Archives pour la catégorie fourre-tout

Premières lignes #5 – Le dernier loup-garou

Chaque semaine, Ma lecturothèque nous invite à partager les premières lignes de nos lectures.

Aujourd’hui je vous propose les premières lignes du roman que je viens juste de commencer : le dernier loup-garou de Glen Duncan. Je n’ai lu qu’une quarantaines de pages et je ne sais pas encore quoi penser du roman. Mais les premières lignes m’avaient donné envie :

« C’est officiel, dit Harley. Ils ont tué le Berlinois il y a deux nuits. Tu es le dernier. » Un silence, puis : « je suis désolé ».

Hier soir. Dans la bibliothèque de l’étage, chez lui, à Earl’s Court. Il se tenait légèrement penché en avant, crispé, entre la cheminée de pierre et le canapé sang-de-bœuf. J’occupais le fauteuil près de la fenêtre, un verre de Macallan de quarante-cinq ans d’âge et une Camel filtre à la main, les yeux fixés sur la nuit londonienne où la neige tombait dru. Parfum de mandarine, de cuir et de pin en combustion. Les quarante-huit heures écoulées n’avaient pas complètement dissipé l’engourdissement de la Malédiction : le loup s’attarde toujours dans les poignets et les épaules. Malgré ce que je venais d’entendre, je me disais : Je vais demander à Madeline de me masser ; huile de jasmin tiède et main magnolia aux ongles démesurés que je n’aime pas – que je n’aimerai jamais.

Couverture Le Dernier loup-garou

Share

Top Ten Tuesday #32 – Les 10 livres dont l’un ou des personnages sont des mères ou futures mères

blbababjf

Photo

Rendez-vous hebdomadaire créé par The Broke and the Bookish et repris par  Frogzine. Chaque semaine un top ten sur un thème imposé.


Les 10 livres dont l’un ou des personnages sont des mères ou futures mères

Le thème de la maternité est un sujet souvent abordé en littérature et en tant que femme et mère, il ne me laisse pas indifférent, c’est pourquoi, après quelques semaines d’absence, j’ai eu envie d’honorer le rendez-vous Top Ten Tuesday aujourd’hui. Mais j’avoue que aucun livre ne m’a immédiatement venu à l’esprit. J’ai donc entrepris de remonter le temps à travers ma bibliothèque virtuelle Livreaddict et j’y ai pioché les livres qui selon moi avaient une place ici. Différents types de livres et surtout des mères (ou futures mères) très différentes les unes des autres.

(cliquez sur les couvertures pour accéder aux avis, s’il y en a)

1

Couverture Chère Ijeawele, : Un manifeste pour une éducation féministe

Mais pourquoi n’y ai-je pas pensé tout de suite ?! Il n’y a pas à proprement parler de personnage qui soit mère. Il n’y a pas de personnages tout court. Mais le livre s’adresse à une toute jeune mère et aussi à toutes des mères. J’ai beaucoup aimé ce livre.

2

Couverture Plus forte que le sabre, tome 1

Plus forte que le sabre offre un magnifique personnage de mère. Une femme samouraï d’une force et d’une détermination étonnante. Et un chouette manga (gekiga pour être précis) pour découvrir la vie des samouraïs en seulement 3 tomes

3

Couverture Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part

C’est le premier livre d’Anna Gavalda que j’ai lu et le seul que j’ai vraiment aimé. Si je le mets dans cette sélection, c’est parce qu’il y a dans ce recueil une nouvelle avec une femme enceinte qui m’a bouleversé.

4

Couverture Neige d'amour La légende de Yuki Onna

Avec ce manga on découvre une légende japonaise classique Yuki Onna revue dans un contexte contemporain. Et il y est question d’une mère et d’un choix difficile. Je ne vous en dis pas plus.

5

Couverture Beignets de tomates vertes

J’ai beaucoup aimé ce roman aux multiples personnages. Et il y a plusieurs mères.

6

Couverture Les larmes interdites

Dans ce livre, il y a aussi une mère forte et déterminée. Une vrai, qui a traversé des épreuves qu’on peine à croire réelles tellement c’est épouvantable. J’ai trouvé ce livre très bien écrit, mais si terrible que je ne le conseille qu’à ceux qui pourront le supporter. Moi j’en ai été malade.

7

Couverture La mécanique du coeur

J’ai hésité à mettre ce roman dans la liste, il n’y a ni de mère ni de future mère parmi les personnages principaux. En revanche, il y a une femme qui élève un enfant qui n’est pas le sien avec un véritable amour maternel.

8

Couverture Couleur de peau : Miel, tome 1

Un mère pas très aimante et plutôt dur, mais tout de même pleine d’amour autant pour ses enfants naturels que ses enfants adoptifs.

