Beethoven : Le Prix de la liberté

Beethoven : Le Prix de la liberté

9 juin 2021 10 Par Bidib

Beethoven : Le prix de la liberté

roman graphique de Régis Penet, tout juste sorti aux éditions La Boite à Bulles (2021)

synopsis : « Dites aussi aux Français qu’il reste un homme en Autriche qui ne leur est pas soumis et qu’il ne porte aucun titre ! »
1806, Beethoven a 36 ans et réside au palais du prince Alois von Lichnowsky, son ami et mécène, où il va nouer une amitié avec le jeune fils du prince, Eduard. C’est le temps des grandes conquêtes napoléoniennes et l’Autriche est désormais occupée par les troupes françaises. Pour montrer aux officiers français qu’il reçoit à dîner, « ce que reste un prince d’Autriche », von Lichnowsky met un point d’honneur à ce que le compositeur joue devant ses hôtes. Mais Beethoven refuse de faire montre de son talent. Par insoumission, non seulement à l’égard des vainqueurs, ces « serviteurs de la tyrannie » mais également à l’égard de son protecteur qui veut l’exhiber. Il est et restera un homme libre !
À travers le récit de cette journée particulière, Régis Penet fait œuvre biographique et dresse un portrait saisissant de « l’ours des salons » : un génie sûr de son talent, indomptable et épris de liberté. Instructif, émouvant… tout simplement magnifique ! (source : La boite à bulles)

J’ai adoré cette BD, un véritable coup de coeur. Je l’ai commencé par curiosité, sans trop savoir à quoi m’attendre, attiré par le personnage historique. Beethoven, forcement, ça intrigue. Si je connais (un peu) la musique de Beethoven, je ne connaissais rien de sa vie. Nous le rencontrons ici déjà adulte, au moment où les Français enviassent l’Autriche. Beethoven vit chez un prince, son mécène. C’est le fils de celui-ci qui nous parle et nous livre ses souvenirs. Le récit commence à Vienne en 1824. Un homme assiste à un concert, on joue pour la première fois la 9e symphonie de Beethoven. Ému, l’homme se remémore sa première rencontre avec le compositeur. Il était alors encore un enfant et il vivait dans un château à la campagne avec ses parents et le compositeur, leur protégé. On découvre le compositeur alors qu’il commence à devenir sourd. On découvre comment il joue, seul, des heures durant dans la salle de concert. L’enfant se cache derrière la porte et écoute, seul spectateur discret du compositeur. Un compositeur au caractère passionné qui refusera de plier devant l’envahisseur. Cette révolte lui coutera son amitié avec son mécène.

Dans ce titre nous ne découvrons pas toute la vie du compositeur, mais un épisode particulièrement marquant de sa vie. Un tournant à la fois dans l’histoire personnelle du compositeur et dans celle du pays qui l’héberge. Au-delà de l’histoire personnelle de Beethoven, j’ai trouvé cette oeuvre très intéressante pour son contexte historique. Mêmes si les intrigues politiques et la guerre ne se dessinent qu’en filigrane, en arrière plan, elle est très présente dans les esprits, notamment dans cette du compositeur.

Graphiquement, j’ai trouvé cela superbe. Il y a de très belles planches. Le dessin, noir et blanc, au trait puissant, m’a énormément séduite et j’ai été emportée par cette aventure historique et musicale, par cette tranche d’une vie peu ordinaire.

Le petit plus hyper sympa : un QR code qui donne accès à une playlist pour lire en musique

sur le site des éditions la boite à bulles

→ sur Amazon, BD Fugue ou chez votre libraire préféré

avec cette lecture je participe au rendez-vous

rendez-vous chez Noukette

avec cette lecture je participe aussi au challenge des Histoires & des Bulles (catégorie 23 : en rapport avec la musique)

Share