Archives de catégorie : manga – BD – comics

Nouveauté manga & BD – Mai 2019

Voici une petite liste de nouveautés qui ont attiré mon attention, le plus difficile sera de choisir.

Manga

Manga - Manhwa - Kamunabi - Mythes et récits au fémininKamunabi, Mythes et récits au féminin de Hoshino Yukinobu chez Black Box Editions

résumé : Kana IMIBE, jeune sœur du célèbre professeur Shôichiro IMIBE, est une scientifique de renom. Experte dans l’histoire du genre et l’étude des mythologies, la voilà embarquée dans une série d’enquêtes qui l’amèneront à dissiper les ombres du passé. L’humanité s’est construite autour de mythes et de légendes qui remontent aux origines de nos civilisations. Mais quand la réalité dépasse la fiction, mieux vaut savoir où l’on met les pieds… (source : Manga News)

pourquoi ? La couverture à tout de suite attiré mon œil. Et le thème m’intéresse beaucoup.

Manga - Manhwa - HumanitasHumanitas de Aki Yamamoto chez Glénat.

résumé : Ocelot, le chevalier aveugle dans l’Amérique avant l’invasion espagnole. Yuri, le joueur d’échecs russe en pleine guerre froide. Ena, la chasseuse de baleine du pôle nord. Trois destins bien distincts pour une seule question : qu’est-ce qui nous fait vivre ? Suivez le combat de chacun de ces trois personnages à travers le globe, hors de nos règles sociales, de la culture occidentale et de la morale judéo-chrétienne. Une belle réflexion sur l’humanité. (source : Manga News)

pourquoi ? Encore une fois c’est la couverture qui m’a attiré en premier lieu et le pitch à l’air intéressant.

Stand by me, Love letter de Riho Masuda auxx éditions Akata

résumé : Juste avant les vacances d’été, Hazuki reçoit une surprise de taille, sous la forme d’une lettre d’amour : un camarade de lycée qu’elle ne connaît même pas est tombé sous son charme. Mais la jeune fille n’a pas l’intention de sortir avec un garçon dont elle ignore jusqu’au nom. Malgré tout, touchée par sa sincérité, elle finit par accepter de le fréquenter, d’abord en tant qu’ami… (sources : manga news)

pourquoi ? Le style particulier du dessin m’a rendue curieuse et comme je ne lis jamais de shojo romantiques, c’est l’occasion de changer de mes lectures habituelles.

La vie devant toi de Hideki Arai (d’après le roman de Yamada Taichi) chez Akata

résumé : Sôsuke, aide-soignant dans la vingtaine, vient de démissionner de l’EHPAD au sein duquel il travaillait. Mais grâce à Mlle Shigemitsu, aide à domicile quadragénaire, le jeune homme retrouve très vite un travail : c’est désormais sous le toit d’un vieillard connu pour sa mauvaise humeur, monsieur Yoshizaki, que Sôsuke exercera son métier… L’aide-soignant, encore écrasé par le poids d’une culpabilité inavouée, pourra-t-il assumer ce nouveau quotidien ?
Avec ce manga adapté d’un roman, Hideki Arai revient sur le devant de la scène ! Décrivant le quotidien de trois délaissés de la société, il livre du même coup son œuvre la plus lumineuse ! (source : Manga News)

pourquoi ? J’ai beaucoup entendu parler de Hideki Arai et l’histoire me semble intéressante, l’occasion pour moi de découvrir cet auteur.

Marmaid Prince de Kaori Ozaku chez Delcourt/Tonkam.

résumé : Mermaid Prince : Après le mariage de sa sœur, Mugi a déménagé à Okinawa, et connaît quelques difficultés à s’intégrer. Il va rencontrer une fille dans la même situation que lui. C’est là qu’il entend l’histoire de la sirène qui exauce tous les désirs. Les hauts de Pluie et Lune raconte les sentiments compliqués que doit gérer une jeune fille qui a peur des garçons. Tout dérape quand sa meilleure amie se trouve un copain. Avec Jour de neige, on suit un étrange père et son fils qui viennent se réfugier dans une médiathèque.

pourquoi ? Trois courtes nouvelles pour découvrir une auteur qui me fait envie par son style graphique

Le Livre des démons de Konkichi chez Komikku

résumé : Shotaro Mononobe est le jeune gérant d’un magasin de livres d’occasion. Très calme et peu amical, c’est un passionné de lecture. Il est assisté par le jeune Shiro qui s’occupe de diverses tâches comme le ménage. Personne ne connaît la nature de leur relation, mais il semble que quelque chose de mystérieux les relie.
Shotaro est en fait à la recherche d’un livre spécial qui transformerait ses lecteurs en démons. Mis au courant du meurtre mystérieux de deux jeunes filles, il se rend sur les lieux pour mener son enquête. Il semble qu’un démon soit l’auteur du crime. Le danger se rapproche de Shotaro et Shiro, mais ces derniers ne sont pas comme les autres…

pourquoi ? des démons et des livres, comment résister 😀

BD, comics etc…

Enferme-moi si tu peux Enferme-moi si tu peux de Pandolfo et Risbjerg chez Casterman

résumé : Entre la fin du XIXe et le milieu du XXe siècle, femmes, pauvres, malades et fous n’ont aucun droit. Parmi eux, Augustin Lesage, Madge Gill, le Facteur Cheval, Aloïse, Marjan Gruzewski et Judith Scott sont enfermés dans une société qui les exclut. Ils vont pourtant transformer leur vie en destin fabuleux. Un jour, du fond de leur gouffre, une inspiration irrépressible leur ouvre une porte. Sans culture, sans formation artistique, ils entrent comme par magie dans un monde de créativité virtuose. Touchés par la grâce ou par un « super-pouvoir de l’esprit », ils nous ont laissé des œuvres qui nous plongent dans un mystère infini. (source : Sanctuary)

pourquoi ? Des destins hors du commun à découvrir, une très belle couverture, que demander de plus ?