9

Couverture Le Cortège des Cent Démons, tome 01

Là je me suis fait plaisir, la mère n’est vraiment pas l’un des personnages principaux. Mais c’est un personnage que j’ai beaucoup aimé malgré (ou à cause de) sa discrétion. Et puis ça me faisait une excellente excuse pour placer un manga que j’adore !

10

Couverture Mon père est parti à la guerre

John Boyne nous offre une jolie mère dans ce roman jeunesse qui dépeint le quotidien des habitants de Londres pendant la Première Guerre mondiale.

Share

C’est lundi, que lisez-vous ? #97

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

 Les lectures de Bidib

J’ai lu

 

Cette semaine j’ai lu deux bade dessinées, deux belles histoire Calpurnia, dont je vous ai parlé hier, une bd jeunesse adapté d’un roman éponyme que je ne connaissez pas, et Mazzeru, une sorte d’ovni qu’il faut absolument que je présente plus en détail.

Je lis

Couverture Mange, prie, aime

J’ai commencé un nouveau audiolivre : mange prie aime d’Elizabeth Gilbert.

J’ai fait une pause dans mes autres lectures en cours hormis Les Merveilles de la nature que je lis avec Mimiko chaque soir. Et j’ai timidement repris la lecture de Agatha Raisin (quelques pages par ci par là seulement.

Je lirai

J’ai quelques livres à terminer avant de me lancer dans une nouvelle aventure.

Les lectures de Mimiko

J’ai lu

Je lis

Je lirai


C’est lundi on fait le point

La semaine dernière sur le blog

Les articles les plus vus

  1. SAO – Alicization beginning (tome 5)
  2. Des yôkai et des anime
  3. Light-novel ~ les éditions françaises
  4. In These Words – le tueur, le psychiatre et le sexe
  5. Yôkai, ces créatures sorties du folklore japonais qui peuplent les manga

Les années passées nous parlions de

2017

Projet 52-2017 #semaine18 – Commerce

L’édition généraliste au XX° siècle : Les éditions de Minuit ~ by Yomu-chan

L’édition généraliste au XX° siècle : Les éditions du Seuil ~ by Yomu-chan

La volière Dorée

Morphosis, l’appli qui nous explique

Pasta de Gianpaolo Pagni

La rédaction

2016

Les Raisins sauvages, un joli conte aux éditions Fei

C’est lundi que lisez-vous ? #35

Light-novel : nouvelles licences chez Ofelbe

The Tarot café, du manhwa et des cartes

2015

Nouveautés manga #5 ~ Mai 2015

Food wars !

Le méga challenge 2015 du Club Shôjo

musique ~ che t’aggia di

2014

Noragami

2013

L’encre du passé

Fleurs de pommier

Pour vous Mimi à choisi Yumi

20 : 30 : 40, des femmes par des femmes

2012

En un instant, une vie – Bùi Minh Quôc

Share

Nouveautés manga & BD #23 – Avril/Mai 2018

Voici les titres qui ont attiré mon attention parmi les sorties manga et bd ce printemps.

Ken’en de Fuetsudo et Hitoshi Ichimura, chez Doki Doki

résumé : Sommés par un esprit maléfique de sacrifier une jeune fille à la divinité du temple local, des villageois font appel à Hayate, un chasseur de démons. À leur grande surprise, ce dernier n’est autre qu’un superbe chien blanc, doté de grands pouvoirs. Grâce à son aide, ils ne tardent pas à découvrir que la créature à l’origine de leurs ennuis n’est autre que le kakuen Mashira, un être mi-homme mi-singe, ayant pour habitude d’enlever des humaines. Ce dernier, peu déstabilisé par sa rencontre avec le chien, décide de l’adopter… Ainsi commencent les relations tumultueuses, « comme chien et singe », de ces deux êtres surnaturels au gré des saisons du Japon légendaire ! (résumé : Manga Sanctuary)

pourquoi ? le monde de contes et légendes m’attire toujours, et la couverture laisse prévisager une lecture assez légère ce qui, ma fois, fait du bien aussi

Atomic [s]trip de Atsushi Kaneko, chez Pika.

résumé : Atsushi Kaneko, l’enfant terrible du monde du manga, revient avec un concentré de son talent artistique sous forme d’un recueil qui rassemble les récits courts de sa carrière de 1997 à 2015. Un ouvrage unique où la couleur, la bichromie et le noir et blanc se succèdent au fil des pages et témoignent de son style protéiforme ! (source : Manga News)

pourquoi ? Atsushi Kaneko, ça ne se refuse pas ! Même si je dois dire que son dernier titre m’a plutôt déçu. Le premier tome ne m’a pas du tout donné envie de lire la suite (je veux parler de Deathco). Ce qui me fait penser que je n’ai pas encore fait d’articles sur Wet Moon, la série qui me l’a fait découvrir.

