Grands et petits écrans / littérature / manga - BD - comics

la mort avec précision [roman]

Coucou ! Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler d’un roman japonais que j’ai lu cet été : La mort avec précision d’Isaka Kôtarô, publié en français aux éditions Philippe Picquier.

Couverture La mort avec précision

Chiba est un shinigami, un dieu de la mort, qui a pour mission d’enquêter sur les personnes que ses supérieurs ont désignées pour une mort prochaine. Les shinigami s’occupent uniquement de mort accidentelle, les suicides, la vieillesse et la maladie ne sont pas de leur ressort. Afin de maintenir l’équilibre, certaines personnes sont choisies pour une mort accidentelle, mais avant qu’elle ne survienne, un shinigami mène l’enquête pendant 7 jours afin de décider si cette personne est apte à mourir. Ne nous laurons pas : les shinigami ne sont dotés d’aucune empathie envers les humains et leur décision est presque invariablement “apte”. Mais Chiba est un shinigami particulièrement zélé. S’il n’aime pas spécialement son travail, il aime le faire bien. Il ne prend donc jamais sa décision à la légère et mène une scrupuleuse enquête de 7 jours avant de remettre sa décision à ses supérieurs. Ainsi nous allons le suivre dans diverses enquêtes pendant lesquelles il se fait passer pour un être humain et se met à fréquenter sous des prétextes divers les personnes sur qui il est chargé d’enquêter. De la standardiste au yakuza, en passant par une mamie coiffeuse, un jeune déséquilibré, ou encore un employé de boutique, les personnes qu’il va suivre auront des profils très divers. Mais toujours on retrouvera ce décalage en Chiba et les autres. Il a beau faire ce travail depuis des années, il a beaucoup de mal à comprendre les humains.

Plus qu’un roman, La mort avec précision est un recueil de nouvelles dans lequel on retrouve toujours le même personnage principal : Chiba. Si au début les histoires se suivent sans rapport entre elles, peu à peu des liens se créent, on retrouve même des liens avec d’autres romans de l’auteur (Pierrot-la-gravité).

J’ai beaucoup aimé le décalage entre Chiba et les humains qu’il est chargé d’étudier. Son système de valeur est très différent du notre et il n’éprouve aucune empathie, la mort d’un humain de le touche pas. Mais il n’en est pas moins curieux et cherche toujours à comprendre ce qui anime la personne sur laquelle il enquête.

Certaines histoires ont un côté tranche de vie, d’autres ressemblent à un véritable polar. Avec des personnages impliqués dans des histoires violentes ou inquiétantes. Les enquêtes de Chiba, en revanche, n’ont rien d’enquêtes policières. Ce qu’il cherche à déterminer, c’est l’état d’esprit dans lequel se trouve la personne, et peu lui importe que se soit une paisible employée subissant du harcèlement ou un fou furieux ayant attaqué un passant. Pour lui tous les humains se valent.

En revanche, ne vous attendais pas à un rythme de fou. Chiba prend son temps et même quand tout le monde s’agite il reste calme et stoïque, pose des questions saugrenues, et prend le temps d’écouter de la musique. Le rythme de l’ensemble est assez lent et un peu redondant, mais j’ai pris plaisir à suivre Chiba. Mais si comme moi vous aimez les lectures rythmée et rapide, je vous conseille de lire une histoire à la fois en intercalant quelques lectures plus vives.

Avec cette lecture je participe à Un été au Japon organisé par Hilde et Lou, au Shiny Summer Challenge organisé par Millina et au tour du monde en 80 livres


Le coin des curieux : Shinigami

Les Shinigami sont des divinités psychopompes, souvent traduites par dieu de la mort. Sauf qu’il n’y a pas un shinigami comme il y aurait chez nous la Mort, il y  en a beaucoup. Ce sont les dieux qui viennent récolter les âmes des morts. Il existe d’ailleurs d’autres divinités ayant le rôle de dieu de la mort.

On retrouve les shinigami dans nombreuse fiction, je ne vais citer ici que quelques manga et animes que j’ai lu et/ou regardé.

Death Note

Teaser : Death Note (U.S.)

Bien sûr, quand on parle de Shinigami, je pense tout de suite à Death Note. D’abord un manga de Tsugumi Ōba et Takeshi Obata qui a ensuite connu plusieurs adaptations. En anime, en drame et même en film.

J’ai, pour ma part, découvert le titre avec l’anime. J’ai ensuite regardé un drama et lu les premiers tomes du manga.

