Archives mensuelles : janvier 2017

Top ten Tuesday #14

Photo

Rendez-vous hebdomadaire créé par The Broke and the Bookish et repris par  Frogzine. Chaque semaine un top ten sur un thème imposé.


Les 10 bandes dessinées que vous souhaitez découvrir

Il ne pouvait y avoir de sujet plus facile au retour du Festival de la BD d’Angoulême ! Il y a déjà toutes celles que j’ai rapporté dans ma valise, pour moi mais aussi pour Mimiko et Yomu-chan :

Couverture Un juste Afficher l'image d'origine

 Couverture Juge Bao, tome 2 : Juge Bao et le roi des enfants

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Couverture Rouge, Petite Princesse Punk

puis il y a celles qui sont encore dans ma PAL

Couverture Le château des étoiles, tome 1 : 1869 : La Conquête de l'espace Couverture Toutes les mers Couverture Lucky Luke (Vu par...), tome 1 : L'homme qui tua Lucky Luke

Et pleins d’autres mais je vais déjà lire tout ça hein 🙂

Et vous, c’est quoi vos prochaine lectures BD ?

C’est lundi que lisez-vous ? #64

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

Après 4 jours à Angoulême, je vous fait la version abrégée du c’est lundi, hein ? Pas de point de la semaine ni de rétrospective sur les années précédentes !

J’ai lu

  9782897770044.jpg Couverture Dolorès

Je lis

Couverture La suite de Shanghai, tome 1 : Le music-hall des espions Couverture Monster, deluxe, tome 49782897770075.jpg

Je lirais

Pleins de choses, le plus dur c’est de choisir un ordre

#CoulissesDuBlog – face de livre

Dans le cadre de l’événement interblog #CoulissesDuBlog cette semaine, nous sommes invités à parler de facebook. Le blog Ma petite Médiathèque a sa page dédié depuis très longtemps. Sa création m’était parue très vite comme une évidence.

A l’époque, j’utilisais beaucoup facebook à titre personnel poussée par des amis et une famille dispersé aux 4 coins d’Europe, et même au-delà des océans. C’est une amie, qui m’est très chère et qui a quitté notre vieux continent pour le nouveau monde, qui m’avait poussé à créer un compte. Entre les vies de wander woman que chacun mène et le décalage horaire, c’est difficile de caler nos séances de chat. Facebook ne peut pas remplacer ces moments de discussion privilégiés, mais ça permet de rester en contact, de savoir ce que l’autre fait ou aime entre 2 rendez-vous annuels. C’est ainsi que j’ai découvert facebook et je m’y suis vite investie. De news et des photos de ma famille couvraient mon mur. Avec ce profil, je gérais la page facebook du blog mais très vite je me suis retrouvé confronté à 2 difficultés.

Ma première difficulté fut de constater que je ne pouvais interagir qu’avec les personnes et les blogueurs qui avaient une page ou qui commentaient sur ma page. Ceux dont l’actualité était distillée par un profil n’étaient atteignable que par un autre profil. Je me suis donc posé la question de la création d’un autre profil en tant que blogueuses et non en temps que personne. Pourquoi ? Pour moi Bidib est une partie de ma personnalité, mais je voulais bien faire la distinction entre ma vie de blogueuse et ma vie de famille. Même si finalement ce n’est qu’une barrière virtuelle, car la plupart de mes amis aiment la page du blog et suivent mon deuxième profil. Il y a des choses que je n’avais pas forcement envie de partager avec tout le monde, il y a toujours le membre de la famille avec qui tu ne t’entends pas mais que tu peux pas bannir de tes amis sur facebook sans friser la crise diplomatique, vous voyez ce que je veux dire ? Et inversement, je n’avais pas envie d’exposer les photos de mes enfants à des inconnus avec qui je n’ai eu que des échanges virtuels. J’aurais pu me prendre la tête en créant des groupes de partage, mais j’avais à l’époque pensé que ce serait plus simple de gérer une double identité facebookienne.

