Archives de catégorie : le coin cuisine

velouté de butternut

J’ai improvisé un petit velouté et j’ai trouvé ça super bon. D’habitude j’utilise du potiron, mais là j’avais une butternut entamée.

Pour une demie butternut j’ai utilisé 4 pommes de terre et deux gousses d’ail. J’ai taillé les légumes en morceau couvert d’eau et fait cuire avec un peu de sel. En fin de cuisson j’ai ajouté une bonne dose de cumin un peu de curcuma et de gingembre en poudre.

J’ai mixé copieusement pour obtenir une texture très onctueuse.

Je trouve que la douceur du butternut se marie très bien avec les épices. J’ai trouvé ça délicieux servi avec un filet de tamari.

C’est avec ce petit velouté orange que participe enfin aux Gourmandises d’Halloween. Et c’est aussi avec ce petit plat que je conclue le challenge Halloween 2018. Encore une belle année d’échange. Merci à Lou et Hilde !


 

Share

mon jardin #7 le jardin d’automne ( et gourmandise)

Avec l’automne, le jardin se pare de nouvelles couleurs. Et j’avoue qu’avec la sécheresse de cet été il me tardait que l’automne arrive pour pouvoir refleurir le jardin et préparer le printemps prochain.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#monjardin #urbangarden #fleurs

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

En prévision du printemps :

L’automne est la saison idéale pour préparer le printemps. C’est la saison pour mettre en place les bulbes à fleurs, les arbustes, les rosiers, etc.

J’ai commencé dès septembre avec un bon nettoyage et de nouveaux bulbes : tulipes roses et violettes et narcisses jaunes ont trouvé place le long des murs en pierres dans les zones que je n’avais pas encore aménagées.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Je prépare le printemps 😁🌷 #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

J’ai planté également des rosiers issus des boutures faites à la fin de l’été de l’année dernière. J’avais fait énormément de boutures, mais j’ai trop tardé à les sortir ce printemps et une bonne partie est morte faute d’arrosage suffisant. Mais quelques-unes avaient survécu. J’ai tenté une mise en terre ce printemps, mais le pauvre rosier n’a pas résisté à l’été caniculaire malgré les arrosages. Étrange, parce que ceux qui étaient restés en pot ont passé l’été sans trop de problèmes. Je l’ai donc mis en terre cet automne.

En septembre j’ai aussi profité du terrain propre laissé par la plantation des bulbes pour installer un petit plan d’aster qui, ma foi, fait la gueule. Et un semis de fleurs en mélange pour ne pas laisser le terrain nu. J’ai mélangé 2 fleurs utilisées habituellement comme engrais vert : la phacélie et le trèfle incarnat, auquel j’ai ajouté tout un tas de graines glané de-ci de-là, ainsi que des graines de bette à carde rouge récupérée sur un plan que j’ai laissé monter en fleur cet été. Toutes les graines ne germeront pas cet automne, mais j’espère que l’ensemble donnera un joli résultat au printemps prochain.

En voulant planter un poteau pour servir de support à des plantes grimpantes, je suis tombé sur… une cave ! À 20/30 cm de profondeur il y avait un dallage, j’ai voulu le découvrir pour savoir de quoi il s’agissait, quelle ne fut ma surprise en découvrant que sous les dalles il y avait du vide. Une petite pièce ronde en pierre de taille dont j’ignore l’utilité. J’ai eu peu que ce soit trop dangereux pour les animaux de compagnie et les enfants, alors je ne sais pas trop si je dois combler cette cavité ou pas. Les fouilles continuent petit à petit, puisque je suis obligé de déplacer mon carré de potager, j’attends que les cultures en places finissent leur cycle. (Je vous ferais peut-être un petit billet une fois les fouilles finies.

