Archives pour la catégorie le coin cuisine

Le gâteau du nonno Vallino

C’est pour le réveillon de la saint Sylvestre que j’ai découvert cette recette familiale qui nous vient de l’Italie du XIX, appelé gâteau du nonno Vallino parce que c’était justement le gâteau de l’arrière-arrière-arrière grand père Vallino (j’ai peut-être oublié un arrière ou deux). Et je l’ai moi aussi beaucoup aimé. Du coup j’ai demandé à Tenger de me noter la recette. Et puisque les gâteaux c’est meilleurs à plusieurs, je vais partager avec vous.

  • 150 gr de farine de blé
  • 150 gr de farine de maïs
  • 100 gr de sucre
  • 50 gr de beurre
  • raisins secs
  • pignons de pin
  • 1 œuf
  • 6 c-à-s de lait
  • 1 sachet de levure
  • zeste de citron
  • sel

Faire fondre le beurre avec le lait. Ajouter le jaune d’œuf battu avec le sucre. Ajouter les farine, la levure, le zeste, le sel et les fruits secs. Ajouter les blancs d’œuf monté en neige. Cuire 30 minutes au four.

Envie de tenter cette recette ?


 L’image contient peut-être : ciel, plein air, eau et texte

Share

Pasta de Gianpaolo Pagni

Album ou livre de recette ? La pasta de Gianpaolo Pagni est un peu les deux. Un livre tout calibré pour cette journée spécial de mariage entre le mois italien et le challenge des livres en cuisine.

couverture La Pasta - HD

L’originalité de ce livre c’est le contraste entre des recette présenté de façon très classique (liste d’ingrédients, méthode point par point) et les illustrations très minimalistes et plus proche de la peinture que de la photo culinaire.

Comme le titre l’indique, ce livre met à l’honneur les pâtes. On commence avec l’incontournable sugo di pomodoro (sauce tomate) en version concentré de tomate, et tomates fraîches, suivi de la recette pour faire ses propres pâtes fraîches (pasta fresca all’uovo, pasta fresca di semola), avant d’attaquer des recettes savoureuses : spaghetti, lasagne, penne, cannelloni, trenette… il y a même la recette pour préparer ses propres gnocchi ! après ça, le premier qui dit je veux des nouilles je le met au petit coin ! 😉

Pas de panique, si les titres des recettes sont bien en italien, le texte lui est en français. Rien que de lire les titre de chaque recette j’en salive, ça me rappelle plein de souvenir.

Un joli livre que je conseille à tous les amoureux de l’Italie et de sa cuisine, simple mais tellement savoureuse. ♥

Publié chez l’ampoule.

Retrouvez Gianpaolo sur son site , sa page facebook et instagram.


 

Share

Des biscuits d’hiver

La semaine dernière avec Mimiko nous avons testé une recette de spéculoos maison glané sur le net et nous attendions d’avoir savouré pour partager notre trouvaille avec vous. Et voilà que je me rends compte que j’ai complément zappé de m’inscrire au challenge Christmas Time de Mya. Dès que je m’en suis rendue compte j’ai filé fissa chez elle pour m’inscrire. Et surprise ! Aujourd’hui c’est cuisine. L’occasion pour Mimiko et moi même de vous présenter nos petits spéculoos et quelques autres gourmandises.

Les spéculoos :

Mimiko adore les spéculoos et cela faisait un moment qu’elle me demandait de lui en faire des maison, j’ai donc feuilleté le web à la recherche d’une recette facile et je suis tombé sur celle-ci.

Nous en avons préparé une fournée à notre façon et voici le résultat :

Nos #speculoos sorti du four #biscuit #cuisine #famillezerodechet

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

ingrédients :

  • 350g de farine de blé blanche
  • 250g de rapadura
  • 250 g de beurre doux
  • 1 œuf
  • 3g de cannelle en poudre
  • 3g de mélange 4 épices
  • 5g de sel
  • 5g de levure chimique

Nous avons mélangé le sucre, les épices et le beurre ramolli. Puis incorporé l’œuf. Puis nous avons ajouté petit à petit le mélange de farine+sel+levure. Nous avons obtenu une boule de pâte bien collante que nous avons laissé reposer 24h au frigo.

