Archives du mot-clé revue de presse

C’est le 1er, je balance tout #1 – juillet 2017

Nouveau rendez-vous initié par Lupiot, conçu comme le « petit frère dérangé » du C’est lundi que lisez-vous. Entre le récap de lecture, le bilan et la revue de presse, Lupiot nous invite à balancer tout les 1er du mois.

  1. Top & flop lu le mois dernier
  2. Au moins une chronique lu le mois dernier ailleurs
  3. Au moins un lien qui a fait « wahou » le mois dernier (hors chroniques littéraires)
  4. Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

I – Top et Flop de Juin

Comme je l’ai déjà dit lundi dernier, côté lecture en ce moment je tourne plutôt au ralenti.

TOP

Parmi mes dernières lectures mon top était sans doute Animal Tatoo que j’ai lu à haute voix pour Mimiko. J’ai bien aimé le roman et l’aventure qu’il raconte, mais aussi la façon dont il est écrit qui était parfaite pour une lecture à haute voix (pour rappel c’est très difficile pour moi de lire à voix haute) Le texte était fluide et bien rythmé et les chapitres courts. Parfait pour une lecture du soir. Je n’ai pas encore prix le temps d’écrire une chronique.

Couverture Animal tatoo / Animal Totem, tome 1 : Les quatre élus

FLOP

En juin pas de flop. En tout cas pas un livre auquel je n’accroche pas au point de laisser tomber. Mais un peu un ras le bol général. Peut-être des lectures qui ne correspondaient pas à mon besoin du moment et que par conséquence je n’ai pas apprécié à leur juste valeur.

II – Chroniques lues ailleurs

La première chronique qui m’a marqué le mois dernier c’est Macaroni chez Mo. Sa chronique m’a vraiment donné envie de lire cette BD, d’autant plus que le sujet me touche de près.

La deuxième chronique du mois je l’ai lue sur Nostroblog. Dans cet article Bobo nous parle du nouveau magazine manga ATOM

ATOM Asano

III – Le Wahou du mois

Sur le net, en juin, j’ai surtout exploré les chaînes youtubes. Il en a deux que j’ai particulièrement aimé. Leur thèmes sont très différents l’un de l’autre et très différent de Ma petite Médiathèque.

permaculture, agroécologie, etc…

envie de découvrir ce qu’est la permaculture, savoir comment appliquer ça chez-vous, à votre échelle ? Cette chaîne est pour vous.

J’ai regardé beaucoup de vidéo et j’ai beaucoup appris.

à découvrir ICI

nota bene

ici il est question de vulgarisation historique. L’histoire c’est super intéressant. Mais souvent les livres d’histoire ou les cours sont un peu rébarbatifs. Nota bene veut nous partager l’Histoire avec un grand H par des anecdotes et de façon amusante.

à découvrir ICI

IV – Ce que j’ai fait de mieux en juin

#monjardin #urbangarden

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Housse de téléphone #crochet #diy

Une publication partagée par Bidib Ma Petite Médiathèque (@bidibmpm) le

Lasse du blog, ce que j’ai fait de mieux le mois dernier c’était au jardin, entre autres ce tipi en bambou sur lequel a grimpé une passiflore qui est venue chez nous toute seule, depuis le jardin du voisin. Et après le jardinage, pour me détendre le soir, j’ai fait du crochet. J’adore ma housse pour téléphone monstre.

Share

MPM fait sa revue de presse #2

Leur est venue de vous livrer une deuxième fournée d’articles piochés de ci de là sur le net ou dans la presse écrite. N’hésitez pas à intervenir et laisser vos impressions et réactions (je veux des commentaires !)

La blogosphère :

Scantrad “je ne t’aime plus, mon amour” :

Je commence ce tour de la blogosphère par un article de Meloku (Nostoblog) : Le scantrad, une solution ou un problème ? (Je vous promets que je n’ai reçu aucun bakchich !) Cet article est intéressant et par bien des aspect je partage son point de vue. J’aurais voulu y réagir  directement mais sur le moment je ne pouvais pas et… trop d’eau ayant coulé sous le ponts j’ai décidé de réagir directement ici.

Si je comprends les arguments de Meloku et je plussoie plusieurs de ses suggestions, je n’ai pas la même vision du scantrad. Si Meloku présente le phénomène comme l’ennemi à abattre, je ne suis pour ma part pas aussi tranchée que lui. Mon avis n’engage que moi et ne s’appuie que sur mon expérience personnelle, je n’ai fait aucune étude comportementale auprès d’autre usages. Par ailleurs ne travaillant ni de près ni de loin dans l’éditions, les préoccupations de marche sont bien loin de moi. La seule conséquences que la santé du marché du manga peut avoir sur moi c’est dans l’offre qu’il me propose (ce qui est quand même très important !). Voici donc pour ce qui est du cadre de ma réflexion.

