Archives du mot-clé challenge Amérique latine

Challenges 2018 – bilan du 1er trimestre

Le premier trimestre 2018 s’achève, le temps est venu de voir où j’en suis des divers challenges dans lesquels je me suis lancée. Et cette année j’ai été encore plus gourmande en challenge que d’habitude !

(cliquez sur les logo pour voir les articles de présentation)


Les challenges annuels

challenge petit BAC 2018

On joue au petit bac avec les titres de livres, 10 catégories plus un bonus :

Il ne me manque plus que un titre à mot unique et le bonus pour finir la première ligne. La deuxième est déjà bien commencée 3 mots trouvés 🙂


challenge Amérique Latine

Partir à la découverte de la culture latino-américaine  avec le challenge Amérique du Sud/Amérique latine :

Musique :
Cuisine :

BD :

 


Des livres en cuisine

Allier la littérature et les plaisir de bouche :


  je (re)lis des classiques


challenge albums 2018

Lire et chroniquer au moins 20 albums illustrés avant le 31 décembre

en janvier :
en février :
en mars :


Challenge un max de BD en 2018

50 catégories, un livre pour chacune d’entre elle

  1. Où il pleut
  2. Avec des animaux qui parlent : Alvin
  3. En couleur
  4. En noir et blanc + une couleur
  5. Avec des personnages LGBTQ+ : Les Cent Nuits de Héro
  6. Qu’une connaissance a adoré
  7. Qui a (eu) mauvaise presse
  8. Où on ignore le genre d’un des personnages
  9. Dont le scénariste et le dessinateur sont de deux nationalités différentes
  10. Fantastique
  11. De science-fiction
  12. Explicative/documentaire
  13. Dont on possède un objet dérivé
  14. Adapté d’une autre œuvre (film, peinture, roman, etc) : Baker Street
  15. Qui parle de fantômes
  16. De sorcières
  17. De vampires
  18. Qu’on a reçu en cadeau
  19. Dont la couverture est majoritairement verte : Vies volées Buenos Aires Place de Mai
  20. Loué à la bibliothèque : L’Ultime Défi de Sherlock Holmes
  21. Emprunté (mais pas à la bibliothèque)
  22. Dans une autre langue que le français
  23. Auto-éditée
  24. Qui demande une interaction autre que la lecture
  25. Dévorée d’une traite
  26. Qu’on a mis plus de trois jours à finir
  27. Avec des héros enfants (- de 12 ans) : Les Quatre de Baker Street
  28. Sans texte
  29. Au contenu adulte
  30. Qui aborde le handicap
  31. Qu’une connaissance n’a pas aimé du tout
  32. Qu’on a acheté/loué après la lecture d’une critique sur un blog
  33. Qu’on voulait lire depuis très longtemps (plus de 2 ans) : L’homme montagne
  34. Sortie depuis moins d’un mois : Darnand le bourreau français 1/3
  35. Adaptée d’un blog
  36. Éditée grâce à un crowdfunding
  37. Historique
  38. Achetée lors d’un salon
  39. Dont on a rencontré l’auteur
  40. Un one-shot : Je suis un autre
  41. Qui est la première BD de l’auteur
  42. Qu’on aimerait faire lire au monde entier
  43. Qui nous a fait pleurer
  44. Qui nous a déçu
  45. Qui aborde une cause importante à nos yeux
  46. Qui a été éditée avant notre naissance
  47. Choisie au pif
  48. Sélectionnée par son libraire
  49. Le dernier tome d’une série
  50. Au contenu scientifique

British mysteries 2016_2.jpg

Atmosphère thriller et/ou fantastique so british

roman
BD/manga
Musique

challenge WWI

Projecteurs sur la première guerre mondiale :


voisins voisines 2018

Je me suis inscrite un peu en retard mais j’avais déjà quelques billet à proposer 🙂

Norvège : Le bonhomme de Niege

Irlande : Mon père est parti à la guerre

Suède : On se revoit quand ?


Les mois à thème

Février

explorer l’histoire Afro-américaine au mois de février

Cuisine
Art

BD

Mars

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air

(re)découvrir les contes d’ici de d’ailleurs

J’ai déjà posté un récap de toutes les participations dans ce billet de clôture. voici les billet que j’ai proposé moi-même :

 

Share

Vies volées – Buenos aires Place de Mai

Vies Volées de Mats et Mayalen Goust, publié chez Rue de Sèvres (janvier 2018).

C’est tout d’abord la couverture qui m’a interpellé dans Vies Volées. Je la trouve très belle et intrigante. On a envie d’en savoir plus sur ces personnages qui nous regardent avec un regard à la fois tendre et triste.

Ce que nous en dit l’éditeur :

De 1976 à 1983, la dictature militaire qui régit l’Argentine fait disparaître près de 30 000 opposants politiques. Parmi eux, des jeunes femmes enceintes auxquelles leurs enfants seront arrachés à la naissance. Depuis 1977, leurs grands-mères recherchent ces 500 bébés volés …

En Argentine, de 1976 à 1983, sous la dictature militaire, 500 bébés ont été arrachés à leurs mères pour être placés dans des familles plus ou moins proches du régime. Plusieurs années après cette tragédie, les grands-mères de ces enfants ne cessent de se battre pour les retrouver. Interpellé par ce drame largement médiatisé, Mario, un jeune homme de 20 ans qui s’interroge sur sa filiation décide d’aller à la rencontre de ses grands-mères accompagné de son ami Santiago et décide de faire un test ADN, Les résultats bouleverseront les vies des deux jeunes gens et de leur entourage. À travers leur quête, on s’interroge sur l’identité, la filiation, la capacité de chacun à se confronter à ses propres bourreaux, à surmonter une trahison et parvenir à envisager un nouvel avenir.