Le loup (Rochette) Le loup de Rochette chez Casterman

résumé : Comme dans son précédent album, l’action se déroule au cœur du Massif des Écrins, dans la vallée du Vénéon. Un grand loup blanc et un berger vont s’affronter passionnément, jusqu’à leurs
dernières limites, avant de pactiser et de trouver le moyen de cohabiter.
Rochette célèbre une nouvelle fois la haute montagne, sa beauté, sa violence ; l’engagement et l’humilité qu’il faut pour y survivre.
Il tente aussi, par la fiction, de trouver une porte de sortie au conflit irréductible de deux points de vues, justes l’un et l’autre : les bergers qui veulent protéger la vie de leurs bêtes, les parcs qui tentent de sauver des espèces en voie d’extinction.

pourquoi ? Tout est dans le titre ! Les loups à la maison on aime ça alors, dès que je trouve une lecture qui à l’air intéressant sur le sujet, je note.

Aweto de Nie Jun chez Gallimard

résumé : Sur la Route de la soie, au temps de la dynastie Tang. Mystérieusement guidés par une nuée d’insectes, Xie-yue, son frère Qi-liu et leur mère traquent les awetos, ces précieuses plantes très convoitées, pour les vendre sur le marché. Mais tout comme les seigneurs du pays, les chasseurs espèrent surtout mettre la main sur l’aweto céleste, gage d’immortalité… (source : Manga Sanctuary)

pourquoi ? de dessin à l’air très beau


Voilà, ma wishlist est prête, il ne me reste plus qu’à choisir 🙂

Quels sont les titre prévu en mai qui vous font le plus envie ?

Share

Hokusai et le manga (partie 1)

extrait de Hokusai Manga

Nombreux sont les auteurs qui attribuent l’invention du mot « manga » à Hokusai. Mais ce n’est pas tout à fait vrai ! Si Hokusai a bel et bien utilisé ce terme, ce n’est pas lui qui l’a inventé. Jean-Marie Bouissou nous apprend dans son livre Manga Histoire et univers de la bande dessinée japonaise que le mot manga avait déjà été utilisé pour désigner des esquisses ou des caricatures avant qu’il ne soit popularisé par Hokusai (en 1771 par Kankei Suzuki puis en 1798 par Kyôden Santô).

Si Hokusai n’est pas l’inventeur du terme, il a largement contribué à le populariser en publiant des carnets de dessins et esquisses sous le terme de Hokusai Manga (北斎漫画). Ce que l’on nomme communément LA manga de Hokusai. Pourquoi au féminin et au singulier ? Cela reste un mystère pour moi, néanmoins cela nous permet tout de suite de savoir si on parle des carnets de dessins de Hokusai ou d’un manga au sens moderne du terme, cet à dire une BD. Car oui, le terme manga dont la traduction littérale pourrait être « images dérisoires » désigne tout simplement la bande dessinée au Japon. Tintin est un manga. Mais chez nous en francophonie LE manga (cette fois au masculin et même qu’on peut le mettre au pluriel) désigne la bande dessinée venue du pays du soleil levant, et, dans de rares occasions, d’autres bandes dessinées qui bien que non nippone sont si fortement influencé par le manga qu’elles y sont assimilées (là je parle de ce qu’on appelle aussi global manga). Sous ce terme générique, les non-initiés mettent aussi la bande dessinée chinoise (manhua) et coréenne (manhwa).

Mais où est-ce que je veux en venir avec cette longue introduction ? Et bien, il y a quelque temps (il y a trèèèès longtemps) je vous avais proposé un article où il était question d’Hokusai et d’albums jeunesse, aujourd’hui je vous propose un deuxième article sur le grand maître de l’estampe japonaise à travers cette fois l’univers du manga.


LA manga d’Hokusai :

Comme on l’a vu plus haut, Hokusai a publié de son vivant de nombreux carnets de dessin auxquels il donna le nom de manga. Il semblerait que le maître poussé par un grand nombre de disciples désireux d’apprendre son style ait publié ces carnets comme autant de cours de dessin (j’ai lu ça quelque part et je n’irais pas vérifier). Quoi qu’il en soit ces carnets eurent un grand succès et sont toujours disponibles pour les amateurs dans une édition complète et commentée publié par les éditions Hazan (900 pages, 57€).

Dans ces carnets on retrouve de nombreux dessins mettant en scène le quotidien de l’époque, des personnages, des outils, mais aussi des fleurs et des animaux. Le surnaturel s’y invite également avec de nombreux mythes de fantômes dans les Japonais étaient déjà fervents amateurs à époque.

Hokusai manga 1

Les éditions de la BnF proposent également un ouvrage sur la manga d’Hokusai regroupant une soixantaine de planches sélectionné parmi les volumes de la manga conservé à la Bibliothèque nationale de France. Si vous ne pouvez pas y profiter de l’intégralité des dessins, l’ouvrage est plus accessible que le précédent (24.50€, 159 pages).

Le plus dur va être de choisir entre les deux ^^

J’ai aussi trouvé un livre proposé cette fois par Galimard (120 pages, 19 €), et un autre par les éditions La Martinière (696 pages, 42 €)

 

Enfin, si vous ne voulez pas dépenser un sou, vous pouvez visionner les carnets de croquis numérisé sur le site de l’INHA.

Vous avez là de quoi satisfaire votre curiosité !

Si vous voulez profiter des dessins d’Hokusai tout en lisant de la poésie j’ai un dernier ouvrage à vous conseiller : Haïkus des quatre saisons Estampes d’Hokusai (édition Seuil)

Rien d’autre aujourd’hui

que d’aller dans le printemps

rien de plus

BUSON

Celui-ci je l’ai dans ma bibliothèque, mais… les haikus faut aimer ! Moi la plupart du temps je reste là à essayer de comprendre pendant des heures. Enfin, c’est un peu près l’effet que me fait la poésie en général. 🙂

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré

Mais, je ne vous avais pas promis du manga, moi ? Celui au masculin, avec des vignettes dedans ! Pas de panique j’y viens 😉


Hokusai en manga :

Hokusai a publié des manga, il a popularisé ce terme et finalement il a fini par y entrer (dans les manga) puisque plusieurs mangaka contemporains lui ont rendu hommage en retranscrivant sa vie en manga. Loin de tous les connaitre, je vais vous en présenter 2.