La deuxième difficulté, je l’ai rencontré du côté perso. A cause du décalage qu’il y a entre le moment où tu écris et celui où on va te lire, et sans doute aussi à mon sens de l’humour douteux (il n’y a que 2 ou 3 personnes que j’arrive à faire rire, je m’interroge sur leur santé mentale) j’ai eu quelques prise de tête assez sévères où je me suis retrouvée dans des situation hyper tendues pour un rien. Et là, j’ai dit stop ! Je suis pas sur facebook pour me faire emmerder. Si les gens pigent pas que je blague, je vais arrêter de blaguer. Et petit à petit, j’ai arrêter d’un peu presque tout faire sur mon profil perso. Il ne me sert à échanger dans des groupes hyper privés.

Du coup, j’en arrive à me demander si cela a un sens de continuer à gérer une double personnalité.

De plus en plus, mes amis virtuels deviennent de vraies rencontres et savent comment je m’appelle, et le fait de dévoiler cette identité ne me dérange plus du tout. Maintenant que ma belle-mère aime mon blog et peut y découvrir l’amour que je voue au yaoi, plus rien ne me fait peur. J’ai fait mon coming out XD

Voici pour ce qui est de ma relation à facebook. Mais la question était plutôt de s’intéresser à la relation entre facebook et le blog. Personnellement, je trouve que ça apporte un plus, car on peut facilement y partager les liens, et même intégrer des groupes d’intérêt commun pour y échanges nos lectures et autres comme avec le groupe que j’ai récemment créé pour le challenge Des livres en cuisine et qui ma fois remporte un succès fou ! Heu… Non, je rigole.

Cela me permet aussi de facilement suivre l’actualité des blogs des autres. Je suis très lentes (et un peu feignante) alors je ne prends jamais le temps d’aller directement voir sur le blog. Je préfère suivre les profils ou pages facebook et m’abonner aux newsletters pour directement recevoir les dernier articles publié et ne cliquer que sur ce qui m’intéresse.

C’est un outil intéressant pour un blogueur, mais gare aux pertes de temps. Combien de fois je me suis dit : j’ai une heure à consacrer au blog, je fais un petit tour vite fait sur facebook avant et… L’heure s’est écoulée avant que je ne me connecte au blog. Maintenant, j’ai facebook sur mon téléphone ce qui fait que je peux suivre l’actualité tout en préparant le dîner et ainsi vraiment me consacrer au blog au moment où je me pose.

Et vous, êtes-vous des adeptes de facebook ?


« Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine, je publie un article où je vous donne les dessous de mon blog.

Pour lire les autres participations, allez sur ce lien : http://www.trucsdeblogueuse.com/coulissesdublog4

Vous pouvez également participer à cet événement, voici les conditions : http://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017 »

 

Cuba père et fils

Jacques et Pierre Ferrandez sont père et fil, tous deux dessinateurs. Ensemble ils sont parti à Cuba, une première fois en en juillet 2007, puis une seconde fois fin 2007 après l’annonce du retrait du pouvoir de Fidel Castro. De leurs voyages est né cet album qui allie une courte bd, des photos, des dessins et des croquis ainsi que de nombreuses information sur Cuba et la vie des cubains.

Ce qui est intéressant avec cet album c’est le mélange de genres à la fois bd, carnet de voyage et guide touristique c’est un peu l’album à tout faire sur Cuba. La bd d’une trentaine de page raconte une tranche de vie. On y fait la connaissance de Ronald, un jeune cubain qui se sert de sa vieille voiture hérité de son père pour promener les touriste et se faire quelques CUC (monnaie utilisé par les touristes) et de son père, ancien révolutionnaire mis au banc par les siens qui revient pour récupérer la vieille voiture. Dans la rencontre entre le père et le fils ce sont 2 Cuba qui s’affrontent : celui de la révolution et de la résistance face au géant américain incarné par le père qui malgré les problèmes croit toujours aux idéaux de la révolution et le nouveau Cuba, celui des jeunes incarné par Ronald qui rêve d’Amérique et qui reproche aux révolutionnaires l’état de pauvreté du pays où tout le monde doit user du système D pour pouvoir subvenir à ses besoins.

