manga - BD - comics

Petit panier Manga #39 (sorciers et sorcières)

Coucou, je reviens enfin avec un panier de manga. Moi qui voulais parler manga tous les 15 jours… je suis loin du compte. Déjà j’ai lu bien moins de manga que prévu, et en plus je n’ai pas partagé mes avis lecture manga sur le blog depuis un moment. Il était temps de faire un point rapide sur quelques-unes de mes dernières lectures. Pour ce premier panier de rattrapage, j’ai choisi deux titres en relation avec la sorcellerie.

L’atelier des sorciers

Couverture L'Atelier des Sorciers, tome 01

de Kamome Shirahama (Pika, 2018)

Ce manga a fait beaucoup de buzz à sa sortie. L’éditeur a fait une grosse campagne publicitaire avec je sais pas combien de versions de ce manga, collector, pas collecteur, il y a même une version 48h de la BD. Et tous les mangaphile en ont parlé. Du coup… j’ai boudé le titre par pur esprit de contradiction. En réalité quand un titre fait trop parler de lui, j’évite toujours de me jeter dessus parce que j’ai peur d’être déçue.

J’ai donc ignoré ce titre à sa sortie et pendant un long moment. Puis un jour je suis tombé par hasard sur le premier tome d’occasion, je n’ai pas résisté à la tentation de l’achat, mais encore une fois, le manga s’est retrouvé à prendre la poussière. Puis un jour j’ai décidé de la sortir, comme ça, par curiosité et BAM ! Le coup de coeur. Finalement, la réputation de ce manga n’était pas du tout usurpée. J’ai adoré. Le dessin est magnifique, l’histoire m’a tenue de bout en bout, et la magie, que dire de la magie ! Un vrai univers avec une magie travaillé et super bien expliqué. J’adore. J’avais carrément envie de prendre des notes tellement j’ai trouvé ça intéressant du point de vue ésotérique !

Coco, une gamine vive et curieuse a toujours été fascinée par la magie, mais ce domaine est réservé au sorcier. Si elle en rêve, devenir sorcière n’est pas à sa portée, du moins c’est ce qu’elle croie. Jusqu’au jour où elle décide de dessiner un cercle magique et qu’elle ne provoque une catastrophe. Un sorcier qui passait par là décide alors d’en faire sa disciple. Coco va intégrer un atelier de sorciers et elle va devoir trouver sa place parmi les autres apprentis.

L'Atelier des Sorciers, une belle aventure à dévorer d'urgence - Bubble BD, Comics et Mangas

Ce premier tome m’a conquise. Le dessin est superbe. Il m’a fait penser à Bride stories par le souci du détail. L’univers est aussi très riche et bien travaillé. La magie y est traitée d’une façon que je trouve très intéressante et cela mène à des oppositions parmi les pratiquants qui annoncent une intrigue très intéressante. En effet les sorciers, seuls capable de pratiquer la magie, entretiennent tout un mystère autour de la magie, or une section dissidente veut apparemment répandre la magie chez les non-initiés, le problème c’est que cela peut se révéler très dangereux, notre héroïne en fera d’ailleurs les frais.

J’ai adoré le concept d’une magie basée sur le dessin qui sert à invoquer les divers pouvoirs. C’est vraiment bien fait.

Bref, j’ai très envie de lire la suite ! ça tombe bien, je viens de m’acheter le tome 2.

Si vous aimez la magie, et des illustrations chiadées, ce manga est pour vous.

sur le site des éditions Pika

→ sur Amazon ou chez votre libraire préféré

→ à lire aussi les avis de Tachan et Les voyages de Ly

avec cette lecture je participe au challenge le tour du monde en 80 livres, le challenge Contes & Légendes et objectif PAL

Liselotte et la forêt des sorcières

Couverture Liselotte et la forêt des sorcières, tome 1

de Natsuki Takaya (Delcourt, 2014)

On change d’ambiance (et de niveau) avec ce manga que j’ai découvert à la bibliothèque. Le nom de l’autrice (enfin le macaron indiquant que c’est l’autrice de Fruits Basket plutôt, parce que je ne retiens jamais les noms) et le mot “sorcières” m’ont donné envie de découvrir de ce manga.