 Hokusai ~ Ishinomori Shotaro

Ce manga traînait depuis des années sur mon étagère. Je l’avais acheté pour son sujet, mais graphiquement il n’était pas trop à mon goût et je l’ai finalement oublié là en attendant d’être assez motivée pour m’attaquer au gros pavé. Même en BD les gros pavés me font peur. Et ça tombe bien ! Ce manga s’inscrit pleinement dans le parcours de découvert du grand maître que j’ai entamé avec le précédent article  : Sous la grande vague d’Hokusai avec un regard d’enfant.

Il est vrai que le dessin d’Ishinomori ne me plait pas beaucoup, un peu trop caricatural et burlesque ici, mais beaucoup plus personnel et émancipé de l’influence de Tezuka que dans Kamen Rider (que je n’ai vraiment pas aimé).

Pourtant, une fois rentrée dans l’histoire, j’ai été happé par le récit et j’en ai oublié mes a priori sur le dessin. Le côté burlesque colle parfaitement au personnage d’Hokusai tel que nous le présente Ishinomori : un artiste de grand talent, un peu fou, qui sans cesse se remet en question et qui jamais ne se satisfait de son art. Mais aussi un homme du peuple qui aime le plaisir de la chair. Je ne sais pas à quel point Ishinomori a pris des libertés, mais il a su rendre son personnage très sympathique et vivant.

Quant à la structure du récit, elle est très particulière, car elle ne suit pas l’ordre chronologique de la vie du maître, mais elle la déconstruit. Chaque chapitre indique l’âge du maître au moment où il parle, mais à l’intérieur de chaque chapitre Hokusai se remémore des époques intérieures. Ce qui fait qu’on ne cesse d’aller et venir dans les différentes époques de sa vie, qui fut longue, surtout pour l’époque.

Graphiquement, une fois le dessin caricatural apprivoisé, il devient même agréable. Et le récit est parsemé de reproduction d’estampes du maître très plaisantes à voir.

Vous aurez même droit à plusieurs scènes de sexe (jamais choquant je vous rassure) ce qui ne surprendra pas ceux qui connaissent les Shunga du maître (vous pouvez voir dans l’extrait ci-contre la reproduction de son célébrissime rêve de la femme du pêcheur).

Ce manga de 1987 est disponible en France dans la collection Seinsei de Kana.

sur le site de l’éditeur

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


Folles Passions ~ Kazuo Kamimura

 Je connais Kamimura surtout pour La Plaine du Kantô. Au moment où j’ai commencé à faire des recherches pour cet article on ma conseillé Folles Passion dont le titre ne laisse pas deviner le lien avec le grand maître de l’estampe. Pourtant c’est bien autour du personnage de Hokusai que s’articule cette série.

résumé de l’éditeur : Époque d’Edo, un jeune dessinateur, Sutehachi, arrive chez Katsuhika Hokusai, le génie de l’estampe et sa fille O-ei. Si la passion du garçon pour le dessin ne le cède en rien à celle du maître, hanté tout comme lui par la passion de l’estampe, il est aussi très attiré par le monde des plaisirs.

La série publié chez Kana dans la collection Seinsei fait trois tomes. N’en ayant lu qu’un seul, je vous reparlerais plus en détail de ce titre quand je l’aurai fini.

sur le site de l’éditeur

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré

Connaissez-vous d’autres manga où il est question d’Hokusai ?

Je me suis entre temps acheté Hokusai  X Manga. Je n’ai pas encore eu le temps de m’y plonger. Mais il était temps que je publie cet article qui attendais depuis… une éternité dans mes brouillons que je veuille bien le publier. Une partie 2 devrait voir le jour, je n’ose pas dire bientôt, où je vous présenterais quelques livres que je me suis acheté depuis.


Concours Sama Awards

Share

Nouveauté manga et BD #26 – février, mars, avril 2019

Voici quelques titres que j’ai repérés dans les sorties de février, mars et avril.

manga

Manga - Manhwa - Anne de BretagneAnne de Bretagne de Cédric Tchao, sorti chez Casterman le 3 avril.

Résumé : Gaël visite avec sa classe le Château des Ducs de Bretagne, à Nantes. Alors qu’il commence à s’ennuyer, un korrigan (créature folklorique bretonne) l’emmène à travers le temps pour lui faire découvrir en personne l’histoire du château et de son personnage le plus important : Anne de Bretagne ! Gaël découvre alors la vie de page au Moyen Âge, et comprend les ficelles du pouvoir : complot entre le duché et le royaume de France, intrigues en tous genres… La jeune Anne de Bretagne, qui deviendra deux fois reine de France, a une vie bien mouvementée : Gaël apprendra à son contact tout ce qui lui permettra de comprendre cette page importante de l’Histoire… (source : Manga News)

Pourquoi ? J’aime bien l’histoire et ça peut être une façon amusante d’en apprendre plus.

Manga - Manhwa - The Red Rat in Hollywood Vol.1The Red Rat in Hollywood, de Osamu Yamamot, sorti chez Vega le 11 avril.

Résumé : Après la Seconde Guerre mondiale, alors que la guerre froide s’intensifie, une purge anti-communistes éclate aux États-Unis. Le gouvernement américain dénonce tour à tour des personnalités hollywoodiennes parmi les plus célèbres.
Ce manga vous dévoile comment, à Hollywood, le milieu du cinéma a combattu l’impitoyable oppression du pouvoir. (source : Manga News)

Pourquoi ? De l’histoire, encore. C’est un sujet que je trouve très intéressant et cette nouvelle maison d’édition m’intéresse.

Ce qu’il n’est pas de Bingo Morihashi, sorti chez Akata le 25 avril.