Jardin d’automne

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Jardin d’automne #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

L’automne c’est aussi l’époque où fleurit le lierre, j’ai laissé une grosse touffe de lierre arborescent dans mon jardin exprès pour les insectes pollinisateurs qui en raffolent.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Le lierre en fleur. Un vrai festin pour les pollinisateurs #monjardin #urbangarden #insect #biodiversitéaujardin

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

En octobre la saison des chrysanthèmes est enfin là ! J’adore les chrysanthèmes. C’est une de mes fleurs préférées et j’en mets tous les automnes. Je n’ai encore jamais réussi à les faire survivre à l’hiver. Cette passion pour les chrysanthèmes me vaut quelques taquineries de la part de Chéri qui trouve que ça donne au jardin une allure de cimetière. Je me suis demandé pourquoi on fleurit les tombes avec des chrysanthèmes. Il semblerait que cette habitude date du XIX, mais qu’elle a été popularisée après la Première Guerre mondiale. Clemenceau aurait invité les Français à fleuries les tombes des soldats le 11 novembre 1919. Peu à peu la tradition a migré du 11 novembre à la fête des Morts. Et les chrysanthèmes se sont retrouvés à être le symbole de la fête des Morts. Mais le chrysanthème n’est pas toujours lié aux morts ! En orient il symbolise la longévité. Moi j’aime tout simplement ses couleurs. Pour moi elle symbolise l’automne.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Jardin d’automne #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Jardin d’automne #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Mais je n’ai pas planté que des chrysanthèmes, j’ai aussi mis des petites pensées pour fleurir le chemin.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Jardin d’automne #monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Les anémones et les verveines plantées en fin d’été nous ont aussi offert de jolies fleurs :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Anémone du Japon #monjardin #urbangarden #automne

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#monjardin #urbangarden #automne

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Et j’ai eu une très agréable surprise, les petites azalées qu’on m’a offertes à Noël l’année dernière n’ont pas seulement résisté à la canicule, elles ont même refleuri.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Les azalées qu’on m’a offertes Noël dernier sont en train de refleurir #monjardin

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Prochain épisode en hiver 🙂 en attendant place aux gourmandises.

Gourmandises d’automne :

La roquette (du potager) à l’honneur :

Mini pizza sauce tomate, gruyère et roquette.

La pâte à pizza je l’ai fait au pif, mais habituellement je mets 300 g de farine, un sachet de levure boulangère déshydratée, sel, une cuillère d’huile d’olive et de l’eau tiède.

Dans la sauce tomate, je mets un peu de sucre pour casser l’acidité, du sel et de l’origan.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Mini pizza pour l’apéro

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Une autre recette que j’adore avec la roquette et qui est simplissime c’est une salade pomme de terre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Salade de pommes de terre roquette du jardin en guise de goûter 😁

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

 lasagne végétarienne aux blettes

Au potage il ne reste pratiquement plus rien sauf des blettes. J’ai eu envie de les préparer en lasagnes. Et j’ai improvisé une recette qui mérite des améliorations, mais le gout est super.

ingrédients :

  • une botte de blettes
  • un oignon
  • 2 fetas
  • des lasagnes crues
  • beurre, farine et lait pour préparer une béchamel
  • 2 figues fraiches

J’ai fait revenir dans un peu d’huile l’oignon haché et les côtes de blette quelques minutes, puis j’ai ajouté les feuilles coupées en lamelles d’environ 1 cm de large et j’ai fait réduire quelques minutes. J’ai légèrement salé les légumes. Réserver.

J’ai préparé une béchamel. Dans le beurre fondu j’ai mis la farine et fait cuire un peu, puis j’ai ajouté un 1l de lait petit à petit en remuant pour éviter les grumeaux. Ma béchamel était trop épaisse, j’ai eu la main lourde sur la farine, mais je n’avais pas d’autre lait sous la main alors tant pis. Je l’ai aromatisé avec sel, poivre, noix de muscade et cumin.

Dans un plat à lasagne, j’ai disposé la pâte, puis une couche de béchamel, puis les blettes, puis de la feta concassée en petits morceaux. Et j’ai répété l’opération jusqu’à épuisement des ressources. J’ai fini par une couche de pâtes, recouverte d’une généreuse couche de béchamel, de la feta et décoré avec les lamelles de figue sèche.

Au four 35 minutes. Pour éviter que le dessus ne crame, j’ai recouvert après un premier quart d’heure de cuisson avec du papier aluminium. Une fois les 35 minutes écoulé, j’ai étant le four et laissé les lasagnes dedans pour qu’elles restent bien chaudes jusqu’au dîner.