Si j’ai passé un bon moment, ce tome n’était pas à la hauteur de mes espérances. J’aime beaucoup Fruits Basket, du coup, j’attendais beaucoup de l’autrice. Ce premier tome m’a moyennement convaincue.

On y découvre une jeune femme (adolescente ?) de bonne famille qui vient de s’installer avec deux très jeunes domestiques (ils ne doivent pas avoir plus de 10 ans) dans une vieille maison de campagne. La jeune femme se met au travail de la terre, elle souhaite implanter un potager pour subvenir à ses besoins. Mais cette attitude (que moi je trouve hyper positive, genre je me sors les doigts du c*** et j’essaye de m’en sortir) met son jeune majordome dans une colère noire. Il en fait presque des crises d’hystérie, le môme.  Ben oui, une femme de bonne famille, même devenue désargenté, ne doit rien faire de ses dix doigts, pourquoi ne veut-elle pas rester tranquille à s’ennuyer ? on se le demande ? Bon, vous l’aurez compris, cette réaction du majordome m’a agacé. Alors que Lisolette fait preuve de résilience et d’une belle volonté de se reconstruire une vie à elle (on sait qu’il s’est passé un truc, mais on ne sait pas trop quoi, on en apprendra un peu plus par bribes au fur et à mesure du récit) le majordome a des réactions excessives, puériles et stupides. Bon, en même temps c’est un gosse, du coup on lui pardonne. Son attachement à sa maîtresse est tout de même touchant.

Nous en sommes donc là avec cette jeune femme qui reconstruit sa vie loin de la richesse qu’elle a jadis connu quand soudain Liselotte fait des rencontres inattendues. La première est une sorcière malveillante qui cherche à l’ensorceler (elle a un petit air de ressemblance avec la sorcière de Blanche Neige avec ses pommes ensorcelée). Là un jeune homme qui ressemble de façon troublante à son ami d’enfance intervient et la sauve. Le jeune homme s’installe chez elle, de peu suivi par un étrange petit garçon-chat, familier d’une sorcière, qui est là pour on ne sait pas quelle raison et qui apporte au récit une touche d’humour supplémentaire.

Dans l’ensemble les personnages sont sympas, j’ai aimé Liselotte et son côté faussement naïfs. Elle est pleine de bonnes intentions, et veut se battre pour s’adapter à sa nouvelle vie. J’ai aimé les liens qu’elle entretient avec les deux enfants à son service. Et le petit familier est très drôle, trop mignon. Mais pour le reste ce premier tome ne sort pas du lot. L’intrigue est plutôt attendue, il n’y a ici rien de bien original, mais ce qui m’a un peu déçu ce n’est pas tant le manque d’originalité, mais le fait que le récit soit mal équilibré. Le mystère est assez mal géré, on nous en dit trop ou pas assez, les informations tombent un peu comme ça au fil des flash-back. Mais il n’y a pas de tension.

Liselotte : le retour de Natsuki Takaya -

Néanmoins les dernières pages ont quand même titillé ma curiosité et j’ai envie d’en savoir plus sur Liselotte. J’espère que les tomes suivants seront mieux équilibrés.

En revanche j’ai appris, après avoir lu ce premier tome, que l’autrice n’a jamais écrit la suite de ce manga dont seulement 5 tomes sont disponibles. En pause depuis 2011, je crains que nous n’aillions jamais la fin.

sur le site des éditions Delcourt

→ sur Amazon ou chez votre libraire préféré

→ à lire aussi l’avis de Tachan

avec cette lecture je participe au challenge le tour du monde en 80 livres et le challenge Contes & Légendes

 

Share

Commentaires

14 juillet 2022 à 00:23

Je suis en train de lire une série en 6 tomes, “l’imprimerie des sorcières”, c’est un manga qui te plairait peut-être…



19 juillet 2022 à 21:16

Tu ne pouvais me faire plus plaisir en lisant ces deux titres 😀
Certes Liselotte est inabouti et brouillon au début mais quelle douceur et L’Atelier des sorciers, c’est si beau *0*
Bonne découverte de la suite !



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.