Le lendemain nous avons étalé la pâte en saupoudrant de farine pour éviter que ça colle et on a découpé à l’emporte pièce : étoiles, sapins, cœurs et lune parce que « c’est bientôt noël » à précisé Mimiko. 10 minutes à un four à 190°C.

Un régal ! Un peu trop sucré à mon goût mes croquant et épicé comme il faut. A retenter avec un peu moins de sucre et une farine T80.

Je n’ai cuit que la moitié de la pâte, l’autre moitié à été découpé et congelé pour être cuite un mercredi de grande flemme 😉

Pour plus de gourmandise

j’ai demandé à Mimiko de fouiller ses livres de cuisine et faire une petite sélection de recettes pour Noël.

20161127_122906

J’aime beaucoup feuilleter des livres de recette même si au final je ne m’en sert que rarement. Du coup j’ai acheté plein de livre de recette pour enfants. Mes fille ne sont pas vraiment passionnées de cuisine mais elle aiment bien manger et regarder ces livres pour… passer commande 🙂

De ces trois livres, Mes petits biscuits est sans doute mon préféré. Il était livré avec un petit tampon et des emporte pièces. Nous avons déjà testé plusieurs recettes et les ustensiles nous servent à chaque fois qu’on fait des biscuits. Les recettes sont assez simples et parfois redondantes (beaucoup de sablé) mais elles ont le mérite de montrer qu’à partir une recette de base et un peu d’imagination on peut se faire plaisir.

Pour sa sélection Noël Mimiko a choisi les vanillen kipferln (petits croissants à la vanille), pour ma part je testerais bien les sablé à l’orange confite.

Autour de Noël de la série Gaspard et Léonie les petits gourmands en cuisine est très bien. J’ai trois albums de cette série et les trois fonctionnent très bien. On trouve dans ce livre des recette pour tout le repas de fête, nous avons concentré notre attention sur les dessert et les gourmandises. Mimiko a choisit les fruits déguisé : dates et autres fruits sec farci à la pâte d’amande, très simple à faire et bon à déguster. Le livre propose aussi l’incontournable bûche de Noël.

La bûche est justement la recette que nous avons choisi dans Le Larousse junior de la pâtisserie. Nous n’avons pas encore testé beaucoup de recette de ce livre. Je l’ai choisit pour son aspect ludique mais finalement il ne nous inspire pas des masses.

20161127_124522

Les biscuits du jour :

Mais aujourd’hui ce n’est pas noël qui sera à la fête en cuisine puisque nous avons choisi de teste une recette rien que pour Chéri : les petits beurre maison ! Car Monsieur mangeait ça petit et qu’il ne veut rien savoir de nos biscuits zéro déchet. Nous avons décidé de relever le défi et de tenter de lui faire plaisir en mode zéro déchet (ou presque). Nous allons tester la recette de Piroulie. On vous en dira plus après avoir goûté 🙂


Des livres en cuisine 

Share

Confiture a la banane

Mon panda a quitté son nid du coup je me sentais toute déprimée parce que bon, jouer les mauvaises mère c’est que pour la frime. Pour pas me morfondre j’avais envie de lui préparer un bon petit pot de confiture. Problème, elle n’aime pas la confiture ! C’est là que je suis tombée sur cette recette sur le blog cuisine à 4 mains. Mon gros panda adore les bananes, si je lui en prépare un pot, je suis sûre qu’elle aimera.

Comme d’habitude je n’ai pas pu m’empêcher d’adapter la recette à ma sauce 😅

Pour un gros pot ( et une lichette pour la cuisinière )

  • 8 bananes bien mûres
  • 200 gr de rapadura + 150 gr de sucre roux
  • Une cuillerée de sucre vanillé  (je n’avais plus de gousses de vanille en stock )
  • Une lichette de rhum à la vanille (de ma cuvée personnelle,  enfin de celle de Chéri )
  • Jus 1/2 citron

J’ai coupé les bananes en rondelles,  vite arrosé avec du citron, tout en mélangeant. Puis j’ai ajouté les sucres et le rhum, bien melangé et mis au frigo pour la journée.