En lisant cette bande dessiné on suit les histoires de deux jeunes homme et d’une jeune femme mais on découvre aussi un pan  de l’Histoire (celle avec un grand H) de l’Argentine. Je savais que l’Argentine avait vécu sous une dictature militaire et que de nombreux opposant avaient été éliminés mais je ne connaissais pas du tout le mouvement des grand-mères de la Place de Mai. C’est un épisode tragique et douloureux de l’histoire du pays qui n’a pas encore cicatrisé. Parmi les enfants volés, nombreux sont encore ceux qui n’ont pas été retrouvé et même pour ceux qui ont été retrouvé cela doit être extrêmement douloureux.

Ces sentiments complexes Matz et Mayalen Goust arrivent à très bien les mettre en scène. Le point par lequel on entre dans le mouvement de la Place de Mai montre déjà tout l’ambiguïté et la complexité du problème. Les deux amis qui se présenterons pour l’analyse ADN ont une approche complètement différente, l’un doute de ses parents, l’autre ne se pose même pas la question et pourtant, les résultats ne serons pas du tout ceux attendus et la vie des deux amis va en être bouleversé. Avec la vérité, arrivent tout un tas de sentiments : la colère, l’incompréhension, le sentiment de perte… un ras de marée qui peut emporter cette amitié. Pourtant de belles choses peuvent aussi ressortir de cette vérité révélée et non désirée.

Les personnages sont tous très attachant. Leurs histoires sont différentes, mais il se retrouvent tous confronté au problème d’identité et de filiation.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette bande dessinée. Et finalement je ne trouve pas les mots pour l’explique, j’ai plongé dans l’histoire et me suis laissé protée. J’ai adoré le dessin. Je le trouve très beau, expressif, on ressent la tension et l’émotion des personnages. Les dialogues sont aussi très agréables et naturels. S’il n’y a pas vraiment de surprise dans le scénario, cela emporte peu car on ne cherche pas tant à être surpris par les revirements de situation attendus que par voir la façon dont les personnages vont réagir.

J’ai trouvé cette lecture touchante, j’étais émue par les histoires personnelles tout comme par l’histoire du pays. Et c’est ce qui est particulièrement intéressant dans ce titre, non seulement c’est agréable à lire et à regarder mais on y apprends des chose. Du moins moi j’ai appris des choses que je ne savais pas et que j’ai envie d’approfondir.

Si je ne devait retenir d’un livre de mes lectures de février, ce serais sans doute celui-ci.

sur le site de l’éditeur

⇒ à lire aussi les avis de Mo’ et de Mes échappées livresques


 challenge petit BAC 2018


Le coin de curieux

Après avoir lu Vies volées j’ai eu envie d’en savoir plus sur ce mouvement des mères (et des grand-mères ) de la Place de Mai.

Disparition et témoignageJe commence ma découverte pas cet épisode de La Marche de l’Histoire de l’année dernière avec comme invité Alice Verstraeten, auteur de Disparition et témoignage. Réinventer la résistance dans l’Argentine des « Mères de la Place de Mai » (2013)

Avant de se lancer dans la lecture de son livre, on peut lire son article Les disparus argentins de deuxième génération : vies paradoxales dans les limbes du social disponible en ligne, publié dans la revue Frontières ( numéro 27 – 2015)

De fil en aiguille je suis arrivée sur le site des Abuelas de Plaza de Mayo sur lequel on peut lire en français l’histoire du mouvement.

Voici un reportage de France 24 sur le témoignage des enfants retrouvé. Le pendant réel de ce que nous raconte Vies volées qui se place également du point de vue de ses enfants devenus adultes et qui découvrent de pas être ce qu’ils croyaient être.

Share

Brésil la cuisine de ma mère de Viviane Tronel (et sa feijoada)

Je suis tombée sur ce livre par hasard. Je flânais dans les rayonnages quand le sourire de cette belle couverture m’a frappé. La couverture dégage une complicité et une douceur qui fait envie. Et j’aime les livres de recette, la découverte du monde à travers la cuisine et le Brésil. Je n’avais pas beaucoup d’excuse pour ne pas me l’offrir.

Ce que j’ai aimé dans ce livre c’est qu’au delà du livre de recette c’est aussi l’histoire de le cuisine d’une famille, celle de Viviane Tronel, journaliste d’origine brésilienne, qui vit en France. Au recette sont liés des souvenirs, il y a les conseils de sa mère mais aussi l’adaptation des recettes que Viviane à fait pour s’adapter aux produits que l’on trouve en France.

Dans ce livre Viviane partage les recettes de sa mère, marqué par la culture du Minas Gerais dont elle est originaire et enrichi par ses diverses expériences et rencontres culinaires. En partant de chez ses parents, Viviane a copié les cahiers de recette de sa mère et nous en offre ici un aperçu. C’est une cuisine simple et familiale.

Le livre est richement illustré par des photographies des plats mais aussi de la famille de Viviane, qui pour l’occasion et parti au Brésil rendre visite à sa famille en compagnie du photographe  Benjamin Soligny. J’aime beaucoup cet aspect familial dans le livre. J’ai cette même approche de la cuisine. Si j’aime les livres de cuisine ce n’est jamais pour en suivre une recette à la lettre. Je m’en inspire, j’aime me plonger dans une ambiance et puis adapter à ce que je trouve dans mon garde-manger ou au goût des membres de ma famille. J’aime aussi, noter sur un petit carnet les recettes que j’ai aimé pour ensuite les partager avec mes filles. Et quand il est question de cuisine je pense aussi souvent à ma mère. Il m’arrive souvent de l’appeler pour lui demander des conseils quand je ne sais pas comment cuisiner tel ou tel ingrédient.

Je découvre à l’heure d’écrire ce billet qu’il s’agit là d’une collection et que d’autres voyages culinaires et familiaux sont proposé par les éditions Minerva : Maroc, Tunisie, Sénégal, Thaïlande…

_-_-_-_

Après l’avoir plusieurs fois feuilleté, j’ai décidé de tester une de ses recettes ce week-end. Ou plutôt en faisant le tour de mes réserves, j’ai trouvé des haricots noirs secs et j’ai tout de suite pensé à la feijoada brésilienne. Si je connais le plat, je n’en avait encore jamais préparé, du coup j’ai ressorti ce livre et j’y ai retrouvé ce plat incontournable de la cuisine brésilienne.

Les ingrédients de la recette :

  • 500 g de haricots noirs
  • 500 g de travers de porc demi-sel
  • 300 g de palette demi-sel
  • 2 saucisses de Monbéliard
  • 1 saucisse de Morteau
  • 3 tranches de lard fumé
  • 1/2 bouquet de persil
  • 1 oignon
  • 2 gousses d’ail
  • 3 cuillères à soupe d’huile de tournesol
  • sel (facultatif)
  • poivre

Moi je n’avais pas 500 g de haricots, du coup j’ai mis tout ce que j’avais (aucune idée de la dose exacte) et divisé un peu prêt la viande par deux : 1 tranche de lard, 1 saucisse de chaque, une tranche de palette (280 g) et une tranche de travers (150 g), j’ai gardé en revanche la même quantité d’oignons et d’ail. J’ai complètement oublié le poivre et n’ai pas rajouté de sel, la viande est déjà assez salée.

La veille j’ai mis les haricot sec à tremper dans l’eau et la palette et le travers demi-sel dans de l’eau froide.

Le jour même, dans la cocotte, j’ai fait revenir l’ail écrasé et l’oignons émincé quelques minutes avant d’ajouter les haricots égouttés, la viande rincée coupée en morceaux, les saucisse en rondelles et le lard en lamelles. J’ai recouvert d’eau et fait cuire à couvert à feu doux, entre deux heures et trois heures : environ une heure et demi la première fois, puis je suis sortie j’ai éteint le feu pour le rallumer le soir et laisse cuire encore un peu plus d’une heure.

J’avais mis beaucoup trop d’eau. Si la recette disait de recouvrir d’eau, moi je me suis retrouvé avec des haricots cuit et toujours beaucoup d’eau dans la casserole. J’ai donc supprimé le surplus d’eau avec une louche et laisser mijoter encore quelques minutes pour laisser la dernière eau se résorber. Une fois cuit, j’ai haché le persil frais et je l’ai parsemé dessus, ça rajoute une petite note de fraîcheur très agréable.

J’ai servi le plat avec le traditionnel riz blanc, cuit comme dans le livre : faire revenir dans une cuillère d’huile le riz et une gousse d’ail écrasé (oui ! j’aime l’ail 😀 ), puis couvrir d’eau bouillante et laisser cuire à l’étouffé jusqu’à résorption complète de l’eau (là pour le coup j’en ai pas mis assez d’eau et j’ai du rectifier en route ^^’ )

La recette était accompagné d’une sauce piquante à base de tomates et piments rouges que je n’ai pas préparé. A la place je me suis contentée de saupoudrer un peu de piment de Cayenne en poudre sur mon assiette.

Verdict : c’était un régal !

J’ai trouvé ça très bon même si un peu trop riche en viande pour moi. Bizarrement, Chéri a trouvé que la viande était bien dosé XD. Quand à Mimiko, elle n’a pas aimé la saucisse mais, les assiettes des enfants étaient vides à la fin du repas, la rondelle de saucisse de l’une ayant fini dans celle de l’autre.


les gourmandises 2018  

Share

Les Saisons – Vivaldi Piazzolla

Les Saisons

C’est à la médiathèque que j’ai repéré cet album-cd. Ayant un faible pour Vivaldi, je n’ai pas réfléchi à deux fois avant de l’emprunter,  et se fut une très belle découverte.

Les saisons est un très joli conte musical écrit par Carl Norac, conté par Irène Jacob, illustré par Laurent Corvaisier, avec à la musique Marianne Piketty et Le Concert Idéal, chez Little Village d’Harmonia mundi.

Deux enfants perdus, d’un côté et de l’autre du monde. Nella, dans une forêt d’Europe, Federico dans les rues de Buenos Aires. L’un comme l’autres sont seuls mais possèdent un pouvoir magique grâce auquel il pourront se parler et se comprendre à travers l’eau et les saisons. Commence alors un dialogue entre les deux enfants, entre Vivaldi et Piazzolla.

L’histoire est très belle, poétique et romantique. La musique très présente en fait un disque très agréable à écouter.

Mais l’album illustré vaut aussi le détour ! J’ai beaucoup aimé les illustrations, très colorées et poétiques. Les visages des deux enfants dégagent beaucoup d’émotions. Plus j’avançais dans ma lecture/écoute, plus j’étais émue. Par le dessin et la musique, plus que par le récit lui-même. Ce dernier reste tout de même un joli conte sur l’amour capable de déplacer des montagne (ou de traverser l’espace et les saisons).

