Archives mensuelles : mai 2017

Les Maya expliqués aux enfants

Arkéo Junior n° 222 - Octobre 2014

Entre l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud se trouve un territoire appelé Méso-Amérique.  C’est là  que la civilisation des Mayas, aujourd’hui disparue, a vécu pendant 4000 ans !

C’est ainsi que commence le n°222 d’arkéo junior d’octobre 2014 (il est pas tout récent mais… les bibliothèques sont là 😉 sinon vous pouvez aussi vous le procurer sur le site du magazine).

Je découvre cette revue avec ce numéro que j’ai emprunté spécialement pour le challenge Amérique latine avec d’autre revues que je présenterais ultérieurement. Je cherchais à proposer des lectures jeunesse à présenter dans le cadre de ce challenge et j’ai commencé par le rayon revue qui me tenais les bras.

Tout d’abord voyons ce que j’ai pensé de ce dossier, puis de la revue et enfin j’essayerais d’aller plus loin en cherchant d’autres lecture sur ce thème. Si vous connaissez des livres jeunesse qui parlent des Mayas,  n’hésitez pas à laissez les références en commentaire.

Les Mayas sur arkéo junior

J’ai trouvé ce dossier très bien fait. Il y a pas de long texte ennuyeux mais que de petits paragraphes qui illustrent chacun un détail de la civilisation Maya : l’alimentation, le troc, l’artisanat, la mode, le villes…  C’est simple et très ludique. Il y a beaucoup d’images. Les textes en deux couleurs sont faciles à lire.

Le dossier se termine avec un atelier pour fabriquer son masque maya.

Ce dossier est sortie au moment où se tenait l’expo Les Mayas, révolution d’un temps sans fin qui se tenais au quai Branly. Si l’expo est finie depuis 2 ans, le catalogue est toujours disponible

La revue

Plusieurs articles, des petites bd, des ateliers créatifs … le contenu est varié et la présentation ludique. J’ai été agréablement surprise par cette revue. Dommage que Mimiko ne partage pas mon goût pour l’histoire. Elle n’a pas daigné y jeter un œil.

Je retenterais l’expérience avec d’autres numéro. Peut-être, après tout, qu’elle n’aime pas les masques Mayas.

Les Mayas pour la jeunesse

Après avoir lu la revue j’ai voulu approfondir le sujet et je suis allé voir ce que la bibliothèque proposait sur ce thème.

Les peuples du Soleil

Dans la collection Les Yeux de la Découverte de Gallimard (1993), ce volume est dédié aux peuples d’Amérique latine : les Mayas bien sur mais aussi Incas, Aztèques, Olmèques, Zapothèques, Mixtèques…

J’ai découvert des peuples dont j’ignorais l’existence (je devais dormir quand on a fait ce cours là ou alors j’ai oublié… honte à moi). C’est ce que j’ai trouvé intéressant dans cet ouvrage. On nous parle bien sûr de l’empire Incas, des Aztèque et des Mayas, mais aussi de tous les autres, moins connus. Le livre est très richement illustré.

Art, agriculture, architecture, nourriture, objets du quotidien, guerre et paix, religion… On aborde tous le sujet qui font la vie de ces peuples. C’est un livre qui invite au picorage. On le feuillette, on regarde les photos et on lit les légendes de ce qui attire le regard. Très visuel, j’aime ça. On retrouve l’esprit du dossier proposé par arkéo junior.

L’Amérique précolombienne

Chez Casteman, cet Atlas historique date de 1991. Le livre est consacré à toutes l’Amérique, dans la première partie on découvre l’histoire (précolombienne) de l’Amérique du nord, je ne m’attarderais pas sur cette partie, tandis que la seconde est consacré à l’Amérique latine.

Comme dans le précédent ouvrage, on ne s’intéresse pas ici spécifiquement au Maya, mais cette approche globale est aussi intéressante et donne de précieuses information sur le contexte dans lequel s’épanouit la civilisation Maya.

Plus danse en texte e moins richement illustré que le précédent, ce livre est moins ludique. Il invite plus à la lecture sérieuse qu’au picorage. Faut donc être vraiment intéressé par le sujet.

