Archives par mot-clé : challenge Christmas Time

Challenge Christmas Time clap de fin

Le challenge Chrstmas Time 2018 s’achève officiellement aujourd’hui. Encore une belle session pleine de partage et de lecture douillète. Je n’ai pas lu tout ce que j’avais prévu, mais ce n’est pas grave, ça me donnera des idées pour l’années prochaine 🙂 Car c’est sur, en 2019 on remet ça !

Mes participations :

Share

La trêve de Noël – Michael Morpurgo et Michael Foreman [album jeunesse]

Un très joli album sur un événement particulièrement émouvant : la trêve de Noël de 1914.

Un homme achète un vieux bureau et la veille de Noël décide de se lancer dans sa restauration. Il y découvre un tiroir secret avec à l’intérieur une lettre datée du 26 décembre 1914.

Jim, un officier de l’armée anglaise écrit à son épouse depuis les tranchées pour lui raconter l’extraordinaire événement de la veille : le matin de Noël depuis leur position, les soldats anglais voient les Allemands agiter des drapeaux blancs.

Un premier soldat allemand sort de la tranchée, désarmé, une bouteille de schnaps à la main, suivi bientôt par d’autres. Les Anglais sortent à leur tour et, l’espace d’une journée, aucun coup de feu n’est tiré. Allemands et Anglais parlent et rient ensemble, partagent un repas et une partie de football avant de regagner chacun sa tranchée. Chacun espérant en finir vite avec cette guerre.

Ce que l’histoire ne dit pas, c’est que Jim n’est probablement jamais revenu de la guerre. Ce que nous savons, mais que Jim ignore lorsqu’il écrit sa lettre c’est que la guerre durera encore longtemps après cette trêve.

Le texte est simple et les illustrations douces, je n’ai pourtant pas pu retenir mes larmes. Un très joli album.

sur le site de Gallimard Jeunesse

⇒ sur Amazon


 challenge WWI

  

Share

Pain d’épice sans gluten

C’est en lisant cette recette que j’ai eu envie de faire moi aussi un pain d’épice. Je me suis donc inspiré pour créer ma propre recette et tester un pain d’épice sans gluten. Je cherche en effet à réduire ma consommation de farine de blé que je tolère assez mal.

(ici il devait y avoir une photo… mais on a tout mangé avant d’y penser)

Voici donc ma recette :

  • Pour remplacer les 250g de farine de la recette initiale, j’ai préparé un mélange de 100g de faine de sarrasin, 100 g de farine de maïs et 50g de maïzena.
  • La recette initiale préconise 250 g de miel, moi j’ai fini le pot et ça faisait environ 180 g.
  • J’ai eu la main un peu lourde sur le lait et j’ai mis un tout petit peu plus de 200 ml préconisés.
  • 1 œuf
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 cuillère à café d’épices pour pain d’épice (j’achète mon mélange tout prêt)
  • 3 petites pommes épluchées et coupées en petits bouts (dans la recette initiale, c’est 2 poires)

J’ai tamisé les farines, la levure, la maïzena et les épices dans un saladier.

Dans une casserole j’ai chauffé le lait pour y faire fondre le miel.

J’ai d’abord ajouté l’œuf à la farine, puis le lait miel et mélangé jusqu’à ostension d’une pâte homogène (c’est assez liquide comme consistance par rapport aux pâtes à gâteau dont j’ai l’habitude).

J’ai ajouté les pommes et mélangé, avant de verser la pâte dans un moule à cake beurré.

Dans un four préalablement chauffé, je l’ai fait cuire 35 minutes à 180°C.

Verdict :

J’ai trouvé ça très bon. Le sarrasin a un goût très prononcé et ne plaira pas forcément à tout le monde. J’en ai apprécié son goût torréfié, mais j’ai aussi envie de tester la recette avec une farine au goût plus neutre comme la farine de riz. La texture est beaucoup plus granuleuse qu’avec de la farine de blé, mais il était bien moelleux quand même.

La prochaine fois, je mettrai peut-être un peu plus d’épices. En revanche, niveau sucrosité c’était parfait pour moi. Je préfère les gâteaux pas trop sucré.

En tout cas, j’étais très agréablement surprise, tout le monde a aimé. Et le pain d’épice est parti en un rien de temps.


L’image contient peut-être : texte

  

Share

La légende de Saint Nicolas ou la terrible histoire du grand saloir [album jeunesse]

C’est à la bibliothèque que j’ai découvert ce joli album écrit par Philippe Lechermeier et illustré par Aurélie Guillerey, publié par Gallimard Jeunesse.

La légende de Saint Nicolas est assez dure. Un boucher tue trois enfants et cache leur cadavre dans un saloir. Nicolas, alertée par un oiseau vient à leur secoure et ramène les enfants à la vie (on ne sait pas comment).

L’humour de Lechermeier et la douceur des dessins d’Aurélie Guillerey viennent adoucir cette noirceur. Il n’est reste pas moins que cette légende fait froid dans le dos ! Comme souvent avec les vieilles légendes, soit dit en passant.

Une histoire plutôt glauque, mais un très joli album dont j’ai apprécié à la fois le ton et les illustrations.

sur le site de Galimard jeunesse

⇒ sur Amazon

Pour en savoir plus sur Saint Nicolas, je vous invite à lire aussi l’article de Sorbet-Kiwi


 

 

Share

Quelques idées de livres à glisser sous le sapin

Si vous êtes organisé, vous avez sans doute déjà tous vos cadeaux de prêts, ou du moins vous savez déjà ce que vous allez acheter. Moi, je n’ai encore rien (ou presque) acheté et je suis encore en pleine recherche d’idées.

En flânant çà et là j’ai trouvé quelques jolies idées que je partage avec vous. (je ne suis sans doute pas la seule à m’y prendre à la dernière minute).

Voici quelques livres qui vous donneront peut-être des idées :

Un livre de recettes pour geeks gourmands. Les photos font envie et les recettes ont l’air sympas. À offrir à quelqu’un avec qui vous avez prévu de passer le prochain Halloween. 😉

 

Un très beau livre à offrir aux vrais fans du Seigneur des annaux (celui de Tolkien, pas celui d’Hollywood!). De très belles illustrations.

Hayao Miyazaki, nuances d'une oeuvre

Pour les amoureux de Miyazaki. Il livre qui fait des promesses alléchantes. J’ignore si elles sont tenues, en tout cas ça fait envie. (Qoui ? On me souffle à l’oreillette que je ne suis pas en train de faire une lettre au père Noël. Oui, oui, mais bon, si je l’offre à quelqu’un … il/elle pourra me le prêter 😀 non ? )

Les Gouttes de Dieu, le guide des vins, 500 vins de légende

Si les livres précédents ne sont pas pour lutins fauchés, celui-ci c’est carrément pour le lutin qui a les moyens et… bon je sais à qui j’aimerais l’offrir, mais… ben, il n’y aurait plus rien pour les autres ^^. Un gros et beau livre avec 500 vins à découvrir pour seulement 45€


  

Share

Comment le Grinch a volé noël – Dr. Seuss [album jeunesse]

C’est dans les nouveautés de la bibliothèque que je suis tombé sur Comment le Grinch a volé Noël du Dr. Seuss, publié aux éditions le nouvel attila. Le livre n’est pourtant pas une nouveauté puisque l’édition date de 2016. La sortie du film de Disney n’est pas pour rien dans la remise en avant de cet album.

C’est parti pour cette lecture de saison que je partage avec Blandine.

Couverture Le grinch qui voulait gâcher Noël !

Le Grinch est un chou grincheux qui vit seul à l’écart du village, il n’aime rien ni personne, mais surtout il déteste Noël. Tous les chous sont joyeux, ils chantent et se préparent pour la fête. Le Grinch ne supporte pas Noël, toute cette joie c’est une torture pour lui.

Cette année, il a une super idée : il va voler Noël. À la nuit tombée, déguisée en Père Noël le Grinch entre dans toutes les maisons pour tout voler : cadeau, décoration, bons petits plats… il vole tout et ne laisse qu’une miette dans chaque maison.

