Tous les articles par Bidib

Un gâteau pour le goûter [album jeunesse]

Anatole a invité Mlle Blanche pour le goûter. Il veut faire bonne impression et préparer un bon gâteau. Mais il n’est vraiment pas doué. Il n’y arrive pas du tout. C’est alors que des animaux s’invitent dans sa cuisine et proposent chacun un ingrédient. Quand Mlle Blanche arrive enfin, le goûter est prêt, mais ce n’est pas ce qu’avait prévu Anatole !

Gâteau au goûter (Un)

Un petit album très amusant, aux illustrations très originales. Photomontage de divers objets et texture forment des personnages caricaturaux et drôles.

Je ne dirais pas que c’est beau, mais c’est marrant, tant pour la petite histoire autour d’un goût original, que pour les détails du dessin, que je me suis amusées à décortique : bouchons, manches, paille, tissu, os… les ingrédients du dessin sont aussi farfelus que ceux du gâteau !

A découvrir dans la collection Pastel de l’école des loisirs.

Christian Voltz

⇒ sur amazon ou chez votre libraire préféré


Share

C’est lundi que lisez-vous ? #114

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading? par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane. et maintenant pas I Belive in Pixies Dust.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Qu’allez-vous  lire ensuite ?


Les lectures de Bidib

J’ai lu

Un gâteau au goûter par Voltz

Petite semaine de lecture. C’est les vacances, je n’ai plus le temps de lire !

Deux jolis album, un conte du japon : la grand-mère qui sauva tout un royaume et Un gâteau pour le goûter.

J’ai aussi terminé Les terres du mal, deuxième tome de la suite de Shanghai.

Je lis

Couverture La fille sans nom

J’ai commencé la semaine dernière ce roman jeunesse fantastique et le premier chapitre m’a beaucoup plus. Vous pouvez découvrir ICI les premières lignes.

Couverture Le voyage à Lilliput

Il me reste encore un chapitre et j’aurais terminé Voyage à Lilliput.

Je lirais (peut-être)

je ne sais pas encore

Les lectures de Mimiko

J’ai lu

Couverture Ken'en : Comme chien et singe, tome 3 Couverture Félin pour l'autre !, tome 1

Je lis


C’est lundi on fait le point

La semaine dernière sur le blog

Les années passées nous parlions de

2018

une cramique pour le goûter

2 aventures à travers les Etats Unis [roman jeunesse]

Pastel, la branche bruxelloise de l’école des Loisirs fête ses 30 ans

2017

projet 52-2017 #semaine15 – jeu (nippon)

Kyoto vu par Takashi Yasui

Mangaka #3 – Jirô Taniguchi

2016

Gisèle, « le combat c’est vivre ! » ~by Yomu-Chan

2015

musique ~ Mother in the dream

2014

Wisteria Maiden

et si on jouait # 1 – Magic cooking

L’homme qui marche

2013

Salon du livre Paris – Rencontre avec les auteurs de Cesare

2012

No.6

Onmipotent Youth Society

Share

Premières lignes #14 – La fille sans nom

Ma lecturothèque nous invite à partager les premières lignes de nos lectures.

Aujourd’hui j’ai choisi de partager avec vous les premières lignes d’un roman que je commence à peine. Je ne sais pas encore ce que je penserais de cette lecture. Mais j’ai adoré le chapitre d’introduction !

Couverture La fille sans nom

1
Une ombre sur l’eau

La rue est sombre et silencieuse.

Je n’ai pas l’habitude d’être dehors à cette heure là.

Il est quatre heure du matin. La ville est déserte, c’est l’heure des chats, des chauves-souris…

Et des fugueuses.

Parce que c’est ce que je suis. Une fugueuse. Je viens de m’enfuir de la maison.

Je dois être complètement dingue.

Ou désespérée.

Sans doute les deux.

Quitter ma maison, ma chambre, mon lit, ma couette chaude, pour quoi déjà ?

Pour donner une leçon à mes parents. Parce que la communication n’est plus possible entre nous. J’ai beau parler, j’ai l’impression d’être face à un mur. Deux murs, même. Béton d’un côté, brique de l’autre. On s’y écorche les phalanges, mais rien ne bouge. C’est toujours les murs qui gagnent, quelle que soit la force de nos coups.

La Fille sans nom, Maëlle Fierpied, l’école des loisirs.

Share

La suite de Shanghai, tome 2 : Les terres du mal [roman]

J’ai découvert Bruno Birolli grâce à son livre Ishiwara : l’homme qui déclencha la guerre. Le livre m’avait fait forte impression. C’est un essai historique qui se lit comme un roman. Alors quand l’auteur s’est essayé au roman historique j’ai tout de suite voulu le lire. C’est ainsi que j’ai découvert la Suite de Shanghai et son premier tome : Le music-hall des espions dont je vous ai déjà parlé ici.

Aujourd’hui, je reviens avec le second volet de cette suite : Les Terres du mal.

Shanghai, les années 1930. La ville est à un tournant de son histoire, de l’histoire de la Chine tout entière. Sous les néons et le fard de la ville, espions et contre espions se livrent bataille. Les communistes qui s’opposent au gouvernement de Tchang Kaï-chek. Les Japonais étendent insidieusement leur emprise. Les Occidentaux s’accrochent désespérément à un passé révolu et tentent de préserver les privilèges de leurs concessions. Et au milieu de tout cela, on retrouve René Desfossés, retourné à la vie civile, et Swindon, l’espion britannique qui joue au chat et à la souris avec un mystérieux indicateur communiste, surnommé Hannah par les services secrets.

Meurtres, filatures et glamour dans une ville foisonnante, décrite avec passion. C’est peut-être la ville elle-même le véritable personnage principal de cette série. Les hommes et les femmes n’y sont que des figurants qui se débattent avec elle.

Ce n’est pas pour autant que le roman manque de personnages ! Ils y sont nombreux et variés. Avec de Desfossés, on découvre le monde du cinéma, tandis que Swindon mène un groupe d’espions composé à la fois d’agents britanniques et chinois. Leurs ennemis sont aussi intéressants.

J’ai apprécié le personnage de Swindon, très énigmatique, so british, il ne se dévoile jamais vraiment. Desfossés m’a moins séduite, je ne me suis pas vraiment attaché à lui, mais c’est amusant de le voir comme fil conducteur de l’intrigue malgré lui. Toujours un peu dépassé par les événements.

Toutefois, l’aspect le plus intéressant de la série, ce sont les descriptions de la ville, à la fois poétiques et très détaillées. On est vraiment immergé dans l’ambiance de l’époque. Une ville en transition, bouillonnante et très riche, où l’on croise des gens venus du monde entier. Une ville qui ne sait pas encore ce qui l’attend, à un tournant de l’histoire qui lui sera fatal.

Je regrette que le livre ne soit pas accompagné de quelques clichés d’époque, cela aurait apporté un petit plus intéressant au livre. Heureusement, on peut trouver beaucoup de photos sur la page facebook du livre. Sont aussi à déplorer quelques coquilles, un travail de correction peut-être un peu bâclé. Mais qui ne gâchent en rien le plaisir de la lecture et de la découverte de ce Shanghai des années 30.

La suite de Shanghai sur le site des éditions TohuBohu

⇒ Bruno Birolli (facebook, twitter)

Les Terres du mal sur Amazon ou chez votre libraire préféré

4 questions à Bruno Birolli

Vous avez écrit deux essais historiques : Ishiwara l’homme qui déclencha la guerre, et Port Arthur 8 février 1904. Pour votre premier roman, vous avez choisi le Shanghai des années 30. D’où vous vient cette passion pour cette période de l’histoire sino-japonaise ?

Il y a deux raisons. La première est que l’on écrit sur ce que l’on connaît et comme j’ai passé toute ma vie d’adulte en Asie comme journaliste, je connais mieux cette partie du monde et je reste très curieux de son histoire. Il y en a une plus ancienne, j’ai été très tôt fasciné par l’Entre-deux-guerres. Pendant cette période très courte, l’Histoire s’accélère prodigieusement. Dans les années vingt souffle un vent de liberté. Ces années sont marquées par de profondes révolutions dans tous les domaines: art, politique, technologie (avion, radio, cinéma, disque…), mœurs, mode, architecture… L’espoir d’un monde meilleur est présent. La contestation est intense et par conséquent l’imagination et la créativité. Puis l’invasion de la Mandchourie en 1931 met fin à ces illusions dans un progrès infini et constant. La guerre qu’on croyait avoir bannie pour toujours revient portée par des régimes plus meurtriers les uns que les autres qui se révèlent être d’effroyables escroqueries.

Pourquoi avoir choisi la ville de Shanghai comme cadre de votre histoire d’espionnage ? En lisant les deux tomes de votre saga, j’ai eu le sentiment que le véritable personnage principal de l’histoire c’est la ville elle-même. Est-ce ainsi que vous l’avez ressenti en l’écrivant ?

Vous avez raison, Shanghai est à la fois un décor et un personnage qui décide du destin des personnages. Shanghai était, à l’époque, une anomalie héritée de l’Histoire, une ville divisée comme l’étaient Vienne du « Troisième homme » de Graham Greene, Berlin après 1945 ou Salonique après 1918, des villes pleines d’armées étrangères, de services secrets concurrents. Shanghai était divisée en trois administrations avec leurs propres polices, leurs propres lois. À cause de l’extraterritorialité, il y avait quatorze tribunaux différents qui jugeaient chacun les ressortissants de leurs pays respectifs en accord avec leurs propres législations. Quand on lit les analystes de juristes publiées à l’époque, tous reconnaissaient l’absurdité de cette situation, son impossibilité à durer dans le temps et que le bon sens dictait que tôt ou tard la Chine retrouvasse toute sa souveraineté sur les concessions. A quoi s’ajoutaient les multiples communautés: on entendait dans les rues le russe, l’allemand, l’anglais, le français, l’espagnol, le portugais… et tous les dialectes chinois. Ce n’était pas un melting-pot; plutôt un port franc où des gens du monde entier se côtoyaient sans vraiment se mêler. Jusqu’en 1937, date de l’invasion japonaise, Shanghai était aussi une ville en plein boom, et relativement en ordre, bien loin de l’idée de lupanar qu’on s’en fait aujourd’hui. C’était un laboratoire audacieux de la modernité avec ses revues littéraires, ses studios de cinéma, ses orchestres, ses architectes… Après 1937, Shanghai va sombrer. L’afflux de centaines de réfugiés dans les concessions neutres jusqu’à Pearl Harbour puis l’occupation de toute l’agglomération portent un coup fatal et plongent Shanghai dans le chaos et la violence.

