Archives pour la catégorie fourre-tout

Petite Balade et Grande Muraille

un voyage en Chine en images ça vous tente ? Les éditions Fei vous proposent de faire partie de l’aventure en participant au cofinancement du roman graphique de Maïté Verjux

Petite balade et Grande Muraille, ce n’est pas vraiment un carnet de voyage, ni une bande dessinée autobiographique, mais plutôt un condensé de petites tranches de vie, souvent absurdes et un peu honteuses. Celles qu’on partage volontiers à des proches bienveillants, qui n’oseront (généralement) pas se moquer trop fort.

C’est aussi le fruit d’une envie de voir ce qu’il se passe chez l’autre, tout en ayant conscience qu’on ne comprendra sans doute rien de ce qu’il nous mettra sous les yeux.

C’est 3 mois à Pékin et à Shanghai, entourée de plein de colocataires, et un sentiment persistant d’être totalement à côté de la plaque.

Envie d’en savoir plus ? cliquez ICI 

 

Share

Nouveauté manga #18 – Mai 2017

Voici ma petite sélection des nouveauté manga du mois de mai.

Manga - Manhwa - Chant des souliers rouges (le) Vol.1Le chant des souliers rouges de Mizu Sahara, sorti chez Kaze manga le 10 mai.

résumé : « Deux collégiens aux passions contrariées. Le hasard d’une rencontre. Des chaussures rouges échangées. Devenu lycéen, Kimitaka découvre que suite à ses encouragements, Takara, la fille à qui il a confié ses baskets, s’épanouit le ballon à la main. Inspiré, il décide à son tour de ressortir les souliers rouges pour se lancer dans le flamenco… et, peut-être, se trouver lui-même. »  (source : Manga News)

pourquoi ? la couverture, le titre énigmatique et le résumé qui fait envie. que demander de plus 😉

-_-_-_-

Manga - Manhwa - Old Dog Vol.1Old dog, un manhwa sorti le 26 mai chez Kotoji.

résumé : Un homme retourne dans la ville où habitaient ses parents, décédés depuis plusieurs années. Il écrit l’histoire de sa famille, en leur redonnant une place, et évoque la maladie de sa mère, ses propres regrets et ses souvenirs… (source : Manga News)

pourquoi ? C’est la couverture qui a attiré mon attention par son côté très mature. Après j’ai vu que c’était un mahwa et j’ai eu envie d’en savoir plus. Le résumé me fait envie, d’autant plus que le thème des relation familiales est particulièrement intéressant. J’espère qu’il est ici traité de façon intelligente. Les deux autres titres de l’auteur sorti en France m’avaient fait envie (Moi, jardinier citadin, Les Naufragées) mais je ne les ai pas acheté en raison de leur prix très élevé. Old dog n’est pas donné mais il reste plus abordable que les deux autres titres. L’occasion de découvrir cet auteur.

_-_-_

Manga - Manhwa - Bergère de Lourdes (la)La bergère de Lourdes, manga français sorti le 31 mai chez salvator.

résumé : A Lourdes, petite ville des Pyrénées, la Vierge apparaît 18 fois à une jeune fille de 14 ans à la santé fragile dont la famille est tombée dans la misère. Une foule de plus en plus importante assiste aux apparitions et prie, car Bernadette tombe en extase et son visage est irradié de lumière. Les premières guérisons miraculeuses arrivent. Les autorités religieuses et civiles sont déroutées, exaspérées et Bernadette doit subir beaucoup d’interrogatoires. Les journaux relaient la nouvelle, l’événement devient national. : pour ou contre ? Supercherie ou événement majeur de la foi catholique ? Lourdes devient un grand centre de pèlerinage tandis que Bernadette assaillie, comme une bête curieuse, se retire comme religieuse à Nevers où elle meurt à 35 ans., de la tuberculose. (sources : Manga News)

pourquoi ? A vrais dire je n’aime pas du tout la couverture je ne trouve pas très bien dessiné mais le sujet m’intrigue et je suis toujours curieuse de découvrir des auteurs de manga français. Je ne connais l’éditeur. en revanche j’ai lu le premier tome de Lost Soul de la même auteure et… j’étais loin d’avoir été convaincue.