J’ai adoré le gout, mais la prochaine fois je tacherais de mieux réussir ma béchamel pour qu’elle soit bien fluide et crémeuse. J’aurais pu aussi doubler la dose de blette, mais… j’ai pris ce qu’il y avait dans le jardin. Quant aux figues, c’était une très bonne idée. J’aurais pu en ajouter des petits morceaux à l’intérieur aussi. Quoique cela aurait été peut-être trop sucré. À refaire en tout cas. Mimiko a adoré. Faut dire que la bette est un de ses légumes préférés.

J’ai oublié de refaire une photo à la sortie du four.

Share

le cake de la rentrée

Je n’avais pas prévu de faire ce billet, je n’avais même pas prévu de faire un cake pour le jour de la rentrée. Mais quand je suis arrivée à la maison, je me suis dit que le temps était venu de reprendre de bonnes et saines habitudes. La question était : que faire ? Et surtout : comment lui faire aimer la courgette ? Parce que, bon, il y avait pas grand-chose dans le frigo et Mimiko ne raffole pas vraiment de courgette (seule légume frais en stock avec quelques tomates). Pourquoi pas en cake ?! J’ai réinterprété une recette que Yomu-chan a laissée dans mon cahier de cuisine. À l’origine c’était un cake aux olives, j’ai changé celle-ci contre des cubes de courgettes et adapté le reste à l’état du frigo. Le résultat est super bon, alors j’ai eu envie de partager ça. 🙂

Cake de rentré

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

ingrédients 

  • 250 g de farine
  • 4 oeufs
  • 15 cl d’huile
  • 250 g de courgette coupée en dés
  • des restes du pique-nique (à savoir une tranche de jambon et quelques tranches de fromages)
  • 1 sachet de levure
  • poivre et cumin
  • beurre pour le moule

Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger la farine et les oeufs, puis ajouter l’huile, puis la levure. Ajouter les courgettes, le jambon et le fromage coupé en dés.

Beurrer et fariner un moule à cake.

Cuire 50 minutes.

Share

mes premiers scones

Pour faire honneur au premier dimanche du Mois Anglais, j’ai préparé des scones pour le tea time. Mes premiers scones.

Pour cette première tentative, je me suis inspirée de la recette de Estelle.

Pour sa recette Estelle nous donne les doses suivantes :

  • 55g de beurre doux en dés
  • 250g de farine (+ pour saupoudrer)
  • 1 cuillère à soupe de levure chimique
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 1 grosse pincée de sel
  • 150 ml de lait (avec un peu de jus de citron ou du lait ribot)
  • 1 oeuf battu

J’imagine que la quantité de lait dépend de la qualité de la farine. N’ayant jamais préparé de scones de ma vie, j’ai tout bêtement mis tout le lait d’un coup et en mélangeant rapidement la pâte, comme nous le conseille Estelle, la pâte était beaucoup trop molle pour être étalé et emporte-piècé. Du coup, j’ai rajouté à la hâte 2-3 poignées de farine afin d’obtenir un pâte un peu plus ferme et emporte-piéçable.

Je l’ai étalé rapidement avec la paume de la main pour obtenir une hauteur d’environ 2 cm et fais mes petits ronds. Au four préalablement chauffé à 200°C pendant 10 minutes et voilà.

J’avoue avoir bien paniqué quand je me suis retrouvé avec une pâte beaucoup trop molle, mais, au final, le résultat était super. Pas assez épais, mais très moelleux avec un bon goût. Je les ai accompagnés d’une confiture de gingembre, une gourmandise britannique que j’adore et que je suis la seule à manger à la maison. Mimiko a opté pour quelque chose de plus classique : un carré de chocolat (noir aux myrtilles). Elle valide aussi.

Ce que j’apprécie dans cette recette c’est que c’est vraiment rapide à préparer et à cuire, parfait pour le goûter maison. J’ai encore une longue liste de recette de scones à tester, à la fin du mois je vous dirais laquelle est ma préférée. 🙂


Share

Cuisines des terroirs fait escale en Italie

Avant que le mois italien ne s’achève et que la vidéo ne soit plus disponible en replay, je partage ici un peu de savoir-faire italien en art de la table. Mozzarella di bufala, artichaut, asperges… une visite en Campanie qui ouvre l’appétit.