Va-t-il y avoir un troisième volet à cette suite ?

Normalement oui, et un quatrième aussi!

Parmi tous les personnages, lequel affectionnez-vous le plus ?

En fait, j’aime tous les personnages. On m’a reproché de ne pas avoir de personnages franchement bons et d’autres franchement mauvais. Aristote disait que l’homme est mû par deux sentiments: l’intérêt et l’affection. Si on reprend cette idée, disons que ce qui fait une personnalité est où on place le curseur entre ces deux extrêmes. D’autre part, question de génération, je suis marqué par l’existentialisme: le monde est absurde, il n’existe pas de valeurs éternelles, chacun est libre de choisir sa morale personnelle pour trouver le sens de son existence. Pour traverser le gigantesque désordre qu’étaient l’époque et Shanghai, chaque personnage a sa réponse personnelle. Dans « Le music-hall des espions », je me suis surtout centré sur les étrangers, même si le colonel Chu et le magicien jouent un rôle crucial. Dans « Les terres du Mal », il y a plus de personnages chinois. Chacun a sa facette: Sun est un véritable artiste, lucide, sensible et idéaliste; Tizzy affecte de rester au-dessus de la mêlée; Petit Tai est un peu tire-flanc mais accomplit son devoir sans hésiter; Lingyu est émouvante et paumée ; le père de Yiyi est un filou amusant (il reviendra dans le prochain roman)…  Chao Long est un vrai stalinien, impitoyable, habité par une sorte de rage due à l’Histoire. Il est un peu le reflet inversé du colonel Chu central dans « Le Music-hall des espions ». Le seul personnage franchement négatif est Lan Ping – forcément, il m’a été inspiré par celle qu’on surnommera plus tard la « veuve Mao »… Je ne porte pas de jugement sur mes personnages. Ceux qui ont lu « Ishiwara, l’homme qui a déclenché la guerre » l’auront ressenti: c’est la complexité, les contradictions des êtres qui m’intéressent et non de décerner de bons ou de mauvais points comme le ferait un instituteur. Sinon le fil rouge est Desfossés, c’est lui que l’on suit et qui peu à peu vieillit.

A lire aussi

Shanghai, années 30 : quelques lectures piochées dans ma bibliothèque

  • La balade de Yaya, BD jeunesse de Golo Zao et Jean-Marie Omont, aux éditions Fei
  • Yin et le dragon, BD jeunesse de Richard Marazano et Yao Xu, aux éditions Rue de Sèvre
  • L’ombre de Shanghai, BD jeunesse de William Crépin, Patrick Marty et Li Lu, aux éditions Fei.
  • La bataille de Shanghai 1937, manhua de Bo Lu, aux éditions Urban China
Share

La grand-mère qui sauva tout un royaume [album jeunesse]

C’est dans la collection Papagayo des éditions Rue du Monde que j’ai pioché ce conte japonais, raconté par Claire Laurens et illustré par Sandrine Thommen.

Couverture La grand-mère qui sauva tout le royaume

Le royaume était gouverné par un seigneur qui avait peur de vieillir. Alors qu’une famine fait rage, il prend la décision de se débarrasser des vieillards qu’il estime inutiles. Il ordonne à tous les habitants d’abandonner leur vieux dans la montagne. Mais un jeune homme qui vit seul avec sa grand-mère n’a pas le cœur à l’abandonner et décide de la cacher. Quelques mois plus tard, le royaume est menacé par un seigneur voisin. Celui-ci envoie 3 énigmes qui doivent être résolues pour éviter la guerre.Tous les savants échouent à trouver une solution. Alors le seigneur promet une récompense à quiconque trouvera la solution. Qui va résoudre les énigmes ? La grand-mère bien sûr ! Car elle a la sagesse et le savoir que lui ont apporté ses longues années de vie. Le royaume est sauvé et le seigneur comprend qu’il ne faut pas avoir peur de vieillir. Il fait revenir tous les vieillards du royaume qui seront dehors et en avant traités avec respect.

Un très joli conte sur le respect de ses aïeuls.

Le conte est suivi d’un petit dossier sur le Japon donnant quelques informations assez basiques sur le pays et ses traditions. Un petit dossier intéressant pour ceux qui ne connaissent pas encore ce pays.

le site des éditions Rue du Monde

Sandrine Thommen

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


A lire aussi

Share

Rétrospective J-musik sur le blog

Mardi dernier j’ai partagé un clip du groupe Change & Aska que j’ai découvert grâce à FondantGrignotte (cliquez ici pour voir sa chronique). Le clip et sa chronique m’ont inspiré l’article que je m’apprête à écrire : une rétrospective de la musique japonaise partagée sur Ma petite Médiathèque.

