Archives par mot-clé : album muet

Robinson Crusoe par Ajubel

C’est par hasard à la bibliothèque que j’ai découvert ce très bel album qui nous raconte l’histoire de Robinson Crusoe sans même un mot.

Le dessin de Ajubel est très typé, avec ses énormes nez et ses couleurs très vives. Je l’ai trouvé étrange et beau. Le plus étonnant c’est de voir comment par le simple dessin il arrive à nous raconter une histoire, nous faire ressentir les sentiments du héros. Une très belle découverte qui vaut le détour. Il m’a donné envie de lire le roman (encore un de ses bouquins que tout le monde connais mais que personne l’a lu ^^).

Laissons parler les images :

site de l’autreur : http://www.ajubel.com/index.html

Share

Petit poilu à l’honneur

J’avais acheté un premier album de la série Petit Poilu à Mimiko et nous avions adoré : L’expérience extraordinaire.

Fort de cette première expérience heureuse Mimiko a choisi lors d’un récent passage en librairie (cet enfant va me ruiner !) un nouvel album : Le cadeau poilu. Et comme il n’y a jamais assez de Petit poilu à la maison, elle en a pris deux autres à la bibliothèque : Mémé bonbon et L’hôpital des docteurs Toc-Toc.

Elle aime toujours autant cette petites bête au poile hirsute et moi aussi. J’en profite donc pour vous présenter ces trois album en un seul billet.

Le cadeau Poilu :

Petit Poilu part de chez lui mais en chemin il est emmené par une cigogne qui le laisse tomber dans la cheminé d’une petite fille hyper gâtée. Aucun de nombreux cadeau que ses parents ne lui ont offert ne trouve grâce à ces yeux, mais quand la soubrette lui amène Petit Poilu sur un plateau elle enfin heureuse. Elle l’amène dans sa chambre et l’oblige à devenir sa poupée. Mais Petit Poilu ne se laisse pas faire. Rouge de colère elle le jette dans une réserve pleine de jouet abandonné. Petit Poilu commence s’amuser avec tous ses vieux jouets, ma la petites fille ne supporte pas l’idée qu’ils puissent s’amuser sans elle. Faisant fis de ces colères Petit Poilu invite tous ses nouveaux amis à jouer dans la neige. Peu à peu la petite fille capricieuse de décrispe et apprends à s’amuser avec les autres.

Une jolie histoire qui montre que cela ne sert à rien de faire des caprices et taper des crises pour obtenir ce qu’on veut. Mieux vaut être à l’écoute et apprendre à jouer avec les autres dans le partage. Mais aussi que ce n’est pas le nombre de jouets que l’on possède qui nous rends heureux. Petit Poilu est, lui, toujours aussi positif. Sans rancune il pardonne à la petite fille ses caprice pour devenir son ami et lui montrer en quelques sorte le chemin. C’est grâce à lui qu’elle apprends à jouer avec les autres. Mignon et drôle.

→lire un extrait ICI

Mémé Bonbon :

Dans cette aventure, Petit Poilu va avoir à faire avec un ersatz de la sorcière d’Hansel et Gretel, du mois c’est l’impression que cela me fait ^^

Chemin faisant il arrive dans une maison remplie de bonbons, ils commence à en manger tout plein et une gentille mémé toute de rose vêtue l’invite dans sa maison pour préparer ensemble un délicieux gâteau. Mais elle n’est pas aussi gentille qu’elle semble l’être ! Au moment ou il s’y attends le moins elle le jette dans la cave où elle l’oblige à travailler à la fabrication de bonbon avec un petit lutin esclave. Toujours aussi courageux, Petit Poilu sera trouver le moyen de d’évader et de libérer le pauvre petit lutin.

Celui-là est pas mal. Méfie toi des gentille mémé qui te donnent des bonbon. Tout le monde n’est pas aussi gentil qu’il ne semble l’être et il faut savoir rester sur ces gardes, tout en ayant le cœur ouvert pour ceux qui sont vraiment gentils comme le petit lutin.

→lire un extrait ICI

L’hôpital des docteurs Toc-Toc

Après avoir inhalé une mauvaise fumée, Petit Poilu se retrouve dans l’hôpital des Docteurs Toc-Toc, deux docteurs siamois complètement frappadingues. Un mauvais microbe se cache dans son corps et il faut le soigner. A l’hôpital il partage sa chambre avec un autre petit garçon malade, qui lui semble être hospitalisé depuis un moment déjà. Trois infirmières vont défiler pour soigner les 2 garçons, chacune à sa spécialité et quand la dernière arrive avec sa grosse seringue Petit Poilu panique. Mais son camarade de chambre sais lui redonner courage et il va surmonter ses peurs.

J’aime bien celui-ci qui dédramatise l’hôpital et les soins. Il est tout à fait calibré pour Mimiko qui n’affectionne pas les blouses blanches, comme sans doute beaucoup d’enfants. Les docteurs et les infirmières sont tous très drôles.

→lire un extrait ICI

Mimiko les adore tous.

Share

Petit Poilu ~ L’expérience extraordinaire

C’est Mimiko qui a déniché cette album lors de l’une des nos sortie en librairie. Ce soir là elle m’avait dit « allez maman, on pourrais aller faire un tour en librairie toutes les deux. Juste pour regarder… On est pas obligé d’acheter… Sauf si tu est d’accord… » Elle connais sa mère, elle sait bien que je ne refuse jamais de leur acheter des livres… Bref je l’ai amené faire en tour en librairie, mais attention un seul livre alors choisi bien. Elle a choisi un album de Petit Poilu. Je ne connaissez pas.

L’album est complètement muet mais les dessins sont si expressifs qu’il n’y a point besoin de mots pour comprendre. Et comme il n’y a pas à lire, c’est Mimiko qui raconte. Elle aime bien de me raconter celui-là !

Petit Poilu se lève, prends son petit déjeuner et part sur le chemin de l’école. Du moins le supposons-nous à son cartable… En chemin il fait si chaud qu’il n’hésite pas à plonger dans une piscine qu’il croise sur le chemin. Mais c’est un piège ! La méchante Miss Divine veut l’utiliser pour des odieuses expériences visant à faire des garçons et des filles des sortes de monstres monomaniaque ne jouant qu’avec les jouet estampillé « garçon » ou  » fille ». C’est que Miss Divine a les idées étroites ! Mais Petit Poilu et sa nouvelle amie Ève ne vont pas se laisser faire. Hors de question de se laisser enfermer dans les stéréotypes ! Ils se rebellent et se libèrent.

Une petite histoire très drôle dont j’apprécie beaucoup le ton et qui vient pile poile (c’est le cas de le dire !) souligner mon propos, moi qui presque tous les jours je dois me justifier du fait que ce n’est pas parce que je n’ai pas les cheveux long que je suis pas une « vraie » femme, que « courir comme un garçon » ça n’a rien de mal. Ben oui, ma petite Mimiko a eu droit à ce genre de moqueries à l’école… Déjà la question de l’identité sexuelle n’est pas forcement simple mais quand en plus l’école s’en mêle ! Attention je ne veux pas parler là du système scolaire, j’ai rien à redire de ce côté là. En revanche, les petits camarades d’école ont l’air d’avoir les idées assez étroites, pas très porté sur la diversité sexuelle ou tous simplement la diversité des goût les bambins du quartier ! Moi je m’essouffle à force d’expliquer encore et encore. Alors Petit Poilu avec sa dose d’humour a bien mieux fait passer le message que mes longues explications idéologiques sur l’égalité, le respect etc. En tout cas elle a parfaitement illustré !

Avant j’avais droit à des « mais pourquoi tu a coupé tes cheveux, maintenant je vais t’appeler papa ! » à « je préfère quand tu as les cheveux long mais t’a le droit, si tu veux… Mais pas moi ! » C’est déjà un progrès 🙂

En dehors du sujet qui ici, drôle de hasard, nous touche beaucoup, cet albums nous a plu. Les dessins sont très simple mais expressifs, il y a beaucoup d’humour et le fait qu’il n’y ai pas de texte permet à l’enfant de se raconter sa propre histoire. Découpée en case comme un bande dessinée classique c’est aussi une bonne introduction à la BD. L’enfant apprends à lire la succession de cases en attendant de pouvoir y ajouter du texte. Et avec une famille comme la sienne, Mimiko ne pouvait pas échapper au phénomène BD. Après avoir zieuté dans la collection de maman et de « grande sœur » elle veut maintenant se faire sa propre collection avec des albums qu’elle choisit elle-même. Je pense que de nouveaux Petit Poilu viendrons bientôt l’enrichir.

Petit Poilu – tome 15

Pierre Bailly au dessin

Céline Fraipont au scénario

Dupuis, collection Puceron

Lire un extrait

Share