Après cette incursion dans la vie de 2 générations cubaines, Pierre et Jacques nous racontent le Cuba qu’ils ont visité. Sous forme de dictionnaire, on découvre les principales villes, les principales activité, de nombreux aspects de la vie quotidienne. De informations historiques, géographiques et politiques mais aussi leur vécu, leur rencontres, leurs expériences. Le Cuba qu’ils ont découvert en 2007. Cette partie est illustré à la fois de photo et de croquis et dessins des deux auteurs. C’est intéressant mais un peu long. J’avoue avoir sauté quelques paragraphes.

Une bonne introduction pour qui souhaite comme moi s’intéresser à Cuba sans rien y connaitre.


Lu dans le cadre du mois cubain

janvier 2017 – Cuba
sphère familiale

Nouveautés manga #16 – janvier 2017

J’ai un peu zappé les sorties manga de la fin 2016. J’espère être plus régulière pour ce rendez-vous en 2017 et proposer ma sélection manga tous les dernier jeudi du mois.

C’est parti pour les nouveauté de janvier !

Yuko de Ryoichi Ikegami, sorti le 4 janvier chez Delcourt/Tonkam

résumé : Huit adaptations manga de roman de littérature dont la majorité a été écrite durant l’ère Taishô autrement dit entre 1912 et 1926, époque de la modernisation de la littérature et de la renaissance du métier d’auteur de manga.

La thématique principale qui se dégage de « Yuko », c’est l’amour sous forme de sacrifices ou de dévouements à son seigneur, le tout, utilisé comme instrument de pouvoir jusqu’à une mort inéluctable… (source : Manga Sanctuary)

pourquoi ? Pour le dessin de Ikegami avant tout et pour la culture J, une manière facile d’aborder la littérature japonaise de l’époque

Dragon Head en volume double, Minetaro Mochizuki, sorti le 11 janvier chez Pika.

résumé : Lors d’un voyage organisé par une école, un train déraille dans un tunnel. L’accident, dont la cause semble aussi imprévisible qu’insolite, est si brutal que tous les passagers du train meurent sur le coup, exceptés deux garçons et une fille. Téru, Nobuo et Ako, trois rescapés se retrouvent enterrés sous les décombres du tunnel et sont désemparés en découvrant toute l’horreur de la réalité. Un huis clos angoissant se met lentement en place, montrant la réaction des trois jeunes élèves face au chaos. (source : Manga Sanctuary)

pourquoi ? Pour découvrir une autre facette du travail de Minetaro Mochizuki que j’ai découvert avec son Chiisakobe

Perfect crime de Yûya Kanzaki et Shin Miyatsuki, sorti le 18 janvier chez Delcourt/Tonkam.

résumé : Comment prouver la culpabilité d’un meurtrier capable du crime parfait ? Place à un thriller psychologique particulièrement haletant. Un homme, Tadashi Usobuki, est repéré à plusieurs reprises sur le lieu de crimes étranges. Toutefois, personne n’arrive à prouver sa culpabilité. Tout le monde l’appelle depuis « l’homme aux crimes parfaits ». Haine… Jalousie… Désir… et amour. Usobuki est capable de répondre à toutes les demandes de meurtre de ses clients. Et méfiez-vous, il ne rôde jamais très loin de vous… (source : Delcourt/Tonkam)

pourquoi ? parce que j’aime bien les séries policières tout simplement et qu’en manga j’en ai lu très peu

Pline de Mari Yamazaki et Tori Miki (présent au FIBD 2017 !), sorti le 18 janvier chez Casterman manga.

résumé : Pline était un naturaliste de la Rome antique dont la vie entière fut guidée par une imagination sans limite et un amour inconditionnel de la recherche. Son Histoire naturelle est une encyclopédie monumentale née d’une inextinguible soif de connaissance appliquée à l’ensemble des phénomènes se produisant sur notre planète. Aujourd’hui, nous ne disposons que de très peu de sources nous permettant de nous faire une idée de l’homme qu’était Pline, aussi devons-nous nous en remettre à notre imagination. Un exercice qui, personnellement, me donne la chaire de poule ! Comme j’aimerais que nous puissions remonter dans le temps, mon complice de choc et moi-même, afin de vivre en immersion dans le monde de celui que je considère aujourd’hui comme un mentor ! Mari Yamazaki (source : Casterman)

pourquoi ? pour la culture G pardi !

Tribute to Otomo (collectif) sorti le 18 janvier chez Glénat

résumé : ben.. c’est les dessins de l’expo éponyme que l’on a pu découvrir au Festival de la BD d’Angoulême l’année dernière. Je vous en avais parlé  ICI

pourquoi ? J’avais beaucoup aimé cet expo où j’ai découvert des planches très intéressante. Si le livre avait été proposé à l’époque je l’aurait acheté sans hésiter. Un an plus tard je ne sais pas.

Overlord de Fugin Miyama et Kugane Maruyama, sorti le 20 janvier chez Ototo Manga.

résumé : Nous sommes en l’an 2138. Yggdrasil, le célèbre MMORPG à succès est sur le point de fermer. Momonga, nécromancien mort vivant de niveau 100, chef de la puissante guilde « Ainz Ooal Gown », attend seul l’arrêt du jeu. Cependant, l’heure de la fermeture passée, Momonga ne se déconnecte pas et les personnages non jouables se retrouvent dotés d’une conscience… Prisonnier d’un monde inconnu, notre seigneur maléfique va partir à la recherche d’un nouveau but à son existence et prendre la décision de conquérir ce nouvel univers tout en y laissant son empreinte. (source : Manga Sanctuary)

pourquoi ? Ce n’est pas trop mon genre de manga, mais ici le héro c’est le méchant. Un approche qui peut être intéressante. Je suis curieuse

Une femme de Shôwa de Kazuo Kamikura et Ikki Kajiwara, sorti le 20 janvier chez Kana

résumé : Dans l’immédiate après-guerre, la petite Shôko est livrée à elle même après le décès tragique de sa mère. Réduite au vol, elle va tout mettre en oeuvre pour survivre dans ce Japon qui se reconstruit. La jeune fille est animée par la vengeance. Elle punira tous ceux qui font du mal aux personnes qui l’ont aidée…

pourquoi ? Bon à la lecture du résumé je me dit que c’est du déjà vu, surtout chez Kazuo Kamikura, mais bon, je ne résiste pas à son coup de crayon.

Atom, un nouveau magazine dédié au mangadont la sortie est prévue pour le 28 janvier.

pourquoi ? Pourquoi pas, ! J’ai commencé par Anime land et je me suis lassé, j’ai continué avec Coyote Mag et je suis en train de me lasser…  A voir ce que Atom propose.

Mais je me demande si je ne suis tout simplement pas en train de ma lasser des manga, ou plutôt de l’univers de fan de manga…

Et parce qu’il n’y a pas que le manga dans la vie :

Manga - Manhwa - Monstress Vol.1Monstress de Marjorie Liu et Sana Takeda sorti le 18 janvier chez Decourt.

résumé : Maika est une jeune adolescente qui partage un lien psychique avec un monstre aux pouvoirs incommensurables. Et ce lien va profondément les affecter tous les deux. Il va placer Maika au centre d’une guerre terrible entre les Humains et des forces issues d’un autre monde… (source : Manga News)

pourquoi ? une couverture magnifique. Il ne m’en faut pas plus pour retenir le titre. Mais je vais tout de même le feuilleter pour me faire une idée avant ^^