Souvenir de la mer assoupie de Shinya Komatsu, publié par Imho.

résumé : Après les saynètes surréalistes de Tohu-Bohu, Shinya Komatsu revient avec un nouveau recueil de rêves éveillés, situés cette fois dans une petite ville ensoleillée où le temps semble figé à l’heure de la sieste. On y suit avec émerveillement le quotidien de la jeune Lisa, qui telle une Alice du bord de mer semble dotée d’un talent naturel pour faire de curieuses découvertes : un violon en verre d’écume, un pilote de parapluie volant, un phare en mal d’escapades… (source : Manga News)

pourquoi ? Comment resister à cette couverture ? Mais avec ce genre de manga c’est toujours un peu risqué soit j’adore, soit j’accroche pas du tout.

Whispering Les voix du silence de Yoko Fujitani, publié par Akata.

résumé : Kôji est aujourd’hui un lycéen ordinaire. Mais lorsqu’il était enfant, il avait une capacité unique : celle d’entendre les pensées de tout ce qui l’entoure. Les objets, les plantes, les animaux… Mais aussi et surtout celles de ses proches. Très vite, ce don s’est en réalité révélé être une malédiction ostracisante. Ses parents eux-mêmes commençaient à craindre leur enfant, qui pouvait sans le vouloir connaître leurs pensées les plus intimes. À l’adolescence, Kôji a perdu ce pouvoir, et il réussit désormais tant bien que mal à s’intégrer au lycée. Mais un jour, il croise la route d’un petit garçon qui, comme lui autrefois, possède ce « don ». D’abord réticent et indifférent, voire effrayé, il va finalement se prendre de sympathie pour lui et décider de l’aider. Au même moment, un changement s’opère en lui… (source : Manga News)

pourquoi ? le sujet me parle et je suis très curieuse de voir comment il est traité.

Devil inside de Makoto Ogawa et Satoshi Obe, publié par Komikku.

résumé : Jun est un brillant étudiant. Orphelin de bonne famille, il habite dans un somptueux manoir avec de nombreux domestiques dont Kanae qu’il aime tout particulièrement. Hanté par les démons de sa famille et surtout son grand frère Akira, il est également doué d’une faculté d’analyse exceptionnelle et il aide la police à coincer un tueur en série. Mais ce dernier parvient à s’échapper et un soir, il se rend au manoir pour se venger. Au même moment, Akira tente de violer Kanae pour provoquer son petit frère. À la fin de cette nuit d’horreur, tout a changé et un monstre s’est réveillé… mais lequel ? (source : Manga News)

pourquoi ? ça l’ai assez téléphoné mais ça m’intrigue

Manga - Manhwa - Mémoires d'un frêneMémoires d’un frêne de Kun-woong Park, publié par Rue de l’échiquier.

résumé : Au cours de l’été 1950, tout au début de la guerre de Corée, les autorités organisent la liquidation physique de dizaines de milliers de civils, opposants politiques déclarés ou simples sympathisants, par crainte de la contagion communiste. Ce massacre de masse, mis en œuvre par l’armée et la police coréennes, a fait entre 100 000 et 200 000 morts, y compris des femmes et des enfants. Par la suite, il a été délibérément occulté par l’histoire officielle de la Corée du Sud. Ce n’est qu’à partir des années 1990 que des charniers ont été retrouvés et que certains exécutants de la tuerie ont été amenés à témoigner. (sources : Manga News)

pourquoi ? J’avais beaucoup aimé Massacre au pont No Gun Ri du même auteur, enfin, aimer n’est pas vraiment le terme qui convient. Cette lecture m’avait beaucoup marqué. Avec ce nouvel épisode de l’histoire de Corée je pense que les même émotions seront au rendez-vous.

Saltiness de Minoru Furuya, publié par Akata.

résumé : Takehiko a 31 ans, et il croit qu’il est über-cool ! Il se fiche de tout, se croit inébranlable. Une pluie de crottes pourrait lui tomber dessus qu’il resterait là, debout, infaillible. Il profite de la vie, ainsi, en n’en branlant pas une. Pourtant un jour, son grand-père fatigué de son comportement nonchalant, lui donne un véritable électrochoc : tant qu’il ne s’émancipera pas, il sera un fardeau, pire, un parasite, pour sa petite sœur adorée. Profondément choqué, le jeune homme quitte le domicile avec pour objectif de « tuer le monstre ». Mais comment faire quand les seuls qui acceptent d’interagir avec vous sont les chiens et les chats errants ? De rencontres improbables en délires cyniques, Takehiko finira peut-être par trouver sa place dans ce monde… (sources : Manga Santuary)

pourquoi ? C’est surtout la couverture qui m’a frappé. Je ne connais pas cet auteur et il y a quelques chose dans cette couverture qui me donne envie de le découvrir.

