Archives du mot-clé British Mysteries

Ripper Street

J’avais commencé une série policière italienne pour le mois italien, mais je n’ai pas eu le temps de la finir avant la fin de mai. J’étais partie pour continuer en juin, mais, Mois Anglais oblige, j’ai eu envie de me faire une petite série britannique, et en VO of course.

Pour l’occasion, j’ai donc ressorti une série que j’avais déjà vu (en français la première fois ^^’) : Ripper Street, créée par Richard Warlow (2012).

Synopsis : Londres, fin XIX. Jack l’Éventreur a disparu depuis quelque temps quand de nouveaux cadavres apparaissent. L’oeuvre d’un copieur ? Fausses pistes ? L’inspecteur Edmund Reid va devoir trouver des réponses, avec l’aide de son fidèle bras droit et d’un ancien chirurgien américain dépravé.

Je vous en reparlerais bientôt. Pour l’heure, je m’en vais profiter des premiers épisodes.


 British mysteries 2016_2.jpg

Share

Challenges 2018 – bilan du 1er trimestre

Le premier trimestre 2018 s’achève, le temps est venu de voir où j’en suis des divers challenges dans lesquels je me suis lancée. Et cette année j’ai été encore plus gourmande en challenge que d’habitude !

(cliquez sur les logo pour voir les articles de présentation)


Les challenges annuels

challenge petit BAC 2018

On joue au petit bac avec les titres de livres, 10 catégories plus un bonus :

Il ne me manque plus que un titre à mot unique et le bonus pour finir la première ligne. La deuxième est déjà bien commencée 3 mots trouvés 🙂


challenge Amérique Latine

Partir à la découverte de la culture latino-américaine  avec le challenge Amérique du Sud/Amérique latine :

Musique :
Cuisine :

BD :

 


Des livres en cuisine

Allier la littérature et les plaisir de bouche :


  je (re)lis des classiques


challenge albums 2018

Lire et chroniquer au moins 20 albums illustrés avant le 31 décembre

en janvier :
en février :
en mars :


Challenge un max de BD en 2018

50 catégories, un livre pour chacune d’entre elle

  1. Où il pleut
  2. Avec des animaux qui parlent : Alvin
  3. En couleur
  4. En noir et blanc + une couleur
  5. Avec des personnages LGBTQ+ : Les Cent Nuits de Héro
  6. Qu’une connaissance a adoré
  7. Qui a (eu) mauvaise presse
  8. Où on ignore le genre d’un des personnages
  9. Dont le scénariste et le dessinateur sont de deux nationalités différentes
  10. Fantastique
  11. De science-fiction
  12. Explicative/documentaire
  13. Dont on possède un objet dérivé
  14. Adapté d’une autre œuvre (film, peinture, roman, etc) : Baker Street
  15. Qui parle de fantômes
  16. De sorcières
  17. De vampires
  18. Qu’on a reçu en cadeau
  19. Dont la couverture est majoritairement verte : Vies volées Buenos Aires Place de Mai
  20. Loué à la bibliothèque : L’Ultime Défi de Sherlock Holmes
  21. Emprunté (mais pas à la bibliothèque)
  22. Dans une autre langue que le français
  23. Auto-éditée
  24. Qui demande une interaction autre que la lecture
  25. Dévorée d’une traite
  26. Qu’on a mis plus de trois jours à finir
  27. Avec des héros enfants (- de 12 ans) : Les Quatre de Baker Street
  28. Sans texte
  29. Au contenu adulte
  30. Qui aborde le handicap
  31. Qu’une connaissance n’a pas aimé du tout
  32. Qu’on a acheté/loué après la lecture d’une critique sur un blog
  33. Qu’on voulait lire depuis très longtemps (plus de 2 ans) : L’homme montagne
  34. Sortie depuis moins d’un mois : Darnand le bourreau français 1/3
  35. Adaptée d’un blog
  36. Éditée grâce à un crowdfunding
  37. Historique
  38. Achetée lors d’un salon
  39. Dont on a rencontré l’auteur
  40. Un one-shot : Je suis un autre
  41. Qui est la première BD de l’auteur
  42. Qu’on aimerait faire lire au monde entier
  43. Qui nous a fait pleurer
  44. Qui nous a déçu
  45. Qui aborde une cause importante à nos yeux
  46. Qui a été éditée avant notre naissance
  47. Choisie au pif
  48. Sélectionnée par son libraire
  49. Le dernier tome d’une série
  50. Au contenu scientifique

British mysteries 2016_2.jpg

Atmosphère thriller et/ou fantastique so british

roman
BD/manga
Musique

challenge WWI

Projecteurs sur la première guerre mondiale :


voisins voisines 2018

Je me suis inscrite un peu en retard mais j’avais déjà quelques billet à proposer 🙂

Norvège : Le bonhomme de Niege

Irlande : Mon père est parti à la guerre

Suède : On se revoit quand ?