Manga - Manhwa - Million d'éléphants (Un)Un millions d’éléphants de Vanyda et Jean-Luc cornette, sorti le 3 janvier chez Futuropolis

résumé : Le Laos, au sud-est de l’Asie est surnommé le pays du million d’éléphants et du parasol blanc. Une terre de splendeurs dont la réalité politique fut sans poésie. Le pays a connu des guerres successives. En 1975, la monarchie tombe. Une dictature communiste advient. Le père de Vanyda est né au Laos. Vanyda naît en France. Elle a attendu vingt-cinq ans avant de découvrir le royaume de ses ancêtres. Jean-Luc Cornette l’accompagnait. C’est ici le récit romancé d’une génération sacrifiée. Ceux qui ont pu, ont fui leur pays natal. C’est le portrait de ceux qui ont pu se reconstruire aux quatre coins du monde, et l’amour de leur terre natale qui les pousse, un jour, à revenir au Laos. Et d’y conduire leurs enfants. (source : Manga News)

pourquoi ? Parce que c’est Vanyda avant tout et que j’aime beaucoup ce qu’elle fait. Puis, après avoir lu le résume je me suis dit que le sujet devait être très intéressant et instructif. Tout pour plaire quoi 🙂

Irena de Séverine Tréfouël et Jean-David Morvan, sorti chez Glénat le 4 janvier.

résumé : 1940, l’armée nazie a envahi la Pologne. À Varsovie, les Juifs de la ville ont été parqués dans le ghetto : un quartier entier entouré de murs. Quiconque tente de s’en échapper est abattu sans sommation ; les seuls qui peuvent y entrer sont les membres du département d’aide sociale. Parmi eux, Irena vient tous les jours apporter vivres et soutien à ceux qui sont enfermés dans cet enfer et qui souffrent de maladies et de malnutrition. Ici, tout le monde la connait, les enfants l’adorent. Car Irena est un modèle de courage : elle n’hésite pas à tenir tête aux gardiens, à faire toujours plus que ce qu’autorise l’occupant nazi. Le jour où, sur son lit de mort, une jeune mère lui confie la vie de son fils, Irena se met en tête de sortir clandestinement les orphelins du ghetto. Pour que l’innocence soit épargnée de la barbarie, elle doit être prête à risquer sa vie. (source : BD Sanctuary)

pourquoi ? pour l’histoire quelle raconte, c’est un sujet qui me touche beaucoup

Medecis de Elodie Jacquemoire et Olivie Peru, sorti le 25 janvier chez Soleil.

résumé : Qui sont les Médicis ? Banquiers, tyrans, humanistes, conspirateurs, visionnaires, artistes, guerriers, assassins… De générations en générations, ils ont façonné la Renaissance, influencé le destin de l’Italie comme de l’Europe, sont devenus l’une des familles les plus riches du monde, ont côtoyé de grands rois, des artistes tels que Michel-Ange et De Vinci, ont donné deux reines à la France et trois papes à la chrétienté… Leur maison a marqué l’Histoire, pourtant, les premiers Médicis n’étaient que de petits usuriers. Voici le récit de leur irrésistible ascension.
Le jeune Cosme porte un nom de famille encore inconnu. D’origine roturière, fils d’un banquier de Florence, il ne voit dans l’argent qu’un moyen de s’élever au-dessus des nobles, de sortir sa cité et le reste du monde du Moyen-Âge. Il nourrit les ambitions d’un roi. Mais en un temps où les grands de Florence, le Pape et les seigneurs d’Italie s’affrontent au moindre prétexte, lui qui n’a jamais brandi d’épée va devoir livrer des batailles nouvelles… Celles qui se gagnent par la patience et l’esprit. Ainsi seulement le nom des Médicis épousera les lumières de l’Histoire. (source : BD Sanctuary)

pourquoi ? Parce que les Medecis me fascinent depuis toujours et que ça serait un moyen très ludique d’en apprendre plus sur cette famille emblématique de Florence. Et une lecture sympa à présenter pour le challenge italien 😉

William Adams, Samouraï de Nicolas Genzianella et Mathieu Mariolle, sorti chez Casterman le 25 janvier.

résumé : Le destin d’un anglais devenu samouraï du Shogun Tokugawa

pourquoi ? Parce que j’ai adoré Shôgun de Clavell et que ça racconte la même histoire 🙂

Et que la rencontre entre deux cultures très différentes est un thème qui m’intéresse beaucoup.