L’aube se lève et il est sur le point de tout jeter par dessous bord, mais des chants joyeux remontent du village. Sa mauvaise farce n’a pas gâché la fête, les chous sont heureux. Parce que Noël ce n’est pas que des cadeaux et des bons petits plats. Noël c’est un état d’esprit. Et rien ne gâchera la fête des choux.

Une jolie histoire tout à fait dans l’esprit de Noël. Les dessins sont amusants avec ses petits personnages stylisés et un peu loufoques. Mais le plus amusant est assurément le texte, écrit en rime. Il y a beaucoup d’humour et c’est vraiment agréable à lire.

J’ai tout de suite pensé au film Horton. Connaissez-vous ce dessin animé ? J’adore.

J’ai pensé que le réalisateur avait dû s’inspirer de cet album. Dans mon ignorance je n’étais pas loin de la vérité puisque le film adapte un autre album du Dr. Seuss : Horton entend un Chou.


  

Share

Le renard et le lutin

Voici un album que je gardais de côté pour décembre. Le renard et le Lutin nous vient du nord. L’autrice comme l’illustratrice sont suédoises. Astrid Lingren (la maman de Fifi Brindacier) en a écrit le texte en 1965, Eva Eriksson l’a mis en image en 2017. La traduction française est toute fraîche, puisque c’est au mois de novembre qu’elle est sortie dans la collection Pastel de l’école des loisirs.

Renard et le lutin (Le)

C’est l’histoire d’un petit renard affamé. Tandis que les enfants découvrent leur cadeau sous le sapin, le renard s’approche. Il veut s’introduire dans le poulailler pour piquer quelques poules.

Mais la ferme est sous bonne garde. Le vieux lutin veille. Personne ne touche aux poules ! “Mais le vieux lutin sait bien qu’un renard peut avoir faim.” Alors il lui donne à manger, il lui donne de la bonne bouillie que tous les soirs les enfants laissent dans l’étable pour le lutin.

Résultat de recherche d'images pour "Eva Eriksson renard"

Une histoire toute mignonne servie par des dessins tout en douceur. Une lecture idéale pour les soirs d’hiver. Des bons sentiments et du partage, l’esprit de Noël, quoi !

sur le site de l’école des loisir

⇒ sur Amazon (ou chez votre libraire préféré)


  

 

Share

Contes du Nord illustrés par Kay Nielsen

Chère Père-Noël,

Tu dois être bien occupé en ce début décembre. Si je prends ma plume (enfin… mon clavier) pour t’écrire aujourd’hui, c’est pour te parler d’un livre et de son auteur.

Te souviens-tu de Kay Nielsen ? Cet illustrateur danois (1886-1957) qui, après des études à Paris, fit une belle carrière à Londres. C’était l’âge d’or de l’illustration anglaise et des gift book, ces belles éditions richement illustrées qui étaient spécialement éditées pour les fêtes de Noël et que tu avais l’habitude de glisser sous les sapins.Une belle tradition du XIX qui est peu à peu tombé en désuétude.

Illustration by Kay Nielsen 9.jpg

Sans doute te souviens-tu de East of the Sun & West of the Moon que Kay Nielsen avait illustré en 1910 ? Les contes occupaient une belle place dans les gift book de l’époque. Et pour changer un peu de Perrault et des frères Grimm, G. W. Dasent et Kay Nielsen avaient repris les contes norvégiens recensés par  Peter Christen Asbjørnsen et Jørgen Moe. (J’ai déjà évoqué ici leurs travaux. J’ai en effet découvert récemment que le compte préféré de mon enfance venait de leur recueil.)

Illustration by Kay Nielsen 8.jpg

East of the Sun & West of the Moon avec les illustrations de Kay Nielsen a également connu une édition française. C’est chez Henri Piazza qu’il est paru en 1919. S’il garde le même titre (A l’est du soleil et à l’ouest de la lune, ancien contes du Nord), les contes ne sont pas simplement traduits, mais réinterprétés par Edmond Pilon (1874-1945) qui les retravaille pour leur donner une forme plus littéraire et développée. Il fallait bien donner un air plus ampoulé  aux rustiques contes norvégiens pour séduire le public français. 😉 (Mais non, Père Noël, je ne me moque pas, je taquine). Des 14 contes de la version anglaise, Edmond Pilon n’en garde que 7.