Les mois à thème

Février

explorer l’histoire Afro-américaine au mois de février

Cuisine
Art

BD

Mars

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air

(re)découvrir les contes d’ici de d’ailleurs

J’ai déjà posté un récap de toutes les participations dans ce billet de clôture. voici les billet que j’ai proposé moi-même :

 

Share

pause musicale #2 The Two Sisters, an English murder ballad

L’une des histoires dont s’inspire Isabel Greenberg dans Les cent nuit de Héro est l’histoire tragique de deux sœurs qui aiment le même homme. J’avais entendu cette histoire à la radio, je devais avoir 10 ans, et elle m’avait énormément ému (la preuve, je m’en souviens encore !).  L’origine en est une ballade anglaise du XVII. De nombreuses variantes de cette chanson existent, on la retrouve aussi sous le titre de The Cruel Sister, Two Sisters, The Twa Sisters

Voici quelques versions glané sur youtube. Laquelle préférez-vous ?

les paroles de la version chanté par Emily Portman :

Two little sisters living in a bower
Oleander yolling
The youngest was the fairest flower
Down by the waters rolling

A noble knight came riding by
Oleander yolling
Two little sisters caught his eye
Down by the waters rolling

And he courted the eldest with diamonds and rings
Oleander yolling
The other he loved above all things
Down by the waters rolling

« Sister, sister, come down to the broom
Oleander yolling
We’ll hear the black birds change their tune
Down by the waters rolling. »

So she took her sister by the hand
Oleander yolling
And led her down to the river strand
Down by the waters rolling

And as they stood at the river’s brim
Oleander yolling
The eldest pushed her sister in

« Sister, sister, reach me your hand
Oleander yolling
And you’ll be the heir to my riches and land
Down by the waters rolling. »

« Oh Sister, sister, that will never be
Oleander yolling
Till salt and oatmeal grow of a tree
Down by the waters rolling. »

« Oh sister, sister, lend me but your glove
Oleander yolling
And you shall have my own true love
Down by the waters rolling. »

« It’s your own true love I’ll have and more
Oleander yolling
But you shall never come to shore

For your cherry cheeks and your long yellow hair
Oleander yolling
Made me a maid for evermore. »

Sometimes she sank, sometimes she swam
Oleander yolling
Till she came to a miller’s dam
By the waters rolling

The miller and his daughter stood at the door
Oleander yolling
And watched her body floating to shore
Down in the waters rolling

« Oh father, father, draw your dam
Oleander yolling
For it’s either a mermaid or a swan
Down in the waters rolling. »

The miller he dragged her out on to the shore
Oleander yolling
And he stripped her of all that she wore
Down in the waters rolling

He laid her body on the bank to dry,
Oleander yolling
A minstrel he came riding by
Down by the waters rolling

And he made a harp of her breast-bone
Oleander yolling
Whose sound could melt a heart of stone

He took three locks from her long yellow hair
Oleander yolling
With them strung a harp so rare
Down by the waters rolling

And he took the harp to the king’s high hall
Oleander yolling
There was the court assembled all
Down by the waters rolling

And he laid the harp there upon a stone,
Oleander yolling
The harp began to play alone.

But the only tune that the harp would play was
Oleander yolling
The only tune that the harp would play
Down by the waters rolling

It sang: « Yonder sits my love the king,
Oleander yolling
How he’ll weep at my burying,
By the waters rolling

And yonder sits my sister the queen
Oleander yolling
She drownèd me in the cold, cold stream,
Down in the waters rolling »

les paroles de la version chanté par Clannad (et reprise par Ruth Navarre)

There were two sisters side by side
Sing I-dum, sing I-day
There were two sisters side by side
The boys are born for me
There were two sisters side by side
The eldest for young Johnny cried
I’ll be true unto my love if he’ll be true to me

Johnny bought the youngest a gay-gold ring
Sing I-dum, sing I-day
Johnny bought the youngest a gay-gold ring
The boys are born for me
Johnny bought the youngest a gay-gold ring
He never bought the eldest a single thing
I’ll be true unto my love if he’ll be true to me

Johnny bought the youngest a beaver hat
Sing I-dum, sing I-day
Johnny bought the youngest a beaver hat
The boys are born for me
Johnny bought the youngest a beaver hat
The eldest didn’t think much of that
I’ll be true unto my love if he’ll be true to me

As they were a-walking by the foamy brim
Sing I-dum, sing I-day
As they were a-walking by the foamy brim
The boys are born for me
As they were a-walking by the foamy brim
The eldest pushed the youngest in
I’ll be true unto my love if he’ll be true to me

Sister, oh sister, give me thy hand
Sing I-dum, sing I-day
Sister, oh sister, give me thy hand
The boys are born for me
Sister, oh sister, give me thy hand
And you can have Johnny and all his land
I’ll be true unto my love if he’ll be true to me

Oh sister, I’ll not give you my hand
Sing I-dum, sing I-day
Oh sister, I’ll not give you my hand
The boys are born for me
Oh sister, I’ll not give you my hand
And I’ll have Johnny and all his land
I’ll be true unto my love if he’ll be true to me

So away she sank and away she swam
Sing I-dum, sing I-day
So away she sank and away she swam
The boys are born for me
So away she sank and away she swam
Until she came to the miller’s dam
I’ll be true unto my love if he’ll be true to me

The miller, he took her gay-gold ring
Sing I-dum, sing I-day
The miller, he took her gay-gold ring
The boys are born for me
The miller, he took her gay-gold ring
And then he pushed her in again
I’ll be true unto my love if he’ll be true to me