-_-_-

O.B., yaoi paru chez I.D.P. le 1er mai.

résumé : Retrouvez dans O.B. M. Arisaka, vingt après sa rencontre avec M. Hara, et bien d’autres personnages tout aussi attachants ! Découvrez la suite des aventures de Kusakabe et Sajô dans ce spin-off plein de douceur, où se croisent une foison de personnages touchants et originaux ! Alors que Rihito s’est installé à Kyoto pour intégrer sa prestigieuse université, Hikaru saisis toutes les opportunités pour percer dans la musique. Loin du corps près du cœur, ils apprennent tant bien que mal à surmonter la distance qui les séparent pour faire avancer lentement mais surement leur amour sur la voie du bonheur. L’époque du lycée maintenant terminée, retrouvez Hikaru et Rihito au moment le plus fort de leur relation ! (sources : Boy’s love)

pourquoi ? Parce que c’est Asumiko Nakamura et que ça me suffit 😀

_-_-_-_

Tokyo alien bros, sorti le 4 mai chez Le Lézard noir.

résumé : Tokyo Alien Bros raconte les péripéties de deux extraterrestres envoyés sur Terre afin de déterminer si leur race pourrait s’y installer. Prenant la forme de deux étudiants baptisés Fuyunosuke et Natsutarô, ils posent un regard candide sur leur quotidien et tentent de dialoguer avec les autochtones avec un talent aussi fortuit que certain pour faire naître les quiproquos. Il s’agit également pour les deux « frères » d’apprendre à vivre ensemble : si le cadet est un incorrigible charmeur toujours débordant d’enthousiasme, l’aîné est plutôt craintif malgré ses airs de fier-à-bras. De l’art subtil du rendez-vous amoureux au concept de deuil, du goût du thé à celui du lierre, ils s’efforcent de percer les innombrables mystères de leur nouvelle vie en prenant garde de ne pas dévoiler leur véritable nature. Car le postulat de science-fiction du scénario est davantage qu’un moyen pour Keigo Shinzo de mettre le réel à distance et de créer des situations comiques. Les corps des héros sont plutôt délicats, et le moindre accident menace de les défigurer ou de les estropier temporairement, sans parler des effets spectaculaires de certains aliments sur leurs capacités physiques. Quelles conclusions ces visiteurs de l’espace vont-ils tirer de leurs observations, et comment parviendront-ils à préserver leur couverture ? (source : Manga News)

pourquoi ? le côté décalé m’attire et j’en ai entendu du bien, notamment ici

-_-_-

 La bataille de Yashan 1279, sorti le 5 mai chez Urban China

résumé:  En 1279, la Chine est pour la première fois sous la domination des Mongols. La dynastie Yuan, fondée par Kubilai Khan – le petit-fils de Gengis Khan – a en effet assimilé la totalité de l’empire du milieu… sauf la ville de Yamen, située sur le littoral sud, où un dernier bastion de l’ancienne dynastie Song lui résiste encore. Une des plus grandes batailles navales de l’Histoire s’apprête à avoir lieu… (sources : Manga Sanctuary)

pourquoi ? par curiosité. J’ai la bataille de Shanghai 1937 du même auteur, j’aime beaucoup son trait.

_-_-_

Overlord 1Overlord, nouveau light-novel de s édition Ofelbe sorti le 11 mai. Je suis déjà en train de le lire.

résumé : Nous sommes en l’an 2138. Yggdrasil, le célèbre jeu de rôle en ligne est sur le point de fermer. Momonga, nécromancien Mort-Vivant, chef de la puissante guilde « Ainz Ooal Gown », attend seul l’arrêt du jeu. Cependant, l’heure de la fermeture passée, Momonga n’est pas déconnecté et se retrouve propulsé dans un monde inconnu. Prisonnier, le seigneur maléfique part à la découverte de terres hostiles. Pour survivre, une seule solution s’impose à lui : conquérir le monde. (sources : Ofelbe)

pourquoi ? Je suis toujours curieuse de voir les light-novel publié en France

-_-_-_-

Gloutons & Dragons, sorti le 17 mai chez Casterman

résumé : Après que sa sœur a été dévorée par un dragon et que son groupe a perdu toute leur vivre dans un raid de donjon raté, Lyos et ses compagnons sont déterminés à sauver sa sœur avant qu’elle soit digérée.
Complètement fauchés et dans l’obligation de manger les monstres du donjon, ils rencontrent un nain qui les initie au monde du donjon meshui – une délicieuse cuisine faite d’ingrédients tels que la chair de sauve-souris géantes, des champignons humanoïdes, ou même des mandragores hurlantes.(soureces : Manga Sanctuary)

pourquoi ? Ce n’est pas, à priori, mon style de prédilection mais j’aime bien sortir de mes sentiers battu pour regarder des choses que je n’ai pas l’habitude de lire. Ce titre me parais parfait pour mon challenge Des livres en cuisine 😉