Et la musique est magnifique. Je connaissais Piazzolla mais je n’avais jamais écouté ses Estaciones Porteñas. J’adore !

sur le site du label Little Village

également disponible en cd simple


D’un livre 5 coups 😉

  challenge albums 2018 challenge petit BAC 2018chut les enfants lisent

 

Share

Challenge Amérique Latine 2018

Après de longues hésitations, j’ai finalement choisit de reconduire le Challenge Amérique Latine pour 2018.

Je garde l’idée principale de l’années dernière : découvrir et faire découvrir les cultures latino-américaines à travers la littératures mais aussi le cinéma, le théâtre, la peinture, la cuisine, vos photos de voyages… Bref tout ce qui vous fera voyager et découvrir ses contrées lointaines.

Pour participer, rien de plus simple : inscrivez-vous en laissant un commentaire sur cet article. Ajoutez à vos articles le logo et /ou un liens vers cet article et laissé-moi vos liens en commentaire.

Pour valider le challenge un seul article suffira. Vous avez du 1er janvier au 31 décembre 2018 pour publier vos chroniques.

Je vous propose 12 thèmes mensuels, ils ne sont pas obligatoires et vous pouvez partager à m’importe quel moment vos lectures et autres billets.

Si vous découvrez ce challenge, mais que vous avez déjà publié des billets sur l’Amérique latine et sa culture sur vos blog, je les prendrais également en compte, il vous suffit d’y glisser le petit logo du challenge et de me laisser en commentaire les liens de vos anciens articles.

Vous n’avez pas de blog mais vous avez envie de participer ? C’est possible : vous pouvez partager les liens de vos critiques publié sur des sites tel que Babelio ou Sens Critique ou alors m’envoyer vos articles par mail et je me charge de les publier pour vous.

2 logos au choix

challenge-amerique-latine-1 challenge-amerique-latine-2

Les thèmes mensuels :

  • Janvier : La bande dessinée
  • Février : Uruguay
  • Mars : Contes et légendes traditionnelles en partenariat avec le mois des contes et légendes (sur Ma petite Médiathèque également, billet de présentation en février)
  • Avril : Plumes féminines
  • Mai : L’Amérique latine française : Guadeloupe, Martinique et Guyane
  • Juin : Le Brésil
  • Juillet : Esclavage et littérature latino-américaine
  • Août : La Colombie
  • Septembre : La rentrée littéraires latino-américaine
  • Octobre : La fête des Mort en Amérique latine (en partenariat avec le challenge Halloween)
  • Novembre : Le Mexique
  • Décembre : littérature jeunesse (en partenariat avec le challenge Je lis aussi des Albums)

 

L’Amérique latine – petit rappel géo :

Cliquez sur le pays pour voir la carte

Une petite carte histoire de réviser sa géo. Se souvenir des pays de l’Amérique du sud c’est assez facile, mais j’ai un peu plus de mal avec l’Amérique centrale, j’en oublie toujours quelques uns ^^’

Cette carte vient du site Americas, vous y trouverez des informations sur tous les états de cette carte. Le site à avant tout la vocation de promouvoir le tourisme et les voyages vers l’Amérique latine mais on y trouve aussi des info géographiques et historiques. Si vous connaissez d’autres sites intéressant de ce genre laissez-moi les liens en commentaire. J’ai découvert celui-ci par hasard et en y jetant un œil rapide, je l’ai trouvé pas mal.

A écouter sur France Culture

quelques émission sur l’Amérique Latine que j’ai trouvé très intéressantes

Quelques maisons d’éditions spécialisé

merci là encore de me laisser des liens 😉

  • Anacaona : maison d’édition spécialisé en littérature Brésilienne
  • l’atinoir éditions : maison d’éditions marseillaise dédié à la littérature latino-américaine

Plus de Challenges ! Les partenariat :

Des livres en cuisine

Des livres en cuisine est un challenge annuel qui met à l’honneur tous les livres où la cuisine occupe une place importante, on peut y parler de livres de cuisine bien sûr mais il s’agit surtout de parler des romans, albums, BD qui parlent de cuisine. La cuisine n’est est pas forcement le sujet mais elle y occupe un place importante, par exemple Chocolat Amer de Laura Esquivel.

Pour vous inscrire : le billet bientôt en ligne

Le mois des contes et légendes

Tout un mois pour explorer des contes et légendes de tout horizon, classique, revisité… tout est permis. Ce sera au mois de mars et faut patienter encore un peu pour que le projet prenne forme. Les contes d’Amérique latine sont les bienvenus !

Pour s’inscrire : billet à venir

Challenge Je lis aussi des Albums

challenge albums 2018Proposé par Sophie Hérisson sur son blog Délivrer des Livres, principalement dédié à la littérature jeunesse, ce challenge nous incite à lire des albums illustré, des albums pour enfants mais pas que, l’album se décline maintenant aussi en œuvres pour adolescent et même pour adultes. Dans le cadre de ce partenariat Sophie et moi-même vous invitons à découvrir des album d’auteurs latino-américains et à les partager avec nous.

Pour vous inscrire : Challenge Albums 2018

Le Challenge Je lis aussi des album propose également 12 thèmes mensuels. Cette année l’Amérique Latine sera à l’honneur en décembre.

Challenge Holloween

C’est un joli challenge proposé par Lou & Hilde qui nous invite dans le monde de l’étrange le temps d’un mois en octobre. Et pour 2018 nous nous associons pour aller explorer les fêtes des morts latino-américaines, et autres étrangetés du sous-continent.