Les voyages d’Alix – Les Mayas

Enfin un ouvrage rien que sur les Mayas !

Je connaissais Alix pour la bd (que je n’ai d’ailleurs jamais lu) mais je ne savais pas qu’y avait une collection Les voyage d’Alix, qui propose une documentation sur l’antiquité illustré à la façon de la bd.

Je trouve ça un peu troublant de voir un roman chez les Mayas mais bon.

Ce qui est sûr c’est que j’ai aimé les illustrations de cet album. Peu de photos mais de belles illustrations couleurs, réalistes, qui invitent à l’aventure.

L’Amérique précolombienne

L'AMERIQUE PRECOLOMBIENNECe livre, plutôt court, est intéressant. Toutes les civilisations précolombiennes y sont regroupées (donc survolées) mais le côté illustrations 3D à regarder avec le masque lui confère un aspect ludique.

Les pages explicatives sont richement illustrées, les textes sont courts et accessibles.

En revanche pour simplifier on réuni Incas, Mayas et Aztèques dans d’uniques explications pouvant ainsi laisser croire aux jeunes lecteurs qu’il s’agit d’une même culture.

Mayas, Aztèques et Incas de Sandrine Mirza https://www.amazon.fr/dp/274595508X/ref=cm_sw_r_pi_dp_WqscxbJ2SGQ7E: Maya Aztèques Incas

Ce volume est beaucoup plus complet que les précédents.

Bien qu’il traite des trois principales civilisations précolombiennes, séparées en chapitres distincts, les autres civilisations précolombienne  y sont aussi présentées.

Très complet et richement illustré ce volume encyclopédique est très agréable à consulter.

Naachtun : la cité Maya oublié

Ce n’est pas du tout un reportage pour enfant. C’est un documentaire ce qu’il y a de plus classique, avec la fameuse voix off ténébreuses, les musiques à suspens, des archéologues avec leur pinceaux et de vieux cailloux. Très classique mais bien fait. J’ai trouvé ça très intéressant, j’y ai appris plein de chose.

Mimiko l’a également regardé avec beaucoup d’intérêt, me posant de temps à autres quelques question pour éclairer ce qu’elle ne comprenais pas. Une de ses question étant restée sans réponse à la fin du reportage : pourquoi les Maya ont-il abandonné ces citées ?

J’aime regarder avec elle ce genre de reportages, elle s’y intéresse toujours et ça change des émission faites pour les enfants.

Une chose qui m’a marqué c’est la façon dont cultivaient les Maya : dans un même trous il versent quelques graines de 3 plantes différentes : maïs, courges et haricots. Le maïs pousse le premier, en hauteur, faisant de l’ombre pour la courge qui s’épanouit au sol, celle-ci étant à maturité quand le maïs aura déjà séché. Le maïs sert aussi de support aux haricot qui s’entortillent autour de sa tige. La permaculture avant l’heure ! J’ai envie de tenter l’expérience dans mon jardin.


chut les enfants lisent 

Share

#CoulissesDuBlog 20 – un nom pour la vie

trucs-de-blogueuse-coulissesdublog-2017

C’était la semaine dernière, mais j’ai un peu de retard… dans les coulisses du blog il était question de nom. Du nom du blog, plus précisément.

Alors pourquoi mon blog s’intitule Ma petite Médiathèque ? Parce que je manque cruellement d’imagination ! XD

J’avais envie de créer un blog pour parler manga et anime, mais aussi de cinéma, roman, album jeunesse… et je n’avais pas vraiment d’idées originales quand au nom à lui donner. Et je voulais quelques chose d’assez transparent, compréhensible de tous, accessible. Et comme j’étais (et suis toujours) un rat de bibliothèque, l’idées s’est assez vite imposée d’elle-même. Cela ne concerne que mes lectures/visionnages personnel donc c’est « petit », et comme il n’y a pas que des livres ce n’est pas une bibliothèque. Ma petite Médiathèque était née.

