Archives mensuelles : décembre 2014

Mangaka #1 : Ono Natsume/Basso

Cela fait un petit moment que je songeais à écrire quelques billets pour présenter mes mangaka préférés. Pas question de faire des biographies poussées, je suis pas douée pour ça et en plus j’y connais rien. Mais j’ai envie de parler de mes auteurs préférés et de faire un peu le tour de leur bibliographie. Alors, pour commencer quoi de mieux que Ono Natsume, ma mangaka préférées 😀

Elle est née en 1977. Elle travaille comme employée de bureau avant de se lancer comme mangaka en 2003 avec un web comic : La Quinta camera. Parallèlement à ses seinen, elle publie également des yaoi sous un autre nom de plume :  Basso. Je m’interroge sur l’intérêt de changer de nom quand on a un dessin aussi typé et immédiatement reconnaissable que le sien. O_o

En France elle est publié chez Kana, mais ces titre semblent n’attirer que peu de lecteurs ce qui réduit nos chances de voir ses derniers manga publié chez nous à l’ordre du rêve. T_T Quant à ses yaoi, aucun n’a été publié dans la langue de Molière. Aurons-nous la chance d’en voir un un jour ? J’espère 🙂 (mais j’y crois pas trop)

Je suis tombée en amour pour Ono Natsume et son alter-égo Basso. Il n’y a pas d’autres mots pour expliquer ce que je ressent. Je pourrais argumenter sur l’originalité de son trait ou encore sa façon de raconter des histoires, mais la vérité est qu’elle m’a touché et que maintenant je suis complètement éprise de son travail. Bien sûr qu’il y a de très bonne raison à ce que son travail m’aie touché, ce que je veux dire par là c’est que mon admiration pour Ono Natsume en tant que mangaka n’est pas de l’ordre du rationnel, c’est complètement affectif.

Gente

Le travail d’Ono Natsume est particulier et ne plait pas à tout le monde. Son dessin peu sembler au premier abord brouillons. Moi je l’aime beaucoup, je le trouve très original et plaisant. On peut distinguer 2 formes dans son travail, une très stylisée, celle qu’elle utilise dans Not simple ou Quinta camera. Les dessins de ses yaoi et de ses série telle que Gente et Goyô sont plus travaillés, plus réalistes. Si personnellement je préfère le dessin de Goyô à celui de Not Simple, ce dernier est également très efficace.

Quinta camera

Mais le dessin n’est pas la seule originalité d’Ono Natsume. Sa façon de raconter des histoires est aussi particulière. Ses manga ont un rythme très lent, ses personnages ont une nonchalence très particulière et passent plus de temps à réfléchir et à boire entre amis qu’à ce démener. Il ne se passe pas grand chose et même quand il se passé des choses, c’est raconté d’une façon très posée. “If we try to read her works quickly, we could get bored by her pace.” nous dit Khursten Santos dans son article. Et c’est tout à fait ça. Soit on rentre dans son rythme et on se prend au jeu. On devient le xème larron de la bande et on bois, mange et discute avec eux. Soit on s’ennuie à mourir. Moi je me sent chez moi avec ses personnages, je fait partie de la bande et je ne m’ennuie jamais.

à lire aussi :

Abonnez-vous au tableau Ono Natsume/Basso de Bidib sur Pinterest.

Bibliographie

Ses manga disponible en français

  

  

  

 


Autres manga en VO

Coppers

 

Danza

GB Park

Tesoro

 

Nigeru otoko

Tsuratsurawaraji – Bizen kumada-ke sankin Emaki

  

 

Acca 13-ku kansatsuka (en cours)

  

Futagashira

  


Les boys-love de Basso

  

 

Enfant de l’hiver

Je ne sais pas pourquoi, mais dès que j’ai vu ce vieux livre sur l’étalage de livres d’occasion j’ai eu une irrépréhensible envie de le lire. Et c’est ce que j’ai fait. Maintenant mon cœur est tiraillé entre révolte et empathie.

La préface de Han Suyin disait « Scintillante Etoile rouge a une qualité universelle qui le rend immédiatement accessible non seulement aux petits enfants chinois, mais à tous les enfants du monde. »

C’était une épopée universelle que je m’apprêtais à lire. Mais c’est un livre de propagande communiste qui m’a été offert. Je n’ai cessé de bondir à chaque phrase de propagande scandé. J’en étais horripilée !

Faire la révolution, c’est abattre les agresseurs japonais et autres impérialistes, abattre tous les Hu Hansan gros et petits et autres guomindaniens, propriétaires terriens et capitalistes compradores.

D’un bout à l’autre du livre on nous raconte à quel point les chien blanc (comprendre propriétaires terriens, riches commerçants et autres capitalistes) sont d’horribles créatures et combien l’Armée rouge et le peuple opprimé sont vertueux. Ce récit est tellement manichéen qu’il me donne la nausée. Les riches sont tous des ordures, les pauvres tous des saints !

Je n’ai eu cesse de me révolter contre cet aspect du livre pourtant je ne l’ai pas abandonné. Au delà de la propagande, Han Suyin disait vrai : « un vrai livre d’aventures ! ». Enfant de l’Hiver traverse de nombreuses épreuves et on souffre avec lui, on espère avec lui, on voyage avec lui. Malgré mon aversion pour la révolution communiste j’ai éprouvé de l’empathie pour Enfant de l’Hiver et les siens. J’ai eu envie de suivre ses aventures. Si la propagande avait été moins ostentatoire, ce serait un bon livre. Intéressant tout de même, témoignage d’une époque et d’une idéologie.

Lu dans le cadre du challenge :

Sous le sapin

Ah ! les fêtes de fin d’année… j’adore ça ! Il y a toujours des bouquins sous le sapin pour moi 😀

Cette année encore j’ai été gâtée :

Hana-bôro :

J’ai déjà lu ce manga que j’avais emprunté à la médiathèque. J’avais beaucoup aimé et je suis ravie de pouvoir l’ajouter à ma mangathèque et le relire. Ce manga se déguste comme des petits gâteaux à l’heure du thé 😀

Hana-bôro c’est un one-shot de Hisae Iwaoka regroupant des petites histoires, tranche-de-vie, tendre et nostalgiques. Le dessins tout en rondeur est très doux. Lire et relire ce manga est très apaisant.

J’ai déjà chroniqué ce manga, vous pouvez retrouver mon avis ici.

Un grand merci au Père Noël qui a déniché ça pour moi sans même que je lui en souffle un mot (enfin… je lui ai tout de même demandé de m’apporter des manga 😀 ).

A vos papilles :

Un manhwa culinaire ! Génial ! En plus je n’en avais aucun. Et moi j’adore les manga qui parlent de bouffe 😀

Avec A vos papilles je vais pouvoir explorer un peu l’univers gastronomique coréen, une cuisine que je ne connais pas du tout. J’espère pouvoir y puiser quelques idées à appliquer chez moi.

Ce titre vient rejoindre ma collection manga culinaires. J’ai bien envie de vous proposer une thématique cuisine en janvier ^^

A vos papilles est le spin-off de Geonbae, autre titre de Kim Young-bin et Hong Dong-kee consacré à l’alcool traditionnel coréen. Un autre titre que j’ai bien envie de découvrir 🙂

Je vous en dirais plus sur ce titre dès que je l’aurai fini. Pour le moment je le trouve très agréable. Merci Père Noël 🙂

Nouvelles histoire du Japon :

Mon précieux ! Depuis le temps que je rêvais d’avoir un bon livre sur l’histoire du Japon dans la bibliothèque personnelle, me voilà exaucée. Pour écrire ma lettre au Père Noël, j’ai pris conseil auprès de ma complice Tenger. Si je ne devait en posséder qu’un seul, lequel choisir ? C’est sans hésiter qu’elle ma conseillé Nouvelle histoire du Japon de Souyri. Et le Père Noël a eu la gentillesse de me l’offrir, merci 🙂

Maintenant je n’ai plus qu’à le lire ! J’ai déjà commencé le premier chapitre sur les Premiers Peuplements. C’est un livre qui va me prendre un certains temps. Mais comme cette fois je n’aurais pas à le rendre, je vais pouvoir en profiter à mon rythme 🙂 Et y retourner au besoin.

Hmmm. Je sens qu’il va y avoir des articles sur l’histoire du Japon en 2015 😀

http://mangapournous.centerblog.net

Et vous, est-ce que vous avez trouvé des bouquins sous votre sapin ?

concours anniversaire #2

A l’origine je n’avais prévu qu’un seul concours. Mais finalement le hasard à voulu qu’un manga que j’avais remis en circulation m’est revenu. Contrairement au manga que je vous ai proposé de gagner hier celui-ci ne m’a pas plu. Mais comme nous ne somme pas obligé de tous aimer les mêmes choses, ça ne vous empêche pas vous, lecteur de Ma petite Médiathèque d’avoir envie de le lire 🙂

Moi j’ai trouvé ça vraiment raté et j’ai expliqué pourquoi dans le petite panier de manga #12

Vous voulez quand même le lire ? Et bien je vous propose de le gagner. Les règles sont les mêmes que hier : aimer la page facebook de Ma petite Médiathèque et laisser ici un commentaire précisant votre participation et le pseudo facebook si différent. ça marche aussi avec mon profil twitter ou la page Google +. Enfin pour ceux qui ne fréquentent pas les réseaux sociaux il reste la possibilité de mentionner ce post dans votre blog ou forum et de partager ici le lien vers votre billet. Vous avez jusqu’au 8 janvier minuit.

Voilà, c’est à vous de jouer !

Concours anniversaire #1

C’est l’anniversaire de Ma petite Médiathèque ! Pour fêter ça vous allez m’envoyer plein de livres ! Hein ? Quoi ? C’est pas comme ça que ça marche ? Roooo

Bon, bon, ok. C’est moi qui vais vous faire un cadeau 🙂 Mais va falloir tirer au sort !

Avant de donner les modalités du concours, parlons du cadeau. Pour fêter ce 3ème anniversaire, je vous propose un one-shot d’Ono Natsume : Ristorante Paradiso.

Le style particulier d’Ono Natsume fait qu’elle n’a pas rencontré un vif succès dans nos contrée, pourtant elle figure parmi mes mangaka préférés, à la première place. J’aime son dessin, la nonchalance de ses personnages et l’ambiance qui se dégage de ces manga. Au Japon son travail est reconnu et deux de ses séries ont été adaptées en anime : Ristorante paradiso (et son spin-off) et Goyô.

Pour participer au concours c’est simple : aimer la page facebook de Ma petite Médiathèque et laisser ici un commentaire en précisant votre participation au concours et votre pseudo facebook si différent (on peut commenter sans participer, j’adore les commentaire 😉 ).

Vous n’avez pas facebook ? Vous pouvez me suivre sur Twitter, ça marche aussi 🙂

Vous n’avez pas twitter non plus ? Google + ? (La page de Ma petite Médiathèque est ici) Non plus ? Vous ne me rendez pas la tâche facile !

Bon pour ceux qui ne sont pas adepte des réseaux sociaux, il reste encore une chance : partagez ce concours sur votre blog ou forum préféré et l’aissez moi ici le lien vers votre petit mot.

A vous de jouer ! Vous avez jusqu’au 8 janvier minuit pour poster votre commentaire ^_^

Ono Natsume ne vous tente pas ? Revenez demain, je vous proposerais un autre councours 😉

Ma petite Médiathèque fête ses 3 ans !

Vous savez quel jour nous sommes ? Mais non ! Pas le réveillon de Noël. C’est l’anniversaire de Ma petite Médiathèque ! Je suis sûre que vous serez nombreux à commémorer cet anniversaire. Après tout il y a rien de mieux à faire un 24 décembre. Comment ça vous êtes déjà pris ?

Apparemment moi je n’avais rien de mieux à faire le 24 décembre 2011 puisque c’est précisément ce jour là que j’ai publié ma tout première chronique : un petit billet express sur un très joli album jeunesse : Sagesses et malices de Confucius.

