Archives par mot-clé : album jeunesse

7 contes japonais

Pour le thème de février du challenge je lis aussi des albums je vous propose un petit livre de contes japonais bilingue de Tomonori Taniguchi, édition Le Lézard Noir, collection Le petit Lézard.

Les contes sont très courts et se lisent facilement. Le texte est en français et en japonais, idéal pour les amoureux du Japon qui veulent apprendre la langue (j’ai pour ma part laissé tombé l’apprentissage du japonais depuis trop longtemps pour en profiter). Même sans s’intéresser à la langue japonaise ce livre est très agréable. On y découvre de très joli contes et les illustrations sont très mignonnes, pleine de tendresse. Parmi les contes présenté je n’en connaissais qu’un seul : Urushima Taro.

A conseiller à tous les amateurs de contes, du Japon ou tout simplement de jolis albums.

6 autres albums de Tomonori Taniguchi sont disponibles chez l’éditeur. visitez le site de l’auteur.

Feuillez l’album :

3/20 - thème langue étrangère
3/20 – thème langue étrangère

les autres albums du rendez-vous langue étrangères :
Abonnez-vous au tableau Langues étrangères – Challenge Je lis aussi des albums de Sophie sur Pinterest.

Share

Le prince tigre

Aujourd’hui je vous présente un petit conte chinois écrit par Chan Jiang Hong en s’inspirant d’un bronze de la dynastie des Shang (XI siècle avant J.C.).

vase you dit « La tigresse »

Une tigresse à qui des chasseurs ont tué ses petits est folle de chagrin. Toute à sa haine elle se met a attaquer les villages les uns après les autres. Le rois, prêt à envoyer son armée contre la tigresse, va voir une voyante qui lui dit que la seule façon d’apaiser la tigresse c’est de lui envoyer le prince Wen. C’est à contre coeur que le roi envoie son fils dans la jungle. La tigresse reconnais dans l’enfant les petits qu’elle a predu et adopte l’enfant qui grandira au près d’elle jusqu’à ce que ces parents fous d’inquiétudes ne décident d’envoyer une nouvelle fois l’armée. Ma tout est bien qui fini bien.

« Tigresse », dit Wen, « voici mon autre mère. Vous êtes mes deux mamans, celle de la forêt, et celle du palais. Maintenant, je dois retourner au palais pour apprendre ce que savent les princes. Mais je reviendrais souvent, car je ne veux pas oublier ce que savent les tigres. »

Un beau conte, très joliment illustré .

Editions école des loisirs

rp_logoalbums2016.jpg
2/20

Share

La bibli des deux ânes

C’est l’histoire de Biblioburro, une bibliothèque à dos d’âne qui arpente les collines colombienne pour apporter des livres aux enfants qui vivent dans les campagnes, loin des écoles et des bibliothèques. C’est sur le dos de Alfa et Beto que le bibliothécaire apporte des livres à ces enfants. Sous un arbre il prends le temps de leur lire des histoire de leur apprendre à lire avant de leur laisser quelques livres qu’il pourront lire et relire  jusqu’à son prochain passage.

C’est une tés jolie histoire et elle est vraie. Ce Biblioburro existe vraiment et Monica Brown (texte) et John Parra (illustrations) nous la racontent avec beaucoup de tendresse.

Un très joli livre qui nous raconte l’importance des livres et l’extraordinaire travail de ces valeureux bibliothécaire itinérants. C’est tout de même un  beau métier.

En achetant ce livre on aide la véritable bibliothèque à dos d’âne, puisque Rue du Monde contribue à l’équiper.

1/20

Le hasard à voulu que juste après avoir lu ce livre, je soit tombé sur un article mettant à l’honneur une bibliothèque à dos de chameau qui apporte les livres aux enfants dans le désert de Gobi

Share

Challenge Je lis des albums 2016

Après m’être interrogé sur la pertinence à participer ou non cette année encore au challenge Je lis aussi des albums (il y a tellement de participants et de participation qu’on se sent parfois un peu noyé dans la masse, j’ai du mal à suivre) j’ai décidé de remettre ça ! Parce que bon, je suis peut-être un peu à la ramasse, je loupe un peu près 8 albums sur 10 présenté mais… c’est tellement plus fun de partager ça à plusieurs ! Que ceux dont je ne vois pas les publication me pardonnent, j’ai quand même découvert de jolis albums grâce à ce challenge et j’ai finalement très envie de continuer l’aventure.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore, ce challenge, organisé par Hérisson de Delivrer des livres, consiste à lire et chroniquer des albums illustés (pas de bd) du 1er janvier au 31 décembre.