_-_-_-_

Manga - Manhwa - Izana - La voleuse de visageIzana la voleuse de visage, sorti chez lumen le 18 mai

résumé : La jeune Izana a toujours vécu cachée. Sa mère adoptive lui défend absolument de sortir dehors ou de se montrer à qui que ce soit. Elle nit cependant par briser un jour l’interdit et s’aventure dans les rues de la petite ville où elle vit. Quand elle croise une bande de gamins, elle tombe de haut Ils s’enfuient en hurlant de peur et la traitent de monstre. Elle comprend, horrifiée, ce qui cloche chez elle : son visage est tout simplement repoussant ! C’est que dans la région court une terrible légende : à l’issue de l’affrontement entre une sorcière d’une grande laideur et une prêtresse d’une grande beauté, la première a volé son apparence à la seconde. Tous les 43 ans, les nouveau-nés sont donc scrutés avec inquiétude – toute fille au visage disgracieux doit être tuée à la naissance pour ne pas porter malheur aux habitants. Cette légende est d’ailleurs le thème d’une pièce de théâtre qui se joue chaque année. Cet été-là, Izana découvre pour la première fois, dans le rôle de la prêtresse, sa propre cousine. Née la même année qu’elle, Namiko a été épargnée grâce à sa beauté extraordinaire

pourquoi ? même auteur et même sujet que pour Kasane la voleuse de visage, mais c’est cette fois un roman. Je suis curieuse de voir ce que ça donne

Et vous, pour quelle nouveauté du mois de mai avez vous (ou voulez-vous) craquer ?

Share

La grande évasion, le festival du livre de voyage de Pessac

La grande évasion, c’était à Pessac le week-end dernier. Et en coup de vent je m’y suis évadée.

Devant la très jolie médiathèque de Pessac s’étaient dressées quelques tentes qui abritaient libraires et éditeurs venus mettre à l’honneur le livre de voyages. De nombreux auteurs étaient présents le long de ce week-end pour dédicacer leurs livres. Témoignages, livres de photos, albums jeunesse, carnets de voyages… il y en avait pour tous les goûts. Moi j’ai failli craquer pour un joli album dont l’auteur attendait des têtes blondes (ou brunes) pour dédicacer, mais Mimiko ne l’a pas trouvé à son goût alors je n’ai pas insisté.

Après avoir fait le tour des stands Mimiko a filé avec sa grand-mère, j’ai nommé Ma, voir la projection de Océan de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud.

Moi, j’ai profité de ce moment de paix et de solitude pour aller profiter des expos, petites mais nombreuses.

J’ai commencé par les peintures de Benjamin Bozonnet qui m’ont laissée assez indifférente, je dois l’avouer. J’ai enchaîné avec  Carnet de voyage : dans les coulisses du théâtre qui ne m’a pas beaucoup plus parlé. Quand à Chemins de mer, cette expo proposait divers tableau sur le thème de la littérature, le voyage et la mer en partenariat avec les arts au mur Artothèque et la Fondation Le Corbusier.

Les expo suivantes je les ai d’avantage appréciées. A commencer par un carnet de voyage en une seule page de 5,22m de long. Original comme carnet de voyage ne trouvez-vous pas ? C’est l’oeuvre de Bernard Deubelbeiss.

J’ai beaucoup aimé son adaptation de la célèbre grande vague :

J’ai également beaucoup aimé les tableaux de Vivi Navarro. Il y a dans ces tableaux quelques chose de très classique mais touchant, ça me rappelait plein de choses, plein d’ambiance.

Peintre portuaire, incorrigible rêveuse, j’ai une passion sans limite pour la Mer, ses vaisseaux, ses équipages, marchands ou guerriers. Chaque embarquement est la promesse d’ailleurs mystérieux, chaque rencontre avec les équipages la récompense et le partage, la cerise sur le bateau!

