avec un nouveau petit panier. Aujourd’hui, c’est BD et comics. 4 titres très différents les uns des autres, 4 lectures que j’ai beaucoup aimées.

Descender, tome 1 : Étoiles de métal

Couverture Descender, tome 1 : Étoiles de métal

de Jeff Lemire et Dustin Nguyen (Urban comics, 2016)

J’ai découvert ce titre grâce au rendez-vous BD de la semaine (il me semble que c’est Natalie qui en avait parlé) et quand je suis tombé dessus à la bibliothèque j’ai eu envie de le lire. Je ne regrette pas. J’ai beaucoup aimé cet album aussi bien pour son dessin que pour l’histoire.

La galaxie est un jour attaqué par des robots géants, les Moissoneurs. Ceux-ci déciment la population avant de disparaitre aussi mystérieusement qu’ils sont apparus. Suite à cette attaque, un mouvement anti-robot conduit à l’élimination de pratiquement tous les robots. La fragile paix de la galaxie est brisé et plusieurs puissances s’opposent maintenant.

Cela fait 10 ans que les Moissoneurs ont disparu quand Tim-21, un androïde de compagnie, se réveille. 10 ans qu’il dort. Sur sa base, il n’y a plus âme qui vive. Tous les habitants sont morts après un accident. Il ne reste que lui et un robot foreur qui travaillait dans la mine et qui déteste les humains.

En se connectant au réseau pour comprendre ce qui a pu se passer durant son long sommeil, Tim révèle sa présence. Deux groupes opposés se précipitent sur la mine, les uns veulent détruire le petit robot en représailles, tandis que les autres veulent l’étudier puisque son code semble être le même que celui des Moissoneurs. Tim-21, lui est programmé pour éprouver de l’empathie et se comporte comme un enfant. Il ne comprend pas tout ce qui lui arrive.

Dans ce premier tome, l’histoire commence lentement. Le décor est planté : l’organisation politique de la galaxie, les Moissoneurs et Tim-21. Puis l’aventure commence avec l’arrivée des deux factions qui cherchent à le récupérer. Là, on est intrigué. Comment ce fait-il que cet inoffensif robot-enfant soit apparentait aux Moissoneurs ? Comment l’équipe venue le récupérer dans le but de comprendre va se sortir des griffes de ceux qui veulent tout détruire ?

Un tome introductif très prenant. Je me suis très vite plongé dans l’histoire, curieuse de comprendre, de découvrir cet univers, tout de suite attaché au petit Tim qui est finalement le plus humain de tous les personnages. Il est confus, effrayé, dépassé, mais aussi prévenant, attentif aux autres, cherchant à concilier tout le monde. Comment lui résister.

Au niveau du dessin, j’ai beaucoup aimé les traits de Dustin Nguyen fin et expressif, avec des couleurs aquarelle très agréables à regarder.

Une lecture SF vraiment chouette. J’ai hâte de découvrir la suite.

sur le site d’Urban Comics

→ sur Amazon, BD Fugue ou chez votre libraire préféré

Avec cette série je participe au challenge de l’imaginaire, au Pumpkin Automne Challenge et à des Histoires & des Bulles.

Pumpkin Autumn Challenge 2021


Brigade Verhoeven, tome 3 : Alex

Couverture Brigade Verhoeven, tome 3 : Alex

de Pascal Bertho, Yannick Corboz et Pierre Lemaitre (Rue de Sèvres, 2021)

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé Verhoeven et sa brigade dans ce nouvel épisode.

Une femme a été enlevée. Le commissaire fait appel à Verhoeven pour la retrouver. Malgré ses réticences, l’inspecteur accepte de travailler sur le dossier. Mais quelque chose le dérange. Qui est vraiment Alex, la jeune femme qui a été enlevée ? La victime de cet enlèvement semble cacher quelque chose et s’il veut la retrouver, il va falloir mieux la cerner. Ce qui avait commencé comme une simple affaire d’enlèvement se révèle être une histoire bien plus complexe.

J’ai aimé cette nouvelle enquête avec ses rebondissements. L’histoire est bien trouvée et l’enquête est plaisante à suivre. Mais comme dans les tomes précédents on comprend de quoi il en retourne un peu plus vite que les enquêteurs donc il n’y a pas vraiment de surprise. Il n’en reste pas moins intéressant de voir comment Verhoeven va en arriver aux mêmes conclusions.

J’ai beaucoup le dessin, réaliste et expressif, avec une jolie mise en couleur. J’aime aussi les personnages que je trouve attachants, même si on n’a pas vraiment le temps d’explorer leurs personnalités. Ça passe trop vite et on est prix par l’enquête, néanmoins les quelques traits de caractère que l’on devine au travers de leur façon de travailler les rendent sympathiques.

Un bon polar.

→ mon avis sur le tome 1 et le tome 2

→ sur Amazon, BD Fugue ou chez votre libraire préféré

avec cette lecture je participe au challenge Polar et Thrillers et au challenge des Histoires & des Bulles


Ténébreuse, tome 1 : Livre premier

Couverture Ténébreuse, tome 1 : Livre premier

de Vincent Mallié et Hubert (Dupuis, 2021)

J’ai découvert ce titre grâce à NetGalley et c’est une très belle surprise. Poussé par la curiosité et la jolie couverture, j’ai abordé ce titre sans apriori. J’y ai découvert une belle épopée de fantasy médiévale.

Arzhur est un chevalier déchu. Rejeté de tous avec comme seul allié son fidèle écuyer. Un soir, trois vieilles dames viennent le chercher pour lui proposer une quête qui lui permettra de racheter son honneur. Il y a une princesse à sauver. Très peu pour lui, les princesses en détresse ce n’est pas son genre. Pourtant, la perspective de se voir offrir une place par le père de la princesse finit par le convaincre. Au grand dam de son écuyer qui se méfie de ses vieilles dames effrayantes.

