Archives du mot-clé Chan Ok

Oneuli – un conte coréen

C’est à la bibliothèque que j’ai repéré ce magnifique album. Je l’avais sélectionné pour la semaine coréenne de la semaine dernière mais je n’ai eu le temps d’écrire mon billet. C’est en cherchant des albums coréens que je suis tombée sur ce titre, la couverture étant très jolie je l’ai emprunté.

Oneuli de Cho Ho-sang (texte) et Kim Dong-seong (illustrations) est un conte très classique mais pas moins beau pour autant. On y retrouve la structure de nombreux conte ou le personnage principal, un enfant, part en quête de quelque chose et fait de nombreuses rencontres tout au long du chemin, sa gentillesse attire les bonne grâces de ses interlocuteurs qui l’aident ainsi dans sa quête.

Ici Oneuli, une petite fille trouvée par des voyageurs qui lui donnerons ce nom, part à la recherche de ses parents biologiques qui vivent dans le « Woncheongang, un royaume situé très loin dans le ciel ». En chemin elle rencontre divers personnages qui doivent lui indiquer le chemin, tous lui confient des questions à poser lors qu’elle aura atteint le Woncheongang. Il y a le jeune homme qui ne peut rien faire d’autre que lire, un arbre, un serpent géant, une jeune femme qui ne peut rien faire d’autre que lire et une fée. Grace à leur aide elle atteint le Woncheongang où elle peut retrouver ses parents avant de retourner sur terre apporter les réponses à tous ceux qu’elle a croisé en chemin. Une fois cette tache accomplie, Oneuli peut accomplir son destin et devenir à son tour une fée.

J’ai trouvé ce conte magnifique. Sa structure traditionnelle m’a ramené en enfance, j’adorais ces contes à répétition. Et la morale y est simple et belle : aide les autres et ils t’aiderons.

Graphiquement l’album est magnifique. Le dessin est très doux et rappelle les peintures traditionnelles.

J’ai beaucoup aimé cet album qui nous est proposé dans la collection Chan Ok des éditions Flammarion (une très belle collection !)


7/20
7/20
album jeunesse
album jeunesse
Share

trois albums jeunesse coréens sous le signe de l’humour

Aujourd’hui je vous propose 3 albums coréens tous plus drôles les uns que les autres

Le fils du tailleur de pierre

un album de Moon-hee Kwon (illustrations), Claire Lanaspre et Michèle Moreau (texte), aux éditions Didier Jeunesse

Petite histoire inspirée d’un chant traditionnel coréen, « joute verbale » entre le fils du tailleur de pierre et son amis.

-Quand tu seras grand, tu seras tailleur de pierre comme ton père ?

-Ah non, surtout pas tailleur de pierre ! Moi, quand je serai grand, je serai riche, très riche. Et j’irai à la chasse tous les jours !

-Si tu vas à la chasse, moi je serais le soleil pour te faire suer à grosses gouttes !

-Si tu es le soleil, moi je serai un nuage pour t’empêcher de briller !

C’est l’escalade et de fil en aiguille le fils de tailleur de pierre fini par vouloir devenir… tailleur de pierre.

Simple mais drôle. Le dessin est très stylisé et efficace. Comme nous dit Rachel dans son article : « un livre drôle et sage à la fois ».

-_-_-_-_-

Tigres à la queue leu leu

Avec les deux prochains albums on passe dans un humour un peu scato mais qui plait bien aux enfants.

Tigre à la queue leu leu, encore un livre de Moon-hee Kwoon, publié cette fois par Quiquandquoi, m’a interpellé par sa couverture avec un drôle de tigre vraiment pas majestueux.

Dans cette histoire un jeune garçon fainéant fait pousser un immense plan de sésame en ramassant toutes les crottes du village. Avec l’huile qu’il fabrique il enduit un petit chien qu’il utilisera comme appât pour chasser le titre. Le chien est si glissant qu’aussitôt avalé par un tigre il ressort par son derrière. Un tigre à près l’autre tente de manger le petit chien jusqu’à ce que tous les tigres de la montagne se retrouvent pris au piège enfilé à la queue leu leu dans la corde par laquelle est attaché le chien.

J’ai beaucoup aimé les illustrations, pleines d’humour.

Moi quand je m’énerve XD Tigres à la queue leu leu de Moon-hee Kwoon #albumjeunesse #littératurecoréenne

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

J’ai appris que l’histoire a été adapté en court-métrage d’animation, disponible dans le dvd Neige et les arbres magiques, voici un aperçu :

-_-_-_-

Princesse Prout

J’ai découvert ce livre cette semaine sur Grenier à Livre, Choco nous le présentait dans le cadre de sa semaine coréenne. Son article m’a interpellé et voilà que, le hasard faisant bien les choses, je le retrouve à la bibliothèque 🙂

Princesse Prout de Shin Se-Jung aux éditions Chan-ok, raconte la drôle d’histoire d’une très belle princesse qui avait un vilain défaut, celui de péter souvent.

Si dans sa famille la princesse peut s’en donner à cœur joie, une fois marié, elle doit se retenir. Elle se retient tant et bien qu’elle fini par devenir de « couleur pâte de soja fermenté ». Quand enfin elle se lâche toute la maison de sa belle famille vole en éclat tant son pet est violent. Le beau-père décide de la renvoyer dans sa famille mais en chemin la princesse sait transformer ce défaut en un précieux avantage et le beau-père change d’avis. Tout est bien qui fini bien pour la jeune princesse que reçu le surnom de princesse Prout.

Les illustrations sont très belles et classiques, tout comme la structure du récit qui reprend la structure d’un conte traditionnel, ce qui crée un décalage amusant avec cette histoire de pet. Moi je l’ai trouvé marrant, ma fille n’a pas été convaincue.


rp_semaine-coréenne-01.jpg

albums jeunesse
albums jeunesse
4, 5 et 6/20
Share

Le chant du ruisseau

C’est autour du voyage que nous nous retrouvons pour un nouveau rendez-vous album jeunesse. Pour l’occasion je vous amène en Corée pour un voyage dans le temps à vélo.

Le chant du ruisseau

texte de Chae In-sun, illustration de Kim Dong-seong

Chan Ok

Un jour, en rentrant de l’école, Sônmi découvre son oncle qui l’attend chez elle, il est en congé et il lui propose une balade en vélo. Elle s’assoie derrière lui, le serrant fort par la taille. Tout en pédalent le long de la route bordé de commerce et de voiture, l’oncle raconte à la petite fille que quand il était enfant il y avait là un ruisseau à l’eau claire où il aimait jouer avec les autres enfants. Maintenant le ruisseau est recouvert de goudron, il est devenu un égout. Il pédale, zigzague et danse avec son vélo et voilà qu’il se retrouvent au bord d’un ruisseau au milieu des rizières. Sônmi et son oncle ont fait un voyage dans le temps ! Il se retrouvent dans le paysage d’enfance de l’oncle qui fait découvrir à la petite fille les joies des jeux en pleine nature : pécher des écrevisses, chercher des vairons, s’allonger sous le saule et manger des pomme de terre cuites dans les cendre. File l’après-midi et c’est déjà le soir. Il faut quitter ce ruisseau, quitter le passé et revenir vers la ville et l’agitation, revenir vers le brouhaha des voitures. Ce merveilleux voyage au bord d’un ruisseau surgit du passé et de l’enfance joyeuse de tonton sera leur secret.

Le chant du ruisseau - extrait
Le chant du ruisseau – extrait

Une histoire tendre et poétique, pleine de nostalgie pour une enfance plus proche de la nature, mais qui raconte aussi la complicité entre cet oncle et sa jeune nièce. Un promenade à vélo, un voyage dans le passé, un voyage dans les souvenirs. Un très joli album, magnifiquement illustré par Kim Dong-seong, dont le trait rappelle les peintures traditionnelle et invite au dépaysement, à la rêverie. Très belle pioche ! Décidément j’aime la littérature jeunesse coréenne, je suis rarement déçue.


Retrouvez le rendez-vous album du mois de juillet : Voyage


logoalbums2014
12/20
Share