C’est ainsi que Vivi Navarro se décrit elle même sur son blog

Mais le coup de cœur je l’ai eu pour les photos  Tarifa-Tanger de Marine Lécuyer. Chaque image se compose de deux photos prises de chaque côté du détroit de Gibraltar.

Retrouvez ses photos sur son site.

Et voilà le temps de faire le tours des expos, j’ai rejoint Mimiko et Ma. Le petit monstre, travaillé par la faim nous a poussé à rentrer sans attendre.

Une jolie escapade dans un très joli cadre et, nous avons eu de la chance, le beau temps était au rendez-vous.

Ici vous pourrez découvrir le programme de cette deuxième édition.

Share

#CoulissesDuBlog 20 – un nom pour la vie

trucs-de-blogueuse-coulissesdublog-2017

C’était la semaine dernière, mais j’ai un peu de retard… dans les coulisses du blog il était question de nom. Du nom du blog, plus précisément.

Alors pourquoi mon blog s’intitule Ma petite Médiathèque ? Parce que je manque cruellement d’imagination ! XD

J’avais envie de créer un blog pour parler manga et anime, mais aussi de cinéma, roman, album jeunesse… et je n’avais pas vraiment d’idées originales quand au nom à lui donner. Et je voulais quelques chose d’assez transparent, compréhensible de tous, accessible. Et comme j’étais (et suis toujours) un rat de bibliothèque, l’idées s’est assez vite imposée d’elle-même. Cela ne concerne que mes lectures/visionnages personnel donc c’est « petit », et comme il n’y a pas que des livres ce n’est pas une bibliothèque. Ma petite Médiathèque était née.

Un nom très simple qui a l’avantage de laisser entendre au premier coup d’oeil quelle sera la ligne éditoriale (plutôt bien vu d’ailleurs au vue de l’évolution de celle-ci ! Le nom lui correspond encore plus aujourd’hui qu’à sa création). Mais il a l’inconvénient, si je puis dire, de prêter à confusion quand à ma profession. Nombreux sont ceux qui ont cru que je travaillais dans le milieux de la bibliothèque alors que pas du tout.

Que pensez-vous de ce nom ? Est-ce qu’il vous donne envie d’aller fouiller dans ses rayonnages ? ou au contraires le trouvez-vous trop banal ?


Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine, je publie un article où je vous donne les dessous de mon blog.

Pour lire les autres participations, allez sur ce lien : https://www.trucsdeblogueuse.com/coulissesdublog20

Vous pouvez également participer à cet événement, voici les conditions : https://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017

Share

C’est lundi que lisez-vous ? #74

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

Les lectures de Bidib

J’ai lu

Résultat de recherche d'images pour "la volière dorée"

Lecture à 2 voix avec Mimiko.

Couverture Links

  

et un peu de manga 😉

Je lis

Animal Tatoo, tome 1 : Les Quatre Elus par Mull

Lecture du soir avec Mimiko.

De longues nuits d'été par Appelfeld

Je n’ai pas beaucoup avancé dans se roman. J’avoue que j’ai un peu de mal à m’y replonger à chaque fois. C’est intéressant mais pas très dynamique.

La par contre je me régale ! Pour être dynamique c’est bien dynamique, et l’ambiance du collège y est très bien rendue.

Je lirais

Couverture Overlord, tome 1 : Le roi mort-vivant

le nouveau light-novel des éditions Ofelbe

Nouveau dans ma PAL

Les lectures de yomu-chan

J’ai lu

 

Je lis

 

Je lirais

Nouveau dans ma PAL

Les lectures de Mimiko

J’ai lu

Résultat de recherche d'images pour "la volière dorée"

Je lis

Je lirais

Nouveau dans ma PAL


C’est lundi on fait le point

Les 15 dernier jours sur le blog

Share

#CoulissesDuBlog 19 – les réseaux et moi

Pour ce nouveau numéro des coulisses du blog, Mia nous invite à parler des réseaux sociaux. Nous avions déjà parlé de facebook. Et j’avais déjà présenté les différents réseaux sociaux du blog il y a 3 ans. Et si je refaisais un point ?

trucs-de-blogueuse-coulissesdublog-2017

Facebook l’incontournable

Je ne vais peut-être pas m’attarder sur facebook puisque je lui ai déjà consacré tout un article CoulissesDuBlog.