J’aime beaucoup l’émission cuisines des terroirs d’Arte. J’y trouve toujours plein d’inspiration, tout en voyageant virtuellement. J’avais préparé d’autres billets similaires à celui-ci, mais je n’ai pas eu le temps de tester les recettes et les vidéos ne sont plus disponibles. Alors cette fois je ne fais pas la même erreur, je partage la vidéo et je testerais les recettes quand j’aurais le temps. 🙂

retrouvez les recettes expliquées ICI

Si vous testez avant moi, venez me dire ce que ça donne 😉


Share

Tagliatelles brocoli, poulet, thym citron

Ces dernières semaines, je n’ai pas beaucoup cuisiné et j’ai délaissé le rendez-vous gourmand du dimanche, mais jeudi j’ai improvisé un petit plat de pâtes très simple que j’ai eu envie de partager ici. Et ça tombe bien puisque mai c’est aussi le mois italien !

Voici mes tagliatelles :

J’ai fait revenir dans une sauteuse avec une cuillerée d’huile d’olive, l’oignon, le thym citron et le blanc de poulet coupés en cubes.

Puis, une fois le poulet doré, j’ai ajouté les brocolis coupés grossièrement (y compris le pied que j’ai épluché et coupé en fines tranches, c’est très bon, légèrement sucré). J’ai fait revenir quelques minutes.

Pendant ce temps-là, j’ai cuit mes tagliatelles que j’ai égouttées et versé sur mes brocolis-poulet. J’ai arrosé d’un filet d’huile d’olive et voilà. Facile rapide et savoureux.

Le goût du thym citron se marie très bien avec le poulet.

EDIT : après avoir lu vos commentaire je vois qu’il y a méprise. Je n’ai pas mis de citron dans ma recette, mais du thym citron. Une variété de thym au feuillage panaché et au léger goût de citron. C’est délicieux en infusion et se marie parfaitement avec le poulet.

Thym citron #monjardin #plantesaromatiques #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le


Share

nos repas d’inspiration japonaises

J’avais prévu un billet cuisine japonaise pour fin avril, je voulais piquer la recette de torikatsu de Syl mais je n’ai pas trouvé de blanc de poulet et je n’ai finalement pas fait de billet cuisine.

Puisque le challenge un mois au Japon joue les prolongations jusqu’au 13 mai, je profite de ce premier dimanche de mai pour vous livrer quelques images de nos repas en tête à tête avec Mimiko, une grande adepte du riz. Il ne s’agit pas à proprement parler de recette japonaises mais d’une simple inspiration, notamment du donburi.

Le donburi est un bol de riz sur lequel on dépose une garniture. Nos donburi sont garni le plus souvent d’omelette japonaise (mes filles adorent ça) et de crudités, plus rarement de viande ou de légumes cuits.

Je cuit mon riz à la japonaise, autrement dit à l’étouffé. Un verre de riz rond pour un peu près un verre et 1/2 d’eau, cuit à feu doux jusqu’à absorbsion complète de l’eau. Ainsi le riz colle et peut facilement se manger avec des baguettes.

Si j’ai commencé à préparer mes donburi avec un riz à sushi du commerce, j’utilise maintenant du riz rond bio de Camargue. Nous assaisonnons le riz avec un filet de tamari (sauce soja à l’ancienne) et un filet d’huile d’olive (ben oui, je veux bien m’inspirer du Japon pour préparer mes plat, mais en tant qu’italienne, je ne conçois pas un plat sans huile d’olive, encore moins un bol de riz blanc qui se marie si bien avec le parfum de l’huile d’olive !). Puis j’y ajoute des miettes de nori et du gamasio (mélange de sésame et de sel).

Pour la garniture on se passe rarement de l’omelette japonaise : omelette très fine et roulée préparé avec des oeufs battus avec de la sauce soja et du sucre. Pour les légumes on fait avec ce qu’on a sous la main : carottes rappées, tartare de betterave, maïs, haricot poilé…

voici quelques exemples :

#bonappetit

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Bon apetit 🙂 #bolderiz

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Le plat préféré de Mimiko. Simple et bon

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Et puisqu’il est question de cuisine d’inspiration japonaise je ne resiste pas à l’envie de vous montrer mon joli plateau télé 🙂

Petite soirée otaku entre filles #onigiri et #anime

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

et pour finir 2 bento :

Le #bento de Mimiko. Elle tenait à vos le montrer 😊 #bonappetit

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Le #bento de Mimiko est prêt 😊 #onigiri #cuisine

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le


 

Share

Gâteau sans oeufs

J’étais partie pour préparer un gâteau au yaourt tout ce qu’il y a de plus classique quand je me suis rendue compte que je n’avais plu d’œufs et, évidemment, il pleuvait des cordes. J’avais pas du tout envie de sortir. J’ai bien pensé y envoyer Mimiko mais bon, je trouvais ça un peu vache 😀 Je me suis dit qu’il existait sans doute des recette pour faire des gâteaux sans œufs. Et je suis tombé sur une recette de gâteau au yaourt sans œufs. C’est très simple, on remplace l’œuf par un deuxième yaourt.

 ingrédients :

  • 2 pts de yourt
  • 3 pots de farine
  • 1 pot de sucre de canne
  • 2 cuillères à café de levure chimique
  • extrait de vanille
  • 1/2 pot d’huile de pépins de raisin

Comme pour le gâteau au yaourt classique, j’ai mis tous les ingrédients dans le saladier et mélangé jusqu’à obtenions une pâte lisse et homogène.

Malheureusement mes mésaventures ne s’arrêtèrent pas là, puisque une fois la pâte dans son moule beurré, le four a décidé de mourir. Comme ça, sans crier gare. Je me suis retrouvée sans four ! Nous n’avons pas eu de gâteau au goûter mais cela m’a permis de faire une expérience intéressante. Ne voulant pas perdre ma préparation, je l’ai congelé telle quelle, directement dans le plat à gâteau, et une fois le nouveau four en place je l’ai ressorti du congélo, j’ai laissé une petite heure à l’air libre pour qu’il décongelé et cuit au four 180°C pendant 30 minutes. C’était très bon.

à tester aussi :

gâteau au yaourt aux deux chocolats

gâteau au yaourt rapadura et patate douce


Share

une cramique pour le goûter

Dimanche dernier je me suis réveillée avec une envie de brioche. J’avais en tête ma dernière (et première) brioche tressée qui je m’étais jurée de perfectionner. Mais, puisque Avril c’est aussi le mois belge, je me suis dit que c’était l’occasion de tester la cramique.

Je me suis inspirée de cette recette en y apportant mes petites modification dont une de taille : pas de raisin sec. Pour un pain au raison c’est une grosse contrainte mais j’ai pas le choix. Tout d’abord parce que je n’ai pas de raisin sec dans mon placard, et surtout parce que Chéri déteste le raisin sec et a réussi à convaincre sa fille que c’était un ingrédient à bannir (sig). Du coup si je veux pas préparer une cramique pour moi toute seule faut bien que je m’adapte. Je vais donc garder la même pâte et changer les raisin sec par des pépites de chocolat, comme d’habitude.

La recette donne les dose pour 2 cramiques, pour commencer, je n’en ai préparé qu’une. J’ai donc divisé les doses par deux.

ingrédients : 

  • 500 g de farine
  • 1 sachet de levure boulangère déshydratée (équivalent d’environ 20 g de levure fraîche)
  • 100 g de beurre
  • 1/4 l de lait tiède
  • 2 œufs
  • 100 g de pépites de chocolat
  • 1 càs de sucre de canne
  • 1/2 càc de sel

Dans un saladier j’ai versé la farine et j’ai fait un puits en son centre. J’y ai versé la levure déshydraté que j’ai délayé avec quelques cuillerées de lait tiède et mélangé du bout des doigts avec un peu de farine pour obtenir une pâte molle. J’ai recouvert celle-ci avec la farine sèche, mis un torchon propre sur le saladier et l’ai réservé 30 minutes dans le four (légèrement chauffé). Cette opération à pour but de réveiller la levure.

La levure se réveille

Après ce temps de pause, j’ai versé le contenu de mon saladier sur le plan de travaille et l’ai travaillé la pâte en incorporant les œufs battus (après en avoir réservé un peu pour dorer la brioche), le reste du lait, le se, le sucre. Puis j’ai ajouté le beurre ramolli, et enfin les pépites de chocolat.