Dès le départ le ton été donné ! Alors que j’avais crée le blog surtout pour parler anime, le premier billet été dédié à la littérature jeunesse. Celle-ci n’aura eu de cesse d’occuper une place importante dans ses pages, surtout depuis ma première participation au challenge « Je lis aussi des Albums » en 2013.

La littérature jeunesse aura pris une place que je ne soupçonnais pas  au départ, surtout les albums illustrés que j’affectionne tant ! Alors que les articles dédiés à la japanimation se font de plus en plus rares. Et pour cause ! Je n’ai plus vraiment le temps d’en regarder.

A la place, c’est le manga qui est devenu le maître des lieux. En 2011, quand j’ai crée ce blog, je regardais pas mal d’animes mais je commençais tout juste à m’intéresser au manga. Une fois tombée dans le chaudron, je n’en suis plus ressortie. J’ai commencé par m’attaque au rayon manga de la bibliothèque, puis aux albums d’occaz et là, je viens de passer un nouveau cap : m’intéresser aux nouveautés. Je suis sur la mauvaise pente ! Mauvaise pour mon portefeuille, mais bonne pour mon plaisir personnel et, je l’espère, pour l’espace manga de Ma petite Médiathèque 🙂

M’intéresser aux nouveautés ne m’empêche pas de fréquenter toujours les bibliothèques et de vous parler de ce que j’y découvre. J’adooore les bibliothèques 🙂

Le petit panier de manga, commencé avec quelques titres dénichés pour 3 francs  6 sous, est devenu un classique de Ma petite Médiathèque. Aujourd’hui on y trouve surtout mes avis sur les premiers tomes des séries longues. Et quelques lectures qui ne méritent pas un articles pour elles seules.

Les nouveaux rendez-vous de 2014 :

  • Images pour le plaisir des yeaux : des images rencontrées au hasard de mes vagabondages, du manga bien sûr, mais pas seulement. Tout ce qui m’interpelle, me plait ou me fait sourir et que j’ai envie de partager ici. C’est un peu un petit bout de m’on tumblr qui s’invite sur Ma petite Médiathèque.
  • Opening : petit rendez-vous assez irrégulier pour partager avec vous quelques uns de mes opening préférés ^^ à défaut de trouver le temps de parler animes, je regarde des opening 😀

Ce ne sont pas là les seules nouveautés de l’années. En 2014 j’ai eu le plaisir d’accueillir de nouveaux équipiers : Kitsune, Yomu-chan et Timboy, 14, 16 et 10 ans. Avec Mimiko (bientôt 7 ans) la jeunesse est décidément bien représentée. Ce sont leur propres avis qui viennent compléter les miens. J’aime l’idée de partager avec eux non seulement le plaisir de la lecture, mais aussi celui d’en parler. Leur participations sont sporadiques, au grès de leurs envies. La plus active étant Yomu-chan, déjà rompue à cet exercice puisqu’elle animait son propre blog il y a quelques temps.

  

Les challenges 2014 :

L’année 2014 aura été riche en challenges !

Les challenges aux quels j’ai participé :

  • Je lis aussi des albums : du 1er janvier au 31 décembre 2014 je devrais lire et chroniquer 20 albums jeunesse et… c’est fait ! 🙂
  • Roaarr challenge :  challenge permanent et rétroactif visant à promouvoir les BD primées.
  • Petit voyage en Extrême-Orient : j’ai jusqu’au 30 septembre 2015 pour lire et chroniquer 5 livres (niveau petit scarabée)  venu d’extrême-orient. Pourrais-je passé le niveau des baguettes (10 livres) avant le 30 septembre prochain ?
  • Le tours d’Europe en 28 livres : faire le tour de l’Union Européenne en 28 livres avant le 1er août 2016. A ce jour 2 destinations atteintes 🙂
  • Challenge 1% : avant le 31 juillet il faut lire et chroniquer 1% de la rentrée littéraires soit 6 livres. Tous les coup sont permis alors j’ai misé surtout sur le manga 😉 Comment ça vous n’êtes pas surpris ? J’ai aussi parlé de roman 😀

Les challenges que j’ai proposé :

Cette année j’ai aussi eu envie de proposer quelques challenges , en fait 2, mais on ne peut pas dire qu’il remportent un grand succès ^^’ à commencer par moi qui ne les ai pas beaucoup nourri en nouvelles lectures !

Mais si le cœur vous en dit, inscrivez-vous ! Il y a plein de place et en plus il n’y a pas de date limites 🙂

Un Peu de chiffres :

Vous voulez des stats ? Et ben, vous n’en aurais pas ! Avec mon truc de stat je ne peux pas remonter à plus de 90 jours alors… analyser l’années qui vient de s’écouler ça va être un peu difficile ^^

Je peux vous dire qu’on tourne autour de 40-50 visites par jour en moyenne. Environ un quart des visiteur sont fidèles et reviennent régulièrement. Vous êtes peu bavards mais il y a toujours quelques échanges sympa 🙂

Des projets pour 2015 :

J’ai quelques idées que j’aimerais mettre en place. J’y pense depuis un moment mais j’ai toujours pas pris le temps de me lancer, du coup j’ai mis ça dans la liste des bonnes résolution pour 2015 ^^

  • Ma revue de presse : un rendez-vous mensuel pour vous faire partager ma petite sélection perso d’articles à lire.
  • Quoi de neuf ce mois-ci : deuxième rendez-vous mensuel pour vous faire ma sélection perso (encore?!) de nouveauté à sortir.
  • Bourse d’échange : il y a des livres que je n’ai pas envie de garder, il faut bien faire de la place sur les étagères ! Au lieux de les vendre pour trois fois rien j’ai pensé que ça serais sympa de les échanges contre de nouveaux livres. Vous avez sans doute aussi des livres qui vous encombrent et que je n’ai pas encore lu 🙂 Je pourrais aussi poster vos proposition d’échange sur la même page. Il suffira pour cela de m’envoyer un petit mail avec votre liste de livres à échanger.

Que pensez-vous de ses idées ? Est-ce que ça vous intéresserez de les voir prendre forme bientôt ?

Un cadeau d’anniversaire :

J’avais envie de fêter cet anniversaire en beauté et vous proposer un petit concours. Ne jouissant d’aucun partenariat avec les éditeurs, je vous ai préparé quelque chose avec mes modeste moyen (Mais non, je ne suis pas entrain de lancer un appel :p )

J’ai réfléchi à ce que j’aimerais vous offrir et j’ai choisit un manga de mon auteur fétiche : Ono Natsume. Encore un truc qui va attirer les foules XD

Mais comme le hasard fait bien les choses, pour ceux qui ne partages pas forcement mes goût mais qui aiment Ma petite Médiathèque, il y aura un deuxième concours (un manga que j’avais lâché dans la nature m’est revenu, je vais le lâcher une deuxième fois 🙂 ).

Il n’y aura pas 1 mais 2 concours !! C’est pas beau ça 😀

Si ça vous intéresse, revenez demain, les concours serons en ligne.

Sore jaa, mata

Les enquêtes du limier

Un détective solitaire et ténébreux, une bouteille de whisky et son chien. L’ambiance polar est là ! Mais pas de crimes, de sang et de drames. Taku Ryûmon c’est bien un détective mais sa spécialité est retrouver les chiens de chasse. Un détective spécialisé en chien, voilà une drôle d’idée et avec un pitch pareil on a de quoi être inquiet. Et pourtant ! Personnellement j’ai beaucoup aimé cette série en 2 tomes. Taniguchi arrive avec talent à marier l’ambiance polar et détective ténébreux avec des histoire de chasse et de montagne.

Le personnage principal est charismatique et le tandem qu’il forme avec son chien fonctionne très bien. La façon dont l’histoire est raconté c’est très sympa aussi, Taku Ryûmon parle à la première personne et on a vraiment l’impression de lire un vieux polar, ce contraste avec les histoires de chiens est amusant et rend le récit captivant.

Je suis rarement déçue par les manga de Taniguchi. Pourtant ça m’est arrivé récemment avec le premier tome de Seton, que je n’ai pas vraiment aimé. J’avais peur ici de me retrouver dans le même cas. Il en est rien. Je suis tout de suite rentrée dans le récit et j’ai été captivé par les aventures du héros, chose que je n’avais pas du tout réussi à faire avec Seton.

