Archives de catégorie : Culture G

Horror Humanum Est

Aujourd’hui je vais vous parler d’une chaîne youtube que j’ai découvert très récemment : Horror Humanum Est. Et j’avais envie de le faire pendant le challenge Halloween, parce que si vous avez envie d’horreur, là vous serez servi. Mais pas de sorcières, le zombi ou autres créatures maléfique. Ici l’horreur est authentique. 100% made in être humain.

Voici un aperçu :

La chaîne youtube est complétée par un site où l’on trouve des info complémentaires pour enrichir chaque vidéo.

Si vous aimé le sang et les histoires glauques vous trouverez votre bonheur 😉

Merci à mon petit frère pour m’avoir fait découvrir.


Share

Sorcellerie, sorcières et youtubeurs

J’ai déjà partagé ici plusieurs vidéo de Nota Bene. J’aime beaucoup ce youtubeur et sa vidéo sur les sorcière colle si bien au thème du mois que je ne reste pas à la partager avec vous dans le cadre du challenge Halloween.

Et comme l’union fait la force, je complète cette petite vidéo par une petite séries de vidéo sur la sorcellerie proposé par La Prof, autre youtubeuse de vulgarisation historique que j’aime bien.

Voilà, j’espère que ça vous a plu et que vous en savez plus maintenant sur les sorcière et leur chasse 🙂


Share

Nouveau MOOC : La sculpture grecque d’Alexandre à Cléopâtre (Partie I)

Je vous ai parlé du mooc sur les bouleversement écologiques, ajourd’hui c’est un tout autre sujet qui a piqué ma curiosité : l’histoire de l’art. Toujours sur la même plateforme (j’aime beaucoup fun-mooc) je me suis inscrite au cours La sculpture grecque d’Alexandre à Cléopâtre (Partie I) qui vient tout juste de commencer.

Si le sujet vous intéresse, les inscriptions sont encore ouvertes jusqu’au 10 novembre.

J’ai visioné hier soir les vidéos de la première semaine de cour et je trouve ça pas mal du tout. Chaque vidéo tourne autour d’une oeuvre et c’est au travers de celle-ci qu’on en apprends plus à la fois sur son contexte historique que sur les techniques utilisées. Je ne suis pas sûre que je me souviendrais de tout mais je trouve ça intéressant.

Share

Le voleur d’estampe démasqué ?

Je vous ai parlé il y a quelques temps déjà du global manga Le voleur d’estampe de Camille Moulin-Dupré. Dans cet oeuvre atypique, Camille Moulin-Dupré se sert des estampes japonaises comme matériel de départ, s’inspirant de nombreuses estampes pour créer sont propre univers nous plongeant dans un Japon de la fin de l’époque Edo imaginaire.

Lors de ma chronique sur le premier tome de la série (la suite n’est pas encore sortie) je m’étais amusée à mettre à jour quelques unes des inspirations possible.

Pourquoi revenir aujourd’hui sur ce manga ? Parce que je crois que je tient une nouvelle piste pour démasquer le voleur d’estampe ! L’une des planches du manga dégageait une ambiance qui m’était très familière.

Résultat de recherche d'images pour "le voleur d'estampes"

J’avais tout d’abord pensé à l’une des cent vue d’Edo de Hiroshige.

Mais aujourd’hui, en feuilletant justement mon livre Hiroshige Cent Vues célèbres d’Edo de chez Taschen, je suis tombé sur une estampe et tout de suite j’ai repensé à cette fameuse planche du voleur des estampes. Tiendrais-je la un indice ?

C’est une vue du quartier Suruga de Hasegawa Settan (1778-1843). Cette planche est extraite de son Edo meisho zue, guide illustré de la ville d’Edo publié entre 1834 et 1836. Il est composé de 20 volumes. Il est illustré par Hesagawa Settan, mais aussi par son fils et probablement d’autres artistes. Le Edo meisho zue influença Hiroshige en son temps, notamment pour ces Cent vues célèbres d’Edo, comme vous pouvez le voir en comparant les deux vues de Suruga.

Je trouve que la perspective de la planche de Camille Moulin-Dupré correspondent d’avantage à la vue de Hasegawa qu’à celle de Hiroshige. Cette dernière est beaucoup plus verticale.

