littérature jeunesse

Souviens-toi de septembre ! [roman jeunesse]

Couverture Angie !, tome 2 : Souviens-toi de septembre !

Souviens-toi de septembre ! c’est le deuxième tome des enquêtes d’Angie et du capitaine Maupetit. Mais chaque tome était une histoire indépendante, c’est par le deuxième que je découvre ce drôle de duo.

Angie a 12 ans, en cette nouvelle année de confinement, elle réussit à infiltrer la brigade du capitaine Maupetit avec la complicité de celui-ci, en faisant croire à tout le monde qu’elle est en stage d’observation. Le capitaine l’entraine avec lui dans une enquête officieuse pour le compte de la Lecoq qui a reçu d’étranges menaces. Pourquoi Augustin Maupetit mène-t-il cette enquête alors qu’elle n’est pas du tout de son ressort ? La curiosité et l’irrépressible envie de savoir. Faut dire qu’il y a de quoi être intrigué ! Entre billet de menaces, disparitions et histoires datant de la Deuxième Guerre mondiale, nous aussi on veut savoir ce qui se passe au château Maurice.

J’ai beaucoup aimé ce roman. Un gros pavé, mais qui se lit très facilement. On est vite pris par l’intrigue, il se passe beaucoup de choses, il y a beaucoup de personnages, mais on ne se sent jamais perdu. Marie-Aude et Lorris Murail savent mener leur barque. On prend autant de plaisir à suivre l’enquête qu’à suivre les personnages.

Ceux-ci sont un peu caricaturaux, Augustin c’est le beau flic ténébreux avec sa moto qui fait tomber toutes les filles, Angie c’est un peu la petite peste qui n’en fait qu’à sa tête, mais à qui on peut difficilement dire non. Ils ne sont pas particulièrement originaux dans leurs grands traits, mais ils fonctionnent bien. Augustin est séduisant, et moi comme toutes les autres, j’ai succombé à son charme. Ce que j’aime chez lui c’est son indifférence, il n’a jamais l’air de se rendre compte de l’effet qu’il fait et il n’y fait pas vraiment attention. Il fait ce qu’il vaut sans trop songer aux conséquences. J’ai apprécié sa nonchalance. Sa relation avec sa petite voisine est chouette aussi. Il a pris Angie sous son aile et ils ont une jolie complicité.

Angie m’a moins séduite, je l’ai trouvé assez agaçante pour être tout à fait sincère. Elle est dotée d’une mémoire exceptionnelle, mais manque parfois d’un peu de jugeote. Elle n’a que 12 ans, mais je l’ai trouvé un peu trop gamine pour que je m’y attache. Ses réflexions sont parfois très puériles. Elle est tout de même très curieuse, et aime mener les enquêtes avec son voisin. Toujours prête pour l’aventure (et l’école buissonnière).

L’enquête est chouette. Le roman s’ouvre sur Le Havre en 1944. Dès pages difficiles à lire qui m’ont arraché quelques larmes. Puis on se retrouve en 2020 et ce n’est qu’après quelques chapitres qu’on commence à voir le lien avec le début. Mais, là encore, il faudra patienter, ouvrir de nombreux tiroirs qui nous mènent parfois dans de mauvaises directions avant d’enfin trouver le fin mot de l’histoire. Pas de grand coup de théâtre, on l’avait vu venir, mais c’est très chouette.

Un joli roman policier jeunesse (conseillé à partir de 13 par l’éditeur) avec lequel j’ai passé un très agréable moment. J’ai très envie de le proposer à Mimiko car comme moi elle aime les enquêtes policières. J’espère qu’elle ne se laissera pas intimider par le nombre de pages (461 !).

sur le site des éditions l’école des loisirs

→ sur Amazon ou chez votre libraire préféré

déjà paru :

Couverture Angie !, tome 1


avec cette lecture je participe au challenge Polar et Thriller et au Pumpkin Automne Challenge

Petit clin d’oeil au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine

-[…] Vous devriez manger quelque chose.

-Un garde à vue, Momo ? lui propose Bergounioux.

Petit sourire crispé d’Alice.

-Excusez-moi, messieurs, vous pouvez m’expliquer ce que c’esr un garde à vous ?

-Un sandwitch poulet-avocat, chef, répond Jimmy Altrad.

(p.42)

-Montez ! le goûter nous attend.

-Génial ! lance Augustin.

Xavier pilote sa belle embarcation jusqu’en pleine mer avant de couper le moteur et de sortir les victuailles du petit frigo. C’est le festin qu’il avait prévu, et il s’en explique :

-Voilà à quoi ressemblait “la colass”, di temps  de mon grand-père.

Angie contemple avec consternation les merveilles que son père dispose sur la table basse, vissée au sol devant le canapé : crevettes grises, moules crues, étrilles, bigorneaux.

(p 325)

 

Share

Commentaires

5 décembre 2021 à 21:16

Il faudra vraiment que je découvre cette série !



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.