littérature

Le tribut des dieux, tome 1 : Octavia [roman]

Coucou. Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du premier tome du Tribut des dieux, une série fantasy de Bleuenn Guillou publié aux éditions Hachette romans.

Couverture Le Tribut des Dieux, tome 1 : Octavia : Qu'ils renaissent de mes mensonges

Octavia a perdu toute sa famille dans un terrible incendie dont elle est la seule survivante. Elle doit sa vie à un pacte passé avec Buluc Chabtan, dieu maya  du sacrifice humain et de la guerre. Oui, les dieux existent. Ils attribuent la magie à certains humains et Octavia en fait partie. Nous la découvrons plusieurs mois après l’accident. Elle vient d’intégrer l’Académie de magie où tous les mages font leur apprentissage. Elle y retrouve son ami d’enfance, mais entre eux les choses ne sont plus comme avant. Octavia a perdu toute sa joie de vivre et n’a qu’une obsession : ramener sa famille à la vie quitte à passer un sombre marché avec le dieu Buluc Chabtan. Elle va entrainer dans sa quête Théodore, son ami d’enfance, Clémence, une étudiante solitaire et renfermée, et Alex, un énigmatique élève surdoué.

J’ai beaucoup aimé ce roman, riche en rebondissement. L’écriture est très fluide, ça se lit tout seul. Beaucoup de dialogues et une écriture rythmée. J’ai aimé les changements de point de vue tout au long du récit. Nous avons le point de vue des 4 jeunes et découvrons ainsi leurs personnalités, leurs motivations et la façon dont ils perçoivent les évènements qu’ils sont en train de vivre. En parallèle, on va également suivre l’évolution d’un dieu depuis son arrivée dans le monde des dieux jusqu’à… je vous laisse découvrir. 😉

Le fait de suivre deux histoires conjointement est très stimulant. On sait qu’il y a un rapport, enfin, on le devine, mais le lien se dévoile petit à petit. Du coup, j’étais vraiment curieuse, j’avais envie de savoir qui est ce dieu et pourquoi on a son histoire. Quel est son lien avec Octavia ? Bref, il me fallait lire la suite ! Comprendre qui est ce dieu, découvrir ce que va faire Octavia, savoir où tout cela mène, quelles sont les véritables intentions de Buluc Chabtan, etc. J’avais la tête pleine d’interrogation et j’enchainais avec enthousiasme les pages.

Une lecture qui m’a tenue de bout en bout, avec plein d’aventure, ou plutôt devrais je dire de mésaventures.

Les personnages féminins de ce roman ne m’ont pas plu. Mais pas au sens où je les ai trouvé mal écrites, loin de là. C’est leur personnalité qui ne me plait pas, mais elles sont bien construites et du coup même si personnellement je ne ressentais aucune affinité avec elle, j’avais envie de savoir comment elles allaient évoluer, comment tout ça allait se finir.

Une très chouette lecture dans un registre fantasy très abordable. Bien qu’il y ait quelques intrigues chez les dieux, la structure du récit reste simple et facile à suivre. Une lecture parfaite pour se vider la tête, se détendre et partir dans un univers riche en magie avec de l’actions, une bonne dose de tragédie, du suspens et plein de références mythologiques qui donnent envie d’en savoir plus sur tous ces dieux.

Le fait qu’on y croise beaucoup de dieux de panthéons divers contribue beaucoup à mon engouement pour ce roman. Voici quelques un de principaux dieux rencontrés dans ce tome :

Khors

Dieu appartenant à la mythologie slave, généralement assimilé au soleil, parfois à la lune. C’est sa version solaire qu’a choisie l’autrice pour son personnage. Dieu du soleil de l’hiver et de la guérison. Je n’ai pas trouvé grand-chose sur lui. Si ce n’est qu’il existe des dance spécifiques en son honneur (khorovod) ainsi que des gâteaux (kourniks).

Xors by Andrey Shishkin.jpg
Khors by Andrey Shishkin, 2015

Buluc Chabtan

Bouluc Chabtan joue un rôle essentiel dans le roman puisqu’il est le dieu protecteur d’Octavia, héroïne de ce premier tome. Dieu maya de la guerre et des morts violentes, sa présence nous annonce dès le départ le ton de cette aventure. Il est souvent représenté incendiant des maisons, un aspect qui sera également exploité par l’autrice. On le reconnaît à la forme d’arc noir qu’il a autour de l’œil. Il est associé au sacrifice humain et à la destruction. Il est associé au chiffre 11 et à la lettre F.

BULUC CHABTAN » El dios de la guerra de los Mayas

Athéna

Il n’est pas nécessaire, je pense, de vous présenter Athéna, déesse grecque de la sagesse et de la stratégie militaire. Athéna aura un rôle discret, mais important.

Athéna pensive, bas-relief (vers 460 avant notre ère), musée de l'Acropole d'Athènes. Avant une épreuve sportive, la déesse semble réfléchir à la meilleure stratégie à adopter pour remporter la victoire[1].

Lada

Tout comme Khors, Lada appartient au panthéon slave. Déesse du printemps, des semis, de l’amour et protectrice du mariage. Ces caractéristiques mythologiques ne sont pas particulièrement exploitées dans le récit, où elle joue par ailleurs un rôle secondaire, mais comme je ne la connaissais pas, son nom à attirer mon attention.

M. Presniakov. Lada. 1998

Belisama

Autre déesse jouant un rôle secondaire, Belisama vient du panthéon celte. Déesse du foyer et du travail du métal et du verre. Patronne des forgerons, elle est une déesse guerrière, mais aussi guérisseuse.

On croise bien d’autres dieux, mais j’ai noté ceux que l’on fréquente le plus. Si vous aimez la mythologie et la fantasy, ce roman est pour vous. Attention tout de même aux âmes sensibles, on assiste à quelques scènes assez terribles.

Avant de vous quitter je voulais souligner un aspect que j’ai vraiment apprécié dans ce roman, bien que ce ne soit pas du tout le sujet ni que cela n’ai pas d’importance dans le récit, ce roman offre une belle diversité que se soit dans la présence de personnages racisé que dans les différentes orientations sexuelles. Et justement ce que j’apprécie c’est que ce n’est pas le sujet du livre. Et surtout ça m’a fait plaisir de croiser des personnages bisexuels ou pansexuels. C’est pour cette raison que j’ai glissé ce roman dans le menu Automne Rayonnant du Pumpkin Automn Challenge.

Share

Commentaires

15 septembre 2022 à 18:40

C’est un peu intriguant ce roman quand même, mais j’en ai tellement dans m PAL que je crois que pour l’instant je vais “seulement” le noter pour ma médiathèque (qui est finalement un peu une extension officieuse de ma PAL ^^)



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.