Archives du mot-clé challenge Brésil

Auteur à l’honneur #1 – Conceição Evaristo

Pour ce premier rendez-vous mensuel initié par Nina, je profite que l’on soit encore au mois de mars pour vous présenter une auteure brésilienne que j’ai découvert l’année dernière : Conceição Evaristo.

Conceicao Evaristo (Conceição Evaristo) - Ecrivain Brésilien - 24 Mars 2015 - Paris

J’ai eu un véritable coup de cœur pour son Banzo, mémoires de favelas, publié en 2016 par les éditions Anacaona. Le roman avait été publié au Brésil en 2006. Un seul autre des ses roman est disponible en français, toujours aux éditions Anacaona, L’histoire de Poncia écrit en 2003 et publié en France en 2015. J’aurais aimé avoir le temps de le lire aussi avant de faire cette article mais je suis prise de court. Étrange, me direz-vous, de mettre à l’honneur un auteur dont on n’a lu qu’un seul livre. Oui, peut-être. Mais ce livre m’a tellement marqué que je soute sur cette opportunité pour en parler et la faire connaitre autour de moi.

Minas Gerais in Brazil.svg

Conceição est née en 1946 dans une favelas de Belle Horizonte dans le Minas Gerais au sud du Brésil. (Je vous ai brièvement parlé du Minas Gerais avec la légende de Chico Rei la semaine dernière).

Elle est la deuxième d’une fratrie de 9 enfants. Dès son jeune âge elle travaille comme domestique pour aider sa famille. Malgré la situation difficile de la famille Conceição, comme ses frères et sœurs, fréquente l’école publique où elle apprend à lire et se découvre très tôt des prédisposition pour l’écriture. Dans sa famille il n’y a pas de livre mais on est conteur, ces aux milieux des histoires contées par les anciens qu’elle  grandi en gardant un goût pour la mémoire et l’héritage, thème que l’on retrouve dans son oeuvre.

En 1973 elle réussi le concours d’enseignant et part s’installer à Rio de Janeiro où elle travaille comme institutrice dans des écoles publiques avant de reprendre ses études de lettre a 40 ans.. En 2011 elle obtient son doctorat en littérature comparée.

Ses premiers écrits sont publié dans les années 1990 dans Cadernos negros, revue brésilienne spécialisée dans la culture afro-brésilienne.

Conceição Evaristo n’est pas seulement écrivaine, elle s’engage également pour lutter contre le racisme et l’exclusion sociale des afro-brésilien. La discrimination raciale et l’histoire des esclaves noirs au brésil sont au cœur de son oeuvre.

Son style très particulier mélange souvenir personnel et mémoire collective faisant ce qu’elle appelle l’écrit-vie.

Conseição Evaristo sur le site de son éditeur français

Pour les lusophone j’ai trouvé cette émission très intéressante :

Ah ! J’adore cette langue !!! Que ça me manque.


Retrouvez tous les auteurs à l’honneur du mois de Mars : Le Rest’o littéraire


Auteur

Share

La légende de Chico Rei ~ album-cd

Aujourd’hui je vous présente un album franco-brésilien que j’ai découvert à la médiathèque et que j’aime beaucoup.

L’album nous raconte la légende de Chico Rei, un roi africain fait esclave avec tout son peuple et vendu pour travailler dans les mines du Minas Gerais, à Vila Rica, devenue depuis Ouro Preto (or noir).

Ce roi entreprends de regagner la liberté de son peuple non par les armes mais par le travaille, l’entraide et la solidarité. Tous vont travailler et mettre de côté l’argent permettant de racheter tous les membres du clan.

C’est une belle légende pour un héros mythique de l’histoire du Brésil. Mais cet album ne fait pas que nous raconter sa légende. Il nous emmène dans un véritable voyage.

L’album et le cd proposent à la fois le texte en français et en brésilien.

