Archives par mot-clé : rue du monde

La grand-mère qui sauva tout un royaume [album jeunesse]

C’est dans la collection Papagayo des éditions Rue du Monde que j’ai pioché ce conte japonais, raconté par Claire Laurens et illustré par Sandrine Thommen.

Couverture La grand-mère qui sauva tout le royaume

Le royaume était gouverné par un seigneur qui avait peur de vieillir. Alors qu’une famine fait rage, il prend la décision de se débarrasser des vieillards qu’il estime inutiles. Il ordonne à tous les habitants d’abandonner leur vieux dans la montagne. Mais un jeune homme qui vit seul avec sa grand-mère n’a pas le cœur à l’abandonner et décide de la cacher. Quelques mois plus tard, le royaume est menacé par un seigneur voisin. Celui-ci envoie 3 énigmes qui doivent être résolues pour éviter la guerre.Tous les savants échouent à trouver une solution. Alors le seigneur promet une récompense à quiconque trouvera la solution. Qui va résoudre les énigmes ? La grand-mère bien sûr ! Car elle a la sagesse et le savoir que lui ont apporté ses longues années de vie. Le royaume est sauvé et le seigneur comprend qu’il ne faut pas avoir peur de vieillir. Il fait revenir tous les vieillards du royaume qui seront dehors et en avant traités avec respect.

Un très joli conte sur le respect de ses aïeuls.

Le conte est suivi d’un petit dossier sur le Japon donnant quelques informations assez basiques sur le pays et ses traditions. Un petit dossier intéressant pour ceux qui ne connaissent pas encore ce pays.

le site des éditions Rue du Monde

Sandrine Thommen

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


A lire aussi

Share

Martin et Rosa [album jeunesse]

Quand je suis allé à la bibliothèque jeunesse demander ce qu’il avaient à me proposer sur la thématique de l’histoire afro-américaine, j’ai bien vu l’embarras de la bibliothécaire qui malheureusement n’avait pas beaucoup de choses à me proposer. Elle a quand même réussi à me dénicher 3 ouvrages parmi lesquels l’album dont je m’apprête à vous parler : Martin et Rosa de Raphaël Frier et Zaü, publié par Rue du Monde dans la collection grands portraits en 2013.

L’album se divise en deux parties, la première raconte l’histoire de Rosa Parks et Martin Luther King dans leur combat pour l’égalité des droits pour les noirs des États-Unis, en commençant par le droit de s’assoir dans le bus à n’importe quelle place.

Cette première partie, illustrée, est suivie d’une seconde partie sous forme de documentaire où l’on nous donne des nombreuses informations complémentaires sur Martin Luther King et Rosa Parks, mais aussi sur l’histoire des États-Unis, la ségrégation, le KKK, les luttes pour les droits civiques. On nous parle même d’Obama, le premier président noir des États-Unis, le tout avec photos d’archives.

J’ai trouvé cette seconde partie très bien faite. Elle complète très bien la première partie qui est plus romancée. L’ensemble donne une bonne idée non seulement des personnalités de ces deux personnages historiques importants, mais aussi du contexte dans lequel ils évoluaient.

Un bon album, dont, en revanche, les illustrations ne m’ont pas séduit.

⇒ à lire aussi l’avis de Blandine

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


Share

Le singe de Cali et Foli

Aujourd’hui je vais brièvement vous présenter un album jeunesse que je trouve très beau : Le singe de Davide Cali et Gianluca Folí (adapté de l’italien par Alain Serres), paru aux éditions Rue du Monde (2013).

Son très grand format (haut de plus de 35 cm) permet de pleinement profiter des magnifiques illustrations de Gianluca Folí, même si je trouve ça moins pratique à manier par les petites mains.

Bruno vit dans un zoo avec sa famille de singes. Quand ils voit les visiteurs du zoo, il aimerait bien être comme eux, porter des vêtements, avoir des chaussures, conduire des voitures… A force des les observer Bruno commence à comprendre les humains. Puis il se met à faire de la musique et les gens le remarquent. Son rêve va devenir réalité. Il va pouvoir quitter sa cage, s’habiller et devenir un musicien. Mais jamais il ne pourra devenir un homme. Pour les humains il sera toujours un singe. Mais en rendant visite à ses parents il se rend compte que s’il n’est pas devenu un homme il n’est plus un singe non plus. Bruno se sent seul, terriblement seul jusqu’au jour où il rencontre Elise, une fille singe qui comme lui à quitté sa famille singe pour devenir musicienne. Ensemble ils seront heureux, ils seront eux-mêmes.

C’est une jolie histoire sur la différence et l’acceptation de soi. Mais ce qui m’a le plus marqué dans cet album ses sont les illustrations très douces et poétiques, vraiment très belles.

Je découvre avec cet album cet illustrateur et son style me touche beaucoup. Pour en savoir un peut plus sur Folí voici une petite vidéo :

Gianluca Folì : A little short documentary from Gianluca Folì on Vimeo.


10/20
10/20
littérature jeunesse
littérature jeunesse
coup de cœur 2016
coup de cœur 2016
Share

La bibli des deux ânes

C’est l’histoire de Biblioburro, une bibliothèque à dos d’âne qui arpente les collines colombienne pour apporter des livres aux enfants qui vivent dans les campagnes, loin des écoles et des bibliothèques. C’est sur le dos de Alfa et Beto que le bibliothécaire apporte des livres à ces enfants. Sous un arbre il prends le temps de leur lire des histoire de leur apprendre à lire avant de leur laisser quelques livres qu’il pourront lire et relire  jusqu’à son prochain passage.

C’est une tés jolie histoire et elle est vraie. Ce Biblioburro existe vraiment et Monica Brown (texte) et John Parra (illustrations) nous la racontent avec beaucoup de tendresse.

Un très joli livre qui nous raconte l’importance des livres et l’extraordinaire travail de ces valeureux bibliothécaire itinérants. C’est tout de même un  beau métier.

En achetant ce livre on aide la véritable bibliothèque à dos d’âne, puisque Rue du Monde contribue à l’équiper.

1/20

Le hasard à voulu que juste après avoir lu ce livre, je soit tombé sur un article mettant à l’honneur une bibliothèque à dos de chameau qui apporte les livres aux enfants dans le désert de Gobi

Share

Des arbres pour la vie

Aujourd’hui je vais vous parler de deux beaux album paru chez rue du monde et mettant à l’honneur les arbres : Le ginkgo, le plus vieil arbre du monde de Alain Serres et Zaü et Wangari Maathai, la femme qui plante des millions d’arbres de Franck Prévot et Aurélia Fronty.

Le ginkgo, le plus vieil arbre du monde

Le ginkgo est un arbre magnifique qui m’a toujours fasciné. Quand j’ai vu cet album à la bibliothèque je ne n’ai pas hésité un instant, curieuse d’en apprendre plus sur cet arbre.

Les illustration de Zaü, très stylisées, m’ont plu par leur couleur et leur douceur. Le texte nous raconte l’histoire de cet incroyable arbre que Darwin qualifié de “fossile vivant”. Tout d’abord on nous raconte comment les circonstance de l’apparition du ginkgo sur terre et comment celui-ci a résisté au temps et a l’évolution de la vie sur terre en s’adaptant. Puis on découvre le ginkgo à l’époque des hommes, où il ne subsiste que dans une région de Chine avant de séduire les par sa beauté et ses bienfaits. Ce sont alors eux qui le propageront à travers les continents en le plantant et le reproduisant. On découvre comment le premier ginkgo arrive en Europe, comment il gagne son surnom d’arbre au 40 écu…

A la fin de l’histoire un petit dossier nous montre quelques photos (le plus vieux ginkgo de France, le plus vieux de Chine…) et nous donne d’intéressantes informations complémentaires.

Un beau livre pour aller à la rencontre de ce bel arbre, si vieux et si résistant, symbole de longévité.

ginkgo dessiné par Engelbert Kaempfer (1712)

Wangari Maathai, la femme qui plante des millions d’arbres

Cet album je l’ai découvert sur le blog de Laurette. Ce n’est qu’après les avoir emprunté tous les deux à la bibliothèque que je me suis rendue compte que les deux livres appartiennent à la même collection : grands portraits des éditions rue du monde.

Cet album raconte la vie de Wangari Maathai, femme kenyanne d’un grand courage, qui se bat pour la sauvegarde des forêts et pour la démocratie dans son pays. Après avoir fait des études supérieures aux Etats-Unis à une époque où peu de femmes africaines apprennent à lire, Wangari revient dans son pays pour y promouvoir la sauvegarde des forêts. En 1977 elle crée le mouvement de la ceinture verte (Green Belt Movement) pour replanter des arbres, d’abord au Kenya, puis dans d’autres pays d’Afrique. Les femmes jouent un rôle essentiel au sein de cette association.

Après avoir été battue et emprisonné par le gouvernement dictatorial de Daniel Arap Moi, elle est élue député et nommé ministre de l’environnement  par le nouveau président en 2002. Elle a reçu le prix Nobel de la paix en 2004. Une grande femme qui nous inspire par son courage et ses idées et qui se bat pour un monde meilleur. Cet album est très joliment illustré par Aurélia Fronty. C’est beau et intéressant.

Comme l’album précédent celui-ci est complété par un dossier agrémenté de dates, photos et autres données.

à lire aussi :

15 et 16/20
Share