Alors, est-ce que je tiens un bon indice ? La chasse aux estampes volées continue 😉

Share

Europe et première guerre mondiale – L’Histoire par les cartes

Le mois dernier je présentais le youtubeur Nota Bene dans un billet dédié au challenge Première Guerre mondiale. Je remet ça ce mois-ci avec un autre youtubeur de vulgarisation d’Histoire. Une façon très ludique et plaisant d’aborder l’Histoire et d’apprendre plein de chose. La chaîne que je vous propose de découvrir aujourd’hui c’est L’Histoire par les Cartes.

J’ai découvert cette chaîne via sa collaboration avec Nota Bene et suis tombé sur cette vidéo montrant les profonde modification géopolitique que la Première guerre mondiale à apporté à l’Europe. Je l’ai trouvé très intéressante et ai eu envie de la partager avec vous.

suivez L’Histoire par les cartes sur facebook


Share

Les yôkai de maître Hokusai

Pour bien débuter le mois o-bon, faisons un tour du côté des yôkai et esprits croqué par Hokusai.

⇒ pour savoir ce que sont les yôkai, je vous invite à lire cet article

On trouve de nombreuses créatures fantastiques dans les carnets de croquis d’Hokusai (les fameuses manga dont je parlerais bientôt).

J’aime beaucoup ces rokurokubi, yôkai au long cou.

Le douzième volume de la manga de Hokusai, qui fut le plus apprécié en occident, regorge d’illustrations fantastiques, on y trouve des yôkai, mais aussi des fantômes. La littérature fantastique illustrée était fort apprécié dans le Edo du XVIII – XIX siècle.

Mais dans le domaine des yôkai, se sont peut-être ses estampes tirée de la série Cent Histoire de fantômes (Hayaku monogatari – 1831/32) qui sont les plus célèbres.

Kohada Koheiji
O-Iwa-san
Warai-Hannya
Sara-yashiki
Shunen

En faisant quelques recherches, je suis tombée sur ce bouquin :

Le livre regroupes toutes (ou du moins une bonne partie) les illustrations de Hokusai mettant en scène yôkai et fantômes. Le livre à l’air superbe. Ile me fait très envie. Demage que je ne lise pas le japonais

sur le site de book wasabi vous pourrais découvrir diverses photo du livre. ça fait vraiment envie !!

Un autre livre me fait aussi envie :

Dans cet ouvrage japonais bilingue anglais sont regroupées des estampes de divers artistes parmi lesquels on retrouve Hokusai

Maintenant que j’ai bien bavé sur ces bouquin, je vous laisse. J’espère que cette première modeste immersion dans l’univers fantastique japonais vous a plu.

Sore jaa, mata 🙂

Share

Nota Bene – le chemin des Dames

Je viens de découvrir un youtubeur qui fait de la vulgarisation historique. J’aime bien le concept et ses vidéo sont agréables à voir. On y découvre plein de chose. La première vidéo que j’ai vu, et par laquelle j’ai découvert Nota Bene, parle d’une des grandes défaites de l’armée française durant la première guerre mondiale. En regardant cette vidéo j’ai tout de suite pensé au challenge première guerre mondiale de Blandine et j’ai eu envie de partager avec vous cette découverte.

Pour ma part je ne savais pas grand chose de cette bataille et j’ai appris bien des choses avec cette vidéo. Qu’en pensez-vous ?

Si cette vidéo vous a plu il y en a plein d’autre à découvrir sur la chaîne youtube de Nota Bene ICI

petite sélection de certaines de ses autres vidéos sur la grande guerre

Vous pouvez aussi le suivre sur facebook et twitter


Share

Les Maya expliqués aux enfants

Arkéo Junior n° 222 - Octobre 2014

Entre l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud se trouve un territoire appelé Méso-Amérique.  C’est là  que la civilisation des Mayas, aujourd’hui disparue, a vécu pendant 4000 ans !

C’est ainsi que commence le n°222 d’arkéo junior d’octobre 2014 (il est pas tout récent mais… les bibliothèques sont là 😉 sinon vous pouvez aussi vous le procurer sur le site du magazine).

Je découvre cette revue avec ce numéro que j’ai emprunté spécialement pour le challenge Amérique latine avec d’autre revues que je présenterais ultérieurement. Je cherchais à proposer des lectures jeunesse à présenter dans le cadre de ce challenge et j’ai commencé par le rayon revue qui me tenais les bras.

Tout d’abord voyons ce que j’ai pensé de ce dossier, puis de la revue et enfin j’essayerais d’aller plus loin en cherchant d’autres lecture sur ce thème. Si vous connaissez des livres jeunesse qui parlent des Mayas,  n’hésitez pas à laissez les références en commentaire.

Les Mayas sur arkéo junior

J’ai trouvé ce dossier très bien fait. Il y a pas de long texte ennuyeux mais que de petits paragraphes qui illustrent chacun un détail de la civilisation Maya : l’alimentation, le troc, l’artisanat, la mode, le villes…  C’est simple et très ludique. Il y a beaucoup d’images. Les textes en deux couleurs sont faciles à lire.

Le dossier se termine avec un atelier pour fabriquer son masque maya.

Ce dossier est sortie au moment où se tenait l’expo Les Mayas, révolution d’un temps sans fin qui se tenais au quai Branly. Si l’expo est finie depuis 2 ans, le catalogue est toujours disponible

La revue

Plusieurs articles, des petites bd, des ateliers créatifs … le contenu est varié et la présentation ludique. J’ai été agréablement surprise par cette revue. Dommage que Mimiko ne partage pas mon goût pour l’histoire. Elle n’a pas daigné y jeter un œil.

Je retenterais l’expérience avec d’autres numéro. Peut-être, après tout, qu’elle n’aime pas les masques Mayas.

Les Mayas pour la jeunesse

Après avoir lu la revue j’ai voulu approfondir le sujet et je suis allé voir ce que la bibliothèque proposait sur ce thème.

Les peuples du Soleil

Dans la collection Les Yeux de la Découverte de Gallimard (1993), ce volume est dédié aux peuples d’Amérique latine : les Mayas bien sur mais aussi Incas, Aztèques, Olmèques, Zapothèques, Mixtèques…

J’ai découvert des peuples dont j’ignorais l’existence (je devais dormir quand on a fait ce cours là ou alors j’ai oublié… honte à moi). C’est ce que j’ai trouvé intéressant dans cet ouvrage. On nous parle bien sûr de l’empire Incas, des Aztèque et des Mayas, mais aussi de tous les autres, moins connus. Le livre est très richement illustré.

Art, agriculture, architecture, nourriture, objets du quotidien, guerre et paix, religion… On aborde tous le sujet qui font la vie de ces peuples. C’est un livre qui invite au picorage. On le feuillette, on regarde les photos et on lit les légendes de ce qui attire le regard. Très visuel, j’aime ça. On retrouve l’esprit du dossier proposé par arkéo junior.

L’Amérique précolombienne

Chez Casteman, cet Atlas historique date de 1991. Le livre est consacré à toutes l’Amérique, dans la première partie on découvre l’histoire (précolombienne) de l’Amérique du nord, je ne m’attarderais pas sur cette partie, tandis que la seconde est consacré à l’Amérique latine.

Comme dans le précédent ouvrage, on ne s’intéresse pas ici spécifiquement au Maya, mais cette approche globale est aussi intéressante et donne de précieuses information sur le contexte dans lequel s’épanouit la civilisation Maya.

Plus danse en texte e moins richement illustré que le précédent, ce livre est moins ludique. Il invite plus à la lecture sérieuse qu’au picorage. Faut donc être vraiment intéressé par le sujet.

Les voyages d’Alix – Les Mayas

Enfin un ouvrage rien que sur les Mayas !

Je connaissais Alix pour la bd (que je n’ai d’ailleurs jamais lu) mais je ne savais pas qu’y avait une collection Les voyage d’Alix, qui propose une documentation sur l’antiquité illustré à la façon de la bd.

Je trouve ça un peu troublant de voir un roman chez les Mayas mais bon.

Ce qui est sûr c’est que j’ai aimé les illustrations de cet album. Peu de photos mais de belles illustrations couleurs, réalistes, qui invitent à l’aventure.

L’Amérique précolombienne

L'AMERIQUE PRECOLOMBIENNECe livre, plutôt court, est intéressant. Toutes les civilisations précolombiennes y sont regroupées (donc survolées) mais le côté illustrations 3D à regarder avec le masque lui confère un aspect ludique.

Les pages explicatives sont richement illustrées, les textes sont courts et accessibles.

En revanche pour simplifier on réuni Incas, Mayas et Aztèques dans d’uniques explications pouvant ainsi laisser croire aux jeunes lecteurs qu’il s’agit d’une même culture.

Mayas, Aztèques et Incas de Sandrine Mirza https://www.amazon.fr/dp/274595508X/ref=cm_sw_r_pi_dp_WqscxbJ2SGQ7E: Maya Aztèques Incas

Ce volume est beaucoup plus complet que les précédents.

Bien qu’il traite des trois principales civilisations précolombiennes, séparées en chapitres distincts, les autres civilisations précolombienne  y sont aussi présentées.

Très complet et richement illustré ce volume encyclopédique est très agréable à consulter.

Naachtun : la cité Maya oublié

Ce n’est pas du tout un reportage pour enfant. C’est un documentaire ce qu’il y a de plus classique, avec la fameuse voix off ténébreuses, les musiques à suspens, des archéologues avec leur pinceaux et de vieux cailloux. Très classique mais bien fait. J’ai trouvé ça très intéressant, j’y ai appris plein de chose.

Mimiko l’a également regardé avec beaucoup d’intérêt, me posant de temps à autres quelques question pour éclairer ce qu’elle ne comprenais pas. Une de ses question étant restée sans réponse à la fin du reportage : pourquoi les Maya ont-il abandonné ces citées ?

J’aime regarder avec elle ce genre de reportages, elle s’y intéresse toujours et ça change des émission faites pour les enfants.

Une chose qui m’a marqué c’est la façon dont cultivaient les Maya : dans un même trous il versent quelques graines de 3 plantes différentes : maïs, courges et haricots. Le maïs pousse le premier, en hauteur, faisant de l’ombre pour la courge qui s’épanouit au sol, celle-ci étant à maturité quand le maïs aura déjà séché. Le maïs sert aussi de support aux haricot qui s’entortillent autour de sa tige. La permaculture avant l’heure ! J’ai envie de tenter l’expérience dans mon jardin.


chut les enfants lisent 

Share

L’édition généraliste au XX° siècle : Les éditions du Seuil ~ by Yomu-chan

Bien le bonjour,

Voici la suite de notre révision sur la bibliologie du XX° siècle 😉 Cette fois nous allons parler des éditions du Seuil.


A- Naissance

1. Une maison catholique

C’est une maison d’édition créée au cœur de l’entre-deux guerres, en 1935. Les gens à son origines sont assez inattendu dans le monde du livres, il s’agit de gent malades qui prône une re-christianisation de le France, il y a là une volonté religieuse et politique. Se sont des gens qui ont une vision gauchiste de la religion, ils défendent une forme d’humanisme chrétien. Il voient leur maison d’édition comme un lieu d’hébergement et de réflexion culturelle.

Les deux fondateur sont Jean Bardet et Paul Flamand, sous la coupe de l’abbé Plaquevent.  La maison connaît d’abord une période de tâtonnement. Ces catholique fervents  tout juste tombés dans le monde du livre sont en train d’apprendre leur métier sans avoir beaucoup de moyens. Se sont la plupart du temps des publication à compte d’auteur qui ne rencontre pas un très gros écho.  Jusqu’en 1939 se sont des publications encore très confidentielles qui ne touchent pas un large public.

Pendant la guerre la maison est une coquille vide et ne publie rien. Mais à la libération elle décide de se relancer avec une nouvelle ligne éditoriale. Un peu catholique, elle garde l’idée d’un développement spirituel par la réflexion et le débat. Ils prônent toujours des valeurs d’un catholicisme humain mais ouvrent de nouvelles collections qui s’écartent un peu des terres strictes de la religion. Par exemple la collection Terre Vive, dans la quelle sont publier des essais. C’est une maison d’édition de la pensée qui propose des textes de réflexion sur la réflexion de reconstruction du monde d’après-guerre.

Mais le Seuil doit se confronter à la rude concurrence, pour l’instant elle reste une maison de récupération, une maison secondaire.

Paul Flamand et Jean Bardet

2. Premiers succès

Son succès fonctionne surtout grâce à sa manière particulière de travail, qui s’apparente plus à un journal, avec des équipes de rédaction très collectives où le débat et la discussion ont toujours leur place.

Le premier vrai succès de la maison c’est Don Camillo, qui se décline en plusieurs livres et qui connaîtra de nombreuse adaptation. Il s’agit d’un livre qui allie christianisme et progrès, un terrain de possible entente entre des pensées différentes, qui en 1951 fait écho à la guerre froide. Les recettes reçues suite au succès de ce livre permettent aux éditions du Seuil de prendre de l’ampleur.

B- Maison reine des sciences humaines

1. Centre production des livres de sciences humaines

Les éditions du Seuil font de plus en plus parler d’elles. C’est surtout dans le domaine des sciences humaines qu’elles réussissent. La philosophie, l’histoire, les sciences humaines en générale, etc.  La maison a été le refuge des grands de l’avant-garde de l’après-guerre, notamment avec le structuralisme de Philippe Sollers qui créera la revue Tel Quel et la collection du même nom.

2. Collection « Cadre Vert »

En revanche la maison peine à se développer dans le domaine de la littérature, et c’est pourtant là qu’une maison d’édition gagne en noblesse. Il y a bien la collection le Cadre Rouge, mais cela reste des publication d’auteurs de second ordre.

Il y a par contre la collection Cadre Vert, une collection de littérature étrangère. C’est une belle collection, avec de beaux livres, mais c’est un domaine on la concurrence est déjà très forte.

3. La route du « Tiers-mondisme »

La maison parvient à compenser en faisant le choix bénéfique de miser sur des publication appartenant à tout les mouvements tiers-mondiste. Notamment la décolonisation, le Seuil s’engagera contre la présence de la France en Algérie.  Dans ce même mouvement la maison se fait le lieu d’accueil d’une vague d’auteurs francophone venus des anciennes colonies, ils deviendront les auteurs phares de la maison. Il y a une vraie cohérence dans la ligne éditoriale des éditions du Seuil, et elles décrocheront même un prix Goncourt.

C- Les années 1980

1. Claude Cherki et rachat de marques

A partir des années 70 la maison se fait figurante à côté des grandes entreprises. Elle va alors chercher Claude Cherki, très conscient des faiblesses du Seuil et qui va tout faire pour développer son indépendance. Il développe son système de distribution. Et la maison devient de plus en plus forte dans les livres grand public.

2. Vente de la maison et mécontentement du monde du livre

En 2004 la maison est vendu à Hervé De La Martinière qui est un éditeur remarqué qui fait de beaux livres et qui cherche à développer son côté généraliste. Il n’aura plus vocation de défendre la pensée humaniste et il va orienter les publications du Seuil vers des livres de plus en plus commercial. Mais de nombreux salariés sont mécontent et quitte la maison. Aujourd’hui les éditions du Seuil suivent une évolution commerciale mais reste encore un peu la maison des sciences humaines.

 

Share

L’édition généraliste au XX° siècle : Les éditions de Minuit ~ by Yomu-chan

Salut !

Encore un article dans la série consacrée à l’édition française du XX° siècle 🙂 Aujourd’hui nous allons parler des éditions de Minuit !


A- Une naissance dans la clandestinité

1. 1940, Pierre de Lescure et Jean Bruller

Les éditions de Minuit voient le jour durant l’occupation allemande. C’est une maison d’édition clandestine qui est née de la volonté de continuer à produire une littérature française, d’un refus des productions imposées par les allemands. Ainsi elles vont publiés des textes invoquant des valeurs interdites par l’occupant. La naissance des éditions de Minuits a vocation d’acte de résistance, on y voit une forme de patriotisme.

C’est Pierre De Lescure, un écrivain lié à la maison Gallimard et Jean Buller, un artisan du livre, qui décident de créer cette maison d’édition clandestine. Se sont deux acteur du monde littéraire, qui y ont leur place mais qui ne sont pas particulièrement connu.

Pierre De Lescure

2. Vercors

Le 1° livre qu’ils publie est Le silence de la mer, de Vercors (qui est en fait le pseudonyme de Jean Bruller qui se convertit à l’écriture), c’est un livre qui raconte l’installation des des allemands en France. Il commence à être publié et diffusé vers l’étranger (au Canada, aux USA et au Royaume-Uni). Les livres sont confié à quelques personnes de confiances et distribué de la main à la main. C’est un succès et les français commence à entendre parler de ce livre alors qu’ils n’ont pas pu le lire.

Jean Bruller : Vercors

3. Diffusion et impression clandestine

Grâce à l’écho créer autour de Le silence de la mer, les gens commence à entre parler des éditions de Minuit. Et cela facilite leur prochaine opération. De nombreux auteurs rattachés à Gallimard publieront chez eux.

Ils réussissent à confier leurs textes à un imprimeur de confiance. Les relectures étaient faites dans l’imprimerie pour qu’ensuite les feuillets soient répartis dans les appartements des amis de la cause pour être brochés. Le papier provenait des chutes de papier des autres éditeurs, chaque cahier avait un papier différent. Ce qui fait qu’en terme d’objet ce n’était pas de très beaux livres. Ils ont tous été republié après la guerre pour palier à ce manque d’esthétisme et car ils étaient tous imprimés en très peu d’exemplaires.

En 1943 certains libraires commence même à diffuser certains livres des éditions de Minuits à des personnes de confiance.

B- Au tournant de la 2° GM

1. A la libération

En 1944 le succès est énorme, Vercors se fait connaître et devient une figure de la résistance. Il est nommé à l’épuration des lettres et cherchera à faire tomber Gallimard, sans succès.  Les éditions de Minuit sont vu comme celles qui ont sauvé la littérature française sous le joug de l’occupant allemand.

Après la guerre ils continuent a publier des livres dans cette veine de résistance, des textes d’héroïsme dans les maquis, etc. Mais suite aux horreurs de la guerre les gens n’ont plus forcément envie de lire ça, ils ont envie des livres anglo-saxon, d’une littérature de divertissement. La maison d’édition décline un peu.

2. Recherche de fonds et arrivée de Jerôme Lindon

Entre Jean Bruller et Pierre De Lescure rien ne va plus. Le premier voit grand alors que le second avait imaginé cette maison d’édition en réponse à la nécessité de résister, la guerre étant finie il ne voit plus l’intérêt de continuer. De Lescure quitte alors les éditions de Minuit. Et Bruller n’arrive pas à les relancer.

Après ça Bruller embauche un jeune typographe : Jérôme Lindon. Ce dernier est issu d’une riche famille juive de résistant. Il prend de plus en plus de place dans l’entreprise. A un moment de difficulté financière Bruller lui demande si sa famille ne serait pas intéressée pour acheter des parts. Finalement ils en viennent à en posséder la plus grosse partie, et à un moment de désaccord Br uller se voit obligé de partir. Lindon se retrouve donc dirigeant des éditions de Minuit à 20 ans à peine.

C- Les années 50-60

1. Changement de ligne éditoriale et Beckett

Le jeune Lindon décide de changer de ligne éditoriale. Il décide de miser sur une littérature avant-garde. 

Un jour il reçoit un manuscrit, un de ces manuscrit qui change la vie : un texte de Samuel Beckett. Ainsi les éditions de Minuit deviennent l’éditeur de Beckett en France. Inutile de dire que c’est un succès.

2. Le Nouveau Roman

Dans  les années 1953-54 Lindon défend un nouveau mouvement littéraire : le nouveau roman. Il publie Alain Robbe-Grillet. Il prône ainsi une nouvelle esthétique pour le roman, se sont des livres sans intrigue . Il publiera aussi Samante et Dumas.  Effectivement aujourd’hui les éditions de Minuits sont connue comme le « laboratoire » du nouveau roman, et on associe les travaux de cette maison d’édition à ce mouvement littéraire.

 

D- Les années 1980

1. La relance

Dans les années 80 la maison connaît une relance spectaculaire : Lindon reçoit de nouveaux manuscrits comme Le méridien de greenwich en 79, qui remettent  au goût du jour l’intrigue et trame policière (jean echnoz). Il publie aussi J-P Toussaint. Se sont des  livres jugés  plus lisibles que les autres autant avant-gardistes que le nouveau roman.

2. Marguerite Duras et L’amant

Gros succès  avec la publication de l’amant de Duras, qui  obtient un Goncourt et qui se vend à 1 million d’exemplaires, ce qui engendre beaucoup d’argent.

3. Les combats de Lindon

Lindon se fait plus militant dans les années 80. Il fait du combat  du prix unique du livre son cheval de guerre. Cela attire bonnes relations avec les libraires.

On peut dire que les éditions de Minuit se sont illustrer par leur réussite dans les nombreux combats qu’elles ont mené. Et qui est a félicité pour son choix de ne pas se développer et qui occupe un rôle de figurant à côté des grosse entreprise d’édition comme Gallimard. Elle reste une maison d’édition très attaché au patrimoine culturel de la France. 

Share