Pour vous inscrire : groupe facebook

Dans ma PAL

J’ai passé en revue toute ma bibliothèque pour y dénicher quelques idées lectures et j’ai trouvé quelques livres à me mettre sous la dent :

Résultat de recherche d'images pour "cuentos fantasticos de América livre de poche" Résultat de recherche d'images pour "a noite escura e mais eu" 

Résultat de recherche d'images pour "dona flor e seus dois maridos" Résultat de recherche d'images pour "cancion de gesta las piedras de chile" Résultat de recherche d'images pour "Civiles No Identificados de Rufino"

Et vous, qu’allez-vous lire ?

Les participants et leur participations :

(par ordre alphabétique)

Bidib
Blandine
Eimelle
FondantGrignote
Hilde
Marie
Nahe
Nathalie
PatiVore
Rachel
Yomu-chan

 

Share

Les Maya expliqués aux enfants

Arkéo Junior n° 222 - Octobre 2014

Entre l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud se trouve un territoire appelé Méso-Amérique.  C’est là  que la civilisation des Mayas, aujourd’hui disparue, a vécu pendant 4000 ans !

C’est ainsi que commence le n°222 d’arkéo junior d’octobre 2014 (il est pas tout récent mais… les bibliothèques sont là 😉 sinon vous pouvez aussi vous le procurer sur le site du magazine).

Je découvre cette revue avec ce numéro que j’ai emprunté spécialement pour le challenge Amérique latine avec d’autre revues que je présenterais ultérieurement. Je cherchais à proposer des lectures jeunesse à présenter dans le cadre de ce challenge et j’ai commencé par le rayon revue qui me tenais les bras.

Tout d’abord voyons ce que j’ai pensé de ce dossier, puis de la revue et enfin j’essayerais d’aller plus loin en cherchant d’autres lecture sur ce thème. Si vous connaissez des livres jeunesse qui parlent des Mayas,  n’hésitez pas à laissez les références en commentaire.

Les Mayas sur arkéo junior

J’ai trouvé ce dossier très bien fait. Il y a pas de long texte ennuyeux mais que de petits paragraphes qui illustrent chacun un détail de la civilisation Maya : l’alimentation, le troc, l’artisanat, la mode, le villes…  C’est simple et très ludique. Il y a beaucoup d’images. Les textes en deux couleurs sont faciles à lire.

Le dossier se termine avec un atelier pour fabriquer son masque maya.

Ce dossier est sortie au moment où se tenait l’expo Les Mayas, révolution d’un temps sans fin qui se tenais au quai Branly. Si l’expo est finie depuis 2 ans, le catalogue est toujours disponible

La revue

Plusieurs articles, des petites bd, des ateliers créatifs … le contenu est varié et la présentation ludique. J’ai été agréablement surprise par cette revue. Dommage que Mimiko ne partage pas mon goût pour l’histoire. Elle n’a pas daigné y jeter un œil.

Je retenterais l’expérience avec d’autres numéro. Peut-être, après tout, qu’elle n’aime pas les masques Mayas.

Les Mayas pour la jeunesse

Après avoir lu la revue j’ai voulu approfondir le sujet et je suis allé voir ce que la bibliothèque proposait sur ce thème.

Les peuples du Soleil

Dans la collection Les Yeux de la Découverte de Gallimard (1993), ce volume est dédié aux peuples d’Amérique latine : les Mayas bien sur mais aussi Incas, Aztèques, Olmèques, Zapothèques, Mixtèques…

J’ai découvert des peuples dont j’ignorais l’existence (je devais dormir quand on a fait ce cours là ou alors j’ai oublié… honte à moi). C’est ce que j’ai trouvé intéressant dans cet ouvrage. On nous parle bien sûr de l’empire Incas, des Aztèque et des Mayas, mais aussi de tous les autres, moins connus. Le livre est très richement illustré.

Art, agriculture, architecture, nourriture, objets du quotidien, guerre et paix, religion… On aborde tous le sujet qui font la vie de ces peuples. C’est un livre qui invite au picorage. On le feuillette, on regarde les photos et on lit les légendes de ce qui attire le regard. Très visuel, j’aime ça. On retrouve l’esprit du dossier proposé par arkéo junior.

L’Amérique précolombienne

Chez Casteman, cet Atlas historique date de 1991. Le livre est consacré à toutes l’Amérique, dans la première partie on découvre l’histoire (précolombienne) de l’Amérique du nord, je ne m’attarderais pas sur cette partie, tandis que la seconde est consacré à l’Amérique latine.

Comme dans le précédent ouvrage, on ne s’intéresse pas ici spécifiquement au Maya, mais cette approche globale est aussi intéressante et donne de précieuses information sur le contexte dans lequel s’épanouit la civilisation Maya.

Plus danse en texte e moins richement illustré que le précédent, ce livre est moins ludique. Il invite plus à la lecture sérieuse qu’au picorage. Faut donc être vraiment intéressé par le sujet.

Les voyages d’Alix – Les Mayas

Enfin un ouvrage rien que sur les Mayas !

Je connaissais Alix pour la bd (que je n’ai d’ailleurs jamais lu) mais je ne savais pas qu’y avait une collection Les voyage d’Alix, qui propose une documentation sur l’antiquité illustré à la façon de la bd.

Je trouve ça un peu troublant de voir un roman chez les Mayas mais bon.

Ce qui est sûr c’est que j’ai aimé les illustrations de cet album. Peu de photos mais de belles illustrations couleurs, réalistes, qui invitent à l’aventure.

L’Amérique précolombienne

L'AMERIQUE PRECOLOMBIENNECe livre, plutôt court, est intéressant. Toutes les civilisations précolombiennes y sont regroupées (donc survolées) mais le côté illustrations 3D à regarder avec le masque lui confère un aspect ludique.

Les pages explicatives sont richement illustrées, les textes sont courts et accessibles.

En revanche pour simplifier on réuni Incas, Mayas et Aztèques dans d’uniques explications pouvant ainsi laisser croire aux jeunes lecteurs qu’il s’agit d’une même culture.

Mayas, Aztèques et Incas de Sandrine Mirza https://www.amazon.fr/dp/274595508X/ref=cm_sw_r_pi_dp_WqscxbJ2SGQ7E: Maya Aztèques Incas

Ce volume est beaucoup plus complet que les précédents.

Bien qu’il traite des trois principales civilisations précolombiennes, séparées en chapitres distincts, les autres civilisations précolombienne  y sont aussi présentées.

Très complet et richement illustré ce volume encyclopédique est très agréable à consulter.

Naachtun : la cité Maya oublié

Ce n’est pas du tout un reportage pour enfant. C’est un documentaire ce qu’il y a de plus classique, avec la fameuse voix off ténébreuses, les musiques à suspens, des archéologues avec leur pinceaux et de vieux cailloux. Très classique mais bien fait. J’ai trouvé ça très intéressant, j’y ai appris plein de chose.

Mimiko l’a également regardé avec beaucoup d’intérêt, me posant de temps à autres quelques question pour éclairer ce qu’elle ne comprenais pas. Une de ses question étant restée sans réponse à la fin du reportage : pourquoi les Maya ont-il abandonné ces citées ?

J’aime regarder avec elle ce genre de reportages, elle s’y intéresse toujours et ça change des émission faites pour les enfants.

Une chose qui m’a marqué c’est la façon dont cultivaient les Maya : dans un même trous il versent quelques graines de 3 plantes différentes : maïs, courges et haricots. Le maïs pousse le premier, en hauteur, faisant de l’ombre pour la courge qui s’épanouit au sol, celle-ci étant à maturité quand le maïs aura déjà séché. Le maïs sert aussi de support aux haricot qui s’entortillent autour de sa tige. La permaculture avant l’heure ! J’ai envie de tenter l’expérience dans mon jardin.


chut les enfants lisent 

Share

La rédaction

C’est grâce au mooc Il était une fois la littérature jeunesse que j’ai découvert ce livre. Quand je l’ai trouvé à la bibliothèque j’ai tout de suite voulu me faire ma propre opinion. Blandine et Laurette l’ayant emprunté au même temps, nous nous somme lancé dans une lecture commune.

Résultat de recherche d'images pour "la rédaction album"

Une dictature militaire vue à travers les yeux d’un enfant qui cherche à comprendre les événements dont il est témoin : un album extrêmement subtil et fort.

⇒ fiche pédagogique et extrait à découvrir sur le site des édition Syros

Alors que les enfants du quartier jouent au football dans la rue, le père de Daniel, un ami de Pedro, est arrêté sous leurs yeux parce qu’il est contre la dictature. Un peu plus tard, un militaire vient dans l’école de Pedro, et demande aux élèves de décrire ce qui se passe le soir chez eux, les discussions, les visites… Que va raconter Pedro, dont les parents luttent eux aussi contre le pouvoir des militaires ?Toute l’intelligence de cet album, c’est d’adopter d’un bout à l’autre le point de vue d’un jeune garçon qui, en posant des questions, mais surtout en observant et en interprétant les non-dits, esaie de décrypter la réalité qui l’entoure. Pour autant, le lecteur ignore ce que Pedro sait exactement au moment où il se met à écrire sa rédaction. D’où l’incroyable suspense qui sous-tend la seconde partie de l’album, jusqu’à la dernière page… où l’on apprend qu’il faut décidément faire confiance aux enfants. (source : Syros)

La Rédaction est publié une première fois en 1998 sous forme de nouvelle. Antonio Skarmeta en 1998, auteur Chilien née dans les années 40, y dénonce la dictature militaire qui prends le pourvoir au Chili dans les années 1970 (voir l’article de Yomu-chan La littérature de l’exil du Chili). Le texte est ensuite illustré par Alfonso Ruano, dessinateur espagnol. La version française proposé par Syros date de 2007. L’album est recommandé par le ministère de l’éducation nationale pour les élèves du cycle 3.

J’avoue que ma première impression était assez mitigée. D’un côté je n’aime pas trop les illustrations d’Alfonso Ruano. Je n’aime pas le style mais surtout je les trouves trop figées. Mais je dois reconnaître qu’en revanche la mise en scène de l’image est toujours intéressante. Avec le texte j’ai eu un sentiment un peu équivalent : ce qu’il raconte est intéressant mais je n’aime pas du tout le style. C’est trop simplifié, à vouloir utiliser un vocabulaire simple, compréhensible pour les enfants on tombe dans une sorte de caricature, je trouvais que ça ne sonnait pas vrai. Les enfants ne parlent pas si simplement et les adultes ne leur parlent pas comme ça non plus. Je ne sais pas, il y a quelque chose qui me gênait. Je n’aime pas quand on parle aux enfant comme si c’était des imbéciles. Je préfère utiliser des mots compliqués quitte a expliquer. Ici j’ai trouvé que le langage était trop simplifié, stylisé, ça me met mal à l’aise. Les phrases sont trop courtes. Cela enduit une drôle d’ambiance. Mais c’est peut-être, surement même, l’effet recherché. Peut-être, par cette parcimonie de mots, l’auteur cherche a montrer le non dit et les silences qui en disent long. Mais il m’a fallu un moment pour accrocher. En revanche j’ai trouvé la chute excellente. C’est là que tout prend son sens.