Tu te demandes sans doute pourquoi je te parle de ces vieux livres. Voudrais-je trouver une pièce de collection sous le sapin ? Ne t’inquiète pas cher Père Noël, je ne serais pas aussi exigeante. La BnF t’as rendu la tâche plus facile, car elle propose une jolie édition intitulée sobrement Contes du Nord. Connais-tu cette dernière édition ?  Qu’en penses-tu ?

Si j’adore les illustrations de Kay Nielsen et ai trouvé les textes (je suppose qu’ils ont repris ceux de Pilon, c’est pas très clairement annoncé) très agréables à lire, j’ai regretté la qualité des reproductions des images qui manquent un peu de finesse. C’est, comme on dirait de nos jours, un peu pixelisé. Sans doute, la qualité de reproduction d’images n’était pas encore à la pointe. Néanmoins j’adore ce livre parce qu’il est accessible et même un peu pixelisé, les illustrations de Kay Nielsen sont magnifiques.

sur le site de la BnF

⇒ sur Amazon

Voilà pourquoi j’ai eu envie de t’écrire. Contes du Nord illustré par Kay Nielsen (BnF, 2015) feraient un très beau cadeau à glisser sous le sapin. Sous le bien, bien sûr, mais aussi sous celui d’autres passionnés de contes & légendes. Et je suis sûre qu’il y en a beaucoup dans ton carnet d’adresses !

J’apprends à l’instant qu’ A l’est du soleil et à l’ouest de la lune, anciens contes du Nord a été réédite par Taschen. Une édition que je n’ai pas eu le plaisir de feuilleter, mais qui à l’air magnifique. Connaissant cette maison d’édition je pense que la reproduction des illustrations doit mieux rendre hommage au travail de Kay Nielsen que ne le fait l’édition de la BnF. Et le prix est plus ou moins le même. Mais il est en anglais ! Oui malgré le titre en français. Éditée à l’occasion du centenaire de la première édition anglaise, je suppose que celui reprends l’édition anglaise avec 14 contes et des textes plus courts.

sur le site de Taschen

⇒ sur Amazon

Alors, pourquoi ne pas renouer avec le traditionnel gift book et les incontournables contes offerts à Noël ?

Voilà, cher Père Noël, j’espère t’avoir donné de bonnes idées pour remplir quelques paquets.

Avec toute mon affection,

Bidib

PS : tu ne m’en voudras pas, je partage cette lettre avec quelques lutins de passage, tout particulièrement avec ceux qui participent au rendez-vous Contes & légendes du challenge Christmas Time.


  

  

Share

calendrier de l’avent

J’aurais pu reprendre l’idée des années précédentes et faire un calendrier en tissu, mais pour être tout à fait sincère je n’ai aucune idée d’où j’ai rangé les petites poches en tissu que j’avais cousu. Et puis j’avais envie de changer.

Je ne trouvais ni d’idées ni le temps jusqu’à ce que je tombe sur le calendrier de l’avent que Blandine et ses enfants ont préparé cette année. J’ai tout de suite adoré l’idée et nous sommes partis à la recherche d’une petite maison en bois. Mais… pas de maison.

Nous nous sommes donc rabattus sur une petite structure en bois avec 24 petits tiroirs disposé tout au tour d’un plateau central.

Puis nous avons complété nos achats par 2 pots de peinture pébéo acrylique mat pub : un vert, un rouge, deux couleurs qui, associées, font tout de suite penser à Noël, et 2 planchettes de stickers de noël..

Première étape : peinture

Mimiko a pris le rouge et les tiroirs, moi le vert et la structure principale

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Un après-midi qui fleure bon noël avec Mimiko. Au menu cookies et calendrier de l’avent #challengechristmastime #ilétaitsixfoisnoël

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Petite pause cookies en attendant que la peinture soit bien sèche. Elle sèche très vite. Le temps de sortir les cookies du four, tout était bien sec.

