manga - BD - comics

Dryades [BD]

Yacha s’ennuie, son coloc est encore parti pour un mois. Elle est seule dans son appartement. Son patron lui suggère de sous-louer la chambre. Bonne idée ! À peine met-elle qu’une annonce qu’une jeune femme fraichement débarquée à Bruxelles l’interpelle. La chambre l’intéresse.

Rudica, vient de débarquer à Bruxelles, elle était prisonnière d’un ogre, mais elle a réussi à s’enfuir. Séduite par la personnalité de la jeune femme, Yacha lui loue la chambre sans y réfléchir à deux fois. Et lui donne son coeur. Faut dire que Rudica n’est pas une fille ordinaire. Elle raconte de drôles d’histoires, connait les plantes qui soignes, à un don pour redonner vie aux plantes mortes, les sourires aux jeunes femmes déprimées, soigne les maux de dos… Rudica inspire Yache qui renaît grâce à cette relation.

Rudica, est-ce une jeune femme excentrique ou une dryade ?

Ces deux jeunes femmes viennent en aide à ceux qui soufrent, apportent de la bonne humeur dans le quartier, et pourtant, tout le monde va se liguer contre eux. Leur liberté fais peur, leur don rend suspect, les rumeurs grandissent, deux sorcières. Il n’y a pas de doute.

J’avoue ne pas avoir saisi l’intention de l’auteur, si cette BD porte un message, je ne l’ai pas compris. Mais j’ai aimé cette lecture. J’ai aimé le dessin poétique et fin, j’ai aimé ces deux jeunes femmes, j’ai aimé cette histoire qui oscille entre réalisme, métaphore, onirisme et poésie. J’ai aimé flirter avec le surnaturel, le magique. J’ai aimé remplir les rues de Bruxelles de plantes et de dessins.

L’histoire prend, peut-être, un tournant trop attendu, il n’y a pas de surprise, mais c’est beau. Ça nous emporte. Sorcière ou dryade, il y a dans ces jeunes femmes un peu de moi, ce petit brin de folie, cette frontière flue entre réalité, rêve et imagination qui me sont si familiers.

Une jolie découverte, une auteur que je ne connaissais pas et qui m’a séduit.

sur le site de la boite à bulles

Tiffanie Vande Ghiste (facebook, instagram)


cette semaine le rendez-vous est chez Noukette


Une dryade, c’est quoi ?

Les dryades dans la mythologie grecque sont des nymphes liées aux arbres et plus particulièrement aux chênes. Je connaissais les nymphes, mais c’est la première fois que je tombe sur le nom de dryade.

La dernière dryade, par Gabriel Guay

avec cette lecture je participe aux challenges suivants

(cliquez sur les logo pour en savoir plus)

Share

Commentaires

25 mars 2020 à 15:05

Effectivement ça a l’air plutôt original, l’histoire comme le dessin… Je l’avais vu passer chez un des bulleurs mais je ne me souviens plus chez qui…



    25 mars 2020 à 20:01

    (C’était chez moi m’dame Nouk !)
    J’ai beaucoup aimé ce trait rafraîchissant même si l’histoire avec le temps m’a un peu échappé !



25 mars 2020 à 21:09

Elle m’interpelle cette histoire. J’y jetterai bien un œil !



25 mars 2020 à 22:03

L’histoire est peut-être un peu onirique ? En tous les cas tu m’as donné envie quand même d’y jeter un coup d’oeil ! 😉



27 mars 2020 à 15:34

Bon tant pis pour le sens que l’auteur a voulu donner.. si l’histoire se lit bien et que les dessins sont jolis.. pourquoi pas :–



28 mars 2020 à 14:58

ça m’a l’air bien intrigant tout ça et j’aime beaucoup les dessins : je note !



29 mars 2020 à 17:23

Pourquoi pas ? Je me souviens aussi de l’avoir vu passer chez Moka.



30 mars 2020 à 07:56

Ce genre de truc onirique me laisse souvent au bord du chemin alors je n’en fais pas une priorité



30 mars 2020 à 09:51

à voir si je trouve à la feuilleter 😀



30 mars 2020 à 22:56

Pourquoi pas, si je la vois passer, j’y jetterais un oeil, voire plus 🙂



31 mars 2020 à 21:49

Je ne sais pas si c’est pour moi… mais cela m’intrigue alors pourquoi pas tenter si je mets la main dessus. J’aime bien le graphisme.



1 avril 2020 à 11:34

pourquoi pas. mais elle ne sera pas dans mes lectures prioritaires



2 avril 2020 à 22:10

Les illustrations me tentent bien mais je crois que je passerais mon chemin.



6 avril 2020 à 15:38

Original… à voir en bibliothèque peut-être, pour moins craindre la déception.



Répondre à Blandine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *