Archives de catégorie : littérature jeunesse

« Je lis aussi des album » ça continue

Il y a quelques jours je faisais un mini bilan du challenge « Je lis aussi des albums » 2013. 21 albums chroniqué, c’est pas mal 🙂

Et bien, en 2014 ça continue ! Je lis toujours des albums et pour la deuxième année je participe à ce challenge qui nous est proposé par Hérisson sur Délivrer des livres. Cette année je suis dans l’équipe des Verts : 20 albums à chroniquer avant fin 2014.

Et cette année, il y a un rendez-vous mensuel : le premier samedi du mois pour parler d’album tous sur le même thème (ou pas). Je ne sais pas si j’aurais suffisamment de rigueur (ou de temps) pour y participer. En tout cas je trouve cette idée super sympa.

Pour suivre le challenge de chaque participant et retrouver les liens vers leurs articles :

Challenge Je lis aussi des albums 2014 – Participants et Titres

Il y a aussi un groupe Facebook

logoalbums2014

Et voilà, c’est parti !

Je souhaite à tous une très belle année de lecture !

à très bientôt pour des chroniques albums jeunesse.

Share

La traversée du temps ~ le roman

C’est après avoir lu un article écrit par Patrick (alias Mackie) sur le Journal du Japon (Yatsuka Tsutsui, l’écrivain dont vous êtes le héros) que j’ai eu envie de lire La traversée du temps dont je connaissez déjà l’adaptation animée.

 

L’histoire :

Kazuko, collégienne, crois perdre la tête quand, alors qu’elle allait se faire écraser par un camion avec son ami Goro, elle se retrouve subitement dans son lit. Un rêve ? Pourtant tout avait l’air si réel. En arrivant à l’école une surprise encore plus grande l’attend : la prof de math recommence de cour de la veille et personne à part elle ne semble s’en souvenir. Son propre cahier de cours n’en porte aucune trace. Mais que se passe-t-il ? Aurait-elle fait un bond dans le passé ?

Mon avis :

Franchement, je suis déçue. Je m’attendais à quelque chose de mieux travaillé, de plus approfondi. Habituellement je préfère toujours l’oeuvre originale au film qui en est tiré, mais ici, il n’y a pas photo ! Le film est bien plus intéressant. L’adaptation animé, en effet, par des petites scènes anodines, nous permet de mieux connaître les personnages et leur personnalité, de nous attacher à eux.

Le livre, lui, ne prend pas ce temps. L’histoire avance très vite sans que l’on puisse faire connaissance avec le trio de personnages principaux (qui sont très différents de ceux du film). Ils restent distants et pas la même, leur histoire me laisse indifférente. Je n’ai éprouvé aucune émotion en lisant ce livre.

Par ailleurs je l’ai trouvé très simpliste. Sans doute la simplicité des mots choisi et les phrases courtes en font un bon livre jeunesse pour s’initier au SF. Mais pour moi c’est trop basique. A conseiller aux tout jeunes lecteurs.

Bientôt je vous parlerais du film 🙂

Share

Je lis aussi des albums – fin du challenge 2013

L’année 2013 aura été riche en événement pour Ma petite Médiathèque. Je participé à mon premier challenge entre blogueurs. Un challenge proposé par Hérisson sur Délivrer de livres. Un challenge qui m’a donné un excellent prétexte pour lire et savourer les albums jeunesse. Un challenge qui aurai fait participer Mimiko activement à la rédaction du blog. Car, si Mimiko n’as pas encore appris à lire et écrire, elle adore les livres (les chiens ne font pas de chat) et elle a souvent imposé ces choix en matière d’album à chroniquer.

Bref, un challenge que j’ai vraiment apprécié :

Je lis aussi des albums

Voici les titres chroniqué dans le cadre du challenge : 

1- Je mangerais bien un enfant

2- De mauvais poil !

3- Vrrr…

4- Le chat au million de vies

5- L’autre bout du Monde

6- T’choupi rentre à l’école et T’oupi à l’école

7- Homme de couleur

8- Mon lion

9- Yumi

10- Le balai des sorcières

11- Une balle, une pomme

12- Un pont

13- Grandes pequeninos

14- Petite Histoire de la Lune et du Soleil

15- La meilleure façon de parler à son père

16- Mon panda

17- Drôle de princesse

18- Sans toi

19- Douce la promesse de l’eau

20- Naadam

21 – La jeune fille qui aimait les chevaux sauvages

Que 2014 soit aussi riche en albums et jolies lectures

Share

Des chevaux, en Amérique

La dernière fois, nous étions partis, avec la rubrique album jeunesse, à la rencontre des peuples et des chevaux des Steppes. Aujourd’hui encore nous alors parler chevaux avec La fille qui aimait les chevaux sauvages de Paul Goble (Le Genérvrier éditions, 2011).