Le Japon n’est plus très présent sur ces pages, mais il était sous les feux de la rampe (ça existe ça comme expression ?) au moment de la création du blog. La pop culture japonaise était LA ligne éditoriale du blog. Elle était peut-être même la ligne éditoriale de ma vie. Je lisais japonais, je visionnais japonais, je mangeais japonais, j’avais même commencé à parler et écrire japonais ! Et puis j’ai fini par passer à autre chose. Le besoin de changement, la lassitude, le manque de temps… Peu à peu je me suis éloignée du Japon et de sa culture pour aller découvrir d’autres rivages.

Mais loin des yeux ne veut pas forcément dire loin du cœur ! Si je n’ai plus le temps ni l’envie de consacrer tout mon temps à la découverte de la culture japonaise, cela m’intéresse toujours. Le challenge Un mois au Japon n’est pas pour moi le temps des découvertes, mais celui de la nostalgie, repenser aux amours passés avec une tendresse amusée et peut-être aussi un peu de regrets.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai eu envie de remonter le temps et partir à la redécouverte des musiques japonaises qui m’avaient touché au point de vous en parler ici. Vont-elles me toucher autant aujourd’hui ?

Yoshida Brothers :

Les Yoshida Brothers  jouent du tsugaru shamisen qu’ils ont remis au goût du jour en le mêlant à de la musique contemporaine.

J’aime beaucoup leur musique et j’en écoute encore régulièrement.

⇒ envie d’en savoir plus sur ce groupe , c’est ICI

Tsugaru Shamisen :

Le tsugaru shamisen, justement, parlons-en ! Ce style de musique traditionnelle récent qui porte ce nom parce qu’il a vu le jour dans la région de Tsugaru. Ce style plus rythmé que le shamisen classique était à l’origine joué par des mendiants aveugles. Le style est toujours très vivant. Après avoir écouté les Yoshida Brothers, j’ai découvert d’autres musiciens.

pour en savoir plus sur le tsugaru shamisen 

Nitaboh, un film d’animation pour découvrir le tsugaru shamisen

Si le style Tsugaru Shamisen me séduit toujours, je me tournerais maintenant vers quelque chose de plus traditionnel et moins fusion.

Hiromitsu Agatsuma :

Au côté des Yoshida Brothers j’ai aussi beaucoup écouté Hiromitsu Agatsuma. Tout comme les frères Yoshida, Agatsuma modernise le style traditionnel et collabore avec de nombreux artistes.

pour en savoir plus sur Agatsuna

Le Koto :

Après avoir découvert le shamisen, j’ai eu envie d’en apprendre plus sur la musique traditionnelle et c’est ainsi que j’ai découvert le koto. Un autre instrument à cordes. Le koto est utilisé depuis très longtemps dans la musique traditionnelle japonaise et il existe différents styles. Toujours utilisé, on le modernise volontiers (tout comme le shamisen) dans une musique fusion.

pour en savoir plus sur le koto

le koto en manga

Dans ma discothèque j’ai un très beau CD fusion de Voce Ventu  Mieko Miyazaki, mêlant koto traditionnel et chants corses. J’adore.

シャンソン

on quitte le monde de la musique traditionnelle pour celui de la シャンソン . Qu’est-ce que cela peut-il bien être ? Et bien, c’est de la chanson française ! Un style à part entière au Japon, peut-être un peu démodé de nos jours, mais, j’ai trouvé ça très amusant de le découvrir.

pour en savoir plus sur la シャンソン

J’adore la voix de Chiaki Naomi, j’avais eu envie de lui dédier un article et je me rends compte que je ne l’ai toujours pas fait. Affaire à suivre.

Rin’

Retour à la fusion pop-tradition avec Rin’. J’ai beaucoup écouté ce groupe à une époque, je n’écoute plus du tout.

Rin’ entre tradition et pop

ULFULS

C’est Tenger qui m’a fait découvrir ce groupe humoristique. J’adore leur clip samouraï soul.

Une touche de JAZZ

un clip so hot

Et voilà, j’ai fini le tour de la j-musique partagé sur le blog. Écoutez-vous de la musique japonaise ? Quels sont vos artistes préférés ? Dites-nous tout en commentaire !


Share

Challenge Contes & Légende 2019 – Le récap

(dernière mise à jour le  23 avril 2019)

Le challenge Contes & Légendes 2019 c’est du 1er janvier au 31 décembre. Tout au long de l’années plusieurs jeu et rendez-vous sont proposé.

Pour tout savoir rendez-vous ici.

Voici tous nos liens 2019.

Un même article peut participer à la fois au rendez-vous mensuel et aux jeu en dix pistes, ne soyez pas surpris si vous retrouvez les mêmes titres 🙂


Le jeu en 10 pistes

Pour participer au jeu en 10 piste c’est très simple : il faut soumettre au moins un article par catégorie (chaque article ne peut figurer qu’une fois). Les participants ayant réussi à remplir les 10 pistes seront sacré Grand Conteurs.