Colorful ~ le light-novel

« Colorfull » – l’édition espagnole

Flipando en colores

Eto Mori – 2007

traduction de Macarena Salas – 2011

Noguer – 2012

Eres el alma muerta de un horrible pecador y, en circunstancias normales, no podria seguir avanzando. Te habrían eliminado del ciclo de reencarnación que determina la transmigración de las almas y nunca más volvería a nacer. Sin embargo, hoy, el de ahí arriba ha decidido hacer un sorteo y conceder una segunda oportunidad a una alma, cosa que hace de vez en cuando para acallar las voces que dicen que no tenemos corazón. Y seguro que te alegra oír que… ¡tú eres esa alma afortunada !

“Tu es l’âme morte d’un horrible pêcheur, et, dans des circonstances normales, tu ne pourrais pas continuer. Tu aurais été éliminé du cycle des réincarnations qui détermine la transmigration des âmes, et plus jamais tu ne pourrais renaître. Mais aujourd’hui il y a eu un tirage au sort pour accorder une deuxième chance à une âme, chose qui arrive de temps à autre pour faire taire ces voix qui disent que nous n’avons pas de cœur. Tu te réjouira surement d’apprendre que tu es l’âme qui a été choisie”

C’est ainsi que commence la nouvelle vie de Makoto, ou plutôt de l’âme ayant gagné une deuxième chance et qui prend possession du corps de Makoto, quelques minutes après sa mort. La nouvelle âme doit découvrir quel a été son crime dans la précédente vie afin de pouvoir à nouveau entrer dans le cycle des réincarnations. Mais il doit aussi, et avant tout, s’habituer à la vie de Makoto sans éveiller les soupçons de l’entourage. Pour l’aider, il est assisté d’un guide facétieux : Purapura, un ange bien étrange.

 Petit à petit, il va découvrir la famille de Makoto, son entourage, sa vie et les raison qui on conduit le précédent Makoto au suicide. Mais lui, il n’a pas l’intension de vivre cette vie. Il est bien décidé à changer les choses pour que sa vie en tant que Makoto ne soit pas si mal. Le nouveau Makoto va s’ouvrir aux autres et se faire des amis. Mais il ne doit pas oublier pourquoi il est là !

Mon avis :

J’ai adoré ce livre !

J’ai eu envie de le lire après avoir vu l’adaptation animé de Keiichi Hara : Colorfull sorti en 2011. En cherchant quelques info sur le film j’ai appris qu’il avait été adapté d’après un light-novel de Eto Mori, j’ai tout de suite eu envie de le lire. Problème : il n’est pas disponible en français !! Qu’à cela ne tienne, faut bien que ça me serve à quelques chose d’avoir étudié autant de langues ! J’ai cherché et j’ai trouvé une version en espagnol. J’avoue ne pas avoir l’habitude de lire en espagnol et j’avais peur d’avoir un peu de mal à suivre. Mais j’ai été très agréablement surprise. La traduction est super (du moins de mon point de vue). Les phrases sont courtes, le vocabulaire est simple sans être pour autant simpliste. Du coup, c’est facile de suivre. Et le rythme des phrases rends le livre très vivant. Il se lit facilement et avec plaisir. Rien que pour ce-là je le conseille à tous les amateur de light-novel/culture japonaise qui étudient l’espagnol. Lire en s’amusant, c’est bien mieux que les cours et aussi plus efficace ^_^

Pour revenir au livre, l’histoire, je la connaissez déjà et ça enlève un peu de piment à la lecture, aucune surprise ne nous attend. Malgré cela j’ai pris beaucoup de plaisir à lire, non tant parce que j’ai pu retrouver un personnage qui m’a plu mais parce que le livre est bon et qu’on se laisse très vite prendre au jeu sans se soucier du fait qu’on connaisse déjà la fin. Sans doute l’aurais trouvé encore meilleur si je n’avais pas vu le film…