Un nom très simple qui a l’avantage de laisser entendre au premier coup d’oeil quelle sera la ligne éditoriale (plutôt bien vu d’ailleurs au vue de l’évolution de celle-ci ! Le nom lui correspond encore plus aujourd’hui qu’à sa création). Mais il a l’inconvénient, si je puis dire, de prêter à confusion quand à ma profession. Nombreux sont ceux qui ont cru que je travaillais dans le milieux de la bibliothèque alors que pas du tout.

Que pensez-vous de ce nom ? Est-ce qu’il vous donne envie d’aller fouiller dans ses rayonnages ? ou au contraires le trouvez-vous trop banal ?


Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine, je publie un article où je vous donne les dessous de mon blog.

Pour lire les autres participations, allez sur ce lien : https://www.trucsdeblogueuse.com/coulissesdublog20

Vous pouvez également participer à cet événement, voici les conditions : https://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017

Share

Ginevra Di Marco

Après avoir écouté cette version de Belle Ciao, j’ai eu envie d’en savoir plus sur Ginevra di Marco que je ne connaissais pas avant.

J’ai découvert quelques chanson très sympa que j’ai eu envie de partager à l’occasion du mois italien 🙂

la première chanson ci-dessus me semblait tout désignée pour aujourd’hui. Les italophones aurons compris qu’il s’agit de … ne pas vouloir travailler !! 😀 Le lundi c’est parce que la tête lui tourne et pour chaque jour une nouvelle excuse pour ne pas aller travailler. Il y a même un jeudi férié qui l’oblige à ne pas travailler ! Bref c’est une chanson parfaite pour cette semaine 😉

Dans cette seconde chanson il est question d’un homme qui pie Jésus Christ et se plaint de son patron qui le maltraite. Jésus lui répond « qui veut la justice se la fasse ».

Tu ti lamenti, ma che ti lamenti? Pigghia nu bastune e tira fora li denti…

Tu te plains, de quoi te plains-tu ? Prends le bâton et sort les dents

Et pour finir une chanson qui parlera à tous les expatrié, à tous les immigré : Amara terra mia. J’ai trouvé plusieurs enregistrement de cette chanson mais je j’ai choisi celui-ci plutôt que les autres c’est parce que la vidéo commence par la voix de Margherita Hack astrophysicienne italienne qui parle avec l’accent de chez moi. J’ai été très émue en l’écoutant.

J’espère que ça vous a donné envie de découvrir cette chanteuse.  A très bientôt pour de nouvelles escapades italiennes.


 L’image contient peut-être : ciel, plein air, eau et texte

Share

Bella Ciao Versione Mondina

Pour le mois italien de l’année dernière j’avais présenté la version originale de Bella ciao, une version qui parle des femmes qui travaillent dans les rizières. Rien à voir avec le chant partisan crée par la suite.

Cette année je remet ça puisque, en faisant des recherches sur Faraulla,  je suis tombé sur cette belle vidéo de Bella Ciao versione Mondine avec Lucilla Galeazzi, Elena Ledda et Ginevra Di Marco au chant.

Que pensez-vous de cette version ?


 L’image contient peut-être : ciel, plein air, eau et texte

Share

Faraualla

Faraualla est un groupe de 4 chanteuses que nous avons découvert à la médiathèque. Depuis Mimiko n’arrête pas de le passer et repasser en boucle. Elle adore ! Et comme c’est le mois italien en ce moment je ne pouvais pas passer à côté de cette occasion pour vous en parler 🙂

Les chanteuses, de formation musicale différentes, se sont retrouvé autour d’un projet commun où la voie joue le rôle d’instrument à travers les polyphonies d’ethnie et périodes historiques diverses ainsi que des compositions originales.  Le groupe est originaires des Pouilles, dans le sud de l’Italie.

Discographie :

  

  

 

Elle ont un projet commun avec une autres chanteuse italienne dont j’ai déjà parlé ici : Lucilla Galeazzicorrete sorelle. Mais je n’ai pas trouvé de vidéo de bonne qualité de ce projet commun.


site du groupe

page facebook


 L’image contient peut-être : ciel, plein air, eau et texte

Share

La Vache de la Brique de lait

Ce qui est étonnant avec les enfants, c’est leur capacité à croire à l’invraisemblable. Il y a un âge où tout est possible, avec un peu d’imagination. La vache de la brique de lait de Sophie Adriensen et Mayana Itoïz (éditions Frimoüsse) joue à inventer une de ses histoires abracadabrantes que se racontent parfois les enfants.

zoom

Ici, le protagoniste, un petit garçon, en est sûr : il y a une vache dans les briques de lait !

Aucun doute possible.

Sur la boite des petits pois sont dessinés des petits pois, sur la boite de sardine sont dessinées des sardines, sur les paquets de céréales sont dessinées des céréales.

Donc, puisqu’une vache est dessinée sur la brique de lait, c’est qu’il y en a une à l’intérieur.

Logique, non ? Mais alors que font les vaches des briques de lait quand on referme le frigo ? Et que deviennent-elles quand on jette les briques de lait ? Voilà des questions très sérieuses que se pose ce petit garçon.

Un album amusant. Un très joli dessin et une belle mise en page avec, comme toujours dans les albums Frimoüsse, un joli travail sur la typographie. Les phrases sont courtes, le texte est gros. après une lecture accompagnée, les primo-lecteurs pourront se replonger tout seul dans cet album. Ce n’est peut-être qu’un détail, mais qui, pour moi, a beaucoup d’importance. Je trouve ça mieux les albums avec un texte écrit en gros avec une typographie facilement déchiffrable, ça incite l’enfant à lire tout seul, contrairement aux albums avec un texte écrit en tout petit.

Quand à moi, je me suis beaucoup amusé du message subliminal des illustrations : il y a des petites étiques « bio » un peu partout dans le frigo 😉 Des vache dans les brique de lait, oui, mais des vache bio ! XD

⇒ à lire aussi l’avis de Blandine

Aucun texte alternatif disponible.

Merci aux éditions Frimoüsse pour cette lecture


 chut les enfants lisent

Petit Bac 2017

Share

Le gâteau du nonno Vallino

C’est pour le réveillon de la saint Sylvestre que j’ai découvert cette recette familiale qui nous vient de l’Italie du XIX, appelé gâteau du nonno Vallino parce que c’était justement le gâteau de l’arrière-arrière-arrière grand père Vallino (j’ai peut-être oublié un arrière ou deux). Et je l’ai moi aussi beaucoup aimé. Du coup j’ai demandé à Tenger de me noter la recette. Et puisque les gâteaux c’est meilleurs à plusieurs, je vais partager avec vous.

  • 150 gr de farine de blé
  • 150 gr de farine de maïs
  • 100 gr de sucre
  • 50 gr de beurre
  • raisins secs
  • pignons de pin
  • 1 œuf
  • 6 c-à-s de lait
  • 1 sachet de levure
  • zeste de citron
  • sel

Faire fondre le beurre avec le lait. Ajouter le jaune d’œuf battu avec le sucre. Ajouter les farine, la levure, le zeste, le sel et les fruits secs. Ajouter les blancs d’œuf monté en neige. Cuire 30 minutes au four.

Envie de tenter cette recette ?


 L’image contient peut-être : ciel, plein air, eau et texte

Share

C’est lundi que lisez-vous ? #74

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

Les lectures de Bidib

J’ai lu

Résultat de recherche d'images pour "la volière dorée"

Lecture à 2 voix avec Mimiko.

Couverture Links

  

et un peu de manga 😉

Je lis

Animal Tatoo, tome 1 : Les Quatre Elus par Mull

Lecture du soir avec Mimiko.

De longues nuits d'été par Appelfeld

Je n’ai pas beaucoup avancé dans se roman. J’avoue que j’ai un peu de mal à m’y replonger à chaque fois. C’est intéressant mais pas très dynamique.

La par contre je me régale ! Pour être dynamique c’est bien dynamique, et l’ambiance du collège y est très bien rendue.