Dans cette série, Ryuk, un shinigami perd son death note. Un carnet magique qui permet aux shinigami de noter le nom des personnes qui doivent mourir. Light, un jeune lycéen très intelligent tombe sur le death book et comprends rapidement son fonctionnement. Si au début il est motivé par un grand sens de la justice, ce super pouvoir va rapidement lui monter à la tête et il va se prendre pour un dieu lui-même. Ryuk va lui apparaitre rapidement, mais le dieu, au lieu de lui reprendre le carnet, va se contenter de le suivre pour tuer l’ennui.

Light devra faire face à un alter ego aussi intelligent que lui qui cherchera à l’arrêter. Mais après sa part en cacahouette. Sans doute la série avait trop de succès pour se terminer sauf qu’on voit bien que les auteurs continuent pour contenter l’éditeur, l’histoire n’ayant pas besoin de se poursuivre. On lui ajoute d’autres alter ego et ça n’en finit plus. Dommage. L’idée de départ était très bien trouvée et l’intrigue bien construite avec un héros qui devient petit à petit un antihéros, car le pouvoir lui monte à la tête.

Pour moi l’histoire méritait de trouver sa conclusion dans l’affrontement entre Light et M, l’étrange détective qu’on va mettre à sa recherche. Le reste c’est du remplissage.

Néanmoins la figure de Shinigami y est intéressante. Ryuk, tout comme Chiba, n’éprouve pas d’empathie pour les humains. Mais à part ça, ils sont très différents. Le Chiba du roman est détaché mais bienveillant, il observe tranquillement les vies humaines qui n’ont pour lui pas plus de valeur que celle de n’importe quel autre être vivant. Ryuk est bien moins bienveillant. Il s’ennuie et il va prendre un malin plaisir à suivre Light foutre le bazar avec son cahier.

Bleach

Les 7 premières saisons de Bleach arrivent sur Crunchyroll, 04 Octobre 2021  - Manga news

Autre série à laquelle j’ai tout de suite pensé : Bleach. Là encore j’ai découvert le titre via l’anime. Il existe aussi en manga, mais je ne crois pas l’avoir lu. Bleach aussi souffre du défaut des séries à succès : elle ne s’arrête plus ! 74 tomes pour le manga, 366 épisodes pour l’anime. Autant vous le dire tout de suite j’ai décroché bien avant ! Un nouvel arc est même prévu pour 2022 si j’ai bien compris.

Là encore on en rajoute. À chaque fois qu’un arc se finit, que le héros l’emporte, un nouvel ennemi, une nouvelle menace encore plus dangereuse arrive. À la longue, on se lasse.

Mais j’avais bien aimé le début de la série, un shonen plutôt simple et drôle avec des histoires de shinigami et d’âmes errantes. Puis, plus on avance, plus sa devient tragique.

Ichigo, un lycéen de 15 va devenir un shinigami. Ici, les shinigami sont chargé de combattre les âmes errantes qui se transforment en monstre. On est très loin du shinigami tel qu’on le présente dans le roman.

les Descendants des ténèbres

Les Descendants des ténèbres - Anime (mangas) (2000) - SensCritique

Dans le descendant des ténèbres, certains humains deviennent shinigami après leur mort et travaillent au sein du Jū Ō Chō une organisation qui a pour but de guider les âmes des morts. Une section, le département des invocations est chargé des âmes rebelles. Les héros de cette série appartiennent bien sûr à cette organisation.

J’ai découvert ce titre par son adaptation en anime. Un anime court de seulement 13 épisodes. Je me souviens avoir aimé à l’époque, mais je ne garde qu’un souvenir très flou de l’intrigue. J’ai les 5 premiers tomes dans ma bibliothèque, mais je ne les ai pas encore lus.

Sweet Rain

À noter aussi que La mort avec précision a été adaptée en film : Sweet rain. Je vous ai mis la bande-annonce plus haut. Je ne l’ai pas encore vu, mais je suis curieuse de voir comment le livre a été adapté. En le lisant, je me disais que ça ferait une très bonne série TV.

Sweet Rain

Si le chien est une invention du réalisateur et n’est pas du tout présent dans le roman, la pluie, elle est bien là et le titre de l’adaptation colle bien avec l’ambiance du roman.

Voici quelques idées lectures et visionnages parfaits pour le challenge Halloween de cet automne 😉 (Oui, je suis déjà en mode automne ! Vivement la fin de l’été !!)

Share

Commentaires

1 septembre 2022 à 18:17

Ah ben peut-être que je serai réceptive au film ? Je vais voir si je peux mettre la main dessus ! 🙂



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.