The miller, he was hanged on the mountain head
Sing I-dum, sing I-day
The miller, he was hanged on the mountain head
The boys are born for me
The miller, he was hanged on the mountain head
The eldest sister was boiled in lead
I’ll be true unto my love if he’ll be true to me

voici les paroles de la version chanté par  The Pantagle et Old Blind Dogs:

There lived a lady by the North Sea shore
(Lay the bent to the bonnie broom)
Two daughters were the babes she bore
(Fa la la la la la la la la la)
<alternating with each of the lines below>
As one grew bright as is the sun,
So coal black grew the elder one.
A knight came riding to the lady’s door,
He’d travelled far to be their wooer.
He courted one with gloves and rings,
But he loved the other above all things.
Oh sister will you go with me
To watch the ships sail on the sea?
She took her sister by the hand
And led her down to the North Sea strand.
And as they stood on the windy shore
The dark girl threw her sister o’er.
Sometimes she sank, sometimes she swam,
Crying, « Sister, reach to me your hand!
« Oh Sister, Sister, let me live,
And all that’s mine I’ll surely give. »
« (It’s) your own true love that I’ll have and more,
But thou shalt never come ashore. »
And there she floated like a swan,
The salt sea bore her body on.
Two minstrels walked along the strand
And saw the maiden float to land.
They made a harp of her breastbone,
Whose sound would melt a heart of stone.
They took three locks of her yellow hair,
And with them strung the harp so rare.
They went into her father’s hall
To play the harp before them all,
But when they laid it on a stone
The harp began to play alone.
The first string sang a doleful sound:
« The bride her younger sister drowned. »
The second string as that they tried,
In terror sits the black-haired bride.
The third string sang beneath their bow,
« And surely now her tears will flow

 

J’avais aimé le conte, j’adore cette chanson, ces chansons ! Toutes les versions sont très belles. Avec, peut-être une préférence pour celle de Emily Portman.


 British mysteries 2016_2.jpg

Share

Les cent nuits de Héro

Les cent nuit de Héro était dans la sélection officielle du Festival international de la BD d’Angoulême (festival dont j’ai déjà parlé ici). C’est à cette occasion que je l’ai découvert et lu. Si je vous en ai déjà très brièvement parlé, je me gardais cette chronique au chaud pour vous en parler dans le cadre du Mois des Contes et Légendes, car le conte est au centre de cette bande dessinée.

Les cent nuits de Héro

Isabel Greenberg, auteure britannique, revisite ici le conte des contes : Les Milles et une Nuit. Ce ne sera pas Shéhérazade qui conte chaque nuit une nouvelle histoire mais la jeune Héro, servante et amante d’une jeune demoiselle marié qu’un vilain homme veut séduire ou violer si elle ne se laisse pas faire. Tout comme Shéhérazade se met à raconter des histoires à son époux pour échapper à la mort, Héro se met à conter pour épargner à son amie l’humiliation.

Dans les contes de Héros, ce sont toujours les femmes qui sont au centre de l’histoire. Des histoires de femmes courageuses contées par des femmes non moins courageuse dans une société patriarcale où la femme ne jouit d’aucune libertés, pas même celle de pouvoir lire.

De très nombreuses histoires s’entremêlent dans cet album. Il y a d’abord la naissance du monde, créer par la fille du dieu Homme-Aigle. Puis l’histoire de Héro et de son amante, l’histoire de la ligue secrète des conteuses à laquelle appartient Héro. Et enfin, toutes les histoires que conte Héros pour faire passer le temps et empêcher le vilain homme d’accomplir son méfait.

Toutes ces histoires semblent s’inspirer de contes existant, mais je n’en ai reconnus que quelques uns, qui sont ici assez librement adapté, pour servir le propos : la résistance des femmes face à un monde misogyne.

Résultat de recherche d'images pour "les cent nuits de héro"

J’ai beaucoup aimé cet album, tout d’abord pour son graphisme riche et original qui ne laisse pas indifférent. Puis pour l’imbrication des histoires les unes dans les autres. J’ai trouvé ça très amusant d’y reconnaître des références que je connaissais, mais au même temps je n’arrivais pas à me souvenir de leur titres et j’ai trouvé ça agaçant. Une petite « bibliographie » à la fin ça aurait été génial.

La morale de l’histoire, je ne peux qu’y adhérer. Des femmes qui souhaitent devenir libres, qui refusent la domination de l’homme, c’est, malheureusement, toujours d’actualité. En mélangeant des vieux contes a un style et un ton très moderne, Isabel Greenberg réactualise le sujet et c’est très réussi. La morale des histoires qu’elle utilise change par rapport à la version originale et ce pour mieux servir son propos. Pas besoin d’être sauvé par un prince charmant ! que diable ! Voilà un livre qui devrait beaucoup plaire à Yomu-chan 😉

Résultat de recherche d'images pour "les cent nuits de héro"

Les cent Nuit de Héro de Isabel Greenberg est sorti il y a un an chez Casterman

⇒ à lire aussi l’avis de Mo’

sur le site de l’éditeur

le site de Isabel Greenberg , sur instagram, sur twitter

Résultat de recherche d'images pour "les cent nuits de héro"

Quelques unes des histoires qui, je pense, ont inspiré cet album :

  • les milles et une nuit (conte)
  • le bal des 12 princesses (conte des frères Grimm)
  • Cosi fan tutte (opéra de Mozart)
  • the two sisters (balade anglaise du XVII)

  challenge petit BAC 2018British mysteries 2016_2.jpg

Share

Premières lignes #3 – Agatha Raisin and the Quiche of Death

Chaque semaine, Ma lecturothèque nous invite à partager les premières lignes de nos lectures. Aujourd’hui je vous propose les premières lignes du tome 1 d’Agatha Raisin que j’ai commencé ce weekend à l’occasion du Marathon de lecture British Mysteries .

