Archives par mot-clé : Maëlle Fierpied

La fille sans nom [roman jeunesse]

La fille sans nom est un roman fantasy de Maëlle Fierpied, publié par l’école des loisirs dans la collection Médium+.

Dans ce roman nous suivons une jeune fille qui après avoir fugué, se fait passer pour un garçon afin d’être embauché comme garçon à tout faire sur une péniche. Ce qu’elle ignore c’est qu’elle va passer un contrat avec un mage qui lui volera son nom et fera d’elle son esclave. Amené dans le monde magique d’Éther, elle va être confrontée à une autre réalité, un univers où la magie est omniprésente. Dans cet univers, les mages s’opposent aux sorciers. Les premiers maîtrisent l’art des runes magiques, les seconds disposent d’une magie naturelle.

Privée de son nom, l’héroïne doit découvrir cet univers, y trouver ses repères, mais surtout se reconquérir, retrouver son identité et se soustraire à l’emprise du mage.

Les épreuves qu’elle devra surmonter seront nombreuses et de grandes surprises l’attendent.

Après un premier chapitre excellent (vous pouvez lire ici les premières lignes), le rythme ralenti. Dans les chapitres suivants, la routine s’installe sur la péniche. L’héroïne y trouve ses repères, prend ses marques. Cette phase permet de faire connaissance avec notre personnage principal, de mieux la connaitre et de découvrir avec elle le monde magique auquel elle va être confrontée. Mais je l’ai trouvé un peu longue et j’ai commencé à me demander s’il allait ou non se passer quelque chose dans ce roman. À peine me suis-je posé la question que l’aventure prend une tout autre allure. Le rythme s’accélère, l’héroïne rencontre de nouveaux personnages et une véritable quête commence. Plus une fuite qu’une quête ! Mais au bout de la fuite, il y a sa destinée. Un chemin dangereux et douloureux qui la mènera à une vie qu’elle n’aurait jamais pu imaginer.

Cette seconde partie du récit prend la forme classique du groupe de compagnons qui doivent ensemble accomplir un voyage, tout en faisant face à de grandes menaces. Si la structure de base est classique, l’auteur se l’approprie pour la faire sienne, le groupe fonctionne très bien. Les personnages sont variés et touchants. L’aventure qui se profile promet d’être passionnante, et l’univers est riche. Loin de cacher ses sources d’inspiration, Maëlle Fierpied leur rend hommage par de nombreux clins d’œil. Une démarche que j’apprécie beaucoup. L’héroïne venant de notre monde, elle partage les mêmes références que le lecteur et souvent fait le parallèle entre ce qu’elle découvre et ses références culturelles allant de Totoro au Seigneur des Anneaux.

Un joli roman, très agréable à lire, avec une jolie brochette de personnages attachants.

sur le site de l’école des loisirs

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré

⇒ Maëlle Fierpied (instagram)

 

Share

Premières lignes #14 – La fille sans nom

Ma lecturothèque nous invite à partager les premières lignes de nos lectures.

Aujourd’hui j’ai choisi de partager avec vous les premières lignes d’un roman que je commence à peine. Je ne sais pas encore ce que je penserais de cette lecture. Mais j’ai adoré le chapitre d’introduction !

Couverture La fille sans nom

1
Une ombre sur l’eau

La rue est sombre et silencieuse.

Je n’ai pas l’habitude d’être dehors à cette heure là.

Il est quatre heure du matin. La ville est déserte, c’est l’heure des chats, des chauves-souris…

Et des fugueuses.

Parce que c’est ce que je suis. Une fugueuse. Je viens de m’enfuir de la maison.

Je dois être complètement dingue.

Ou désespérée.

Sans doute les deux.

Quitter ma maison, ma chambre, mon lit, ma couette chaude, pour quoi déjà ?

Pour donner une leçon à mes parents. Parce que la communication n’est plus possible entre nous. J’ai beau parler, j’ai l’impression d’être face à un mur. Deux murs, même. Béton d’un côté, brique de l’autre. On s’y écorche les phalanges, mais rien ne bouge. C’est toujours les murs qui gagnent, quelle que soit la force de nos coups.

La Fille sans nom, Maëlle Fierpied, l’école des loisirs.

Share