Archives du mot-clé cinéma américain

Adieu Cuba

C’est en cherchant de quoi agrémenter la thématique commune du mois de janvier dans le cadre du challenge Amérique latine que je suis tombée sur ce dvd à la médiathèque je l’ai tout de suite emprunté et ma fois j’ai beaucoup aimé.

Afficher l'image d'origine

Il y a une jolie affiche avec de très bon acteurs américains et la photographie est vraiment très belle. La bande sonore vraiment sympa et l’histoire très touchante.

Andy Garcia, acteur et réalisateur américain est lui-même originaire de la Havane. Ville qu’il a du quitter avec ses parents à seulement 5 ans.

l’histoire:

A Cuba dans les années 50. L’île est tenue d’une main de fer par le dictateur Batista. C’est dans ce contexte très tendu qu’on fait la connaissance de Fico, le directeur d’un club de nuit, et de sa famille. Dans la tourmente de l’époque chacun à sa façon de réagir et malgré la promesse faite de mettre la famille avant le reste, Fico et les siens serons séparé par la guerre civile qui amènera Fidel Castro au pouvoir. Fico ne veut pas se mêler de politique, il veut juste vivre sa vie, loin des conflits. Mais il est des époque ou la politique et la guerre s’insinue dans chaque foyer.

En dehors de l’aspect esthétique du film que j’ai beaucoup aimé, il y a de très belles photo, une prise de vue très théâtrale, ce film m’a touché. A travers le déchirement de cette famille c’est le déchirement de tout un pays que nous montre Andy Garcia. Ici c’est le point de vue d’expatrié, l’accent est surtout mis sur la dictature qu’impose Fidel Castro. D’autres donnerons une vision différente ou Fidel se place en héro. Les uns comme les autres manqueront impartialité. Mais ce qui m’a le plus touché dans ce film ce n’est pas tellement la position qu’il défend mais le fait de montrer comment les familles se retrouvent déchirée dans genre de conflit. Quel frère a pris la bonne décision ? Peut importe, le résultat et qu’il seront séparé à tout jamais.

Après pour ce qui est de la politique, je ne peux qu’aller dans le sens du film. Une dictature est une dictature, peu importe qu’elle vienne sauver le pays d’un dictateur bien pire. L’instauration d’une dictature communiste dans le pays fera fuir de nombreux cubain et tous n’étaient pas de dangereux capitalistes, mais beaucoup de gens ordinaires qui ne reverrons pas leurs familles.

Manquant de recul et de connaissance sur la révolution cubaine, je ne me hasarderais pas à pousser plus loin mon raisonnement. En revanche je suis intéressé par le sujet alors si vous avez de bon et sérieux bouquin qui traitent de la révolution cubaine à me conseiller, je suis preneuse.

A très bientôt pour de nouvelles découvertes latino américaines


Share

De Niro tombé bien bas

Le soir, une fois les enfants couché, nous aimons regarder ses films d’actions américain qui vous vident la tête tout en vous en mettant plein les yeux. En octobre dernier sortait en DVD Unités d’élite avec De Niro. Du De Niro, je dis jamais non !

unites-d-elite.jpg

Nous voilà donc près à se vider la tête et profiter d’un bon film d’action. Nous étions près à tout mais pas à une merde pareille. Veuillez excuser mon vocabulaire outrancier, mais il s’accorde bien avec les dialogue de ce merveilleux film qui se compose à 80% de « couille », « cul » et autres parties anatomiques du genre.

Mais avant de parler des dialogues, presentons un peu le film.

Synopsis :

Malo et ses 2 potes d’enfances réussissent, grâce à un piston à devenir policier après avoir échappé de justesse à la prison. Comme quoi, on accepte de tout dans la police américaine…

Le père de Malo était policier, mais il est mort assassiné. Le jour ou Malo et ses amis fêtent leur entrée dans la police, Malo est approché par le capitaine Vic Sarcone, ancien partenaire de son père qui lui propose d’entrer dans son unité et de le prendre sous son aile. Malo, ravi accepte et le voici embarqué dans la section des flics les plus pourris de toute la ville. Ce qui ne semble lui poser aucun problème de conscience. Toute fois, marqué par l’assassinat de son père, auquel il a assisté enfant, il veut découvrir la vérité.

Le film est réalisé par Jessy Terrero (un réalisateur à ne surtout pas suivre) avec Curtis ’50 cents’ Jackson dans le rôle de Malo et Robert De Niro dans celui du capitaine Sarcone.

Curtis à une belle gueule et aurais pu ne pas être mauvais si on lui avait donné un dialogue digne de ce nom à réciter. Malheureusement pour lui, le dialoguiste aurais mieux fait de choisir un autre métier. Non seulement le scénario est très mauvais, mais le dialogues aussi plat d’une conversation entre deux ivrognes du bistro du coin après minuit en rajoute une couche. C’est affreusement vulgaire, mais cela peut passer encore, après tout on est avec des voyous, des camés, des ripoux… rien d’étonnant à ce que « couille » vienne tous les 3 mots. Mais le problème c’est qu’ils ont voulu faire des scènes romantiques aussi. Là, ben, c’est à mourir de rire !

Le scénario est également d’une nullité accamblente. Tout le long du film on cherche à complexer un peu l’intrigue, à donner de la profondeur au personnage. Mais en vain ! Chaque scène suivante vient nous accabler et nous montrant à quel point les personnages sont naïfs et stupides. Si seulement la chose était assumé… Mais non, on veut nous faire croire que nous avons à faire à des personnages plus malins les uns que les autres. My good !!

Le pire film qu’il m’a été donné de voir depuis… depuis super longtemps ! Je dirais même que The story of Han Dinasty  avec ses aberrations est beaucoup plus intéressant que Unités d’élite. Faut le faire !

D’ailleurs, celui qui en a traduit le titre en français, je suis pas sûre qu’il est tout compris du film. Non parce que, je sais pas où il a vu des unités d’élite, moi je n’ai vu que des ripoux. Et un freelancer chez moi est un travailleur indépendant. C’est d’ailleurs ce que l’inspecteur de la police des police propose à Malo à la fin du film : travailler pour lui en freelance (comprendre en indépendant).

De Niro, mamma mia, ma che fai !!

Share