Dans un premier temps on découvre la légende de Chico Rei puis l’auteur nous parle du samba, des écoles de Samba et de leur importance dans la vie de ses membres (Ecole de samba. Une école de la vie), enfin nous découvrons un Petit cahier de souvenir de l’auteur illustré par des croquis réalisé en 1950.

Un ouvrage complet qui nous fait découvrir un pan de la culture populaire brésilienne. Et quel plaisir d’écouter le disque nous raconter cette histoire d’abord en français puis en portugais.

Retrouvez l’album sur le site de l’éditeur


Béatrice Tanaka

D’origine roumaine, Béatrice Tanaka, quitte son pays en 1944 pour fuir la guerre et gagne le Brésil en 1947. Elle se partagera entre Brésil et France (pays où elle fait ses études). Dans ses livres elle partage son amour pour le Brésil et sa culture populaire. La première version de son adaptation de la légende de Chico Rei est publié en 1973 dans recueil de contes brésiliens. La version de cet album-cd reprends les illustration qu’elle créa pour l’édition de 1989 (livre-k7).

Ouro Preto


 

 

laboxdepandore_partenaire_2.1

Share

Challenge Amérique Latine – mars : Le Brésil, sa littérature, son histoire, sa musique…

challenge-amerique-latine-2

Normalement c’est au début du mois que je suis sensé publié mes petit billets de présentation du thème du mois pour le Challenge Amérique Latine… Le 16, c’est le début du mois, non ?

Alors pour ce mois de mars on s’intéresse au Brésil. Avez-vous des idées ? N’hésitez pas partager les liens vers vos anciens articles (le challenge est rétroactif !). Et n’oubliez pas non plus de partager vos liens sur le formulaire pour qu’il figurent sur le récap trimestriel 😉

quelques idées, je compte sur vous pour compléter

Littérature

littérature brésilienne
  • Banzo, mémoires de la favela de Conceição Evaristo
  • L’Alchimiste (je l’ai lu au lycée et… je ne m’en souviens plus du tout), Véronika décide de mourir (celui-ci est dans ma PAL depuis une éternité !)de Paulo Coelho
  • Dona Fores et ses deux maris de Jose Amado (aussi dans ma PAL depuis une éternité)
  • La cité de Dieu de Paulo Lins
  • L’empreur d’Amazonie de Marcio Souza

J’ai trouvé des listes intéressantes sur Babelio :

littérature sur le Brésil
  • Saudade de Jean-Paul Delfino
  • Rouge Brésil de Jean-Christophe Rufin (je l’ai lu il y a 10 ans, je l’avais beaucoup aimé)

Jeunesse

BD

  • Tungstène
  • Deux frères

Musique

Cinéma

Share

Aux couleurs du Brésil 2017

challenge lecture aux couleurs du brésil

Il était temps de remettre en avant ce challenge lecture mais pas seulement.

Crée de ça il y a déjà quelques année, le challenge est passé totalement inaperçu. J’espère pouvoir partager ma curiosité pour ce pays avec de nouveau participants pour cette cession 2017. Une seule lecture suffira à valider votre participation.

Tous sorte de livres sont accepté. Vous pouvez également nous parler de la musique, du cinéma ou encore de la cuisine de ce pays. Faites nous voyager ! Seule contrainte, le livre que vous choisirez doit entrer dans l’une des deux catégories suivantes :

  • Livres venus du Brésil (en VO ou traduit)
  • Livres qui nous parlent du Brésil (quel qu’elle soit l’origine de l’auteur)

Retrouvez ici le billet de création avec quelques idée à piocher

Dans quelle catégorie souhaitez-vous jouer ?

  • Doutor : plus de 50 livres
  • Especialista : de 31 à 50 livres
  • Conhecedor : de 21 à 30 livres
  • Amador : de 10 à 20 livre
  • Curioso : moins de 10 livres

Je ne suis moi même qu’une petite curiosa pour le moment ^^

Le challenge est illimité dans le temps et rétroactif. Partagez vous anciennes lecture en ajoutant à vos articles le logo et le lien vers cette présentation.

