C'est lundi !

Carnet de bord, lundi 15 mars

Bienvenu sur Ma petite Médiathèque, voici, comme chaque lundi, mon petit carnet de bord de la semaine passée : articles publiés, livres lus et bilan de visionnage au rendez-vous.

Mes Lectures

lectures terminées

J’ai terminé La fabrique de poupées, commencé en février. J’ai eu bien du mal avec la première partie et j’ai dû me forcer à continuer, mais je ne regrette pas du tout. Avec la deuxième partie, le récit devient beaucoup plus intéressant et agréable et la troisième et dernière partie tient vraiment en haleine. Je n’ai pas encore eu le temps de rédiger une chronique, mais j’espère le faire cette semaine pour vous en dire un peu plus sur ce roman.

Synopsis : La liberté est une chose précieuse… Londres, 1850. L’Exposition universelle va bientôt ouvrir ses portes dans le tout nouveau Crystal Palace, et les badauds se pressent déjà dans Hyde Park pour venir admirer cette merveille. Parmi eux, Iris, une modeste employée dans un magasin de poupées, à la beauté mâtinée de difformité, qui rêve de devenir artiste peintre. Et puis il y a Silas, un taxidermiste amateur de macabre et de curiosités, qui voudrait exposer ses œuvres dans ce gigantesque musée. Ces deux-là se croisent, et leurs destins en seront à jamais bouleversés. Iris accepte en effet bientôt de poser pour Louis Frost, un jeune peintre de l’école préraphaélite, exigeant en retour qu’il lui enseigne sa technique. Peu à peu, le champ des possibles s’élargit pour le modèle avide de liberté, qui découvre l’art et l’amour. Mais c’est compter sans Silas, qui rôde non loin de là, tapi dans l’ombre, et n’aura de cesse qu’il n’ait fait sienne celle qui occupe désormais ses pensées, jusqu’à l’obsession… (source : livraddict)

Couverture Les Liens du sang, tome 03 Editions Ki-oon (Seinen) 2019 Couverture Les Liens du sang, tome 04 Editions Ki-oon (Seinen) 2019 Couverture Les Liens du sang, tome 05 Editions Ki-oon (Seinen) 2019 Couverture Les Liens du sang, tome 06 Editions Ki-oon (Seinen) 2020

En février j’avais lu les deux premiers tomes de la série Liens du sang et je n’avais pas été complètement convaincue. J’ai pourtant eu envie d’emprunter la suite et je les ai dévorés en une après-midi. Cette série se lit vraiment très très vite. Avec les 4 tomes suivants, on appréhende mieux la mère et le caractère déviant de son comportement devient de plus en plus évident. Le piège se referme sur le héros et on se demande comment il va se sortir d’une telle situation. Où plutôt devrais-je dire : on se demande s’il va réussir à se sortir de cette situation. Bref j’ai été bien plus happé par cette suite que par les deux premiers tomes.

Synopsis : vue de l’extérieur, la famille du jeune Seiichi est des plus banales : un père salarié, une mère au foyer, une maison dans une ville de province… L’adolescent va à l’école, joue avec ses amis, est troublé quand il pose les yeux sur la jolie fille de la classe. Tout est normal… ou presque. Il ne s’en rend pas compte lui-même, mais sa mère le couve beaucoup trop.
Seiko traite encore son fils comme un bébé et, avec un mari toujours absent, son monde est d’autant plus centré autour de Seiichi. Ce dernier est incapable de résister : il se laisse lentement emprisonner dans le cocon. Trop jeune, il ne décèle pas la folie cachée derrière l’amour maternel. Jusqu’à ce qu’il soit trop tard… (source : livraddict)

J’ai aussi lu Anya et Tigre blanc, un album que j’ai emprunté après l’avoir découvert sur le blog de Jojoenherbe. Un très bel album, mais avec un petit quelque chose qui me chiffonne.