Le soir j’ai sorti le tout, fait mijoter pendant une petite demi heure à feu trop fort. Et hop dans le pot que je retourne pour « steriliser » le couvercle.

C’est hyper sucré mais très bon. En reposant quelques jours ça devrait être encore meilleur 😄

Share

cookies à tomber

Bonjour à tous, aujourd’hui j’ai envie de partager avec vous une petite recette gourmande. Le week-end dernier j’ai préparé des cookies et j’ai trouvé ça tellement bon que j’ai envie de partager 🙂 à défaut que pouvoir vous passer quelques cookies, je partage la recette.

Je me suis inspirée d’une recette trouvée sur le net que j’ai revisité avec mon ingrédient fétiche : rapadura for ever !

ingrédients :

  • 115g de beurre mou
  • 200gr de rapadura (sucre non raffiné que j’achète en vrac en épicerie bio)
  • 1 sachet de sucre vanille (il m’en restais de l’industriel à finir, sinon je prépare le sucre vanillé moi-même : 1 sachet = une cuillère à soupe)
  • 1 œuf
  • 220g de farine
  • 1 càc de lévure chimique
  • 1/2 càc de café moulu pour expresso
  • 2 grosses càs de pépites de chocolat (acheté en vrac en épicerie bio, c’était la première fois et elles sont très bonnes !)

Dans un saladier on a mélangé le sucre (rapadura + sucre vanillé) et le beurre, avant d’ajouter l’œuf puis la farine (+ levure), le café en poudre et pour finir les pépites de chocolat. La pâte est assez dure, avec 2 cuillères j’ai prélevé des petits tas qu’on a disposé sur la plaque du four et cuit 20/25 minutes à 160°C.

Et voilà ! C’est vraiment pas compliqué.

Cookies sortis du four #cuisine #biscuit #famillezerodechet #zerodechet #zerowaste

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Share

Petit cadeau pour la fête des pères

Cette année nous avons fait un petit cadeau zéro déchet pour la fête des pères (les années passées aussi mais c’est parce qu’on ne faisait pas de cadeau XD ). Une envie subite de faire plaisir et de partager un moment avec ma fille et ma nièce, puis aussi de leur montrer qu’avec un peu d’imagination et de bonne volonté on peut faire plaisir sans se ruiner, sans gaspiller et sans produire de déchets (ou presque).

IMG_20160619_120526

Puisque Chéri est gourmand nous avons choisit une recette de biscuit vanille-cacao que nous avons préparé avec nos petites main (avec des ingrédients acheté dans la mesure du possible en vrac ou avec des emballages faciles à recycler). Une fois les biscuits prêts il n’y avait plus qu’à décorer le bocal avec de jolies étiquettes. Les filles ont opté pour des étiquettes double face en profitant du couvercle en verre transparent pour glisser un petit mots à lire en ouvrant le bocal, j’ai trouvé que c’était une très jolie idée 🙂

Quand aux biscuits, on a pris la recette dans mon tout premier livre de cuisine (ça doit bien faire 25 ans que je l’ai celui-là !)

IMG_20160618_155219

Au goût les biscuits sont très bon mais j’ai tout de même galéré a étaler la pâte qui était très friable. Dans la recette il disent de n’utiliser que le jaune d’œuf, mais peut-être que la pâte serait plus élastique si j’utilisait l’œuf en entier. Il faut que j’étudie la question 🙂

Et vous, avez-vous préparé quelque chose pour la fête des pères ?

Share

confiture aux pommes et aux épices

C’est sur pinterest que j’ai découvert cette recette. La photo était si jolie que j’ai pas pu résister.

J’ai voulu tester et tout de suite (le stock de confiture était fini à la maison, c’était l’occasion rêvée pour tester une nouvelle recette. Direction le marché et l’épicerie pour trouver des pommes (aucune idée du nom de la variété, des bio pas cher, spécial compote), des épices, le sucre j’en ai déjà.