⇒ à lire aussi les avis de Blandine et Laurette

 

Share

La littérature de l’exil du Chili ~by Yomu-chan

Bonjour, bonjour,

Aujourd’hui je vous propose un article dans le cadre du challenge Amérique Latine. Vous l’aurez compris avec le titre je vais vous parler du Chili et de l’exode massif qui l’a frappé suite au coup d’état de Pinochet en 1973.

Le contexte:

Le Chili est un pays qui possède beaucoup de ressources naturelles, ce qui a fait de lui la cible de nombreuses entreprises internationales. Jusqu’en 1970 une grande majorité des infrastructures étaient privatisées et le capitalisme avait creusé de profondes inégalités parmi les citoyens.  C’est pourquoi l’arrivée au pouvoir de l’Unité Populaire, avec Salvador Allende, en 1973 est synonyme d’espoir pour le peuple. Allende entreprend de re-nationaliser une partie des infrastructures du pays, et prend des mesures sociales qui visent à rétablir l’égalité et a répartir les richesses.

Salvador Allende

Seulement cela ne plaît pas beaucoup au patronat ni au Etats-Unis d’Amérique qui possédaient presque le monopole de ces richesses. Ainsi débute une période troubles où les mouvements de droites et les libéraux tentent de renverser le pouvoir en place et les attentats se multiplient.  Pour répondre à cette menace deux « camps » se divisent parmi les gauchistes : les révolutionnaires qui veulent asseoire leur nouveau régime en répondant par des actions violentes aussi, et les réformistes, comme Allende, qui  cherchent à changer le pays en passant par les voies légales et a éviter les violences.  Seulement il n’aura pas le temps d’aller jusqu’au bout de son programme puisqu’en 1973 Pinochet bombarde le palais présidentiel, où Allende se suicidera, et c’est la junte militaire qui  prend le pouvoir. C’est le début de la dictature. Pinochet prend soin d’emprisonner, de torturer et de tuer ses opposants. Il prend le contrôle de la justice et s’auto-proclame dirigeant du Chili.

Sous la dictature le Chili est victime de ce qu’on appelle un « apagòn cultural », une panne de courant culturel. Pinochet ferme les universités, arrêtes les étudiants et les professeurs, poursuit les poètes et tout les artistes qui défendaient une positions différentes de la sienne. Et évidemment il stoppe tout les projets culturels initiés par Allende. Une importante censure se met en place. Ces nouvelles mesures font l’effet d’un électrochoc juste après la « révolution culturelle » sous le gouvernement de l’Unité populaire.

Pinochet

Se sont toute ces choses qui font qu’une grande partie de la population décide de s’exiler : pour sauver sa peau, pour fuir un régime dictatorial. Cet exode massif, qui concerne beaucoup les intellectuels et les artistes, donne naissance à une vraie culture chilienne de l’exil.

L’Araucaria de Chile :

L’Araucaria de Chile est une revue qui a vu le jour en 1978, on parle de « la revue culturelle de l’exil chilien ».  Elle fut publiée tout les trimestres pendant 12 ans (jusqu’en 1989). On compte un total de 48 numéros qui font chacun à peu près 200 pages. Elle adopte un petit format (21 cm de hauteur pour 13 cm de largeur).  Elle fut publié dans 37 pays et circulera dans une cinquantaine de pays (dont au Chili clandestinement). La rédaction fut d’abord établie à Paris jusqu’en 1984, puis elle s’est déplacée à Madrid. Les rédacteurs, comme les collaborateurs, eux ne se trouvaient pas tous à Paris, on ressentait dans l’équipe éditoriale une fragmentation géographique à l’image de l’exil et de ces citoyens chiliens éparpillés dans le monde.

Beaucoup de revues ont vu le jour durant cette période d’exil, mais l’Araucaria est celle qui demeure la plus prestigieuse. Notamment par le nom de certains de ses plumes : Gabriel Garcia Marquez, Julio Cortazar, Carlos Fuentes ou encore Isabel Allende.  La revue était comme un objet culturel de référence entre les chiliens exilés et pour tout les intellectuels de culture hispanique. On y trouvait des articles de critiques littéraires, des textes de poésie ou de prose, des réflexions sociologique sur le devenir du Chili, etc. Un contenu pluridisciplinaire qui cherchait à « penser le Chili ». La revue représentait une large partie de la production intellectuelle et culturelle chilienne; avec un équilibre entre création et analyse. Ils en viennent même à prendre l’exil comme objet d’étude, on lui accordant une multitude de point de vue: historique, psychologique, social, etc.

n°45 Araucaria de Chile
Sommaire du n°44 Araucaria de Chile

Les objectifs de la revue étaient de combler « l’apagòn cultural ». Elle place la culture comme une forme de résistance politique. L’Araucaria est née du constat que la dictature va durer et que le statut d’exilé est une chose qui va s’inscrire dans le temps : cette revue donne la possibilité d’un rassemblement patriotique. Si elle est  une revue littéraire, elle a tout de même une vraie dimension politique. Elle est fondée à l’initiative  du Parti Communiste Chilien (en 1976 le Chili connait une grande politique de répression que Pinochet concentre sur l’extermination  des communistes et des militants d’extrême gauche.) On ressent cela rien qu’en lisant les éditos de chaque numéro. J’ai tenté de vous traduire (soyez indulgent svp) un passage de l’édito du n°45 :

C’est un travail difficile que de trouver une nouvelle fois le chemin démocratique que l’on a perdu. Rendre au pays son identité historique originale est une mission politique, mais aussi morale, qui devra proposer la correction des  habitudes de cohabitation sociale, la propreté d’une atmosphère irrespirable pour quelque chose de plus que le smog : le règne de la corruption, du conformisme, la course sans freins pour le triomphe économique individuel, le mépris pour les valeurs minimales de communication et pour la solidarité collective […] C’est la refondation du pays qui est en jeu. Et nous sommes tous appelés à apporter nos efforts, éradiquons pour toujours les pratiques du dictateur et de son régime.