Je lirais

Couverture Overlord, tome 1 : Le roi mort-vivant

le nouveau light-novel des éditions Ofelbe

Nouveau dans ma PAL

Les lectures de yomu-chan

J’ai lu

 

Je lis

 

Je lirais

Nouveau dans ma PAL

Les lectures de Mimiko

J’ai lu

Résultat de recherche d'images pour "la volière dorée"

Je lis

Je lirais

Nouveau dans ma PAL


C’est lundi on fait le point

Les 15 dernier jours sur le blog

Share

#CoulissesDuBlog 19 – les réseaux et moi

Pour ce nouveau numéro des coulisses du blog, Mia nous invite à parler des réseaux sociaux. Nous avions déjà parlé de facebook. Et j’avais déjà présenté les différents réseaux sociaux du blog il y a 3 ans. Et si je refaisais un point ?

trucs-de-blogueuse-coulissesdublog-2017

Facebook l’incontournable

Je ne vais peut-être pas m’attarder sur facebook puisque je lui ai déjà consacré tout un article CoulissesDuBlog.

La page facebook a été créé très peu de temps après la création du blog. J’y partage tous les liens des publications du blog, mais aussi (avec moins d’assiduité car c’est chronophage) les couvertures des livres chroniqué, un peu de musique, des albums photos déniché sur d’autres pages facebook a qui je veux faire une promotion (photographes, artistes, éditeurs, musées…), parfois même quelques lien d’autres blog. J’anime cette page avec Yomu-chan.

Aucun texte alternatif disponible.Quelque temps après avoir créé la page j’ai aussi crée un second profil, celui de Bidib. J’ai déjà expliqué pourquoi ici. Pour faire bref, je souhaitais pouvoir échanger plus facilement avec d’autres blogueurs sans pour autant mélanger vie perso et vie « publique ». Les photos de mes enfants, je les réserve seulement à la famille et aux amis intimes.

Ensuite, il y a eu les groupes. Je suis maintenant tellement de groupes que j’ai en ai oublié quelques-uns. Mais il y a dans le groupe quelque chose de très sympa. Il y a bien sûr les groupes lié au blog et au challenges comme le groupe que j’ai créé pour le challenge Des livres en cuisine et qui compte non moins de 6 membres. Mais quels membres ! 😉 Et il y a aussi les groupes que je suis par intérêt perso avec le profil Bidib parce que c’est le profil que j’utilise le plus.

Bref, facebook est un formidable outil de partage. Outre y partager mes liens y pioche aussi les liens des autres. En un coup d’œil, j’ai accès aux dernières chroniques des blogs que je suis, directement sur mon téléphone.

Twitter, parce qu’il le faut bien

BidibAvec Twitter j’ai du mal. M’exprimer en si peu de mots, j’y arrive pas. Et le mur twitter et, à mes yeux, un joyeux bordel dans lequel j’ai beaucoup de mal à m’y retrouver. Une conversation twitter c’est carrément compliqué à suivre, je loupe toujours un bout, je sais plus qui répond à qui… Bref, je n’y suis pas à l’aise. Mais alors pourquoi avoir crée un compte Twitter ?

C’est simple, je me suis rendue compte que certains blogueurs (ou ex-bloguers) que j’apprécie sont surtout actif sur twitter. J’avais donc envie de pouvoir interagir avec eux. Et finalement même si je partage tous mes liens sur twitter, je m’en sert beaucoup plus pour échanger avec eux que vraiment comme outil de promotion du blog. Ce qui est intéressant, c’est que suite aux partages de certains articles, des échanges se créent quant au contenu de l’article. Je préférerais que ces échanges se fassent via les commentaires sur le blog, mais c’est moins instantané et moins simple quand on lis sur son téléphone du coup, ben, c’est mieux d’échanger sur les réseaux que de ne pas échanger. J’apprécie toujours d’avoir des retours sur ce que j’écris.

Google +, pour le référencement

Photo du profilComme réseau social, je ne l’utilise pas vraiment. Au même temps, tous les réseaux sociaux proposent un peu près la même expérience et ce que l’on fait (ou on peut faire) sur google + ce fait déjà sur facebook. Comme je ne veux pas perdre trop de temps sur les réseaux sociaux (c’est du temps en moins pour le blog) je concentre mes efforts sur facebook. Google + me sert surtout à communiquer avec les Canadiens 😉 (la personne à qui je pense se reconnaîtra) et a partager mes liens. Je me suis, en effet, rendue compte en faisant des recherches qui n’intéressent pratiquement que moi que les liens de mes partages google + arrivaient en haut des résultat de recherche, avant les liens des article eux-même. Je trouve donc très intéressant de partager les liens via google + afin que les curieux puissent trouver facilement mes articles, surtout ceux qui parlent de choses un peu plus particulière (les chroniques de livres populaires seront noyé dans la masse et mes liens ne toucheront que les personnes abonnées à mes réseaux).

Là encore, c’est faute de temps que j’anime peu et mal ce réseau. Outre le profil de Bidib, j’ai aussi créé une page google + pour le blog. Mais impossible de mettre en place le partage automatique des articles. Du coup il faut que je partage manuellement chaque lien. Si avec facebook, je peux utiliser le même bouton (boutons de partages qui apparaissent sous chaque article) pour partager sur mon profil, la page et les groupes, avec le bouton google + je ne peux que faire le partage sur mon profil. Du coup, je me contente de ça et la page du blog est… déserte !

J’ai peut-être peu de temps à accorder à google + mais surtout, je trouve que ce n’est pas ergonomique. A vouloir bien faire c’est carrément prise de tête. . Même en étant connecté à mon profil google +, je dois cliques sur 4 ou 5 liens différents avant d’enfin arriver sur le profil de la page, et comme c’est super pas clair, à chaque fois, je dois chercher comment faire. De quoi dissuader le plus motivé ! Je m’occuperais de la page du blog quand il auront enfin fait de mise à jour qui simplifie la gestion des pages (pour le moment, c’est plutôt la tendance inverse, c’est de plus en plus compliqué !).

Pinterest et la manie des listes

J’ai créé Pinterest tout d’abord pour y enregistrer des illustrations de mangaka que j’apprécie (Est Em, Ono Natsume, Kaoru Mori…) puis je me suis très vite prise au jeu. J’adore Pinterst, on y trouve plein d’idée pour la maison, la cuisine, le jardin…

J’y ai aujourd’hui plus de 50 tableaux différents.

Ce qui serait sympa ce serait de pouvoir partager les tableaux pinterest ici…. ça fait je sais pas combien de fois que j’essaye, rien à faire. ça ne marche pas !

Instagram, le plaisir de la photo futile

Changer la photo de profilJe suis très images (peut-être pour ça que je n’accroche pas à twitter), j’aime défiler des images et mettre des petits cœurs.

Mon compte instagram a tout juste 3 ans, j’y partage énormément de photos, souvent n’ayant aucun lien avec le blog. On y retrouve des photos de mes lectures, mais aussi beaucoup de cuisine et de fleurs.

Je partage mon compte instagram avec Mimiko, ma petite dernière. Ensemble nous y publions des photos de ses livres préférés, ses lectures du soir, quelques jeux, dessins…

Tumblr, l’oublié

Bidib'sToujours par amour des images, je m’étais créé un compte Tumblr il y a déjà quelques années. J’y partageais beaucoup d’illustrations et de musiques, des choses que j’aime, mais pour lesquelles il n’y avait pas forcement matière à écrire un article sur le blog. Je l’avais vraiment conçu comme le petit frère du blog. Finalement, j’ai délaissé Tumblr au profit de Pinterest et instagram. L’esprit n’est pas du tout le même, mais dans ces 3 réseaux l’image est mise en avant. Et là encore, il est question de temps. Je n’ai pas forcement du temps à consacrer à tous les réseaux et Tumblr demandant plus de temps et d’organisation que les deux autres, il est moins souvent alimenté. Mais de temps à autres, j’y partage encore des illustrations. Quand je découvre un auteur que j’apprécie, je vais toujours voir sur Tumblr si je ne trouve pas de jolies images à partager.

réseaux livresque

Enfin il y a les réseaux livresque où je tiens à jour mes bibliothèques autant par nécessité personnelle (j’ai une mémoire de poisson rouge, si je veux me souvenir de ce que j’ai lu et quand, faut que je le note) que pour le plaisir de partager mes avis avec d’autres utilisateurs. C’est ainsi que je me suis créé un profil Babelio et Livraddict. J’ai également une collection manga sur Manga Sanctuary et Manga News.