Résumé : Shirô, fatigué de vivre entouré de ses sœurs et de sa mère, a décidé de finir ses études en internat, loin de Tokyo ! C’est donc très enthousiaste qu’il part à Hiroshima, pour vivre ses années lycée dans l’indépendance et l’insouciance. Pourtant, ce nouveau quotidien lui réserve une surprise de taille : Mirai, son colocataire, se révèle être un homme transgenre. Mis dans la confidence, Shirô devra l’aider à protéger son secret, tout en menant de front révisions, vie amoureuse et petit boulot… (source : Manga News)

Pourquoi ? Après Celle que je suis, voici un autre manga sur la thématique transgenre. Je n’ai pas vraiment été convaincue par le premier tome de Celle que je suis. Je suis curieuse de découvir cette nouvelle série.

Manga - Manhwa - Miss Hokusai Vol.1Miss Hokusai de Shigiura Hinako, sorti chez Picquier le 7 février.

Résumé : L’histoire commence au Japon en 1814, pendant la période d’Edo (l’actuelle Tokyo). O-Ei tient de son père son talent et son obstination. Elle peint très souvent à sa place, sans signer son travail, afin de boucler les commandes. D’autres figures d’artistes font leur apparition dans le manga, en particulier Ikeda ou Utagawa. Le manga évoque aussi la relation entre O-Ei, Hokusai et la demi-soeur d’O-Ei, une petite fille aveugle de naissance. Hokusai, meurt à 90 ans. O-Ei lui survit pendant neuf ans mais nul ne sait où elle est morte. (source : Manga News)

Pourquoi ? J’ai aimé le film, je suis curieuse de découvrir le manga.

Manga - Manhwa - Métamorphose (la)La Métamorphose de Toshifumi Sakurai, sorti chez Akata le 28 février.

Résumé : Quand un matin, le fils de la famille Samsa ne se réveille pas à l’heure, son père commence à s’inquiéter… D’ordinaire très carré, et représentant de commerce d’exception, son fils n’a jamais fait faux-bond. Pourtant, ce matin-là, quelque chose cloche… Derrière la porte fermée à clé, une voix peu ordinaire se fait entendre. Qu’est-il arrivé à Grégor pendant la nuit ? (source : Manga News)

Pourquoi ? La Métamorphose de Kafka est dans ma PAL depuis une éternité…

Manga - Manhwa - Félin pour l'autre Vol.1Félin pour l’autre de Watru Nadatani, sorti chez Doki Doki le 6 mars.

Résumé : Kensuke Fuji vit un drame… Il adore les chats, mais ces derniers ne le calculent pas ! Ses soeurs y étant allergiques, le lycéen n’a jamais eu la chance d’avoir eu un matou à la maison, et il n’a pas vraiment le mode d’emploi pour leur plaire… Sa vie bascule le jour où disparaît Tamako, une charmante chatte de gouttière qu’il croisait tous les matins. Parti à sa recherche, Kensuke va faire la rencontre de Jin Nekoya, un « maître chat », qui comprend parfaitement le langage félin. Désormais, le lycéen fera tout pour devenir le disciple de Jin, quitte à accepter les défis les plus improbables, et enfin se faire aimer des chats ! Tout ça sous le regard halluciné de Yamada, une copine de lycée…(source : Manga News)

Pourquoi ? pour la collection manga de chat de Mimiko

Manga - Manhwa - Monster KinematographMonster Kinematograph de Sakakibara Rem, sorti le 8 avril chez Black Box.

Résumé : Mamiya est une jeune femme pour le moins étrange.
Lorsqu’elle est excitée ou en colère, elle se transforme en un gigantesque monstre !
D’abord utilisée comme arme de guerre, elle sera ensuite condamnée à être surveillée par un agent du gouvernement et étudiée dans un centre de recherche en biologie. Résignée à subir son triste destin, Mamiya parviendra-t-elle à trouver le bonheur ? (source : Manga News)

Pourquoi ? je ne sais pas trop. ça m’intrigue et je trouve la couverture très jolie.

Manga - Manhwa - Lanterne de Nyx (la) Vol.1La Lanterne de Nyx de Takahama Kan, sorti chez Glénat le 6 mars.

résumé : 1878, la France fait rayonner sa puissance industrielle et culturelle en organisant des expositions universelles, tandis que le Japon s’ouvre au monde après 200 années d’isolationnisme. À Nagasaki, Miyo, orpheline qui a pour seul talent le don de clairvoyance au travers des objets qu’elle touche, parvient à trouver un emploi chez Ban, commercialisant des objets importés d’Europe. Au contact de l’Occident, elle découvrira un monde nouveau qui la conduira jusqu’à Paris… (source : Manga News)

Pourquoi ? Encore une fois c’est le graphisme qui m’attire avec ce titre. Et l’histoire a l’air sympa.

Manga - Manhwa - Mirages d'EmanonMirages d’Emanon de Tsuruta Kenji et Kajio Shinji, sorti le 7 mars chez Ki-oon.

Résumé : À bord du Sun Flower, Emanon a confié son étrange histoire à un étudiant qui lui rappelait son époux défunt. Mais cette traversée en bateau n’était qu’une infime partie du voyage de la jeune femme à la mémoire de trois milliards d’années : pour elle, une vie ne dure qu’un instant ! Cette passagère du temps poursuit inlassablement sa route, toujours prête pour de nouvelles rencontres. À la recherche d’un mystérieux trésor enfoui ou d’un frère perdu de vue, retrouvez-la dans ses errances… (source Manga News)

Pourquoi ? j’aime beaucoup le trait de Tsuruta Kenji

Manga - Manhwa - Bateau de Thésée (le) Vol.1Le Bateau de Thésée de Higashimoto Toshiya, sorti le 14 mars chez Vega.

Résumé : Tokyo, de nos jours… la vie d’un père bascule lorsque sa femme meurt lors de l’accouchement de leur enfant. Face à sa vie et perturbé, le père part à Hokkaido, terrain de son enfance. Mais alors qu’il retrouve les traces de son passé familial, on apprend que son propre père fut un criminel responsable d’un massacre à Hokkaido. Un mystère entoure cette histoire, qu’il se défie de résoudre. Thriller « temporel », le manga offre une jolie construction en miroir, entre présent et passé. (source : Manga News)

Pourquoi ? Le pitch me plait bien. Ça me fait penser à Erased comme point de départ. Voir quelle tournure va prendre ce récit.

Manga - Manhwa - Pont entre les étoiles (un) Vol.1Un pont entre les étoiles de Kyukkyupon, sorti chez Akata le 14 mars.

Résumé : 1936, Shanghai. Forcée de suivre son père, Haru, jeune japonaise, est contrainte de déménager en Chine, loin de son Nagasaki natal. D’abord effrayée de vivre dans un pays étranger, où les asiatiques ne ressemblent en rien aux japonais, la petite fille va faire la rencontre d’un jeune chinois. Au contact de ce dernier, elle va connaître l’excitation de découvrir l’inconnu et de s’ouvrir, avec son regard d’enfant, à une autre culture. Mais quand les racismes et nationalismes s’en mêlent… Leur amitié pourra-t-elle survivre dans la tempête qui se prépare ? (source : Manga News)

Pourquoi ? Le Shanghai des années 30 est au centre de mes lectures en ce moment, roman historique, BD jeunesse, il me manquait un manga sur le sujet (j’ai déjà un manhua dans ma bibliothèque et un autre dans ma PAL)

Adieu mon utérus de Yuki Okada, sorti le 14 février chez Akata.

Résumé : Yuki Okada, à 33 ans, avait tout pour être comblée : mariée et heureuse, mère d’une petite fille, et exerçant le métier qu’elle aime – autrice de mangas. Aussi, quand elle consulte son médecin pour un simple retard de règles, elle ne se doute pas de la terrible nouvelle qui l’attend : malgré son jeune âge, elle développe en effet un cancer du col de l’utérus. Chamboulée et perdue, elle ne saura d’abord pas comment réagir, et affronter cette épreuve que la vie lui impose… Pourtant, très vite, elle comprend qu’il lui faudra faire des choix. Mais entre les avis de ses proches et du corps médical, comment savoir ce qu’elle souhaite vraiment ? (source : Manga Sanctuary)

Pourquoi ? un sujet intéressant


bande dessinée

Le PatientLe Patient de Timothé Le Boucher, sorti chez Glénat le  10 avril.

Résumé : La police arrête une jeune fille errant dans la rue, couverte de sang, un couteau à la main. En se rendant chez elle, les agents découvrent avec effroi une scène de massacre : toute sa famille a été assassinée… 6 ans plus tard, Pierre Grimaud, l’unique survivant du « massacre de la rue des Corneilles », se réveille d’un profond coma. L’adolescent de 15 ans qu’il était au moment des faits est aujourd’hui un jeune homme de 21 ans. Désorienté, encore paralysé et souffrant d’amnésie partielle, il est pris en charge par le docteur Anna Kieffer, psychologue spécialisée sur les questions de criminologie et de victimologie. Pendant leurs séances, Anna tente de l’amener à se souvenir des circonstances du drame, malgré ses pertes de mémoire. Pierre lui évoque la présence mystérieuse d’un « homme en noir » qui hante ses rêves, probable réponse inconsciente à son traumatisme. Après plusieurs rendez-vous, Anna découvre en Pierre un être sensible et très intelligent. Touchée par son histoire, elle se met même à le prendre en affection. Petit à petit, une véritable complicité s’installe entre eux. Anna n’imagine pas à quel point ce patient va changer sa vie… (source : Glénat)

Pourquoi ? J’ai bien aimé Ces jours qui disparaissent alors je suis curieuse de lire ce nouveau titre.

Le Fil de l’Histoire raconté par Ariane & Nino : Les samouraïs de Sylvain Savoia et Fabrice Erre, sorti chez Dupuis le 8 mars.

Résumé : Qui ne connaît pas les samouraïs, ces guerriers sans merci sous les ordres d’un shogun et répondant à un code de vie strict (le bushido). Ils jouèrent un rôle essentiel pour le Japon durant 700 ans, avant de finalement disparaître au XIXe siècle lors de l’ouverture du pays au monde extérieur. Véritables maîtres des sabres et guerriers sans pareils, ces hommes revêtent encore un aspect mystérieux et fascinant. Ariane et Nino ne vont pas manquer de vous les faire découvrir ! (source : Santuary)

Pourquoi ? J’adore les samouraïs !

Peau de Milles Bêtes de Stéphane Fert, sorti le 27 mars chez Delcourt.

Résumé : Belle est vraiment très belle et tous les garçons du village la désirent. Rebutée par la perspective d’un mariage qu’elle n’aurait pas choisi, elle s’enfuit pour se réfugier au plus profond de la forêt. Là, le roi Lucane va la recueillir… puis l’aimer à la folie. Une petite fille va naître de cette union, Ronce, dont la destinée va être profondément bouleversée par la disparition de sa mère…

Pourquoi ? Matez-moi cette couverture !! Et l’univers des contes revisité, moi, j’adore.

Solo chemin tracés de Alvaro Iglesias et Oscar Martin, sortis chez Delcourt le 20 mars.

Résumé : Après un tragique accident, Fortuna, jeune chatte vivant dans le monde cannibale, doit retracer le long chemin qu’elle a parcouru avec sa famille. Durant ce voyage vers ses origines, la féline va revivre les terribles incidents qui ont forgé son destin, trouver l’amour et devenir adulte. Mais à l’issue de ce douloureux périple semé d’embuches, l’héroïne saura-t-elle trouver sa véritable mission ? (source : Sanctuary)

Pourquoi ? J’ai aimé Solo, je devrais aimer celui-ci.


La liste est assez longue, mais  sur 3 mois de sorite il y avait de quoi faire. Félin pour l’autre a déjà rejoint la bibliothèque de Mimiko, le temps que je publie cet article, nous sommes passés à la librairie et, comme je m’y attendais, elle a craqué pour ce nouveau manga de chat. Elle aime beaucoup (arriverais-je à la convaincre de vous faire un petit billet ?). Quant à moi, je n’ai pas encore craqué, il y a quelques suites que je voulais acheter en priorité (trop de séries en cours !)

Et vous, pour quelles nouveauté avez-vous craqué ces derniers mois ?

Share

Whispering, les voix du silence – tome 2 à 4 [manga]

Tranche de vie et fantastique s’entremêlent dans ce manga tout en douceur.

Whispering, les voix du silence T.2Whispering, les voix du silence T.3

Avec le premier tome, nous assistions à la rencontre d’un jeune enfant étrange et solitaire, Daichi, et d’un ado faussement enjoué, Kôji. Daichi est étrange, car il possède un pouvoir très particulier : il a la capacité d’entendre les pensée, non seulement celles des personnes, mais aussi celles des animaux et des choses.

Nous sommes avec ce manga dans un esprit animiste très japonais où tout chose a une âme, et même votre téléphone peut-être triste si vous ne le traitez pas avec bienveillance.

Solitaire, Daichi l’est-il vraiment ? S’il le parait aux yeux des adolescents qui le regardent jouer, Daichi ne se sent pas seul, entouré de tous ces animaux et ses objets qui lui parlent. Un enfant plein d’imagination pour les uns, un « camarade de pouvoir » pour Kôji qui reconnait immédiatement les signes du pouvoir qu’il a lui-même connu enfant.

Ce fait alors une rencontre inattendue entre Kôjo, qui sous ses aires fanfaron est un vrai solitaire qui a peur de se lier aux autres, et Daichi qui sous ses aires dans la lune est heureux et entouré. Daichi trouvera en Kôji un grand frère avec qui partager cet étrange pouvoir, Kôji trouvera en Daichi un petit frère à protéger, mais aussi un moteur.

Boosté par cette rencontre il va peu à peu s’ouvrir aux autres et, au fil des tomes suivants, on le voit évoluer, se rapprocher de ses camarades pour lier avec eux, et avec la famille de Daichi, de vrai lien d’amitié.

Au fur et à mesure que Kôji s’ouvre aux autres, ceux-ci gagnent en espace dans le scénario. On apprend à les connaitre non plus à travers le prisme des liens qu’ils entretiennent avec Kôji, mais à travers leur propre point de vue. Un bel équilibre se crée entre les différents personnages. Et si Kôji reste le fils conducteur du manga, il n’en efface pas pour autant les personnages secondaires, qui deviennent de plus en plus touchants.

Tout comme l’aspect fantastique qui, bien que présent à chaque tome, n’efface pas l’aspect tranche de vie du titre. On suit nos héros au rythme des périodes scolaires et des vacances.

Whispering, les voix du silence T.4

Une jolie série qui à chaque tome m’offre un doux moment de lecture.

Graphiquement je le trouve aussi de plus en plus agréable. Peut-être me suis-je simplement habituée au style de l’auteur. Quoi qu’il en soit, si le premier tome ne m’avait pas pleinement convaincu de ce côté là, les derniers tomes je les ai trouvé très jolis à regarder. Classique, mais joli.

Whispering sur le site d’Akata

lire un extrait (tome 1)

⇒ sur Amazon : tome 1, tome 2, tome 3, tome 4 ou chez votre libraire préféré

Connaissez-vous cette série ? Avez-vous envie de l’essayer ? Dites-moi tout en commentaire !

Le tome 5 vient de sortir et je ne vais pas tarder à le lire !


Share

La Venin, tome 1 [BD]

Après le western bol de riz, voici le western en jupon ! Je ne lis pas souvent de BD western, mais je suis encore une fois très agréablement surprise.

Couverture La Venin, tome 1 : Déluge de feu

La couverture me plaisait beaucoup. Ces couleurs feu, cette femme qui, de toute évidence, n’a pas froid aux yeux, me faisait envie, même si je ne suis pas une férue de western en règle générale.

La Venin a su me séduire au-delà de sa couverture. J’ai vraiment pris plaisir à lire ce premier tome qui est très agréable, tant par son graphisme que par son scénario bien mené. L’héroïne, Emily, est quelque peu anachronique, mais de ces anachronismes qui existent vraiment. C’est une héroïne à laquelle j’ai cru. Elle est en avance sur son temps par son caractère indépendant et téméraire, mais aussi par ses idées politiques. On la voit, par exemple, prendre position en faveur des Amérindiens et tenir tête à un colonel.

L’histoire est très bien menée. On découvre petit à petit la personnalité d’Emily et des flash-back viennent enrichir son portrait. On commence à comprendre au fur à mesure de ces flash-back comment elle est arrivée à Silver Creek, et pourquoi.

J’ai beaucoup apprécié le carnet qui vient compléter l’album. Sous forme d’un journal écrit par Emily, il nous donne de nombreuses informations sur le contexte de l’époque. Cela apporte un autre éclairage sur l’histoire qu’on vient de lire.

On nous promet souvent des héroïnes fortes, c’est à la mode. Et souvent je suis déçue, plus qu’une force de caractère elles se retrouvent à avoir une grande gueule, mais faut toujours un homme pour les sauver. Ici, je n’ai pas été déçue ! Emily n’a vraiment pas besoin d’homme. Cela ne veut pas dire qu’elle n’a jamais besoin d’aide. Mais que c’est une héroïne véritablement indépendante qui fait les choses par elle-même pour elle-même et j’ai beaucoup apprécié sa personnalité.

Si vous aimez l’action, les westerns et les femmes qui ont une sacrée paire d’ovaires, cet album est pour vous.

sur le site de Rue de Sèvres

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré

Je n’ai pas dit un mot sur l’auteur : Laurent Astier. C’est que je le découvre avec cet album. Et ça m’a bien donné envie d’aller voir ses autres titres ! Un en particulier à me conseiller ?

Quelles sont vos BD westerns préférées ? Dites-moi tout en commentaire !

Share

Blacksad – tome 1 [BD]

Cela faisait un bon moment que j’avais repéré ce titre. Le graphisme m’attirait beaucoup, mais j’hésitais à me lancer. Je n’étais pas sûre d’apprécier. Finalement, l’occasion de découvrir ce titre s’est présenté avec l’opération « La BD fait son festival » lancée par Rakuten. C’est avec mes camarades Blandine (Vivre livre) et Nathalie (Délivrer des livres) que je découvre enfin le premier tome de Blacksad de Diaz Canales et Guarnido publié chez Dargaud.

