Grands et petits écrans

Grands et petits écran #4 – spécial contes et légendes d’Afrique

La semaine dernière je vous avais proposé un numéro spécial contes et légendes d’Amérique. Cette semaine avec le challenge contes et légendes nous avons fait escale en Afrique. À cette occasion je vous propose un nouveau numéro spécial. Direction la terre des contes africains. Malheureusement je ne connais ni de film ni de séries africaines, je vais donc vous propose un film de Michel Ocelot qui se déroulent en Afrique : Kirikou.

Si vous connaissez des films et des séries s’inspirant du folklore africain, laissez moi les références en commentaire 🙂

Kirikou et la sorcière

Affiche Kirikou et la SorcièreRésumé : Kirikou s’enfante seul. Et à peine sorti, le minuscule petit enfant parle et marche. Il veut tout savoir. Au village il n’y a plus que des femmes, des enfants et des vieillards. Les hommes ont été transformés en fétiches par Karaba la sorcière. Kirikou veut savoir pourquoi Karaba est si méchante.

Mon avis : je n’ai pas revu ce film depuis un bon moment, je vous parle de mémoire. Mais ma fille ainée l’a beaucoup aimé et je l’ai vu et revu encore et encore. Un de ces films dont elle connaissait les répliques par coeur. C’est un très beau conte. Kirikou est intelligent, espiègle, adorable, toujours curieux, courageux et généreux. Après la grande, Mimiko a eu sa période Kirikou, je l’ai alors revu encore quelques fois. Elle était moins fan que sa grande soeur, mais elle a bien aimé aussi. Ce film plait beaucoup aux très jeunes enfants. À la manière des contes traditionnels il joue avec es répétitions et ça marche bien avec les tout petits, qui par ailleurs s’identifient bien au tout petit Kirikou. Et je ne vais pas m’en plaindre, c’est un très beau modèle.

Le film Kirikou et la sorcière (1998) a remporté un grand succès, deux suites ont vu le jour : Kirikou et les bêtes sauvages (2005) et Kirikou et les hommes et les femmes (2012). J’ai vu ces deux suites qui sont des recueils d’histoires courtes. J’en garde un souvenir assez vague, d’une part parce que mes enfants ne m’ont pas obligé à les regarder en boucle, puis parce que je l’ai trouvé moins magique que le premier film. On y retrouve le même esprit, mais cela a un goût de déjà vu.

Kirikou fait partie de nos classiques de notre cinémathèque familiale.

J’avais aussi envie de vous parler d’Azur et Asmar, un autre film de Michel Ocelot. J’étais persuadé que cela se déroulait dans le Magreb, mais après quelques recherches je réalise que c’est plutôt le moyen orient qui a inspiré ce film, du coup on en parle la semaine prochain 😉

Share

Commentaires

16 septembre 2019 à 11:21

Kirikou !! Merci pour le souvenir… Je l’ai aussi regardé plusieurs fois avec mon fils…



18 septembre 2019 à 07:34

Ah, ce cher petit Kirikou !! 🙂



Répondre à FondantGrignote Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *