Archives du mot-clé SAO

SAO – Alicization beginning (tome 5)

Me revoilà avec du light-novel ! J’espérais avoir le temps de présenter ce roman pour le mois japonais mais j’ai une petite semaine de retard ^^’ moi et ma lenteur de lecture T_T Allez, c’est pas grave, comme on dit : « mieux vaut tard que jamais 😉

Aujourd’hui je vous présente un nouveau tome de la séries Sword Art Online, publié chez Ofelbe. Une de leur première licences, publié en gros volumes regroupant chacun 2 tomes japonais. Nous vous avons déjà présenté le premier tome 1 ici et ici.

Résultat de recherche d'images pour "sword art online roman"Pour ceux qui auraient la flemme de lire ces 2 article je plate vite fait le décor de la série : dans le premier tome de nombreux joueurs se retrouvent pris au piège dans un jeu vidéo, une nouvelle technologie de réalité virtuelle étonnamment réaliste où le joueur est littéralement plongé, laissant son corps inerte dans son lit. Alors que de nombreux joueur se jettent sur cette nouveauté, un cauchemar les attend ! Le créateur du jeu vient de le piéger. Il ne pourront se déconnecter qu’une fois la partie terminée. Il y a alors ceux qui paniquent, ceux qui s’organisent, ceux qui perdent toute notion de réalité n’hésitant pas à tuer leur camarades pour qui la mort virtuelle signifie aussi mort réelle. Au milieu de tout cela, Kirito, l’épéiste noir, beau et ténébreux, quoi que plutôt gringalet, solitaire et joueur vétéran particulièrement doué, qui a tout du stéréotype du personnage shonen. Mais l’écriture de Reki Kawahara est plaisante et dynamique, on lui pardonne très vite l’excès de stéréotype dans la construction de ses personnages.

J’avais trouvé la lecture de la première partie du tome 1 très agréable et pas prise de tête. En revanche, une fois l’aventure conclue je n’éprouvais aucun besoin de prolonger la lecture, ni de retrouver l’univers et les personnages de SAO. La deuxième partie du premier tome comporte d’ailleurs des incohérences avec la première et je m’en lassais assez vite.

Intrigée par cette inégalité entre la première et la seconde partie du premier volumes, j’ai voulu retenter l’expérience avec le tome 5 qui débute un nouvel arc (comprendre une nouvelle aventure avec un nouvel univers pour le même héro).

Mais alors qu’en est-il des tomes 2 à 4 ? Ben… je ne les ai pas lu ^^’

Résultat de recherche d'images pour "sword art online roman tome 5"

L’avantage avec ce genre de roman, c’est que les light-novel sont pré-publié sous forme de feuilleton dans des magazine (voir sur des site internet) ce qui fait que les auteurs écrivent de façon a rester compréhensibles par celui qui découvre la série déjà en cour de publication. Si la lecture de toute la série ouvre des portes de compréhension supplémentaires (on connait bien tout les personnages et les clins d’œils aux épisodes précédents sont nombreux) le fait d’avoir loupé un pan de la vie de Kirito ne nous empêche pas de suivre cette nouvelle aventure.

L’auteur nous fait même des petits rappel pour que l’on puisse si retrouver, quand les personnages apparaissent, une breve présentation permet de les resituer ou de comprendre dans quel contexte le héro les a rencontré. J’ai donc compris qu’après avoir réussi à sortir du premier piège, Kirito a continué à explorer d’autres univers visuels dans lesquels ils a encore vécu de dangereuses aventure, déjoué de machiavéliques machinations et rencontré d’autres joueurs. Cela suffit pour commencer ce nouvel arc.

Avec Alicization Beginning, la réalité virtuelle va encore plus loin et devient plus vraie que réalité. Ce n’est plus un univers numérique dans lequel la conscience du joueur est projeté, mais une véritable réalité alternative dans laquelle l’âme du joueur évolue. L’âme ? Oui, une très complexe explication pseudo-scientifique nous est donné pour nous expliquer comment l’âme d’une personne peut être envoyé dans cet univers. Je ne suis pas sûre d’avoir bien suivi toutes les explications mais j’ai trouvé ça très intéressant comme passage car il pousse à se poser des questions sur ce qu’est la réalité. Ne vous êtes-vous jamais demandé si votre vie n’était en fait que le rêve de quelqu’un d’autre ? Gamine je m’imaginais souvent n’être que la fiction crée par un autre. J’aimais m’effrayent en me disant que tout ce qui pour moi était réel n’était finalement qu’une illusion. Avec Alicization beginning on est en plein dans ce délire.

Kirito se retrouve piégé (encore une fois, il a vraiment pas de bol) dans l’Underworld, mais il est le seul a être conscient qu’il s’agit d’une réalité virtuelle crée par une obscure entreprise de la réalité. Pour les gens qu’il y croise, l’Underworld est la réalité. Une situation finalement très différence de celle du premier tome où tous les joueurs savent qu’ils sont dans un univers virtuel et où les pnj (personnages non joueur) sont limité et se distinguent des vrais humains.

Dans l’Underworld tous semblent posséder une âme humaine. En cela je trouve que ce nouvel univers de SAO se rapproche d’avantage de l’univers de Log Horizon.

Résultat de recherche d'images pour "sword art online alicization beginning"
illustration de Abec

Mais revenons un peu sur ce cinquième tome. Ce que j’ai particulièrement aimé c’est changement de points de vue qui s’alternent d’un chapitre à l’autre. Deux univers évoluent parallèlement : la réalité et l’Underworld. Mais aussi le focus du narrateur, parfois Kirito s’exprime à la première personne, parfois c’est un narrateur extérieur mais qui se place du point de vue de tel ou tel autre personnages, nous faisant découvrir les choses tel qu’il les voie, nous faisant entendre leur voix intérieur. Ce va-et-vient d’un univers à l’autres, d’un point de vue à un autre offre une bonne dynamique, un rythme de lecture particulier et plaisant. Ce qui est assez extraordinaire c’est que les ambiances entre réalité et monde virtuelles sont vraiment différente, dans le premier cas on est dans un univers proche du notre mais futuriste, dans le deuxième c’est plutôt une ambiance héroïc-fantasy aux costumes moyenâgeux. Et les deux fonctionnent bien. Passer de l’un à l’autre donne aussi un peu de fraîcheur. Quand le décor moyenâgeux commence à vous ennuyer vous êtes propulsé en 2026. Et dès que les explications pseudo-scientifiques commencent à vous ennuyer vous voilà de retour au pays des dragons, trolls et autres féeries. On oscille vraiment entre sf et héroïc-fantasy.

Résultat de recherche d'images pour "sword art online alicization beginning"
illustration de abec

Les personnages restent assez stéréotypé mais ont peut-être gagné en maturité par rapport au premier tome, cela se ressent moins. Sauf peut-être dans leur sexualisation. J’entend par là la façon dont sont traité les personnages féminins et masculins, répondant à des critères plutôt archaïques. Des petites phrases tel que « Tizée et Léonie laissèrent échapper des petits cris d’excitation, typiques chez les adolescentes de leur âge » se glissent ici et là, hérissant tous mes poils. Je les entends pousser des « kyaa! » typiques certes, mais non des adolescentes de cet âge, mais plutôt de l’image que les manga/anime japonais donnent des adolescentes de cet âge. J’ai jamais poussé des petit cris typiques pour une tartelette, perso. L’ensemble est vraiment très type anime, même sans l’aide des illustrations qui accompagnent le texte il serait impossible d’imaginer les personnages du roman comme de vraies personnes, on les visualise tel que des héros de dessin animé. Ce qui doit d’ailleurs faciliter l’adaptation en manga et en amine de la série.

manga, publié chez Ototo

Dans l’ensemble j’ai apprécié cette lecture, il y a plein de rebondissements, de nombreux personnages. Comme j’ai dis plus haut, j’ai apprécié le changement de décor et de point de vue permanent. C’est agréable et léger, avec une pointe de réflexion non désagréable (même si le chapitre avec les explications mériterais peut-être d’être un peu raccourcis). Une bonne lecture détente qui m’implique pas forcement d’avoir lu le reste de la série, tout en apportant aux fans de l’univers de nombreux clins d’œils.

Si cette redondance due la à la sérialisation permet de raccrocher au récit en cours de route, il a tout de même un désavantage au cours de la lecture d’un seul et même tome. Par exemple, ici, on nous explique l’origine de l’épée de Kirito à chaque fois qu’elle apparaît dans le récit, or nous avons lu le chapitre où il se procure cette épée puisque elle est dans ce même tome, inutile de nous le rappeler toutes les 50 pages. Une redondance qui en font un gros volume dont je pense une bonne centaines de pages pourrait être supprimé afin d’alléger l’ensemble. Ceci dit, l’écritures  de Reki Kawahara est suffisamment dynamique pour que cela ne soit pas trop encombrant comme répétitions.

Envie d’embarque dans ce nouvel univers virtuel ?

Sword Art Onlin – Alicization beginning

tome 5

auteur : Reki Kawhara

illustrations : abec

Ofelbe

fiche sur le site de l’éditeur

lire un extrait


Merci aux éditions Ofelbe pour cette lecture


Pour finir je partage ce fan-art que je trouve trop mignon

くすぐり攻撃/トフ
SAO fan-art de トフ
Share

Sword Art Online vs Log Horizon

Parmi les 3 premières licences des éditions Ofelbe, 2 explorent un même univers, celui du MMORPG. Nous nous sommes partagées la lecture. Yomu-chan a prix Sword Art Online (qu’on appellera ici par son petit nom SAO) dont elle connaissait vaguement la version animée, moi j’ai pris Log Horizon (LH pour les intimes) et sa jolie couverture verte. En nous faisant l’une à l’autre un résumé rapide des bouquins que nous avions lu, nous avons eu l’impression que c’était un peu la même chose. Faut dire que les pitchs de départ se ressemblent beaucoup. Que se soit dans SAO ou dans Log Horizon, les personnages sont pris au piège dans un jeu en ligne, le fameux MMO.

couverture du premier tome de SAO chez Ofelbe

Un peu de vocabulaire pour se comprendre :

Bon je commence par faire un petit aparté sur le MMO. Parce que il y en a peut-être parmi vous qui n’ont jamais entendu parler de ce truc, ou qui n’ont que vaguement écouté les explications passionnées d’un petit frère (mea culpa !). Du coup je me dois de prendre 2 minutes pour expliquer (enfin…. m’expliquer à moi-même avant tout) ce que c’est exactement les MMO parce que bon, que ce soit dans SAO ou dans LH, les sigles barbares fusent dans tout les sens et moi j’y comprends rien.

Le sigle MMORPG vient de l’anglais massively multiplayer online role-playing game autrement dit jeu de rôle en ligne massivement multijoueur. Ah… tout devient plus clair… heu… non, pas vraiment. Recommence ! 

Alors, j’ai lu les explications de wikipédia avec la même attention précédemment attribué aux explications fraternelles, ce que j’en retiens (qui parait évident dès la lectures des premiers chapitres des romans suscités) c’est qu’il s’agit de jeu en ligne où plusieurs centaines de millier de joueurs se connectent simultanément et interagissent à la fois avec le système et entre eux. Chaque joueur se crée un avatar qui va vivre plusieurs aventures/quêtes en vue d’évoluer, gagner des niveaux de compétence. Dans ce type de jeu la communication entre joueurs joue un rôle très important et de nombreux joueurs créent des communauté virtuelles : les guildes.

Les MMO proposent le plus souvent des univers médiévaux-fantastiques ou sf.

Les XP font les points d’expérience que le joueur accumule en accomplissant les quêtes donné par des PNJ ou en tuant des monstres. Les PNJ sont des personnages non joueurs (autrement dit ils font parti du programme du jeu). Autre sigle barbare utilisé dans les romans : le PKplayer killer, c’est un joueur qui s’amuse à tuer les avatars des autres joueurs (des gens sympa quoi).

Voilà en gros. C’est suffisant pour comprendre dans quel univers évoluent les deux romans que je vais ici comparer.

couverture du premier tome de Log Horizon chez Ofelbe

Piégé dans un univers virtuel :

Un jeu qui devient plus vrai que nature, voilà le commencement de ces deux aventures épiques modernes. Pourtant dès le départ les deux romans proposent des univers très différents. Les héros des deux sagas se retrouvent piégés dans des jeux de rôle en ligne avec de nombreux autres joueurs, mais la façon dont le piège se met en place est très différente.

Dans SAO l’aspect technique est longuement expliqué, donnant un aspect presque vraisemblablement au commencement. J’ai même été étonnée du foisonnement de détails techniques. On sent que l’auteur cherche à donner le plus de réalisme possible. Les joueurs ont été piégé après s’être branchés sur une nouvelle sorte de console de réalité virtuelle qui détourne les ondes cérébrales pour faire mouvoir l’avatar dans un décor 3D, alors que le corps reste allongé sur le lit, inerte. Pour se connecter au jeu on enfile un casque qui recouvre entièrement le crane. Les échanges électriques entre le casque et le cerveaux permettent au joueur d’avoir des sensations très réelles, sentir des odeurs, des goûts, la chaleur, le froid, la fatigue…

Le créateur du jeu, un fou qui de toute évidence a pété un câble, a manipulé le jeu pour piéger les 10 000 joueurs connectés dès le lancement du MMO. Une fois entrés dans le jeu il leur est impossible de se débrancher, toute tentative extérieure pour leur enlever le casque mène à la mort. Les joueurs piégés n’ont qu’une solution pour pouvoir revenir dans le monde réel, finir le jeu et tuer le boss final en franchissant les 100 étages que composent la forteresse de Aincrad, le terrain de jeu de SAO.

SAO tome 1, illustration de abec

Et c’est précisément sur cet aspect que les deux romans différent le plus. Comme nous venons de voir, dans SAO les joueurs piégé savent dès le début de l’aventure comment ils sont arrivés dans le jeu, ce qui arrive à leur corps, et surtout comment sortir du jeu. Ils ont la solution, dès que le piège se referme sur eux. Tout ce qu’ils leur reste à faire c’est se battre, devenir plus fort et gagner le jeu (plus facile à dire qu’à faire !).

Dans Log Horizon c’est très différent. Dès le départ les joueurs sont dans l’incompréhension complète. Personne ne sait ce qui se passe, ni pourquoi, ni comment et encore moins comment sortir.

Alors que SAO utilise de nouvelles technologies pour créer un univers virtuel en 3D très réaliste, les héros de LH n’ont aucune idée de comment ils ont pu atterrir dans l’univers du jeu. Le transfert de la réalité à Elder Tale est bien différent de ce que propose Kawahara dans SAO. D’ailleurs, sont-ils vraiment dans le jeu ?

Dans LH les joueurs jouent en ligne de façon ordinaire, en utilisant un ordinateur connecté à internet. La plupart d’entre eux connaissent le jeu depuis un bon moment. Les guildes existent déjà, les personnages ont déjà acquis des points d’expérience et ont des niveaux enlevé au moment où leur réalité change. Les joueurs ne sont pas dans une réalité virtuelle mais dans une nouvelle réalité fortement inspirée du jeu en ligne. Bien que tout soit “vrai”, des vrais corps qui ont besoin de manger, dormir et se soigner, le monde est régit par les même règles que celle de Elder Tale, leur jeu. Leur propres corps ont changé pour former un étrange mélange entre véritable apparence et avatar.

Nous avons donc deux monde qui trouvent leur source dans le MMO, celui de SAO est un décor virtuel en 3D très sophistiqué à l’intérieur du quel est projeté la conscience du joueur. Celui de LH est une sorte de réalité parallèle dont on ne sait pas si elle est virtuelle ou réelle. Les deux univers ont en commun de fonctionner comme un jeu vidéo.

illustration du premier tome de Log Horizon – Kazuhiro Hara

Des combats pas très sportifs :

Comme nous venons de le voir, les mondes dans lesquels évoluent les personnages des deux sagas sont régis par les règles du MMO, les combats s’y déroulent donc comme dans le jeu : on doit préalablement choisir la technique de combat à appliquer dans un menu. Les dégâts infligés par les divers techniques dépendent du niveau d’expérience du joueur. Pour faire monter son niveau on doit faire des quêtes, tuer des monstres… Dans les 2 univers nos héros passent leur temps dans un menu virtuel qui s’affiche pour leur indiquer les techniques, les objets, le points de vie, communications avec les amis et je ne sais quoi d’autre caractéristique du fonctionnement d’un MMO. Une approche qui plaira aux adeptes de jeux qui s’identifierons très vite aux personnages et visualiserons rapidement les déroulement d’un combat. Pour moi qui n’ai jamais joué à ce genre de jeux, les combats dégagent une drôle d’ambiance. Je trouve que ça ne fait pas assez vrai et que ça manque d’adrénaline. Les joueurs m’affirmerons qu’en jouant l’adrénaline coule à flot, mais cela reste trop abstrait pour moi. Je visualise les combats à l’épée comme dans un film chanbara, non comme dans un jeu du coup il y a un petit décalage entre mon image mentale et les mots que je lis 🙂

Ça devient serieux XD #loghorizon #lightnovel #ofelbe

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

La mort vs l’immortalité :

Si les deux univers sont régis par les règles du jeu et par son fonctionnement (menu, techniques, niveau…) il y a une différence fondamentale entre les deux univers : la signification de la mort. SAO propose un univers purement virtuel pourtant la mort d’un avatar est définitive et entraîne la mort du corps resté dans la réalité. LH au contraire propose un univers qui semble plus réelle, où les corps ne semblent pas être de simples avatar numériques pourtant les joueurs ne connaissent pas la mort. Ou plutôt ils en connaissent plusieurs puisqu’ils sont instantanément ressuscités dans le temple de la ville la plus proche. Alors que les uns se battent pour ne pas mourir, les autres composent avec cette nouvelle immortalité. Dans un cas comme dans l’autre cela affecte profondément les personnalités des joueurs et entraîne certains d’entre eux à la dérive. Des PK se multiplient d’un côté comme de l’autre, même si cela n’implique pas la même gravité dans les deux cas.

scène de combat dans le tome 1 du manga SAO, dispo chez Ototo

Magie vs combat à l’épée

Autre différence, qui peut sembler anecdotique, mais qui aura son importance surtout dans le cas de LH, c’est la magie. Dans les MMO il existe divers type de personnages, ceux qui utilisent les armes et ceux qui utilisent la magie. Kawahara prends le parti d’éliminer toute magie de Aincrad, seules les techniques de maniement des diverses armes font la force des personnages de SAO, aucune magie ne peu leur venir en aide si ce n’est l’utilisation de potions de régénération et de cristaux permettant de se téléporter. Objets que chacun peut acheter ou trouver. Personne ne peut lancer de sort, ou utiliser des pouvoirs étranges.

Non seulement dans LH la magie existe toujours mais elle est même au centre de l’histoire puisque le héro, Shiroe, est un enchanteur. Il ne maîtrise pas de techniques armée. Sa force ne réside pas dans ses bras mais dans son cerveau. Certes il est d’un niveau élevé ce qui rend ses sortilèges puissant mais il n’en reste pas moins un joueur aux attaques faibles et à la défense fragile. Sa force c’est son sens de la stratégie. Alors que dans SAO c’est surtout le courage, voir la témérité, la technicité, la vitesse et la capacité de concertation en combat de Kirihito qui font le lui le héros. Shiroe de LH arrive à ses fins en élaborant de complexes stratagèmes et en déployant des stratégies réfléchies (ce qui ne l’empêche pas d’être aussi rapide et concentré lors des combats armés). L’un est en première ligne, l’autre reste légèrement en recul derrière ses compagnons pour les diriger et soutenir afin de garantir la victoire par une parfaite synchronisation. Attention ce n’est pas parce que Kirihito se démarque par son niveau d’épéiste que cela veut dire qu’il n’a rien dans le ciboulot, il possède également d’excellentes capacités d’observation et de déduction. Ben ouai, on est quand même dans un univers fantasy au premier degré, les héros y sont trop fort ! Dans SAO encore plus que dans LH, Kirihito n’est pas seulement fort et intelligent mais aussi beau et charismatique, le chevalier servant parfait, clichés et stéréotypes en veux-tu en voilà 😉 Shiroe il a au moins le mérite d’être un binoclard pas doué pour parler aux filles et… ah ! mais ça aussi c’est cliché et stéréotypé à mort XD Je vous l’ai dit, on est dans du premier degré : du stéréotype, du fan service et tout les ingrédients de la recette mainstream nippone qu’il faut.

Shiroe – tome 1 de Log Horizon

Stéréotypes et clichés, une recette qui fonctionne :

Et puisque on parle clichés, penchons nous sur la question deux minutes. Ce qui fait la réussite des deux titres ce n’est pas l’originalité de leur intrigue, encore moins l’originalité des personnages, c’est juste le talent de l’auteur à rendre son récit captivant et agréable, malgré l’utilisation de clichés et stéréotypes éprouvés.

J’avais déjà souligné l’aspect particulièrement caricatural des personnages de LH dans mon précédent article (on a le binoclard intelligent, le grand costaud marrant et un peu pervers, la jeunes filles menue mais impitoyable, la chaleureuse belle fille à forte poitrine, la sérieuse secrétaire à lunette… plus cliché tu meurs). SAO n’a rien à envier à son camarade ! Les personnages y sont tout aussi stéréotypés même si leur style est un peu différent. Je dirais que SAO cherche à séduire un public féminin par un fan service bien chiadé sur Kirihito qui en plus d’être beau et intelligent est charismatique, sensible, généreux, un peu ingénu… Bref c’est le héros d’anime parfait quoi. Un peu petit peut-être mais bon comme il est trop classe on lui pardonne facilement sa petite taille XD Les filles de SAO sont aussi toutes plus cliché les unes que les autres. Et là encore on sent les persos déjà vu dans je ne sais pas combien d’anime et de manga. Faut croire que la recette marche. Du coup on en abuse allègrement. Mais est-ce pour autant désagréable ?

Moi je n’ai pas été dérangé par l’excès de cliché parce que j’ai pris ces deux light novel pour ce qu’ils sont : un simple divertissement, pas de la littérature. Et de ce point de vue  Mamare Toumo (LH) et Reki Kawahara (SAO) se débrouillent très bien. Ils savent construire leur univers et nous distraire le temps de la lecture.

Le commencement vs la fin :

Autre différence importante : la temporalité du récit. L’un commence par le commencement. Le premier chapitre de LH nous jete dans le vif de l’action mais très vite nous revenons au début et tout nous est expliqué dès le commencement. On voit comment ce nouvel univers et les joueurs s’organisent du choc initial à une sorte d’équilibre ouvrant enfin la voie à la recherche de réponses possibles. SAO au contraire place le récit deux ans après que le “jeu” aie commencé. Nous avons des explications quant à ce qui les a conduits ici, des flashbacks qui nous racontent le début et quelques épisodes intermédiaires mais l’aventure elle se déroule à la fin de la quête. On ne cherche pas des réponses, on cherche la solution finale.

Et alors ? Ben je trouve que cette distinction donne un aspect très différent aux deux quêtes, les héros n’ont pas le même but, n’ont pas la même expérience, le même recul, la même organisation, etc.

Sword Art Online vs Log Horizon, qui remporte la palme du meilleur light novel ?

Nous l’avons vu, ces deux titres partagent de nombreux points communs à commencer par leur thématique et le support qui sert de point de départ aux deux aventures : le MMORPG. Clichés et fan service garnissent les deux romans. Cependant la façon d’exploiter ces points communs diffère entre les deux auteurs tant dans leur style d’écriture (je n’en ai pas trop parlé ici, mais… je suis nulle en la matière, je ne pourrais pas expliquer grand chose) que dans l’aventure qu’ils racontent. Les héros font face à des problématiques différentes, ces univers dans lesquels ils ont été projetés malgré eux sont régis pas des différences fondamentales comme la vie et l’immortalité. Préférer l’un à l’autre dépendra surtout, je pense, de la sensibilité du lecteur et de l’aventure qui rentre le plus en résonance avec ses propres rêveries. Je l’ai dit, nous avons à faire à du divertissement, pas de la littérature. Il ne s’agit pas de savoir lequel est mieux écrit mais lequel nous amuse le plus.

De ce point de vue là moi j’ai une préférence pour Log Horizon, le monde fantasy avec magie et quêtes épiques qu’il propose me correspond plus que le MMO sophistiqué proposé par SAO. J’ai surtout apprécié la seconde partie du livre qui après une longue introduction nous lance dans la conquête de ce nouveau monde. En revanche j’ai trouvé la première partie de SAO bien plus fluide et vivante. On est très vite pris par l’intrigue et j’étais surprise de lire sans pouvoir m’arrêter alors que cet univers est moins familier pour moi. SAO a un meilleur rythme. Et la première partie est très plaisante à lire. J’y ai trouvé plein de rebondissement intéressants et de surprises. C’est très bien mené. En revanche je trouve que cette partie se suffit à elle-même. Je le conseillerais volontiers à tous les lecteurs désireux de plonger le temps d’une lecture dans un univers fantastique riche en émotions, combats, romance et surprises. Mais je ne ressens aucune envie de lire la suite. Ce premier récit m’a comblé.