Couverture Agatha Raisin and the first two tantalising casesMrs AgathaRaisin sat behind her newly cleared desk in her office in south Molton Street in Mayfair. From the outer office came the hum voices and the clink of glasses as the staff prepared to say farewell to her.

For Agatha was taking early retirement. She had built up the public relations firm over long hard years of work. She had come a long way fromher working-class background in Birmingham. She had survived an unfortunate marriage and had come out of it, separeted and battered in spirit, but determinated to succeed in life. All her business efforts were to one end, the realization of a dream – a cottage in the Costwolds.

A Touch of England: Cotswold Cottage
source image : A Touch of England: Cotswold Cottage

Share

Read-a-thon British Mysteries mars 2018

Aucun texte alternatif disponible.

C’est aujourd’hui que commence le read-a-thon des British Mysteries. Je vais biens sûr y participer et Mimiko aussi, elle attendais ça de pied ferme. cette fois son objectif ser de battre sa soeur. En effet Yomu-chan est exceptionnellement à la maison ce qui fait que 1)je n’aurais pas trop le temps de lire et encore mois de papoter sur les blog (sic) 2) Yomu-chan va participer avec nous (youpi !) parce que même si elle n’est pas rentrée à la maison depuis super longtemps, je ne pense pas qu’elle puisse passer tout un week-end sans toucher à la bibliothèque familiale XD

Mimiko a décidé que le marathon commencerais à 18 h pour plus d’équité. Du coup je n’ai pas compté tout ce que j’ai lu avant 18h.

PS : j’oublié de préciser pour ceux qui ne connaissent pas le principe de ce read-a-thon : LIRE ! Du vendredi 9 mats à 00h00 au dimanche 11 mars 23h59, on va lire et se faire plaisir. Compter le nombre de pages lues et partager nos lectures avec les autres. Je rajoute au fur et à mesure que je les découvre les liens vers les articles des autres participant. Vous pouvez nous rejoindre (c’est par ici)? Il faut qu’au moins une des lecture entre dans le cadre du Challenge British Mysteries. Chez nous les lectures se mêleront entre British Mysteries et Contes & Légendes.

Vendredi 9 mars

Bidib

vendredi 18h53 : on commence en douceur avec une lecture partagé avec Mimiko, Créatures fantastiques (arpès tout c’est le mois des contes & légendes 😉 )de Paul Rouillac, chacune son tout, 3 pages pour moi.

Avant de dormir je vais me plonger dans le premier tome de The Sherlock Holmes Story, un manhwa de Kwon Kyo-Jeong.

Résultat de recherche d'images pour "The Sherlock Holmes Story"

177 pages lues avant minuit

bilan du vendredi : 1 album et un manhwa lus, 180 pages en tout.

Yomu-chan

Mimiko

18h53 : créatures fantastiques 4 pages

J’aime beaucoup ce livre, les  illustrations sont belle et peu bizarre mais j’aime bien !

Couverture Créatures Fantastiques

22h26 : 41 pages avec Petit loup

Résultat de recherche d'images pour "petis loup pôles d'images"

bilan du vendredi : 45 pages lues

Samadi 10 mars :

Bidib

 Couverture La littérature de jeunesse

Pour me réveiller en douceur j’ai (re)lu un chapitre de petite forêt : 11 pages lues. Avant de commence le premier chapitre de La Littérature de jeunesse de Nathalie Prince : 5 pages lues.

Maintenant petit déj en famille avant d’aller chercher Yomu-chan 🙂

Depuis ce matin je n’ai pas rouvert un livre. On a récupéré notre gros panda, on a fêté ça avec un petit resto, promenade digestive et en rentrant j’ai profité du beau temps pour rempoter quelques plantes vertes et faire mes semis de tomates.

Enfin à 17h passé je revient au read-a-thon. Petit tour chez mes camarades, tasse de thé et à moi Agatha Raisin ! 🙂 Je n’ai lu que 10 pages.

Après le dîné j’ai lu une petite BD tout à fait dans le thème des British Mysteries : Les Quatre de Baker Street, j’avais lu les deux premiers tomes il n’y a pas longtemps et comme j’avais beaucoup aimé j’ai reservé les tomes suivants et je suis passé les chercher cette après-midi, pile à temps pour le read-a-thon. Si c’est pas beau ça ! Tome 3 lu : 56 pages.

Couverture Les Quatre de Baker Street, tome 3 : Le rossignol de Stepney

ça y est, la maison est silencieuse. Tout le monde dors et on n’entends que les touches de mon clavier. Avant d’aller rejoindre Morphée mois aussi, je vais faire un petit tours chez mes camarades et peut-être lire le tome 4. Et si je me faisait une petite verveine pour accompagner cette lecture nocturne ?

bilan : 82 pages lues aujourd’hui + 180 hier = 262 pages lues. 

A demain !

Yomu-chan

Résultat de recherche d'images pour "la boite à musique bd" Résultat de recherche d'images pour "pourquoi y a-t-il des inégalités entre les hommes et les femmes"

Mimiko

Résultat de recherche d'images pour "sally jones roman jeunesse"

4 pages lues

Résultat de recherche d'images pour "princesse sara tome 8"

46 pages lues

Résultat de recherche d'images pour "john chatterton"

122 pages

Résultat de recherche d'images pour "le secret du rocher noir"

32 pages

Résultat de recherche d'images pour "le grand méchant livre"

22 pages

Résultat de recherche d'images pour "Les légendaires 3 roman"

26 pages lues

bilan samedi : 252 pages lues + les 45 pages de hier = 297 pages

Dimanche 11 :

Bidib

Agatha Raisin tome 1, 5 pages de plus lues hiers avant de sombrer dans le sommeil. ça fait une éternité que je n’ai pas lu en anglais, j’ai du mal à avancer.

Ce matin je n’ai pas encore ouvert de livres. Petit tour chez mes camarades et mise à jour des liens pour les challenges Amérique Latine et Des livres en cuisine et des petites courses de dernière minutes à faire.

Petite pause album avec Le loup qui apprivoisait ses émotions (31 pages)

Finalement la pluie n’était pas au rendez-vous du coup ce matin on a fait le marché, pris un petit verre à la terrasse d’un bistrot et puis nous somme rentré préparer ma réinterprétation de la princesse au petits pois (que je vais aller de se pas partager sur le blog) et après j’ai accompagné Mimiko chez un copain pour y passer l’après-midi. Petit café entre maman. Il est 15h passé et je dois encore rédiger mon billet cuisine. Agatha va devoir attendre !

Agatha Raisin : 17 pages de plus. Décidément j’avance très très lentement

Couverture Les Quatre de Baker Street, tome 4 : Les orphelins de Londres Couverture Les Quatre de Baker Street, tome 5 : La succession Moriarty

Après le dîner je suis passé à des lectures plus faciles : tome 4 et 5 des Quatre de BakerStreet : 112 pages lues.

Bilan : 607 pages lues

Yomu-chan

Couverture Le Grand méchant Livre Couverture Le loup qui apprivoisait ses émotions Résultat de recherche d'images pour "le secret du rocher noir"

Couverture Ces jours qui disparaissent Couverture Chronoctis express, tome 1

Mimiko

Les Légendaires, tome 3 : 20 pages de plus. Les légendaires fini avant de se coucher. 50 pages de plus.

Bilan : 367 pages lues en tout.

Les marathoniens

Share

Shelock en bulles

Pour le rendez-vous BD du mois British Mysteries j’vais envie de présenter quelques adaptation du célébrissime Sherlock Holms en bande dessiné.

On commence avec une bd franco-belge Baker Street, tome 1 : Sherlock Holmes n’a peur de rien.

Nicolas Barral et Pierre Veys nous proposent une version humoristique et parodié du célèbre  détective et son acolite. Plusieurs petites intrigues sont présentées dans ce tome et Sherlock cherche toujours une solution un peu trop compliquée ! Très susceptible Sherlock n’hésite pas a se venger sur le pauvre Watson incapable accepter la moindre humiliation.

J’ai trouvé cette bd plutôt amusante. J’en ai surtout apprécié le côté espiègle des personnages. Sherlock y est délicieusement insupportable (ne l’est-il pas toujours ?). Quand aux intrigues elle sont un peu trop légères. Il n’y a pas vraiment de mystère à résoudre dans cette bd, on est surtout là pour se moquer de nos deux héros. Sympathique donc, mais sans plus.

sur le site de l’éditeur

Poursuivons avec une autre série franco-belge du rayon jeunesse. Les Quatre de Baker Street de Olivier Legrand, Jean-Blaise Djian et David Etien. Cette série me faisait de l’œil depuis un moment. La série comte plusieurs tomes, j’ai lu les deux premier : L’affaire du Rideau bleu et Le dossier Raboukine.

Dans cette série, ce n’est pas tant le célèbre détective privé qui est à l’honneur, mais un petit groupe de mômes, ses franc-tireurs de Baker Street, ces gosses des rue que Holmes à l’habitue d’employer pour surveiller en tout discrétion ses cibles. Qui remarque des enfants des rues dans le Londres de cette fin XIX ? C’est parmi les mendiants, les prostitues et les ouvriers épris de boisson que ce faufilent les quatre de Baker Street, trois mômes et un chat. S’ils sont les petits yeux de Shelock, les gamins se retrouve à mener leur propres enquêtes. Dans le premier tome c’est la fiancé de Black Tom qui s’est fait enlever juste sous ses yeux. Hors de question de rester les bras croisé et comme Sherlock Holmes est absent faut bien mener l’enquête seuls. Dans le deuxième volet, les mômes de rues se retrouvent impliqué dans une histoire opposant la police secrète tsariste à des anarchistes venu chercher asile à Londres. Holmes étant sur le continent, les gamins vont devoir aider la belle Katia en attendant le retour du maître.