Le chevalier aurait dû prêter plus attention aux méfiances du jeune écuyer, il s’est bien fait avoir ! Loin de délivrer la princesse, son intervention la met dans le pétrin. Il décide de se racheter en l’accompagnant jusqu’au château de son père, mais rien ne se passe comme prévu. Faut dire que la donzelle n’est pas une princesse comme les autres, sa mère est une créature magique et elle est très en colère.

J’ai beaucoup aimé cette épopée qui commence de façon classique avec un chevalier et une princesse à sauver, mais qui très vite prend une autre tournure. La princesse à de dangereux pouvoirs, et elle fait peur. Alors que le chevalier s’attendait à être reçu en héros il se retrouve mêlé à une sombre histoire qui oppose le roi à son ex-épouse magique. Tout le monde se laisse manipuler par les trois vieilles dames et les choses vont de mal en pire. Mais l’adversité rapproche le chevalier et la princesse qui finiront par se retrouver seuls contre tous. Un premier tome qui nous annonce de belles aventures à venir.

Un premier tome très réussi, avec un très beau dessin. Un cadre classique avec ce qu’il faut d’originalité pour en sortir et nous offrir une belle épopée chevaleresque moderne.

La mère de la princesse m’a fait penser à Mélusine avec qui elle partage les caractéristiques physiques et les pouvoirs. Mais contrairement à la légende, ici le roi connaît la nature exacte de son épouse. Si le couple royal finit par se disputer, c’est à cause de leur enfant et de l’emprise que chacun d’eau veut avoir sur la princesse. Quant à la princesse, elle manque encore d’assurance, mais possède une grande force de caractère et un pouvoir qui ne devrait pas être sous-estimé. Quant au chevalier, il est dépassé par la situation et ne comprends pas vraiment dans quelle histoire il est venu se fourrer, mais on sent son envie de racheter les fautes passées et de devenir meilleur, redevenir un chevalier digne de ce nom.

Les dessins et les couleurs sont très beaux et nous plongent dans cette ambiance médiévale fantasy que l’on n’a plus envie de quitter. Une très belle lecture fantasy, que j’aurais plaisir à poursuivre. Série prévue en 2 tomes.

sur le site des éditions Dupuis

→ sur Amazon, BD Fugue ou chez votre libraire préféré

avec cette lecture je participe au challenge de l’imaginaire, au challenge Halloween et Contes et Légendes, au Pumpkin Automne Challenge et au challenge des Histoires & des Bulles

Pumpkin Autumn Challenge 2021


Le grand voyage d’Alice

Couverture Le grand voyage d\'Alice

de Gaspard Talmasse (La Boite à Bulles, 2021)

Je suis tombé sous le charme de cette bande dessinée. Je ne connaissais pas Gaspard Talmasse et je suis conquise par son dessin et ses couleurs aquarelle. Son dessin est beau et doux, ce qui contraste avec l’histoire ici contée, dure, terrible, glaçante et vraie.

Alice est une toute petite fille quand au Rwanda éclate la guerre et le génocide qui va avec. Contraint de quitter leurs terres, Alice part avec sa mère et ses soeurs sur les routes, un exode qui va durer plusieurs années et qui sera marqué par plusieurs attaques très violentes. Les réfugiés sont poursuivis et attaqués à plusieurs reprises. Alice se retrouve séparée de sa mère. Et continue la fuite seule avec l’une de ses petites sœurs. Elle trouve refuge dans un village avant qu’on la rapatrie pour l’envoyer dans un orphelinat, cette fois elle sera séparée de sa soeur aussi. Puis vient le jour où elle pourra retourner dans son village d’origine, mais les retrouvailles ne sont pas aussi heureuses qu’elle l’eût espéré. De nouvelles épreuves l’attendent. Ses parents ne sont pas là et plusieurs années s’écoulerons avant qu’elle puisse enfin des retrouvées à l’âge de 14 ans.

Gaspard Talmasse met ici en image le témoignage d’Alice qui a vécu toute cette terrible expérience avec ses yeux d’enfants. Nous, lecteurs, nous ne voyons que ce qu’elle perçoit de ce périple. À la fin de l’album, l’interview de la mère vient apporter quelques compléments d’information sur la période d’exode et sur la difficulté de récupérer ses enfants même après les avoir localisés.

J’ai beaucoup aimé cette bande dessinée même si elle raconte une histoire terrible. C’est essentiel de ne pas oublier. Un témoignage important de l’histoire récente du Rwanda. Mais au-delà de témoignage historique, l’auteur a su créer une bande dessinée qui nous tient en haleine, on veut savoir comment Alice va s’en sortir. On la suit avide d’un dénuement pas trop malheureux. Et, comme je disais plus haut, j’ai adoré le dessin, que je trouve d’une grande douceur, les paysages sont magnifiques, les bouilles des enfants adorables. Le contraste entre la douceur du dessin et la dureté du récit rend ce dernier plus facile à lire. Le dessin vient nous mettre un peu de baume au coeur, mais il ne m’empêche pas les larmes de couler.

C’est une très belle bande dessinée, un témoignage important, à lire quand on se sent émotionnellement fort, parce que ça brasse.

sur le site de la boite à bulles

→ sur Amazon, BD Fugue ou chez votre libraire préféré

c’est le titre que j’ai choisi pour le rendez-vous

retrouvez toutes les participations chez Moka

Avec cette lecture je participe également au Pumpkin Automne Challenge. et au challenge Des histoires & des bulles

Pumpkin Autumn Challenge 2021

Share