La page facebook a été créé très peu de temps après la création du blog. J’y partage tous les liens des publications du blog, mais aussi (avec moins d’assiduité car c’est chronophage) les couvertures des livres chroniqué, un peu de musique, des albums photos déniché sur d’autres pages facebook a qui je veux faire une promotion (photographes, artistes, éditeurs, musées…), parfois même quelques lien d’autres blog. J’anime cette page avec Yomu-chan.

Aucun texte alternatif disponible.Quelque temps après avoir créé la page j’ai aussi crée un second profil, celui de Bidib. J’ai déjà expliqué pourquoi ici. Pour faire bref, je souhaitais pouvoir échanger plus facilement avec d’autres blogueurs sans pour autant mélanger vie perso et vie « publique ». Les photos de mes enfants, je les réserve seulement à la famille et aux amis intimes.

Ensuite, il y a eu les groupes. Je suis maintenant tellement de groupes que j’ai en ai oublié quelques-uns. Mais il y a dans le groupe quelque chose de très sympa. Il y a bien sûr les groupes lié au blog et au challenges comme le groupe que j’ai créé pour le challenge Des livres en cuisine et qui compte non moins de 6 membres. Mais quels membres ! 😉 Et il y a aussi les groupes que je suis par intérêt perso avec le profil Bidib parce que c’est le profil que j’utilise le plus.

Bref, facebook est un formidable outil de partage. Outre y partager mes liens y pioche aussi les liens des autres. En un coup d’œil, j’ai accès aux dernières chroniques des blogs que je suis, directement sur mon téléphone.

Twitter, parce qu’il le faut bien

BidibAvec Twitter j’ai du mal. M’exprimer en si peu de mots, j’y arrive pas. Et le mur twitter et, à mes yeux, un joyeux bordel dans lequel j’ai beaucoup de mal à m’y retrouver. Une conversation twitter c’est carrément compliqué à suivre, je loupe toujours un bout, je sais plus qui répond à qui… Bref, je n’y suis pas à l’aise. Mais alors pourquoi avoir crée un compte Twitter ?

C’est simple, je me suis rendue compte que certains blogueurs (ou ex-bloguers) que j’apprécie sont surtout actif sur twitter. J’avais donc envie de pouvoir interagir avec eux. Et finalement même si je partage tous mes liens sur twitter, je m’en sert beaucoup plus pour échanger avec eux que vraiment comme outil de promotion du blog. Ce qui est intéressant, c’est que suite aux partages de certains articles, des échanges se créent quant au contenu de l’article. Je préférerais que ces échanges se fassent via les commentaires sur le blog, mais c’est moins instantané et moins simple quand on lis sur son téléphone du coup, ben, c’est mieux d’échanger sur les réseaux que de ne pas échanger. J’apprécie toujours d’avoir des retours sur ce que j’écris.

Google +, pour le référencement

Photo du profilComme réseau social, je ne l’utilise pas vraiment. Au même temps, tous les réseaux sociaux proposent un peu près la même expérience et ce que l’on fait (ou on peut faire) sur google + ce fait déjà sur facebook. Comme je ne veux pas perdre trop de temps sur les réseaux sociaux (c’est du temps en moins pour le blog) je concentre mes efforts sur facebook. Google + me sert surtout à communiquer avec les Canadiens 😉 (la personne à qui je pense se reconnaîtra) et a partager mes liens. Je me suis, en effet, rendue compte en faisant des recherches qui n’intéressent pratiquement que moi que les liens de mes partages google + arrivaient en haut des résultat de recherche, avant les liens des article eux-même. Je trouve donc très intéressant de partager les liens via google + afin que les curieux puissent trouver facilement mes articles, surtout ceux qui parlent de choses un peu plus particulière (les chroniques de livres populaires seront noyé dans la masse et mes liens ne toucheront que les personnes abonnées à mes réseaux).