Calpurnia de Daphné Collignon, d’après le roman de Jacqueline Kelly, publié par Rue de Sèvre.

résumé : Calpurnia Tate a onze ans. Dans la chaleur de l’été, elle s’interroge sur le comportement des animaux autour d’elle. Elle étudie les sauterelles, les lucioles, les fourmis, les opossums. Aidée de son grand-père, un naturaliste  elle note dans son carnet d’observation tout ce qu’elle voit et se pose mille questions. Pourquoi, les chiens ont-ils des sourcils ? Comment se fait-il que les grandes sauterelles soient jaunes, et les petites, vertes ? Nous sommes dans le comté de Caldwell, au Texas, en 1899. Tout en développant son esprit scientifique, Calpurnia partage avec son grand-père les enthousiasmes et les doutes de ses découvertes, elle affirme sa personnalité entre six frères et se confronte aux difficultés d’être une jeune fille à l’aube du XXe siècle. Apprendre la cuisine et les bonnes manières ou se laisser porter par sa curiosité insatiable ? Et si la science pouvait ouvrir un chemin vers la liberté ? (sources : Rue de Sèvres)

pourquoi ? Je l’ai déjà lu et j’ai beaucoup aimé 🙂 du coup fallait bien que je vous la conseille dans les sorties avril/mai 😉

Sous un ciel nouveau de Kei Fujii et Cocoro Hirai, publié par Ki-oon.

résumé : Un couple de campagnards décide de tout faire pour garder à flot le café que leur défunt fils tenait avec tant d’amour à Tokyo. À l’âge de la retraite, loin de leurs racines et de leurs repères, c’est une nouvelle vie qui commence pour eux…
Naoto n’a plus que sa mère. Celle-ci sent bien que son fils envie les autres enfants, qui peuvent s’entraîner au base-ball avec leur père. Que faire pour adoucir la solitude de son garçon ?
Yayoi a enfin trouvé l’âme sœur ! L’homme qui l’a abordée à la bibliothèque, charmant, gentil et élégant, a tout du prince charmant. Pourtant, malgré la façade avenante de son fiancé, elle se doute qu’il y a anguille sous roche…
Ito et Abe sont amis d’enfance. Tous deux à la croisée des chemins pour leur carrière de sportifs, ils se remémorent le cours d’histoire le plus marquant de leur enfance, qui leur a appris une chose : la vie est courte, trop courte ! (sources : Manga Sanctuary)

pourquoi ? le genre tranche de vie me plait assez et cet album à l’air pas mal. A voir.

Manga - Manhwa - Cuisine ChinoiseCuisine chinoise de Zao Dao, publié par Mosquito.

résumé : La jeune prodige Zao Dao met en scène des moments de la vie quotidienne chinoise autour de l’institution qu’est la gastronomie en Chine. Avec humour et légèreté elle nous décrit ce rapport si particulier des Chinois à la nourriture.

pourquoi ? J’aime beaucoup Zao Dao et en plus cet album parle de cuisine, que demander de plus !!

J’ai aussi repéré un petit dvd qui me tente bien 🙂


à noter deux réédition à ne pas louper si vous ne les avez pas encore lu : Le Gourmet solitaire de Jirô Taniguchi, Blue de Kiriko Nananan et Mauvais genre de Chloé Cruchaudet.

  

Share

Indiquer l’âge sur les romans jeunesse, bonne ou mauvaise idée ?

Indiquer l’âge du lecteur cible au dos des romans jeunesse, est-ce vraiment une bonne idée ? A priori, je dirais que cela peut être une aide précieuse pour l’adulte qui souhaite offrir un livre qu’il n’ a pas lu lui-même. Il m’est arrivé très souvent de chercher un roman à offrir sur une thématique précise pour un enfant de mon entourage et de n’en connaitre aucun personnellement. C’est là que l’aide du libraire devient précieuse, mais si l’âge est directement indiqué sur la quatrième de couverture je gagne du temps en présélectionnant des ouvrages susceptibles de correspondre aux capacités de lecture de l’enfant et à ses attentes. Sur un même thème, il est évident qu’on ne lira pas les mêmes choses à 8 ans qu’à 12. Trouver alors une notion d’âge sur la quatrième de couverture est une aide précieuse.

Mais il y a un effet pervers auquel je n’avais pas songé jusqu’à ce que Mimiko, inquiète, vienne me montrer la quatrième de couverture du petit roman qu’elle était en train de lire (et d’apprécier). Il était écrit « 6-8 ans ». Or, elle en a 10. Angoisse et désespoir ! Était-elle en train de lire un livre pour les petits ? La question de l’âge est un sujet très sensible dans ces périodes-là. Et j’ai bien vu que le spectre de la honte planait au-dessus de son plaisir de lecture. Je me suis, bien sûr, empressé de la rassurer. Que cela voulait seulement dire qu’on était capable de lire ce livre à partir de 6/8 ans, mais que rien n’empêche de l’apprécier à un autre âge. Regarde-moi, je lis bien des romans jeunesse. L’argument est-il vraiment rassurant ? Ça, c’est un autre sujet !

Sa remarque m’amène à me poser la question de la pertinence du « 6-8 ans » écris au dos livre. S’il y a un âge auquel tous les enfants apprennent à lire à l’école, chacun y va a son rythme, tous n’ont pas la même aisance et puis, un roman, s’il est bien fait, peut se révéler aussi amusant à lire à 6 qu’à 10 ans. Cette annotation m’est apparue comme étant trop précise et restrictive, interdisant presque l’accès au roman à ceux qui n’entreraient pas dans le créneau des 6-8 ans.

Ce n’est qu’une petite anecdote, mais cela m’amène à penser que les éditeurs devraient préférer des formulations plus vagues  tel que « à partir de 6 ans » comme on peut le voir sur de nombreux roman. Cela restera une indication précieuse pour l’adulte acheteur quant au niveau de langue du livre, mais n’enfermera pas le roman dans un cadre trop strict, laissant à chaque enfant la possibilité d’y prendre plaisir quelques soit son âge, sans qu’il se sente rabaissé.

En revanche, de nombreux éditeurs font le choix de ne pas indiquer l’âge sur les quatrièmes de couverture, et j’avoue qu’en l’absence d’information je me sens parfois un  peu perdue, tel enfant aura-t-il la maturité pour lire tel au tel roman ? Même après avoir lu un roman jeunesse, je ne sais pas toujours à partir de quel âge celui-ci peut être apprécié.

La question d’ailleurs peut également se poser par rapport aux bibliothèques. Est-ce mieux d’y trouver les romans classés par tranche d’âge du lecteur afin que celui-ci se dirige directement vers des livres qu’il est capable de comprendre et ne se perde pas dans une offre abondante, et pas forcement adapté à ces capacités ? Ou, au contraire, faut-il mélanger les genres et les âges pour ouvrir les horizons du jeune lecteur, et qu’il s’essaye à d’autres lectures peut-être un peu plus ardues ?

Quel est votre avis sur la question ? Faut-il indiquer un âge ou laisser le jeune lecteur choisir au grès de ses envies quitte à tomber sur un livre un peu trop difficile ?

Share

il Viaggio 2018 – le mois italien

Challenge Il Viaggio : on repart?!!!

C’est avec Martine que nous partons une fois encore en Italie pour un challenge lecture (mais pas que).

Le challenge est annuel et mai et le mois à thème que s’y rattache. Je n’ai pas eu le temps de présenter la session 2018 du Viaggio alors je profite du mois italien pour le faire 🙂

Le mois italien :

C'est parti pour notre Mois italien

Martine nous propose un programme facultatif, le voici :

  • Mardi 1er mai 2 mai : Billet de présentation de ce Mois italien 2018
  • Mercredi 2 mai : Jour des enfants : un album ou une BD
  • Jeudi 3 mai : Lancement des « jeuditalie » : lecture libre
  • Samedi 5 mai : A tavola ! Une recette en partage
  • Dimanche 6 mai : Al cinema : un film à nous recommander
  • Mardi 8 mai : La saga « L’Amie prodigieuse » d’Elena Ferrante. Tomes 1, 2, 3 ou 4.
  • Du mercredi 9 au lundi 14 mai : Lectures au choix en lien (si possible) avec le Salon International du livre de Turin (où je serai) et dont la France est l’invitée d’honneur cette année. Vous pouvez présenter des romans écrits par des écrivains français sur l’Italie ou dont l’action est en lien avec l’Italie, ou des romans italiens d’auteurs italiens traduits en français. Un mix des deux ! Mais c’est aussi le bon moment de présenter toutes vos lectures « coup de cœur » !
  • Mardi 15 mai : Voyage ! Voyage ! Vos plus belles photos souvenirs, anecdotes, lieux à nous faire découvrir de vos voyages en Italie.
  • Mercredi 16 mai : Jour des enfants : un album ou une BD
  • Jeudi 17 mai : Jeuditalie : jeudipolar, un roman policier ou thriller
  • Samedi 19 : A tavola : une recette à partager
  • Dimanche 20 mai : Al cinema : un film à nous conseiller
  • Du lundi 21 au dimanche 27 mai : Tour d’horizons des régions en lectures, films, séries TV, théâtre, musique, photos, cuisine…
  • Lundi 21 et/ou mardi 22 : Région Nord : Venise, Florence, Milan…
  • Mercredi 23 : Région Sud : Naples, la Calabre, les Pouilles…
  • Jeudi 24 et/ou vendredi 25 : les îles Sardaigne, Sicile…
  • Samedi 26 et dimanche 27 mai : Week-end à Rome
  • Lundi 28 mai : Une bonne nouvelle ou un recueil
  • Mardi 29 mai : Littérature classique (du 15e au 19e)
  • Mercredi 30 mai : Jour des enfants : un album ou une BD
  • Jeudi 31 mai : Parce qu’en Italie (comme ailleurs!), tout finit toujours par des chansons : Jeuditalie en musique !

