Archives du mot-clé festival de la bande dessinée

FIBD 2017 – les expos

 

Je n’ai pas eu le temps de toutes les faire, mais j’ai ramené d’Angoulême quelques photos et quelques impressions. Les voici dans le désordre

la french touch de Marvel

L’affiche de cette expo est magnifique. Comment ne pas avoir envie de la voir. Surtout qu’elle se tenait au Théâtre et que j’y ai toujours vu de très belle expos. Je l’avais donc précieusement mise de côté pour y aller le dimanche Avec Yomu-chan.

J’avoue avoir été très déçue. Les illustrations étaient très belle, les styles très varié, j’y ai découvert des auteurs et des version des super-héros de Marvel que je ne connaissais pas mais il n’y avais que des affiches. J’espérait y voir des originaux ! Là ça faisait catalogue d’autant plus qu’il y avait très peu d’explications.

Décevant donc mais plaisant à voir.

Kazuo Kamimura : l’estampiste du manga

Une très belle exposition riche en planches originales, avec ce qu’il faut d’explications. Une expo qui mériterait d’avoir un catalogue imprimé à feuilleter à loisir. L’influence de l’estampe est palpable. Le trait délicat et élégant, les femmes belles et troublantes, les cadrages toujours intéressant mais parfois un quelques chose qui lui échappe et un visage qui se retrouve défiguré par un manque de volume. Outre ses quelques planches imparfaite, je reprocherais à Kamimura sa trop grande constance. Tout se ressemble. Il n’y a pas vraiment de différences entre les planches d’un manga où un autre. Cela reste quand même très beau.

 01

Hermann : le Naturaliste de la bande dessinée

Une jolie expo, intéressant. Il n’est reste pas moins que le travail d’Herman n’est pas ma tasse de thé. Je n’en ai jamais lu, je crois, et cette expo ne m’a pas donné envie de m’y mettre.

Loo Hui Phang synoptique

J’ai découvert cette scénariste avec l’expo. Des albums présentés je n’en connaissais aucun. Certain m’ont inspiré plus que d’autre. Une chose est sûre, cette expo ne m’a pas laissé indifférente. Certaines planches étaient particulièrement troublantes. Il ne me reste plus qu’à découvrir ses albums pour me faire une meilleure idée.

J’ai quand même un gros reproche à faire à cette expo : le mange d’explications. Et les planches des divers bd étaient toutes mélangées, pour quelqu’un qui connait pas, c’est un peu le bazar.

 

Will Eisner, génie de la bande dessinée américaine

C’est la toute première des expo que j’ai visité. Le soir même de mon arrivée. Je l’ai beaucoup aimé. Elle était très bien mise en scène et, comme je ne connaissez pas du tout, j’ai trouvé ça très intéressant. Je ne me suis rendue compte qu’en rentrant chez moi que je n’avais pris pratiquement aucune photo. Dommage.

Une ourse à Angoulême

Janvier, c’est le mois du grand rendez-vous. Le rendez-vous de la bd, le rendrez-vous des copains et des copines, le rendez-vous du champagne de la sncf. Des retards sncf aussi, parce que ça aussi, il y en a toujours un au rendez-vous ! Bref, j’étais à Angoulême pour le Festival International de la BD.

Arrivée dès le mercredi soir, j’ai pris possession des clés de l’antre et là, douche froide. Oh ! qu’on va être bien… pièces trop petites, meubles trop grand, MAIS le frigo plein de friandises. Voilà un homme qui sait parler à mon estomac, me dis-je. J’aime, je pardonne.

Courir chercher le passe et poser des questions auxquelles on ne sait pas répondre, l’ourse est dans la place ! ça y est, j’y suis.

Angoulême by night

Direction l’inauguration de l’expo au musée et avoir un coup de cœur pour les bd lycéenne. Ces gamins ont du talent ! Retrouver Steph, y revoir Jordan et rencontrer Bruno (et l’aimer déjà). Découvrir l’expo Will Eisner, boire du vin chaud trop épicé et du jus de pomme chaud (étonnant mais agréable) puis retour à la casa et découvrir les joies du chauffe-eau qui pleure (et des voisins qui teuffent). Le premier jour s’achève sur une note d’insomnie.