A contrario la fin de Log Horizon ma donné envie de lire la suite. Tandis que sa première partie est un peu longue et redondante.

Voilà, il ne vous reste plus qu’à lire les deux pour les départager 🙂 Et venez me donner votre avis sur la question 😉

Merci aux éditions Ofelbe pour m’avoir fait découvrir ces deux romans


Le petit plus :

Encore un mot avant de vous quitter. Puisque on parle divertissement sachez que ces deux licences sont déclinées en divers support. Je me suis uniquement intéressé à leur version en roman (soit l’originale) mais on peut aussi en profiter en manga et/ou en anime et SAO est même disponible en jeu vidéo (logique !)

Le light novel SAO se décline au Japon et 15 tomes. Les éditions Ofelbe proposent une version française en volume double. Le troisième tome sort aujourd’hui même. La série sera complète en 6 volumes.

Retrouvez SAO sur le site de l’éditeur, vous pouvez également lire un extrait du premier tome.

La licence se décline aussi en manga. Les différents arcs du roman sont adapté dans différentes séries manga. 4 sont disponibles aux éditions Ototo : Arc Aincrad (terminé en 2 tomes), Arc Fairy Dance (terminé en 3 tomes), Arc Phantome Bullet (en cours, 1 tome dispo), Progressive (en cours, 3 tomes dispo). Chaque Arc est dessiné par un mangaka  différent.

 

Si vous préféré, vous pouvez aussi regarder l’anime, elle aussi est licencié en France chez  Wakanim

Log Horizon n’est pas en reste côté média-mix. Le light novel qui au Japon est toujours en cours et compte 9 tomes et proposé en français par les éditions Ofelbe en double volume (le second est prévu pour le mois de mai).

Retrouvez le sur le site de l’éditeur, ici un extrait du premier tome

Tout comme la précédente, cette licence se décline aussi en manga et en anime.

Le premier tome du manga Log Horizon est disponible chez Kana, la série ne compte qu’un seul tome pour le moment, même au Japon. Un spin off en manga, Log Horizon – La brigade du vent de l’Ouest est également en cours chez Kana (3 tomes dispo).

 

L’anime quand à elle est licencié chez adn

Cette fois c’est fini. sore jaa mata !

Share

Sword Art Online ~ by Yomu-chan

Une belle surprise. Je ne m’attendais pas à apprécier autant… m’enfin prenons les choses dans l’ordre. D’abord, un petit descriptif de ce light novel qu’est SAO (comprenez Sword Art Online) :

Il s’agit d’un livre écrit par Reki Kawahara et illustré par Abec.

Dans un futur pas très lointain l’industrie du jeu vidéo à tout fait péter pour un tout nouveau type de jeu en ligne. En effet à l’aide d’un super système les joueurs se retrouvent totalement plongés dans le jeu, ils peuvent s’y mouvoir, y ressentir des sensations physiques tel que la faim ou la fatigue, ils peuvent toucher, sentir et voir. C’est tout naturellement que ce système révolutionnaire attire énormément de monde le jour de sa mise en route. Seulement voilà, les milliers de personnes qui s’y sont connectés ne pourront plus en ressortir, le créateur fou de SAO à piégé tout les joueurs dans ce monde virtuel, le seul moyen d’en sortir c’est de mourir. Mais voilà, un game over dans SAO et c’est la vraie mort qui vous attend. Ah mais il y a peut-être de l’espoir, si le jeu est fini tout le monde pourra rentrer dans le monde réel. C’est alors que commence une quête militaire afin de terrasser un à un les boss des 100 étages de l’Aincard, cette forteresse où sont prisonniers les joueurs.

Le premiers livre proposé par les éditions Ofelbe est en fait un double tome. Dans la première partie on découvre l’univers et on fait la rencontre de nos personnages principaux : Kirito, le joueur solo et la belle Asuna, sous-chef de la guilde la plus puissante du jeu. On les suit dans leur quête à travers les étages pour zigouiller les boss et sortir du jeu. Puis, la seconde partie (beaucoup moins alléchante) revient en arrière et on y suit plusieurs histoires courtes mettant en scène Kirito et à chaque fois un nouveau personnage féminin.