Pour vous inscrire rien de plus simple : laissez-moi un commentaire avec le lien de votre blog ou réseau social sur lequel vous partagez vos avis littéraires. Les inscriptions sont ouvertes toute l’année.

Si vous n’avez pas de blog mais que vous souhaitez participer, nous pouvons vous ouvrir les portes de Ma petite Médiathèque l’espace que quelques chroniques. Contactez-moi par mail (bidib.mapetitemediatheque [@] gmail.com).

Le challenge sera jumelé avec le challenge Amérique du Sud – Amérique latine (à découvrir demain sur le blog)

En partenariat aussi avec Des livres en cuisine 😊

Laissez-moi les liens vers vos article en commentaire ici.

Les participations 2017

 Conceicao Evaristo (Conceição Evaristo) - Ecrivain Brésilien - 24 Mars 2015 - Paris

Share

Des livres en cuisine 2017

Des livres en cuisine évolue et devient un challenge annuel. Parce qu’on ne sais pas toujours à l’avance qu’un livre va nous faire saliver et nous emmener en cuisine !

Le principe reste le même, tous type de livres sont accepté : bd, roman, livres de cuisine, poésie, albums jeunesse, théâtre… une seule contrainte : la cuisine doit y jouer un rôle important que ce soit le sujet principal où seulement un aspect secondaire du livre.

Vos chroniques doivent être publié entre le 1er janvier et le 31 décembre 2017

Pour inscrire à cette cession 2017 rien de plus simple : laissez moi un commentaire. Vous pouvez vous inscrire à n’importe quel moment de l’année.

Si vous n’avez pas de blog et que vous souhaitez participer, nous pouvons vous ouvrir les portes de Ma petite Médiathèque le temps de quelques chroniques, contactez-moi par e-mail (bidib.mapetitemediatheque [@] gmail.com).

pour partager vos lien utilisez ce formulaire, un récapitulatif trimestriel des participations sera publié sur le blog.

Pour plus piment vous pouvez participer aux 2 défi suivant : le gastronome bédéphile et un roman en cuisine. Il s’agit de cuisiner en s’inspirant d’un bande dessinée pour le gastronome bédéphile ou d’un roman pour le roman en cuisine. Les recette sous forme traditionnelle avec liste d’ingrédients précise et mode opératoire expliqué ne sont pas accepté. il faut pouvoir improviser 😉

Autre nouveauté 2017 : le groupe facebook pour partager encore plus nous découvertes livresques appétissantes

ajoutez également vos chroniques au tableau pinterest (donnez-moi votre pseudo pour que je vous ajoute au tableau)

Partenariat gourmand :

Pour plus de plaisir et de partage, le challenge des livres en cuisine sera jumellé avec il viaggio, le challenge qui nous invite à voyager en Italie à travers sa littérature mais aussi ses saveurs.

Pour s’inscrire au challenge italien rendez-vous chez Martine.

Deuxième partenariat gourmand, direction le Brésil avec le challenge lecture Aux couleurs du Brésil direction l’Amérique latine toute entière avec le Challenge Amérique du Sud -Amérique latine

 

Les participants :

Share

Plume

C’est un joli album des éditions Fei, écrit par Cao Wenxuan et illustré par Roger Mello que je vais vous présenter aujourd’hui : Plume.

Petit renard, Minorités, jeunesse, les éditions fei, bande dessinée chinoise

J’avoue que dans un premier temps, sa couverture bleu profond et son drôle d’oiseaux n’avaient pas vraiment attiré mon attention. C’est parce que les éditions Fei me l’ont proposé que je me suis plongé dans cet album. Et je les remercie. C’est finalement un très bel album que j’ai découvert avec un texte poétique nous invitant au voyage et à l’introspection et de belles illustrations aux couleurs sombres et profondes, dans un style original qui m’a vraiment charmé.