⇒ Pour découvrir la recette qui m’a inspiré rendez-vous sur Cuisine Adict

Ma version à moi :

#confiture de pommes aux épi

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

ingrédients :

  • 1 kg de fruits épluché et coupé en morceaux (2 poires, un demi citron et le reste en pommes)
  • 800g de sucre de canne bio
  • 3 étoiles de badiane
  • un long bâton de cannelle cassé en plusieurs morceau
  • une gousse de vanille coupée en deux et fondue
  • 2 clous de girofle
  • les trognons et les peux de pommes dans une gaze
  • 70cl d’eau

Dans une casserole j’ai mis les fruits la case avec les épluchures et l’eau. A frémissement j’ai laissé cuire 10 minutes puis j’ai retiré les fruits et ai ajouté dans l’eau le sucre et les épices. J’ai laissé cuire 10 minutes.

#confiture en préparation

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Puis j’ai ajouté les fruits et ai laissé cuire encore 30/40 minutes en écrasants les fuits. Je pense qu’elle n’était pas assez cuite mais bon, j’était attendue pour l’apéro alors… j’ai mis en pot. Retourné les pot et laissé refroidir.

Il ne reste plus qu’à déguster 🙂

Share

Le défi gastronome bédéphile

Pour pimenter le mois Des livres en cuisine j’avais proposé 2 défis cuisine : le gastronome bédéphile et un roman en cuisine. Dans un cas comme dans l’autre il s’agit de cuisiner un livre à la main mais attention, pas un livre de récette ! L’inspiration doit venir d’une bd ou d’un roman.

Pour le défi du gastronome bédéphile nous avons choisi un manga (très étonnant de la part de Yomu-chan et moi-même, n’est-ce pas?). Nous vous avons préparé du tonkatsu à partir du manga Goggle de Tetsuya Toyoda.

Goggle - Toyoda

L’inspiration nous est venue de la dernière nouvelle du recueil intitulé justement Tonkatsu. Dans cette nouvelle, une jeune femme doit aider un vieil homme à retrouver le tonkatsu qu’il avait l’habitude de manger dans un petit restaurant de quartier désormais fermé. Les voici parti arpenter les restaurants familiaux de la ville à la recherche du tonkatsu perdu. Une histoire simple et touchante.

Le tonkatsu :

Qu’est-ce au juste le tonkatsu ? Et bien je dirais qu’il s’agit de l’adaptation japonaise de l’escalope milanaise ^^ soit une escalope de porc panné. C’est délicieux, j’adore.

2015-01-08 08.15.56

Dans la nouvelle, le tonkatsu tant recherché est encore plus proche de l’escalope milanaise que ces frères. Le restaurateur utilise une escalope fine et ajoute du persil aux œufs battu. Nous avons à notre tour réinterprété cette recette.

Voici notre version du tonkatsu :

2015-11-14 12.02.01

J’ai choisi des côtes de port dans l’échine qui sont moins sèches et remplacé le persil par du cerfeuil.

2015-11-14 12.12.38

étape numéro 1 : fariner les côtes de porc. Facile ! on met un peu de farine dans un sachet de congélation, on y glisse une côte de porc et on secoue bien. La côte est parfaitement fariné. Répéter l’opération pour chaque morceau de viande.

2015-11-14 12.14.49

étape numéro 2 : passer la côte de porc fariné dans l’œuf battu (auquel on a ajouté sel, poivre et cerfeuil cisaillé).

2015-11-14 12.18.54

étape numéro 3 : on roule dans la panure et hop ! dans la poêle. On fait frire dans une bonne quantité d’huile à feu moyen.

2015-11-14 12.46.47

C’est prêt ! Servi avec une petite salade de chou (celui-ci était un peu trop parfumé à mon goût, un simple chou vert cela aurait été un meilleur choix). On arrose la viande avec un filet de citron.