Le jeudi, on profite du calme pour faire quelques expos avec Steph : Herman pour bien commencer la journée et Loo Hui Phang pour être troublée. Kazuo Kamimura et son esthétique impeccable, Knock outsider Komiks et son manque d’esthétique troublant (il fait tellement tout ce qu’il ne faut pas faire qu’il en dévient génial. Moi, je ne suis pas convaincue). Entre deux expos, quelques bières et des bulles. Le nouveau monde beaucoup, les grands éditeurs un peu.

Jeudi soir, ou l’épique épopée de deux mouettes contre la sncf. Elles arriveront enfin, Framboise et Julia. Et pour fêter en beauté leur arrivé l’équipe de curling et Eddy Mitchel sont là !

Deuxième nuit d’insomnie.

au bout du chemin, l’antre

Après je ne sais plus. Était-ce le vendredi ? Était-ce le samedi ? Des rencontres, des bulles et des retrouvailles. Lunch et Nico, Julien et Christelle, des bières et des hamburgers, la joie et la bonne humeur. Que c’est bon de se retrouver au rendez-vous des illuminés passionnés de bd (ça rime aussi).

Rencontrer pour la première fois Moka (compagne, l’espace d’un festival, du chauffe-eau qui pleure et de nos nuits sans sommeil) et de Jérôme, le chouchou de ces dames (qui ne dit rien, mais n’en pense pas moins !). Puis l’arrivée tardive de Noukette que j’ai raté (tentant en vain de récupérer un peu de sommeil). Je ne la découvrirais qu’au réveil.

L’expo à la maison des peuples, et pour la première fois assister au vernissage en présence des auteurs, goûter leur pineau, écouter l’histoire de ce lieu… Soirée sncf, devenu notre rendez-vous incontournable, avec séance photo déguisé.

Découvrir le hall 2, et l’espace Asie qui ne porte plus son nom. Des performances graphiques. Découvrir delitoon ou le manhwa sur tablette.

Toujours des bulles et encore des bulles. Craquer encore et encore, se croire raisonnable et revenir plus tard craquer un peu plus. Récolter de belles dédicaces inattendues, ne pas réussir à obtenir les dédicaces voulues. Des bières et des resto entre potes. Des histoires de cul et de culottes. « J’ai superman ! » Des rires, beaucoup de rires. Des nuits sans sommeil et une ourse esseulée. J’aime pas le mojito, et j’aime pas la musique. Diantre ! Mais ce n’est pas une ourse, c’est Schtroumpfs Grognon !

Autres nuits sans sommeil. Enfin dimanche.

Retrouver Lunch, Nico et voir enfin Badelel et les petits schtroumps. Se séparer trop vite. Retrouver la serveuse-qui-vous-met-du-baume-au-cœur au St Martial. Café et tête dans le c** (celui-là alors ! il est de toutes les parties !)

Enfin mon panda est là ! Et oui, les ourses enfantent parfois de panda. Mon gros panda est vénère, je t’ai appelé 10 mille fois ! Oups, j’ai pas mis la sonnerie ^^’ Se retrouver malgré tout avec joie. Et filer au pas de courses. Trop de choses à voir, peu de temps pour en profiter. La yourte des éditions Fei pour ramener une dédicace pour Mimiko (encore une). Se délester de quelques beaux cadeaux. C’est pour toi, c’est toi qui portesLa French Touch et Kamimura . Voir Loo Hui Phang mais zapper Herman. On a oublié de manger. Pas le temps. S’engouffrer dans le nouveau monde et être alpagué par les Belges drôles et talentueux de l’Atelier 24. Le Belge et drôle, mais le Belge est lent. Je reste scotché pour la dédicace. Yomu-chan fera la bulle sans moi.

Séparés, mais heureux, les bras chargés de découvertes. On se quitte là. L’appel de la sncf n’attends pas. Course poursuite avec Lunch et Nico. Les fesses dans le tgv, enfin. Home sweet home au bout. Chéri et Mimiko à la gare pour moi. Vous m’avez manqué ! Tu fais voir les livres ?

le soleil était de la partie

à lire aussi les compte rendu de Steph, Moka, Framboise et Julia

FIBD 2017 – c’est quoi le programme

Je parts demain à Angoulême pour le 44e Festival International de la Bande Dessinée qui commence demain. Il est temps de voir ce que le festival nous réserve pour cette cession 2017.