Le scantrad et moi :

Contrairement à ce que semble avancer de nombreux acteurs du marché du livre, le numérique ne menace aucunement à mes yeux le livre papier. Rien ne peut remplacer la sensation de tenir un livre entre les mains, le caresser, le feuilleter, le sniffer… (appelez-moi fétichiste du livre), ni le scantrad gratuit et illégal, encore moins l’offre numérique payante. Et si je n’ai fait aucune étude comportementale du lecteur manga, j’en ai tout de même parlé autours de moi et tous ceux avec qui j’ai pu échanger partagent cette vision sensuelle du livre. Leur plaisir de lecture entre l’écran et le papier n’est pas le même. Parmis les lecteurs avec qui j’ai échangé certains sont adeptes du numérique (légal ou pas) mais il ne se passeraient jamais de livres papier ! Le numérique ne vient pas remplacer mais compléter leur bibliothèque. Une sélection qualitative s’opère : tel livre je veux le posséder en chair et en os si j’ose dire, pour tel autre je me contente d’une version numérique. Les livres qu’on aime vraiment on veut les avoir en dur sur son étagère, pas en html quelque part sur le réseau.

Mais je vous parle là du numérique en général. Le scantrad à la particularité d’être gratuit et ILLÉGAL. Si je ne condamne pas cette pratique, je pense que chacun devrait être bien conscient de son caractère illégal. Nombreux doivent être les utilisateurs, surtout parmi les plus jeunes, à ne pas se rendre compte de l’importance de cet aspect essentiel du scantrad. Si je ne travaille pas pour l’édition, je travaille encore moins pour l’ispection des fraudes et je ne vais pas condamner ici le piratage. Mais il faut être bien conscient qu’en lisant du scantrad nous lisons des images volé par des fans à des auteurs qui ne recevrons pas un centime pour le travail qu’ils ont fourni. Et dieu sait que le travail de mangaka n’est pas facile. Si vous aimez le travail d’un auteur la moindre des choses est de vous acheter ses bouquins pour le remercier (pourquoi pas en version numérique légale si elle existe).

Consciente de cet aspect essentiel du scantrad je n’ai pas pour autant banni complètement de mes habitudes. Cependant j’ai commencé à y introduire une certaine déontologie que certains jugerons hypocrite mais qui me permet d’avoir la conscience tranquille (enfin presque). Par exemple je me fait un devoir de ne jamais lire un scantrad d’un manga disponible en français. Si le manga est disponible chez nous je me conforme à l’une des ces trois possibilitées : 1) l’acheter, 2) m’en passer parce que je suis pas convaincue, 3) l’emprunter à la bibli ou un ami.

Et si le manga n’est pas disponible en français ? C’est là que mon avis diverge de celui de Meloku. Si je veux absolument lire un auteur en particulier et que celui-ci n’est pas disponible en France, je n’en ai rien à taper de la richesse de l’offre qui cache peut-être un titre dont le style pourrait éventuellement faire penser à ce que je cherche. Il arrive que je veuille lire un manga d’un tel auteur et pas un autre ! Et c’est là que le scantrad devient mon allié, mais pas une fatalité. Je vais prendre quelques exemples concrets :

Prenons le cas d’Est Em. J’ai acheté Tango, son seul manga disponible en France (un yaoi publié par les éditions H, merci à eux !). J’ai beau avoir épluché les catalogues de plusieurs éditeurs, Tango reste le seul manga d’Est Em disponible en France. Ayant eu un coup de cœur pour ce manga et surtout pour la mangaka, je suis allée chercher sur le net ce que l’édition française n’avait pas su m’offrir. Le net lui m’a offert des scantrad gratos grâce auquel j’ai pu explorer l’oeuvre de l’auteur. Suite à cette exploration j’ai pu découvrir à quel point j’aime cet auteur (sans conteste l’une de mes préférés). Ne posséder aucun de ses autres livres m’a rendue malheureuse. Trouver gratuitement sur le net ne suffit pas à me satisfaire. C’est là que je me suis tournée vers les éditions étrangères (merci a-yin !) et voilà que j’ai fait venir des USA d’autres manga. Est-ce que ici le scantrad a ici remplacé l’offre légale ? A-t-elle était un frein à l’achat ? Et bien non ! Elle en est le moteur. Si je n’avais pas lu des scantrad en anglais, l’idée de m’acheter des éditions américaines ne me serais même pas venue.

Je pourrais dire la même chose sur les manga d’Ono Natsume. Après avoir lu (et acheté) tous ses manga disponibles en français (Ristorante paradiso, Gente, Goyô), j’ai lu plusieurs scantrad de ses yaoi (écris sous le pseudo Basso) avant de me tourner vers l’offre étrangère et m’acheter les seinen parus de l’autre côté de l’Atlantique (La Quinta camera, not simple, Tesoro, Danza). Promis : si vous publiez ses yaoi je les achète tous ! (bon j’y crois pas du tout, mais on peut toujours rêver).

Je ne vais pas faire de mon cas une généralité mais je voulais faire entendre ma petite voix sur le débat “scantrad ennemi de l’édition” car dans mon cas, le scantrad a été une incitation à la consommation d’offre légale et pas un substitut. Je vais même aller plus loin et vous avouer que sans le scantrad je ne me serais probablement jamais intéressé au manga.

Je ne souhaite pas pour autant promouvoir cette pratique. Je pense que le scantrad doit être utilisé comme un outil de découverte pour ensuite se tourner vers une offre légale qui est, faut le dire, très riche en France et qui peut-être complété au besoin par les éditions étrangères (tout le monde parle un minimum d’anglais, non?).

Et pour ce qui est du budget, le manga est un hobby comme tout les autres, il demande un minimum d’investissement en temps et en argent. Et pour ceux qui ont un petit porte-monnaie il existe toujours des solution alternatives comme nous le rappel fort bien Meloku : les bibliothèques (de plus en plus fournies en manga) et le marché du livre d’occasion grâce auquel j’ai constitué ma petite collection sans pour autant me ruiner (une grande partie de mes manga je les ai trouvé pour 2/3€ pièce).

Voilà pour ce qui est du scantrad et moi. Maintenant n’oubliez pas de lire l’article de Meloku si ce n’est pas déjà fait 🙂

-_-_-

Akata chez les éditeurs :

A l’occasion du premier anniversaire d’Akata en tant qu’éditeur indépendant, Sweetmadonna (Il était un fois un manga) avait dressé un bilan de leur première année : 2014 : l’année I pour Akata. Le deuxième anniversaire approche, en attendant un nouveau compte rendu je vous invite à relire ce vieil article et à le compléter en faisant un tour chez Gemini (Le Chapelier fou) et lire Mangez des Pommes Bio – Entretien avec Bruno Pham (Akata), très long, mais très intéressant.

-_-_-

Rain town :

Sur Le dino Bleu vous pouvez (re)découvrir un très joli court métrage : Rain town. C’est beau et poétique.

-_-_-

C’est à boire qu’il me faut !

Je suis tombé grâce aux joie du repost sur un vieil article de Paul Ozouf (Journal du Japon) consacré au Saké, cet alcool de riz venu du soleil levant : Le saké : à la découverte d’un emblème japonais. Article intéressant, je regrette néanmoins que ça n’apporte pas vraiment d’aide à ceux qui voudrais acheter un petit saké là maintenant toute de suite.

Avez-vous déjà eu l’occasion de boire du saké ? La première fois que j’en ai bu c’était au Brésil, dans un restaurant de sushi a tomber par terre. Le saké nous était servi très chaud dans des petites carafes en terre cuite. Entre lui et moi ce fut l’amour à la première gorgée. J’ai d’ailleurs vidé les carafes de tous mes camarades ^^ j’étais la seule à avoir aimé. Depuis je rêve de reboire cette boisson des dieux et quand j’ai découvert un resto de sushi dans ma ville je me suis empressé de commander un saké que j’ai demandé chaud. On m’a ramené une bouteille en verre légèrement tiédie. J’ai demandé à ce qu’on me chauffe le saké car je le voulais chaud et pas tiède, on m’a ramené la bouteille quelques minutes plus tard toujours aussi tiède (apparemment il ne connaissent pas la signification du mot chaud dans ce resto) tant pis, je le boirais tiède… Première gorgée… arg ! mais c’est quoi ce truc immonde ! C’était vraiment pas bon :'( Maintenant je n’ose plus demander de saké ni en acheter de peur de refaire la même mauvaise expérience. Faudra-t-il que je retourne au Brésil pour reboire un bon saké ?

souvenir du Brésil - Florianopolis
souvenir du Brésil – Florianopolis

 

La presse écrite :

Un magazine sur l’histoire du Japon ? J’ai pas résisté même si j’en ai déjà plein chez moi ^^ en plus il y avait en complément un dvd de Harakiri de Misaki Kobayashi

Un dossier très intéressant sur les droit des homosexuels dans le monde, un magazine qui apporte un autre regard sur l’actualité et le monde.

J’aime bien les Cahier de Science & Vie, c’est toujours très intéressant. Celui de ce mois-ci nous parle de la naissance des ville.

Share

MPM fait sa revue de presse #1

Faire ou ne pas faire une revue de presse ? Là est la question qui me taraude depuis des mois. Ben oui, après plus rien ne sera plus pareil ! Heu… au fait si, ça va rien changer du tout. Ce serais juste pour moi l’occasion de partager avec vous quelques unes des lectures que j’ai apprécié. Alors c’est décidé : j’arrête la prise de tête ! Je ne vous proposerais aucune régularité, aucune forme précise. Je vais improviser et on verra bien si ça marche. ^p^

o_o_o

 La presse écrite :

Ce mois-ci je vous conseille le Cahier Science et Vie – aux racines du Monde n°154 : Chine au delà des mythes.

En partant de différents cliché et idées reçue sur la Chine la revue peint un portrait assez complet de la Chine : son histoire, sa culture et sa société… Des articles très intéressant et abordables pour tous. Idéal pour le néophyte qui s’intéresse à l’extrême orient.

Au sommaire : Un grand empire monolithique ? un pays fermé au monde extérieur ? entre tradition et modernité

Toute la revue m’a plu, je l’ai dévorée.

o_o_o

Blogosphère :

J’en ai déjà parlé, mais cela mérite bien un petit rappel : Les Sama Awards 2015 se sont tenu le mois dernier, les resultats on été annoncé le 30 mai dernier sur le blog Animint : Le palmarès des Sama Awards 2015.

Parmi les articles au palmarès, j’attire votre attention sur lAnalyse graphique de l’œuvre de Kazuo Kamimura de Meloku. Il a obtenu à la fois le 1er prix du meilleur article et le prix des auteur. Maintenant je peux vous l’avouer, c’est pour cet article que j’ai moi-même voté ^^

C’est très riche et intéressant. Si vous ne connaissez pas encore Kazuo Kamimura, Meloku sera vous donner envie. Et si comme moi vous avez déjà lu quelques uns de ses manga, vous aurais envie d’y replonger avec un regard nouveaux. Bref un très bon article.

-_-_-

Je vous propose un tout autre univers avec Rubrikabrac n°14, au creux des branches, au cœur des racines de Laurette entièrement dédié aux arbres. Un article très riche et varié où l’on passe du rôle de l’arbre dans l’écosystème planétaire aux illustrations de Paul Bond ou Rob Gonsalves. Bref une jolie balade pour tous les amoureux des arbres.

o_o_o

Altermondialiste un jours…

Altermondialiste toujours ! Comme on dit : chassez le naturel, il revient au galop. Alors que j’ai grandi sous un soleil bio et un parfum de peace and love déjà démodé, ces dernières années je me suis laissé aller au consumérisme ambiant, me contentant de signer quelques pétitions écolo ici et là…

L’autre jour, je dînais avec ma sœur (oui, je vous raconte ma life) et j’aperçois sur sa table une boite de céréales Kellogg’s. A peine l’avais-je remarqué que ma sœur s’excuse d’avoir fait un tel écart dans son boycott de la marque.

– Boycotter Kellog’s ? Mais pourquoi ?

– Ben, parce que la marque est lié à Monsanto.

– Quoi ?!

J’en revenais pas . C’est que j’en savais rien, moi ! Et la vérité c’est que j’avais pas cherché à savoir. Quelle hypocrisie ! A quoi bon signer des pétitions contre Monsanto, ses ogm et ses pesticides, si je consomme sans m’en soucier les marques qui lui sont lié ?

Verte de honte je suis rentrée chez moi et je me suis empressé de faire quelques recherches. Parmi les nombreux articles que j’ai trouvé je citerais Monsanto : les produits à boycotter + Liste des marques à connaître publié sur Santé nutrition pour sa présentation très claire.

A la fin de l’article vous pourrez également découvrir un vidéo sur Vandana Shiva, fondatrice de Navdanya, une organisation indienne qui propose une alternative à la cultures des ogm. (Je ne peux guère vous en dire plus, je découvre avec cette vidéo, mais cette femme à l’air très intéressante).

Vous pouvez également trouver une liste imprimable des marques à éviter ICI, mais il va falloir la compléter.

Et pour ceux qui préfèrent les images aux longs discours voici quelques marques à bannir :

Moi j’ai décidé de me convertir. Je deviens consom’acteur. La conversion va pas se faire sans douleur, plus de la moitié des marques faisaient partie de mes courses habituelles, mais c’est l’occasion de repenser totalement la façon de s’alimenter. Du bio, du vrac, du local, du fait maison ! Je réinvesti ma cuisine et… ça fait du bien !!

o_o_o

Pour aujourd’hui c’est fini, on a vu de tout, cours d’histoires avec les cahier science & vie, du manga et des promenades bucolique pour finir sur des problématiques plus sérieuses : ce qu’on met dans son assiette. J’espèce que vous aurez trouvé de l’inspiration dans ce four-tout. Moi je vous dit à très bientôt pour de nouvelles aventures 😉

Sore jaa, mata

Share