Synopsis : Dans un pays enneigé, où règne un roi dur et injuste, sévit une terrible malédiction qui frappe les enfants nés la même année que l’unique héritier. Les uns après les autres, année après année, les enfants disparaissent… et on n entend plus jamais parler d’eux. Anya fait partie de cette génération perdue. Privée de son frère jumeau, enlevé bébé, la jeune fille grandit en compagnie de son tigre blanc, la rage au coeur. Menacée, elle est bien décidée à affronter le danger lorsque celui-ci se présentera. Un jour, enfin… Il sera question d une sorcière aux yeux blancs qui crache le feu, d’une prémonition qui scelle les destins, d’une évasion et d’une révolte menée par une armée d’animaux sauvages… (source : livraddict)

lectures en cours

J’ai commencé une nouvelle lecture : Rendez-vous avec le poison, 4e tome de la série Les Detectives du Yorkshire. Je n’ai lu que les deux premiers chapitres, l’ambiance me plait bien.

Synopsis : Il y a comme un vent de printemps qui souffle sur Bruncliffe. Mais la belle saison est loin de profiter à tout le monde… Impliqué dans une affaire de meurtre, Samson O’Brien doit faire face aux questions pressantes de la police, et Delilah Metcalfe aux critiques virulentes de sa famille et de ses amis – qui lui reprochent sa loyauté envers le détective privé. Et quand la vérité sur le passé de Samson éclate au grand jour, tout Bruncliffe se ligue contre lui.
Seul le vétérinaire du coin s’inquiète d’une série de morts inhabituelle au sein de sa clientèle canine. Soupçonnant un acte criminel, il sollicite les services de Samson et Delilah. Bravant les foudres des habitants, ces deux derniers vont devoir découvrir l’origine de ce poison qui menace la communauté bruncliffienne… (source : livraddict)

Je n’ai avancé que de 10 petites pages dans la lecture de Blameless, mais je suis tout de même contente d’avoir pris le temps d’avancer un peu.

J’ai aussi lu quelques pages du sublime Goûts d’Afrique.

Visionnages de la semaine

2 séries pour le challenge polar et thrillers

Monk 

Affiche MonkNous avons fini la saison 1 et commencé la saison 2.

Monk est toujours aussi empêtré dans ses phobies et ses tocs, mais il fait beaucoup d’effort pour se montrer plus attentif aux autres, ce qui donne quelques scènes cocasses où plus il en fait et plus c’est pire. On s’amuse toujours à suivre ses enquêtes, malgré le côté très cliché de la série, surtout pour les rôles féminins. si l’assistante de Monk est une caricature, attendait de voir l’épouse du capitaine ! T_T

Synopsis : Brillant et névrosé, Monk combat non seulement le crime, mais aussi ses multiples phobies : les microbes, les voitures, le vide… et pratiquement tout le reste. (source : SensCritique)

L’inspecteur Barnaby

À fond dans l’ambiance British Mysteries Month avec l’inspecteur Barnaby. C’est vieillot et très lent, mais je me régale. Cela correspond à mon humeur du moment. Et j’apprécie les intrigues qui sont souvent assez complexes, même si elles ne donnent pas une très belle image de la campagne anglaise. Les villageois sont tous plus fous les uns que les autres, querelles de voisinage et mauvaises langues semblent être la norme. Sans parler des querelles entre villages. J’ai tout de même un reproche à faire à la série. Mme Barnaby est un peu une caricature d’épouse au foyer, avec son mari qui se moque de ses activités (peinture, cours divers et varié…). Je trouve leur relation pas très moderne.

Avec cette série je participe aussi au challenge A year in England. Ambiance cottage garantie.

Le ver dans le fruit : deux enfants, Sean et Julie Fielding, découvrent dans le bois de Setwale Wood le corps sans vie de Susan Bartlett. Lorsque Julie rapporte ce qu’elle a vu, tout le monde au village conclut que la jeune femme s’est suicidée, car elle ne pouvait pas avoir d’enfant. C’est alors que Barnaby et Troy remarquent que le message annonçant son suicide, envoyé par e-mail, a été expédié bien trop tard. Pendant ce temps, au village, se déroule le procès qui oppose la communauté au fermier James Harrington. Celui-ci souhaite vendre ses terres et le bois de Setwale. Il obtient gain de cause. Très rapidement, il s’ensuit une nouvelle série de meurtres. En outre, la petite Julie a décidé de mener sa propre enquête : elle va mettre sa vie en danger… (source : SensCritique)