Alors du coup, moi j’en ai pensé quoi ? Et bien comme je le disais plus haut j’ai été agréablement surprise. D’abord parce que, même si le scénario de base me semblait sympa, j’avais peur d’avoir à faire à de la littérature médiocre et peu soignée. Mais au fait SAO s’est révélé plutôt cohérent (en effet le seul faux raccord qui m’ai marqué c’est quand dans l’un des tout premiers chapitres Kirito se fait interpeller par une fille et qu’il nous dis « Il n’y a pas beaucoup de joueuses qui connaissent mon prénom, en fait il n’y en a qu’une seule, et c’est Asuna » et que dans la deuxième partie Kirito à pleeiinnn de copines, bref passons). Le scénario tient bien la route et c’est donc agréable de se perdre dans cet univers virtuel que l’on sent bien travaillé. Et puis l’autre bonne surprise c’est que finalement les personnages se sont révélés attachants ! Et ça je ne m’y attendais pas, je pensais plutôt avoir à faire des héros lambda de shonen cons comme leurs pieds, mais (même si ils ne sont pas spécialement originaux) ils ont ce petit plus de personnalité qui me les a rendu agréables.

Enfin, c’est du moins le sentiment qu’il me reste à la fin de la première partie. La deuxième, bien qu’elle nous permettent de plonger plus profondément dans le monde de SAO, je l’ai trouvé (à regret) tellement plus naïve. Déjà la présence de toutes ces minettes fascinées par Kirito devient très vite agaçante. Même si l’auteur se démène pour offrir une palette de sentiments divers, ça devient lassant. Mais bon si certaines des histoires m’ont laissée de marbre voir m’ont fait tiquer, la plupart m’ont permis d’en apprendre plus et sur SAO et sur Kirito et ça c’est agréable.

Autre petit bémol qui viendra s’ajouter à ma critique, c’est le choix des illustrations. Oui car pour ceux qui ne le saurait pas le light novel, qui est donc un type de roman japonais destiné à un public d’ados et de jeunes adultes, doit être illustré. Moi qui me faisait une joie de découvrir ce nouveau type d’objet,  là c’est très décevant, voir totalement inutile en fait. Je me retrouve avec un livre sympa agrémenté de quelques illustrations de piètre qualités qui ressemble trait pour trait à ceux que l’on voit dans le manga et l’anime. Enfin je devrait plutôt dire que le manga et l’anime ressemble trait pour trait aux dessins d’Abec. Car ce sont les illustrations du roman qui ont inspiré les deux adaptation suivantes. J’aurais voulu découvrir un autre graphisme. Le fait que l’oeuvre soit sortie sous plein de formes différentes aurait dû permettre une certaine diversité, au lieu de quoi on voit la même chose sous tout les angles. Et puis, je suis déçue parce qu’elles sont en noir et blanc (mauvaise langue que je suis, au débuts et à la fin on en a une série en couleurs). De plus, même si le dessin en lui-même n’est pas hideux (non, il est même sympa bien que très impersonnel, je trouve) il ne s’accorde, à mon sens, PAS DU TOUT avec l’histoire. Cet aspect un peu KAWAIIII détonne carrément avec le côté un peu mature que l’auteur avez réussit à donner à son histoire. Donc, c’est ici, très décevant. J’aurais voulu un dessin, en couleur et pas pixelisé en noir et blanc, avec plus de caractère et puis simplement différent de celui que l’on trouve dans le manga et dans l’anime, afin de pouvoir voir différentes choses. Et en plus (oui j’en rajoute une couche XD ) si je peux me permettre je trouve les quelques illustrations n’étaient pas très bien choisie, pas très bien placées…

Mais assez dit du mal de Sword Art Online, parce que finalement j’ai beaucoup aimé, et j’ai hâte de pouvoir lire la suite des aventures de Kirito !!

Merci aux éditions Ofelbe qui nous ont fait le plaisir de soumettre leur light-novel à notre jugement. Très bientôt un article sur Spice & Wolf !

Share