J’ai beaucoup aimé le personnage principal : le nouveau Makoto, sa personnalité est intéressante et ses remarques souvent justes. Le seul moment où j’ai eu un peu de mal avec la vision de Makoto, c’est au moment de la révélation des raisons qui ont conduit l’ancien Makoto au suicide. Toutes les raisons données sont certes pas agréables, mais on les présentes comme si c’était la pire chose qui puisse arriver. Or moi, j’ai eu l’impression en lisant toute la liste d’événement “tragiques” qu’il ne lui était pas arrivé grand chose. Ceci dit je n’ai pas été surprise, c’est quelques chose que j’éprouve souvent en lisant des histoires d’adolescents… Sans doute j’oublie qu’à cet âge là moi aussi je faisais une montagne de pas grand chose ^^

Le personnage de Purapura est également intéressant il apporte une touche d’humour grinçant que j’ai beaucoup apprécié.

C’est vraiment dommage qu’il ne soit pas traduit en français car, bien au-delà des amateurs de light-novel, ce livre pourrait toucher un grand nombre de lecteur que ce soit par son style vivant, plein d’humour, que par son thème universel : le mal de vivre et la difficulté à s’intégrer quand on est ado.

Un coup de cœur que je conseille à tous les hispanophones. A quand la version française ?

Les pommes miracle

 

Dès que la sortie de ce manga a été annoncé j’ai eu envie de le lire. Le thème m’intéresse tout particulièrement. Mais ce qui m’a vraiment convaincue de l’acheter c’est l’article de Morgan.

L’histoire :

C’est le récit de la vraie vie de Akinori Kimura, un agriculteur qui dans les années 60 se donne beaucoup de mal pour découvrir comment cultiver des pommes sans utiliser de pesticides. La tache se relève ardue et Akinori Kimura et sa famille passeront par des période très dures avant qu’il ne trouve la bonne méthode et que celle-ci remporte du succès. L’argent n’est pas se qui motive Akinori Kimura qui même après avoir réussi continue de vendre ses pommes à un prix abordable pour que tous puissent en profiter.

 Mon avis :

C’est une belle histoire et elle est vraie. Cela est réconfortant de voir que des hommes tel que Akinori Kimura existent et qu’ils ne baissent pas les bras. Si la ténacité est un thème de prédilection dans le manga, le fait qu’ici il s’agisse d’une histoire vraie lui donne un accent différent. Mais ce chemin de vie reste très nippon dans son esprit, si j’ose dire. En tout cas dans la façon dont la vie de Akinori Kimura est raconté par Fujikawa Tsutomu et Ishikawa Takuji.

Ce que j’ai trouvé particulièrement touchant dans ce récit, c’est le soutient que Akinori Kimura reçoit, de sa famille d’abord, puis de son entourage qui, face à sa ténacité fini par éprouver de l’admiration et espèrent le voir réussir. Même si au début il passe pour un fou. C’est le cas de tous les précurseurs, non ?

Graphiquement ce manga ne vaut pas grand chose. Le dessin n’est ni particulièrement beau, ni particulièrement travaillé. Mais là ne réside pas l’intérêt du livre. Son intérêt est dans le témoignage qu’il veut faire partager. Et une piqûre de rappel écologique ne peut pas nous faire de mal !

Un bémol cependant. Moi j’aurais aimé y trouver plus de détails techniques. Si on nous donnes les grandes lignes des recherches de Akinori Kimura cela reste très vague. Trop à mon goût. J’aurais aimé savoir comment faire pousser des pommes sans pesticides, du moins en avoir une idée. Or je n’ai pas le sentiment d’avoir appris quoi que se soit si ce n’est l’existence de M. Akinori Kimura et du livre de Masanobu Fukuoka (L’agriculture naturelle) qui l’a inspiré au départ. Livre que d’ailleurs on trouve en français et je j’ai envie de lire. Ce-ci dit, je ne suis pas sûre que la plupart des lecteurs auraient envie de se farcir tous les détails techniques de la viticulture…

Si Les pommes miracles n’est pas le manga du siècle, il nous raconte une histoire intéressante. Un titre à conseiller tout particulièrement aux bibliothèques.