Affiche Inspecteur BarnabyMort en eau trouble : Lors de travaux de restauration dans le tunnel du canal de Midsomer, une galerie s’effondre et des ossements humains, datant du XVIIIe siècle, émergent d’une chambre secrète. Les chercheurs ne tardent pas à découvrir que parmi les ossements se trouve un squelette beaucoup plus récent. L’inspecteur Barnaby entame alors une enquête sur ce probable meurtre. Il tente d’en savoir plus sur cette étrange salle mortuaire. Entretemps, Troy, son assistant, est appelé, car un clochard a été attaqué par un groupe de jeunes dans les bois de Midsomer Worthy. Peu après, l’un de ces jeunes est retrouvé assassiné. Les soupçons se portent aussitôt sur le vagabond… (source : SensCritique)

Le parcours du combattant : Les habitants de Midsomer Worthy sont profondément choqués par le drame qui vient de se produire : Martin Wroath vient de mettre fin à ses jours. Mais l’hypothèse du suicide est aussitôt remise en question. En effet, une corde, accrochée aux pieds du défunt, rejoignait la gâchette d’un fusil pointé sur sa tête. Une construction bien étrange et particulièrement élaborée pour la personne alcoolique et dépressive qu’il était. L’enquête conduit alors l’inspecteur Barnaby et le sergent Troy dans un établissement psychiatrique, où Martin avait jadis séjourné. C’est là que les policiers rencontrent le docteur Jane Moore, qui suivait médicalement le malheureux… (source : SensCritique)

Une touche de sang : Alors qu’elle s’exerce à la peinture paysagère, en s’appliquant à tenir compte des conseils en la matière dispensés par son professeur, Joyce Barnaby découvre le cadavre de Ruth Fairfax. Cette femme, un peu plus âgée, suivait les cours d’initiation à la peinture fréquentés depuis peu par Joyce. L’enquête débute, s’orientant tout d’abord vers des vols commis dans le village, et qui pourraient constituer le mobile du meurtre. Mais, bientôt, l’inspecteur Barnaby est officiellement déchargé de l’enquête, son épouse étant l’unique témoin. Il ne renonce pas pour autant à s’intéresser à cette affaire, qu’il tente d’élucider en toute légalité… (source : SensCritique)

La maison de Satan : Rupert Smythe-Webster, un aristocrate excentrique, utilise son magnifique manoir comme décor pour y conduire une expérience satanique en l’honneur d’Ellis Bell, un écrivain local dont le best-seller a été adapté à l’écran. Pendant le spectacle, le séduisant Larry Smith, neveu de Rupert, est tué, victime d’une explosion. Barnaby et Troy, chargés de l’enquête, s’étonnent de l’indifférence des membres de la famille de Larry, qui semblent plutôt se réjouir de la publicité apportée par cet événement. Un journaliste local semble lui aussi s’intéresser uniquement aux enjeux financiers que représente la mort du jeune homme. Aucun habitant du village ne semble mécontent du sort de Larry… (source : SensCritique)

Sur le blog

IRL

J’ai craqué, je me suis acheté un nouveau cahier et j’ai commencé un nouveau bullet journal. J’ai revu complètement la façon de m’en servir et je vais me passer du semainier et sa fonction agenda dont je n’ai pas besoin. En revanche je garde les trackers et listes divers et variés (wishlist, idées bricolages, idées pour le jardin…) j’ai intégré un calendrier annuel (futurlog) chose que je n’avais pas fait avant et je trouve ça très pratique pour tout voir d’un seul coup d’oeil. Et je vais aussi m’en servir pour notes mes lectures mensuelles, visionnages, etc. Je vais ensuite reporter mes lectures dans mon carnet de lectures où elles seront classées par genre, par challenge, et pour les romans je fais même une petite fiche de lecture. J’ai aussi choisi de faire un bullet journal très épuré sans dessins ni déco pour ne pas me décourager face à la mocheté de mon coup de crayon (#ouiaubulletmoche 😂) et finalement je trouve ça plutôt joli comme rendu. Je vais peut-être rajouter des petites décos par-ci par-là, mais je ne me lance pas de défi dessin trop compliqué de peur de trop vite me démoraliser et de laisser tomber (encore). À voir si cette fois j’arrive à m’y tenir. Pour le moment il est encore en cours de conception et pleines de pages restent à créer. Je ferais peut-être quelques photos quand j’aurais avancé dans la mise en page.