Le trio et leur chat sont très sympathiques. J’ai beaucoup aimé le dessin et les couleurs. Le trait est très expressif et l’ambiance du Londres de l’époque est bien rendue. Le trait n’est pas particulièrement original mais je le trouve très plaisant et ça colle parfaitement à l’ambiance du récit. Celui-ci est bien rythmé, entre enquête et camaraderie, on suit avec grand plaisir les aventures de la bande sur qui vient se poser le regard bienveillant du célèbre détective. Ce dernier, s’il est rare, est très bien rendu. On reconnais ça personnalité ainsi que celle de son fidèle Watson. Bref une très chouette bd que je suis ravie d’avoir découvert. Je lirais sans doute la suite.

sur le site de l’éditeur

⇒ à lire aussi l’avis de Lou (tome 1, tome 2), de Hilde (tome 1 et tome 2) et Yvan

 tome 1

 tome 2

Je poursuis mon enquête avec une autre bd, adulte cette fois : L’Ultime défi de Sherlock Holmes de  Olivier Cotte et Jules Stromboni, d’après le roman de Michael Dibdin.

Graphiquement c’est assez spécial, autant le style que la coloration rappellent le bande dessinée de la fin XIX, début XX. Imitant le piètre résultat du papier journal jauni. Autant le dire tout de suite, je suis pas vraiment fan du rendu. Au début ça m’a même perturbé. Finalement, une fois entrée dans l’histoire, je n’ai plus trop prêté attention au dessin mais là encore j’étais plutôt déçue. Je ne connais pas le roman de Michael Debdin et je ne sais donc pas si c’est l’histoire crée par ce dernier ou l’adaptation qui en est ici faite qui ne m’a pas plu, mais j’ai eu un peu de mal avec l’intrigue. La narration n’est pas fluide du tout. Et je serais tenté de croire que c’est du à l’adaptation. Il y a des passages qui manquent de développement et ça gâchent un peu l’ensemble.

Mais j’oublie de vous faire un bref résumé de l’histoire ! Difficile de ne pas trop en dire, disons que Sherlock se retrouve à enquêter sur Jack l’Éventreur et qu’il soupçonne Moriarty d’être se dernier. Mais qui est réellement Moriarty ? Une idée de départ intéressant mais que j’ai trouvé très mal développé dans cette bd et qui ne m’a pas vraiment donné envie de découvrir le roman.

⇒ à lire aussi l’avis de Champi

Il y a une autre BD jeunesse inspirée de l’univers de Sherlock Holmes que j’avais bien aimé il y a quelques temps : Sherlock Fox de Du Yu et JD Morvan. Depuis je désespère de voir un jour la suite publiée ! Et je crois que c’est en vain que j’espère parce que depuis 2014 il ne se passe rien. Je l’avais pourtant trouvé chouette, étrange que la suite ne soit pas publié. Peut-être que ce titre n’a pas trouvé son public.

Ici l’influence de Sherlock est très lointaine, mais on la retrouve tout de même dans le titre 😉 Disons que ce n’est pas lui qui mène l’enquête mais un inspecteur à qui l’on a donné le sobriquet de Sherlock Fox puisqu’il partage avec le célèbre détective un certain talent.

ma chronique

sur le site de l’éditeur


Challenge un max de BD en 2018 British mysteries 2016_2.jpg petit bac

Share

Basil et Victoria

Si les premières pages d’Alvin m’avaient choqué par leur ton cru que dire Basil et Victoria de Edith et Yann, sorti chez Les Humanoïdes Associées. De tout évidence cela faisait trop longtemps que je n’avais pas lu de BD jeunesse !

Basil et Victoria sont deux petits vagabonds qui arpentent les rues du Londres du XIX. Et pour les petits vagabonds la vie et loin d’être un long fleuve tranquille. Les bas fond sont malfamé et Basil et Victoria sont amené à fréquenter des gens peu fréquentables.

Couverture de Basil & Victoria -5- Ravenstein

J’ai découvert la série avec le tome 5 que j’ai emprunté à la bibliothèque. Cela faisait un moment que je la voyais dans le rayons jeunesse et après m’être lancé dans le challenge British Mysteries je me suis dit que c’était l’occasion de découvrir.

Edith et Yann sont deux auteurs français mais cette série est tout à fait dans l’ambiance des British Mystéries, nous sommes à Londres, la reine Victoria est sur le trône et ce n’est pas les mystères qui manquent dans la vie des deux jeunes vagabonds. Dans le tome 5, c’est un étrange monstre qui prends la forme d’un grand corbeau qui inquiète les enfants. Victoria va tomber amoureuse d’un beau ramoneur/voleur et va rejoindra ça bande tandis que Basil va être engagé pour retrouver les corbeaux de la tour de Londres. L’avenir de l’empire britannique en dépend !

Bien qu’il s’agisse du cinquième tome, cela ne m’a pas empêché de suivre l’histoire qui est complète. Cela m’a même donné envie de lire les autres tomes de la série. Série de 7 tomes sorti de 1990 à 2007.

