Archives mensuelles : juin 2016

Récap de fin de mois ~ juin 2016

Juin a été un mois plutôt calme, on suit un rythme pépère de 2 articles par semaine et encore, l’un d’entre eux est l’hebdomadaire point de lecture Clundiquelisezvous.

Hiroshige

Pour ce récap j’ai choisit encore une fois Hiroshige pour qui j’ai un faible 🙂 Cette estampe est mon nouveau fond d’écran au bureau. Toujours un clair de lune.

De quoi avons nous parlé en juin ?

Plus de littérature que de manga

Deviendrais-je sérieuse ? adulte ? Nah! C’est juste que j’aime aussi les livres sans images 😛

Ce mois-ci étaient à la une sur blog 3 romans, trois bonnes lectures, voir de très bonnes : 2 coups de cœurs lu coup sur coup 🙂 c’est pas beau la vie ?

Grâce à la masse critique Babelio, j’ai découvert un roman surprenant : Banzo, mémoires de la favela. Une écriture très particulière qui m’a vraiment enchanté. Je vous le conseille absolument.

Tout autre style mais aussi un gros coup de cœur pour le petit roman La mécanique du cœur. Celui-là aussi je vous le conseille chaudement d’autant qu’il ne vous prendra pas beaucoup de votre temps. Une lecture que j’ai partagé avec Blandine.

Le troisième roman n’atteint peut-être pas le niveau de ces deux premières lectures, mais il était néanmoins une très agréable lecture : A Mortal Curiosity

Côté manga, une seule chronique : Sans aller à l’école je suis devenu mangaka. Une lecture qui m’a laissé sur ma faim. Sans doute parce que je m’attendais à autre chose.

Je vous ai aussi concocté ma petite sélection de nouveauté manga (je n’ai encore rien lu, honte à moi !)

Et pour la jeunesse ?

Un très bel album et un petit atelier pour la fête des pères 🙂

Le Singe, un album magnifiquement illustré

Pour la fêtes des pères nous avons préparé des biscuits avec mon tout premier livre de recette : il manuale della nonna papera 🙂

Du nouveau ?

En juin est arrivé le projet 52-2016 qui consiste à partager chaque semaine une photo sur un thème précis, la semaine dernière c’était Fleurs et j’ai choisit une image très sobre. Cette semaine c’est Dans la rue. Je publierais mes participations tous les dimanche matin.

Et ça m’a donné envie d’exhumer la rubrique images pour le plaisir des yeux avec un nouveau numéro et une très jolie couverture illustrée par Ajubel

C’est lundi …

Les rendez-vous du lundi continue avec : C’est lundi que lisez-vous ? #39 #40 #41 #42

Retrouvez-nous en juillet sur Ma petite Médiathèque et nos réseaux sociaux.

Sore jaa, mata 🙂

images pour le plaisir des yeux #17 ~ Ajubel

Pour ce nouvel épisode d’images pour le plaisir des yeux (ça faisait une éternité !) j’ai choisit une couverture dessinée par Ajubel, illustrateur cubain que j’ai découvert avec son album Robinson Crusoe. J’aime beaucoup ses dessin et le travail qu’il a fait pour l’éditeur coréen Open Book (qui l’a choisit pour illustrer tous les livres de Roberto Bolaño) est vraiment saisissant. Découvrez plus d’illustrations de cette collection sur son site.

C’est lundi que lisez-vous ? #42

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

J’ai lu

 

Les deux premiers tome du Rêve du papillon, une déception. Graphiquement c’est très joli, il y a des personnages amusant et un univers rocambolesque intéressant mais… ça tient pas la route. Dommage.

Le deuxième tome de Silas Corey était pas mal. Une histoire d’espionnage, contre espionnage et contre-contre espionnage assez sympa.

rp_couv66498954.jpg

J’ai fini A mortal curiosity, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman et c’était une petite fierté personnelle d’avoir réussi à bien suivre en version originale. Faudrait que je fasse ça plus souvent 🙂

Je lis

Je lirais

Je n’aurais surement pas fini Log Horizon d’ici lundi prochain, même si ça se lit vite, c’est un gros pavé. Sans doute ferais-je quelques pauses manga/bd mais je n’ai encore rien programmé 🙂

Petit aperçu de ma pal #manga il y en a pour tout les goûts ^^ par quoi commencer ?

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

 


C’est lundi on fait le point

la semaine passé sur le blog

le top 10

  1. In These Words – le tueur, le psychiatre et le sexe
  2. C’est lundi que lisez-vous ? #41
  3. Petit cadeau pour la fête des pères
  4. Sword Art Online vs Log Horizon
  5. A table ! aujourd’hui c’est menu manga
  6. La Reine des Neiges
  7. La Violence dans le Manga / Dissertation ~by Yomu-chan
  8. Sous la grande vague d’Hokusai avec un regard d’enfant
  9. Des yôkai et des manga
  10. Sword Art Online ~ by Yomu-chan

les années précédentes nous parlions de

2015

  

2014

 

2013

le gardien de l'esprit sacré

2012

hana-saku-iroha.jpg avatar.jpg

Projet 52-2016 ~ des images et du partage

C’est chez PatiVore que j’ai découvert ce projet mis en place par Ma’ (Du côté de chez Ma’). Pour une fois ce n’est pas un challenge lecture, mais une occasion de partager quelques photos 🙂

Le projet 52-2016 consiste à publier chaque semaine une photo (ou plusieurs) sur le thème préétabli par Ma’. 52 semaines, 52 thèmes. Chaque samedi Ma’ publie sa propre image suivi des liens vers les autres participation. Les thèmes sont très varié et il y a de quoi être inspiré 🙂

Je suis une bien piètre photographe mais l’idée de partager chaque semaine des photos sur des thème commun me plait beaucoup alors je vais tenter de faire de mon mieux pour proposer des images agréables à regarder 🙂

Voici les thèmes :

Pour participer allez voir chez Ma’

Je n’ai plus qu’un jour pour vous proposer quelques fleurs, j’en ai plein mon cabas alors revenez demain 😉

A Mortal Curiosity, une enquête de Lizzie Martin

J’ai découvert les romans d’Ann Granger très récemment avec le premier tome des aventures de Lizzie. J’avais été séduite par l’ambiance, les personnages et le décor : Londres du XIX siècle. J’ai voulu continuer l’expérience avec le deuxième tome, que cette fois j’ai lu en version originale.

Dans ce deuxième tome, Lizzie quitte Londres pour la campagne et le bord de mer où elle a été emboucher par Mr Roche comme dame de compagnie pour sa nièce, Lucy Craven, qui vient de perdre son enfant.

Lizzie attirant les problèmes et les histoires macabres, elle est à peine arrivée qu’un meurtre vient assombrir le tableau déjà bien glauque dans cette maison dirigé par la Christine Roche, une femme qui n’a que la bonne réputation de sa famille à la bouche. Lizzie ayant un allié dans la place, fait en sorte que ce soit l’inspecteur Ross qui vienne enquêter. Les voilà réuni dans une nouvelle enquête bien plus complexe qu’on aimerait leur faire croire.

Ann Granger

Tout comme dans le premier tome, j’ai aimé la background de l’histoire. Ann Granger s’applique à très bien décrire la vie de l’époque (l’histoire se déroule en 1864) et a distiller de petites doses d’information historiques sans jamais devenir ennuyeuse. J’aime beaucoup ça, j’ai l’impression d’apprendre des choses tout en m’amusant.

Les personnages sont toujours aussi intéressant et attachant. Lizzie est en avance sur son temps. Femme libre d’esprit elle doit toujours faire attention à ne pas heurter les sensibilités de ses contemporains mais elle a du mal à accepter sa position de femme et à se taire. Mais il y a toujours des hommes pour aimer ça. L’inspecteurs Ross a-t-il de quoi s’inquiéter ? Leur relation va-t-elle évoluer ? Lizzie n’est pas le genre de fleurs bleu à se laisser séduire par la romance, il y a des choses bien plus importantes, comme ce meurtre à résoudre par exemple !

Qu’en est-il de l’enquête ? Si elle ne manque pas de piment avec ses histoires de familles compliquées, je trouve que Ann Granger donne de trop gros indices sur la trame de l’histoire des les premiers chapitres. Cela pouvait passer dans le premier tome puisque on ne s’y attend pas, on ne fait pas forcement le lien, mais avec se deuxième tome, c’est trop évident et cela gâche le suspens d’une partie de l’intrigue. Ceci dit cela n’a pas gaché mon plaisir de lecture car plus que savoir ce qui est arrivé, j’étais curieuse de savoir quand et comment Lizzie allait comprendre.

Bref, un roman très agréable, assez facile à suivre en version originale (même si j’ai eu un peu de mal à suivre les description vestimentaires).


Le coin de curieux

Comme je disais plus haut, Ann Granger aime disseminer quelques informations sur l’époque dans ses romans. Dans le premier tome on apprenais quelques détails sur Scotland Yard et son origine, ici c’est dans un hôpital qu’on fait un mini cours d’histoire. L’inspecteur Ross et son adjoint s’étonnent de la présence d’infirmières dans l’hôpital militaire qu’il visitent (Netley Hospital, fondé en 1856). Le docteur qui les reçoit leur explique que la présence d’infirmière est due à l’influence de Florence Nightingale. Qui ça ? Moi je n’en avais jamais entendu parler, je suis donc allé chercher quelques info pour mourir un peu moins bête ^^

 Florence Nightingale est née en 1820. Née dans une famille riche anglaise, Florence a reçu une très bonne éducation : français, latin, grec et j’en passe. C’est avec l’épidémie de grippe qui frappe le sud de l’Angleterre en 1837 que Florence commence à jouer le rôle d’infirmière auprès des malades avant de reprendre des études avec un percepteur en 1839.

C’est en 1852 qu’elle optient enfin l’autorisation de ses parent pour suivre une formation de soignante qu’elle fait à Paris. En 1854 elle part en Crimée avec 38 autres infirmières volontaires. Là-bas elles sont confrontées à des très mauvaise conditions sanitaires ce qui fait que de très nombreux soldats meurent de maladie et non suite à leur blessures de guerre. Cette expérience va la marque et à son retour en Angleterre elle va étudier la question de la gestion sanitaire dans les hôpitaux. En 1860 elle fondé une école d’infirmières  (on y fait allusion dans le roman). Cette école existe toujours.

Ce n’est que les grandes lignes piochées sur Wikipedia,  mais c’est assez pour se rendre compte que c’était une sacrée femme.

Florence Nightingale (« La dame à la lampe ») durant la guerre de Crimée (par Henrietta Rae)

 

C’est lundi que lisez-vous ? #41

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

J’ai lu

  

J’ai emprunté quelques bd et manga à la bibli et j’en ai profité pour continuer la série A silent Voice. Plutôt déçue par le premier tome, je n’avais pas eu envie de m’acheter la suite, mais comme la bibliothèque s’en est chargé, j’ai quand même eu envie de lire la suite. Ce n’est pas désagréable, mais cela n’a plus rien à voir avec un manga sur le harcèlement à l’école, on est dans la romance et pas grand chose d’autre. J’ai également lu le premier tome de Silas Corey parce que la couv c’est trop la classe (dedans c’est pas mal non plus ^^)

Je lis

Toujours pas fini A mortal curiosity mais presque ^^

Je lirais

  

La suite de Silas Corey, et les deux premiers tome du Rêve du papillon, emprunté au rayon jeunesse de la bibli.

Côté roman il y a toujours le tome 2 de Log Horizon qui m’attend.


 

C’est lundi on fait le point

La semaine dernière sur le blog

encore une toute petite semaine !

le top 10

  1. In These Words – le tueur, le psychiatre et le sexe
  2. C’est lundi que lisez-vous ? # 40
  3. Sword Art Online vs Log Horizon
  4. La Violence dans le Manga / Dissertation ~by Yomu-chan
  5. La Reine des Neiges
  6. Banzo mémoires de la favela
  7. Romarine ~ des contes d’Italo Calvino
  8. Sans aller à l’école je suis devenu mangaka
  9. Yôkai, ces créatures sorties du folklore japonais qui peuplent les manga
  10. Des yôkai et des anime

les années passées nous parlions de

2015

2013

 

 

 

Petit cadeau pour la fête des pères

Cette année nous avons fait un petit cadeau zéro déchet pour la fête des pères (les années passées aussi mais c’est parce qu’on ne faisait pas de cadeau XD ). Une envie subite de faire plaisir et de partager un moment avec ma fille et ma nièce, puis aussi de leur montrer qu’avec un peu d’imagination et de bonne volonté on peut faire plaisir sans se ruiner, sans gaspiller et sans produire de déchets (ou presque).

IMG_20160619_120526

Puisque Chéri est gourmand nous avons choisit une recette de biscuit vanille-cacao que nous avons préparé avec nos petites main (avec des ingrédients acheté dans la mesure du possible en vrac ou avec des emballages faciles à recycler). Une fois les biscuits prêts il n’y avait plus qu’à décorer le bocal avec de jolies étiquettes. Les filles ont opté pour des étiquettes double face en profitant du couvercle en verre transparent pour glisser un petit mots à lire en ouvrant le bocal, j’ai trouvé que c’était une très jolie idée 🙂

Quand aux biscuits, on a pris la recette dans mon tout premier livre de cuisine (ça doit bien faire 25 ans que je l’ai celui-là !)

IMG_20160618_155219

Au goût les biscuits sont très bon mais j’ai tout de même galéré a étaler la pâte qui était très friable. Dans la recette il disent de n’utiliser que le jaune d’œuf, mais peut-être que la pâte serait plus élastique si j’utilisait l’œuf en entier. Il faut que j’étudie la question 🙂

Et vous, avez-vous préparé quelque chose pour la fête des pères ?

Sans aller à l’école je suis devenu mangaka

La couverture était jolie et le thème intéressant. Oui mais… il y a un mais. Si j’ai trouvé la lecture de ce gros manga (287 pages) très agréable je suis resté sur ma faim. Syoichi Tanazono nous raconte son histoire. Celle d’un petit garçon  déscolarisé. Dans cette semi-autobiographie on suit Masatomo qui vit un gros traumatisme dès son entrée au CP (la maîtresse en pleine dépression lui décoche une bonne baffe sans raison) et développe une phobie de l’école. A partir de là c’est un véritable calvaire. Tiraillé entre la peur de l’école et l’envie d’être normal, Masatomo n’arrive pas à avoir une scolarité normale. Parfois il va à l’école mais ses absences se cumulent et il a de plus en plus de retard par rapport à ses camarades. Les professeurs particuliers se succèdent. Puis il y a l’école de rattrapage, pour les enfants comme lui. On ne sais pas trop comment Masatomo réussi tout de même à décrocher un diplôme avant de devenir mangaka et illustrateur.

L’histoire de Masatomo est assez touchante mais il manque dans le récit quelque chose. Il manque des réponses. En achetant ce manga je m’attendais à une réflexion sur le problème de la déscolarisation de certains enfants qui à priori devraient pouvoir juir pleinement de l’école. Un problème réel et complexe que j’ai du mal à cerner et que je trouvais intéressant d’explorer via ce manga. Or si l’auteur nous livre sa propre expérience, il n’explique pas vraiment le pourquoi de sa phobie. Ok il a reçu une baffe, d’accord il a très peur de ce que ses camarades de classes vont penser de lui. Mais c’est éléments sont loin de fournir une explication satisfaisante pour moi. D’ailleurs telles quelles sont présentée dans le manga, les brimades de ses camarades n’ont rien de particulièrement traumatisant. La réaction des parents est aussi très peu montré. On ne sait pas trop ce qu’ils font dans la vie. La mère semble être tout le temps là, du coup j’en ai déduit qu’elle est mère au foyer d’où mon incompréhension face à l’arrivée d’un professeur de soutien pour… le programme CP ! Je ne pense pas que même au Japon le programme CP nécessite l’intervention d’un professionnel. Pourquoi la mère ne dispense pas-t-elle-même les cours ? Nous n’avons aucune explication quand à ce choix. Est-ce qu’elle n’arrive pas à communiquer avec son enfant ? Est-ce qu’elle n’a pas envie ? Est-ce qu’elle ne s’en sent pas capable ? On ne nous donne aucune indication sur le comportement de la mère qui semble très passive. Ou perdue, peut-être.

J’étais frustré aussi au niveau des solutions alternatives. Je pensais qu’on aurait plus de matière à réflexion or là encore on n’a aucune explication, aucune réflexion.

Donc oui le manga est agréable et c’est un témoignage intéressant, mais le parti pris de l’auteur : montrer la déscolarisation vue par les yeux de l’enfant m’a laissé sur ma faim. Mon point de vue sur la question n’a pas avancé d’un iota. Cette lecture ne m’a rien amené de plus. Je n’ai rien appris et c’est assez frustrant.

L’avez-vous lu ? Qu’en pensez-vous ? Auriez-vous des lectures intéressantes à me conseiller sur ce sujet ?

C’est lundi que lisez-vous ? # 40

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading?par One Person’s Journey Through a World of Book et repris par Galleane.

En quoi consiste ce rendez-vous ? C’est très simple il suffit de répondre à 3 questions :

  1. Qu’avez-vous lu la semaine passée ?
  2. Qu’êtes-vous en train de lire ?
  3. Que allez-vous  lire ensuite ?

J’ai lu

Je lis

Je lirais

Je ne sais pas si j’aurais fini A Mortal Curiosity mais le prochain roman sur ma liste est

Et vous, que lisez-vous ?


C’est lundi on fait le point

la semaine dernière sur le blog

le top 10

  1. Sword Art Online vs Log Horizon
  2. In These Words – le tueur, le psychiatre et le sexe
  3. C’est lundi que lisez-vous ? #39
  4. La Violence dans le Manga / Dissertation ~by Yomu-chan
  5. Yôkai, ces créatures sorties du folklore japonais qui peuplent les manga
  6. Nouveauté manga #14 ~Mai Juin 2016
  7. La Reine des Neiges
  8. Sword Art Online ~ by Yomu-chan
  9. La mécanique du cœur
  10. Arte, un manga à la Renaissance

les années passées nous parlions de

2015

2014

 

2013

2012