C’est parti !

Des animaux à la fête

Bidib :
  1. Le grand méchant loup
  2.  Le taureau bleu
  3. Histoire du loup et du petit chaperon rouge aussi !

Contes de Montagnes

Tour de France

Les contes en images

Bidib :
  1. Raiponce
  2. La malédiction de l’anneau d’or
  3. Images pour le plaisir des yeux #29 – Xavière Devos et ses Contes & Légendes 
  4. Peau d’âne
FondantGrignotte :
  1. parcours photo thématique : réglons nos « contes 2019 » avec Bidib
  2. Variation sur le thème des Bottes des Sept Lieues ! 
Blandine :
  1. Raconte à ta façon… Le Petit Chaperon Rouge
  2. Barbe Bleue

Histoires burlesques

Isabelle :
  1. Le petit poucet, c’est moi !
Pati Vore :
  1. Le renard sans le corbeau de Pascale Petit et Gérard DuBois

Coup de cœur

Blandine:
  1. La Petite Fille aux allumettes
  2. Le joueur de flûte de Hamelin

grands et petits écrans

Triste fin

Blandine :
  1. Le petite chaperon rouge

Épiques aventures

Bidib :
  1. Persée vainqueur de la gorgone

une histoire venue de loin

Pati Vore :
  1. Le premier amour de Grand Corbeau de Muriel Bloch, un conte inuit du Groenland
Bidib :
  1. La légende de Zal
  2. Le samouraï et les 3 mouches
FondantGrignotte
  1. Les amants paillons

Les rendez-vous de Mars

Contes classiques

Blandine :
  1. Le petit chaperon rouge
  2. Raconte à ta façon… le petit chaperon rouge
  3. Le joueur de flûte de Hamelin
Bidib :
  1. Persée vainqueur de la gorgone
  2. Saint Georges et le dragon
  3. Peau d’âne
  4. La flûte enchantée
  5. La Légende de Zal
FondantGrignotte :
  1. Petites(s) Sirènes : souvenirs d’une représentation
Nathalie :
  1. Contes de la Bécasse – Maupassant

Saint Patrick

Bidib :
  1. Brendan et le secret de Kells

Le Rendez-vous d’avril :

Contes et Légendes du Japon

Contes & Légendes au Japon

Bidib
  1. Le samouraï et les 3 mouches
FondantGrignotte
  1. Les amants paillons
Blandine
  1. Le dragon dans la rizière

 


Hors série

Bidib :
  1. Ameline la joueuse de flûte
Blandine :
  1. La revanche des princesses
  2. La première Galette des ROIS. Zemanel et Sophie LEBOT

Isabelle :

  1. Mille petits poucets, Yann Autret, Sylvie serprix

Envie de participer ? Les inscriptions sont ouvertes toute l’année.

Vous pouvez aussi nous rejoindre sur facebook

Laissez-moi ici tous vos lien en pensant à bien préciser si l’article participe à un rendez-vous et/ou au jeu en 10 pistes, à vous de me dire quel piste ! 😉

Share

A moi, à toi [album jeunesse]

Ce sont Marsha Diane Arnold et Qin Leng qui ont concocté ce joli album pour les plus petits, tout juste sorti aux éditions La Pastèque.

Un tout petit Panda se promène dans une forêt. Il découvre une grotte, y entre et réveille le gros panda qui vit là.

« À nous » s’écrie le petit panda. « À moi » retoque le gros panda, un peu fâché. Mais le petit panda ne veut rien savoir, alors pour se débarrasser de cet invité encombrant, le gros panda offre un cerf-volant. Petit panda est ravi, mais… pas très doué, et il ne cesse de faire tomber le cerf-volant sur les jeux d’autre animaux qui se fâchent.

 » A moi », « A toi », le petit panda se fait houspiller de tout côté jusqu’à ce qu’il ne s’envole avec le cerf-volant. Tous les animaux qu’il a croisés cherchent à le rattraper et enfin ils vont apprendre une nouvelle expression : « A nous ».

Une jolie histoire, pratiquement muette, qui demande à interpréter les images pour être raconté. Images que je trouve absolument adorables, c’est très mignon. Le trait est très fin, les animaux sont stylisés, mais parfaitement reconnaissables, les couleurs sont douces.

Une chouette histoire pour apprendre le partage qui plaira au tout petit, mais aussi aux amoureux des belles illustrations.

Le petit plus qui fait la différence : à la dernière page un « post sciptum » nous précise que tous les animaux qui figurent dans l’histoire sont originaires d’Asie et on nous donne leurs noms. J’aime cette cohérence dans l’histoire et cette précision qui permet de développer l’envie de savoir de l’enfant en allant chercher à quoi ressemblent ces animaux en vraie. Une invitation à la curiosité.

Vous aimez les pandas et les histoires mignonnes avec de jolies valeurs à partager ? Cet album est pour vous !

sur le site des éditions La Pastèque

Qin Leng (tumblr, instagram, twitter)

Marsha Diane Arnold

⇒ sur Amazon ou chez votre libraire préféré


chut les enfants lisent

Share

Nouveauté manga et BD #26 – février, mars, avril 2019

Voici quelques titres que j’ai repérés dans les sorties de février, mars et avril.

manga

Manga - Manhwa - Anne de BretagneAnne de Bretagne de Cédric Tchao, sorti chez Casterman le 3 avril.

Résumé : Gaël visite avec sa classe le Château des Ducs de Bretagne, à Nantes. Alors qu’il commence à s’ennuyer, un korrigan (créature folklorique bretonne) l’emmène à travers le temps pour lui faire découvrir en personne l’histoire du château et de son personnage le plus important : Anne de Bretagne ! Gaël découvre alors la vie de page au Moyen Âge, et comprend les ficelles du pouvoir : complot entre le duché et le royaume de France, intrigues en tous genres… La jeune Anne de Bretagne, qui deviendra deux fois reine de France, a une vie bien mouvementée : Gaël apprendra à son contact tout ce qui lui permettra de comprendre cette page importante de l’Histoire… (source : Manga News)

Pourquoi ? J’aime bien l’histoire et ça peut être une façon amusante d’en apprendre plus.

Manga - Manhwa - The Red Rat in Hollywood Vol.1The Red Rat in Hollywood, de Osamu Yamamot, sorti chez Vega le 11 avril.

Résumé : Après la Seconde Guerre mondiale, alors que la guerre froide s’intensifie, une purge anti-communistes éclate aux États-Unis. Le gouvernement américain dénonce tour à tour des personnalités hollywoodiennes parmi les plus célèbres.
Ce manga vous dévoile comment, à Hollywood, le milieu du cinéma a combattu l’impitoyable oppression du pouvoir. (source : Manga News)

Pourquoi ? De l’histoire, encore. C’est un sujet que je trouve très intéressant et cette nouvelle maison d’édition m’intéresse.

Ce qu’il n’est pas de Bingo Morihashi, sorti chez Akata le 25 avril.

Résumé : Shirô, fatigué de vivre entouré de ses sœurs et de sa mère, a décidé de finir ses études en internat, loin de Tokyo ! C’est donc très enthousiaste qu’il part à Hiroshima, pour vivre ses années lycée dans l’indépendance et l’insouciance. Pourtant, ce nouveau quotidien lui réserve une surprise de taille : Mirai, son colocataire, se révèle être un homme transgenre. Mis dans la confidence, Shirô devra l’aider à protéger son secret, tout en menant de front révisions, vie amoureuse et petit boulot… (source : Manga News)

Pourquoi ? Après Celle que je suis, voici un autre manga sur la thématique transgenre. Je n’ai pas vraiment été convaincue par le premier tome de Celle que je suis. Je suis curieuse de découvir cette nouvelle série.

Manga - Manhwa - Miss Hokusai Vol.1Miss Hokusai de Shigiura Hinako, sorti chez Picquier le 7 février.

Résumé : L’histoire commence au Japon en 1814, pendant la période d’Edo (l’actuelle Tokyo). O-Ei tient de son père son talent et son obstination. Elle peint très souvent à sa place, sans signer son travail, afin de boucler les commandes. D’autres figures d’artistes font leur apparition dans le manga, en particulier Ikeda ou Utagawa. Le manga évoque aussi la relation entre O-Ei, Hokusai et la demi-soeur d’O-Ei, une petite fille aveugle de naissance. Hokusai, meurt à 90 ans. O-Ei lui survit pendant neuf ans mais nul ne sait où elle est morte. (source : Manga News)

Pourquoi ? J’ai aimé le film, je suis curieuse de découvrir le manga.

Manga - Manhwa - Métamorphose (la)La Métamorphose de Toshifumi Sakurai, sorti chez Akata le 28 février.

Résumé : Quand un matin, le fils de la famille Samsa ne se réveille pas à l’heure, son père commence à s’inquiéter… D’ordinaire très carré, et représentant de commerce d’exception, son fils n’a jamais fait faux-bond. Pourtant, ce matin-là, quelque chose cloche… Derrière la porte fermée à clé, une voix peu ordinaire se fait entendre. Qu’est-il arrivé à Grégor pendant la nuit ? (source : Manga News)

Pourquoi ? La Métamorphose de Kafka est dans ma PAL depuis une éternité…

Manga - Manhwa - Félin pour l'autre Vol.1Félin pour l’autre de Watru Nadatani, sorti chez Doki Doki le 6 mars.