J’ai beurré mon gros moule à cake et y ai déposé le pâton. A l’aide d’un pinceau j’ai aspergée le pâton avec le reste d’œuf et un peu de lait. J’ai couvert avec le torchon et mis à lever dans le four, le temps qu’il faut pour que la pâte double de volume.

pâton avant et après levage

J’ai choisi de travailler ma pâte à la main et je l’ai bien regretté. Il m’a fallu pétrir une bonne demi heure. J’en avais mal au bras. En plus j’ai galéré avec l’incorporation du lait. J’ai voulu l’ajouter petite à petit, or je pense que j’aurais obtenu un meilleur résultat en faisant un puits et en y versant le lait dès le début et le mélanger petit à petit avec la farine autour du trous. Puis j’i galéré pour l’incorporation du beurre. La encore j’a ajouté petit dès par petit des, j’ai cru que je n’en viendrais jamais au bout T_T.

Pour ce qui est du levage, je travaille toujours avec une famine semi-complète et de la levure déshydraté, généralement ça met plus de temps à lever. Au bout d’une demi heure (temps donné par la recette originale) ma pâte était toujours raplapla. J’ai donc éteint le four (que j’avais mis en température de levage) et j’y ai oublié la pâte toute l’après-midi.

La recette conseillait de préchauffer le four à 250°C. Cuire 15 minutes, puis baisser le four à 200°C et cuire encore 45 minutes. Bon là encore j’ai pas du faire ce qu’il fallait, après seulement 7 minutes à 250°C sa commençait à dorer dangereusement. Je suis tout de suite passée à 200°C. Mais la encore une légère odeur de cramé a commencé à chatouiller mes narines bien avant les 45 minutes. Je n’ai du la cuire moins de 30 minutes. et j’ai été obligé de la sortir, c’était en train de brûler. La croûte est dure et l’intérieur ne ressemble pas vraiment à une brioche mais plutôt à un gâteau.

Je suis un peu déçu. C’est beaucoup de travail pour une brioche ratée. Mais le goût est bon, pour le goûter ça ira quand même 🙂


 

Share

Tourte aux épinards et aux oeufs

C’est sur le blog Chic, Choc, Chocolat que j’ai découvert cette tourte de Pâques originaire d’Italie. Ayant invité quelques amis pour un brunch lundi de Pâques je me suis dit que c’était une belle occasion de tester 🙂

Bon, j’ai du adapter parce que bon… j’ai fait n’importe quoi en faisant les courses et je me suis retrouvé avec pas assez de ricotta ni d’épinard frais, du coup système XD

Voici ma version :

ingrédients
  • 2 pâtes feuilletés (non, je ne l’ai ai pas fait moi-même, trop la flemme !)
  • 6 oeufs
  • 1 pots de ricotta (250 g)
  • environ 40 g de parmesan râpé
  • 200 g d’épinards frais + 1 boite de 400 g d’épinards en conserve
  • 1 oignon + 2 gousses d’ail
  • marjolaine du jardin
  • sel/poivre/piments de Cayenne en poudre
  • huile d’olive

J’ai ébouillanté les épinards frais quelques minutes dans l’eau salée. Puis je l’ai ai égoutté et réservé.

Dans une poile j’ai fait revenir l’oignon et l’ail quelques minutes dans 2 cuillères à soupe d’huile.

Dans un saladier j’ai mélangé la ricotta, le parmesan la marjolaine haché, le poivre et le piment de Cayenne. Puis j’ai ajouté les épinards biens essoré. et 2 œufs battus avec sel, poivre, piment (j’en ai gardé un peu pour dorer la tarte).

Dans un plat à gâteau à bord épais j’ai déposé la première pâte feuilletée directement avec son papier de cuisson, et j’ai piqué le fond avec une fourchette. J’y ai versé l’appareil ricotta/épinards. Dans l’appareil j’ai façonnais 4 trous pour y casser les œufs crus.

J’ai recouvert le tout avec la seconde pâte feuilletées, biens scellé les bord et fait un petit trous au centre pour l’évacuation de la vapeur. Puis je l’ai doré avec le reste des œufs battus.

Au fours préalablement préchauffé à 210°C, j’ai enfourné 15 minutes avant de baisser la température à 180°C et de laisser encore cuire 30/35 minutes.


  

Share