Il y a plusieurs catégories :

Orange : lire 2 albums
Bleu : lire 10 albums
Vert : lire 20 albums
Rose : lire 40 albums
Jaune : lire 60 albums
Arc-en-ciel : 100 albums

Je me lance comme d’hab pour la catégorie Vert : 20 albums.

Des rendez-vous mensuel sont également organisé :

Janvier : Chat
Février : Langues étrangères : 7 contes japonais de Tomonori Taniguchi
Mars : L’égalité fille/garçon : On est pas des poupée de Delphine Beauvois et Claire Cantais
Avril : bébé / naissance / arrivée d’un deuxième enfant
Mai : Les grands-parents
Juin : L’estime de soi (par extension, le harcèlement)
Juillet : Jungle
Août : Anniversaire
Septembre : Cuisine : Pirates à vos couteaux (de cuisine)
Octobre : Halloween / Peur
Novembre : Deuil
Décembre : Sélection 2016

Envie de participer ? Rendez-vous sur Delivrer des livres


Toutes les lectures 2016 :

  

 

  

 

rp_1507-1.jpg Le cheval blanc de Suho

Dada Afficher l'image d'origine 

  rp_51Q2455XAPL._SX293_BO1204203200_.jpg

 Le secret de la cascade, Minorités, jeunesse, les éditions fei, bande dessinée chinoise Le secret de la cascade, Minorités, jeunesse, les éditions fei, bande dessinée chinoise

Share

albums en pyjama et en ombro-cinéma

Ombro-cinéma ? Mais qu’est-ce donc ça ? J’ai découvert cette technique sur le blog de Laurette où elle parlait de l’album New York en Pyjamarama, malgré son avis mitigé j’avais été intriguée par la technique. Puis j’ai oublié… Et c’est par hasard je suis tombé sur les 2 autres albums de pyjamarama à la bibliothèque. Je les ai proposé à Mimiko qui est immédiatement tombée sous le charme.

 

L’intérêt de ces 2 albums réside vraiment dans la découverte de cette technique, l’ombro-cinéma qui permet de donne vie aux images. En plaçant une feuille plastique hachurée sur l’image et on la déplaçant doucement celle-ci prend vie et se met à bouger. Mimiko a été fascinée par ce phénomène et à pris beaucoup de plaisir à faire bouger chaque page.

En dehors de son aspect technique l’album n’a pas grand intérêt. Je n’ai pas retenu l’histoire et le dessin est un peu trop stylisé à mon goût. Cela reste une découverte magique tant les yeux de Mimiko ont pétillé de plaisir en voyant les images se mettre à bouger.

Voyez plutôt :

Par Michaël Leblond et Frédérique Bertrand aux éditions du Rouergue

à découvrir aussi la page facebook du Monde en pyjamarama

20 et 21/20
Share

Deux albums de Noël

Aujourd’hui j’aurais dû vous parler de cinéma, mais comme je suis à la bourre, je vais vous parler d’album pour enfants, ceux que j’avais sélectionné (ou plutôt que Mimiko a sélectionné pour moi) pour le challenge Chrstmas Time

rp_222143christmastime2015.jpg

Noël chez Ernest et Célestine

Chez Ernest et Célestine il y a pas d’agent alors il n’y aura pas de fête, Ernest est formel.

Mais Ernest, il ne faut pas d’argent pour faire un réveillon !

Insiste Célestine. Elle insiste tant et bien qu’Ernest fini par céder. Il vont faire des dessins pour offrir aux enfants, des guirlandes et des décoration en papier, de la vaisselle et autres objets sont récupérés dans les poubelle et voilà que tous les deux préparent un merveilleux réveillon pour les amis de Célestine.

Sauf qu’un des petits camarades critique tout, des fausses guirlandes, des fausses boules, tu parle d’un réveillon ! Mais voilà qu’Ernest prends le violon et ça danse, ça chante et ça s’amuse. même le grognon fini par ce laisser tenter. Finalement tout le monde part heureux, Célestine avait raison, pas besoin d’argent pour faire la fête avec ses amis. Épuisée elle s’endort et Ernest dépose un petit cadeau pour elle sous le sapin.

Un très bel album. J’adore Ernest et Célestine et ce dessin si doux. Mais ce que j’aime par dessus tout c’est l’esprit qui se dégage de ces histoires. Noël chez Ernest et Célestine est particulièrement touchant. Une petite merveille avec toute la magie de Noël dépouillé de son aspect mercantile et légendaire. Si on y voit Ernest se déguiser en père Noël pour amuser la galerie, très vite son déguisement et à la fin on le voit déposer lui-même les cadeaux.

Le Loup-Noël

Si je connaissez déjà Ernest et Célestine par d’autres aventures, celui-ci est une découverte. Et une très jolie découverte. Le dessin est mignon mais je n’ai pas non plus été particulièrement séduite. En revanche l’histoire est très sympa. Les petits louveteaux se plaignent que le père Noël ne viens jamais les voir. Du coup, loup Blanc, le père, décide d’aller à la ville leur trouver des cadeau. Le pauvre loup à bien des déboire en ville. Finalement il reviens bredouille et en plus il est blessé par un camion qui le percute. Mais l’esprit de Noël est là ! Heureux hasard, le camion qui le percute transportait des cadeaux et tout se déverse dans la vallée, justement là où habitent les petits loups.

Un jolis conte de Noël sans père Noël mais avec toute sa magie.

 

Quelle est votre sélection album de Noël ?

18 et 19/20
Share

Robinson Crusoe par Ajubel

C’est par hasard à la bibliothèque que j’ai découvert ce très bel album qui nous raconte l’histoire de Robinson Crusoe sans même un mot.

Le dessin de Ajubel est très typé, avec ses énormes nez et ses couleurs très vives. Je l’ai trouvé étrange et beau. Le plus étonnant c’est de voir comment par le simple dessin il arrive à nous raconter une histoire, nous faire ressentir les sentiments du héros. Une très belle découverte qui vaut le détour. Il m’a donné envie de lire le roman (encore un de ses bouquins que tout le monde connais mais que personne l’a lu ^^).

Laissons parler les images :

site de l’autreur : http://www.ajubel.com/index.html

Share

Des arbres pour la vie

Aujourd’hui je vais vous parler de deux beaux album paru chez rue du monde et mettant à l’honneur les arbres : Le ginkgo, le plus vieil arbre du monde de Alain Serres et Zaü et Wangari Maathai, la femme qui plante des millions d’arbres de Franck Prévot et Aurélia Fronty.

Le ginkgo, le plus vieil arbre du monde

Le ginkgo est un arbre magnifique qui m’a toujours fasciné. Quand j’ai vu cet album à la bibliothèque je ne n’ai pas hésité un instant, curieuse d’en apprendre plus sur cet arbre.

Les illustration de Zaü, très stylisées, m’ont plu par leur couleur et leur douceur. Le texte nous raconte l’histoire de cet incroyable arbre que Darwin qualifié de “fossile vivant”. Tout d’abord on nous raconte comment les circonstance de l’apparition du ginkgo sur terre et comment celui-ci a résisté au temps et a l’évolution de la vie sur terre en s’adaptant. Puis on découvre le ginkgo à l’époque des hommes, où il ne subsiste que dans une région de Chine avant de séduire les par sa beauté et ses bienfaits. Ce sont alors eux qui le propageront à travers les continents en le plantant et le reproduisant. On découvre comment le premier ginkgo arrive en Europe, comment il gagne son surnom d’arbre au 40 écu…

A la fin de l’histoire un petit dossier nous montre quelques photos (le plus vieux ginkgo de France, le plus vieux de Chine…) et nous donne d’intéressantes informations complémentaires.

Un beau livre pour aller à la rencontre de ce bel arbre, si vieux et si résistant, symbole de longévité.

ginkgo dessiné par Engelbert Kaempfer (1712)

Wangari Maathai, la femme qui plante des millions d’arbres

Cet album je l’ai découvert sur le blog de Laurette. Ce n’est qu’après les avoir emprunté tous les deux à la bibliothèque que je me suis rendue compte que les deux livres appartiennent à la même collection : grands portraits des éditions rue du monde.

Cet album raconte la vie de Wangari Maathai, femme kenyanne d’un grand courage, qui se bat pour la sauvegarde des forêts et pour la démocratie dans son pays. Après avoir fait des études supérieures aux Etats-Unis à une époque où peu de femmes africaines apprennent à lire, Wangari revient dans son pays pour y promouvoir la sauvegarde des forêts. En 1977 elle crée le mouvement de la ceinture verte (Green Belt Movement) pour replanter des arbres, d’abord au Kenya, puis dans d’autres pays d’Afrique. Les femmes jouent un rôle essentiel au sein de cette association.

Après avoir été battue et emprisonné par le gouvernement dictatorial de Daniel Arap Moi, elle est élue député et nommé ministre de l’environnement  par le nouveau président en 2002. Elle a reçu le prix Nobel de la paix en 2004. Une grande femme qui nous inspire par son courage et ses idées et qui se bat pour un monde meilleur. Cet album est très joliment illustré par Aurélia Fronty. C’est beau et intéressant.

Comme l’album précédent celui-ci est complété par un dossier agrémenté de dates, photos et autres données.

à lire aussi :

15 et 16/20
Share