A vous d’essayer ! 🙂

Des livres en cuisine

Share

La cuisine de Mamette

Il y en a qui parlent d’albums qui fleurent bon la nostalgie et la cuisine de mamie (non, non, Laurette je ne pense pas du tout à toi… :p) et bien, l’album que je m’apprête à vous présenter et tout calibré pour ceux-là ! La cuisine de Mamette c’est un carnet de cuisine sous forme de bd où Mamette, une jolie mamie toute ronde, nous révèle quelques uns de ses secrets de cuisine tout en ce remémorant des souvenir passés : son enfance et autres anecdotes.

Mamette est déjà le personnage principal de deux séries : Mamette et Les souvenir de Mamette.

  

Je ne connais ni l’une ni l’autres. Au fait je ne connaissez pas du tout cette bd, ni son auteur, Nob. Je les ai découvert par hasard, en remportant cet album lors du dernier loto chez Loula. Une très jolie surprise. Cette bd, dont le style et le format en font une oeuvre jeunesse, est aussi un régal pour les grand. Les recettes font saliver (sauf la carbonara avec de la crème fraîche !) et Mamette avec son air jovial est toujours rigolote. Dès réception, la bd a été adopté par Mimiko qui la feuillette volontiers le soir en attendant que le dîner se prépare. Et souvent elle me demande de préparer une des recettes de Mamette. Chose que je n’ai pas encore faite, pas parce que ça ne me tente pas mais parce que l’occasion ne s’est pas encore présentée.

S’il est rigolo et appétissant pour les enfants, c’est aussi un véritable livre de recette avec tout bien expliqué comme il faut pur reproduire la recette chez soit très utile pour les grands aussi. Idéal pour un moment de partage parent/enfant autour de la cuisine ou pour les grand enfants qui veulent se mettre à la cuisine tous seuls (tout en s’amusant).

En tout cas il a trouvé une place privilégié dans notre bibliothèque livre de cuisine.

la première recette que je vais essayer

Un petit aperçu par ICI

Des livres en cuisine bis

Share

l’Italie en cuisine

Le mois italien se terminait il y a une semaine, celui des livres en cuisine a débuté ! Et pour commencer en beauté j’ai décidé de faire un petit tours en Italie grâce aux quelques livres de cuisine italienne que ma mère m’a légué.

Il manuale della pasta :

il manuale della pasta

Celui-ci, je l’adore. C’est l’un des premiers que j’ai eu quand j’ai eu ma propre maison. Faire des pâtes c’est pourtant pas bien compliqué… mais faire des bonnes pâtes,  là c’est différent !

Avec ce livre j’ai révisé les bases avant de plonger dans tout un tas de recettes succulentes. Bien sûr j’ai presque jamais suivi une des recettes à la lettre, mais j’ai trouvé dans ce livre beaucoup d’inspiration. D’ailleurs il est temps que j’y replonge car ces dernier temps mes pâtes commencent à avoir un goût. .. français ;p

Un incontournable de ma cuisine.

Une recette : j’en ai choisie une très simple. Un grand classique, les pâtes à la carbonara.  Et que ce soit bien clair : il NE faut PAS de crème fraîche !

Bucatini alla carbonara (pour 4) :

  • 300 gr de bucatini
  • 100 gr de pancetta  (poitrine de porc séché)
  • 4 œufs entiers
  • Une cuillerée d’huile d’olive
  • Une gousse d’ail
  • 2 cuillères de pecorino  (fromage de brebis) et 2 de parmesan râpé
  • Sel, poivre

Cuire les pâtes dans une grande quantité d’eau bouillante.

Dans un saladier mettre les œufs entiers, les fromages râpés, sel et poivre. Bien mélanger.

Dans une poile faire revenir le lard avec de l’ail et un peu d’huile. Quand les pâtes son cuites (al dente !), retirer l’ail et faire revenir les pâtes dans la poile avant de les verser dans le saladier. Bien mélanger. La chaleur des pâtes va cuire l’œuf qui se transforme en une crème onctueuse.

C’est prêt !

Pour les végétariens ça marche aussi sans le lard et avec beaucoup de fromage pour le goût 🙂

Si vous vous demandez ce que c’est les bucatini, ce sont des sortes de spaghetti troué. On peut très bien les remplacer par les spaghetti classique (n°5) ou par des n°7 un peu plus épais.

La cuisine régionale :

Parmi les ouvrages offert par ma mère il y a deux livres de cuisine régionale :

2015-11-08 09.49.22

Il libro della vera cucina fiorentina :

La cuisine traditionnelle de Florence, un livre qu’à une époque ma mère à du bien potasser puisque j’y ai retrouvé pas mal de ses recette (oui, c’est surement pas ma grand-mère qui lui a appris, elle cuisinait vraiment très mal XD ).

Tout comme le livre précédent je l’ai régulièrement potassé pour y trouver de l’inspiration. Surtout dans mes jeunes années de maîtresse de maison. Maintenant… je ressemble un peu à ma grand-mère XD Je cuisine de moins en moins bien et pour préparer cet article j’ai sorti des livres qui prenaient la poussière depuis un moment . Faut vraiment que je révise mes fondamentaux et je je me remette aux fourneaux sans quoi il n’y aura qu’une de mes filles qui saura que maman sait bien cuisiner 😀

J’aimais bien celui-ci car j’y retrouvais les saveurs de ma région natale. Cela fait bien longtemps que je ne l’ai pas ouvert… Je retiens surtout les recettes de crostini di fegatini (une recette pour préparer des petits toast au pâté de foi, un incontournable du repas de fête de maman), les polpettine della nonna (que je pourrais rebaptiser les polpettine della mamma, de boulettes de viande frittes qu’on prépare généralement avec les restes de lesso, sorte de pot au feu) ou encore la pasta e fagioli, des pâtes aux haricots, si si aux haricots ! Après ça on a plus faim, spécial j’ai un ado à table. Mais l’incontournable reste le coniglio alla cacciatora que je dois d’ailleurs préparer pour ma sœur, je lui ai promis :

Coniglio alla cacciatora :

  • 1 lapin
  • 400 gr de tomates pelée
  • 200 gr d’olives noires
  • 2 branches de céleri
  • 1 oignon
  • 1 carotte
  • 1 bouquet de persil
  • 2 gousses d’ail
  • 1/2 verre de vin blanc
  • farine
  • huile d’olive
  • sel et poivre

Couper le lapin en 12 morceaux, saler poivrer et passer dans la farine. Puis les faire revenir dans de l’huile d’olive. Préparer le hachis de carotte, céleri, oignon et persil. Faite le revenir dans 6 cuillères d’huiles avec les gousses d’ail. Quand l’oignon commence à prendre une belle couleur ajouter le lapin (avec son foi haché), faire revenir quelques minutes puis arroser de vin blanc. Quand le vin blanc est complètement évaporé ajouter les tomates en morceaux, les olives, une cuillère de farine en pluie, sel et poivre puis mettre au four (180°C) pour une heure. Arroser au besoin avec un peu de bouillon.

Servir avec de la polenta.

Bon, la variante végétarienne là c’est difficile le tofu alla cacciatora je suis pas sure… mais on peut tout de même faire une bonne sauce tomate aux olives avec de la polenta c’est délicieux !

Il libro della vera cucina Emiliana

Alors là c’est the région pour la charcuterie ! Et moi j’adore la charcuterie italienne, mais il parait que c’est pas bon pour la santé… T_T On se console avec le parmesan 🙂

Dans ce livre on trouve également tout un tas de recette pour préparer des pâtes maison, des pâtes jaunes, rouges, vertes, même des gnocchi…. La dernière fois que j’ai préparé des pâtes maison j’étais encore qu’une gamine. Je préfère les acheter toutes faites c’est vachement plus pratique !

Ce livre je ne l’ai pas encore exploré. Je retiens pour l’article la recette de risotto al parmigiano, très simple et à la portée de tous :

Risotto al parmigiano (pour 4) :

  • riz italien (350gr)
  • beurre
  • 1 oignon
  • environ un litre de bouillon
  • parmesan râpé

Couper l’oignon et faire suer dans 40 gr de beurre. Avant qu’il ne prenne de la couleur. Retirer l’oignon ajouter le riz et le faire revenir à sec quelques minutes. Puis ajouter du bouillon et laisser cuire le risotto en ajoutant du bouillon à chaque fois que le riz à tout adsorbé. Quand le riz et bien cuit, moelleux, ajouter le reste du beurre et une bonne dose de parmesan. Mélanger et servir.

Le cadeau du grand-père :

2015-11-08 09.47.30

Alors là, avec ça je devrait tout savoir de la cuisine de Toscane depuis les étrusques jusqu’au XX° siècle. Mais… j’ai pas encore commencé à potasser.

Pour les cuistots en culotte courte :

Des livres de cuisine j’en ai toute une collection, ceux pour enfant ne manquent pas ! J’en ai même un spécial cuisine italienne (normal).

Gaspard et Léonie les petits gourmands en cuisine – cuisine italienne

2015-11-08 10.59.01

On y trouve des recettes faciles avec un parfum d’Italie. Malheureusement ce livre n’a pas beaucoup servi, de mes fille l’une n’aime pas cuisiner, l’autre ne prépare que des pâtisseries (ou presque).

Bonus manga :

Je ne pouvais pas faire un spécial cuisine italienne sans vous parler de l’un des personnages de Food Wars : Tukumi Aldini qui apparaît au tome 3. Originaire d’Italie il est tout comme Soma apprenti dans son restaurant familial et souhaite reprendre le flambeau une fois son diplôme en poche. Un personnage super stéréotypé et caricatural comme tous les personnages de la série, mais c’est pas grave, je l’aime quand même ^^ surtout que sa spécialité c’est la cuisine italienne qu’il revisite à la sauce nippone.

Mezzaluna #deslivresencuisine #foodwars #shunsaeki #yutotsukuda #tonkam

Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Dans le tome 3 justement il relève le défi lancé par l’un des professeurs en proposant une variante de la fameuse salsa verde préparé exclusivement avec des ingrédients typiquement japonais.

Canard aigamo rôti servi avec sa salsa verde aux épices #deslivresencuisine #foodwars #shunsaeki #yutotsukuda Une photo publiée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

L’apparition de ce personnage m’a fait bien plaisir, et j’ai trouvé ça amusant de voir les recette de mon enfance (j’ai appris à préparer la salsa verde un peu près au même âge que Takumi) revisité par des japonais. Sans parler de la mezzaluna qui ne me quitte pas depuis mon enfance (quand j’ai quitté le nid familial j’ai amené la mezzaluna avec moi) et que je présente régulièrement autour de moi surprise de voir que beaucoup de gens ne connaissent pas cet outil pourtant super pratique !

Je vais vous donne ma recette de salsa verde, celle que je tiens de ma mère :

salsa verde:

  • 1 bouquet de persil
  • 2 gousses d’ail (plus ou moins en fonction des goûts)
  • 2-3 filets d’anchois mariné à l’huile ou au sel
  • 1 cuillère de câpres
  • 1 œufs durs
  • huile l’olive

Avec la mezzaluna haché finement tous les ingrédients (vous pouvez aussi faire ça avec un petit robot). Mettre dans un grand bol et ajouter de l’huile en mélangeant vigoureusement jusqu’à obtenir une texture onctueuse et crémeuse.

On utilise cette sauce pour accompagner de la viande comme par exemple un pot au feu, mais aussi simplement tartinée sur des toast à l’apéro. La dernière fois j’ai proposé des petits toast sympa fait avec des feuilles d’endive sur lesquelles j’ai déposé une cuillère à café de salsa verde et une pincée de graines germées. Croquant et frais.

Vous pouvez conserver la sauce au frigo quelques jours.

Des livres en cuisine bis rp_challenge-italie.jpg

Voilà, c’est fini pour aujourd’hui. J’espère que ce petit voyage en cuisine vous aura plu. A bientôt pour d’autres aventures culinaires.

Share