Les suites qui m’attendent :

Dead Dead Demon's Dededede destruction 2 Le mari de mon frère 3 Erased 8

 

Ma petite lanterne

Aujourd’hui je vous présente Ma petite lanterne de Gan Dayong qui vient de sortir aux éditions Fei

Petit renard, Minorités, jeunesse, les éditions fei, bande dessinée chinoise

Dans ce petit conte, on suit une petite fille qui traverse un paysage encore sombre avec sa petite lanterne. Cette petite lanterne lui donne du courage, avec elle la petite fille n’a peur de rien. Chemin faisant, elle rencontre de nombreux animaux, tous ont peur dans le noir, mais elle les rassure grâce à sa petite lanterne. Finalement, elle tombe sur un drôle de monstre qui tente de lui arracher sa lanterne. Heureusement tout est bien qui finit bien.

Bien sûr que les monstres n’existent pas, je le savais bien…

Vite, vite, l’école va commencer !

C’est une histoire à répétition qui marche bien avec les jeunes enfants. De plus, cette histoire permettra d’aborder la peur du noir qui concerne de nombreux enfants.

J’ai apprécié également les illustrations dont les couleurs et les coups de pinceau rappellent un peu la peinture chinoise tout en gardant un aspect espiègle et enfantin de l’illustration jeunesse.

C’est un joli album qui s’adresse à des enfants de 5/6 ans. Mimiko l’a feuilleté avec curiosité mais elle a préféré la soupe aux cailloux qui, dans la même collection, offre une histoire plus complexe qui plaira aussi aux plus grand. Ici, on est vraiment dans la comptine à répétition pour les petits.

Lire un extrait sur le site de l’éditeur

Merci aux éditions Fei pour cette lecture


avec cette lecture je participe à

 

FIBD 2017 – c’est quoi le programme

Je parts demain à Angoulême pour le 44e Festival International de la Bande Dessinée qui commence demain. Il est temps de voir ce que le festival nous réserve pour cette cession 2017.

Expos

Commençons par les expos. Avec 12 expos, il y a vraiment de quoi faire ! Sans compter les expo du festival off. Pour ma part j’ai surtout retenu :

Hermann : le Naturaliste de la bande dessinée

Président de cette 44e session, Hermann sera l’honneur avec un expo où l’on pourra admirer plus de 150 planches originales. Rendez-vous à l’espace Franquin, 1 boulevard Berthelot.

Voilà une expo qui plairait à Chéri. Dans sa jeunesse il a du lire beaucoup de ses bd et je suis sûre qu’en cherchant j’en trouverais quelques unes à la maison. Personnellement je ne connais pas vraiment. Biensûr je le connais de nom, j’ai sans doute lu quelques un de ses titres, mais ça n’a pas fait parti de mes basiques. Je suis néanmoins curieuse de découvrir cette expo.

Plus de détails ICI

Le Château de l’étoile à la conquête de l’éther

Le Château des étoile, publié chez Rue de Sèvres, sera à l’honneur au quartier jeunesse du festival.

THE expo pour Yomu-chan !! Elle a découvert cette bd à Angoulême il y a 2 ans et depuis l’affiche qu’elle avait rapporté au même temps que le premier tome de la série nous invite à la rêverie.

Kazuo Kamimura : l’estampiste du manga

Des planches originales à découvrir pour la première fois en France.

Grand maître du gekiga nous avons la chance de pouvoir lire plusieurs de ses manga en France. J’aime beaucoup son style, voire ses planches originales me ravi.

Panini : la french touch de Marvel

Cette expo, qui se tiendra au théâtre, réunira des dessins d’artistes franaçais ayant travaillé pour le comte de Marvel et Panini, éditeur français de Marvel.

L’affiche est très séduisante, l’expo s’annonce intéressante.