J’aurais dû me fier à mon instinct qui m’avait attiré vers le graphisme de ce titre. Il ne m’avait pas trompé. J’ai beaucoup aimé ce premier tome. J’adore le dessin. À la fois très réaliste et fantastique avec des animaux humanisés.

L’ambiance générale de ce titre est très classique. Nous avons le détective ténébreux avec son incontournable imper, sa traditionnelle déprime et une histoire d’amour malheureuse dont il ne reste que des souvenirs, pas toujours heureux. De ce côté-là, ce n’est pas original. Mais si la recette est classique, le plat n’en est pas moins savoureux. Le scénario est maitrisé, il y a une très bonne tension et on est capté par l’enquête.

Et que dire du dessin ? J’aime beaucoup, le dessin, les couleurs un peu passées qui nous plongent dans une ambiance rétro, la mise en page, classique, mais efficace, j’ai tout aimé.

Ce n’est pas une lecture qui bouleverse, on est dans du classique, un polar noir comme on en fait beaucoup. Mais c’est efficace et on passe un très bon moment de lecture détente. J’ai dévoré l’album et j’ai tout de suite eu envie de découvrir les autres tomes de la série.

J’ai apprécié que ce premier tome soit une histoire complète, comme les bonnes séries de détectives, à chaque tome une nouvelle enquête. On ne reste pas sur sa faim. Mais l’ambiance est telle que l’envie de retrouver le chat ténébreux est là.


Qu’en ont pensé mes camarades ? Retrouvez ici les avis de Blandine et Nathalie.


Blacksad sur Rakuten

 

Share

Brendan et le secret de Kells [BD]

À l’occasion de la Saint Patrick, je vous proposais un voyage aux pays des fées irlandaises. J’avais pensé vous présenter un recueil de contes, mais finalement j’ai choisi la courte série de bandes dessinées jeunesse Brendan et le secret de Kells de Tomm Moore. L’occasion pour moi de vous reparler du film aussi.

brendan et le secret de kellsJ’ai déjà consacré 2 articles au film d’animation :

J’ai adoré ce film. Tout m’y a plu. Le graphisme, l’histoire, la bande sonore. C’est un régal et si vous ne l’aviez pas encore vu, je vous invite à lire mes vieilles chroniques et à voir le film.

Mais aujourd’hui on parle BD ! Le film a été adapté en une courte série de 2 tomes. Cette bande dessinée reprend l’histoire du film y ajoutant quelques détails sur le passé de Brendan (surement des scènes qui ont été coupées au montage), il reprend exactement la même histoire et bon nombre d’images. On retrouve donc tout à fait l’ambiance du film, l’animation en moins. Ayant adoré le film, j’ai pris plaisir à retrouver les personnages et l’ambiance sur papier, mais il m’a manqué quelque chose. Le film à un graphisme et une dynamique très particulière qui m’avait beaucoup plus. Et si cela est aussi très joli sur papier j’ai trouvé la mise en page ne rendais pas assez bien la dynamique du film, même si on y retrouve certains aspects.

Tout comme le film, le dessin de la BD s’inspire beaucoup à la fois des motifs celtiques traditionnels et des enluminures du moyen âge, ça foisonne de détails et de couleurs. C’est très chouette.

Et avec cette histoire on se familiarise à la fois avec le folklore irlandais et son histoire.

Nous sommes au IX siècle, l’Irlande fait face à de nombreuses attaques vikings. Croyances païennes et fois chrétienne si côtoient. La ville de Kells se fortifie dans l’espoir de résister aux Vikings. Aidant un grand maître enlumineur veut faire de Brendan son disciple, mais l’abbé de Kells, oncle de Brendan, ne veut pas en entendre parler. Dans sa quête Brendan fait la connaissance de Aisling, une fée, vestige d’anciennes croyances en voie de disparition. Bien qu’il soit lui même jeune moine, il se lie d’amitié avec la fée et ensemble ils doivent faire face au prince des ténèbres : le Crom Cruach.

Cette histoire s’inspire de fait historique réel et de légendes irlandaises. Le livre de Kells existe vraiment, Saint Colomba, l’île de Iona et l’abbaye de Kells aussi (pour en savoir plus allez voir le coin des curieux dans mon article sur le film). Quant au Crom Cruach, je vous invite à lire ma chronique pour en apprendre plus sur cette légende.


→ Tomm Moore (twitter)

→ sur Amazon ou dans votre librairie préférée


Voilà pour ce qui est de ma petite incursion en pays gaélique. Avez-vous d’autres légendes irlandaise à nous proposer ?


 

Share

Communardes ! [BD]

Couverture Communardes !, tome 1 : Les éléphants rouges

Trois tomes, trois destins qui se jouent en cette année 1871, à Paris. Une année pleine de promesses, de rêves et de sang.

Il y aura la petite Victorine qui prend les rênes d’une bande de gamins des rues et rêve de mener l’assaut à dos d’éléphant. Il y aura Liza, une jeune aristocratique russe, envoyée par Marx, qui va trop vite. Trop vite pour son temps, trop vite pour les hommes. Il y aura Marie, ancienne domestique pleine de rancune qui voit en la commune un espoir d’émancipation, mais aussi le moyen de prendre sa revanche.

Dans ces trois tomes coule beaucoup de sang. La révolution ne se fait pas sans violence. Mais cette révolution-là sera une révolution avortée. Et le sang sera versé en vain.

On ne peut que ressentir de l’amertume en refermant le dernier tome. De l’amertume, mais aussi de la gratitude. Gratitude pour les auteurs qui, avec ce triptyque, m’ont fait découvrir des facettes cachées de cette période que je connais très peu. Je ne me souviens même pas qu’on y ait fait allusion en cours d’histoire). de la gratitude pour cette mis en lumière du rôle qu’on joué les femmes dans cette insurrection. Mais aussi et surtout de la gratitude pour ces femmes et ses hommes qui par leurs sacrifices ont planté les graines du changement.

Cette série m’a donné envie de m’intéresser à cette période. Auriez-vous des lectures (que ce soit des fictions ou des essais) à me conseiller ?