Je ne sais pas encore quel rendez-vous je vais pouvoir honoerer, ni quels seront mes lectures à venir.

Pour le moment je suis en pleine lecture d’un livre en italien, j’espère le finir avant le 31 mai.

Il viaggio en 2018 !

(toutes mes participations de l’année)

PREZZEMOLINA Couverture Blanche neige (Rossi) Les Saisons

 

Share

C’est le 1er je balance tout – Mai 2018

Rendez-vous initié par Lupiot, et repris par Charmant Petit Monstre, conçu comme le « petit frère dérangé » du C’est lundi que lisez-vous. Entre le récap de lecture, le bilan et la revue de presse, Lupiot nous invite à tout balancer les 1er du mois.

  1. Top & flop lu le mois dernier
  2. Au moins une chronique lue le mois dernier ailleurs
  3. Au moins un lien qui a fait « wahou » le mois dernier (hors chroniques littéraires)
  4. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

c'est le 1er

Mes lectures d’avril

J’ai un peu moins lu qu’en mars.

  Couverture La longue marche des dindes

  Résultat de recherche d'images pour "ultraviolette se rebiffe frimousse"

 Couverture Chère Ijeawele, : Un manifeste pour une éducation féministe

Top et Flop

Avant tout un petit mot sur un coup de cœur dont j’ai complètement oublié de parler dans le récap du mois dernier. Je l’avais déjà lu, mais pas encore chroniqué, du coup ça m’était sorti de la tête au moment de rédiger mon récap. Mais de quel livre je parle ?

Du Célèbre catalogue Walker & Dawn, bien sûr !

Un chouette roman d’aventure, sorti cette année aux éditions l’école des loisirs. Premier roman de Davide  Morosotto.

J’ai aimé sa narration à plusieurs voix et son aventure riche en rebondissements. Les personnages sont très sympas et surtout ça ne prend pas la tête, c’est amusant, une vraie lecture détente et c’est pile ce qu’il me fallait à ce moment-là.

Ce mois-ci j’ai lu son camarade : La longue marche des dindes (je le désigne ainsi, car il partage plusieurs points communs avec le précédent roman). Plaisant aussi, mais pas au point d’en faire un coup de cœur.

Parmi les coups de cœur d’avril il y a un autre livre jeunesse, toujours aux éditions l’école des loisirs : Le secret du rocher noir de John Todd-Stanton.

Un très bel album qui m’a subjugué par ses paysages sous-marins (où vient cependant se glisser un poisson d’eau douce o_O ).

Les dessins sont très beaux et l’histoire est très bien aussi ! Une jolie fable écologique à découvrir.

Couverture Chère Ijeawele, : Un manifeste pour une éducation féministeOn change complètement de registre avec ce manifeste pour une éducation féministe de Chiammanda Ngozi Adichie, une écrivaine nigériane que j’ai découverte avec ce très court livre publié chez Galimard.

Je l’ai beaucoup aimé, car si les idées quelle avance sont très simple, elle n’en ont pas moins besoin d’être dite et rappelée, car c’est en changeant notre façon de traiter, même inconsciemment, les enfants de façon genré que nous pourrons créer un monde plus juste, plus féministe. Il ne s’agit pas ici de faire la révolution, il n’y a pas de hargne, il s’agit d’apprendre à nos filles à être elles-mêmes, pleinement. Et toute féministe que je suis, ce livre m’a fait réfléchir sur des réflexes sexistes que je peux avoir moi-même sans m’en rendre compte.

Bref un livre qui ne vous prendra pas plus d’une heure et qu’il est bon de lire.

Côté flop, j’ai été assez déçue par Ultraviolette se rebiffe. Je n’ai pas détesté, mais il m’a laissée indifférente. Il me manquait quelque chose.

Sur la blogosphère

des chroniques lectures

En attendant ma chronique, je vous propose de lire celle de Kiona sur Golden Kamui dont je viens de lire le deuxième tome.

Autre chronique manga avec Lou qui nous parle de Pour Sanpei de Fumiyo Kouno. Une mangaka que j’aime beaucoup et un manga qui m’a beaucoup touché par sa simplicité.

Sur La vie page à page, j’ai lu une chronique qui m’a donné envie de lire un autre Saint Exupéry, car finalement de lui je ne connais que Le Petit Prince. Ici on nous parle de Terre des hommes, et ça donne envie.

Thématiques et analyses geek

Je voulais vous parler du challenge Maga Suki le mois dernier, mais, heu…, j’ai oublié ^^’ oups, je sais, j’ai une mémoire de poisson rouge :P, Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire 😀

J’aime beaucoup ce challenge parce qu’il est très différent de tous ceux que je connais. Il ne s’agit pas ici d’écrire chacun sur son propre blog, mais de tous proposer un manga et soumettre un texte à Maga Suki qui se charge de le publier. Chaque mois, un thème. Au challenger de trouver le manga qui y correspond. J’ai découvert ce challenge en mars, le thème était  Un manga avec un message sur l’environnement. J’ai pas résisté à l’envie de faire partie du projet.

Les récapitulatifs de nos propositions ont été publiés en avril (cliquez sur les images pour y accéder). Ma participation est à lire dans le deuxième article.

Dans le cadre de la semaine shôjo, Caro et Matou ont écrit un article très sympa à destination de ceux qui voudrais se mettre au shôjo, mais qui ne savent pas trop comment s’y prendre.

Et pour aller plus loin, vous pourrez compléter par leur article comment détecter un mauvais shôjo ?

Evénements et rendez-vous blog

Avril c’est le mois de la semaine shôjo. Comme chaque année j’ai participé à leur événement interblog (mon billet est ici)

Avril était aussi le mois des challenges lecture Un mois au Japon et Le mois Belge. En voici les récaps (cliquez sur les images) :

logo mois au japon 01.jpg 

Pendant ce temps-là sur le net

Je ne sais plus qui avait partagé ce lien sur les réseaux sociaux, mais il m’avait marqué et j’ai tout de suite eu envie de partager ici, d’une façon ou d’une autre, le travail de l’artiste japonaise Hiro Chiba. 

Elle imprime ses photos sur des feuilles d’arbre et je trouve le résultat particulièrement étonnant et intéressant. Ça donne un côté particulièrement onirique aux images.

Pour en apprendre plus sur cette artiste, je vous invite à lire l’article de japanization.

Vous pouvez aussi la suivre sur sa page facebook.

Après le plaisir des yeux, celui des oreilles. J’ai récemment découvert ce site de la BBC qui propose tout un tas de bruits téléchargeables pour la création de vos vidéo et autres projets audiovisuels. J’ai trouvé cette initiative très intéressante.

Cela devient une habitude, dans ce rendez-vous mensuel j’aime aussi partager avec vous les campagnes de cofinancement qui ont attiré mon attention sur le site Ulule. J’aime beaucoup le principe de faire participer le lecteur au financement d’un livre. J’ai déjà participé à plusieurs campagnes de financement et j’ai rarement été déçue. Voici les campagnes en cours qui ont attiré mon attention ce mois-ci.

Je m’envoie des fleurs

Vous l’aurez compris je suis fan de mooc. Depuis que j’ai découvert ce type de formation, j’ai l’impression d’avoir retrouvé mon cerveau. Je suis toujours à l’affut d’une nouvelle formation, même si en réalité je n’ai pas assez de temps pour m’y consacrer pleinement et que parfois je laisse tomber en cour de route.

Ce mois-ci j’ai commencé un nouveau mooc : What’s up Doc – Formation documentaire pour tous sur la plateforme Fun mooc. Malheureusement les inscriptions sont déjà closes.

En revanche il y a un MOOC qui commence bientôt : La science-fiction explorer le futur au présent, toujours sur la plate-forme Fun Mooc. Les cours commencent le 8 mai. Et bien sûr je m’y suis inscrite. 😉

Petit récap mensuel

Ce mois-ci j’ai pris un peu plus de temps pour moi et un peu moins. Faut dire que j’avais du travail au jardin, comme chaque printemps. 🙂

En avril il y a eu 28 billets, parmi lesquels il y a avait un album jeunesse, 2 films d’animation, 2 bandes dessines, une image pour le plaisir des yeux, 3 recettes, 2 romans jeunesse et un petit manifeste, un petit billet jardin, et bien d’autres choses.

Mes petits chouchous du mois :

Les articles les plus vu ce mois-ci

  1. SAO – Alicization beginning (tome 5)
  2. Des yôkai et des anime
  3. Des yôkai et des manga
  4. Yôkai, ces créatures sorties du folklore japonais qui peuplent les manga
  5. In These Words – le tueur, le psychiatre et le sexe
Share

Premières lignes #4 – Ecrire une chronique de Christine Berrou

Chaque semaine, Ma lecturothèque nous invite à partager les premières lignes de nos lectures. Aujourd’hui ce ne sera pas les premières lignes d’un roman, mais d’un manuel pratique que je suis en train de lire : écrire une chronique presse, radio, télé web de Christine Berrou publié par Eyrolles dans la collection  Les Atelier d’Ecriture.

Couverture Ecrire une chronique presse, radio, télé, webCher lectueur, chère lectrice, je vous remercie de ce que vous venez de faire, à savoir ouvrir mon livre et en lire les premières lignes. C’est un geste qui se perd, et rien que pour ça, veuillez trouver ci-joint un bisous en onomatopée, le voici : smack.

J’ai trouvé cette façon de commencer plutôt amusante. Ce n’est pas tout les jours qu’on commence un livre avec un bisous en pièce jointe. 😀

La suite du livre est plaisante aussi, mais j’attends de l’avoir fini pour vous en parler d’avantage.

Share

C’est lundi, que lisez-vous ? #96

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

Les lectures de Bidib

J’ai lu

Petite semaine de lecture. Seulement 2 bande dessinées finies.

Résultat de recherche d'images pour "ultraviolette se rebiffe frimousse" 

Ultraviolette se rebiffe, la première BD des éditions Frimoüsse que nous découvrons et The End, le dernier one-shot de Zep, sorti chez Rue de Sèvre.

Je lis

Picco per capre

Picco per capre se donne comme mission de faire comprendre à tout le monde la crise que nous vivions actuellement,pas une crise de plus, la chute de notre civilisation. Une lecture qui fait réfléchir.

Je lirais

Je n’ai pas encore décidé.

Les lectures de Yomu-chan

J’ai lu

Je lis

Je lirais

Les lectures de Mimiko

J’ai lu

Couverture Crapule

trop trop bien ! très rigolo mais pas beaucoup de texte


C’est lundi on fait le point

La semaine dernière sur le blog

Les années passées nous parlions de

2017

Eclat 

Kyoto vu par Takashi Yasui

Résultat de recherche d'images pour "jiro taniguchi"

2016

C’est lundi que lisez-vous ? #32

Gisèle, « le combat c’est vivre ! » ~by Yomu-Chan

Yôkai, ces créatures sorties du folklore japonais qui peuplent les manga

2015

Nouveautés manga #4 – sorties d’avril 2015

semaine shôjo : Le meilleur personnage feminin

2014

Wisteria Maiden

L’homme qui marche

Shôjo : la meilleure mangaka

2013

Salon du livre Paris – Rencontre avec les auteurs de Cesare

Du shôjo, mais oui, pourquoi pas !

2012

No.6

Onmipotent Youth Society

Chihayafuru

Share

Le Mois des contes 2018 #3 contes d’Europe

Il y a eu les contes détournés, les contes dont le héros est une femme, la troisième piste de jeu pour cette première session du mois des contes et légendes 2018 était les contes d’Europe.

Voici tous ceux qui ont été présentes :

Couverture Blanche neige (Rossi)Blanche Neige de Francesca Rossi, d’après les frères Grimm, editions Piccolia.

album présenté par moi-même

présentation de l’éditeur : Un grand conte classique rempli d’aventures extraordinaires à partager en famille, pour le bonheur des petits et des grands.

Bidib :  » Un joli album, un conte classique et pas de coup de cœur au rendez-vous pour nous »

♥♥

Roule galette

Un Film des Enfants du CLAS de la MJC Fernand Léger de Corbeil-Essonnes (Ecole Galignani)

court-métrage présenté par moi-même

Bidib : « J’adore »

♥♥

Ivan-dourak et Ivan-tsarevitch

Pourple Velvet nous fait découvrir plusieurs contes russes dont le héros porte le nom de Ivan

Purple Velvet : « Toujours dans ma logique Hiver Russe, que je fais durer tant que possible et puisque c’est le mois des contes, je vous présente 2 héros très connus, qui partagent le même prénom.« 

♥♥

Yarilo, dieu  du printemps de la mythologie slave

Purple Velvet nous raconte une légende slave

Purple Velvet : « Dieu du printemps, donc, logiquement, de la végétation, du bétail, de la fertilité, du renouveau,du soleil…mais aussi des galipettes dans la verdure si vous voyez ce que je veux dire. Dieu des forces vitales et de la nature, c’était inévitable.
Mais on ne cocufie pas impunément la déesse de la mort.« 

♥♥

Résultat de recherche d'images pour "Géraldine McCaughrean, illustré par Kristina Swarner"Casse-Noisette adaptation de Géraldine McCaughrean, illustré par Kristina Swarner

quatrième de couvertureEn ce soir de Noël, Marie reçoit en cadeau un casse-noisette que son frère s’empresse de casser. L’histoire aurait pu s’arrêter là sans… la magie de Noël. C’est alors le début d’une merveilleuse aventure….

Isabelle : « J’ai bien aimé cette histoire, mais aussi le fait que ce soit un livre animé, à chaque page tournée , un système de tirette fait bouger les personnages, les dessins, les couleurs sont très belles et donnent de la féerie à l’ensemble.« 

♥♥♥♥

On se retrouve la semaine prochaine pour la quatrième piste du jeu.

Share