Résumé : Kensuke Fuji vit un drame… Il adore les chats, mais ces derniers ne le calculent pas ! Ses soeurs y étant allergiques, le lycéen n’a jamais eu la chance d’avoir eu un matou à la maison, et il n’a pas vraiment le mode d’emploi pour leur plaire… Sa vie bascule le jour où disparaît Tamako, une charmante chatte de gouttière qu’il croisait tous les matins. Parti à sa recherche, Kensuke va faire la rencontre de Jin Nekoya, un « maître chat », qui comprend parfaitement le langage félin. Désormais, le lycéen fera tout pour devenir le disciple de Jin, quitte à accepter les défis les plus improbables, et enfin se faire aimer des chats ! Tout ça sous le regard halluciné de Yamada, une copine de lycée…(source : Manga News)

Pourquoi ? pour la collection manga de chat de Mimiko

Manga - Manhwa - Monster KinematographMonster Kinematograph de Sakakibara Rem, sorti le 8 avril chez Black Box.

Résumé : Mamiya est une jeune femme pour le moins étrange.
Lorsqu’elle est excitée ou en colère, elle se transforme en un gigantesque monstre !
D’abord utilisée comme arme de guerre, elle sera ensuite condamnée à être surveillée par un agent du gouvernement et étudiée dans un centre de recherche en biologie. Résignée à subir son triste destin, Mamiya parviendra-t-elle à trouver le bonheur ? (source : Manga News)

Pourquoi ? je ne sais pas trop. ça m’intrigue et je trouve la couverture très jolie.

Manga - Manhwa - Lanterne de Nyx (la) Vol.1La Lanterne de Nyx de Takahama Kan, sorti chez Glénat le 6 mars.

résumé : 1878, la France fait rayonner sa puissance industrielle et culturelle en organisant des expositions universelles, tandis que le Japon s’ouvre au monde après 200 années d’isolationnisme. À Nagasaki, Miyo, orpheline qui a pour seul talent le don de clairvoyance au travers des objets qu’elle touche, parvient à trouver un emploi chez Ban, commercialisant des objets importés d’Europe. Au contact de l’Occident, elle découvrira un monde nouveau qui la conduira jusqu’à Paris… (source : Manga News)

Pourquoi ? Encore une fois c’est le graphisme qui m’attire avec ce titre. Et l’histoire a l’air sympa.

Manga - Manhwa - Mirages d'EmanonMirages d’Emanon de Tsuruta Kenji et Kajio Shinji, sorti le 7 mars chez Ki-oon.

Résumé : À bord du Sun Flower, Emanon a confié son étrange histoire à un étudiant qui lui rappelait son époux défunt. Mais cette traversée en bateau n’était qu’une infime partie du voyage de la jeune femme à la mémoire de trois milliards d’années : pour elle, une vie ne dure qu’un instant ! Cette passagère du temps poursuit inlassablement sa route, toujours prête pour de nouvelles rencontres. À la recherche d’un mystérieux trésor enfoui ou d’un frère perdu de vue, retrouvez-la dans ses errances… (source Manga News)

Pourquoi ? j’aime beaucoup le trait de Tsuruta Kenji

Manga - Manhwa - Bateau de Thésée (le) Vol.1Le Bateau de Thésée de Higashimoto Toshiya, sorti le 14 mars chez Vega.

Résumé : Tokyo, de nos jours… la vie d’un père bascule lorsque sa femme meurt lors de l’accouchement de leur enfant. Face à sa vie et perturbé, le père part à Hokkaido, terrain de son enfance. Mais alors qu’il retrouve les traces de son passé familial, on apprend que son propre père fut un criminel responsable d’un massacre à Hokkaido. Un mystère entoure cette histoire, qu’il se défie de résoudre. Thriller « temporel », le manga offre une jolie construction en miroir, entre présent et passé. (source : Manga News)

Pourquoi ? Le pitch me plait bien. Ça me fait penser à Erased comme point de départ. Voir quelle tournure va prendre ce récit.

Manga - Manhwa - Pont entre les étoiles (un) Vol.1Un pont entre les étoiles de Kyukkyupon, sorti chez Akata le 14 mars.

Résumé : 1936, Shanghai. Forcée de suivre son père, Haru, jeune japonaise, est contrainte de déménager en Chine, loin de son Nagasaki natal. D’abord effrayée de vivre dans un pays étranger, où les asiatiques ne ressemblent en rien aux japonais, la petite fille va faire la rencontre d’un jeune chinois. Au contact de ce dernier, elle va connaître l’excitation de découvrir l’inconnu et de s’ouvrir, avec son regard d’enfant, à une autre culture. Mais quand les racismes et nationalismes s’en mêlent… Leur amitié pourra-t-elle survivre dans la tempête qui se prépare ? (source : Manga News)

Pourquoi ? Le Shanghai des années 30 est au centre de mes lectures en ce moment, roman historique, BD jeunesse, il me manquait un manga sur le sujet (j’ai déjà un manhua dans ma bibliothèque et un autre dans ma PAL)

Adieu mon utérus de Yuki Okada, sorti le 14 février chez Akata.