Là je crois que j’ai fait le tour 😀 Comment on appelle ça déjà, les ultra-connecté ? XD


Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine, je publie un article où je vous donne les dessous de mon blog.

Pour lire les autres participations, allez sur ce lien : https://www.trucsdeblogueuse.com/coulissesdublog19

Vous pouvez également participer à cet événement, voici les conditions : https://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017

Share

La rédaction

C’est grâce au mooc Il était une fois la littérature jeunesse que j’ai découvert ce livre. Quand je l’ai trouvé à la bibliothèque j’ai tout de suite voulu me faire ma propre opinion. Blandine et Laurette l’ayant emprunté au même temps, nous nous somme lancé dans une lecture commune.

Résultat de recherche d'images pour "la rédaction album"

Une dictature militaire vue à travers les yeux d’un enfant qui cherche à comprendre les événements dont il est témoin : un album extrêmement subtil et fort.

⇒ fiche pédagogique et extrait à découvrir sur le site des édition Syros

Alors que les enfants du quartier jouent au football dans la rue, le père de Daniel, un ami de Pedro, est arrêté sous leurs yeux parce qu’il est contre la dictature. Un peu plus tard, un militaire vient dans l’école de Pedro, et demande aux élèves de décrire ce qui se passe le soir chez eux, les discussions, les visites… Que va raconter Pedro, dont les parents luttent eux aussi contre le pouvoir des militaires ?Toute l’intelligence de cet album, c’est d’adopter d’un bout à l’autre le point de vue d’un jeune garçon qui, en posant des questions, mais surtout en observant et en interprétant les non-dits, esaie de décrypter la réalité qui l’entoure. Pour autant, le lecteur ignore ce que Pedro sait exactement au moment où il se met à écrire sa rédaction. D’où l’incroyable suspense qui sous-tend la seconde partie de l’album, jusqu’à la dernière page… où l’on apprend qu’il faut décidément faire confiance aux enfants. (source : Syros)

La Rédaction est publié une première fois en 1998 sous forme de nouvelle. Antonio Skarmeta en 1998, auteur Chilien née dans les années 40, y dénonce la dictature militaire qui prends le pourvoir au Chili dans les années 1970 (voir l’article de Yomu-chan La littérature de l’exil du Chili). Le texte est ensuite illustré par Alfonso Ruano, dessinateur espagnol. La version française proposé par Syros date de 2007. L’album est recommandé par le ministère de l’éducation nationale pour les élèves du cycle 3.

J’avoue que ma première impression était assez mitigée. D’un côté je n’aime pas trop les illustrations d’Alfonso Ruano. Je n’aime pas le style mais surtout je les trouves trop figées. Mais je dois reconnaître qu’en revanche la mise en scène de l’image est toujours intéressante. Avec le texte j’ai eu un sentiment un peu équivalent : ce qu’il raconte est intéressant mais je n’aime pas du tout le style. C’est trop simplifié, à vouloir utiliser un vocabulaire simple, compréhensible pour les enfants on tombe dans une sorte de caricature, je trouvais que ça ne sonnait pas vrai. Les enfants ne parlent pas si simplement et les adultes ne leur parlent pas comme ça non plus. Je ne sais pas, il y a quelque chose qui me gênait. Je n’aime pas quand on parle aux enfant comme si c’était des imbéciles. Je préfère utiliser des mots compliqués quitte a expliquer. Ici j’ai trouvé que le langage était trop simplifié, stylisé, ça me met mal à l’aise. Les phrases sont trop courtes. Cela enduit une drôle d’ambiance. Mais c’est peut-être, surement même, l’effet recherché. Peut-être, par cette parcimonie de mots, l’auteur cherche a montrer le non dit et les silences qui en disent long. Mais il m’a fallu un moment pour accrocher. En revanche j’ai trouvé la chute excellente. C’est là que tout prend son sens.

⇒ à lire aussi les avis de Blandine et Laurette

 

Share