Les nouveau visages de Mickey Mouse

C’est au Vaisseau Moebius que se tiendra cette expo où l’on pourra voir les originaux des bd publié chez Glénat ou Mickey l’emblématique petite sourie de Disney a été reprise par des auteur francophones. Je découvre cette initiative au moment même où j’écris ces lignes. Je n’ai ni lu, ni vu les albums en question, mais au nom de l’affection que j’ai porté à Topolino dans mon enfance, je ne peux pas manquer cette expo.


Les rencontres :

Parmi les rencontre internationales j’ai surtout noté 3 rendez-vous :

  • Mari Yamazaki et Tori Miki viennent au festival à l’occasion de la sortie de leur Manga,  Pline (Casterman)
  • Gengoroh Tagame, l’auteur de Le mari de mon frère (Akata)
  • Rao Pingru, auteur de Notre Histoire (Seuil)

Pour le reste je vais improviser sur place, comme je le fait toujours 🙂

Pour tout savoir sur le programme du FIBD 2017 

C’est lundi que lisez-vous ? #63

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

Les lectures de Bidib

J’ai lu

Je lis

 Couverture La suite de Shanghai, tome 1 : Le music-hall des espions

Je lirais

Les lectures de Yomu-chan

J’ai lu

  

Je lis

Je lirais

I don’t know…

Les lectures de Mimiko

J’ai lu

Je lis

419PX9XrQ+L

Le feuilleton de Thésée : La mythologie grecque en cent épisodes par Szac

 


C’est lundi on fait le point

la semaine dernière sur le blog

le top 10 des articles les plus fréquentés

  1. Des yôkai et des manga
  2. In These Words – le tueur, le psychiatre et le sexe
  3. La Befana vien di notte
  4. Kushi, une aventure dans la steppe mongole
  5. Sword Art Online vs Log Horizon
  6. Des yôkai et des anime
  7. La Reine des Neiges
  8. Sword Art Online ~ by Yomu-chan
  9. La Violence dans le Manga / Dissertation ~by Yomu-chan
  10. Spice & Wolf ~ le light novel

Les années passées nous parlions de :

2016

 

2014

2013

je-mangerais-bien-un-enfant.jpg numérisation0038

2012

kaze no yojimbo 1 une longue route

projet 52-2017 #semaine 3 – matin

Pour cette troisième semaine du projet 52-2017 nous étions invité à présenter des photos sur le thème matin. Celle que je vais vous présenter n’est pas très matinale puisqu’il était déjà près de 10h. C’était la semaine dernière, il fessait froid et le long de mer était encore presque désert. La lumière était merveilleuse. Je n’ai pas résisté à l’envie d’immortaliser ce lieu qui m’est si familier et qui était à mes yeux encore plus beau dans la lumière d’une matin d’hiver qu’en pleine été.

(et comme ce soir je suis un peu fainéante, je poste direct ma photo instagram)

#larochelle

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

d’autres matins chez Ma

#CoulissesduBlog – j’ai mal à mon ortographe

Ah ! L’orthographe ! Que c’est douloureux !

Pour cette troisième semaine des #CoulissesduBlog Mia nous propose de se pencher sur l’orthographe. Un sujet sensible dans blogosphère. Et ultrasensible dans ma vie!

trucs-de-blogueuse-coulissesdublog-2017

Il y a les intégristes, les puristes de l’orthographe qui ne vous laissent rien passer… Moi je suis plutôt de ceux pour qui le fond compte plus que la forme. Il m’arrive parfois de lire des articles avec de jolies coquilles, ça me fait sourire, mais je n’y prête pas plus attention que ça sachant que je suis capable de bien pire. Si ce que l’article raconte est intéressant peu m’importe les imperfections et si ça ne m’intéresse pas, je passe simplement mon chemin.