Côté jardin, pas mal de travail de semis : herbes aromatiques, fleurs, tomates…

Share

Commentaires

15 mars 2021 à 14:09

J’ai bien envie de lire aussi La fabrique de poupées mais pas encore pu l’emprunter à la médiathèque… Dommage pour Anya et le tigre blanc, mais je crois que tu n’avais pas apprécié sa suite. J’espère que ton bullet journal prendra une forme qui te plaise. Bonne semaine!



    15 mars 2021 à 18:53

    ce n’est pas que je n’aime pas, je les trouve très beau et l’histoire en soi est digne d’un bon conte de fée, mais il y a un décalage entre l’intension et la forme qui m’a perturbé dans les deux albums. Des détails mais qui a mes yeux ont de l’importance. Dans Anya par exemple ce qui m’a perturbé c’est qu’on insiste lourdement sur la beauté de l’héroïne, tout en insistant sur le fait qu’elle ne fait aucun cas de sa beauté. Un peu plus loin on en remet une couche avec la beauté de son frère qui émeut la sorcière. Alors qu’on nous propose une histoire avec une femme forte et indépendante, je trouve ça régressif que de retomber dans le carcan de l’héroïne de conte qui se doit d’être belle. Finalement la beauté reste un critère très important. Je trouve pas ça très moderne et en contradiction avec l’intension de l’histoire qui semble être celle de présenter une femme moderne qui n’hésite pas à montrer au font, à prendre les armes etc. Si on n’avait pas mentionné la beauté de l’héroïne cela n’aurait rien changé du tout à l’histoire dans son ensemble, alors pourquoi s’y attarder ? Tu comprends ce que je veux dire ? Je suis pas sûre d’arriver à exprimer mon ressenti de façon très claire ^^’ Tout ça pour dire que ce détail à tout gâché pour moi, alors que c’est une belle histoire servie par un superbe dessin. Dans l’autre album (je sais plus le titre exacte) c’est un peu la même chose en bien pire encore.



15 mars 2021 à 15:31

La fabrique de poupées me faisait de l’oeil, je l’avais emprunté en médiathèque mais finalement quand je l’ai eu en main il ne m’a plus tellement donné envie.
J’aime bien les bujo, mais j’avoue que je ne fonctionne pas du tout comme ça alors dur de m’en servir. Par contre, j’ai fait un mix bujo/agenda qui me convient bien, j’ai passé de nombreuses soirées de 2020 à créer mon “bullet agenda” de 2021 et j’en suis plutôt contente. Si bien que je recommence pour l’année prochaine 😉 J’espère que tu seras satisfaite du tien en tous cas 🙂



    15 mars 2021 à 18:43

    J’ai déjà fait d’innombrables tentatives sans succès mais j’espère que cette fois c’est la bonne ^^. Je vais sans doute le faire évoluer mais, le côté agenda en moins ça me plait déjà plus. Et j’aime bien faire des liste ça m’aide à mettre de l’ordre dans ma tête ^^



15 mars 2021 à 19:48

beau bilan! je vais essayer de commencer Les Detectives du Yorkshire d’ici la fin du mois!



15 mars 2021 à 19:58

Je suis en pleine relecture du Protectorat de l’ombrelle 🙂 Le premier tome reste mon préféré, mais j’adore cette série <3
Bonne semaine !



15 mars 2021 à 20:29

Je suis curieuse de voir ce qui t’a chiffonnée dans Anya et Tigre blanc dont j’adore la couverture.
Les liens du sang me fascine autour qu’il me répulse ><
Il faudrait que je lise un Agathe Raisin un de ces 4
Très belle semaine à toi !



15 mars 2021 à 20:52

Je suis nulle en bullet journal, c’est pour ça que je me cantonne à un petit calepin-semainier… mais j’adoooore regarder les bujos des autres ! (même ceux qui n’ont pas ou peu de dessins ^_^) Je te souhaite une nouvelle jolie semaine qui commence, Bidib !! bizz



Répondre à Audrey Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.