Là encore, c’est faute de temps que j’anime peu et mal ce réseau. Outre le profil de Bidib, j’ai aussi créé une page google + pour le blog. Mais impossible de mettre en place le partage automatique des articles. Du coup il faut que je partage manuellement chaque lien. Si avec facebook, je peux utiliser le même bouton (boutons de partages qui apparaissent sous chaque article) pour partager sur mon profil, la page et les groupes, avec le bouton google + je ne peux que faire le partage sur mon profil. Du coup, je me contente de ça et la page du blog est… déserte !

J’ai peut-être peu de temps à accorder à google + mais surtout, je trouve que ce n’est pas ergonomique. A vouloir bien faire c’est carrément prise de tête. . Même en étant connecté à mon profil google +, je dois cliques sur 4 ou 5 liens différents avant d’enfin arriver sur le profil de la page, et comme c’est super pas clair, à chaque fois, je dois chercher comment faire. De quoi dissuader le plus motivé ! Je m’occuperais de la page du blog quand il auront enfin fait de mise à jour qui simplifie la gestion des pages (pour le moment, c’est plutôt la tendance inverse, c’est de plus en plus compliqué !).

Pinterest et la manie des listes

J’ai créé Pinterest tout d’abord pour y enregistrer des illustrations de mangaka que j’apprécie (Est Em, Ono Natsume, Kaoru Mori…) puis je me suis très vite prise au jeu. J’adore Pinterst, on y trouve plein d’idée pour la maison, la cuisine, le jardin…

J’y ai aujourd’hui plus de 50 tableaux différents.

Ce qui serait sympa ce serait de pouvoir partager les tableaux pinterest ici…. ça fait je sais pas combien de fois que j’essaye, rien à faire. ça ne marche pas !

Instagram, le plaisir de la photo futile

Changer la photo de profilJe suis très images (peut-être pour ça que je n’accroche pas à twitter), j’aime défiler des images et mettre des petits cœurs.

Mon compte instagram a tout juste 3 ans, j’y partage énormément de photos, souvent n’ayant aucun lien avec le blog. On y retrouve des photos de mes lectures, mais aussi beaucoup de cuisine et de fleurs.

Je partage mon compte instagram avec Mimiko, ma petite dernière. Ensemble nous y publions des photos de ses livres préférés, ses lectures du soir, quelques jeux, dessins…

Tumblr, l’oublié

Bidib'sToujours par amour des images, je m’étais créé un compte Tumblr il y a déjà quelques années. J’y partageais beaucoup d’illustrations et de musiques, des choses que j’aime, mais pour lesquelles il n’y avait pas forcement matière à écrire un article sur le blog. Je l’avais vraiment conçu comme le petit frère du blog. Finalement, j’ai délaissé Tumblr au profit de Pinterest et instagram. L’esprit n’est pas du tout le même, mais dans ces 3 réseaux l’image est mise en avant. Et là encore, il est question de temps. Je n’ai pas forcement du temps à consacrer à tous les réseaux et Tumblr demandant plus de temps et d’organisation que les deux autres, il est moins souvent alimenté. Mais de temps à autres, j’y partage encore des illustrations. Quand je découvre un auteur que j’apprécie, je vais toujours voir sur Tumblr si je ne trouve pas de jolies images à partager.

réseaux livresque

Enfin il y a les réseaux livresque où je tiens à jour mes bibliothèques autant par nécessité personnelle (j’ai une mémoire de poisson rouge, si je veux me souvenir de ce que j’ai lu et quand, faut que je le note) que pour le plaisir de partager mes avis avec d’autres utilisateurs. C’est ainsi que je me suis créé un profil Babelio et Livraddict. J’ai également une collection manga sur Manga Sanctuary et Manga News.

Là je crois que j’ai fait le tour 😀 Comment on appelle ça déjà, les ultra-connecté ? XD


Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine, je publie un article où je vous donne les dessous de mon blog.

Pour lire les autres participations, allez sur ce lien : https://www.trucsdeblogueuse.com/coulissesdublog19

Vous pouvez également participer à cet événement, voici les conditions : https://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017

Share

La rédaction

C’est grâce au mooc Il était une fois la littérature jeunesse que j’ai découvert ce livre. Quand je l’ai trouvé à la bibliothèque j’ai tout de suite voulu me faire ma propre opinion. Blandine et Laurette l’ayant emprunté au même temps, nous nous somme lancé dans une lecture commune.

Résultat de recherche d'images pour "la rédaction album"

Une dictature militaire vue à travers les yeux d’un enfant qui cherche à comprendre les événements dont il est témoin : un album extrêmement subtil et fort.

