Dix contes de fantômes – Jacques Cassabois

C’est en cherchant des livres pour alimenter la thématique contes de septembre que je suis tombée sur ce petit livre à la bibliothèque.

Au départ j’avais prévu un conte tiré du recueil Contes et Légendes d’Irlande de Georges Dottin, mais ce petit livre est trop parfait pour le rendez-vous d’aujourd’hui. Les légendes irlandaises attendront le rendez-vous cimetière dimanche prochain.

Couverture Dix contes de fantômes

J’ai adoré ce petit recueil de Jacques Cassabois (Le livre de poche jeunesse). Les contes sont courts et écrits dans un style agréable. C’est un vrai plaisir à lire. Et parfais pour une ambiance Halloween. Tous mettent en scène des fantômes, des revenants, des lieux hantés… Et petit détail que j’ai beaucoup apprécié, à la fin de chaque conte Cassabois nous précise l’origine géographique du conte. Sur les 10 contes, une majorité vient de France (Bretagne, Franche-Comté principalement), mais il y a aussi un conte islandais, un conte danois, un conte roumain (avec un vampire, évidemment) et même un conte des frères Grimm.

Un petit recueil que je conseille vraiment aux amateurs d’histoires de fantômes, il ne paye pas de mine, mais c’est l’un des meilleurs recueils de contes non illustrés que j’ai lu ces derniers temps. Ce que j’ai apprécié tout particulièrement c’est le style. Souvent dans les recueils de ce genre, les tournures des phrases sont vieillottes et sonnent bizarre aux oreilles d’un francophone du XXI siècle (c’est le cas pour Contes et Légendes d’Irlande) alors qu’ici le texte est adapté de façon à être naturel tout en ayant une allure un peu vitage, si je puis dire. Et je trouve ça beaucoup plus agréable à lire que les contes écrits dans le style d’il y a 100 ou 200 ans.

Pour vous donner un bref aperçu des histoires que vous y trouverez voici en quelques lignes les résumés des 10 contes :

L’homme qui ne voulait pas mourir

C’est l’histoire d’un homme qui a une très haute estime de soi, trop haute peut-être. Il refuse de mourir. Il part alors à la recherche d’un pays où l’on ne meut pas et il en trouve un, mais après quelques centaines d’années la mort le rattrape et il repart en quête d’un second pays où l’on ne meurt pas. Il le trouve ma la mort le rattrape. Il repart donc en voyage et là il sauve une fée qui, pour le remercier, lui propose d’exaucer son veut. Évidemment l’homme demande à ne pas mourir. La fée l’amène dans le ciel, aux pays des fées où l’on ne meurt pas. Mais après de très longues années, l’homme à la nostalgie de la terre et veut y retrouver. La fée lui donne donc un cheval en le mettant en garde, s’il met un seul pied à terre il mourra. Il faudra à la mort bien ruser pour le faire descendre de sa monture. Mais est-il difficile de piéger un homme aussi orgueilleux ?

Conte originaire de France, raconté également au Canada.

Le retour de la mère

Celui-ci est parfait pour la thématique de cette semaine : les fantômes.

C’est l’histoire d’une femme qui meurt peu après avoir mis au monde son bébé. Le mari se remarie bien vite avec une nouvelle femme, mais celle-ci n’a que faire du bébé, elle veut s’amuser et entraine son mari avec elle. Toutes les semaines ils sortent laissant le bébé seul toute la journée. Tout le monde s’attend à voir l’enfant souffrir, mais le bébé se porte à merveille. Quel maléfice se cache derrière ce miracle ? Une vieille femme du village n’y tient plus. Alors que le couple est parti faire la fête, elle se cache derrière une fenêtre pour épier le bébé. Horreur ! C’est la mère en personne, enfin… son fantôme qui vient prendre soin du bébé et la nourrit à son sein spectral. La nouvelle se répand bien vite et arrive aux oreilles du père qui choqué décide de ne plus laisser le bébé tout seul. Il promet de bien s’en occuper, mais cette décision arrive bien trop tard. Le bébé souffre terriblement du manque de sa mère. L’enfant n’étant jamais plus seul, le spectre ne peut plus venir la voir. L’enfant peu à peu dépérit et finit par mourir.

Un conte de Bretagne.

Le boiteux et son beau-frère l’ange

C’est l’histoire d’une jeune femme qui ne voulait épouser qu’un homme qui aurait l’air d’un ange, et de son frère qui se méfie de cet homme trop parfait pour ne rien cacher. Il en cachait un, de secret : il était un ange et en voulant le suivre, le jeune homme se retrouve au paradis.

Version française d’un conte qu’on retrouve partout en Europe.

Le fantôme de Timgraard

Celui-ci est parfait pour la thématique « lieu hanté » !

Une belle ferme se fait hanter par un ou des fantômes. Chaque soir les fantômes font un tel ramdam que la famille du fermier n’arrive plus à fermer l’oeil d’angoisse. Au bout d’une semaine, ils ne tiennent plus et déménagent chez un voisin, revenant chaque matin pour travailler.

Un jour un jeune homme se présente et demande à pouvoir dormir sur place. Le fermier lui explique que la maison est hantée, mais le jeune homme insiste. Le soir venu le fermier et sa famille le laissent donc seul dans la maison. Mais avant de se coucher, le jeune homme prépare un bel accueil pour les fantômes. À l’entrée il place deux béliers, le chat près du feu, l’âne de l’autre côte. Des oies, des canetons et un coq viennent compléter son piège.

