manga - BD - comics

Petit panier de manga #21

Enfin ! Enfin j’ai pris le temps de rédiger ce petit panier avec mes premières lectures manga de 2021. L’année commence en douceur. Au menu de la peinture, du voyage et de la bonne cuisine.

Blue Period, tome 1

Couverture Blue Period, tome 1

seinen de Tsubasa Yamaguchi, publié chez Pika édition en janvier 2021.

Résumé : Yatora est un jeune lycéen populaire et plein d’amis, mais désabusé. S’il s’entend bien avec tout le monde, c’est qu’il fait tout pour plaire aux autres sans se demander ce qu’il aime vraiment faire lui. En apparence joyeux, Yatora est un peu perdu, désabusé. Jusqu’au jour où il découvre le plaisir de peindre et laisse ses émotions transparaitre dans un dessin. Les compliments qu’il reçoit alors qu’il a le sentiment de s’être exprimé avec sincérité pour la première fois le touchent si profondément qu’il décide de s’inscrire au club d’art et de viser une université d’art après le lycée. Les places sont rares et il va falloir beaucoup travailler. On le suit dans son apprentissage.

Mon avis : Blue period est l’un de ces manga pédagogiques, où l’on apprend beaucoup de choses tout en suivant les déboires du héros. Ici le manga cherche à faire passer des informations sur l’apprentissage artistique et le système d’école d’art du Japon. Seulement une partie de ses informations seront pertinentes pour le lecteur francophone. Tous les détails sur les universités, les écoles et les concours d’entrée ne concernent que les jeunes gens voulant intégrer les écoles japonaises. Mais à côté de ça, il y a aussi beaucoup d’information sur les techniques de dessin, des conseils techniques, des idées d’exercices à faire… Moi je n’ai pas l’intention de me lancer dans des études artistiques et pourtant j’ai apprécié ma lecture, car à côté des informations techniques sur le dessin et la peinture on suit aussi le cheminement du héros qui va, à travers l’art et la peinture, entreprendre un chemin vers lui-même. Ayant toujours voulu plaire il se découvre enfin quelque chose qu’il aime et qui l’anime et il va tout donner pour avoir une chance dans ce domaine. Si je conseille avant tout ce manga à ceux qui veulent apprendre à dessiner, tout le monde pourra apprécier le parcours du héros. J’ai aussi beaucoup aimé le style graphique et plus particulièrement les planches où l’ont voit le héros prendre de la hauteur, littéralement s’envoler grâce à sa nouvelle passion qui lui fait voir le monde autrement. Ce manga m’a donné envie de sortir un calepin et des crayons et dessiner.

→ sur Amazon, BD Fugue ou chez votre libraire préféré

→ avec cette lecture, je participe au challenge petit BAC

Soupinou, tome 3

Couverture Soupinou, tome 3

seinen tranche de vie de Yuu Horii, publié chez Komikku (2020)

Synopsis : C’est l’hiver chez Soupinou et une de ses boules de poils, baptisées Soupi, prend vie et vient agrandir la famille finlandaise ! Ce petit nouveau, encore plein de mystères, va apporter plus de joie, et le duo peluché va vous faire fondre dans ce dernier tome plus mignon que jamais ! (source : Manga News)

Ça y est c’est déjà la fin pour ce petit manga tranche de vie tout doux qui nous amène dans le Grand Nord européen, plus précisément en Finlande. Une destination très originale pour un manga. Tout comme dans le tome 1 et 3, nous suivons la petite famille de Soupinou, formée de Tina, jeune femme qui tient un restaurant de soupes, Nicolas, son frère bibliothécaire, Soupinou boule de poils ayant pris vie et Soupi, sorte de petit frère né d’une boule de poils de Souinou. Ces deux boules sont des sortes d’animaux de compagnie magiques qui volent et apprennent à communiquer. Tout doux, tout mignons et toujours aussi gourmands. Car si on suit les aventures “animalières” des deux boules comme on le ferait auvec un manga de chat, ce manga est aussi l’occasion de découvrir la cuisine finlandaise et ses très nombreuses soupes. Dans ce tome on découvre aussi, au détour d’un chapitre, un peu de son folklore avec des toutes petites créatures qui m’ont fait penser au chapardeurs de Arietty, mais aussi aux elfes de maison qui ont peuplé mon enfance.

Une lecture détente, parfaite pour ce mois de février et ma thématique Contes et légende en cuisine. À lire blottie dans un plaid au coin du feu 🙂

→ avec cette lecture je participe au challenge Contes et légendes et Des livres (et des écrans) en cuisine.

→ sur Amazon, BD Fugue ou chez votre libraire préféré

→ mon avis sur le tome 1 et le tome 2

→ à lire aussi, l’avis de Tachan

Goodnight, I love you…, tome 2

Couverture Goodnight, I love you..., tome 2

josei de John Tarachine, publié chez Akata (2018)

Résumé : À la mort de sa mère, le jeune Ozora part en Europe avec son frère pour exécuter les dernières volontés de sa mère. Dans le premier tome, il découvre Londres et Paris. Dans ce second tome, Ozora quitte son frère qui vit à Paris pour continuer l’aventure seul. Il doit se rendre à Amsterdam, pour rencontrer un autre des amis de sa mère, mais le voyage va prendre une tournure inattendue. Il fera une première escale à Bruxelles puis découvrira Amsterdam.

J’avais beaucoup aimé le premier tome et le second attendait dans ma PAL depuis un petit moment déjà. Avec le marathon de lecture que nous avions organisé pour la Saint-Valentin, j’ai enfin pris le temps de lire ce deuxième volet. J’ai aimé visiter ces deux villes que je connais un peu et dans lesquelles je me rends régulièrement. J’ai aussi aimé voir le héros murir. Il part sans l’aide de son frère cette fois et il va devoir apprendre à gérer seul, ce que finalement il fait sans trop de difficulté. Il prend confiance en lui, se questionne sur ce qu’il veut faire de sa vie. Vie qu’il avait mis entre parenthèses pour assister sa mère malade. Mais il se torture toujours l’esprit avec ces histoires de famille. Une révélation fracassante avait ébranlé ces certitudes dans le premier tome et je ne vais rien en dévoiler ici pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte, mais disons que cela a à voir avec les secrets de famille, les non-dits et les silences mal interprétés. Une thématique que je retrouve souvent dans les manga où il est question de famille. Je me demande à quel point cela relève du ressort dramatique ou du fait culturel. J’ai l’impression, d’après mes lectures, qu’on ne parle pas beaucoup dans les familles japonaises.

Quoi qu’il en soit, notre héros est toujours aussi mélodramatique, mais il commence à grandir, à prendre du recul. J’ai hâte de voir ce que ces prochaines pérégrinations vont lui réserver. Direction du tome 3 : l’Italie ! Je ne pouvais pas rêver mieux.

mon avis sur le tome 1

→ avec cette lecture je participe aux challengex Des livres (et des écrans) en cuisine et objectif PAL

→ à lire aussi l’avis de Tachan

→ sur Amazon, BD Fugue ou chez votre libraire préféré


petit bac 2021

Share

Commentaires

26 février 2021 à 21:46

J’aimerai bien apprécier les mangas, mais j’ai beaucoup de mal malheureusement :/ Je lis “The Promised Neverland”, je suis très lente, je n’arrive pas à y revenir, alors que quand je suis dedans, j’apprécie.
J’ai prévu de mettre mon nez dans “Moriarty” ce mois-ci pour le challenge British Mysteries de Lou et Hilde 🙂



27 février 2021 à 00:29

Je note ton premier et ton 3e titre.
Chucky Pop parle de Moriarty, c’est une série qui me fait de l’oeil, la connais-tu ?
De mon côté, je parlerai en mars de Citya Hall, je vais continuer Neun et voir si le tome 4 d’Asadora est sorti (connais-tu ?)



28 février 2021 à 08:43

Oh, le retour de Soupinou !! 🙂 trop chou… Si seulement, ils avaient cette série à la médiathèque ! Bon dimanche, Bidib !



1 mars 2021 à 20:54

Merci pour les liens 😉
Mais oui Soupinou est juste trop mignon, une vraie série doudou.
C’est vrai que les jap aiment bien les drames et les non-dits, on dirait que ça montre une société bien en mal de communication.
Je suis un peu plus réservée que toi pour Blue Period, que j’ai trouvé trop bavard parfois. J’attends que ça ait un peu plus de pep’s et de passion à l’avenir ^^



7 mars 2021 à 13:39

J’avais acheté le premier tome de Goodnight I love you, sur tes conseils je pense, et elle a adoré et continué la série.



Répondre à Antigone Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *