Semaine shôjo 2020 : quel shôjo conseiller à un débutant

24 avril 2020 17 Par Bidib

Bonjour tout le monde. Aujourd’hui on va parler shôjo*, et plus généralement de manga « pour » femmes : shôjo, josei, yaoi, yuri. Je mets le « pour » femme entre guillemets, car si des catégories très distinctes de manga pour garçon et manga pour filles ont été crée au début du développement du manga, cette séparation sexuée à de moins en moins de sens et l’on trouve de plus en plus de manga mixtes s’adressant à un large public. Il n’en reste pas moins qu’il existe toujours au Japon des magazines destinés principalement à un public féminin et d’autres à un public masculin. Le genre d’un manga sera déterminé par le magazine dans lequel il a été publié et non par le type d’histoire qu’il raconte. On peut avoir des shôjo d’action (je vous donnerais un exemple plus bas) et les shônen romantiques.

Les manga les plus populaires en France sont surtout ceux prépubliés dans des magazines de shônen au Japon. Le shôjo et ses dérivés sont moins populaires et souvent stéréotypés dans l’esprit des lecteurs non avisé qui les cantonnent au genre romantique.

Chaque année le Club Shôjo organise la semaine shôjo et invite plusieurs blogueurs à participer en répondant à une question commune, l’occasion de promouvoir ce genre parfois méconnu  et d’en apprécier la diversité à travers des points de vue différents. Cette année nous sommes 14 à avoir répondu à l’appel et nous penché sur la question suivante : quel shôjo conseillerais-tu à un débutant ?

programme de la semaine shôjo sur le  club Shôjo

le billet du club shôjo sur le thème de cette année

Cette petite introduction s’adresse justement à un public débutant, non familier avec le monde du manga et ses codes. Car parmi les participants, tous ont sans doute une meilleure culture shôjo que la mienne. Je suis un peu l’éternelle débutante du groupe. Si depuis ma première participation à la semaine shôjo, ma culture shôjo c’est approfondie, le manga à destination d’un public féminin reste minoritaire dans ma bibliothèque. C’est donc une lettre d’une débutante à plus débutant encore que j’adresse ici. Parmi mes lecteurs je sais que nombreux sont ceux à ne pas lire de manga du tout, ou très rarement. Alors, en recevant la thématique de cette année je me suis d’abord demandé à quel débutant je voulais m’adresser : à un public qui ne lit pas du tout de manga, ou à un public amateur de manga qui ne lit pas de shôjo ? Je ne sais pas si dans les deux cas je conseillerais les mêmes titres.

Vous n’avez pas l’habitude de lire de manga, par quoi commencer ?

Je me cantonne ici à des titres rentrant dans le cadre du thème du jour, à savoir le manga « pour femmes », mais il y a bien d’autres titres que j’aimerais conseiller aux débutants, je ferais sans doute un autre billet spécialement dédié aux personnes qui ne lisent pas de manga et qui ont envie de tenter l’aventure.

Le premier critère que je prendrais en compte si je devais conseiller un manga à quelqu’un qui n’en a encore jamais lu ou presque, serait la longueur de la série. Je pense que pour commencer à se familiariser avec l’univers du manga c’est plus judicieux de multiplier les one-shot ou les séries courtes, plutôt de commencer par une longue série.

Si je m’adressais à une personne qui à l’habitude de lire beaucoup de bande dessinée, et plus particulièrement des la BD indépendante, je choisirais des titres qui m’ont marqué par l’originalité de leur dessin, loin des stéréotypes du shôjo manga  qui peut parfois effrayer ceux qui n’en ont pas l’habitude (moi la première ! quand le dessin est trop girly j’ai du mal).

Je pense par exemple à des titres comme River’s edge au dessin très brut, à l’ambiance glauque et crue, une histoire pas girly pour deux sous qui vient casser l’image qu’on peut se faire du manga « pour » femmes. D’ailleurs l’éditeur français le présente comme étant un seinen (c’est-à-dire un manga à destination d’un public masculin adulte) alors qu’il s’agit d’un josei (manga à destination d’un public féminin adulte).

river_edge.jpg

Dans ce manga on suit une bande d’ados paumés qui trouvent un cadavre dans un terrain vague. Il n’y a pas vraiment d’histoire, ce sont les chemins croisés d’ados à la dérive. Le dessin peut rebuter au premier abord, moi je l’avais trouvé plutôt moche, mais je trouve intéressant de présenter ce genre de manga pour montrer que le manga ce n’est pas que de grands yeux et des poitrines énormes. On trouve vraiment des styles graphiques très différents. Et si mes premières impressions sur le dessin de Okazaki Kyokô étaient plutôt négatives, ils collent bien à l’ambiance qu’elle décrit.

⇒ Ma chronique

Si je cite ce manga, c’est qu’il n’a rien du shôjo tel qu’on se l’imagine et aussi parce qu’il m’a marqué. Je trouve que c’est une lecture qui pourrait plaire à un  public bédéphile, car il n’est pas encré dans les codes manga.

Dans un style graphique très différent et peut-être un peu plus classique, mais toujours pas mainstream, je conseillerais aussi les manga de Ebine Yamaji. Son dessin très épuré pourra séduire ceux qui n’ont pas l’habitude de lire des manga. C’est très beau et beaucoup plus féminin que le titre précédemment cité. Féminin oui, girly non. Ce sont des histoires adultes, sur de jeunes adultes et de leurs vies sentimentales. Ce sont des histoires matures sans cris hystériques, pudeur exagérée et autre stéréotype ridicules et puérils  parfois  présents dans le shôjo.

Au temps de l'amourManga - Love my life

De cet auteur j’ai lu Au temps de l’amour qui raconte la rencontre de deux êtres blessés par la vie qui vont se raccrocher l’un à l’autre, et Love my life, un manga tranche de vie mettant en scène une jeune étudiante et sa petite amie. Je garde un très bon souvenir de ces deux titres, deux one-shot. Le dessin de Ebine Yamaji est très fin et délicat. J’aime ce style de manga. Ce sont des mangas faciles d’accès pour les néophytes, les planches, épurées, sont très lisibles.

ma chronique sur Au temps de l’amour

ma chronique sur Love my life

Suis-je en train de dire que les seuls shôjo/josei qui méritent d’être conseillés se doivent de ne pas être girly ? Suis-je en train de dire que les shôjo romantiques avec des personnages aux grands yeux, avec des profusions de fleurs c’est nul ? Non, pas du tout. Je cherche simplement un moyen d’amadouer un public récalcitrant. Combien de fois me suis-je entendue dire : « tu en parles bien, mais je ne lis pas de manga ». Oui, toi là-bas au fond, tu sais que je parle de toi. Pas la peine de te cacher. Je ne t’en veux pas. Mais j’avoue que c’est parfois frustrant parce que j’ai l’impression qu’on juge de la qualité d’un titre par le simple fait d’être ou ne pas être un manga. Alors que le même titre dans une collection BD classique aurait toutes ses chances, il suffit que ce soit publié dans une collection manga que tout de suite on refuse d’y prêter attention. Avouez que ce n’est pas top comme argument. Ok, je comprends que lire à l’envers ce n’est pas évident quand on n’a pas l’habitude. Mais en réalité, on s’y fait très vite, ça va être gênant les deux, trois premières fois. Ça va demander un peu de concentration au début. Mais cela ne me semble pas une raison suffisant pour ne pas donner une chance à certains titres (surtout si on peut les trouver en bibliothèque).

D’ailleurs j’avais écrit, il y a quelques années, un article pour familiariser les non-initiés aux codes manga, jetez-y un œil, peut-être qu’après vous aurez envie de tenter la lecture à l’envers : Manga : petit guide de lecture pour néophytes

Si aucun de mes arguments ne vous a convaincu, ce n’est pas grave, on s’entendra bien sur d’autres lectures (il n’y a pas que le manga dans la vie). Vous pouvez partir, je vais maintenant m’intéresser à des titres que j’aurais envie de conseiller aux lecteurs de manga qui ont envie de découvrir l’univers shôjo/josei.

Attendez ! ne partez pas tout de suite, faite un petit tour dans la dernière section de ce billet j’ai encore quelques idées pour tentes de vous convaincre 😉

What App I Use To Read Manga | Anime Amino

Vous lisez du manga, mais vous n’osez pas vous lancer dans le manga féminin ? Voici quelques titres qui pourraient vous plaire.

Là ça devient difficile, je m’adresse ici à un public qui s’y connaît sans doute plus que moi en manga, alors donner des conseils ce n’est pas évident.

La première idée que j’ai eue c’est de proposer des shôjo/josei qui n’en ont pas l’air. Un peu comme plus haut, non pas parce que les manga trop féminins c’est pas bien, mais parce que si on a l’habitude de lire du shônen, on appréciera sans doute des shôjo d’action et d’aventure.

Et quand je dis shôjo d’action, je pense tout de suite à Banana Fish. Drôle d’idée que de conseiller un manga dont la publication est stoppée depuis des années. Que voulez-vous, j’aime ce manga et ça serait tellement chouette d’avoir une réédition en France, surtout maintenant que l’adaptation en anime est disponible.

Banana Fish

Manga - Banana fishPourquoi Banana Fish ? Parce qu’il propose une histoire originale pour un manga féminin : il y est question de mafia, de trafique de drogue, de gang… le tout à New York (ce qui en soit est suffisamment original pour qu’on s’y intéresse) et parce que, je trouve, l’auteur à réussi le parfait mélange entre l’action et le sentimentalisme. On fleurte avec le shonen-aï sans que cela ne devienne le sujet du manga, on a de nombreux rebondissements, il y a de la bagarre en veux-tu en voilà. Ce titre pourrait plaire aussi bien à un public féminin que masculin. C’est un bon mélange de genre, et peut-être un des premiers titres à mixer les genres de la sorte. En tout cas le premier que je connaisse.

On est ici dans une longue série (19 tomes) et c’est la raison pour laquelle je cite ce titre ici et non pas dans la première partie de cet article. Commencer par une série aussi longue ce n’est pas évident, c’est plus facile de ce lancer avec un one-shot (et plus si affinité). Mais le style d’Akimi yoshida peut convenir aussi à ceux qui débutent dans le manga.

⇒ ma chronique

En revanche on est ici dans un manga des années 80 et ça se ressent beaucoup dans le dessin. Je trouve que le manga a très bien vieilli, mais on est très loin des standards actuels et les plus jeunes lecteurs seront peut-être peu attirés par le dessin. Je ne peux que conseiller de passer le cap, parce que l’histoire en vaut le coup.

130 Final

ceci est un shôjo

Sur le même principe, j’ai choisi deux séries josei qui pourraient tout aussi bien être des seinen : Gokusen de Morimoto Kozueko et kids on the slope de Kodama Yuki.

Manga - GokusenManga - Manhwa - Gokusen Vol.2Manga - Manhwa - Gokusen Vol.3Manga - Manhwa - Gokusen Vol.4Manga - Manhwa - Gokusen Vol.5Manga - Manhwa - Gokusen Vol.6

Gokusen est une série humoristique en 15 tomes mettant en scène une jeune professeur de math qui intègre le staff d’un lycée malfamé. Loin de se laisser intimider par la bande de voyous qui forme sa classe, l’héroïne va leur en faire voir de toutes les couleurs. Faut dire qu’elle est l’héritière d’une famille de yakuza, et que la baston c’est son dada. ET C’EST TROP DROLE

ma chronique

Manga - Kids on the slope

Kids on the slope est une courte série de 9 tomes mettant en scène une bande d’adolescents dans le Japon des années 60. On suit leur vie au rythme du Jazz. Une belle tranche de vie qui nous montre un Japon que l’on n’a pas souvent l’occasion de rencontrer dans les manga, servi par un dessin qui se démarque. Cette série pourrait servir de transition entre la première sélection et la suivante. Après les one-shot, les courtes séries.

ma chronique sur l’adaptation en anime

Kids on the slope : s'ouvrir au monde – NOSTROBLOG

Cherchons maintenant quelques titres aux styles plus typés où l’on retrouve les codes du shôjo classique. Là ça devient plus compliqué pour moi, car j’ai lu assez peu de shôjo/josei de ce genre. Dans les manga romance pur et dur, j’ai aimé les manga de Ohmi Tomo dont j’ai lu 2 titres : Flowers for Seri et Aphrodisiac. On a la un style josei très classique, avec beaucoup de sensualité, de grands yeux langoureux, des beaux gosses ténébreux, la totale quoi. Autant vous dire que ce sont deux lectures qui m’ont sorti de mes habitudes et je les ai appréciées. J’ai aimé le côté fantastique de ces deux histoires sentimentales. Les deux sont des séries courtes, 4 tomes pour la première, 5 pour la seconde. Une longueur qui me convient parfaitement et que je trouve idéale pour se lancer.

Manga - Flowers for SeriManga - Aphrodisiac

Je ne sais pas si ce sont les meilleures séries pour s’initier au shôjo/josei romantique, mais c’est en tout cas par ces deux séries que moi j’ai commencé.

Il y a d’autres séries classiques que j’aurais pu conseiller : Elle et lui (longue série tranche de vie lycéenne humoristique et romantique), Fruits Basket (longue série tranche de vie fantastique) ou encore Mon histoire (tranche de vie/romance originale avec un drôle de personnage central). Mais je ne les connais pas assez bien pour m’y attarder.

Couverture Mon histoire, tome 01

Élargissons nos horizons et faisons une halte en Corée, Chine et à Taïwan, manhwa/manhua au féminin.

Si je ne connais pas grand-chose en manga féminin, ma culture en manhwa (manga coréen) et manhua (manga chinois/taïwanais) est encore plus légère. Il y a néanmoins quelques titres qui pourraient intéresser les néophytes et ils ont l’avantage de se lire dans le même sens que la littérature occidentale !

Je vais ici vous reparler d’un titre qui m’a beaucoup plu récemment : Elle qui se laissait dévorer. Je ne suis pas sûr qu’on puisse le classer dans les manhua féminins puisque sa version originale n’a pas été publié dans un magasine de ce genre, c’est une autoédition, mais c’est un titre écrit par une femme qui se déroule dans un pensionnat de jeunes filles donc on va tricher un peu et en parler quand même.

Manga - Elle qui se laissait dévorer

Si je cite ce titre ici, c’est qu’il correspond bien aux deux premiers critères que j’ai cité : court et avec un dessin original. Le récit que nous propose 61Chi n’a rien de stéréotypé, son dessin est très particulier (moi j’aime beaucoup) et pourra séduire mangaphiles comme bédéphiles et l’histoire est très courte. Il y a de la tranche de vie, un soupçon de fantastique et un sujet sérieux. Que demander de plus !

⇒ ma chronique

Autre titre taïwanais qui pourrait plaire aux débutants : Retour aux sources de Zuo Hsuan, cette série ne fait que 2 tomes et offre un très joli dessin, classique, mais très agréable. Une jolie tranche de vie.

Manga - Retour aux sourcesManga - Manhwa - Retour aux sources Vol.2

Je finis avec un manhwa qui m’avait beaucoup plu et qui a un dessin très typé : Kitchen de Cho Ju Hee. Malheureusement j’ai encore choisi une série stoppée dont la fin n’est même pas disponible en français. À croire que je n’ai que des vieilleries dans ma bibliothèque ! (ou alors c’est moi qui suis vieille 🤣)

Manga - Kitchen

Une série très féminine et gourmande, avec un très beau dessin.

ma chronique

J’aurais aussi voulu parler yaoi, mais cet article commence à devenir trop long. J’espère vous avoir donné envie de découvrir quelques-uns de ces manga, si vous les avez déjà lus, n’hésitez pas à laisser en commentaire vos ressentis et à me dire si oui ou non vous conseilleriez ces titres à des débutants.

à lire aussi : top ten tuesday #69 – 10 shôjo/josei à découvrir (spécial semaine shôjo)

à bientôt pour de nouvelles aventures livresques

Reading manga | Manga, Dessin, Animé

(*) trouvez ici les définitions des termes spécifiques au manga

 


semaine shôjo 2013 : Du shôjo, mais oui, pourquoi pas !

semaine shôjo 2014 : Du shôjo, mais oui, pourquoi pas !

semaine shôjo 2015 : Le meilleur personnage feminin

semaine shôjo 2017 : quel est le shôjo qui a eu le plus d’impact dans ta vie et pourquoi ?

semaine shôjo 2018 : Le shôjo qui m’a le plus émue

semaine shôjo 2019 : La meilleure adaptation shôjo


avec cet article je participe au challenge

Share