 

Ce joli livre nous raconte une légende amérindienne où une jeune fille qui aime vivre dans la nature, part vivre avec un troupeau de chevaux sauvages.

Les illustrations sont très stylisées et colorées, toujours sur une page à fond blanc ce qui les fait ressortir d’avantage. Le texte est agréable à lire. Un très joli livre qui a enchanté la petite Mimiko.

Share

Des chevaux et la steppe

Avec les albums jeunesse, Mimiko part souvent en voyage. Avec elle et ses livres nous étions parti au Brésil, en Afrique, au Japon et même à côté de la lune ! Aujourd’hui, les livres de Mimiko nous amènent dans la steppe, à la découverte des ses peuples et de ses chevaux.

Naadam :

En Mongolie, de grands troupeaux de chevaux, chèvres et brebis paissent dans d’immenses prairies, sans barrières ni clôtures. Les bergers sont nomades et voyagent tout au long de l’année, installant leur campements près des meilleurs pâturages.

Au mois de juillet, ils se rassemblent pour de grandes fêtes appelées Naadams.

Nous suivons un petit garçon, Namdjil, qui se prépare pour la courses de chevaux. Cette année il y participera avec son cheval couleur de miel. C’est son père qui a entraîné le cheval. Nara, jolie fille aux nattes noires y participe aussi. Namdjil aime bien Nara et il espère qu’il seront tous deux dans les 5 premiers.

Ce que j’en pense :

C’est une jolie histoire, pleine de tendresse, une touche d’humour et beaucoup de détails pour mieux connaitre la vie des nomades Mongols. Des petits encadré donnent même des explication supplémentaires pour les plus curieux. Le dessin, en revanche, n’est pas terrible. Un peu trop quelconque. Un livre plus éducatif qu’artistique.

Qu’en pense Mimiko ?

Mimiko a bien aimé ce livre, l’histoire des enfants et de la course l’as beaucoup intéressé. Cependant elle a prêté très peu d’attention au détails concernant la vie des nomades. Peut-être est-elle encore un peu jeune pour cette partie là.

Naadam

texte et illustration de Magali Bonniol

L’école des loisirs

2003

Douce – La promesse de l’eau

Au fond des steppes, au pays du grand ciel et du vent, vivent les Tamaks. Cette année-là, la sécheresse fait souffrir les bêtes.  Un poulain, rejeté de tous, car il est né tacheté, se glisse un soir au milieu des chevaux autour du dernier point d’eau. Le hommes lui jettent des pierres. Douce, la bergère qui ne sait parler qu’aux bêtes, s’enfuit avec lui…

Ce que j’en pense :

Douce – La promesse de l’eau est un très joli conte sur la tolérance. Douce est une petite fille différente, elle ne sait pas parler. Elle vit à l’extérieur du cercle des yourtes, avec le troupeau de moutons noirs. Wou est un poulain à la robe pie. Chez les Tamaks les chevaux pie portent malheur, Wou et chassé violemment par les hommes. Douce et Wou vont partir ensemble, se lier d’amitié. Après avoir découvert une source d’eau, ils vont revenir vers la tribut pour partager avec les hommes et les bêtes assoiffées leur découverte. Ils seront alors accepté comme membres à part entière.

Contrairement au précédent livre, cet album n’a pas de vocation éducative, on n’apprend pas grand chose sur les Tamaks et leur mode de vie. On se concentre sur l’aventure de Douce et Wou. Un conte plein de douceur illustré par de très beaux dessins.

Ce qu’en pense Mimiko :

Tout comme moi, elle aime beaucoup cette histoire et elle est très heureuses de l’avoir dans sa bibliothèque pour le relire régulièrement.

Douce – La promesse de l’eau

texte et illustrations de Martine Bourre

Didier Jeunesse

2011

Share

Sans toi… j’aime pas !

Mimiko a choisie cet album à la Médiathèque. Elle a de suite été séduite par sa couverture.

sans toi

C’est un bien étrange album que Mimiko nous a choisi !

Sans mon doudou je suis perdue

Une petite fille l’air tristounette sur une chaise… On tourne la page et… d’autres images, mais plus de texte ! Alors je savais pas trop quoi dire, j’improvise jusqu’à arriver à une double page sans image, avec un texte plutôt nébuleux composé de phrases commençant toutes par « Sans ».

Ok, c’était le soir et j’étais fatiguée. Mais :

1) j’ai eu du mal à prononcer à voix haute, les mots ne s’enchaînaient pas naturellement (et pour moi qui ne suis pas francophone à l’origine, c’est très important)

2) j’ai mis un moment à piger que ce que j’était entrain de lire reprenait les différentes images que nous venions de voir

3) j’ai mis encore plus longtemps à comprendre ce que cette histoire nous raconte : une mère déprimée après que le père soit parti. Au fait je n’ai compris qu’au moment du dénouement, du « happy end » avec le retour du père.

Chose plutôt rare, Mimiko a aimé l’album alors que moi pas du tout. Déjà, les illustrations je les ai carrément trouvées laides (Mimiko les aimes beaucoup). Et puis l’histoire… j’aime pas ! Pourquoi ?

1) parce que je comprenais rien et que c’était pas agréable à lire

2) les papa… ça ne revient pas !

Franchement, je trouve cette histoire assez bizarre. Je comprends pas ce qu’il y a à en tirer, ce qu’elle cherche à dire. Moi, je préfère les histoires qui disent « c’est pas grave, la vie continue ». Ici c’est quoi le message ? « c’est grave, mais t’inquiètes pas, il va revenir ».

Le livre se termine sur cette jolie phrase :

Sans toi ni toi ni toi, a dit papa, je n’étais plus moi

C’est bien joli, mais si son papa il revient pas, tu lui dit quoi au gosse ? Ecoute chéri t’as pas  de bol, sans toi papa il s’en sort très bien. Mais toi t’as qu’à déprimer pour le restant de tes jours.

Bon ok, je suis pas objective… Mais moi je me suis sentie vraiment mal à l’aise en lisant cet album. Et que mon jugement soit objectif ou pas, je m’en fiche. J’aime pas et ça me déprime. Ah ! oui, c’est vrai… j’ai qu’à déprimer pour le restant de mes jours…

Share

Drôle de princesse

Aujourd’hui c’est dans la bibliothèque de Mimiko que je trouve mon inspiration. Et c’est un conte pas ordinaire que j’ai choisis.

Afficher l'image d'origine

Drôle de princesse nous raconte les aventure de Rosemonde, une princesse qui n’a pas froid aux yeux, et qui, dans sa quête du prince charmant, affronte mauvaises sorcières, dragons et gros vers de terre. Un seul prince trouvera grâce à ces yeux, bagarreur, celui-ci n’a rien de très charmant.

La mauvaise fée vint trouver la princesse Rosemonde qui ramassait des jonquilles dans la clairière. « Ha-ha ! » ricana-t-elle.
« Je suis la mauvaise fée
et je viens te jeter un sort.
Pendant sept ans tu dormiras,
Et puis un jour, ton prince viendra… »
PAF ! la princesse Rosemonde assomma la mauvaise fée d’un coup de poing bien envoyé, fit sauter son dentier et pulvérisa ses lunette.

 Pourquoi j’aime ce livre ?

Parce qu’il apprends à nous filles (et nos garçon aussi) qu’être une fille n’implique pas forcement d’être un être fragile qui ne peut rien faire d’autre que d’attendre le prince charmant.

un jour mon prince viendra…

Non ! Rosemonde n’est pas du genre à se laisser jeter des sorts et attendre qu’on la sauve. S’il lui faut un prince, elle le trouvera à sa manière. Et ça manière c’est : partir à l’aventure, affronter de terrible danger, délivrer des princes prisonniers et enfin embrasser le beaux au bois dormant .

La fin est un peu trop violente à mon goût. Pas besoin de se bagarrer tous les jours non plus, même pour une femme moderne.

Ils vécurent heureux et se bagarrèrent chaque jour davantage.

Mais le texte, prenant à contre pieds les contes classique, est très drôle et vivant. Les illustrations ne sont pas vraiment à mon goût mais collent bien au récit et à son côté décalé. Rosemonde est aux antipodes des princesse Disney. Et ça fait le plus grand bien à nos petites  !

Share

Mon panda

Ce livre c’est un coup de cœur ! J’adore les dessins qui sont à la fois très simple et vraiment jolis.

« Mon Panda est parti.

Mon Panda a disparu.

Mon Panda n’est plus là. Qui sait quoi de mon Panda ?

Qui a vu mon Panda ?

Qui a pris mon Panda ? Il est où mon Panda ? »

Au fil des pages, on cherche le Panda en émettant des hypothèses parfois très farfelue

« Est-ce qu’il est allé voir de l’autre côté de la lune ? »

Chaque hypothèse est illustré par un très jolis dessin noir et blanc dont seul quelques élément sont coloré, et très coloré, avec des motifs rappelant de beaux tissus. Les dessins sont très stylisé, mais expressifs et très tendres. Un panda vraiment très mignon ! (J’adore les panda !)

Quant au texte il est simple et poétique. Le côté répétitifs plait au plus jeunes. Mimiko l’avait quasiment après par cœur. Et le fait de chercher le panda lui a beaucoup plus. Chaque hypothèse étant formulé sous forme de question elle me donnait une réponse selon qu’elle estimait l’hypothèse bonne ou pas. Un livre avec lequel elle a beaucoup interagit et qui l’a beaucoup amusé. Un livre qu’elle se plait également à lire toute seule.

Bref un très joli livre qui nous a ravis toutes les deux. J’ai bien envie d’aller voir les autres livres de Chiaki Miyamoto (autant que j’en ai vu un autre avec des Panda, chez Nobi Nobi !).

Mon Panda

Ramona Badescu et Chiaki Miyamoto

Belem éditions

2006

Share

La meilleure façon de parler à son père

Quand j’ai vu ce petit album j’ai tout de fuite pensé à Mimiko et son papa. Je leur ai offert et, je me suis pas trompée. Tout le monde c’est bien amusé. Mimiko, mais aussi papa et maman : )

« Ce livre va t’apprendre tout ce que tu dois savoir sur ce grand homme de ta vie : ton père ! »

S’ensuivent des tas de petit conseil pour s’assurer de ne pas mettre les père en colère. Le livre est assez long et comprends 8 chapitres:

  1. Les pères, mode d’emploi
  2. Les deux côté des pères
  3. Ce que les pères aiment
  4. Ce que les pères n’aiment pas
  5. Comment les pères énervent leur enfants
  6. Comment les enfants énervent leur père
  7. Le pouvoir d’un père

Tout lire d’un coup peu être long et redondant, mais un petit chapitre par ci par là c’est très amusant. Et plein de bon sens. Les conseils donné sont somme toute anodin (ne pas mentir, écouter, travailler…) mais donné avec beaucoup d’humour.

« Conseil de fils :

Si tu veaux du soda pendant le dîner ou si tu as besoin d’aller sur internet, demande d’abord à ton père.

Malheureusement, la plupart du temps, les pères laissent les mères prendre les décisions. »

Les illustrations de Kei Acedera sont très simples stylisé et humoristiques, à la façon de strip humoristiques. Noir et blanc et orange.

La meilleure façon de parler à son père

Titre original : How to tolk to Dads

par Alec Greven

illustrations par Kei Acedera

2008 (2010 pour l’édition française)

De La Martinière Jeunesse

Share

Petite Histoire de la Lune et du Soleil

Pour rendre familiers les jeunes enfants à la démarche scientifique

petite-histoire-de-la-lune-et-du-soleil.gif

pourquoi des fois on voit la lune et des fois on ne la vois pas ?

Pourquoi il n’y a pas de soleil la nuit?

Pourquoi je peux pas regarder le soleil?

Pourquoi…

Les enfants ont toujours un tas de questions et parfois il nous prennent au dépourvu. Comment expliquer tout ça…

Et ben voilà, j’ai la solution ! En tout cas pour ce qui est des questions concernant la lune et le soleil 🙂

Ce livre allie une petite histoire mignonne, garçon qui va déménager de l’autre côté de la planète et qui s’inquiète de savoir si le soleil et la lune seront aussi de la partie, avec des explication tout ce qu’il y a de plus scientifique (mais à la porté des plus petits) sur le soleil, la lune, le système solaire. De quoi satisfaire la soif de savoir de plus curieuses jeunes pousses.

« Quand j’étais petit, je croyais vraiment en l’existence d’une lune grosse et ronde comme un melon qui se faisait grignoter chaque jour une tranche… »

C’est avec ces mots du jeune Nicolas que commence l’aventure. Alors qu’il s’inquiète à propos du déménagement, au moment de s’endormis, voilà que Nicolas prend son envole et part loin au-dessus de la maison, loin au-dessus de la terre jusqu’à ce qu’elle devienne une grosse balle bleu. Là il va rencontrer la lune et le soleil. Il va en profiter pour leur poser tout un tas de question. Le soleil et la lune vont lui apprendre où se trouve la lune et le soleil, pourquoi le ciel est bleu, pourquoi la lune change de forme, etc…

Une petite aventure astronomique qui a enchanté mes deux filles. Un livre que je garde précieusement. L’histoire est amusante, captive leur attention et me permet d’expliquer des choses que je n’aurais pas trop su expliquer simplement. Les illustration de Philibert sont douce et mignonnes et ajoutent une touche de tendresse à cette histoire.

Petite Histoire de la Lune et du Soleil

Sous la direction scientifique de Jacques Guarinos

Illustré par Philibert

Le Sablier Editions

logoalbums2

Share