Expos

Commençons par les expos. Avec 12 expos, il y a vraiment de quoi faire ! Sans compter les expo du festival off. Pour ma part j’ai surtout retenu :

Hermann : le Naturaliste de la bande dessinée

Président de cette 44e session, Hermann sera l’honneur avec un expo où l’on pourra admirer plus de 150 planches originales. Rendez-vous à l’espace Franquin, 1 boulevard Berthelot.

Voilà une expo qui plairait à Chéri. Dans sa jeunesse il a du lire beaucoup de ses bd et je suis sûre qu’en cherchant j’en trouverais quelques unes à la maison. Personnellement je ne connais pas vraiment. Biensûr je le connais de nom, j’ai sans doute lu quelques un de ses titres, mais ça n’a pas fait parti de mes basiques. Je suis néanmoins curieuse de découvrir cette expo.

Plus de détails ICI

Le Château de l’étoile à la conquête de l’éther

Le Château des étoile, publié chez Rue de Sèvres, sera à l’honneur au quartier jeunesse du festival.

THE expo pour Yomu-chan !! Elle a découvert cette bd à Angoulême il y a 2 ans et depuis l’affiche qu’elle avait rapporté au même temps que le premier tome de la série nous invite à la rêverie.

Kazuo Kamimura : l’estampiste du manga

Des planches originales à découvrir pour la première fois en France.

Grand maître du gekiga nous avons la chance de pouvoir lire plusieurs de ses manga en France. J’aime beaucoup son style, voire ses planches originales me ravi.

Panini : la french touch de Marvel

Cette expo, qui se tiendra au théâtre, réunira des dessins d’artistes franaçais ayant travaillé pour le comte de Marvel et Panini, éditeur français de Marvel.

L’affiche est très séduisante, l’expo s’annonce intéressante.

Les nouveau visages de Mickey Mouse

C’est au Vaisseau Moebius que se tiendra cette expo où l’on pourra voir les originaux des bd publié chez Glénat ou Mickey l’emblématique petite sourie de Disney a été reprise par des auteur francophones. Je découvre cette initiative au moment même où j’écris ces lignes. Je n’ai ni lu, ni vu les albums en question, mais au nom de l’affection que j’ai porté à Topolino dans mon enfance, je ne peux pas manquer cette expo.


Les rencontres :

Parmi les rencontre internationales j’ai surtout noté 3 rendez-vous :

  • Mari Yamazaki et Tori Miki viennent au festival à l’occasion de la sortie de leur Manga,  Pline (Casterman)
  • Gengoroh Tagame, l’auteur de Le mari de mon frère (Akata)
  • Rao Pingru, auteur de Notre Histoire (Seuil)

Pour le reste je vais improviser sur place, comme je le fait toujours 🙂

Pour tout savoir sur le programme du FIBD 2017 

Festival de la BD d’Angoulême ~ By Yomu-chan

Holaaaa !

Ô grand patron pardonnez mon manque d’activité, mais vous savez le lycée, les cours, les grasse mat’ tout ça, ça prend du temps !! Mais bon, je ne pouvais laisser sous silence ce week-end enchanté que nous avons passé au milieu des bandes-dessinées. Alors me revoilà parmi vous pour vous raconter un peu notre aventure BDédèsque et vous mettre l’eau à la bouche avec tout ces beaux livres que nous avons rapportés :3

Il me faut par contre vous prévenir que mon récit sera quelque peu écourté car, étant obligée de suivre les cours que m’impose l’éducation nationale je n’ai pu rejoindre Bidib seulement le vendredi soir… Dois-je préciser que j’ai ainsi loupé la conférence de l’illustre Taniguchi T.T Bref le reste de notre exploration vous sera conté par la patronne quand celle-ci aura bouclé tout les travaux littéraire qu’elle a entamés 😉  Et comme je suis moi même atteinte de flemmitude aiguë je ne vous retracerai pas l’intégralité de notre parcours mais je prendrai soin de vous raconter les choses qui m’ont le plus marquées :3

Après cette longue introduction entrons dans les faits:

Le premier territoire que nous avons visité est celui du « pavillon de Chine ». Sympathique exposition de la crème de la bande dessinée chinoise. J’ai pu me régaler les yeux avec de très belles illustrations (malheureusement la détentrice des photographies c’est Bidib, vous pourrez en profiter quand elle publiera son article :p ). Grand nombre des ouvrages proposés étaient en chinois et me laissaient donc dans l’incompréhension la plus totale, néanmoins nous avons pu ramener deux ouvrages traduits (dont un dédicacé !)

La chronique de La princesse vagabonde est pour bientôt !

Nous somme aussi allées jeter un coup d’œil dans de nombreuses expositions. Je n’ai pas les photos mais rien ne m’empêche de vous dire celles qui m’ont le plus plu et de vous faire profiter des images plus tard. Alors L’expo de Calvin et Hobbes été super sympa, j’ai plusieurs fois ris toute seule devant les planches.

       

Autre expo très sympa c’est « le démon du bues », qui réunissait plein d’illustrations de nombreux auteurs sur le thème de cette musique des noirs américains ( d’ailleurs avec un fond sonore très chouette) qui m’a donné envie de me plonger dans cet univers, chose que je ferai certainement mais plus tard, j’ai trop déjà trop de projets en tête ( le premier étant de vous chroniquer les albums achetés sur le festival et le second étant de vous concocter un article sur la Mort au Japon, mais chuuut ça c’est encore un secret ! ).

Bon et puis je dois absolument vous parler des aquarelles de Taniguchi !! J’étais habituée à ses beaux dessins en noir et blanc alors ce fut une véritable découvertes. Regarder ces images c’était comme plonger dans un autre monde, un monde plein de douces couleurs et de tendresse. C’était… comment dire… WOAW !

Bon malheureusement je n’ai pas pu avoir de dédicace du grand et illustre  Taniguchi :'( !! Mais, j’ai pu le voir (en vrai, kyaaaa) en train de dédicacer les livres des autres XD !! Il avait une tête de gentil, trop mignon !!

Nous sommes aussi allées faire un tour dans le lieu appelé « Nouveau Monde », un affreux tourbillon de foule et de chaleur mais dans lequel on trouvait, derrière un mur de gens, les stands de petits éditeurs très sympas.  Nous avons bravé la foule (non sans peines) et nous avons réussis à ramener un trésors : des livres !! ( non, sans blagues O.o ?! )  Mais des livres dédicacés, enfin pas tous mais bon …

Et j’ai même eu la chance de me faire caricaturer ! 😀 J’en avais toujours rêvé *-*  Donc j’étais toute contente.

Bon et il a aussi fallu faire un tour près des stands des gros éditeurs. Nouveau bain de foule … Mais bon je suis contente j’ai dégoté un petit truc fort sympathique : Le château des étoiles.

Qu’est-ce qu’on a fait d’autre… mmmh, plein de choses certes mais qu’est ce qui vaut la peine de vous être raconté ? Ah oui ! Je voulais me rendre à une conférence qui avait l’air fort intéressante qui avait pour sujet l’influence du manga sur nos BD franco-belge, mais quand je suis arrivée sur les lieux indiqués sur le programme il n’y avait qu’une interview d’une auteur espagnole. Du coup, frustrée je suis allé rejoindre Bidib sur le pôle sncf polar (et oui même sncf participe au festival d’Angoulême !! )  où j’ai pu voir l’auteur de Wet Moon, Atsushi Kaneko.  Quand j’avais tenté de lire ce manga, bha je n’avais pas réussi… J’avais pas du tout accroché et j’avais abandonné ma lecture. Mais là, cette mini conférence m’a donné envie de réessayer. Je vous dirais si cette fois j’arrive à le lire jusqu’au bout 😉

Bon et sinon on a ramené une belle pile de BD, une jolie collection de cartes postales et un petit assortiment de pin’s chouettes comme tout :3

Et même Mimiko a eu le droit à sa BD dédicacée, par la scénariste et par le dessinateur ! Elle était toute fière d’en faire la « présentation » à ses camarades à l’école !