Résumé : Yuki Okada, à 33 ans, avait tout pour être comblée : mariée et heureuse, mère d’une petite fille, et exerçant le métier qu’elle aime – autrice de mangas. Aussi, quand elle consulte son médecin pour un simple retard de règles, elle ne se doute pas de la terrible nouvelle qui l’attend : malgré son jeune âge, elle développe en effet un cancer du col de l’utérus. Chamboulée et perdue, elle ne saura d’abord pas comment réagir, et affronter cette épreuve que la vie lui impose… Pourtant, très vite, elle comprend qu’il lui faudra faire des choix. Mais entre les avis de ses proches et du corps médical, comment savoir ce qu’elle souhaite vraiment ? (source : Manga Sanctuary)

Pourquoi ? un sujet intéressant


bande dessinée

Le PatientLe Patient de Timothé Le Boucher, sorti chez Glénat le  10 avril.

Résumé : La police arrête une jeune fille errant dans la rue, couverte de sang, un couteau à la main. En se rendant chez elle, les agents découvrent avec effroi une scène de massacre : toute sa famille a été assassinée… 6 ans plus tard, Pierre Grimaud, l’unique survivant du « massacre de la rue des Corneilles », se réveille d’un profond coma. L’adolescent de 15 ans qu’il était au moment des faits est aujourd’hui un jeune homme de 21 ans. Désorienté, encore paralysé et souffrant d’amnésie partielle, il est pris en charge par le docteur Anna Kieffer, psychologue spécialisée sur les questions de criminologie et de victimologie. Pendant leurs séances, Anna tente de l’amener à se souvenir des circonstances du drame, malgré ses pertes de mémoire. Pierre lui évoque la présence mystérieuse d’un « homme en noir » qui hante ses rêves, probable réponse inconsciente à son traumatisme. Après plusieurs rendez-vous, Anna découvre en Pierre un être sensible et très intelligent. Touchée par son histoire, elle se met même à le prendre en affection. Petit à petit, une véritable complicité s’installe entre eux. Anna n’imagine pas à quel point ce patient va changer sa vie… (source : Glénat)

Pourquoi ? J’ai bien aimé Ces jours qui disparaissent alors je suis curieuse de lire ce nouveau titre.

Le Fil de l’Histoire raconté par Ariane & Nino : Les samouraïs de Sylvain Savoia et Fabrice Erre, sorti chez Dupuis le 8 mars.

Résumé : Qui ne connaît pas les samouraïs, ces guerriers sans merci sous les ordres d’un shogun et répondant à un code de vie strict (le bushido). Ils jouèrent un rôle essentiel pour le Japon durant 700 ans, avant de finalement disparaître au XIXe siècle lors de l’ouverture du pays au monde extérieur. Véritables maîtres des sabres et guerriers sans pareils, ces hommes revêtent encore un aspect mystérieux et fascinant. Ariane et Nino ne vont pas manquer de vous les faire découvrir ! (source : Santuary)

Pourquoi ? J’adore les samouraïs !

Peau de Milles Bêtes de Stéphane Fert, sorti le 27 mars chez Delcourt.

Résumé : Belle est vraiment très belle et tous les garçons du village la désirent. Rebutée par la perspective d’un mariage qu’elle n’aurait pas choisi, elle s’enfuit pour se réfugier au plus profond de la forêt. Là, le roi Lucane va la recueillir… puis l’aimer à la folie. Une petite fille va naître de cette union, Ronce, dont la destinée va être profondément bouleversée par la disparition de sa mère…

Pourquoi ? Matez-moi cette couverture !! Et l’univers des contes revisité, moi, j’adore.

Solo chemin tracés de Alvaro Iglesias et Oscar Martin, sortis chez Delcourt le 20 mars.

Résumé : Après un tragique accident, Fortuna, jeune chatte vivant dans le monde cannibale, doit retracer le long chemin qu’elle a parcouru avec sa famille. Durant ce voyage vers ses origines, la féline va revivre les terribles incidents qui ont forgé son destin, trouver l’amour et devenir adulte. Mais à l’issue de ce douloureux périple semé d’embuches, l’héroïne saura-t-elle trouver sa véritable mission ? (source : Sanctuary)

Pourquoi ? J’ai aimé Solo, je devrais aimer celui-ci.


La liste est assez longue, mais  sur 3 mois de sorite il y avait de quoi faire. Félin pour l’autre a déjà rejoint la bibliothèque de Mimiko, le temps que je publie cet article, nous sommes passés à la librairie et, comme je m’y attendais, elle a craqué pour ce nouveau manga de chat. Elle aime beaucoup (arriverais-je à la convaincre de vous faire un petit billet ?). Quant à moi, je n’ai pas encore craqué, il y a quelques suites que je voulais acheter en priorité (trop de séries en cours !)

Et vous, pour quelles nouveauté avez-vous craqué ces derniers mois ?

Share

C’est lundi, que lisez-vous ? #113

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading? par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane. et maintenant pas I Belive in Pixies Dust.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Qu’allez-vous  lire ensuite ?


Les lectures de Bidib

J’ai lu

Couverture à moi. à toi. Couverture Whispering : Les voix du silence, tome 4 Couverture Whispering : Les voix du silence, tome 5

Je lis

Couverture La suite de Shanghai, tome 2 : Les terres du mal Couverture Le voyage à Lilliput

Je lirais (peut-être)

Je ne me suis pas encore décidée, mais il y aura un roman jeunesse

 

Share