Mimiko avait le même à priori que moi, j’ai du un peu insister pour qu’elle accepte de lire cet album avec moi et elle ne s’y est plié qu’après avoir lu tous les autres albums que contenait le paquet. Pourtant, une fois la lecture commencée j’ai l’ai vue peu à peu se concentrer sur les récit, se pencher en avant pour voir les images et en quelques pages elle était captivé par l’histoire de cette plume qui, tombée au sol se demande à qui elle peut appartenir. Elle parcourt ciel et terre demandant à chaque oiseau qu’elle croise « suis-je une de vos plumes ? « 

La plume rencontre toute sorte d’oiseau, des hautains, des sympathiques, de concentrés, des distraits, mais elle peine à trouver l’oiseau à qui elle  appartient. Étrangement il se dégage beaucoup d’émotion et on éprouve de l’empathie pour cette plume un peu perdue.

Quant aux illustrations, d’un premier abord très épuré, elles sont finalement très poétiques et se marient parfaitement au texte.

Un bel album qui cache sa douceur et sa poésie sous un aspect faussement austère. Une très belle découverte.

« Pour moi, un album jeunesse doit être philosophique. Le voyage emprunté par le vent est le cheminement d’une réflexion » nous dit en préambule l’auteur, Cao Wenxuan. Et bien, il a réussi son pari, car sous ces air de comptine à répétition c’est en effet une réflexion sur l’identité que raconte cette histoire.

Cao Wenxuan, professeur de littérature à l’Université de Pékin, a écrit plusieurs livres pour enfant. En France on peut lire Bronze et Tournesol sorti chez Picquier. Cet album m’a donné envie d’en savoir plus sur lui et je crois bien que je vais chercher ce roman. Roger Mello que je découvre également avec cet album est un auteur/illustrateur qui nous vient du Brésil. Cet album nous fait voyager aussi par les origines de leur auteur qui apportent chacun une touche de leur culture pour un résultat très universel.

Petit renard, Minorités, jeunesse, les éditions fei, bande dessinée chinoise

Plume
Les éditions Fei
Auteur : Cao Wenxuan
Illustrateur : Roger Mello
Prix public : 14,9€
Pagination : 40 pages, couleurs
Format : 29,2 cm x 16,5cm cartonné

sur le site de l’éditeur

 Envie de découvrir cet album ? Revenez sur Ma petite Médiathèque la semaine prochaine pour tenter d’en gagner un exemplaire 😉


rp_logoalbums2016.jpg rp_challenge12016br.gif

challenge lecture aux couleurs du brésil

Share

Banzo mémoires de la favela

Voilà une lecture que je découvre grâce à la masse critique de Babelio, une superbe découverte !

Roman écrit par Conceição Evaristo en 1986 (mais publié pour la première fois seulement en 2006) et illustré par Lúcia Hiratsuka, paru aux éditions Anacaona (2016). Banzo mémoires de la Favela (Becos da mémoria, dans s version originale) retrace, entre fiction et souvenir de l’auteur, la vie des favelas de son enfance.

A travers les yeux curieux et interrogateurs de Tite-Maria, négrillonne observatrice qui aime qu’on lui raconte des histoires tristes, on découvres de nombreux personnages, tous hauts en couleurs, qui peuplent cette favela. Une favela sans lieu ni date. Une favela sortie de la mémoire de Conceição Evaristo. Une favela où règne la misère, la pauvreté et une certaine violence, mais aussi la solidarité entre les habitants. Si Tite-Maria est le témoins à travers lequel nous sont révélés divers destins, elle n’est pas le personnage principal. Ce sont les vies des favelados, habitant de cette favela en passe d’être détruite qui nous sont conté. Ce sont toutes leurs histoires qui se croisent et décroisent dans le dédale des rues étroites de la favela. Tite-Maria observe, écoute, devine, les histoires de Vieille-Maria qui rie « en dedans-elle, pour se cacher, fuir la tristesse », de Maman Joana « une femme triste », de l’Onc’Toto l’homme qui « arriva sain et sauf et seul sur l’autre rive du fleuve », des Ti-macho, de Mémé Rita au cœur énorme, de l’Autre, de Bonté qui n’habite nulle part mais à une place chez tous, de Cidinha-Cidoca qui a perdu la tête, du nègre Alirio qui se bat pour les droits des travailleurs… Les histoires de chacun nous sont conté par bribes, entrecoupé de moments de vie dans la favela : le championnat de football, les grosses peloteuses qui détruisent la favela petit bout par petit bout, la lessive au robinet d’en haut… Une collection d’histoires tristes, de « pierres pointues » que les favelados gardent « au fond du cœur ». Des destins souvent tragiques, toujours touchants qui sont conté avec un incroyable talent par Conceição Evaristo.