Puis il part se coucher. Les « fantômes » arrivent, et, devant la fenêtre de la chambre, commencent à discuter. L’un d’eux entre, mais tombe sur les béliers qui lui donnent de bons coups de cornes l’envoyant valser. Le drap, qui’il avait mis sur la tête, glisse sur ses yeux et il n’y voit plus rien. Le chat lui laboure le dos, l’âne l’envoie valser, les oies lui déchirent le drap en lambeaux. Le coq l’attaque, les canetons l’aspergent. Le gars effrayé court vers son comparse. La maison est hantée, la mort en veut à sa personne. C’est fini, plus jamais il ne viendra jouer de mauvais tour dans cette maison !

Un conte très drôle qui nous vient du Danemark.

Maritza et le vampire

Un vampire tombe amoureux de Maritza la plus jolie fille du village. Bien qu’elle ne soit pas insensible au charme étrange du jeune homme, elle se doute que quelque chose n’est pas normale avec lui et elle demande à sa tante de l’aider, car elle a peur de tomber sur son emprise. Sa tente lui conseille de se laisser faire, elle sera la faire revenir à la vie.

C’est ainsi que Maritza meurt, devient une fleur, puis un oiseau et enfin épouse l’empereur. Eh oui, la fortune sourit à ceux qui reviennent à la vie après avoir été tués par un vampire.

Évidemment ce conte  nous vient de Roumanie.

Ne pleure plus

Encore une terrible histoire de deuil. Mais ici ce n’est pas la mère qui meut, mais l’enfant. La mère est inconsolable. Le fantôme de l’enfant revient voir sa mère pour lui demander de ne plus pleurer, car ses larmes l’empêchent de reposer en paix.

Un conte qu’on retrouve partout en Europe, ici dans la version des frères Grimm.

Le miroir épave

Une histoire de naufrage et de fantôme piégé dans un miroir.

Un conte de Bretagne.

Geneviève et le fantôme de la comtesse

Le fantôme d’une comtesse avare et égoïste hante les ruines de son château. Quand une jeune bergère au coeur pur s’approche du château, la comtesse y voit enfin une chance de se libérer de ce maléfice. Il entraine la bergère dans les profondeurs des ruines, là où 3 monstres protègent le trésor amassé par la comtesse. Les monstres représentent les 3 pires défauts de la comtesse : l’hypocrisie, la cruauté et l’égoïsme. Si la jeune bergère défait facilement les deux premiers, vaincre le dernier lui prendra plus d’un an.

Un conte de Franche-Comté

Le marié et le revenant

Un fossoyeur fait une plaisanterie de trop lorsqu’il exhume les ossements d’un géant. Alors qu’il est sur le point de se marier, le fantôme du géant vient les hanter. Il sera là le jour de la noce et ils ont intérêt à bien le traiter. Heureusement la fiancée s’y connait en revenant et organise tout ce qu’il faut pour que le revenant soit satisfait et qu’il n’emporte pas son époux.

Un conte qui vient d’Islande

Le chasseur maudit

Encore une histoire de seigneurs abusifs. Si la comtesse avait abusé des impôts par avarice, ici le seigneur est fou de chasse. Tellement fou qu’il devient peu à peu plus une bête d’un homme. Mais un soir en suivant une louve, il se perd dans la forêt et lui apparait alors le fantôme de son grand-père. Comme lui il était fout de chasse et depuis sa mort il est hanté par ses victimes, devenu lui-même leur gibier. Cette vision fera changer le jeune seigneur qui abandonne la chasse et toutes ses richesses pour monter un monastère.

Encore un conte de Franche-Comté.

⇒ sur Amazon ou Decitre

Je ne pouvais pas trouver de titre plus approprié pour ce premier rendez-vous de contes fantastiques.

Share

11 réflexions sur « Dix contes de fantômes – Jacques Cassabois »

  1. La couverture est belle. Il y a beaucoup de contes dans ce livre ! avec des fins heureuses et d’autres pas…
    J’avais acheté en Bretagne un recueil de légendes qui te plairait certainement.
    « Petites histoires de fantômes Bretons » Collection dirigée par Dominique Besançon

  2. Je serais curieuse de découvrir ce recueil de contes. J’aime beaucoup la couverture aussi. De mon côté, je viens de partager quelques légendes à la lueur de ma lanterne.

  3. J’avais trouvé les récits un peu inégaux mais on peut quand même compter sur Jacques Cassabois pour nous proposer dans chacun de ses recueils des textes sympas. J’ai déjà lu « Dix contes de dragons » et « Dix contes de fantômes » ; bientôt, je m’attaque à « Dix contes de trolls » ! 🙂

    1. oui, il y a des histoires que j’ai plus aimé que d’autres comme dans tous les recueils de contes, mais c’est agréable à lire. Et je ne connaissais aucune des histoires 🙂
      dans ma wishlist j’ai glissé le recueils sur les dragon et celui sur les troll

  4. Je note, je note, ça pourrait être une très bonne idée de thème à bosser en classe l’an prochain avec mes élèves. J’aime bien changer de thématique chaque année ><

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *