Archives du mot-clé Conceição Evaristo

Auteur à l’honneur #1 – Conceição Evaristo

Pour ce premier rendez-vous mensuel initié par Nina, je profite que l’on soit encore au mois de mars pour vous présenter une auteure brésilienne que j’ai découvert l’année dernière : Conceição Evaristo.

Conceicao Evaristo (Conceição Evaristo) - Ecrivain Brésilien - 24 Mars 2015 - Paris

J’ai eu un véritable coup de cœur pour son Banzo, mémoires de favelas, publié en 2016 par les éditions Anacaona. Le roman avait été publié au Brésil en 2006. Un seul autre des ses roman est disponible en français, toujours aux éditions Anacaona, L’histoire de Poncia écrit en 2003 et publié en France en 2015. J’aurais aimé avoir le temps de le lire aussi avant de faire cette article mais je suis prise de court. Étrange, me direz-vous, de mettre à l’honneur un auteur dont on n’a lu qu’un seul livre. Oui, peut-être. Mais ce livre m’a tellement marqué que je soute sur cette opportunité pour en parler et la faire connaitre autour de moi.

Minas Gerais in Brazil.svg

Conceição est née en 1946 dans une favelas de Belle Horizonte dans le Minas Gerais au sud du Brésil. (Je vous ai brièvement parlé du Minas Gerais avec la légende de Chico Rei la semaine dernière).

Elle est la deuxième d’une fratrie de 9 enfants. Dès son jeune âge elle travaille comme domestique pour aider sa famille. Malgré la situation difficile de la famille Conceição, comme ses frères et sœurs, fréquente l’école publique où elle apprend à lire et se découvre très tôt des prédisposition pour l’écriture. Dans sa famille il n’y a pas de livre mais on est conteur, ces aux milieux des histoires contées par les anciens qu’elle  grandi en gardant un goût pour la mémoire et l’héritage, thème que l’on retrouve dans son oeuvre.

En 1973 elle réussi le concours d’enseignant et part s’installer à Rio de Janeiro où elle travaille comme institutrice dans des écoles publiques avant de reprendre ses études de lettre a 40 ans.. En 2011 elle obtient son doctorat en littérature comparée.

Ses premiers écrits sont publié dans les années 1990 dans Cadernos negros, revue brésilienne spécialisée dans la culture afro-brésilienne.

Conceição Evaristo n’est pas seulement écrivaine, elle s’engage également pour lutter contre le racisme et l’exclusion sociale des afro-brésilien. La discrimination raciale et l’histoire des esclaves noirs au brésil sont au cœur de son oeuvre.

Son style très particulier mélange souvenir personnel et mémoire collective faisant ce qu’elle appelle l’écrit-vie.

Conseição Evaristo sur le site de son éditeur français

Pour les lusophone j’ai trouvé cette émission très intéressante :

Ah ! J’adore cette langue !!! Que ça me manque.


Retrouvez tous les auteurs à l’honneur du mois de Mars : Le Rest’o littéraire


Auteur

Share

Banzo mémoires de la favela

Voilà une lecture que je découvre grâce à la masse critique de Babelio, une superbe découverte !

Roman écrit par Conceição Evaristo en 1986 (mais publié pour la première fois seulement en 2006) et illustré par Lúcia Hiratsuka, paru aux éditions Anacaona (2016). Banzo mémoires de la Favela (Becos da mémoria, dans s version originale) retrace, entre fiction et souvenir de l’auteur, la vie des favelas de son enfance.

A travers les yeux curieux et interrogateurs de Tite-Maria, négrillonne observatrice qui aime qu’on lui raconte des histoires tristes, on découvres de nombreux personnages, tous hauts en couleurs, qui peuplent cette favela. Une favela sans lieu ni date. Une favela sortie de la mémoire de Conceição Evaristo. Une favela où règne la misère, la pauvreté et une certaine violence, mais aussi la solidarité entre les habitants. Si Tite-Maria est le témoins à travers lequel nous sont révélés divers destins, elle n’est pas le personnage principal. Ce sont les vies des favelados, habitant de cette favela en passe d’être détruite qui nous sont conté. Ce sont toutes leurs histoires qui se croisent et décroisent dans le dédale des rues étroites de la favela. Tite-Maria observe, écoute, devine, les histoires de Vieille-Maria qui rie « en dedans-elle, pour se cacher, fuir la tristesse », de Maman Joana « une femme triste », de l’Onc’Toto l’homme qui « arriva sain et sauf et seul sur l’autre rive du fleuve », des Ti-macho, de Mémé Rita au cœur énorme, de l’Autre, de Bonté qui n’habite nulle part mais à une place chez tous, de Cidinha-Cidoca qui a perdu la tête, du nègre Alirio qui se bat pour les droits des travailleurs… Les histoires de chacun nous sont conté par bribes, entrecoupé de moments de vie dans la favela : le championnat de football, les grosses peloteuses qui détruisent la favela petit bout par petit bout, la lessive au robinet d’en haut… Une collection d’histoires tristes, de « pierres pointues » que les favelados gardent « au fond du cœur ». Des destins souvent tragiques, toujours touchants qui sont conté avec un incroyable talent par Conceição Evaristo.

Son écriture et très vivante et très poétique à la fois. On sent la favela, on la voit, on voit la misère mais on sent aussi la saudade (« souvenir nostalgique et tendre, mélancolique, accompagné d’un sentiment de « manque habité » » nous explique Paula Anacaona, la traductrice) de favelados, saudade pour cette favela qu’ils vont devoir quitter et qui malgré la misère a été leur refuge, saudade aussi pour un passé douloureux mais riche de rencontres, en souvenirs.

J’ai adoré ce roman et l’écriture de Conaceição Evaristo. Une écriture très particulière qui ne ressemble à aucune autre de mes lectures. Ce que l’auteur appelle elle-même « l’écrit-vie ».

Quelques mots sur l’édition qui m’a aussi plu, petit format (parfait pour moi qui lit dans les transport public) avec une très jolie couverture matte, dont j’ai beaucoup aimé l’effet. L’ouvrage est richement illustré par les sumi-ê de Lúcia Hiratsuka, illustratrice brésilienne d’origine japonaise. A la fin du roman quelques pages supplémentaires permettent de replace ce roman dans son contexte, on en apprends plus sur l’auteur et sur son intention en écrivant ce roman. Des pages que j’ai beaucoup aimé trouver car j’étais vraiment émue par ce roman et voulait en apprendre plus sur l’auteur.

Enfin, un mot sur la traduction, superbe, très fluide, très agréable à lire et qui garde le parfum de là-bas. Je n’ai pas lu (pas encore) la version originale, mais j’ai trouvé le texte en français vraiment très beau, une fois n’est pas coutume, je voulait remercier la traductrice.

Que dire de plus ? Lisez-le !!


pour aller plus loin :

le roman sur le site de l’éditeur 

Conceição Evaristo sur le site de l’éditeur

Lúcia Hiratsuka sur le blog de l’éditeur

à lire aussi l’avis de Charlotte


challenge lecture aux couleurs du brésil

Ce livre me donne envie de repartir à la découverte du Brésil et de sa littérature

coup de coeur
coup de cœur 2016

 

Share