Son écriture et très vivante et très poétique à la fois. On sent la favela, on la voit, on voit la misère mais on sent aussi la saudade (« souvenir nostalgique et tendre, mélancolique, accompagné d’un sentiment de « manque habité » » nous explique Paula Anacaona, la traductrice) de favelados, saudade pour cette favela qu’ils vont devoir quitter et qui malgré la misère a été leur refuge, saudade aussi pour un passé douloureux mais riche de rencontres, en souvenirs.

J’ai adoré ce roman et l’écriture de Conaceição Evaristo. Une écriture très particulière qui ne ressemble à aucune autre de mes lectures. Ce que l’auteur appelle elle-même « l’écrit-vie ».

Quelques mots sur l’édition qui m’a aussi plu, petit format (parfait pour moi qui lit dans les transport public) avec une très jolie couverture matte, dont j’ai beaucoup aimé l’effet. L’ouvrage est richement illustré par les sumi-ê de Lúcia Hiratsuka, illustratrice brésilienne d’origine japonaise. A la fin du roman quelques pages supplémentaires permettent de replace ce roman dans son contexte, on en apprends plus sur l’auteur et sur son intention en écrivant ce roman. Des pages que j’ai beaucoup aimé trouver car j’étais vraiment émue par ce roman et voulait en apprendre plus sur l’auteur.

Enfin, un mot sur la traduction, superbe, très fluide, très agréable à lire et qui garde le parfum de là-bas. Je n’ai pas lu (pas encore) la version originale, mais j’ai trouvé le texte en français vraiment très beau, une fois n’est pas coutume, je voulait remercier la traductrice.

Que dire de plus ? Lisez-le !!


pour aller plus loin :

le roman sur le site de l’éditeur 

Conceição Evaristo sur le site de l’éditeur

Lúcia Hiratsuka sur le blog de l’éditeur

à lire aussi l’avis de Charlotte


challenge lecture aux couleurs du brésil

Ce livre me donne envie de repartir à la découverte du Brésil et de sa littérature

coup de coeur
coup de cœur 2016

 

Share

A casa

Coucou tout le monde. Aujourd’hui c’est un petit billet musical que je vous propose avec une chanson qui a bercé mon enfance (dans sa version italienne) et que j’ai redécouvert à la fac en étudiant le portugais du Brésil. Cette petite chanson très rigolote est en effet originaire du Brésil. Elle a été écrite par Vinícius en 1970.

paroles :

Era uma casa
Muito engraçada
Não tinha teto
Não tinha nada
Ninguém podia
Entrar nela não
Porque na casa
Não tinha chão
Ninguém podia
Dormir na rede
Porque a casa
Não tinha parede
Ninguém podia
Fazer pipi
Porque penico
Não tinha ali
Mas era feita
Com muito esmero
Na Rua dos Bobos
Número Zero.

Voici la version la version italienne, interprété par les enfants du Zecchino d’oro (festival de chant pour enfant diffusé sur la télé italienne). J’étais fan du Zecchino d’oro. Nous chantions beaucoup de leurs chansons 🙂


 

rp_challenge-italie.jpg challenge lecture aux couleurs du brésil

Share

Saudade ~ Jean-Paul Delfino

Ce roman nous amène dans le Brésil du XIX. L’ambiantation est bien détaillé, très détaillé. Trop détaillé ! Je dois l’avouer, finir ce livre m’ a coûté. Parfois les trop longues descriptions et la langue ampoulé me donnaient envie de le refermer, définitivement ! Mais, obstinément, j’ai tourné les pages et en le refermant après avoir lu sa dernière page je n’avais pas de regret. Il n’y a pas à dire, ce livre est trop long et bien des passages auraient pu être éliminé, mais j’ai pris du plaisir à sa lecture.

Abstraction faite de ces longues envolées descriptives où plus de deux pages sont nécessaires pour décrire le bruit de la rue, où les description architecturales tombent sur une scène d’action comme un cheveu sur la soupe, j’ai aimé le fond. J’ai aimé les personnages et découvrir l’Histoire du pays à travers leurs destins croisés. Je me suis vite attaché à Marina et Chico Zumbi, à la grosse Rosa, à Don Pedro II, dernier empereur du Brésil. Je me suis attaché à ce Brésil du XIX siècle en pleine métamorphose.

Pour conclure, un livre intéressant, avec de bon personnages, mais qui aurait mérité d’être délesté d’une bonne centaine de pages.

challenge lecture aux couleurs du brésil
catégorie : livre qui nous parle du Brésil

Jean-Paule Delfino, Saudade, Le Passage, 2014

tous les livres sur Babelio.com
Share

Challenge lecture : aux couleurs du Brésil

Aujourd’hui j’ai envie de vous proposer un nouveau challenge lecture avec pour thème le Brésil. 

Autant vous le dire de suite, ce challenge n’a rien à voir avec la coupe du mande de foot qui se déroule en ce moment au Brésil ! C’est un pur hasard, je vous assure. Non, ce qui m’a donné envie de crée ce challenge, c’est le roman que je suis entrain de lire : Saudade de Jean-Paule Delfino.

Et puis, après des années passées à user mes pantalons sur les bancs de la fac à étudier le brésilien et la culture brésilienne, je n’ai plus l’occasion de m’intéresser au Brésil. Et là, je suis soudainement prise de saudade*. Le moment est venu pour moi de revenir vers ce pays et sa culture.

Aux couleurs du Brésil

Comme j’aime être libre, c’est un challenge sans contraintes que je vous propose. Vous vous inscrivez quand vous voulez, pour autant de livres que le cœur vous en dit 🙂 Le but étant de simplement partager le plaisir de la lecture.

Sont acceptés toutes forme de livre : album jeunesse, roman, BD, essai, livres d’histoires, poésie, photos.. faites vous plaisir et faite nous découvrir.

Seule contrainte, le livre que vous choisirez doit entrer dans l’une des deux catégories suivantes :

  • Livres venus du Brésil (en VO ou traduit)
  • Livres qui nous parlent du Brésil (quel qu’elle soit l’origine de l’auteur)

Pour participer, rien de plus simple ! Il vous suffit de me laisser un commentaire. Publier vos billets avec le petite logo ci-dessous et me laisser un commentaire sur n’importe quel article du blog avec le titre, le nom de l’auteur ainsi que le lien vers votre article.

challenge lecture aux couleurs du brésil

Les participants se verront décerner des titres en fonction du nombre de livres chroniqués, juste pour le fun 🙂 il y a rien à gagner :p

Doutor : plus de 50 livres

Especialista : de 31 à 50 livres

Conhecedor : de 21 à 30 livres

Amador : de 10 à 20 livre

Curioso : moins de 10 livres

Et pour fêter ça, je vous quitte sur un peu de musique… aux couleurs du Brésil 😉

Tiens d’ailleurs je me demande, pourquoi ne pas étendre ce challenge pour parler aussi musique, cinéma, art… il n’y a pas que les livres dans la vie ! Qu’en pensez-vous ?


Les escapades brésilienne sur Ma petite Médiathèque :

Lecture :

Littérature jeunesse :

Musique :

Cinéma :


Saudade : sentiment doux et mélancolique que l’on éprouve en pensant à une personne absente, un lieu vers lequel on aimerait revenir, sorte de nostalgie.

Share