Comme j’avais bien aimé ce cinquième tome je suis retourné à la bibli et j’ai emprunté les premiers tommes. Cette fois je les ai lu dans l’ordre ^^

La première chose qui m’a frappé dans le tome 1 c’est le dessin, il n’est pas exactement pareil. Il a une patine très différente même si on reconnais tout de suite les personnages.

Couverture Basil et Victoria, tome 2 : JackDans le premier tome, on découvre Basil et Victoria et leur vie dans les bas fond londoniens. Il vivent de petits larcin et de chasse au rats. Et les rats ça ne manque pas ! Un gars très louche leur propose de se faire un bon paquet d’argent en lui ramenant une jeune fille hindou qui s’est échappée de chez elle. C’est para hasard que Basil tombe sur elle. Si leur projet est dans un premier temps de la ramener chez elle pour gagner du fric, ils changent d’avis quand il découvrent les raison de sa fuite. Sur les marmots plane l’ombre de Sherlock Holmes. On ne le verra pas, en revanche les enfants vont avoir à faire au Dr Watson (pas vraiment montré sous un très bon jour).

Si l’ombre de Holmes plane sur le scénario du tome 1, c’est Jack l’éventreur qui hante le deuxième tome. Faut dire que ce sont deux figures incontournables du Londres de la fin du XIX. Une autre figure fait fait une apparition : Dickens en personne !

Entre une référence et l’autre, on suis les aventures des enfants, toujours aussi débrouillard et mal éduqués.

⇒ 


British mysteries 2016_2.jpg

Share

Outlander T1 : Le Chardon et le Tartan (Audible)

Couverture de Le Chardon et le Tartan (Outlander 1)

C’est une première pour moi. Si j’aime beaucoup les album-cd pour enfants, j’avoue ne jamais m’être posé la question du livre audio. Pour moi c’était un outil pour aveugles et je n’ai à aucun moment envisagé d’écouter un livre plutôt que de le lire. Puis un jour j’ai été contacté par Audible qui m’a proposé de tester leur appli avec un titre fantastique : le premier tome de Outlander, Le Chardon et le Tartan. Le pitch du livre avait l’air tentant et je me suis dit que c’était l’occasion de tester les audiolivres. A ma grande surprise j’ai adoré le principe, même s’il m’a fallu un petit moment d’adaptation. Mais commeçons par le commencement : le livre.

Outlander

Série en plusieurs tomes, écrite par Diana GabaldonLe Chardon et Le Tartan en est le premier volet et date de 1991.

C’est la fin de la deuxième Guerre Mondiale, Claire et son mari, Franck Randall, sont en Ecosse pour un repos bien mérité. Franck profite de ses vacances pour remonter son arbre généalogique, car de lointains parents avaient habité dans la région. Claire, pour chasser l’ennui, se prends de passion pour la botanique. Alors qu’elle visite un menhir, l’impossible se produit. Elle se retrouve projetée 200 ans en arrière. La voici perdue dans les Highlands du XVIII siècle. Faite prisonnière par des écossais qui la sauvent des griffes d’un officier anglais qui n’est autre que l’ancêtre de son mari, elle se retrouve mêlé à des conflits d’un autre temps. Comment rentrer chez elle ? Comment retrouver Franck ? Que lui réserve cette étrange destin ?

Bon, le bouquin fait plus de 800 pages, ce qui fait plus de 26 heures d’écoute ! Autant dire que c’est beaucoup !

D’ailleurs je trouve qu’il y a quelques longueurs. La première partie en 1945 est assez ennuyeuse et je me demandais quand l’auteur se déciderait à vraiment commencer son histoire. Une fois le voyage dans le temps accompli les choses deviennent plus intéressantes. Mais là encore, il y a quelques longueurs. De longs chapitres sur le quotidiens dans les Highlands dont je me serait bien passée. Si cela permets de biens ressentir l’ambiance, c’est pas d’un très grand intérêt surtout quand il y en a plusieurs.

Mais au delà de ses longueurs j’ai trouvé ce premier tome pas mal. L’histoire est intrigante et les personnages sont attachants. J’aime beaucoup Claire, qui est une jeune femme moderne et indépendante et qui doit ruser pour arriver à s’en sortir dans un monde où la femme n’a pas vraiment droit à la parole. Elle fait preuve de courage, de ténacité et ne se laisse pas facilement abattre malgré la situation qui a de quoi faire franchement paniquer.

Son mari Franck nous parait comme quelqu’un de plutôt ennuyeux. Tandis que le XVIII siècle offre des personnages plus pittoresque et intéressant. Il y a cependant peu de surprises, ce que l’on redoute arrive. Difficile de vous dire pourquoi je pense cela sans dévoiler l’intrigue mais disons que je n’ai jamais été étonnées par les différents rebondissements de l’histoire. Malgré tout j’ai envie de savoir comment les personnages vos se sortir de leur difficultés (et elle ne manquent pas tout au long de l’histoire ! à peine ont-ils posé leur barda quelques part qu’une nouvelle mésaventure leur tombe dessus).

Autre reproche que je ferait à ce premier tome, outre les longueurs, c’est qu’il nous propose un personnage féminin fort mais elle se fait toujours sauvé (in extremis de préférence) par le beau gosse de l’histoire. Une fois, deux fois… bon de temps en temps on aimerait qu’elle s’en sorte autrement que pas son intervention. Même si elle lui rend la pareille, ça fait un peu trop prince charmant sur son beau destrier, j’ai trouvé ça dommage. C’est trop attendu et un peu caricatural du genre, mais bon… Elle a aussi l’occasion de prouver son courage elle aussi.

Une belle aventure, donc, mais sans surprise, avec quelques longueurs mais qui, malgré tout me laisse avec l’envie de savoir ce qui attends Claire dans les prochaines aventures.

Audible et les audiolivres

Comme je l’ai dis plus haut, c’était ma premier expérience. Je n’avais jamais écouté d’audiolivre avant et j’ai découvert l’application Audible à cette occasion.

J’ai mis un petit moment pour m’y retrouver, comprendre le principe (enfin… prendre le temps de me donner la peine de comprendre devrais-je dire !) mais je ressort de cette expérience très enthousiaste.

Le téléchargement de l’appli, est plutôt simple et une fois créer son compte, elle se synchronise automatiquement sur les différents appareils pour peu qu’on ai une connexion internet.

Je l’ai d’abord installé sur ma tablette. J’ai du prendre quelques minutes pour télécharger le livre afin de pouvoir l’écouter hors réseau et me voila partie pour écouter au lieu de lire lors de mes voyages quotidiens en train. J’avoue qu’au début j’avais un peu de mal, je ne savais pas quoi faire de mes mains, la sensation était très différente de celle que me procure un livre que je suis obligé de tenir. J’avais le sentiment de devoir faire autre chose au même temps et ce n’était pas très confortable. Et puis avec une heure et demi de train par jour seulement, difficile de venir à bout de 26 h d’écoute !

Finalement j’ai installé l’appli sur mon téléphone et tout à changé. Je me suis subitement rendu compte que, contrairement au livre papier qui me demande justement de ne rien pouvoir faire d’autre, je pouvais écouter en tout occasion. En marchant dans la rue, en classant mes dossiers, en faisant la vaisselle, etc. Fini ce drôle de sentiment qui me faisait sentir pataude avec mes mains inoccupées ! J’ai enchaîné les longues heures d’écoute profitant de chaque moment où une moitié de cerveau seulement m’était nécessaire pour dédier l’autre moitié à l’écoute du livre. Et j’ai trouvé ça très agréable. Au lieu d’écouter de la musique, ou la radio, j’écoutais les aventures de Claire. Et les longueurs du récit sont devenue beaucoup moins fastidieuses. Je marchait dans la rue, en compagnie de Claire et de ses compagnons de route, c’était très amusant.

Si un temps d’adaptation m’a été nécessaire pour découvrir cette autre façon de « lire », j’ai finalement beaucoup apprécié l’expérience.

Un mot aussi sur l’enregistrement. La version audio d’Audible est lue par Marie Bouvier. J’ai beaucoup aimé sa voix et la façon dont elle donne vie au récit. C’était très agréable à écouter.

Le Chardon et le Tartan (Outlander 1) sur Audible

⇒ à lire aussi les avis de Soukee

 


 challenge petit BAC 2018

Share

British Mysteries 2018

British mysteries 2016_2.jpg

Lou nous invite, dans son challenge British Mysteries, à lire des histoires de détectives ou des histoires fantastiques britanniques. Des fantômes et des meurtres, des enquêtes et des mystères autour d’une tasse de thé ? So British !

J’ai hésité à m’inscrire, parce que j’ai déjà tellement de challenges en cours que je ne suis pas sûre de trouver du temps mais… des British Mysteries !! Comment résister ? J’avais envie de lire plus de polar, c’est l’occasion rêvé. Et puis ça va me motiver pour me replonger dans la série Protectorat de l’Ombrelle.

Je parle, je parle, mais… je ne vous ai même pas donné les détails du challenge !

Cadre géographique : Angleterre, Ecosse, Pays de Galles ou Irlande (nord et sud)

Les British Mysteries c’est quoi au juste ? 

  • Detective stories contemporaines, policiers vintage et historiques 
  •  Essais, documentaires ou tout autre support traitant de meurtres non résolus (Jack the Ripper, l’affaire Caroline LuardMadeleine Smith… – je vous recommande d’ailleurs la collection de BD  » A Treasury of Victorian Murder »)  
  • Toute histoire ayant sa part de mystère, d’obscurité, voire, de surnaturel : ghost story, monstre du Loch Ness et autres légendes, maisons mystérieuses, portraits de mediums, le culte du deuil à l’époque victorienne…

livres, films, BD, documentaires… tout est permis !

Plusieurs palier participatif sont proposé, moi je me lance pour « esprit es-tu là ? » : 1 à 5 participations

quand ? Jusqu’à fin Décembre 2018 avec un mois spécial British Mysteries en mars (n’oubliez pas qu’en mars vous avez aussi rendez-vous avec mon mois des contes & légendes 😉 je vous en reparle très vite).

Envie de vous inscrire ? c’est ICI

Share