C’était la première fois que j’achetais la peinture acrylique pébéo et franchement je suis ravie, c’est pas donné, mais c’est très couvrant et ça sèche très vite, tout en restant lavable à l’eau. Je vous la recommande pour tout ce type de bricolages.

Étape 2 : décorations

Mimiko a décoré le plateau central en faisant une scène avec les stickers animaux, quant aux tiroirs, ils ont été décoré avec des petits stickers de Noël : sucre d’orge, houx, maison en pain d’épices….

Les deniers jours avant le 24 sont décorés avec des masking tapes brillants (reçu en cadeau à Noël l’année dernière).

Tandis que Mimiko décoré l’ensemble à l’aide des stickers, moi j’avais la lourde tache de numéroter les tiroirs avec deux stylos gel brillant : doré et argenté.

Et pour donner un peu plus de volume à l’ensemble, nous avons suspendu deux petits sapins en papier, décoré aux stylos gel doré et argenté.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#calendrierdelavent #challengechristmastime #ilétaitsixfoisnoël

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Étape 3 : garnir

Mimiko ne conçoit pas un calendrier de l’avent sans chocolat. Elle a donc fait une razzia dans le placard réquisitionné tout le stock de chocolat et glissé un petit carré sucré dans chaque tiroir. Moi j’ai attendu d’être seule pour y ajouter des « billets bonus » comme les appelle Mimiko. Chaque jour un nouveau billet.

Voici quelques exemples des « bonus »

  • allons faire un tour au marché de Noël
  • atelier créatif : faisons une guirlande en papier
  • invite un(e) copain/copine pour partager un chocolat chaud
  • ce soir c’est toi qui choisit le menu
  • atelier créatif : pixel mania
  • etc…

On est toutes les deux ravie. On le trouve très joli et chaque tiroir est une fête, pour le moment elle apprécie les bonus et ça nous donne des idées d’activité à faire ensemble autour du thème de Noël.


  

L’image contient peut-être : nourriture

Share

Le Manteau rouge

Voici un très bel album de Noël que nous offrent Philippe Lechermeier (texte) et Elodie Nouhen (illustrations) aux éditions Gautier Langureau ( 2007).

C’est l’hiver et la neige recouvre le village. Quelqu’un observe les traces laissées sur la neige et nous raconte ses souvenirs d’enfance.

Jadis dans le village on cultivait la garance qui servait à fabriquer une belle teinture rouge. Le village était prospère et quand Akupaï et ses hommes venus du froid arrivent pour chercher du travail ils sont accueillis à bras ouverts. C’était l’époque de la récolte. Une fois celle-ci finie Akupaï et les siens repartent dans le nord, mais les villageois les invitent à revenir en hiver quand la saison le la teinture sera venue. Fasciné par la teinture Akupaï y plonge son manteau pour le teindre en rouge. L’année suivante les gens du nord reviennent et sous le sapin rentré dans les maisons pour répondre sa bonne odeur de résine il laisse un petit paquet pour notre conteur.

Les années se suivent et chaque année Akupaï et les siens viennent travailler au village et chaque année ils apportent un petit cadeau pour les enfants de la famille qui les accueille. Mais l’époque de la garance est révolue et il n’y a plus de travail. Malgré cela Akupaï revient avec son manteau rouge déposer aux enfants un petit présent. Mais maintenant Akupaï est trop vieux. Il a laissé ses bottes et son long manteau rouge chez le conteur.

Il fait nuit déjà, il est temps pour le conteur de vêtir le manteau rouge et les bottes, il a des cadeaux à distribuer.

Le manteau rouge est une très belle histoire qui propose une jolie origine pour le personnage du Père Noël, qui n’est jamais nommé. On ne le reconnaît dans l’histoire qu’à la couleur de son manteau et aux cadeaux qu’il laisse aux enfants.

Les illustrations d’Elodie Nouhen sont aussi très belles, douces et poétiques.

Une nouvelle édition de ce conte a été proposée en 2017, illustré par Hervé Le Goff

Le Manteau rouge

à découvrir sur le site de l’éditeur

⇒ achetez sur Amazon (ou votre libraire préféré)


  

 

Share