Les années de publication d’Araucaria correspondent à l’apogée  de l’activité politique de l’exil chilien et à la solidarité française (c’est d’ailleurs le journal L’Humanité qui cède des locaux pour la rédaction de l’Araucaria). En 1979 Pinochet montre un numéro de l’Araucaria à la TV et le présente comme un objet de propagande perverse des marxistes; il la présente aussi comme une revue luxueuse. En réalité elle fonctionnait avec seulement 2 salariés et une vielle machine à écrire. L’aspect luxueux est du à la maquette, c’est Guillermo Tejada qui a conçu la premier numéro et le logo. De plus la revue pouvait compter sur la collaboration bénévole de nombreux plasticiens, peintres, sculpteur, dessinateurs, graveurs, et photographes chiliens. Aucun collaborateurs, ni ami de la cause (qui distribuaient et vendaient la revue) n’étaient payé. L’Araucaria de Chile reposait sur un principe de solidarité.

n°45 Araucaria de Chile

Sur la fin de la dictature la revue tenta d’intégrer des collaborateurs chiliens encore sur place afin de s’assurer une entrée sur le territoire pour accélérer la chute de Pinochet et pouvoir continuer à vivre après la dictature. Mais la revue cessa d’exister à la fin de l’ère de Pinochet. C’était une production littéraire intrinsèquement liée à l’exil et elle disparu avec lui.  Pour les exilés l’écrit fut le lien avec le Chili, pays d’origine perdu. Cet écrit de l’exil était comme un territoire chiliens fictionnel que les victimes de l’exode pouvaient s’approprier. Un territoire reconstitué avec des mots. Et l’Araucaria était comme la capitale de ce territoire. Cette revue représente la mémoire de l’exil et l’héritage que les exilés laissent à leurs enfants restés en France.

L’araucaria est un arbre que l’on trouve au Chili. Pourquoi avoir choisit ce nom ? Peut-être pour se rappeler l’enracinement à la terre de leur pays même s’ils en étaient éloignés.

Pour mon article je me suis appuyé sur le n°1305 de la revue Homme & migrations, consacré à l’exil chilien en France.  En particulier de l’article Cariz Melina « ‪Araucaria de Chile‪. La revue culturelle de l’exil chilien », celui de Gaudichaud Franck « ‪Le poids de la défaite. Retour sur les origines de l’exil politique chilien (1970-1990)‪ », et  celui de Raùl Morales La Mura «L’accueil des exilés latino-américains en Europe».

Share

Auteur à l’honneur #1 – Conceição Evaristo

Pour ce premier rendez-vous mensuel initié par Nina, je profite que l’on soit encore au mois de mars pour vous présenter une auteure brésilienne que j’ai découvert l’année dernière : Conceição Evaristo.

Conceicao Evaristo (Conceição Evaristo) - Ecrivain Brésilien - 24 Mars 2015 - Paris

J’ai eu un véritable coup de cœur pour son Banzo, mémoires de favelas, publié en 2016 par les éditions Anacaona. Le roman avait été publié au Brésil en 2006. Un seul autre des ses roman est disponible en français, toujours aux éditions Anacaona, L’histoire de Poncia écrit en 2003 et publié en France en 2015. J’aurais aimé avoir le temps de le lire aussi avant de faire cette article mais je suis prise de court. Étrange, me direz-vous, de mettre à l’honneur un auteur dont on n’a lu qu’un seul livre. Oui, peut-être. Mais ce livre m’a tellement marqué que je soute sur cette opportunité pour en parler et la faire connaitre autour de moi.

Minas Gerais in Brazil.svg

Conceição est née en 1946 dans une favelas de Belle Horizonte dans le Minas Gerais au sud du Brésil. (Je vous ai brièvement parlé du Minas Gerais avec la légende de Chico Rei la semaine dernière).

Elle est la deuxième d’une fratrie de 9 enfants. Dès son jeune âge elle travaille comme domestique pour aider sa famille. Malgré la situation difficile de la famille Conceição, comme ses frères et sœurs, fréquente l’école publique où elle apprend à lire et se découvre très tôt des prédisposition pour l’écriture. Dans sa famille il n’y a pas de livre mais on est conteur, ces aux milieux des histoires contées par les anciens qu’elle  grandi en gardant un goût pour la mémoire et l’héritage, thème que l’on retrouve dans son oeuvre.

En 1973 elle réussi le concours d’enseignant et part s’installer à Rio de Janeiro où elle travaille comme institutrice dans des écoles publiques avant de reprendre ses études de lettre a 40 ans.. En 2011 elle obtient son doctorat en littérature comparée.

Ses premiers écrits sont publié dans les années 1990 dans Cadernos negros, revue brésilienne spécialisée dans la culture afro-brésilienne.

Conceição Evaristo n’est pas seulement écrivaine, elle s’engage également pour lutter contre le racisme et l’exclusion sociale des afro-brésilien. La discrimination raciale et l’histoire des esclaves noirs au brésil sont au cœur de son oeuvre.

Son style très particulier mélange souvenir personnel et mémoire collective faisant ce qu’elle appelle l’écrit-vie.

Conseição Evaristo sur le site de son éditeur français

Pour les lusophone j’ai trouvé cette émission très intéressante :

Ah ! J’adore cette langue !!! Que ça me manque.


Retrouvez tous les auteurs à l’honneur du mois de Mars : Le Rest’o littéraire


Auteur

Share