Couverture Communardes !, tome 2 : L'aristocrate fantôme

Avec Wilfrid Lupano au scénario chaque tome est mis en image par un illustrateur différent :

  • Tome 1 : Les éléphants rouges par Lucy Mazel
  • Tome 2 : L’aristocrate fantôme par Anthony Jean
  • Tome 3 : Nous ne dirons rien de leurs femelles… par Xavier Fourquemin et Anouk Bell aux couleurs

Couverture Communardes !, tome 3 : Nous ne dirons rien de leurs femelles...

Si j’ai une nette préférence pour le style graphique du premier tome, j’ai trouvé ça intéressant de faire appel à des dessinateurs différents pour chaque épisode. Chaque album se centre sur un personnage qui croise les autres, mais dont les motivations et le contexte sont différents, ce changement d’ambiance graphique accentue cet effet de point de vue différent sur un même événement historique.

Une belle série que j’ai découverte au rayon jeunesse de ma bibliothèque, mais qui aurait tout aussi sa place chez les adultes.


⇒ sur le site de l’éditeur

Lucy Mazel

Anthony Jean

sur Amazon ou chez votre libraire préféré


lire un extrait  du tome 1:

Communardes ! – Les Eléphants rouges


Share

Spill Zone – tome 2

J’avais beaucoup aimé le premier tome de Spill Zone et celui-ci nous laissait beaucoup de questions. J’en attendais beaucoup de la suite.

Si vous n’avez pas encore découvert Spill Zone je vous invite à lire ma chronique sur le tome 1, je précise seulement que je suis bien moins enthousiaste avec ce second tome.

/!\ attention spoiler /!\

Pour ceux qui ont lu cette série en 2 tomes, prenez place, je vais vous expliquer pourquoi je suis déçue.

J’avais aimé l’ambiance particulière qui se dégagé du premier tome. On ne savait encore si nous étions dans un univers SF ou fantasy, les personnages étaient assez classiques. Mais l’ensemble était bien mené. J’avais aimé l’héroïne et le mystère était bien géré. Ce n’était pas clair, mais justement ça donnait envie de découvrir ce qui se cachait derrière ces zones infectées avec toutes ces étranges créatures. Il y avait une bonne tension dans le récit.

En ouvrant le second tome je voulais qu’on m’en mettre plein la vue, qu’on m’explique et surtout que l’explication soit à la hauteur !

Malheureusement, j’ai trouvé ce second tome moins bien mené. Ce n’est pas désagréable, mais il y a moins de tension. On nous donne des réponses, mais elles ne sont ni assez claires, ni assez spectaculaires. On ne sait pas trop pourquoi et comment, où plutôt le pourquoi et le comment sont un peu légers à mon goût. Sans parler du fait que les réponses tombent un peu à plat. Personne ne semble vraiment s’en soucier alors que, bon, c’est quand même ce qu’il y a de plus important parce que pour le reste on a des personnages plutôt ordinaires.

D’ailleurs, un nouveau personnage apparaissait à la fin du premier tome, un nord-coréen qui semblait maîtriser d’étrange pouvoir en relation avec ce qui se passe dans la zone. Le personnage est développé dans ce second tome, mais je n’ai pas bien compris son intérêt. Il n’apporte finalement pas grand-chose. Le fait qu’il soit nord-coréen me semblait être lourd de sens, mais ce n’est pas tellement exploité. La relation qu’il entretient avec le régime nord-coréen est assez ambiguë, je n’ai pas vraiment réussi à bien cerner le message que cela pouvait véhiculer, si tant est que ça en véhicule un.

Quant à Addie, le personnage principal qui m’avait bien plu dans le tome 1, elle perd ici un peu de sa saveur, se met en retrait pour laisser plus de place à sa petite sœur qui, en retrouvant la parole, perd de l’intérêt. Enfin, sa poupée est une peste, quand bien même elle aurait raison je ne vois pas comment prendre son parti.

Et la petite ouverture de fin, trop facile, ne suscite même pas de la curiosité.

Du coup, je suis déçue. J’ai passé un moment de lecture distrayant, mais je n’ai pas retrouvé le plaisir du premier tome. Ça ne m’a pas donné l’impression d’être en face d’une histoire vraiment construite. On dirait plutôt que le premier tome a été lancé avec de bonnes idées et on verra bien plus tard. Et que le second tome ait été écrit après, une fois l’inspiration partie. Les bonnes idées tombent à plat.

Où alors j’étais vraiment pas d’humeur. Mon ressenti est tellement différent d’un tome à l’autre que je me suis effectivement demandé si ce n’est pas moi qui n’était pas du tout dans le même état d’esprit entre une lecture et l’autre. Si vous avez lu les deux tomes, ça m’intéresse d’avoir vos impressions. Est-ce que vous avez aussi ressenti cette différence entre les deux volumes ?

ma chronique du tome 1

le tome 2 sur le site de l’éditeur

Share

Une aventure des spectaculaire – T1 : Le Cabaret des Ombres

Comme je fais souvent les choses à l’envers, j’ai découvert la série des aventures des Spectaculaires par leur dernier tome, que j’ai beaucoup aimé. Alors quand je suis tombé sur le premier tome je n’ai pas hésité.

Couverture Une aventure des Spectaculaires, tome 1 : Le cabaret des ombres

Dans le cabaret des ombres, notre troupe de saltimbanques (Petronille, Felix, Eustache et Evariste) fait connaissance du professeur Pipolet, inventaire innovateur. Ce dernier s’est fait voler les plans d’une terrible arme par un homme d’affaires sans scrupules.

Le professeur veut engager la petite troupe pour sauver le monde. Rien que ça. D’abord retissant, les saltimbanques finissent par accepter. Leur cabaret croule sous les dettes et ils ont besoin d’argent.

La mission ne se déroulera pas comme prévu, mais une nouvelle amitié et une collaboration un peu folle va voir le jour.

J’ai trouvé ce premier tome un peu moins drôle que le troisième, peut-être un brin plus classique. Mais j’ai passé un agréable moment de lecture. C’est farfelu à souhait et j’ai aimé découvrir comment ces héros loufoques en étaient venu à jouer ce rôle.

sur le site de l’éditeur

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré

→ à lire aussi l’avis de Moka

Share