⇒ fiche pédagogique et extrait à découvrir sur le site des édition Syros

Alors que les enfants du quartier jouent au football dans la rue, le père de Daniel, un ami de Pedro, est arrêté sous leurs yeux parce qu’il est contre la dictature. Un peu plus tard, un militaire vient dans l’école de Pedro, et demande aux élèves de décrire ce qui se passe le soir chez eux, les discussions, les visites… Que va raconter Pedro, dont les parents luttent eux aussi contre le pouvoir des militaires ?Toute l’intelligence de cet album, c’est d’adopter d’un bout à l’autre le point de vue d’un jeune garçon qui, en posant des questions, mais surtout en observant et en interprétant les non-dits, esaie de décrypter la réalité qui l’entoure. Pour autant, le lecteur ignore ce que Pedro sait exactement au moment où il se met à écrire sa rédaction. D’où l’incroyable suspense qui sous-tend la seconde partie de l’album, jusqu’à la dernière page… où l’on apprend qu’il faut décidément faire confiance aux enfants. (source : Syros)

La Rédaction est publié une première fois en 1998 sous forme de nouvelle. Antonio Skarmeta en 1998, auteur Chilien née dans les années 40, y dénonce la dictature militaire qui prends le pourvoir au Chili dans les années 1970 (voir l’article de Yomu-chan La littérature de l’exil du Chili). Le texte est ensuite illustré par Alfonso Ruano, dessinateur espagnol. La version française proposé par Syros date de 2007. L’album est recommandé par le ministère de l’éducation nationale pour les élèves du cycle 3.

J’avoue que ma première impression était assez mitigée. D’un côté je n’aime pas trop les illustrations d’Alfonso Ruano. Je n’aime pas le style mais surtout je les trouves trop figées. Mais je dois reconnaître qu’en revanche la mise en scène de l’image est toujours intéressante. Avec le texte j’ai eu un sentiment un peu équivalent : ce qu’il raconte est intéressant mais je n’aime pas du tout le style. C’est trop simplifié, à vouloir utiliser un vocabulaire simple, compréhensible pour les enfants on tombe dans une sorte de caricature, je trouvais que ça ne sonnait pas vrai. Les enfants ne parlent pas si simplement et les adultes ne leur parlent pas comme ça non plus. Je ne sais pas, il y a quelque chose qui me gênait. Je n’aime pas quand on parle aux enfant comme si c’était des imbéciles. Je préfère utiliser des mots compliqués quitte a expliquer. Ici j’ai trouvé que le langage était trop simplifié, stylisé, ça me met mal à l’aise. Les phrases sont trop courtes. Cela enduit une drôle d’ambiance. Mais c’est peut-être, surement même, l’effet recherché. Peut-être, par cette parcimonie de mots, l’auteur cherche a montrer le non dit et les silences qui en disent long. Mais il m’a fallu un moment pour accrocher. En revanche j’ai trouvé la chute excellente. C’est là que tout prend son sens.

⇒ à lire aussi les avis de Blandine et Laurette

 

Share

#CoulissesDuBlog #18 help ! ch’uis perdue !

trucs-de-blogueuse-coulissesdublog-2017

Pour cette nouvelle session de #CoulissesDuBlog, Mia nous demande que est le meilleurs conseils blogging que nous ayons reçu. En lisant l’énoncé j’ai de suite pensé à la généreuse Carolus du Club Shôjo qui a passé toute une après midi à m’aider par tchat. Faut dire que j’ai débarqué dans la blogosphère sans rien n’y connaître. J’ai choisi ma plateforme un peu au hasard et les mise à jour rendant l’interface de plus en plus déplaisante. Je n’aimais pas l’orientation prise par la plateforme. A force de chercher à simplifier je n’arrivais plus à faire ce que je voulais et c’était toujours une prise de tête.

J’ai donc demandé sur les réseaux sociaux comme changer et vers où aller. C’est la que Mackie le premier m’a conseillé d’aller sur ovh pour me créer mon propre domaine à peu de frais tout en ayant l’interface wordpress la mise en page du blog. Très bon conseil sauf que… ovh, ben, il parle à des gens qui savent ce qu’il font et je me suis retrouvé là sans rien comprendre à ce qu’on me demandait. Heureusement Carolus été là pour me traduire en langage je-suis-nulle-en-informatique-mais-je-me-soigne. Et j’ai finalement réussi à valider toutes les étapes, avoir mon joli nom de domaine rien qu’à moi et aussi une interface wordpress que j’aime bien, sur laquelle j’arrive à faire un peu près ce que je veux (je n’ai pas réussi à changer de typographie T_T ni à paramétrer de façon à ce que me liens se partagent de façon automatique sur les réseaux sociaux).

Il existe tout plein de tuto pour aider le novice mais c’est vrai que quand on y connait rien on est un peu perdu. D’avoir quelqu’un qui m’accompagne étape par étape et m’explique ce que tel ou tel terme désigne c’était quand même super.

Après cette migration, j’ai continué à piocher des bonnes idées à droite et à gauche. A chercher comment améliorer ma visibilité, mon référencement ect. Mais cette aide précieuse reçue au moment de la migration vers la version actuelle de Ma petite Médiathèque est sans doute le meilleur conseil que j’ai reçu. ICI vous pouvez voir la première version du blog.


« Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine, je publie un article où je vous donne les dessous de mon blog.

Pour lire les autres participations, allez sur ce lien : https://www.trucsdeblogueuse.com/coulissesdublog18

Vous pouvez également participer à cet événement, voici les conditions : https://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017 »

Share

Un moi au Japon c’est fini !

En avril j’ai renoué avec mes premières amours bloguesques, à savoir le Japon et les japonaiseries, grâce au challenge Un mois au Japon initié par Hilde et Lou (ici ma petite présentation).

J’ai eu du mal à trouver du temps et je n’ai pas pu parler de tout ce que j’avais prévu. J’ai un sac plein d’album jeunesse que je n’ai pas pu présenter, des brouillons d’articles qui traînent de ci de là mais ça y est ! Avril c’est fini et le mois du Japon aussi !

Depuis hier c’est le mois italien 😉

Le temps est venu de faire un petit point (avec 2 bonnes journées de retard) de tous les articles publiés dans le cadre du challenge :

Littérature :

Dans cette catégorie je me suis contentée d’une petite rétrospective sur les plumes féminines japonaises déjà chroniquées sur Ma petite Médiathèque. A cette occasion je parlait de l’incontournable  Yôko Ogawa, mais aussi de la plus discrète mais non moins talentueuse Minako Oba. Mais aussi de 2 autres romans que je vous laisse aller découvrir.

Manga :

Dans cette catégorie j’ai proposé plusieurs articles, étonnant non ?

Cinéma :

J’avais prévu d’être adulte et de présenter des films, des vrais mais… j’ai finalement mis à l’honneur le cinéma d’animation 🙂

littérature jeunesse :

Dans cette catégorie je n’ai pas pu présenter tout ce que j’avais prévu, ni ce que j’ai déniché au cours du moi. Je suis un peu frustrée mais ce n’est que partie remise. Mois du Japon ou pas il y aura toujours des chroniques littérature jeunesse et un petit vent nippon sur Ma petite Médiathèque. J’ai tout de même réussi à trouver le temps de vous présenter Urashima, un petit album chiné au hasard de mes flâneries, juste avant que le mois du Japon ne commence. A cette chronique album jeunesse j’ai fait écho avec le retour de ma rubrique image pour le plaisir des yeuximage pour le plaisir des yeux #19 ~ Urashima Taro.

Photos :

Il y a mes photos avec le détournement du projet 52-2017 au quel j’ai tenté de donner une teinte nippone :

Et aussi avec mon petit o’hanami personnel 🙂

Et puis il y a les photo des autres, enfin les photos de Takashi Yasui, que j’ai mis à l’honneur pour le thème commun Kyoto.

Et aussi :

Hiroshige !!! Enfin depuis le temps que j’avais envie de vous parler de ce maître de l’ukiyo-e, j’ai profité de la thématique Tokyo pour présenter une petite sélection des cent vue célébre d’Edo.

J’espère que vous avez aimé ce voyage au pays du soleil levant en ma compagnie. Nous y retournerons bientôt avec d’autres chroniques. Je vous invite aussi à venir en Italie avec moi en ce moi de mai.

Sore jaa, mata

Share