Attention, je ne suis pas en train de dire que je me fous de l’orthographe. Je trouve cela très bien qu’il y aie de nombreux blogueurs et blogueuses qui fassent très attention et qui tentent de préserver la langue française. Ce qui m’irrite, ce sont ces intégristes qui sous prétexte que tu fais des fautes te traitent comme un imbécile et ne prêtent aucun crédit à tes propos. Et non, je ne dramatise pas. Il m’est arrivé plusieurs fois depuis la création de ce blog d’avoir des commentaires agressifs, voir insultants à cause de mon orthographe. Que l’on me laisse un avis sur tel ou tel livre avec au passage un petit avertissement « attention aux fautes, l’article en est truffé » j’en serais même reconnaissante. J’irais me relire et me corriger dans la foulée. Mais quel intérêt de me laisser un commentaire pour ne parler que de mes fautes d’orthographe ? Si ça vous pique trop les yeux allez voir ailleurs ! Personne ne vous oblige à lire mes articles. C’est une attitude que je ne comprends pas. A part me blesser, je ne vois pas le but. Surtout qu’ils ne savent rien de moi. Faire des fautes d’orthographe ça ne veut pas dire qu’on s’en fout, que l’on ne sait pas parler un bon français ou qu’on a rien d’intéressant à dire. Il y a peut-être des blogueurs qui ne font vraiment pas d’effort, mais ce n’est pas du tout mon cas.

Récemment, j’ai eu droit à des attaques très agressives sur mon orthographe en réaction à mon article Log Horizon vs Sword Art Oline. Parmi les commentaires sympathiques (laissés sur facebook, même pas sur le blog, il ne se sont as donné cette peine), une personne faisant preuve d’une grande intelligence et d’une plus grande politesse encore m’a attaqué avançant qu’avec une orthographe pareil, il n’était pas entonnant que je n’ai rien compris aux deux romans. Si cette personne s’était donné la peine de lire l’article dans son entier et non seulement le titre et le premier paragraphe, elle aurait vu que je mettais moi-même l’accent sur les différences entre les deux titres et que son commentaire était aussi stupide et méchant qu’inutile.

C’est suite à cet épisode que le sous-titre du blog a changé. J’en avais assez qu’on se moque méchamment de moi ! Ecrire un simple article me prend toujours des heures. Puis je me relis et je me relis encore. Rien n’y fait. Il reste toujours des fautes. Tous les articles ont été relus au moins 4 fois avant d’être publiés ! Et oui…  je sais, c’est terrible une orthographe pareille T_T

Et ne venez pas me dire qu’il faut lire pour s’améliorer ! Il ne se passe pas un jour sans que je lise. Et je suis toujours nulle. Je ne photographie pas les mots. J’ai beau les lire, 2 seconde plus tard, j’ai déjà oublié comme ils s’écrivent.

Chéri dit que je me suis beaucoup amélioré depuis que je tiens le blog et qu’il ne faut pas que je fasse attention à ces commentaires désobligeants, que ces gens-là ne savent pas les efforts que je fais. J’ai beau savoir qu’il a  raison à chaque fois, je suis dans tous mes états. J’aurais beau faire des efforts, je serais toujours dyslexique. Et le français (qui n’est pas ma langue maternelle) ne m’aide pas avec toutes ses lettres muettes et les mille façons d’écrire le même son T_T Alors oui, je fais des fautes ! Mais j’aime lire et écrire. C’est le comble d’une dyslexique amoureuse des livres.

Malgré quelques personnes faisant preuve de méchanceté, je suis heureuse d’avoir rencontré des personnes capables de voir au-delà des fautes et avec qui je peux avoir de beaux échanges sur mes lectures. Et je remercie aussi mes proches qui me soutiennent et m’encouragent dans cette aventure. Leurs conseils et leurs corrections me sont toujours d’une aide précieuse.

Je continuerais à écrire et à faire des fautes parce que dans mon cas s’est incurable. Mais je continuerais à faire des efforts, à lire et relire mes articles, même les anciens, pour que ce blog ne pique pas trop les yeux. Merci pour votre soutien et votre indulgence.


« Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine, je publie un article où je vous donne les dessous de mon blog.

Pour lire les autres participations, allez sur ce lien : http://www.trucsdeblogueuse.com/coulissesdublog3 

Vous pouvez également participer à cet événement, voici les conditions : http://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017 »